JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

La disparition de François Perrot endeuille le cinéma français

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 23 janv., 2019 16:10:26
Véronique YANG

Comédien pendant plus de 70 ans, François Perrot est décédé de vieillesse à son domicile de Livry- Gargan le 20 janvier à l'âge de 94 ans.

Icône du cinéma qui a tenu de nombreux seconds rôles dans les années 80, il avait fait ses classes chez Louis Jouvet et au TNP de Jean Vilar puis travaillé avec de grands réalisateurs comme Verneuil, Chabrol, Vadim, Blier, Lelouch, Molinaro, Veber ou Tavernier. Il avait aussi été le partenaire de Belmondo et Coluche . On le rencontrait dans des rôles de notables, d'hommes d'affaires ou de directeur de banque comme dans "Pour 100 briques, t'as plus rien" ou "Les Morfalous". En 1990, il a été nommé pour le César du meilleur second rôle pour La Vie et rien d'autre de Bertrand Tavernier

Il s'est aussi illustré au théâtre dans de nombreuses pièces et a été dirigé par de grands metteurs en scène dont Georges Vitaly, Robert Hossein, Jean-Louis Barrault et Jean-Luc Moreau .

A la télévision, il s'était distingué dans plusieurs séries: Les Cinq dernières minutes ,Châteauvallon Les Enquêtes du commissaire Maigret et Les Cordier, juge et flic.

François Perrot comptabilise une soixantaine de films, plus d' une trentaine de séries, 27 pièces de théâtre en tant qu'acteur et 5 en tant que metteur en scène entre 1954 et 1994.

Selon ses dernières volontés, il n'y aura aucune cérémonie. Il a souhaité que ses cendres soient dispersées dans le Larzac où il avait de grands souvenirs d'enfance", a indiqué son agent Catherine Davray.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3650

Exposition : Alphonse Mucha, un artiste affichiste de l’Art nouveau

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 23 janv., 2019 15:39:12
Claudine BESSOU

Alphonse Mucha (1860-1939), artiste d’origine Tchèque de réputation internationale, s’est fait connaître en illustrant des affiches publicitaires. Cette nouvelle forme d’art accessible au grand public rayonne dans toute l’Europe et le « style Mucha » se développe. Ce mouvement artistique caractérisé par des formes et des lignes ornementales devient comparable à l’Art nouveau.


C’est à Paris que Mucha accède à la célébrité en 1895 en réalisant sa première affiche pour Sarah Bernhardt, l’actrice parisienne la plus réputée de son époque, qui a joué un rôle important dans son parcours artistique. En réalisant une affiche pour la pièce Gismonda, la pièce que la comédienne doit jouer au théâtre de la Renaissance, la vie de Mucha se métamorphose. Il signe un contrat de six ans qui le charge de réaliser des costumes, des décors de scène et des affiches.


Artiste peintre, sculpteur, photographe, décorateur, Mucha se montre d’une imagination créative sans limite dans la production de nouvelles formes inspirées par la nature et l'apparence humaine. Il est également un professeur soucieux de mettre la création artistique au service de la société dans les écoles d’art. Il participe à de grands projets comme l’Exposition Universelle de Paris en 1900, le plus grand événement du siècle, en réalisant une décoration du pavillon de Bosnie-Herzégovine en région slave, qui lui inspire un récit d’envergure montrant les joies et les peines de ce peuple.


En 1910 Mucha retrouve sa terre natale pour mettre son art au service de ses compatriotes. Il s’installe en Bohême occidentale et se concentre sur le projet de l’Epopée Slave, qui encourage et guide la population dans la culture de sa propre histoire.


Exposition à découvrir jusqu’au 25 janvier 2019

Musée du Luxembourg

19 rue de Vaugirard
75006 Paris

https://museeduluxembourg.fr/expositions/alphonse-mucha

Tous les jours de 10h30 à 19h
nocturne jusqu’à 22h le vendredi





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3649

75 nouvelles étoiles au guide Michelin

GASTRONOMIEPosté par IMPACT EUROPEAN 23 janv., 2019 11:30:12
Véronique YANG

Lundi 21 janvier, le Guide Michelin a dévoilé le nom des nouvelles étoiles lors d'une cérémonie Salle Gaveau présentée par Audrey Pulvar.

Cette année, le guide a réservé des surprises suite à la nouvelle politique portée par le nouveau directeur monde des guides gastronomiques Michelin, Gwendal Poullenec et une sélection basée sur la diversité, dans les styles de cuisine, les profils des chefs : les 3 étoiles sont attribuées pour un an et ne sont pas à vie. Pour l'édition 2019, seulement 2 nouveaux établissements (" Le Clos des sens "de Laurent Petit à Annecy/Bussières-lès-Belmont ( 74) et "le Mirazur" de l'italo-argentin Mauro Colagreco à Menton (06) ) ont accédé au prestigieux carré des 3 étoiles au nombre de 27 réparties dans 17 régions, dont 9 à Paris. La sélection a récompensé 75 tables (2 étoiles:5 dont 2 à Paris et 1 étoile:68 dont 1 à Monte-Carlo et 18 à Paris) mais plusieurs établissements ont été rétrogradés dont" l'Auberge de l'Ill "à Illaeusern, de la famille Haeberlin; "La Maison des Bois" de Marc Veyrat à Manigod; "l'Astrande" de Pascal Barbot qui perdent leur troisième étoile. De son côté, Alain Dutournier du "Carré des Feuillants" à Paris perd sa seconde étoile tout comme David Bizet au Taillevent à Paris 8e ; Guy Lassausaie à Chasselay ; Alain Montigny à L'Oasis à Mandelieu-la-Napoule ; Nicolas Decherchi à La Paloma à Mougins ; Thierry Drapeau à La Chabotterie à Saint-Sulpice-sur-Verdon et "Le lion d'or" à Romorantin qui perd sa seule étoile.

Plusieurs critères vérifiés par les inspecteurs du guide de façon anonyme sont nécessaire pour obtenir une étoile (choix des produits, maîtrise des cuissons et des saveurs, personnalité de la cuisine, constance (régularité) et rapport qualité-prix), les restaurants sont visités plusieurs fois par an. Lorsqu'une étoile est attribuée, elle permet une reconnaissance internationale et une augmentation d'au moins 30% du chiffre d'affaire. Il y a 1273 étoiles dans le monde.

Pour l'édition 2019, de nouveaux prix ont été créés :

  • Sommellerie ( Le Prix Michelin du Sommelier a été attribué à Albert Malongo Ngimbi, sommelier en chef du restaurant étoilé la Table Saint Crescent).
  • Personnel de salle pour montrer l'importance de la salle (Le Prix Michelin de l’accueil et du service a été attribué à Sarah Benahmed, au Crocodile à Strasbourg).
  • Gastronomie durable qui récompense la cuisine éthique et responsable ( Le Prix Michelin de la gastronomie durable a été décerné à Christopher Coutanceau, cuisinier-pêcheur à La Rochelle,pour son restaurant éponyme).

Les pâtissiers dont 30 d'entre eux excellent dans des restaurants 2 et 3 étoiles, ont été mis à l'honneur. Parmi eux un jeune alsacien, le plus jeune à être distingué dans cette promotion ­ : Jessy Rhinn-Auvray, 19 ans, qui travaille depuis deux ans à la Fourchette des Ducs à Obernai, aux côtés du chef Nicolas Stamm.

Pour la première fois cette année, une proportion de femmes dont Stéphanie Le Quellec (La scène à Paris), ancienne lauréate de Top Chef 2011 qui a décroché sa deuxième étoile mais aussi Amélie Darvas et Gaby Benico, récompensées d’une étoile pour leur table "Aponem" dans l'Hérault et ont déjà eu les honneurs du Fooding; tout comme Naoëlle d’Hainault, gagnante Top Chef 2013, pour son restaurant L’Or Q’idée à Pontoise (95).

De nombreux chefs étrangers ont été distingués, une grande partie est Japonaise comme Keigo Kimura (une étoile) à Dijon, Yasunari Okazaki à Paris et Takafumi Kikuchi (cuisine française à La Sommelière, à Lyon.

Le Guide Michelin est présent dans 171 pays, il regroupe dans sa 110ème édition 2 116 hôtels et maisons d'hôtes ainsi que 3 688 restaurants dont 632 étoilés (520 une étoile dont 68 nouveaux, 85 deux étoiles dont 5 nouveaux, 27 trois étoiles dont 2 nouveaux), 604 Bib Gourmands dont 67 nouveaux, 2 452 Assiettes Michelin. Il sera disponible dans les points de vente à partir du 25 janvier

Les réservations peuvent se faire sur www.restaurant.michelin.com.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3648

Éloge théâtrale

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 23 janv., 2019 10:59:43
Daphné VICTOR

« Il était une fois trois comédiennes …superbes … » qui avaient décidé de revisiter, à leur façon, l’histoire du vaudeville. Ici, point de Charly, quoi que... Seules trois drôles de dames très déjantées qui nous embarquent dans une épopée théâtrale très spéciale. Répliques à la Feydeau, tirades de la tragédie, quiproquos et rebondissements du boulevard, sont retracés, versus folle cacophonie. Les trois « desperate actors » tiennent audience. Reconnaissance des artistes, inégalités, dilemme entre théâtre privé et subventionné… un plaidoyer décousu dans un joyeux désordre de règlement de compte au nom d’une seule défense : celle de la passion de jouer.

« Dommages » un spectacle décalé et abracadabrant en hommage au théâtre, notamment de vaudeville de et avec trois comédiennes haut en couleur : Céline Groussard, Élodie Poux, Julie Villers, également écrit et mis en scène au cordeau par Michel Frenna – L’Apollo théâtre (Paris XIème) tous les mardis à 20h30.

Teaser : https://vimeo.com/256966052



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3647

Chauffe Marcel, chauffe au Paradis des accordéonistes!

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 22 janv., 2019 23:43:47
Véronique YANG

Suite à ses problèmes de santé,l’accordéoniste Marcel Azzola est mort lundi 21 janvier, à l’âge de 91 ans, à l’hôpital de Poissy (Yvelines) .

Depuis 4 ans, il était sous dialyse trois fois par semaine, ce qui l'empêchait de se produire en concert avec la pianiste et partenaire Lina Bossatti. Malheureusement, depuis l'été 2018, un diabète avait provoqué des complications. Toutefois, il a gardé l'espoir de remonter sur scène jusqu'à la veille de son décès selon les confidences de cette dernière.

Connu grâce à sa présence sur scène avec de grands noms comme Jacques Brel, Barbara ou Piaf, on associait ses interprétations aussi bien au bal musette qu'au jazz. Il faisait partie des plus grands accordéonistes de son époque au mêmetitre qu'Yvette Horner et André Verchuren.

Marcel Azzola est né le 10 juillet 1927 à Paris dans le 20ème arrondissement dans une famille d'immigrés italien. Son père maçon dirigeait un ensemble de mandolines le dirige très jeune vers la musique, d'abord au violon comme ses 2 soeurs, puis vers l'accordéon avec Attilio Bonhommi, ce qui lui permettrait de gagner sa vie. En 1939, il gagne son premier concours puis rencontre la célèbre Fréhel lors d’un radio-crochet où il remporte le premier prix..Pendant la guerre, il s'initie à la musique classique, joue pour l’amicale des Aveugles de Pantin mais aussi dans des brasseries et des cabarets. Après la guerre et sa découverte du jazz, il a l'occasion de jouer pour Django Reinhardt. C"est ainsi qu'il devient le précurseur de l’accordéon classique et du jazz en France en donnant des concerts en trio ou en quartet avec Stéphane Grappelli qui lui fait rencontrer Yehudi Menuhin, Didier Lockwood, Michel Legrand, Toots Thielemans.

En 1948, il est classé 4ème à la Coupe mondiale d'accordéon de Lausanne, remportée par Yvette Horner. Le succès s'enchaîne avec le premier prix au concours international de Stradella en Italie, puis la réalisation de son premier enregistrement " Mademoiselle de Paris", ce qui le mène à devenir en 1954, le lauréat du grand prix du disque de l’académie Charles-Cros.

Dans la même période il commence à accompagner de grandes pointures de la chanson: Boris Vian, Édith Piaf, Tino Rossi, Yves Montand, Barbara, Juliette Gréco, Jean Sablon, Francis Lemarque, Gilbert Bécaud et Jacques Brel et son fameux "Chauffe Marcel, Chauffe !" de Vesoul, mais aussi Mouloudji. avec qui il sort en 1976 une anthologie de la chanson musette. Il dirige aussi l'orchestre de bal composé de Didi Duprat à la guitare, Pascal Groffe à la basse et Jacques Irsa à la batterie.Au début des années 1960, la chanteuse, Lina Bossati vient les rejoindre avec son mari, Denis Tuveri à la suite duquel un album de duos, "Lina et Marcel" sort en 2009.

Sa célébrité le mène aussi à participer à des bandes son d'une centaines de films dont "Mon Oncle","Trafic" et "Playtime" de Jacques Tati; "Le Juge et l'Assassin" de Bertrand Tavernier ; "Vincent, François, Paul et les autres" de Claude Sautet ; "L’Emmerdeur" d’Édouard Molinaro ; "Les Uns et les Autres" de Claude Lelouch ; "La Zizanie" avec Louis de Funès ; "La Veuve Couderc" avec Simone Signoret. En 1980, il participe avec le groupe des Sex Pistols pour le film qui leur est consacré "La Grande Escroquerie du Rock'n'roll".

Tout comme Yvette Horner, il a accompagné plusieurs manifestations cyclistes, 3 fois le Tour de France et plusieurs fois les 6 jours de Paris.

Avec Emano Cavagnolo, il crée le centre d'enseignement "l'Académie des 4" puis il milite avec André Astier, Joss Baselli, Joë Rossi, Myriam Bonnin, Christiane et Max Bonnay afin que l’accordéon entre dans l’enseignement dispensé au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, ce qui se réalise en 2002. L'accordéon redevient UN instrument de musique loin d'être considéré comme "piano du pauvre" et il a participé au a participé au développement de l’enseignement de l’accordéon notamment à l’École nationale de musique et de danse de la vallée de Chevreuse à Orsay.

De nombreuses distinctions lui ont été attribuées durant sa carrière; Chevalier (1984), Officier (1991) puis commandeur de l'ordre des Arts et Lettres (2007) mais il a refusé la Légion d'honneur. Aux Victoires de la Musique, il a été récompensé dans la catégorie " Album jazz instrumental de l'année " en 1995 puis il a reçu "La Victoire de la musique d'honneur" en 2006.

Sa dernière apparition en public a eu lieu en duo avec Lina Bassetti le 16 février 2018, à Espallion, pour un hommage à Brel, en présence de Maddly, la compagne du chanteur.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3646

Les Derniers jours de Shibati – Rencontre Débat avec Franck Senaud

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 22 janv., 2019 22:55:07
Véronique PHITOUSSI

Lorenzo Ciesco, responsable des Cinoches, organise régulièrement des projections suivies d’une conférence ou d’un débat « aux Cinoches »à Ris-Orangis.

Lors de ce Ciné–Rencontre, le public a pu découvrir deux œuvres Obras et les Derniers jours de Shibati d’Hendrick Dussolier.

Obras, est composé de photos animées par ordinateur 2D et 3D, retraçant les démolitions et constructions d’un quartier de Barcelone. Le court-métrage donne l’impression d’évoluer dans un jeu vidéo, le spectateur découvre Obras comme un jeu d’images s’entrecoupant.

Quant au film « Les Derniers jours de Shibati » relate la démolition du dernier des vieux quartiers de la ville de Chongqing dans le District de Jiulongpo, en Chine et le relogement des habitants.

Hendrick Dussolier s’est lié avec certains habitants, témoins d’un ancien temps et il découvre la passerelle entre le vieux quartier qui se vide de ses habitants et les nouveaux quartiers modernes d’asie.

Ce documentaire d’Henrick Dussolier a reçu le Prix du jury, du public et de la distribution. Rencontres du moyen métrage de Brive 2018. Ce film est extrêmement émouvant, retraçant la disparition d’un mode de vie, d’un ancien temps.

Franck Senaud, peintre, dessinateur, professeur de dessina partage sa passion pour l’urbanisation de lors de conférences et rencontres. Passionné par l’Architecture et par la construction des villes nouvelles, Evry en l’occurrence.

Passionné par Evry, Franck Senaud déambule régulièrement dans la ville afin de nous faire connaître et découvrir toutes les évolutions de l’urbanisation et la transformation de notre territoire.

Son livre « Ville à dessein », présenté lors de ce débat, nous explique et nous permet de prendre conscience de ces transformations.

Nous avons eu la chance de découvrir des photos d’époque prises par Dominique Planquette.

Le public a pu échanger lors de la séance de dédicace de son livre « Ville à dessein ».

Remerciements à Lorenzo Ciesco et les différents intervenants pour ces Ciné-Rencontres.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3645

Journée d'études à la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine sur le thème : "Les intellectuels face aux idéologies extrémistes"

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 22 janv., 2019 22:43:44
GÉRARD CROSSAY

L'Association de Presse européenne pour le Monde arabe (APEMA) et le Cercle d'Analyse et de Recherche géopolitique (GRAC), en collaboration avec le groupe MICA (Laboratoire de Recherche Médiations, Informations, Communication, Arts de l'Université de Bordeaux Montaigne), ont organisé le 16 janvier 2019 à la Maison des Sciences de l'Homme sur le campus de Pessac une conférence sur le rôle des intellectuels dans la lutte contre l'extrémisme.

Participaient à cette réunion :

Dr. Nidal Shoukeir, Président de l'APEMA, Dr. Noble Akam, Maître de conférences HDR à l'Université Bordeaux Montaigne, Dr. Ahmed Ali Mohammed Almarzooqi, Professeur de Relations internationales, Dr. Randa Sayegh, Professeure de culture et de langue arabes à l'Université AlfonsoX El Sabio, Dr. Moncef Mehrezi, Chercheur et Chargé d'enseignement à LEA Bordeaux Montaigne, Pr. Jean-Jacques Cheval, Professeur des Universités, Université Bordeaux Montaigne, Dr. Abdelhak Azzouzi, Professeur de Relations internationales et de Sciences politiques, Dr. Mohamed AliBin Huwaidin, Directeur du Département des Sciences politiques de la Faculté des Sciences humaines et sociales de l'Unversité des Emirats Arabes Unis, Jean Valère, Président du GRAC, Dr. Mokhtar Ben Henda, Maître de conférences HDR à l'Unversité Bordeaux Montaigne, ainsi que Dr. Jamal Sanad Al Swaidi, Directeur du Centre émirati des Etudes et Recherches stratégiques et auteur de l'ouvrage "Le Mirage".

Cette rencontre avait pour but de proposer des solutions pour lutter contre montée de l’extrémismeen Europe.

Les intellectuels ont un rôle important à jouer car ils luttent par la pensée.

Face à l'augmentation des groupes radicaux, les intellectuels doivent se mobiliser pour comprendrece qui se passe dans la tête de ces extrémistes.
Déjà au 16ème siècle, dans ses "Essais", Michel de Montaigne écrivait "J’admets en nous plusfacilement la différence que la ressemblance », se faisant l'apôtre de la tolérance. La différence estune force, tout comme l'esprit critique.

Comment des hommes ordinaires deviennent-ils des fanatiques ?
Le radicalisme se forme dans l’ignorance qui crée la peur de l'autre, laquelle engendre la haine etconduit à

la violence.
Personne ne naît violent. La prévention par l'éducation est donc primordiale, le plus tôt possible, àl’école, puis à la faculté. Elle passe par les réseaux sociaux qui représentent un point de rencontre pour la jeunesse. Il importe de transmettre le sentiment d'appartenance, d'humanité partagée pour vivre dans un monde en paix, de favoriser la résilience.

L'intégration est une chose difficile. L’identité culturelle, l'appartenance à une communauté doit prévenir l’infiltration de l’extrémisme.

La radicalisation est un véritable processus qui touche des personnes vulnérables. Elle s'accompagne de signes précurseurs, comme la colère, « nous contre eux », le changement de mode de vie, la peur de l'exclusion. Elle revendique une forme violente d'action pour imposer ses idées et conteste l'ordre existant.

Elle occupe l’espace public - notons que le Maroc a réussi à éloigner les fanatiques de l'espace public religieux, elle s'infiltre dans les mosquées, impose le port du voile intégral, embrigade par lebiais d’ouvrages, des médias et des réseaux sociaux ...

Les principales cibles sont la police et l’armée, les touristes et les hommes politiques.

Avec la disparition des frontières, le monde devient un village planétaire et le terrorisme est devenu international.

Depuis 40 ans, les pays européens et musulmans ont toléré des groupuscules religieux - salafistes, Frères musulmans, djihadistes - qui ont pris de l'importance en se connectant.
Et cela, jusqu'au 11 septembre 2001, date qui marque un tournant.

Les Etats ont alors pris conscience de la grande menace qui touchait aussi les pays musulmans. Rappelons que 90% des victimes sont des musulmans.

Une solution existe, militaire, tuer ou emprisonner les terroristes. Une autre est la lutte par la pensée afin d'éviter la dissémination d'idées intolérantes de délinquants qui ne sont pas de vrais religieux.


Dans son livre Le Mirage, le Dr. Jamal Sanad Al Swaidi a étudié ces groupes extrémistes pour comprendre leur histoire, leur idéologie, leurs objectifs. Les connaître pour les démasquer et mieux les combattre dans une lutte intellectuelle.
Ces groupes sont isolés intellectuellement et refusent toutes nouvelles idées. Ils ne lisent pas, ne

tolèrent pas.

Ils ne croient pas en un état de droit souverain. Ils veulent instaurer un grand califat, du Maroc à l'Indonésie, en utilisant la religion pour atteindre le pouvoir, alors qu'ils ne représentent qu'eux-mêmes, ni la religion, ni un Etat.

Derrière un discours attrayant, se cache un programme masqué destructeur de la société, n'apportant aucune solution réelle aux problèmes de la société. L’islam est une religion, ce n’estpas une solution.

L'ouvrage Le Mirage, clair, scientifique, pédagogique, pourrait être proposé dans les programmesd'études. Il démonte et critique les mécanismes intellectuels des islamistes, il aide à s'interroger sur l'interprétation rigoureuse ou biaisée des textes religieux, il apporte des solutions.

Jean Valère Baldacchino rappelle combien sont redoutables les media et internet. Il propose la création d'une instance au niveau européen, rassemblant des experts sur des sites et des médias, mettant en avant les valeurs d'un islam "pur" ainsi que la fraternité et la solidarité pour contrecarrer le discours es extrémistes.

Il cite la Malaisie comme exemple de réussite entre modernité et islam.

L'islamisme est un courant qui cherche à créer une confusion entre islam et politique dont l'origine remonte à 1928 avec l'arrivée des Frères Musulmans.
Les intellectuels musulmans sont les acteurs majeurs de la lutte contre les islamistes. Ils peuvent les défier sur leur propre terrain par une forte couverture médiatique.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3644

La monarchie française perd son chef de file, Henri de France

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 22 janv., 2019 02:32:41
Véronique YANG

Henri d'Orléans, plus connu sous le nom de Comte de Paris vient de s'éteindre à l'âge de 85 ans.

La date du décès du descendant de Philippe Egalité qui avait voté la mort de Louis XVI, contrairement à la branche légitimiste des Bourbons, coincide avec la date anniversaire de l'exécution de Louis XVI. Son fils , Jean, duc de Vendôme, âgé de 53 ans devient le nouveau prétendant au Trône.

Né le 14 juin 1933 au manoir d'Anjou, à Woluwé-Saint-Pierre (Belgique), Henri d'Orléans, second d'une famille de 11 enfants, a grandi au Maroc, en Espagne et au Portugal. Alors qu'une loi avait contraint à l'exil les maisons royales, il fut autorisé à rentrer en France par Vincent Auriol afin d'y poursuivre ses études. Après l'Institut des sciences politiques à Paris, il part comme officier à la guerre d'Algérie? quitte l'armée en 1967 et entre dans la banque en France et en Suisse.

Côté vie privée, il épouse Marie-Thérèse de Wurtemberg, dont il aura cinq enfants, ils se séparent en 1977 et obtient le divorce en 1984. Il se remarie avec Micaela Cousino Quinones de Leon 9 mois plus tard. Son père le renie en 1987 à cause du divorce de son remariage avec une femme divorcée et investit son petit-fils Jean. A 66 ans, il devient chef de la Maison de France en 1991 après s'être réconcilié avec son père, est confirmé en 1996; toutefois la rivalité entre les 2 lignées Orléans et Bourbons légitimistes a persisté. Il était père de 5 enfants, 2 filles (Marie et Blanche d'Orléans, atteinte de handicap mental) et 3 garçons (François décédé le 31 décembre 2017 à l'âge de 56 ans; Jean, actuel prétendant au trône et Eudes)

Henri d'Orléans était passionné de peinture, il exposait ses oeuvres depuis 1972 Une autre de ses passions était le parfum c'est pourquoi il a la lancé "Lys Bleu" puis "Royalissime" (1997). Il était aussi l'auteur de 8 ouvrages entre 1989 et 2016 (À mes fils, Adresse au futur chef de l’État, Désolé, Altesse, c’est mon jour de sortie, La France survivra-t-elle à l'an 2000, Le passeur de miroir, La France à bout de bras et La Royauté de l'Homme où le chef de la Maison Royale fait le constat d’une nation française confrontée à une profonde crise d’identité et dont la souveraineté est cédée à des pouvoirs mondialisés. La réponse est pour lui un retour du spirituel et affirme que la monarchie peut apparaitre comme une idée neuve pour affronter l’avenir...).




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3643

Serge Utgé-Royo, chanteur engagé et fier de ses origines

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 21 janv., 2019 16:50:25
Véronique YANG

Dimanche soir au "Café de la Danse", la salle était comble pour accueillir Serge Utgé-Royo en concert pour la sortie de son nouvel album "La Longue Mémoire".

Serge Utgé-Royo est un auteur-compositeur-interprète, musicien, comédien français d’origine catalano-castillane, né à Paris,

Son répertoire est composé de ses propres chansons depuis le milieu des années 70 mais aussi de titres empruntés au répertoire de la mémoire sociale internationale. On y retrouve des chansons de Léo Ferré, Georges Brassens, Jacques Debronckart, Victor Jara, Pete Seeger, Lluis Llach…

Il fait ses débuts seul sur scène avec sa guitare ou son bombo chilien puis il décide de se faire accompagner , il s'entoure alors de compagnons de musique, parmi lesquels Léo Nissim, Jean My Truong, Jack Thysen, Jack Ada, sans oublier la période belge avec Jacques-Ivan Duchesne, Francis Danloy ou Jean-Pierre Malmedier… A ce jour, Serge sort son 17ème album "La Longue Mémoire", compilation de 16 titres inédits. mêlant nostalgie, impertinence, émotion, rire et humanité.

Durant sa carrière, 17 albums ont été édités, soit plus de 200 chansons, il s'est produit depuis 1975 sur des scènes européennes, à Paris dans diverses salles dont l'Européen, le Trianon, le TLP Déjazet, le Cabaret sauvage, le Vingtième théâtre, le Divan du Monde, le Palais de la Mutualité, le Trévise, le Café de la Danse, l’Alhambra et dans toute la France (Valence, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Nantes, St Etienne, Béziers, dans des centres culturels dont Poitiers, Carcassonne, Tréguier, Trébeurden, Cahors, Narbonne mais aussi sur des scènes européennes ( Lisbonne, Barcelone, Madrid, Venise, Lausanne,la Toscane, Berlin, Liège où il reste 13 ans de 1980 à 1993..). Il s'installe alors à Paris où il continue à se produire régulièrement . Il a aussi participé à de nombreux festivals en France (Francofolies, Avignon..), en Suisse (Lausanne, Genève..), en Belgique (Bruxelles, Charleroi, Namur, Liège..)

Sa bibliographie comporte des ouvrages de poésie, un roman, un conte ("Masupa,l'homme de toutes les couleurs"), un roman historique ("Noir Coquelicot") , un recueil de nouvelles ("La griffe et le velours") et la traduction française du livre de Evelyn Mesquida," La Nueve, 24 août 1944, ces républicains espagnols qui ont libéré Paris"; des témoignages de républicains espagnols en France de 1939 à 1945 ("Révolutionnaires, réfugiés et résistants").

Chanteur engagé et libertaire, fils d'exilés républicains de la guerre d'Espagne, d'origine catalane et castillane, Serge Utgé-Royo s'inspire aussi de l'histoire de son pays et de sa propre histoire dans sa discographie et au théâtre. On y retrouve l'album "Memorias ibéricas " qui le replonge dans les racines .

Serge Utgé- Royo a d'autres cordes à son arc comme le théâtre où il a interprété Brecht et le cinéma où plusieurs de ses chansons illustrent des films, tels « Watani, un monde sans mal » du réalisateur mauritanien Med Hondo, « Un autre futur » de Richard Prost, « La retirada » du catalan Felip Solé…Récemment, il a été le coup de coeur de Gérard Miller sur LCI.

Pour la sortie de son dernier album "La longue mémoire", il s'est produit avec ses musiciens le dimanche 20 janvier au Café de la Danse dans le 11ème arrondissement, non loin de la Bastille et de la rue de Lappe. A partir du 24, il part en tournée en France, revient à Paris en mai-juin au Cabaret Sauvage puis en Espagne, à Barcelone . Après un retour en France, il sera à partir de septembre en Belgique et en Suisse...

La première partie était assurée par Laurent Berger qui tout comme Serge Utgé-Royo est auteur-compositeur-interprète et tout comme lui, Brel, Brassens et Ferré se mêlent à ses compositions pleines d'émotion et de poésie. Héritier d'Alain Leprest et Barbara, c'est un amoureux des vers et des rimes, les refrains ne font pas partie de ses compositions. Il vient de sortir son 5ème album "L’âme des maraudeurs" dont il a assumé pour la direction musicale.

Serge Utgé-Royo a ensuite présenté les titres de son nouvel album qui rend hommage aux soldats de la Nueve qui on été les premiers à entrer dans Paris pour la libérer, aux révolutionnaires espagnols ("Comme un coquelicot, la révolte" et "La longue mémoire") mais aussi aux enfants sans papiers ("Les petits étrangers"), aux événements tragiques de 2015 et la tuerie de Charlie Hebdo ("Ils n'ont pas de mémoire"). Il a aussi fait un clin d'oeil à ce qui se passe actuellement en France avec les gilets jaunes, à l'Europe et aux prochaines élections ("Europea band"), toujours sans langue de bois et n'oublie pas ses fidèles amis musiciens, Léo Nissim et Jean My Truong ainsi que le parcours difficile de leurs familles ("Isabelle la catholique" et "Les buffles se reposent"). Reprenant et mêlant 2 textes d'Eugène Bizeau (Devant le mur des Fédérés et Les Accapareurs) , il nous a rappellé l'indélicatesse du journal "L'Humanité" qui titrait en 1928 après les cérémonies d'hommage aux Communards au mur des Fédérés,"Le mur est à nous". La réponse est donc ce titre "Ce mur n'est pas à vous". Crisine Hudin, son épouse et organisatrice de l'événement, l'a accompagné en duo sur 3 titres.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3642

À livres ouverts

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 21 janv., 2019 14:00:42
Daphné VICTOR

C’est une première ! 103 événements en 5 lieux. Il fallait au moins une manifestation de cette ampleur pour fêter les livres. C’est en tout cas l’ambition de « L’Autre Festival ». Dans quel objectif ? Pour sa directrice Guilaine Dileva, celui de « réintégrer l’écriture et la lecture dans la société actuelle ». Un challenge de poids qui sera dédié au partage, à l’écoute et à la rencontre.

Installée dans la cité des papes, ville de culture par excellence, cette première édition, organisée par l’association « Avignon destination cuture » et parrainée par Gérard Gélas, directeur du théâtre du Chêne Noir à Avignon, se veut pédagogique, culturelle et sociale. Aux côtés de l’invité d’honneur Patrick Poivre d’Arvor, auteurs, romanciers, biographes, comédiens, journalistes, maisons d’éditions, soit un total de 163 participants, tous des gens de plume, seront au rendez-vous de ces quatre jours pour parler comme un livre... Ateliers d’écriture et de lectures, conférences, débats, rencontres et échanges, dédicaces, représentations théâtrales… un programme riche et varié au cœur même de la cité avignonnaise, dans 5 lieux emblématiques qui vont s’articuler autour de trois pôles : la Jeunesse, le roman et la biographie ainsi que le théâtre. Alors, soyez à la page et venez prendre la plume…

« L’autre festival, qui ouvre les livres », premier festival littéraire à Avignon - Du 14 au 17 février – Palais des papes, Théâtre du Chêne noir, Mercure Pont d’Avignon, Novotel Avignon centre et Mercure palais des papes - Entrée libre – Réservations : www.lautre-festival.fr



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3641

"Gilets jaunes" : 84.000 manifestants lors de l'acte 10 et le gros travail judiciaire permet de distinguer plus clairement les casseurs

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 20 janv., 2019 16:42:15
Gabriel MIHAI

La mobilisation a atteint un record à Toulouse (10.000 participants), devant Paris (7.000) et Bordeaux (4.000).

84.000 "gilets jaunes" en France ce samedi 19 janvier, a indiqué le ministère de l'Intérieur en fin de journée.

C'est leur dixième semaine de mobilisation. Alors que le président Emmanuel Macron a lancé le Grand débat national cette semaine, les "gilets jaunes ont continué à manifester dans la rue, sur les ronds-points ou les péages... etc.

"Le gros travail judiciaire qui est fait permet de distinguer plus clairement les casseurs des manifestants 'gilets jaunes'. Cela a permis d'écarter d'un certain nombre de cortèges des gens qui venaient pour de très mauvaises raisons, qui venaient pour en découdre, pour casser, pour détruire et violenter", a expliqué samedi 19 janvier sur franceinfo Maddy Scheurer, porte-parole de la gendarmerie nationale, après la nouvelle journée de mobilisation des "gilets jaunes".

Dans la capitale, en attendant le départ du cortège de l'esplanade des Invalides, un premier manifestant a pointé l'écart entre les revendications des Gilets jaunes et les thèmes mis en avant par Emmanuel Macron dans le Grand débat national : «Ça n'a rien à voir», a-t-il estimé. «Pour l'instant, Emmanuel Macron parle avec les maires pour sa campagne électorale des européennes», a affirmé un autre Gilet jaune, ajoutant qu'à ses yeux, le Grand débat national était «une grande mascarade».

L'acte 10 tout juste achevé, certains "gilets jaunes" se tournent déjà vers samedi 26 janvier alors que l'acte 11 est déjà sur les rails. Il faut dire que beaucoup de manifestants ne sont pas convaincus par le grand débat national initié par Emmanuel Macron. "Ce grand débat semble biaisé, il y a un certain nombre de sujets qui semblent interdits et d'autre part, la technique utilisée est une porte ouverte (...) pour détourner le débat", explique Frédéric, manifestant à Paris.






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3640

Optique, dentaires, audio: les nouveaux remboursements

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 20 janv., 2019 01:15:14
VÉRONIQUE YANG

Lors de sa campagne, le président Macron avait inclus l'amélioration des remboursements concernant les lunettes, les prothèses auditives et dentaires.

Face au nombre de Français renonçant aux soins dentaires et optiques considérant les frais trop élevés et très mal remboursés, soit plus de 30%, le Président a proposé d'appliquer une réforme sur le "reste à charge zéro".

En octobre dernier, le décret a été adopté par l'Assemblée Nationale dans le cadre de la loi encadrant le budget de la Sécurité Sociale 2019 et publié au Journal Officiel. En effet, en 2018, il restait 43% à la charge des patients pour les prothèses dentaires, 22% sur l'optique (en 2016, la part mutuelle représentait 72% du prix des lunettes) et 53% pour les aides auditives. Avec ce décret, il est donc prévu qu'à partir de 2020, certaines lunettes, couronnes dentaires et prothèses auditives seront intégralement remboursées par la Sécurité sociale et les complémentaires santé.

Pour bénéficier de cette application, il faudra être titulaire d'un contrat complémentaire santé souscrit ou renouvelé à compter du 1er janvier 2020 pour l'optique et le dentaire et 1er janvier 2021 pour les prothèses auditives. Toutefois, dès le 1er janvier 2019, certains assurés ont déjà pu bénéficier d'offres mieux remboursées grâce à l'aide du comité de suivi de la réforme.

Si la France comptait 8 300 points boutiques en optique en 2003, le chiffre a atteint plus de 12000 l'an dernier, mettant le pays au premier rang sur le marché de l’optique européen, avec des coûts plus élevés que chez nos voisins. Avec ce décret,les professionnels doivent se soumettre à de nouvelles obligations mais aussi proposer des modèles normalisés:

  • Les prix doivent être affichés de façon visible et lisible depuis l'extérieur, tout comme l'intitulé des prestations qu'ils proposent. Il en est de même pour la vente en ligne.
  • Un modèle unique de devis normalisé pour l’optique.
  • Un modèle de devis normalisé a été adopté pour les audioprothèses
  • Une note détaillée avant le paiement de l'intégrité, reprenant chaque produit ou prestation d'optique-lunetterie faisant l'objet du contrat (tout ce qui était prévu par le devis normalisé, les identifications nécessaires aux organismes de prise en charge, les informations relatives à l'assuré et au médecin prescripteur, etc.

Par ailleurs, une meilleure traçabilité et identification des produits des produits d'optique et d'audioprothèse est obligatoire depuis la fabrication jusqu'à la livraison au consommateur ( nom et adresse du fabricant, numéro d'identification des dispositifs constituant l'équipement pour les dispositifs réalisés selon les spécifications du prescripteur, le code GTIN, le code du lot ou du numéro de série pour les dispositifs fabriqués en série de manière identique). On retrouve ces renseignements sur tout dispositif ou à défaut sur son emballage ou sur les documents accompagnant sa délivrance et remis au consommateur.

Les verres et les montures sont remboursés en partie par la sécurité sociale (60% sur une base de 30,40€ pour les montures des moins de 18 ans ou 2,84€ pour une monture adulte; les verres sont remboursés à 60 % sur la base de tarifs variables selon le degré de correction. On peut compter environ 8 euros pour un adulte et 38 € pour un enfant) et par la mutuelle en fonction du niveau de correction depuis avril 2015 soit pour des verres simples entre-6 et 6 dans la limite d’un plafond de 420 euros (verres + monture), jusqu'à 700€ pour les corrections plus fortes; cela s'applique aussi pour les verres multifocaux ou progressifs, et dont la correction se situe entre -8 et +4 dioptries et jusqu'à 800€ pour les verres multifocaux ou progressifs disposant d’une correction plus intense, Dans tous les cas, le remboursement de la monture n'excède pas 100€. Ces remboursements s'appliquent sur une période de 2 ans.

Concernant les frais dentaires, une convention signée entre la profession et la Caisse d'Assurance Maladie prévoit un remboursement à 100% à partir de 2020 pour les bridges et couronnes. Certains dentiers seront eux aussi pris en charge à 100%, mais seulement à partir de 2021. La couverture à 100% des prothèses dentaires concernerait 46% des actes réalisés aujourd’hui. Actuellement, la Sécu ne couvre le particulier qu’à 70% du tarif conventionné, représentant environ 75 euros sur un total de 600 euros. Les implants dentaires ne sont quant à eux, pas remboursés par la Sécurité Sociale et coûtent souvent plus de 1.500 euros.

Pour les prothèses auditives, un plafond de 1 300€ a été fixé pour certains modèles à partir de 2019 mais il diminuera dans les 2 années suivantes (1 100€ en 2020 et 950€ en 2021). Pour les appareils plus onéreux, le remboursement ne pourra pas dépasser 1.700 euros par appareil.

Par ailleurs, les prothèses capillaires seront remboursées intégralement à partir du semestre prochain. Cela s'adresse aux femmes atteintes d'un cancer. Le remboursement pourra atteindre 350€ contre 125€ actuellement pour les perruques synthétiques et même jusqu'à 250€ pour les perruques contenant au moins 30% de cheveux naturels dont le prix maximum ne devra pas dépasser 700€.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3639

Donald Trump et Kim Jong-un vont de nouveau se rencontrer, vers la fin février

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 18 janv., 2019 22:46:39
Gabriel MIHAI

Le prochain sommet entre Donald Trump et nord-coréen Kim Jong Un aura lieu «vers la fin février», a annoncé vendredi la Maison Blanche, sans préciser le lieu de la rencontre.

«Le président est impatient de rencontrer le président Kim dans un lieu qui sera annoncé ultérieurement», a indiqué Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif, à l’issue d’une rencontre de 90 minutes dans le Bureau ovale entre Donald Trump et le bras droit de Kim Jong Un, Kim Yong Chol.

Le 12 juin 2018, après des mois de tensions, les deux hommes s'étaient rencontrés pour la première fois lors d'un sommet à Singapour. Lors de ce tête-à-tête historique, le premier entre un président américain et un héritier de la dynastie des Kim, l'homme fort de Pyongyang s'était engagé en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", sans détails ni calendrier. Depuis, les négociations patinent.

Lors de l'adresse de ses voux du Nouvel An, le leader nord-coréen a déclaré qu'il était disposé à rencontrer M. Trump à tout moment mais a aussi averti que Pyongyang pourrait changer d'attitude si Washington maintenait, malgré le rapprochement diplomatique opéré depuis juin, ses sanctions économiques contre la Corée du Nord.

L’arsenal nucléaire nord-coréen a valu à Pyongyang une impressionnante série de sanctions de l’ONU au fil des ans. Pyongyang a effectué six essais nucléaires et développé et testé des missiles balistiques qui, selon des experts, seraient capables d’atteindre le territoire continental des Etats-Unis.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3638

Alexandre Benalla a été présénté à la justice

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 18 janv., 2019 22:13:24
Gabriel MIHAI

Alexandre Benalla a été déféré vendredi matin au parquet de Paris afin d'être présenté à un juge d'instruction en vue d'une mise en examen.

Il avait été placé en garde à vue jeudi matin dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte le 29 décembre sur l'usage de ses passeports diplomatiques, qui a été étendue mercredi à un possible faux en écriture pour un passeport de service.

Selon Me Jacqueline Laffont, son client a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle», mais il n'est pas poursuivi à ce stade pour les accusations de faux documents administratifs formulées par le directeur de cabinet de l'Elysée devant la commission d'enquête du Sénat.

Devant cette commission, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, a révélé mercredi que Alexandre Benalla avait utilisé «presque une vingtaine de fois» ses passeports diplomatiques après son licenciement, entre le 1er août et le 31 décembre. Patrick Strzoda a également souligné que Alexandre Benalla avait été en possession de deux passeports de service, le premier délivré en 2016, «bien avant» son arrivée au palais présidentiel de l'Élysée, le deuxième le 28 juin 2018. Tous deux ont été invalidés le 31 juillet 2018.

Il a ajouté que la demande du second passeport de service avait été faite par Alexandre Benalla au ministère de l'Intérieur, par une lettre à en-tête du chef de cabinet de l'Élysée, mais «dactylographiée» et non signée. En clair, «nous soupçonnons une falsification faite par Alexandre Benalla», a affirmé M. Strzoda, avant de préciser que la justice avait été saisie.

A l'issue de 24h de garde à vue, M. Benalla comparaissait devant un juge d'instruction saisi par le parquet d'une information judiciaire ouverte également pour «abus de confiance», «faux et usage de faux document administratif» et «obtention indue de document administratif».

Pour ces trois qualifications, plus lourdes, «il a été laissé sous le statut de témoin assisté», intermédiaire entre le simple témoin et la mise en examen, a ajouté Me Laffont. «Donc nous sommes très très contents ce soir», a-t-elle conclu devant la presse au tribunal de Paris.

Les magistrats instructeurs vont désormais poursuivre les investigations préliminaires et peuvent décider de le mettre en examen ultérieurement s'ils réunissent des indices graves et concordants. «Les accusations portées par M. Stzroda devant la commission du Sénat ont été jugées insuffisantes», a également déclaré l'avocate.

Benalla, doit être entendu à nouveau par la commission d'enquête du Sénat lundi, où se reposera la question de la limite du champ d'investigation des sénateurs compte tenu de l'enquête judiciaire en cours.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3637

Exposition : Japon-Japonismes, objets inspirés 1867-2018

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 18 janv., 2019 20:06:40
Claudine BESSOU

Le Musée des Arts Décoratifs célèbre les moments forts de l’histoire du Japon, depuis la fin du XIXème siècle, à travers une présentation de « Japonismes 2018, les âmes en résonance ».

Cet événement qui rend hommage au Japon, permet d’admirer près de 1400 œuvres d’art d’une grande variété dans une scénographie déployée sur trois niveaux et présentée en cinq thèmes :

- Les acteurs de la découverte, à travers les expositions universelles de Paris vitrines des pays occidentalisés, offrants de grandes occasions de présenter aux visiteurs les savoir-faire de l’art Japonais. Les échanges avec l’occident apparaissent avec l’avènement de l’ère des Meiji (1868-1912), période qui symbolise le début d’un dispositif de modernisation du Japon.

- Le temps, grâce à la cadence des quatre saisons dont la célébration rythme la vie quotidienne comme les fêtes liées à la religion Shinto ou Bouddhiste et également la vie traditionnelle telle que les cérémonies du thé, de l’encens, la calligraphie.

- Le mouvement, au moyen des spectacles comme la danse rituelle, le théâtre, le cirque, les masques et costumes qui permettent d’interpréter des variations scéniques.

- L’innovation, dans l’art Japonais permet de découvrir de nouvelles techniques de céramique, de laques ou d’alliages, selon la façon dont l’artisan et l’artiste pense et imagine son métier.

- La nature, avec le bambou, nénuphar, papillon, paon..., le floral, le végétal sont des principes inépuisables d’inspiration pour la création d’objets et de textiles qui se manifestent dans la mode par des motifs et des coupes à plat comme les kimonos.

Les objets anciens se mêlent aux créations contemporaines Japonaises. La collection présente la splendeur des collectionneurs passionnés. Des prêts exceptionnels venus du Japon viennent enrichir cette présentation.

Une exposition d’une grande variété artistique co-organisée par le Musée des Arts Décoratifs et la Fondation du Japon.

A découvrir jusqu’au 3 mars 2019

http://madparis.fr/

Musée des Arts Décoratifs

107 rue de Rivoli

75001 Paris






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3636

Prêt … à tout pour une demande de crédit !

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 18 janv., 2019 15:05:42
DAPHNÉ VICTOR

Demander un crédit à sa banque est un acte courant. Mais dans les faits, il n’est pas si simple à obtenir. C’est le cas d’Antoine Gallard. À sa grande déconvenue, le conseiller chargé de clientèle qu’il rencontre, refuse de lui octroyer le prêt qu’il sollicite, invoquant que les garanties financières présentées étaient trop insuffisantes et par voie de fait, les risques trop importants. Ne se laissant pas vaincu, Antoine Gallard persiste en arguments et en explications pour que sa demande soit reconsidérée, mais en vain. Le banquier reste impartial et ne veut pas faire d’exception. Quelle option pour Antoine Gallard qui a réellement besoin de cet argent ? Désespéré, il tente le tout pour le tout par une tentative de chantage ! Il affirme au conseiller que s’il ne lui accorde pas son crédit, il séduira et « baisera » son épouse. La machine infernale de l’imbroglio se met en marche. Inquiétude, doutes, malentendus sur fond d’esbrouffe stratégique sont au cœur d’un revirement de situation Le pouvoir passe entre les mains du client, au grand dam du banquier qui perd pied. Mais alors, qui sera le dernier espoir de l’autre ?

« Le crédit », une comédie rebondissante et hilarante très actuelle de Jordi Galceran , une leçon de vie sur les injustices avec en filigrane, le miroir de la crise financière, mise en scène par Eric Civanyan, et portée par deux talentueux comédiens que sont Daniel Russo et Didier Bénureau - Théâtre de la Gaité Montparnasse (Paris XIVème) à 21h – Réservations : 01.43.22.16.18

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3635

MA Cantate à Barbara, l'hommage d'une comédienne-chanteuse, Anne Peko, à la chanteuse Barbara

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 18 janv., 2019 14:05:56
GÉRARD CROSSAY


Devant le succès rencontré par le spectacle qui se joue depuis un an au Théâtre des Variétés, Anne Peko le prolonge jusqu'au 10 février, les vendredi et samedi à 19h30 et le dimanche à 16h.
La presse a été unanime à encenser le spectacle.
Une myriade d'adjectifs pour qualifier cet hommage à Barbara, l'inoubliable auteure-compositrice-interprète de l'aigle noir : frais, poétique, tendre, bouleversant, poignant, vibrant, sensuel, subtil, troublant, flamboyant, éclatant ... des substantifs tout aussi élogieux : émotion et humour, foi et conviction, force et fragilité, douceur et tendresse, passion et sincérité ...

Anne Peko est d'abord comédienne. Mais elle chante aussi. "Il se trouve que dans différents spectacles où j'étais engagée, je chantais", confie-t-elle à Culture Etc. " Et elle ajoute : "... dans tous mes spectacles, il y a un souci de théâtralité, un fil rouge, une expression, des images, c'est scénarisé ... plutôt que de me mettre derrière un micro et chanter uniquement, j'aime raconter une histoire ... inventer une histoire pour créer une distance et mieux se rapprocher."

"Ma Cantate à Barbara", c' est un hommage très personnel imaginé et interprété par Anne Peko qui fait revivre magnifiquement, à sa manière et avec respect, "la malicieuse, la mystérieuse, la délurée, l'amoureuse."
D'un soir à l'autre, les musiciens qui l'accompagnent, au piano, au violon et à la mandoline, sont différents et font vivre à chaque fois un nouveau voyage poétique.

Un voyage, une histoire ...
Avant de terminer le spectacle avec "Ma plus belle histoire d'amour", Anne Peko, avec humour, livre aux spectateurs ses souvenirs d'enfance, son parcours d'artiste et la genèse du spectacle. Née à Abidjan, père français, mère polonaise, elle y a vécu jusqu'à l'âge de 15 ans. Les cours de danse à Abidjan, les études de théâtre à Paris, l'écriture depuis l'enfance, tant d'aventures extraordinaires vécues, les traversées de l'Atlantique en paquebot, les voyages dans la brousse africaine ... "je pourrais écrire un livre", dit-elle. On l'attend avec impatience, tout comme ses nouveaux spectacles. Après Piaf, Brel, peut-être Kurt Weill, jazz, rock ...? On prend tout.


Si vous souhaitez aller plus avant dans la découverte de cette comédienne talentueuse au parcours atypique et passionnant, il vous faut absolument lire l'excellente interview réalisée par Culture Etc, intitulée "Plongée dans l'âme d'Anne Peko ou Barbara dans la peau d'Anne."

https://www.facebook.com/notes/culture-etc/plonger-dans-l%C3%A2me-de-anne-peko/2219110595009834/


Jusqu'au 10 février, les vendredi et samedi à 19h30 - ATTENTION à 19h à partir du 25 janvier - et le dimanche à 16h au Théâtre des Variétés.
Et après le spectacle, vous pouvez échanger avec cette comédienne chaleureuse et enthousiaste, également acheter son CD "Ma cantate à Barbara En concert au Théâtre des Variétés", disponible chez tous les disquaires et chez EPM.


  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3634

Bilan et impacts des Gay Games Paris 2018

SportsPosté par IMPACT EUROPEAN 17 janv., 2019 14:16:32
Véronique YANG

La conférence de presse concernant le bilan des Gay Games Paris 2018 s'est tenue vendredi 11 janvier à l'Hôtel de Ville de Paris en présence de la nouvelle ministre des sports, Roxana Maracineanu, du délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT, Frédéric Potier, des adjoints de la Maire Hélène Bidard et Jean-François Martins ainsi que les 2 co-présidents Pascale Reinteau et Manuel Picaud.

Gay Games Paris 2018, plus grand événement sportif du monde ouvert à tous s'est déroulé du 4 au 12 août 2018; cette 10 ème édition fut l'occasion de réunir 12 700 participants venant de 91 pays dans 36 sports sur 67 sites. avec l'aide de 3 000 bénévoles. Durant cette manifestation qui a rassemblé 75 000 spectateurs dont 30 000 visiteurs ayant chacun dépensé en moyenne 2 000€, 14 événements culturels ont été proposés, générant une audience d'1 milliard de personnes dans le monde . Afin d'assurer le bon déroulement,765 agents de police, 1162 agents de sécurité et 301 secouristes ont assuré la sûreté des lieux grâce à 8% du budget soit 600 000€.

Par ailleurs, le budget de seulement 4,8 millions d'euros pour une gestion entre 2012 et 2018 n' a pas été dépassé et a rapporté plus de 100 millions dont 66 millions d'impact économique direct et 41,6 millions liés à l'emploi avec la création de 1429 ETP (équivalent temps plein); les pouvoirs publics ont contribué à 29% du budget, soit 1,38 million d'euros provenant de 7 institutions publiques, les donateurs et sponsors privés à 21%, les spectateurs à 10% et les participants 41% soit 2 millions d'euros par le biais des dons et inscriptions des participants, les collectes privées et les 80 partenaires ont totalisé 1,21 millions. A l'heure du bilan, le résultat laisse apparaître un excédent de 100 000€ dans le financement des Gay Games, qui sera reversé à la Fondation Inclusion Paris 2018 créée en 2015, déjà dotée d'un fonds de 185 000€. Cette fondation reconnue d'utilité publique est sous l'égide de la fondation FACE qui agit contre l'exclusion;

Organisés tous les quatre ans depuis 36 ans, sous l'impulsion de Tom Wadell dont le rêve était un monde où le mot égalité prendrait tout son sens, où l’exclusion n’existerait plus en raison d’une quelconque différence, les Gay Games sont ouverts à tous et prônent la diversité, le respect, l’égalité, la solidarité et le partage. Pour ce 10ème opus, les plus hautes instances institutionnelles et sportives françaises dont la Ville de Paris et la région Ile de France ont participé à cette grande aventure et ont permis la mise en valeur de certains hauts lieux parisiens, comme le Stade Jean Bouin où s'est délivré entre autres la cérémonie d'ouverture en présence la Maire de Paris, Anne Hidalgo, de la ministre des Sports de l'époque Laura Flessel, du délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT, Frédéric Potier, Hélène Bidard et Jean-François Martins, adjoints de la Maire de Paris en charge des discriminations, des sports et du tourisme. D'autres lieux culturels et sportifs étaient ouverts au public durant les Gay Games, on citera le Stade Charléty, le Grand Palais, la cité de la Mode et du Design, le Casino de Paris ou encore la base nautique de Vaires-sur-Marne, véritable pôle d’excellence sportive de la région Ile-de-France mais aussi le Village des Gay Games installé parvis de l'Hôtel de Ville durant cette semaine festive où touristes, Parisiens et sportifs pouvaient assister chaque soir à un spectacle.

Suite aux débats et conférences organisées du 1er au 4 août dans les salons de l'Hôtel de Ville, il a été décidé que "Paris 2018" inspirerait "un appel pour le sport plus inclusif" composé de 18 propositions, selon 14 des 15 engagements éco-responsables du ministère des sports et WWF parmi lesquels la formation au recyclage, à l’alimentation responsable, à l’économie de l’eau et de l’électricité, 500 bourses accordées aux plus démuni.e.s dont 70 refugié.e.s et 130 étrangère.er.s, plus de 80% d’usage des transports en commun par les participants grâce à la distribution d’un pass transports à tous les participants non franciliens, 200 repas distribués aux réfugiés au travers l’association Utopia 56, matériels sportifs recyclés par les associations sportives ou la recyclerie sportive, 70% des déchets du village triés et recyclés....

Dans la continuité du programme des Gay Games inclus dans la DILCRAH qui lutte contre la haine envers les personnes LGBT, les 18 recommandations de Paris 2018 pour un sport plus inclusif pourront être léguées à Paris 2024. L'héritage des Gay Games c'est: le sport, outil de lutte contre les discriminations; le sport, source de bien-être et de santé; le sport, levier d'accessibilité et d'égalité. Voici donc ces 18 propositions:

.Proposition 1 : Appuyer la dépénalisation universelle de l'homosexualité

. Propositions 2 : Valoriser les actions des associations sportives LGBTi+.

. Proposition 3 : Élaborer un programme de sensibilisation, de prévention et de sanction des entraîneurs, dirigeants, supporters et pratiquants coupables de propos ou d’actes homophobes.

.Proposition 4 : Intégrer un référent LGBTi+ au sein des instances sportives nationales et internationales.

.Proposition 5 : Ouvrir les compétitions sportives nationales et internationales, amateures ou professionnelles, aux couples de même sexe (patinage, danse sportive...).

.Proposition 6 : Promouvoir l'activité physique ou sportive tout au long de la vie et en tous lieux.

.Proposition 7 : Renforcer la culture sportive des jeunes en faisant, des écoles jusqu’aux universités, des lieux de vie actifs où l’éducation physique et sportive est valorisée.

.Proposition 8 : Faciliter le recours à l’activité physique dans le cadre d’un parcours de santé 

.Proposition 9 : Encourager les fédérations sportives à proposer des licences sport-santé ou sport loisir à des tarifs préférentiels

. Proposition 10 : Soutenir le déploiement du « sport sur ordonnance » et améliorer la formation et l’information des médecins traitants

. Proposition 11 : Instaurer un rendez-vous annuel pour fêter le sport et ses valeurs à travers le monde.

. Proposition 12 : Adopter une approche globale responsable en matière de prévention des substances dopantes et récréatives.

. Proposition 13 : Intensifier la mise en accessibilité des infrastructures et des services sportifs et encourager le sport partagé.

. Proposition 14 : Visibiliser les personnes en situation de handicap et imposer une couverture médiatique des grandes compétitions handisport

.Proposition 15 : Encourager le développement d’une offre de pratique à destination des séniors, en centrant l’activité sur le bénéficiaire.

. Proposition 16 : Lutter contre les stéréotypes dès l’enfance et encourager les jeunes filles et jeunes garçons à pratiquer tous les sports.

. Proposition 17 : Décliner les mesures favorisant la parité dans les instances dirigeantes.

. Proposition 18 : Permettre aux personnes trans* de décider seules du genre de compétition ou de pratique et encourager les rencontres mixtes sans référence aux genres des personnes.

En résumé, la 10ème édition des Gay Games fut un moment festif et convivial et inclusif alliant le sport, la santé, l'accessibilité et l'égalité. Au total, 20 000 médailles ont été distribuées. Il faut surtout rendre hommage aux 3 000 bénévoles qui ont permis de rendre ces moments inoubliables. Remercions tous les acteurs de cet opus pour leur efficacité et la réussite de l'événement .Rendez-vous maintenant en 2022 à Hong Kong pour la 11ème édition qui réserve encore de belles surprises.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3633

Une étoile supplémentaire dans le ciel du cirque Arlette Gruss

SOCIÉTÉPosté par IMPACT EUROPEAN 15 janv., 2019 01:14:00
VÉRONIQUE YANG


Le cirque Arlette Gruss présente son nouveau spectacle 'Une Etoile en Héritage" depuis le 10 janvier et jusqu'au 6 février à Bordeaux.

Le nouvel opus est très différent de celui de l'an dernier "Osez le Cirque"; on y retrouve d'avantage de numéros de cirque traditionnel (trapézistes volants, clown, otaries, jongleur, magie, acrobates en tout genre), les fauves et les éléphants ne seront pas présents, on ne découvrira que la cavalerie, ADN des cirques de la famille Gruss mais aussi des chiens, des pingouins et des otaries. Cette année, l'Extrem Light Show remplace le Neon Dance Show et le Bike Show succède au Motor Show, on trouvera aussi les lasers, la roue Cyr et le vélo. Le tout est orchestré par un Monsieur Loyal nouvelle version, Kévin Sagau depuis 2009.

Comme chaque année, la caravane du cirque s'est installée à Bordeaux pour débuter une nouvelle tournée. A cette occasion, une messe de Noel a été célébrée l'après-midi du 24 décembre par Monseigneur Ricard, évêque de la ville, sous le chapiteau pour la 4ème année consécutive et a accueilli 1600 personnes sur l'Esplanade des Quinconces en présence de la troupe. Les représentations ont débuté le 10 janvier et une soirée de gala a été organisée au profit de l'association Prima mise à l'honneur lors de cette soirée caritative. L'association Prima s'occupe de développer et installer des solutions numériques et digitales dans les hôpitaux et services de consultations pédiatriques de Nouvelle-Aquitaine pour atténuer l'isolement scolaire, social et familial des enfants hospitalisés.

Le cirque Arlette Gruss a été créé en 1985 par Arlette Gruss (ancienne dompteuse de panthère) et son mari Georgika Kobban (dompteur) suite à une promesse qu'elle avait faite à son père, il portait alors le nom de "Cirque de France"; en 1989, le cirque s'installe à Paris, pelouse de Reuilly et l'année suivante, un nouveau chapiteau est construit, il sera remplacé en 1995, en 2009 par la "cathédrale" et enfin en 2018 par "le Privilège" . En 1992, le cirque Arlette Gruss reçoit le Grand Prix National du cirque et accueille le gala de La Presse. Après avoir accueilli de nouveaux numéros venus de l'étranger, les spectacles sont retransmis sur FR3. En 1996, le cirque s'installe pour la première fois à Bordeaux et l'année suivante, Arlette Gruss devient chevalier de la Légion d'honneur sur une proposition d'Alain Juppé. La fin des années 90 voit le retour de Georgika Kobban et de ses lions ainsi que de Lucien Gruss et de ses prestations équestres mais aussi l'arrivée de Roberto Rosello, créateur des costumes qui changent chaque année tout comme la musique et le scénario. En 2006, Mme Arlette Gruss s'éteint laissant les rênes à son fils Gilbert. En 2009, l'accent est mis sur les éclairages qui deviennent la signature des spectacle et en 2010, Georgyka Kobann aménage sur une propriété d'une vingtaine d'hectares à la Fontaine St Martin des quartiers d’hiver où les animaux peuvent s'y reposer et passer une retraite agréable; concernant le spectacle, le motor show est introduit avec 8 motos tournant dans un globe métalique; en 2018, après une grande enquête sur le monde circassien en Europe, il est décidé de créer un système d’accréditation et un label de qualité pour les arts du cirque (Big Top Label) et en novembre dernier, le Cirque Arlette Gruss a été le premier à recevoir cette distinction de qualité qui reconnaît et récompense le cirque traditionnel répondant aux critères les plus sévères, établis par une commission d’experts. C’est à Bruxelles, au Parlement européen, et en présence de monsieur Tibor Navracsics, Commissaire européen à la culture, l’éducation, la jeunesse et aux sports, que Gilbert Gruss, administrateur délégué du cirque Arlette Gruss, s’est vu remettre le label de qualité.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3632

Gilets Jaunes l'act IX: mobilisation en hausse, Emmanuel Macron joue son va-tout avec le grand débat

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 14 janv., 2019 11:43:10
Gabriel MIHAI

Maintenant (…) à Macron de jouer, l’heure est venue pour lui de lancer le fameux Grand débat promis en décembre dernier pour calmer la colère des "gilets jaunes". Ce lundi, l’Élysée rendra publique une lettre dans laquelle il précisera "ce qu’il compte faire" des conclusions de ce débat.

Les «gilets jaunes» a connu un vif rebond samedi en France, où plus de 80.000 protestataires ont défilé contre la politique d'Emmanuel Macron, sans heurts majeurs, a leur colère.

Deux jours après une neuvième journée de mobilisation des "gilets jaunes", Emmanuel Macron s'adresse aux Français. Mais cette fois, point d'allocution télévisée : le chef de l'État adresse une lettre à ses concitoyens. Avant lui, François Mitterrand (en 1988) et Nicolas Sarkozy (en 2012) s'étaient déjà pliés à l'exercice.

Le texte a été finalisé ce dimanche, le chef de l'État envoie un message de fermeté mais aussi d'ouverture alors qu'il appelle tous les Français à participer au grand débat national, où qu'ils soient et quelle que soit leur opinion.

Une réunion a eu lieu hier soir à l’Élysée en présence des deux ministres en charge du pilotage, donc, Sébastien Lecornu et Emmanuelle Wargon ainsi que du patron de REM, Stanislas Guérini.

Une question est par exemple soulevée dans l’entourage du président. Faut-il, pour "populariser" ce débat, autrement dit pour en faire un succès de participation, en passer par des médias traditionnels ?

Cette hausse de la mobilisation en France intervient alors que le président Emmanuel Macron et son gouvernement lancent mardi un «grand débat national», dont l'ambition est de calmer la colère des «gilets jaunes».

L'information n’est pas encore publique mais l’exécutif semble avoir trouvé l’attelage qu’il recherchait. Il ne s’agira pas comme certains l’avaient annoncé d’un collège de personnalités. D’un côté, l’exécutif devrait désigner un duo de "sages" : avec Nicole Notat, l’ancienne patronne de la CFDT.

À ses côtés, Jean-Paul Bailly, ancien patron de la RATP puis de La Poste. Deux personnalités considérées comme expertes du dialogue social. Ils seraient les garants du bon déroulé de ce débat. De l’autre, côté politique, deux jeunes membres du gouvernement devraient été nommés pour en être les "animateurs".

Sébastien Lecornu, en charge de la Cohésion des territoires, déjà très investi, il sera particulièrement à la pointe auprès des élus.

Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique, elle s’occupera de la partie "grand public". "Le gouvernement doit assumer la responsabilité politique de ce débat".

La lettre d'Emmanuel Macron

Chères Françaises, chers Français, mes chers compatriotes,

Dans une période d’interrogations et d’incertitudes comme celle que nous traversons, nous devons nous rappeler qui nous sommes.

La France n’est pas un pays comme les autres.

Le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs. L’exigence d’entraide et de solidarité plus forte.

Chez nous, ceux qui travaillent financent les pensions des retraités. Chez nous, un grand nombre de citoyens paie un impôt sur le revenu, parfois lourd, qui réduit les inégalités. Chez nous, l’éducation, la santé, la sécurité, la justice sont accessibles à tous indépendamment de la situation et de la fortune. Les aléas de la vie, comme le chômage, peuvent être surmontés, grâce à l’effort partagé par tous.

C’est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires.

C’est aussi une des plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d’opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie.

Et chaque citoyen a le droit de choisir celles et ceux qui porteront sa voix dans la conduite du pays, dans la conception des lois, dans les grandes décisions à prendre.

Chacun partage le destin des autres et chacun est appelé à décider du destin de tous : c’est tout cela, la nation française.

Comment ne pas éprouver la fierté d’être Français ?

Je sais, bien sûr, que certains d’entre nous sont aujourd’hui insatisfaits ou en colère. Parce que les impôts sont pour eux trop élevés, les services publics trop éloignés, parce que les salaires sont trop faibles pour que certains puissent vivre dignement du fruit de leur travail, parce que notre pays n’offre pas les mêmes chances de réussir selon le lieu ou la famille d’où l’on vient. Tous voudraient un pays plus prospère et une société plus juste.

Cette impatience, je la partage. La société que nous voulons est une société dans laquelle pour réussir on ne devrait pas avoir besoin de relations ou de fortune, mais d’effort et de travail.

En France, mais aussi en Europe et dans le monde, non seulement une grande inquiétude, mais aussi un grand trouble ont gagné les esprits. Il nous faut y répondre par des idées claires.

Mais il y a pour cela une condition : n’accepter aucune forme de violence. Je n’accepte pas, et n’ai pas le droit d’accepter la pression et l’insulte, par exemple sur les élus du peuple, je n’accepte pas et n’ai pas le droit d’accepter la mise en accusation générale, par exemple des médias, des journalistes, des institutions et des fonctionnaires. Si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait !

Afin que les espérances dominent les peurs, il est nécessaire et légitime que nous nous reposions ensemble les grandes questions de notre avenir.

C’est pourquoi j’ai proposé et je lance aujourd’hui un grand débat national qui se déroulera jusqu’au 15 mars prochain.

Depuis quelques semaines, de nombreux maires ont ouvert leurs mairies pour que vous puissiez y exprimer vos attentes. J’ai eu de nombreux retours que j’ai pu prendre en compte. Nous allons désormais entrer dans une phase plus ample et vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. Dans l’Hexagone, outre-mer et auprès des Français résidant à l’étranger. Dans les villages, les bourgs, les quartiers, à l’initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, ou de simples citoyens… Dans les assemblées parlementaires comme régionales ou départementales.

Les maires auront un rôle essentiel car ils sont vos élus et donc l’intermédiaire légitime de l’expression des citoyens.

Pour moi, il n’y a pas de questions interdites. Nous ne serons pas d’accord sur tout, c’est normal, c’est la démocratie. Mais au moins montrerons-nous que nous sommes un peuple qui n’a pas peur de parler, d’échanger, de débattre.

Et peut-être découvrirons-nous que nous pouvons tomber d’accord, majoritairement, au-delà de nos préférences, plus souvent qu’on ne le croit.

Je n’ai pas oublié que j’ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle. Je pense toujours qu’il faut rendre à la France sa prospérité pour qu’elle puisse être généreuse, car l’un va avec l’autre. Je pense toujours que la lutte contre le chômage doit être notre grande priorité, et que l’emploi se crée avant tout dans les entreprises, qu’il faut donc leur donner les moyens de se développer. Je pense toujours qu’il faut rebâtir une école de la confiance, un système social rénové pour mieux protéger les Français et réduire les inégalités à la racine. Je pense toujours que l’épuisement des ressources naturelles et le dérèglement climatique nous obligent à repenser notre modèle de développement. Nous devons inventer un projet productif, social, éducatif, environnemental et européen nouveau, plus juste et plus efficace. Sur ces grandes orientations, ma détermination n’a pas changé.

Mais je pense aussi que de ce débat peut sortir une clarification de notre projet national et européen, de nouvelles manières d’envisager l’avenir, de nouvelles idées.

À ce débat, je souhaite que le plus grand nombre de Français, le plus grand nombre d’entre nous, puisse participer.

Ce débat devra répondre à des questions essentielles qui ont émergé ces dernières semaines. C’est pourquoi, avec le Gouvernement, nous avons retenu quatre grands thèmes qui couvrent beaucoup des grands enjeux de la nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’Etat et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Sur chacun de ces thèmes, des propositions, des questions sont d’ores et déjà exprimées. Je souhaite en formuler quelques-unes qui n’épuisent pas le débat mais me semblent au cœur de nos interrogations.

Le premier sujet porte sur nos impôts, nos dépenses et l’action publique. L’impôt est au cœur de notre solidarité nationale. C’est lui qui finance nos services publics. Il vient rémunérer les professeurs, pompiers, policiers, militaires, magistrats, infirmières et tous les fonctionnaires qui œuvrent à votre service. Il permet de verser aux plus fragiles des prestations sociales mais aussi de financer certains grands projets d’avenir, notre recherche, notre culture, ou d’entretenir nos infrastructures. C’est aussi l’impôt qui permet de régler les intérêts de la dette très importante que notre pays a contractée au fil du temps.

Mais l’impôt, lorsqu’il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s’investir dans les entreprises, créant ainsi de l’emploi et de la croissance. Et il prive les travailleurs du fruit de leurs efforts. Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d’encourager l’investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d’être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable. Nous devons en revanche nous interroger pour aller plus loin.

Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?

Nous ne pouvons, quoi qu’il en soit, poursuivre les baisses d’impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique.

Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?

Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? A l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ?

Notre modèle social est aussi mis en cause. Certains le jugent insuffisant, d’autres trop cher en raison des cotisations qu’ils paient. L’efficacité de la formation comme des services de l’emploi est souvent critiquée. Le gouvernement a commencé à y répondre, après de larges concertations, à travers une stratégie pour notre santé, pour lutter contre la pauvreté, et pour lutter contre le chômage.

Comment mieux organiser notre pacte social ? Quels objectifs définir en priorité ?

Le deuxième sujet sur lequel nous devons prendre des décisions, c’est l’organisation de l’Etat et des collectivités publiques. Les services publics ont un coût, mais ils sont vitaux : école, police, armée, hôpitaux, tribunaux sont indispensables à notre cohésion sociale.

Y a-t-il trop d’échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d’action au plus près des citoyens ? A quels niveaux et pour quels services ?

Comment voudriez-vous que l’Etat soit organisé et comment peut-il améliorer son action ? Faut-il revoir le fonctionnement de l’administration et comment ?

Comment l’Etat et les collectivités locales peuvent-ils s’améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté et que proposez-vous ?

La transition écologique est le troisième thème, essentiel à notre avenir. Je me suis engagé sur des objectifs de préservation de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution de l’air. Aujourd’hui personne ne conteste l’impérieuse nécessité d’agir vite. Plus nous tardons à nous remettre en cause, plus ces transformations seront douloureuses.

Faire la transition écologique permet de réduire les dépenses contraintes des ménages en carburant, en chauffage, en gestion des déchets et en transports. Mais pour réussir cette transition, il faut investir massivement et accompagner nos concitoyens les plus modestes.

Une solidarité nationale est nécessaire pour que tous les Français puissent y parvenir.

Comment finance-t-on la transition écologique : par l’impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?

Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?

Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?

La question de la biodiversité se pose aussi à nous tous.

Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l’échelon européen et international pour que nos producteurs ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?

Enfin, il est évident que la période que notre pays traverse montre qu’il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté. Être citoyen, c’est contribuer à décider de l’avenir du pays par l’élection de représentants à l’échelon local, national ou européen. Ce système de représentation est le socle de notre République, mais il doit être amélioré car beaucoup ne se sentent pas représentés à l’issue des élections.

Faut-il reconnaître le vote blanc ? Faut-il rendre le vote obligatoire ?

Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques?

Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d’élus ?

Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Economique, Social et Environnemental doivent-ils jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment ?

En outre, une grande démocratie comme la France doit être en mesure d’écouter plus souvent la voix de ses citoyens.

Quelles évolutions souhaitez-vous pour rendre la participation citoyenne plus active, la démocratie plus participative ?

Faut-il associer davantage et directement des citoyens non élus, par exemple tirés au sort, à la décision publique ?

Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l’initiative ?

La citoyenneté, c’est aussi le fait de vivre ensemble.

Notre pays a toujours su accueillir ceux qui ont fui les guerres, les persécutions et ont cherché refuge sur notre sol : c’est le devoir de l’asile, qui ne saurait être remis en cause. Notre communauté nationale s’est aussi toujours ouverte à ceux qui, nés ailleurs, ont fait le choix de la France, à la recherche d’un avenir meilleur : c’est comme cela qu’elle s’est aussi construite. Or, cette tradition est aujourd’hui bousculée par des tensions et des doutes liés à l’immigration et aux défaillances de notre système d’intégration.

Que proposez-vous pour améliorer l’intégration dans notre Nation ? En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

La question de la laïcité est toujours en France sujet d’importants débats. La laïcité est la valeur primordiale pour que puissent vivre ensemble, en bonne intelligence et harmonie, des convictions différentes, religieuses ou philosophiques. Elle est synonyme de liberté parce qu’elle permet à chacun de vivre selon ses choix.

Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l’Etat et les religions de notre pays ? Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?

Dans les semaines qui viennent, je vous invite à débattre pour répondre à ces questions déterminantes pour l’avenir de notre nation. Je souhaite aussi que vous puissiez, au-delà de ces sujets que je vous propose, évoquer n’importe quel sujet concret dont vous auriez l’impression qu’il pourrait améliorer votre existence au quotidien.

Ce débat est une initiative inédite dont j’ai la ferme volonté de tirer toutes les conclusions. Ce n’est ni une élection, ni un référendum. C’est votre expression personnelle, correspondant à votre histoire, à vos opinions, à vos priorités, qui est ici requise, sans distinction d’âge ni de condition sociale. C’est, je crois, un grand pas en avant pour notre République que de consulter ainsi ses citoyens. Pour garantir votre liberté de parole, je veux que cette consultation soit organisée en toute indépendance, et soit encadrée par toutes les garanties de loyauté et de transparence.

C’est ainsi que j’entends transformer avec vous les colères en solutions.

Vos propositions permettront donc de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l’action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Je vous en rendrai compte directement dans le mois qui suivra la fin du débat.

Françaises, Français, je souhaite que le plus grand nombre d’entre vous puisse participer à ce grand débat afin de faire œuvre utile pour l’avenir de notre pays.

En confiance,

Emmanuel MACRON



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3631
Suivant »