JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

Paris a commémoré officiellement le génocide des Arméniens pour la première fois

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 25 avril, 2019 05:07:29
Véronique YANG

Cette année, pour la première fois, la première journée nationale officielle de commémoration du génocide arménien a lieu en France suite à la promesse faite par le Président de la République Emmanuel Macron lors de sa campagne.

Pour le peuple arménien , le 24 avril est une date importante dans son histoire puisqu'il s'agit de la commémoration du génocide perpétré d'avril 1915 à juillet 1916, voire 1923, au cours duquel les deux tiers des Arméniens qui vivent alors sur le territoire actuel de la Turquie, soit 1,2 million ont péri du fait de déportations, famines et massacres de grande ampleur.

Le 24 avril correspond au jour où le gouvernement ottoman a décidé de faire une rafle dans Istanbul et d'emprisonner tous les intellectuels, tous les gens qui comptaient et de les exécuter tout de suite après. car il se sentait menacé de l'intérieur. De ce fait, on a assisté à une purification de la langue, bannissant tout ce qui n'était pas turc. Dans les années 30, le massacre des Alévis, pourtant turcs musulmans, a complété la folie de pureté ethnique mais le gouvernement actuel a du mal à le reconnaître.

Avant cela, à la fin du XIXème siècle, le sultan fait massacrer 200 à 250 000 Arméniens. A cette époque, un million d'entre eux sont dépouillés et quelques milliers convertis de force. Des centaines d'églises sont brûlées ou transformées en mosquées et près de 350 villages sont rayés de la carte. En 1909, un nouveau sultan arrive au pouvoir et on assiste encore à une tuerie faisant 20 à 30 000 morts. Les années de guerre et même jusqu'en 1923 verront encore beaucoup d'atrocités et ce n'est que dans les années 80 que l'opinion publique occidentale retrouve le souvenir de ce génocide.

En ce 24 avril 2019, le premier Ministre Edouard Philippe a rendu hommage au peuple arménien, menant un travail de mémoire pour les victimes "du génocide arménien qui a annoncé les autres génocides du 20ème siècle". "Le 24 mai 1915, la France, l'Angleterre et la Russie publient une déclaration commune pour condamner ce qu'elles qualifient de nouveaux crimes de "lèse humanité", les génocides n'existant pas encore mais les nations européennes ont conscience de crimes contre l'humanité imprescriptibles... Depuis la loi du 29 janvier 2001, la France reconnait publiquement le génocide arménien de 1915 dont l'existence est avérée par les faits et entretenue par les historiens.

Désormais, chaque 24 avril, cette journée aide à retrouver les faces d'une histoire familiale. Une cérémonie a lieu à 18h30 devant la statue du Père Komitas, Place du Canada (8ème) organisée par le CCAF (Conseil de coordination des organisations arméniennes de France) en présence du Premier Ministre Edouard Philippe; des co-présidents du CCAF, Mourad Papazian et Ara Toranian; de l'ambassadeur d'Arménie, S.E. Madame Hasmik TOLMAJIAN; de la maire du 8ème arrondissement, Jeanne d'Hauteserre qui avait ravivé la flamme du soldat inconnu à l'Etoile en présence de la communauté arménienne et la Maire de Paris, Anne Hidalgo qui a commémoré le génocide à l'Hôtel de Ville le matin.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3836

Décès de Jean-Pierre Marielle à l'âge de 87ans

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 25 avril, 2019 02:46:13
Véronique YANG

Jean-Pierre Marielle est né le 12 avril 1932 à Dijon dans un milieu très modeste. Grâce à un professeur de son lycée, il se tourne vers le théâtre alors qu'il se destinait à des études littéraires et entre au Conservatoire de Paris où il rencontre Jean-Paul Belmondo ou Jean Rochefort.

Après avoir interprété des seconds rôles durant les années 60, il change de registre et se fait remarquer dans des rôles dramatiques comme dans "Que la fête commence" de Bertrand Tavernier" en 1974. En 1975, il es nommé aux Césars pour son interprétation dans "Les galettes de Pont-Aven" de Joel Seria puis "Un moment d’égarement" de Claude Berri en 1977. Les rôles de comédie marqueront les années 80 grâce à sa voix et son regard ce qui lui vaudra d'être encore nominé aux Césars pour " Tous les matins du monde"d'Alain Corneau en 1992, "Max et Jérémie" en 1993, "La Petite Lili" en 2004 et "Faut que ça danse ! " en 2008 mais malheureusement, il n'en décroche aucun

Le représentant de parapluies, amoureux de l'amour dans "Les galettes de Pont Aven" a marqué le cinéma français par sa présence dans une centaine de films; Jean-Pierre Marielle a fait sa dernière apparition à l'écran en 2015 dans un téléfilm pour France 2, "Des roses en hiver", plaidoyer pour le droit de mourir dans la dignité où il y incarnait un vieil homme gravement malade décidant de recourir au suicide assisté en Suisse.

Côté vie privée, il avait épousé Agathe Natanson en 2003 et avait eu un enfant d'une première union. Jean-Pierre Marielle s'est éteint à l'hôpital des 4 villes à St Cloud des suites de la maladie d'Alzheimer de laquelle il souffrait. Il s'était d'ailleurs mobilisé aux côtés de Jean Rochefort et d'autres artistes pour la lutte contre cette maladie.Ses obsèques auront lieu dans la plus stricte intimité.

A l'annonce de sa mort, quelques heures après celle du rocker Dick Rivers, les réactions ne se sont pas faites attendre; le ministre de la culture, Franck Riesler, a salué la générosité et le charisme de l'acteur au théâtre comme au cinéma; les réalisateurs Josée Dayan, auteure de la série "Capitaine Marleau" et Jean-Pierre Mocky lui ont aussi rendu hommage, tout comme Pierre Arditi ou Fabrice Luchini.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3835

Dick Rivers est mort d'un cancer, le jour de son anniversaire

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 24 avril, 2019 11:41:11
Gabriel MIHAI

Le manager de Dick Rivers a annoncé, ce mercredi 24 avril 2019, le décès du célèbre chanteur de rock'n'roll à 74 ans, le jour de son anniversaire. Dick Rivers, né Hervé Forneri, est mort d'un cancer.

Il était l’un des plus célèbres défenseurs et le propagateur du rock’n’roll à la française au début des années 1960 avec Johnny Hallyday et Eddy Mitchell.

Après 55 ans de carrière et 36 albums, Dick Rivers, de son véritable nom Hervé Forneri, est mort à l'âge de 74 ans. Ironie du sort, celui qui est né le 24 avril 1945 à Nice est mort le jour de son anniversaire. C'est d'ailleurs un 24 avril que Dick Rivers et les Chats Sauvages ont signé leur premier album en 1961.

Dick Rivers a découvert le blues et le rock'n'roll dans sa jeunesse. C'est la proximité d'une garnison américaine installée dans la Rade de Villefranche qui a rapproché ses oreilles et son cœur de cette musique venue d'Amérique. Elvis Presley a été évidemment une grande influence pour l'artiste.

Dans son chant en français, sa voix assez grave, il y avait une pointe de cet accent, tout comme une forme de théâtralité vocale qui rappelait celle de son maître Presley.

Le rockeur a ensuite connu quelques succès en solo, notamment avec le titre Rien que toi. Il reçoit un disque d’or en 1967 pour Viens me faire oublier. Comme l’indique son site officiel, le chanteur a sorti pas moins de 35 albums et des centaines d’enregistrements.


  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3834

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme : les nouvelles technologies de Néomerys

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 23 avril, 2019 20:41:46
Véronique YANG

Depuis 2014, la start up Neomerys se consacre à l'écopositivité en s'engageant dans des technologies pour repenser le développement humain et son rapport à l'environnement.

Neomerys est née à Montpellier en 2014 sur un projet de production d'un biocarburant renouvelable et pas cher, à base de micro-algues tout en soulignant les limites et les faiblesses des différents biocarburants existants ( biofuel à base de céréales ou de ligno-cellulose (bois et parties non-alimentaires des plantes), abondant vers un bilan carbone négatif.

Les créateurs de Neomerys sont Jeremy Dutheil, ingénieur en chimie verte et docteur en microbiologie des algues, directeur R&D de Neomerys et son père Pierre Dutheil, Pdg de Neomerys Ils ont ensuite été rejoints par 2 autres biologistes: Anne-Hélène Deniau, ingénieure et docteure en biotech, spécialiste de la valorisation des lipides par la voie enzymatique et Marcia Ortega-Ramos, docteure en microbiologie et spécialiste de la microbiologie des micro-organismes photosynthétiques. C'est ainsi qu'ils lancent le projet Kodama dont le principe est d'exploiter une micro-algue bleue qu'ils nourrissent avec la sève des arbres, une substance naturelle riche en nutriments.

Le projet propose une biotechnologie capable de remplacer le pétrole et de produire de l'énergie tout en fixant du CO2 en inversant l'effet de serre dans un contexte de crise climatique et de pénurie énergétique lié à une déforestation massive, des ressources pétrolières qui s'épuisent et la pollution atmosphérique. La solution se trouve dans des micro-algues, végétaux qui se multiplient très vite et offrent de bonnes capacités en volumes, d'autant qu'elles poussent dans l'eau et ne consomment pas de surface au sol, une technique solaire de dessalement de l'eau de mer ayant été développée pour irriguer les forêts. Ce projet permet d'absorber plus de CO2 qu'il n'en rejette et peut être considéré comme la première énergie écopositive du monde, remplaçant la dépendance au pétrole par une dépendance aux forêts tout en "réparant" la planète... L'objectif est de dépasser largement les objectifs fatalistes de la COP21 et de revenir à un climat préindustriel tout en créant de nombreux emplois verts.

Selon Jérémy Dutheil: "Toute chose vivante de l'organisme est constituée de protides, de lipides, de sucres, l'idée c'est d'aller récupérer la partie qui peut être transformée en carburant, c'est-à-dire les lipides... On va ensuite légèrement les modifier pour les rendre utilisables par les utilisateurs de véhicules... Pour produire en grande quantité, un processus innovant a été mis en place. Le végétal nourri par la sève d'arbres est intégré dans un réacteur tubulaire. Les algues sont agitées, éclairées et ont des nutriments comme pour tous les végétaux pour pouvoir se multiplier à grande échelle jusqu'à ce qu'elles le fassent de manière exponentielle..."Une fois récoltée par une méthode d'aimantation à bas coût, la partie lipide des algues est transformée pour avoir du carburant grâce au végétal lui- même plutôt que des engrais chimiques, ce qui conduit à très forte économie.

D'ici quelques mois, les premières gouttes apparaîtront mais il faudra 10 à 20 ans avant quel'on puisse remplacer l'intégralité du pétrole fossile et le retrouver dans les pompes à un prix avoisinant 2€ contre 20 aujourd'hui. La première mise sur le marché devrait se situer vers 2035. Avant cela, des sous-produits des micro-algues sont mis sur le marché pour d'autres applications: ingrédients pour faire de la cosmétique, pigments fluorophores pour faire de la recherche (imagerie fluorescente), ou des biomolécules pour le secteur pharmaceutique. La dépollution de l'eau de mer pour l'humanitaire et la valorisation du système solaire de la start up en font aussi partie. D'ici 2020, un chiffre d'affaire de 1M€ est espéré, 10M€ en 2021 et 30 M€ en 2022 sur les marchés mondiaux qui se chiffrent en milliards.

Pour mieux comprendre ce qu'est une centrale kodamique, il faut suivre les 7 différentes étapes:

1- Revalorisation de la forêt, Absorbeur puissant de CO2 grâce à la photosynthèse.

2-Extraction de la sève, 1% prélevé suffit et ne nuit pas à la santé de l'arbre.

3-Utilisation de l'eau de mer, Habitat naturel des algues, elle est ensuite dessalinisée.

4-Les micro-algues nourries par la sève sont multipliées par le bioréacteur kodamique.

5-Le surplus rejeté (eau+déchets), permet d'alimenter le réseau d'irrigation de la for^t et après retraitement d'être potabilisée.

6- Une production de biocarburant , 90% moins énergivore et 70% moins chère que les procédés actuels.

7-Une nouvelle verte, absorbera plus de CO2 qu'elle n'en dégagera.

Ce qu'apporte la centrale kodamique, acteur majeur de la transition écologique:

1-Création de nouveaux emplois liés directement aux centrales et à la reforestation.

2-Dessalinisation de l'eau de mer pour reforester en permettant de réparer le cycle naturel de l'eau et de créer une économie circulaire autour de la sève d'arbre.

3-Planter des arbres et entretenir des forêts est plus rémunérateur que de les détruire.

4-Le carburant Kodama peut remplacer le pétrole, projet réalisable et d'une ampleur sans précédent.

5-Une nouvelle économie verte est la portée de tous.

Etapes nécessaires pour le remplacement du pétrole:

4 milliards de tonnes de pétrole sont extraits du sol chaque année, soit 106 millions de barils produits chaque jour dans le monde dans 648 raffineries (la plus grande, Jamnagar fait la taille d'une ville entière, soit 1% de la production mondiale).Remplacer le pétrole à 100% nécessiterait des infrastructures adaptées:

1-Des centaines de millions d'hectares de forêts (10% des terres émergées du globe) pour produire la sève qui servira à la croissance des micro-algues.

2-Des photoréacteurs géants pour cultiver les micro-algues et produire 4 milliards de tonnes d'algocarburant écopositif.

3-De gigantesques installations de dessalement d'eau de mer (milliers de milliards .

Bénéfices liés à ce remplacement:

1-CO2 fixé massivement par les forêts(6 T/ha/an) qui ne représentent aujourd'hui que 30% des terres émergées du globe.

2-Climat stable ramené durablement à son niveau préindustriel

3-Cycle de l'eau réparé (pluies grâce aux forêts..).

4-Terres regagnées sur la désertification.

5-Biodiversité végétale et animale préservée, l'élevage représentant 30% des terres émergées du globe pour la seule production de viande.

6-Energie renouvelable illimitée.

7-Eau douce facile à potabiliser et à valoriser pour l'agriculture.

8-Production de protéines végétales et d'engrais en abondance.

9-Nombreux emplois verts partout dans le monde.

Le 18 avril à Montpellier, la start-up Neomerys annonçait son introduction en bourse où elle compte lever 15M€ avec son projet Kodama, dédié à la production d’un biocarburant à base de micro-algues. Actuellement installée dans les locaux de l'ex-École de chimie SupAgro de Montpellier, Neomerys doit déménager courant 2020 sur le site du Mas Dieu à Montarnaud (34), où sont déjà implantés cinq auvents de panneaux photovoltaïques, afin d'y construire ses laboratoires et recruter une cinquantaine de chercheurs, ceci équivaut à un investissement de 10 M€ selon Pierre Dutheil d'où son choix de l'introduction en bourse.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3833

Deux voix se donnent le « LA »

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 23 avril, 2019 13:06:44
Daphné VICTOR


Quelle idée originale que celle de réunir sur une même scène une chanteuse et un imitateur qui ont pour dénominateur commun l’humour ! Elle, c’est Geneviève Morissette une grande voix venue du Québec qui a fait les premières parties de Lynda Lemay et de Robert Charlebois. Lui, c’est Thierry Garcia, ex-chroniqueur de Michel Drucker sur le plateau de « Vivement dimanche » qui a officié pour les Guignols de l’info sur Canal+ aux côtés d’Yves Lecoq.

Le temps d’une soirée exceptionnelle, les deux artistes découverts par le célèbre cabaret parisien le Don Camilo où ils se produisent régulièrement, ont mutualisé leur talent en partageant la scène mythique de l’Olympia dans un spectacle intitulé « 2 shows en coloc ». Chacun y a présenté son propre spectacle. Pour elle « De Chicoutimi à Paris ». Pour lui « Profession : voleur d’identité ». Un deux en un fantaisiste pour un pari audacieux, motivé par la volonté de proposer un moment atypique de partage, d’un genre nouveau.

Enchaînements de sketchs caricaturaux pour lui dont on retiendra, « Rendez-vous en terre inconnue » pour politiques et animateurs, « Manon des sources » versus « l’Amour est dans le pré », la « Besnehard Académie » (Ndlr : clin d’œil à l’agent artistique Dominique Besnehard), mis en lumière dans une mise en scène signée Yves le Rolland intégrant des hologrammes. Chansons ubuesques pour la rousse pétillement déjantée à la voix éraillée, mélangeant la folie et l’extravagance de Diane Dufresne et la puissance ainsi que la sensibilité vocale de Ginette Reno marquées par une déclaration à Michel Drucker et des hommages à Linda Lemay, Céline Dion et Paris, avec, en toute fin de concert, la participation de la chorale de l’Ensemble vocal de la maîtrise de Reims dirigée par Sandrine Lebec.

Deux univers qu’on aurait davantage voulu voir se confondre qui ont été portés par une même allégresse : celle d’avoir eu leurs noms éclairés de rouge sur la façade de l’Olympia. Ils en rêvaient. Ils l’ont fait.

Don Camilo (Paris VIIème) – Dîner spectacle – Réservations : 01 42 60 82 84 – www.doncamilo.net



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3832

“Gilets jaunes” : le journaliste Gaspard Glanz est sorti avec une interdiction de travailler à Paris les samedis et le 1e mai

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 23 avril, 2019 01:20:48
Gabriel MIHAI


Interpellé en marge du rassemblement des "gilets jaunes" samedi 20 avril, le journaliste indépendant Gaspard Glanz sera jugé le 18 octobre au tribunal de Paris.

Le journaliste Gaspard Glanz, interpellé samedi 20 avril, lors de l'acte 23 des "gilets jaunes", s'est vu remettre une convocation pour être jugé le 18 octobre au tribunal de Paris, après 48 heures de garde à vue. Il sera jugé pour "outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique", selon son avocat Me Raphaël Kempf et le parquet de Paris.

Gaspard Glanz est interdit de paraître à Paris tous les samedis et le 1er mai. Cette décision revient à lui interdire de couvrir les manifestations des Gilets jaunes et d’autres ayant lieu ces jours-là. Autrement dit, d’exercer son travail de journaliste. C’est une atteinte à la liberté d’informer, a indiqué son avocat. S'exprimant à la sortie du commissariat du XIIe arrondissement de Paris, Gaspard Glanz a déclaré : "Je me rendrai dans les manifestations les samedis et le 1er mai malgré l'interdiction (...) Parce que je suis journaliste".

Me Raphaël Kempf a expliqué au sortir du tribunal la situation (transcription des propos captés par le journaliste Charles Baudry) :
"Le juge des libertés et des détentions a décidé de faire droit à ces réquisitions en interdisant à Gaspard Glanz de se présenter à Paris tous les samedis et le 1e mai. Cette mesure l’empêche de travailler, nuit à la liberté d’informer, à la liberté d’expression, à la liberté de travailler, et pourrait aboutir pour Gaspard Glanz à une espèce de mort professionnelle. Nous contesterons par les voies de droit cette décision. Il lui est reproché uniquement une infraction d’outrage à des policiers, prévue par le Code de procédure pénale, au cours d’une manifestation, policiers avec lesquels il cherchait à discuter après avoir reçu dans le genou une grenade.

Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, un grand nombre de manifestants étaient toutes les semaines interdits de se rendre à Paris, les empêchant d’exercer leur liberté fondamentale de manifester. Aujourd’hui, l’institution judiciaire veut en plus interdire à un journaliste de faire son travail.
Ce n’est pas une peine, c’est un contrôle judiciaire. Ce qui le justifie, je ne sais pas, parce que cette décision n’est pas motivée."

Sur une vidéo diffusée sur YouTube, on peut voir Gaspard Glanz, journaliste indépendant à la tête d'une société de production, interpeller les forces de l'ordre place de la République et affirmer avoir été visé par une grenade de désencerclement. Le journaliste leur fait ensuite un doigt d'honneur après avoir été poussé par un policier.

Sur Twitter, Me Kempf a annoncé qu'il allait "contester" cette décision qui "porte atteinte à la liberté de la presse et à celle de travailler", son client s'étant spécialisé dans la couverture de mouvements sociaux et notamment de celui des "gilets jaunes".

Me Raphaël Kempf, a déclaré : « La garde à vue est une mesure de contrainte et de privation de liberté qui doit être absolument nécessaire à la réalisation d’une enquête. Dans ce cas, cette mesure n’était pas absolument indispensable. Si l’on voulait entendre Gaspard Glanz, on pouvait le convoquer à une date ultérieure et on n’avait pas besoin de l’enfermer dans une cellule crasseuse pendant quasiment 48 heures ».
Soulignant que « le procureur n’est pas un magistrat indépendant », Me Kempf a déploré que « le procureur n’ait pas daigné prendre la parole pour s’expliquer sur cette mesure ».

Dans une note d’analyse juridique, l’avocat Vincent Ollivier démontre en se référant à l’article 62-2 du Code de procédure pénale que, même si le délit « d’outrage » était constitué, « il n’existait aucun motif justifiant le placement en garde à vue de l’auteur de l’irréparable outrage ».

Une pétition demandant la libération du journaliste a recueilli plus de 23.6500 signatures.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3831

Les Kabyles marchent pour leur indépendance

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 22 avril, 2019 18:26:06
Véronique YANG

Samedi 20 avril, une manifestation moins médiatique que celle des "Gilets Jaunes" s'est aussi tenue de la place de la Bastille à celle de la République: la communauté kabyle a défilé afin de demander son autonomie.

En Algérie, après la démission du président sortant d'Abdelaziz Bouteflika suite aux nombreuses manifestations populaires, il reste encore un point sombre à éclaircir: le devenir de Kabyles et l'indépendance de leur territoire. C'est pourquoi, partout dans le monde, le 20 avril est la journée de gloire en hommage au combat des générations de kabyles sacrifiés pour la liberté sous l'impulsion du MAK (Mouvement pour l'Autonomie de la Kabylie) et de l'ANAVAD (gouvernement kabyle en exil) sous le slogan:"La Kabylie avant Tout".

A cette occasion, les militants se sont rendus dans les villes et villages pour rendre hommage aux combattants tombés pour leur cause tels Ameziane Mehenni à Mareghna, Guermah Massinissa et Matoub Lounes à At Dwala, Taous Amrouche à Ighil Ali … Faisant fi des risques qu'ils encourent et des arrestations qui se multiplient, 5 membres du MAK dont Aksel Bellaci (3 interpellations en moins d'une semaine) n'ont pas hésité à affronter le 17 avril dernier à Rafour, les gendarmes qui les ont interceptés puis relâchés après interrogatoire. Ces manifestations ont montré que la Kabylie reste elle-même, loin des clichés diffusés à la télévision algérienne.

Le 20 avril, près de deux millions de Kabyles ont marché avec les drapeaux kabyles et amazighs, vigilants et soucieux de leur avenir de paix, liberté et d’indépendance mais malheureusement, l'appel à observer une minute de silence à la mémoire des victimes kabyles du Printemps Noir (2001-2003) n’a pas été suivi en Algérie qu'à la condition qu'elle soit transparente et arabisée.

A Paris, la chanteuse allemande, grande amie de la Kabylie et du peuple Kabyle, Uli Rohde, a participé à la marche organisée par le MAK pour la commémoration de tafsut imazighen et tafsut taverkant (printemps amazigh et printemps noir, de Bastille à République où un grand rassemblement devait se tenir et plusieurs personnes prendre la parole dont le Président, Ferhat MEHENNI. Cette anthropologue également journaliste, professeur d’art et d’allemand, membre de l’association « Amitié Allemagne-Kabylie, se retrouve sur des plateaux de télévisions kabyles et amazighs, dans des festivals, des rassemblements et manifestations auxquelles elle participe pour soutenir les prisonniers politiques Kabyles comme Merzouk Touati, Slimane Bouhafs ou les rifains (ethnie berbère d'environ 5 millions d'habitants du nord du Maroc, qui peuple principalement les montagnes et plaines de la partie centrale et orientale des montagnes du Rif, le long de la côte méditerranéenne), à l’instar de Nasser Zefzafi et ses codétenus. Elle interprète les chansons engagées de Matoub Lounès (chanteur kabyle assassiné par le pouvoir algérien en 1998).

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3830

Paris fait sa foire

SALONPosté par IMPACT EUROPEAN 22 avril, 2019 15:40:56
Daphné VICTOR


C’est le plus grand salon d’Europe pour la maison, mais pas que. L’artisanat, l’art de vivre, la décoration, l’ameublement, le prêt-à-porter et la gastronomie en font également partie. Au total, 1700 exposants répartis sur 200 000 m², soit 3 500 marques seront présentes pour donner des idées, améliorer, changer, créer des ambiances ou des intérieurs, déguster et acheter des produits du terroir et du monde entier, prendre soin de soi et de son corps. Les choix ne manqueront pas pour faire du shopping, acheter, aménager ou concrétiser un projet. Une foire d’empoigne qui fêtera ses 115 ans, devenue avec le temps, le rendez-vous incontournable des nouvelles tendances. Cette année, pour la première fois, un marché aux fleurs sera déployé en partenariat avec Green Rungis, sans oublier le très attendu concours Lépine International qui lui, soufflera ses 118 ans, les Grands Prix de l’innovation, les animations, les activités, les spectacles, les parades et les concerts, tous gratuits, ainsi que les ateliers et les conseils d’experts dont ceux de Stéphane Plaza, ambassadeur de ce nouvel opus. Douze jours de grand déballage pour dénicher de nouvelles idées et répondre à toutes les envies des 500 000 visiteurs attendus.

Foire de Paris – du 27 avril au 8 mai 2019 - Paris Expo Porte de Versailles - 1, place de la porte de Versailles 75015 Paris – de 10 à 19h – Nocturne le samedi 5 mai jusqu’à 22h – Tarif : 14 euros – Le petite plus : un service de conciergerie permettra de garder les achats effectués, de les transporter jusqu’au véhicule ou directement au domicile – www.foiredeparis.fr



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3829

En Ukraine la fiction est devenue réalité dimanche

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 22 avril, 2019 14:36:34
Gabriel MIHAI

Âgé de 41 ans, l'homme, qui n'a aucune expérience en politique, est devenu très populaire grâce à la télévision, en particulier en jouant le rôle principal dans la série "Le serviteur du peuple". Il y incarne un professeur d'histoire, propulsé à la présidence du pays, qui se confronte à une classe dirigeante corrompue.

Il s'appelle Volodymyr Zelensky, il est comédien et le prochain président de l'Ukraine. Dans un pays toujours gangréné par la corruption, le message de cette série télévisée trouve un large écho auprès des téléspectateurs ukrainiens. "Je suis un nouveau visage, je n'ai jamais fait de politique, je viens d'un secteur considéré comme propre, la télévision et le cinéma. Les gens me connaissent bien et ils peuvent s'identifier à moi", dit-il.

Considérant que l'Europe de l'Est fait partie du passé communiste et constitue une véritable industrie de la corruption, la liberté et la démocratie sont aujourd'hui de plus en plus recherchées dans les Balkans.

La chute des régimes communistes de 1989 a mis à jour, dans l’espace contrôlé depuis plus de quarante ans par l’Union soviétique, d’anciens conflits entre nations, ethnies et religions qui n’avaient pas été résolus, mais seulement “gelés” sous des régimes totalitaires. L’expérience acquise dans la transition post-communiste peut être utile pour désamorcer les conflits actuels aux niveaux européen et mondial.

Trois décennies après la chute des régimes communistes en Europe de l’Est, mettra en lumière l’importance des dirigeants qui ont changé l’histoire en 1989, en proposant de partager leur expérience immédiate de la transition du communisme à la démocratie et à la gestion des conflits. pendant cette transition.

La fulgurante ascension de Volodymyr Zelensky a été favorisée par le désamour des électeurs ukrainiens face à des élites éclaboussées par des scandales de corruption à répétition et par leur déception cinq ans après le soulèvement pro-occidental du Maïdan, qui a porté au pouvoir Petro Porochenko. Le comédien Volodymyr Zelensky a remporté l'élection présidentielle avec 73,2 % des voix. Un humoriste se retrouve donc propulsé à la tête du pays, sans avoir aucune expérience en politique, aprés le rôle du président ukrainien, qu'il incarnait dans une série télévisée.

Volodymyr Zelensky, comédien novice en politique, a remporté dimanche soir 21 avril la présidentielle en Ukraine avec une majorité écrasante face au sortant Petro Porochenko, ouvrant une page riche en incertitudes pour ce pays en guerre aux portes de l’Union européenne.

Fraîchement élu, le président Volodymyr Zelensky espère mettre un terme à la guerre qui ravage l'est du pays en relançant les accords de paix impliquant la Russie. «Nous allons poursuivre le processus de Minsk, nous allons le relancer», a-t-il déclaré à la presse au cours de sa première conférence de presse après son élection à la présidence. Il faisait référence aux accords de paix signés en février 2015 dans la capitale bélarusse sous l'égide de Kiev, Moscou, Paris et Berlin.

Alors que de nombreuses trêves ont été annoncées par les belligérants, mais jamais respectées, l'Ukraine et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir militairement les séparatistes, ce que Moscou dément malgré les éléments en ce sens relevés par plusieurs médias internationaux.

«Le plus important» est «de cesser le feu», a encore fait valoir M. Zelensky. «La tâche numéro un est de faire revenir tous nos prisonniers, nos marins», a-t-il poursuivi, ajoutant qu'il ferait «tout pour faire revenir nos gars chez eux».

Kiev et l'Occident dénoncent la détention par la Russie et les séparatistes de plusieurs dizaines d'Ukrainiens, considérés comme prisonniers politiques ou de guerre dans leur pays.

Si Volodymyr Zelensky disposera à la présidence de pouvoirs forts, notamment comme chef des armées, sa marge de manœuvre pour prendre des mesures concrètes sera très limitée faute de majorité parlementaire. Des législatives ne sont prévues pour l’instant que le 27 octobre, présageant l’ouverture d’une nouvelle phase de luttes politiques.

Celui qui prendra ses fonctions dans un mois a déjà fixé plusieurs objectifs, notamment relancer le processus de paix impliquant la Russie et visiter l'Ukraine à la rencontre des habitants. Il avait aussi déclaré lors de sa campagne vouloir rencontrer les dirigeants français, allemand et américain. Il pourrait également dissoudre l'Assemblée nationale rapidement après avoir accédé au pouvoir pour tenter d'obtenir une majorité. Pour le reste, le flou demeure.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3828

Gilets jaunes à Paris: nouvelles violences lors de l'acte 23 et plusieurs journalistes arrêtés, d’autres blessés

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 21 avril, 2019 04:16:51
Gabriel MIHAI


L'acte 23 des «gilets jaunes» a rassemblé samedi 27.900 manifestants en France, dont 9.000 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. Ces chiffres font apparaître un fléchissement de la mobilisation. La journée a été marquée par de nouvelles échauffourées dans la capitale française.

A Paris, on a compté 227 interpellations ce samedi. Les forces de l'ordre ont également procédé à plus de 20.000 contrôles préventifs, selon la préfecture de police. Depuis plusieurs jours, la capitale était annoncée comme un point chaud de contestation, même si aucun "black bloc" n'a encore été constaté.

Plusieurs milliers de personnes s'étaient rassemblées dans la matinée sous un grand soleil, à Bercy, avant de s'élancer vers midi en direction de la place de la République. D'autres manifestants se sont retrouvés vers la gare du Nord pour se rendre près de la basilique Saint-Denis, dans le 93. Ce second cortège s’est déroulé sans incident.

En revanche, des échauffourées ont émaillé le cortège de la manifestation principale, notamment dans le 11ème arrondissement. Arrivés près de la place de la République, les manifestants ont été contenus et un face-à-face tendu a opposé un groupe d’une centaine de personnes avec des forces de l’ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes et ont procédé à plusieurs charges, sous le regard passif de "gilets jaunes" en retrait de ces violences.

Certains criaient «Suicidez-vous, suicidez-vous», faisant référence à la vague de suicides sans précédent qui frappe la police nationale depuis le début de l'année.

Plus de 60.000 policiers et gendarmes ont été déployés dans tout le pays et des lieux symboliques interdits préventivement, à commencer par les abords de la cathédrale Notre-Dame. Sur les Champs-Élysées, également interdits, les forces de l'ordre filtraient les passants. La célèbre avenue avait été saccagée le 16 mars.

Selon l’adjoint de maire, qui se trouvait dans l’après-midi au centre de veille opérationnelle avec Anne Hidalgo, les dégâts sont de nouveaux « très importants ». « Sur tout le trajet entre Bastille et République en allant vers Goncourt, il y a de la casse de mobilier urbain et les commerces sont très touchés », a-t-il déploré alors que Paris a durement été touché avec l’incendie de la cathédrale de Notre-Dame.

Premier adjoint au maire du IIIe arrondissement, Gauthier Caron-Thibault a lui aussi critiqué à demi-mot sur Twitter le dispositif policier : « J’avoue ne pas comprendre comment l’organisation des forces de l’ordre n’a pas su éviter l’entrée des casseurs dans le dédale des rues du Marais alors que depuis plusieurs jours elle en annonce la venue ».

« Le préfet de Police salue l’action efficace et professionnelle des policiers, gendarmes et pompiers mobilisés pour la 23e fois sur une manif gilets jaunes. Ils ont mis en oeuvre les instructions du ministre de l’Intérieur et ont ainsi assuré le maintien de l’ordre public à Paris. » Le tweet a grandement fait réagir du côté des manifestants mais aussi de certains journalistes indépendants, qui rappellent que des confrères ont été malmenés aujourd’hui, malgré leur casque ou leur brassard presse.

Le journaliste indépendant Alexis Kraland, lui aussi habitué à suivre les Gilets jaunes, aurait également fait l’objet d’une interpellation devant la gare du Nord. Selon son confrère Maxime Reynié, il avait pourtant indiqué sa profession. « Et plusieurs collègues essayaient de discuter avec la police avant de se voir ordonner de quitter les lieux sinon interpellation », précise le photographe indépendant.

Le journaliste @akraland vient de se faire interpeller fermement dans la gare du nord #paris alors qu'il ai indiqué sa profession de journaliste et que plusieurs collègues essayaient de discuter avec la police avant de se voir ordonner de quitter les lieux sinon interpel #Acte23

— Maxime Reynié (@Maxime_Reynie) 20 avril 2019

Selon un confrère du Figaro, Thibault Izoret, celui qui suit régulièrement les mobilisations de Gilets jaunes a été menotté place de la République. « Les interpellations non conformes se sont multipliées et mon collègue du Figaro a été pris à partie par un membre des forces de l’ordre, je diffuserai les images ce soir », prévient-il.

Un journaliste (@GaspardGlanz selon de nombreux journalistes temoins) menotté. les interpellations non conformes se sont multipliées et mon collègue du @Le_Figaro pris à partie par un membre des FDO, je diffuserai les images ce soir#GiletsJaunes#Acte23pic.twitter.com/iOz10pnrOc

— Thibault Izoret (@TIM_7375) April 20, 2019

#Acte23 : Ns avons assisté à l'arrestation du journaliste Gaspard Glanz lors d'une offensive des FDO sur plusieurs médias (dont mon collègue Sacha Benitah qui couvrait en live l'#acteXXIII pour @Le_Figaro , vidéo à venir)#libertedelapresse @GaspardGlanz #ultimatum2 #giletsjaunespic.twitter.com/vkknSH18ZO 22:05 - 20 avr. 2019 de Paris

— Thibault Izoret (@TIM_7375)

La journaliste collaborant avec RFI Marine Jeannin partage elle une photo d’Alexis Kraland entouré de plusieurs policiers et assure qu’il a ensuite été « embarqué ».

Le journaliste @akraland est embarqué par la police à Gare du Nord#ActeXXIIIpic.twitter.com/grXM2lqr2o

— Marine Jeannin (@Marine_Jeannin_) 20 avril 2019

Alexis Kraland a raconté sur Twitter sa mésaventure, après que plusieurs témoignages de confrères aient dénoncé son arrestation : « Sorti d'une garde-à-vue de 8h parce qu'à gare du nord j'ai refusé de lâcher ma caméra à un policier dont le collègue affirmait que c'est une arme par destination. Ils ont donc matraqué ma main qui la tenait avant de m'interpeller pour rébellion de palpation ». « Aucune notification de mes droits, pas droit au médecin ni à un avocat. (...) 8h15 après l'interpellation je suis sorti sans suites (a priori) mais mon casque de skate, mes protège-tibia et mes lunettes de protection ont été détruites sur ordre d'un magistrat».

Sorti d'une garde-à-vue de 8h parce qu'à gare du nord j'ai refusé de lâcher ma caméra à un policier dont le collègue affirmait que c'est une "arme par destination". Ils ont donc matraqué ma main qui la tenait avant de m'interpeller pour "rébellion de palpation"

— Alexis Kraland (@akraland) 20 avril 2019

Pierre Tremblay, journaliste au Huffpost, rapporte que deux hommes «ont été touchés par des projectiles sortis de nulle part (grenade lacrymo?)» alors qu'ils se trouvaient près de lui, à l'écart des affrontements.

Il n'est pas nécessaire d'être au coeur des affrontements pour être blessé par les FDO. Ici, un exemple parmi d'autres. Ces deux hommes ont été touchés par des projectiles sortis de nulle part (grenade lacrymo?) alors qu'ils se trouvaient près de moi, à l'écart. #Acte23pic.twitter.com/WVgJciKUJv

— Pierre Tremblay (@tremblay_p) 20 avril 2019

Un canon à eau est utilisé place de la République pour disperser les manifestants. Un engin surnommé "le schtroumpf" par les forces de l'ordre, en raison du marqueur chimique bleu qu'il diffuse. Si l'emploi de ce dernier a pu être constaté par le reporter de RTL, les autorités ne confirment pas cette information.

Ce samedi, l'eau qui sortait des canons à eau utilisés place de la République était d'un bleu électrique, ce liquide pourrait jouer le rôle de «marqueur», déjà évoqué par Édouard Philippe mi-mars.

Lundi 18 mars, Édouard Philippe avait en effet déjà annoncé que les forces de l'ordre auraient recours au «marquage» lors des manifestations, il avait alors parlé d'un «marqueur coloré» et d'un autre «transparent» restant plusieurs semaines. Ces deux types de liquides visent à marquer quelqu'un au moment d'une infraction, pour faciliter son interpellation.

Les manifestants se sont principalement donné rendez-vous à Paris, pour ce qu'ils présentent comme un nouvel "ultimatum", alors qu'Emmanuel Macron dévoilera jeudi prochain ses réformes tirées du grand débat.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3827

Palmarès de la cuillère d'or 2019

GASTRONOMIEPosté par IMPACT EUROPEAN 19 avril, 2019 18:42:01
Véronique YANG

La Cuillère d'or est un concours gastronomique 100% féminin fondé par Marie Sauce-Bourreau en 2010. L'an prochain, il fêtera ses 10 ans avec sa grande finale internationale.

Le 15 avril dernier, la 5ème édition des Trophées de la Cuillère d’Or a lieu à Paris dans les locaux de l'Ecole Ferrandi, réunissant 24 finalistes professionnelles et amatrices dans les catégories cuisine et pâtisserie sur le thème du Développement Durable, sous les yeux du jury présidé par la fondatrice Marie Sauce-Bourreau entourée de Danielle Crost, vice-présidente et Christian Têtedoie, président d’honneur de l’association. En déplacement à l'étranger, le parrain, Guillaume Gomez, chef des cuisines du Palais de l'Elysée était absent mais a envoyé un message d'encouragement. Certaine candidates étaient venues de Chypre, d'Algérie, de Martinique et de la Réunion.

Le Trophée Cuisine était présidé par Virginie Basselot, MOF et chef du Negresco, celui de la Pâtisserie, par Christelle Brua, chef pâtissière du Pré Catelan à Paris. Elles étaient accompagnées de deux présidents d’honneur, Thierry Charrier, chef du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes et Anaïs Bescond, la biathlète Française la plus titrée au Monde.

Dans la catégorie cuisine, professionnelles et amatrices avaient 4 heures pour préparer une entrée "Huîtres et moules Bio, pomme et rose" puis un plat "La volaille dans tous ses états, légumes de saison". Pour la catégorie pâtisserie, il y avait 3h30 pour préparer un dessert dressé sur 6 assiettes "Vénus, chocolat , pomme et rose".

Le jury technique et dégustation était composé de 29 membres réunis autour du parrain , des présidents d'honneur et des présidentes des 2 trophées. Parmi les membres, se trouvaient des professionnels tels des chefs de ministères (Marie-Jo Le Guen Geffroy, Denis Rippa, Thierry Charrier, Pierre Grange, ) ou de restaurants ( Babette de Rozières, Dina Nikolaou, Ghislaine Arabian, Guy Legay, Rémy Lebon, Christian Raoux, Jacqueline Roucou-Pagès, Agnès Delaveyne), des chocolatiers, (Philippe Bertrand, James Berthier), des responsables de sociétés de métiers de bouche (Cynthia Mer pe, membre du Comex METRO et ambassadrice Women in trade; Sandrine Kauffer, fondatrice et Directrice Nouvelles Gastronomiques de France-Julien Binz; Jessica Seignot, Directrice Marketing Diversey ; David Real, Westin Paris; Margo Harley, directrice Générale Auri; Bruno Bolmont, Chef Exécutif Compass Group France ; Mathieu Scherrer, chef exécutif du groupe Buche; Michel Roth ,MOF et Bocuse d’Or et co président Euro Toques France; Pascal Griere, MOF, instructeur; Patrick Druart Racing Club Paris et vice-président des Toques Françaises; Lucien Veillet, ancien président de l’Académie Nationale de Cuisine; Christian Millet, président des Cuisiniers de France; Jean-François Girardin, MOF et président de la Société Des Meilleurs Ouvriers de France; Jocelyne Caprile ,1ère Vice Présidente de la Société des Meilleurs Ouvriers de France; Christian Têtedoie, MOF et président des Maîtres Cuisiniers de France; Stéphane Guenaud, Argentier au Palais de l’Elysée.

La cérémonie de remise des Trophées a eu lieu au siège de la Région, rue Barbet de Jouy en présence de la présidente de la région IDF, Valérie Pécresse, de la Déléguée à la Région pour le Parcours de la Gastronomie en Ile de France Babette de Rozières, de la fondatrice du concours, Marie Sauce-Bourreau. Voici la liste des lauréates:

TROPHEE CUISINE

Catégorie Professionnelles

  • 1ère : Amélie Maurin – La Haut, Le Bistro d’Altitude à Suresnes (92)
  • 2ème : Juliette Leroy – Auberge de la Pomme d’Api à Saint-Pol-de-Léon (29)
  • 3eme : Juliette Tuzzolino – Restaurant Christian Têtedoie à Lyon (69)

Catégorie Amatrices

  • 1ère : Betty Guillo – Martinique
  • 2ème – Joséphine Thai – Paris
  • 3eme – Christa Grass – Val de Moder

TROPHEE PATISSERIE

Catégorie professionnelle

  • 1ère : Eve Beauvais – Présidence de l’Assemblée Nationale
  • 2ème : Charlène Richt – Restaurant Georges Blanc à Vonnas (01)
  • 3eme : Aurélia Diambou – Restaurant Chartron à Saint-Donat-sur-l’Herbasse (26)

Catégorie Amatrices

  • 1ère : Carole Ferron – Triors
  • 2ème – Coline Pouillart – Caen
  • 3eme – Marine Dardun – Six Fours les Plage

PRIX SPECIAL HYGIENE ( travail des jeunes femmes pour améliorer le quotidien en association avec des ONG en Asie)

  • Catéorie cuisine amatrice: Sofia Tamani - Paris
  • Catégorie cuisine professionnelle: Chloé Duchene - Capdevielle Traiteur – Bruges (France)
  • Catégorie pâtisserie amatrice: Marine Dardun - Six Fours les Plages
  • Catégorie pâtisserie professionnelle: Eve Beauvais -Présidence de l’Assemblée Nationale

PRIX SPECIAL COMMISES (remis par Jean-François Girardin, MOF et président de la société des Meilleurs Ouvriers de France, et Bruno de Monte, directeur de l'Ecole Ferrandi créée il y a 100 ans; 100%masculine il y a 10 ans, elle s'apprête à devenir 100% féminine; on retrouve 48% de femmes dans les métiers de cuisine et 20% des MOF sont des femmes contre 14%, 15 ans auparavant )

  • Catégorie cuisine amatrice: Christa Grass - val de Moder
  • Catégorie cuisine professionnelle: Juliette Lerou - Auberge La Pomme d’Apis
  • Catégorie pâtisserie amatrice:Marine Dardun - Six Fours
  • Catégorie pâtisserie professionnelle: Aurélie Diambou - Restaurant Chartron

Les invités et les lauréats ont pu profiter ensuite d'un succulent buffet pour terminer la soirée.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3826

La Roue Tourne pour de nouveaux départs

SOCIÉTÉPosté par IMPACT EUROPEAN 19 avril, 2019 01:43:01
Véronique YANG

La Roue Tourne est une association d'entraide pour les comédiens nécessiteux fondée en mai 1957 par Paul Azais qui restera à sa tête jusqu'à ses derniers jours en 1974, et Janalla Janach décédée en 2004. Tous 2 étaient Chevalier de l’Ordre international du Bien Public, Grand Prix Humanitaire de France et
Médaille d’Or du Mérite National.

Victime d'un accident de vélo en 1943, ce comédien de renom voit sa carrière mise en berne suite à 20 jours de coma et une longue convalescence. Celui qui était apparu auprès d'Annabelle, Edwige Feuillère, Rellys ou encore Fernandel ne peut obtenir de couverture sociale et face à des problèmes financiers. Conscient de la précarité que peuvent subir les acteurs, il décide en 1957 de fonder avec Janalla Jarnach, une ancienne résistante du réseau Alliance qui sauva de nombreuses personnes menacées d'arrestation, La Roue Tourne , une association d’entraide du spectacle (loi 1901),d’assistance et de bienfaisance (loi du 14 janvier 1933); soutenu par des amis qui formeront le premier comité d'honneur. Fernandel en est le président sous le parrainage de Jean Marais et Michèle Morgan. Après eux, d'autres grands noms se sont illustrés autour de l'association comme Marcel Pagnol, Marcel Achard, Bourvil, Joseph Kessel, Jean Cocteau,Paulette Dubost, Annie Cordy ou encore l'ancien ministre et professeur de médecine Bernard Lafay mais aussi Serge VEBER (Vice-Président de la Société des Auteurs Dramatiques).

Aujourd'hui encore, l'association est présente lus que jamais auprès de ceux qui ont connu les revers de la vie. Elle étudie chaque cas particulier tout en évitant de porter un jugement, favorise l’accès aux droits légaux, sociaux, médicaux, aide financièrement les personnes les plus démunies en attente de leurs droits (loyers, factures EDF, nourriture…), accompagne tous ceux qui sont dans la solitude en respectant leur dignité tout en les sortant de l'exclusion totale souvent liée à leur statut d'intermittent et la remise en cause de leurs droits d'auteur. Par exemple, en 2010, La Roue Tourne a soutenu 100 artistes et techniciens et le montant des aides s’est élevé à 110 000 Euros.

Pour parvenir à ses fins et soutenir ses actions, elle est régulièrement aidée par des artistes qui depuis 60 ans des photos dédicacées imprimées et vendues au public sous forme de cartes postales dans des "petites enveloppes" lors des entr'actes des spectacles comme la tournée de Serge Lama ( possibilité de commander 1 lot de 10 cartes pour 20€ directement à la Roue Tourne). Elle peut aussi percevoir des subventions occasionnelles comme celles de toute personne souhaitant léguer des biens par testament ou toute ressource créée avec l’agrément des autorités compétentes, dont vente d’articles dits de "marque distinctive", mais aussi des dons et legs (avec déduction ou exonération fiscale). L'association organise également des collectes, manifestations, fêtes, galas, ventes aux enchères d'oeuvres d'art et d'objets ayant appartenu ou offerts par des artistes. La dernière en date s'est tenue le 16 avril dernier à la Mairie du 11ème à Paris en présence du maire François Vauglin, du conseiller délégué au commerce, à l'artisanat et aux professions indépendantes ainsi que des membres du conseil municipal, Philippe Ducloux et de l'association La Roue Tourne.

Depuis le décès le 29 janvier dernier du président Robert Quénel, ancien ténor ami de Brassens et Luis Mariano, l'association a une nouvelle présidente en la personne de Jacqueline Boyer. Cette dernière a présenté les différents lots mis en vente, parmi lesquels on trouvait des toiles de Michèle Morgan offertes par sa petite fille Sarah, Un pichet et un vide poches réalisés par Jean Marais, une cravate dessinée par Jean Cocteau, 2 blousons en cuir, 1 veste para et 1 petite moto appartenant à Jean-Luc Lahaye, présent dans la salle en se prêtant au jeu, un tailleur et accessoires ayant été portés par la marraine actuelle de La Roue Tourne, Brigitte Bardot, un costume de scène et une chemise de Serge Lama, une minaudière de Lucienne Boyer, 2 éventails de spectacle de Zizi Jeanmaire, un blouson de cuir de Johnny Hallyday offert par Pierre Billon, des toiles peintes par Charlotte Julian, 2 places pour le Moulin Rouge avec l'affiche originale, 1" kangourou d'or"en bronze remis par TéléPoche et offert par Pierre Bonte, présent sur place, 2 poupées à tête de porcelaine acquises par Simone Langlois présente avec son mari Georges Cros qui avait offert un tableau qu'il a peint, 2 bougeoirs, 2 lithos de Salvador Dali, 1 photo de Charles Aznavour dédicacée au dos et plein d'autres lots pour certains non présentés étant donné les aléas des horaires imposés pour la fermeture de la mairie.

Dans la salle, de nombreux aficionados étaient présents, toujours prêts à surenchérir. Parmi eux, l'humoriste Pauline Cartoon qui n'a pas hésité à se faire plaisir en repartant avec la minaudière de Lucienne Boyer et une petite théière entre autre; la comédienne Claudine Coster; Alexandre Deffrene; Valerie Gaillard (fille d'André des 'Frères Ennemis) Brigitte Skiavi-Blanc, la chanteuse Stone, Simone Langlois et Geoges Cros, Henriques Makassi et Valerie Viespoli du Théâtre Aleph, Bernard Marchois du Musée Piaf, la scénariste Maria Pia, Olivier Betti, Alexandre Deffrenne, Nico LeClown, Voldi Martin, l'ancienne journaliste de France Dimanche, Dominique Préhu, l'attaché de presse Eric Durand, le chanteur Philippe Vernet qui a fait monter le suspens en renchérissant avec Jean-Luc Lahaye et est reparti avec plusieurs lots dont le blouson de Jean-Luc Lahaye, le vice-président Pierre Devigne et Georges Israël (étonnant commissaire-priseur)...

Cette soirée caritative, festive et conviviale a rapporté à l'association près de 12 000 euros.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3825

La meilleure baguette 2019 se trouve dans le 12ème arrondissement

GASTRONOMIEPosté par IMPACT EUROPEAN 18 avril, 2019 11:49:16
Véronique YANG

Comme chaque année et pour la 25ème fois, le Grand Prix de la meilleure baguette s'est déroulée à Paris au Syndicat des Boulangers du Grand Paris, quai d'Anjou (75004).

Un jury dont la présidente était Olivia Polski, adjointe à la Maire de Paris en charge du commerce, l'artisanat et les professions libérales, a du sélectionné la meilleure baguette 2019. Parmi les 17 membres, on comptait le Président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat, Pascal Barillon; le Président de l'Académie Culinaire de France, Fabrice Prochasson; le Président du Syndicat des boulangers du Grand Paris, Franck Thomasse; un MOF fromager, Eric Lefebvre ainsi que qu'un maître boucher, Christian Le Lann et le lauréat de la Meilleure baguette 2018, Mahmoud M'Seddi mais aussi 6 parisiens tirés au sort le 10 avril parmi ceux qui avaient déposé leur candidature avant le 8. En déplacement à l'étranger, Guillaume Gomez, chef des cuisines du Palais de l'Elysée n' a malheureusement pas pu être là comme chaque année.

Le matin du concours, les artisans boulangers étaient invités à déposer leurs baguettes au Syndicat des boulangers du Grand Paris. Les 229 baguettes retenues ont été jugées selon 5 critères précis: cuisson, goût,mie odeur et aspect, la taille doit être comprise entre 55 et 65 cm, le poids entre 250 et 300 grammes et une teneur en sel de 18 grammes par kilo de farine.

Après avoir testé pendant presque 5 heures les différentes baguettes estampillées d'un numéro afin de préserver l'anonymat, les jurés ont du se prononcer en fin de journée et nommer la meilleure baguette de tradition française dans un palmarès des 10 meilleures; les baguettes non consommées sont données à l'Armée du Salut.

Le lauréat remporte un prix de 4 000 euros et a le privilège de devenir le fournisseur officiel de l'Elysée pendant un an. Son prix lui sera remis lors de la Fête du Pain le 11 mai à 15h en présence de la Maire de Paris, Anne Hidalgo.

Le grand vainqueur de cette édition qui marque le 25ème anniversaire de l'événement est Mr Fabrice Leroy dont la boulangerie "Leroy-Monti"se situe 203 avenue Daumesnil dans le 12ème arrondissement de Paris. il succède à Mahmoud M'Seddi qui garde un excellent souvenir de sa victoire et de la nouvelle expérience qu'il vient de traverser en tant que juré. Il souhaite d'ailleurs repostuler dans 3 ans car cela n'est possible que tous les 5 ans.

Voici donc les 10 meilleurs classés:

1-Fabrice Leroy-Boulangerie Leroy-Monti, 203 avenue Daumesnil 75012

2-Philippe Simoes, Boulangerie Aux 2 Anges, 23 rue Daval, 75011

3-Youssef Afantrous, Boulangerie Paris& Co Ecoles, 4bis rue des Ecoles 75005

4-Kouni Elayeb, Boulangerie Le Délice de Bagnolet, 42 boulevard Mortier 75020

5-Benjamin Turquier, Boulangerie Tout Autour de Paris, 134 rue de Turenne 75003

6-Alexandre Viron, Boulangerie Faubourg St Charles 134 rue St Charles 75015

7-Linlong Sang, Boulangerie Line, 235 rue de Bercy 75012

8-Alexandre Planchais, Boulangerie Alexine, 109 avenue de St Ouen 75017

9-Jean-Philippe Lardeux, Boulangerie Lardeux, 63 rue de Caulincourt 75018

10- Frédéric Comyn, Boulangerie Comyn, 8 avenue Félix Faure 75015

Petit retour sur le gagnant: Fabrice Leroy.

Ce jeune boulanger est un homme qui à la base travaillait en tant que chef de projet à la SNCF. Il y a 4 ans, il décide de changer radicalement de vie et s'oriente vers le métier de boulanger. Il s'installe avenue Daumesnil où depuis 2 ans et demi, il s'est fait une clientèle grâce à l'équipe qu'il forme avec son épouse, son boulanger qui fut son mentor et ses vendeuses. Il devance de quelques points son challenger Philippe Simoes qui s'est installé il y aura bientôt un an, rue Daval dans le 11ème près de la Bastille. Il a déjà concouru plusieurs fois en se classant à la quatrième place il y a 4 ans, seconde il y a 2 ans et cette année. Comme Fabrice Leroy, il est installé dans une nouvelle boulangerie depuis peu de temps (10 mois environ) et est associé avec un ancien membre de la restauration.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3824

La banque postale : les assises de la banque citoyenne sous pression

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 17 avril, 2019 16:51:27
Nathalie Grego

Les assises de la banque postale citoyenne se déroule aujourd'hui. Il s'agit d'une matinée d’échange avec de nombreux partenaires et acteurs du monde associatif sur les dernières avancées relationnelles et numériques, ainsi que sur les innovations au service des personnes en situation de fragilité financière

Au début du colloque, vers 9h15 ce mercredi 17 avril le syndicat Solidaire Sud est au porte des assises de la banque citoyenne pour demander une organisation du travaille plus humaine et de meilleurs des conditions de travail pour les salariés de la banque postale. A l'arrivée des postiers mécontents, les portes du sièges sociale de la banque se ferme. Empêchant ainsi plus de plusieurs centaines personnes d'accéder à l'auditorium à moitié vide alors que la conférence était retransmise en live via le site institutionnel de la banque postale. A 9h40, arrive la police, demandant s'il s'agit d'une manifestation sauvage. Le porte parole de l'organisation syndicale solidaire sud, Mr Gaël quirand, sans défend. Il veulent juste rester sur le côté et parler à un représentant de la banque postale. Vérifications faite, et constatant qu'il ne s'agit pas d'une manifestation non déclaré. Le représentant des force l'ordre quitte rapidement les lieux. Les revendications sont en direction de Philippe Wahl. Le président du conseille de surveillance de la banque postale .

Les postiers déplorent le fait que la police arrive avant le DRH dont ont leur a promis la venu.

(Voire le porte parole de l'intersyndicale solidaire sud en vidéo)

Les postiers regretteraient des objectifs irréalisables au regard des moyens mis à leur disposition. Il y aurait des fermetures de bureaux de poste en cascade. Chaque postier disposerait de seulement 1.30 mn pour traiter la livraison d'un recommandé qu'il ait un assesseur ou pas dans l'immeuble.

Ils n'auraient pas plus de 3mn pour voir le personnes âgés. Pas assez de temps donc pour prendre un café avec elle. Comme le montrerais les publicités du groupe, faisant la promotion de ce service.

Les facteurs qui dispenseraient ce service reçevrait une formation vidéo de 15 mn suivi d'un quizz à complète sur ordinateur.

Pire, l'intersyndicale solidaire sud. Parle de restructurations à la suite les unes des autres. Alors que de moins en moins de courrier serait distribué chaque jour. Il y aurait eu 4 réorganisations il y a 2 ans et 2 réorganisations l'année dernière. Tout les 6 mois il y a des restructurations . A Boulogne par exemple. On aurait assisté à une diminution de l'ordre de moins 10 tournés sur le nombre annuel effectuer par le postiers de cette ville. Tous les 2 ans. Il y aurait un baisse du nombre de tournée. Alors que dans le même temps les postiers auraient plus de colis à acheminer. Donc plus de temps à passer à les traiter pour les facteurs. Les colis reçu de pays comme la chine serait au même tarif que les lettre. Cependant, les délivrer prendrait plus de temps que les lettres.

Le postiers mécontent déclaré également que le facteur n'aurait pas de maitrise de leur tourné. Les opérations serait divisés. Et plusieurs facteurs se partageraient le même envoie. Des facteurs inexpérimentés se retrouveraient à distribuer des colis et des lettres dans des secteur qu'il ne connaîtrait pas. Cela engendrerait un travail moins efficace .

Moins qualitatif et assortie d'une perte de temps. Bref de nouvelle condition de travail épuisantes.

Les facteurs utiliserait des îlots qui aurait pour fonction, le remplacement des bureaux de poste fermé. Le syndicat est en colère quant à l'usage de salarié intérimaire en cdi dans leur agence d'intérim, qui remplacerait de réels embauches en interne.

10h45. C'est enfin l'ouvertures des portes. Une foule très réduite pénètre dans les locaux du groupe la banque postale.

Les facteurs en situation de revendication se sont déporté sur le côté. Le direction décide alors de laisser entrer les participants.

En conséquence, après 2 heures de pourparlers, l'interlocuteur privilégiée arrive enfin à la rencontre les salariés mécontents . Il s'agit du responsable de la relation sociale de la banque postale. Gageons que cette discussion portera les fruits escomptés...



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3823

Contemporary Art Fair Paris, la première édition du Salon d’Art Contemporain

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 17 avril, 2019 12:31:56
Véronique PHITOUSSI

Contemporary Art Fair Paris, la première édition du Salon d’Art Contemporain s’est déroulée à Paris Expo, porte de Versailles du 11 au 14 Avril 2019.

Contemporary Art Fair est le nouveau rendez-vous pour les amateurs d'art. Cette foire, petite sœur du fameux salon Art3f, a accueilli 80 galeries internationales à Paris.

Les galeries internationales et nationales furent bien représentées. Le public a pu voyager à travers les oeuvres d'artistes installés comme d'artistes émergents venant des quatre coins du monde : l'Allemagne, l'Espagne, le Japon, Les Etats-Unis, le Liban, La Suède, l'Italie, L'Autriche, la Belgique, la France, la Belgique, la Grece, le Japon, le Mexique et bien d'autres contrées....

Chantal Morel, Christian Della Giustina, S.Kristol, Christina Lappa, Rafael Abdon, Nep, Zed, Bansky, Gregory Watin, Shingo Oe, Peppone, Eka Peradze, Ricklefs-Bahr, Dieter Nusbaum, David C., Combas, Sonaly Ganghi, Gabi Domenig, Angeles Gonzalez, Francois Bel, Bahram Hajou, Marisa Sanchez Ujena, Perrotte, Jo Di Bona, Hersk, Fauve…

De la peinture à la sculpture en passant par la photographie ou la céramique, tous les arts furent mis en valeur. Plus de 3000 oeuvres à la vente, de quelques centaines d’euros à des pièces plus coûteuses. Certaines oeuvres étaient à un prix abordable, ce qui a permis à chacun de se faire plaisir et de faire rentrer "l'Art" chez soi.

Art3g est une société spécialisée dans l’organisation d’évènements artistiques, Cette société a permis de faire découvrir pour les néophites comme les collectionneurs des oeuvres allant des années 50 à aujourd’hui. L’expressionnisme, l’abstraction, l’art brut, l’art naïf, l’art cinétique, le pop art, le minimalisme, le nouveau réalisme, la libre expression, le bad painting, le graffiti, le post graffiti furent à l'honneur.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3822

David Zienkiewicz : « Ma vie est une évidence. Je vais tout obtenir tout seul ».

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 17 avril, 2019 11:53:57
Daphné VICTOR

Il y a des rencontres qui ne s’expliquent pas et auxquelles on ne s’attend pas. Deux ou trois mots échangés suffisent à susciter l’intérêt sur un parcours qui s’avère hors-norme marqué par les épreuves. C’est le cas de David Zienkiewicz. À 36 ans, avec 40 sauts en parachute à son actif, l’itinéraire de ce boxeur accompli, semble tout droit extrait du livre « Sans famille ». Comme le petit Rémi, le touche-à-tout mi russe mi polonais n’a de cesse de chercher et d’assembler les pièces cachées du puzzle de sa vie pour se construire lui-même. Ex-pompier devenu pompiste puis plombier, sa soif de réussite n’a jamais été aussi forte. Rencontre avec un chef d’entreprise atypique, dynamique, empli de sensibilité et de générosité qui déborde d’énergie et de projets.

Impact European : Vous avez été pompier pendant dix ans que ce soit en province, en banlieue ou à Paris. Sauvez des vies était une vocation ?

David Zienkiewicz : Tout à fait, mais dans l’optique d’aider les gens pour les sauver.

IE : Cette expérience vous a-t-elle marqué ?

DZ : Je dirai davantage formé. Je n’en garde aucune séquelle stressante ou déstabilisatrice. Cette expérience m’a permis d’être plus fort, plus responsable et plus serein. J’en suis ressorti plus homme.

IE : Qu’est-ce qui a motivé votre décision d’arrêter ?

DZ : Je me retrouvais souvent en confrontation avec mes supérieurs. J’ai eu envie de passer à autre chose.

IE : Cette autre chose, ce fut pompiste et plombier en simultané. Comment réussit-on ce grand écart ?

DZ : Ce ne sont que des concours de circonstance. Depuis que j’ai arrêté d’être pompier, ma vie n’est faite que de hasards, de rencontres et d’opportunités. J’ai décidé d’aller vers là où mon instinct me porte.

IE : Certes, mais on ne s’improvise pas pompiste ni plombier ?

DZ : À croire que j’avais ça en moi. Beaucoup m’ont dit que sans connaissance j’irai à ma perte. La gestion des volumes, le chiffre d’affaires et les rentabilités d’une pompe à essence sont très complexes. Par les cours et les prix des carburants qui changent en permanence, c’est de la comptabilité chirurgicale. Quant à la plomberie, ça m’attirait depuis longtemps. Je me suis alors associé à un compagnon de France, meilleur élève pendant dix ans, hautement qualifié pour m’apprendre tous les rouages afin que je crée ma propre société.

IE : À Paris, les stations-essence ne sont pas légion. La vôtre dans le 11ème arrondissement est très atypique. N’est-ce pas osé d’y proposer des produits régionaux de votre Meuse natale ?

DZ : Si ça, c’est osé, ce n’est que l’apéritif des projets que je souhaite développer ! Il était normal pour moi de mettre en avant les petits producteurs de ma région qui sont des gens courageux et respectables dont on ne parle pas assez et donc, que personne ne connaît.

IE : Quels sont les produits que vous vendez ?

DZ : Je propose à ma clientèle qui m’accorde toute sa confiance, différents vins, des truffes, du miel à la truffe, de la confiture à la truffe, de la poudre de truffes, des bergamotes, des dragées, des madeleines de Commercy ainsi que des séjours en Lorraine en VIP pour visiter les champs de bataille.

IE : Vous ne faites rien comme tout le monde. Est-ce votre marque de fabrique ?

DZ : De plus en plus. Instinctivement, je prends plaisir à aller à contre-courant.

IE : À quoi est due votre soif de vivre ?

DZ : À mon enfance difficile dans les quartiers de Verdun, au suicide de mon père alors âgé de trente ans, aux mensonges de ma mère sur lui et sur mes origines, à mes placements successifs en foyers du fait du danger qu’elle représentait pour moi, à mon mariage ponctué par un divorce compliqué, à mes deux banqueroutes.

IE : Que d’épreuves qui vous poussent à prendre votre revanche sur la vie ?

DZ : Elles sont très lourdes et pas banales, certes, mais je n’en garde pas trop de séquelles. Elles font partie de mon passé et ont fait l’homme que je suis.

IE : Votre réussite, c’est donc celle de la vie ?

DZ : Exactement. Et pour cela, j’écoute les anciens à la lettre. Je ne change pas l’équation de base. Je ne fais qu’ajouter ce que j’ai compris pour la rendre plus forte et plus puissante. J’ai rentabilisé chaque domaine dans lequel je me suis développé. Ma réussite vient de là.

IE : Après quoi courez-vous ?

DZ : La réussite financière pour la redistribuer aux plus précaires.

IE : Vous êtes un touche-à-tout. Est-ce une façon de canaliser votre côté hyper actif ?

DZ : Oui. Je travaille 15 à 18 heures par jour. C’est pourquoi j’ai besoin de courir 10 à 15 km tous les deux ou trois jours (NDLR : il vient de courir le marathon de Paris), de faire 10h de boxe par semaine et de faire des affaires pour assurer mes arrières et ceux de ma famille.

IE : Est-ce également par peur de passer à côté d’une opportunité ?

DZ : Petit, manquant d’argent, je ne pouvais jamais rien faire. Je n’avais pas les moyens d’aller à la bibliothèque ou de faire du sport. Ne pas pouvoir faire de choses m’a beaucoup meurtri.

IE : C’est ce qui explique que vous venez de vous développer dans le vin avec Exult World Wines ?

DZ : C’est plus une question de partage. J’apprécie les bonnes choses qui ont du goût. Je souhaite rendre accessible à tous par leur prix, des vins qui n’ont pas l’habitude de l’être.

IE : Comment est né cet intérêt ?

DZ : Par le manque de ma fille dont me prive mon ex-femme. Il fallait que je m’occupe encore plus que je ne l’étais et que je me recentre sur ce que j’aimais pour ne pas perdre pied, ni la vie. J’ai repris la boxe à très haut niveau et ai fait des combats à l’international. Puis le vin. Découvrir des cépages qu’on ne connaissait pas, est devenu une activité.

IE : Comment se sentir crédible alors que vous n’avez pas pris de cours d’œnologie ? Seriez-vous un usurpateur ?

DZ : Non, je suis autodidacte et le revendique. C’est une respiration de cœur normale et naturelle pour moi. J’ai plaisir à regarder la matière, la sentir, l’observer. J’aime imaginer le travail du vigneron, l’animal qui est passé dans les chais, le pressage du raisin, la vinification. Je ressens, comprends ce qu’il y a à comprendre et transmets avec mes mots. Je suis un passeur d’émotion et de sensation et non de frustrations. Ça, je les garde pour moi.

IE : Si vous étiez un vin, lequel seriez-vous ?

DZ : Un vin de montagne, atypique issu de Jujuy en Argentine.

IE : Vous êtes très ami avec Pierre-Jean Chalençon (NDLR : célèbre acheteur de l’émission « Affaire conclue » sur France 2). Est-ce lui qui vous a transmis le plaisir de la transaction d’œuvres d’art ?

DZ : Absolument pas. Ça remonte à mon enfance. Petit déjà, j’aimais par simple instinct, collectionner tout ce qui était subtile, tout ce qui avait une histoire. Avec Pierre-Jean, nous nous connaissons depuis plus de 15 ans. Nous avons la même sensibilité des œuvres d’art et en achetons ensemble. Il m’a soutenu et m’a aussi aidé à être celui que je suis.

IE : Quel(s) conseil(s) donneriez-vous un jeune qui se cherche ?

DZ : « Va à l’envers de tout ce qu’on te dit. Tu réussiras sûrement. Ton atypisme paiera. »

IE : Enfant, comment vous projetiez-vous ?

DZ : Quitte à passer pour un prétentieux, j’ai toujours su que l’incompris que j’étais et qui était mis de côté allait faire des choses hors-norme, non stéréotypées. Je savais que j’allais gagner de l’argent, que j’aiderai les gens et que ma vie familiale serait compliquée.

IE : Quel est votre rêve ?

DZ : Tous les jours est un rêve. Je me lève, je respire, j’aime la vie. Ce que j’ai est fantastique. Certes, j’aspire à devenir un homme d’affaires au chiffre mensuel de 100 000 euros à la tête d’une société de vins internationale, mais mon rêve, c’est d’en donner aux autres. C’est le plus important. Tout le reste n’est qu’un jeu.

IE : Avez-vous des regrets ?

DZ : Celui de ne pas avoir connu mon père, un charcutier désosseur. C’est pourquoi j’essaie de renouer avec sa famille.

IE : Votre parcours, ponctué d’épreuves, pourrait être un exemple. Pensez-vous raconter votre histoire ?

DZ : Je pense en effet à l’écrire. J’ai déjà le titre « La réussite de 1 euro à 1 million d’euros ». Je souhaite également écrire sur le rapport père enfant mère.

IE : C’est en référence à l’association « Papa poule 2 » ?

DZ : Tout à fait. À la suite de mon éprouvant divorce, je ne peux voir ma fille qu’une heure tous les 15 jours dans un centre « père à problème ». Grâce à sa mère, je suis victime de 17 chefs d’inculpation. Un acharnement non fondé qui aujourd’hui risque de placer ma fille, tout comme je l’ai été. Rien que d’y penser m’est insupportable. L’association aura pour mission de protéger les pères qui n’auraient pas la force de lutter et de se battre.

IE : Que peut-on vous souhaiter ?

DZ : Rien. Ma vie est une évidence. Je vais tout obtenir tout seul.

Exult World Wines : Life’s Finest Pleasure

Station essence Elan : 175, av Ledru-Rollin (Paris XIème) du lundi au vendredi de 07h00 à 20h30, le samedi de 08h00 à 20h00 et le dimanche de 10h00 à 17h00 - FB : Station Voltaire

Visuels : © DR


  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3821

Notre-Dame: Paris touchée en plein coeur par les flammes, le monde entier sous choc

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 16 avril, 2019 02:36:35
Gabriel MIHAI


La cathédrale Notre-Dame de Paris a été touchée par un violent incendie, ce lundi 15 avril. La toiture de l'édifice est complètement ravagée par les flammes et la flèche s'est écroulée.

Monument historique le plus visité d'Europe, la cathédrale gothique est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1991. Entre 12 à 14 millions de touristes visitent chaque année ce chef-d'oeuvre de l'architecture gothique situé sur l'île de la Cité. Des milliers de personnes, Parisiens et touristes, assistaient sidérées au désastre.

Le feu, qui se propage extrêmement rapidement, a pris dans les combles de la cathédrale, ont indiqué les pompiers. Il semble être parti d'échafaudages installés sur le toit de l'édifice construit entre le XIIe et le XIVe siècle, selon les pompiers.

Environ 400 pompiers sont mobilisés sur les lieux. Par la porte principale, dans la nef plongée dans l'ombre, des braises rougeoyantes tombent sur le sol. Le parvis est vide, bouclé par des camions de pompiers qui ont dressé une grande échelle devant la rosace. Selon les dernières informations, la structure de Notre-Dame de Paris "est sauvée et préservée dans sa globalité". Mais les dégâts sont évidemment colossaux. La Fondation du patrimoine a déjà annoncé le lancement d'une "collecte nationale" pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

La cathédrale est victime d'un important incendie, depuis 18h50 ce lundi 15 avril. Le sentiment de perte est infini face aux flammes qui dévorent le bâtiment gothique aux impressionnantes gargouilles, dont la construction a commencé au Moyen-Âge, à la fin du XIIè siècle - en l'état actuel des connaissances, la date retenue pour le début des travaux est 1163 - pour s'étaler durant deux siècles jusqu'en 1345. Notre-Dame a été épargnée par les deux conflits mondiaux et ce sont ses cloches qui ont annoncé, le 25 août 1944, la libération de Paris. Plus récemment, les neuf cloches géantes de la cathédrale ont été remplacées en 2013. Sa flèche, qui s'est effondrée ce lundi, était en cours de rénovation.

Des cris de stupeur et des pleurs se sont élevés sur le parvis de Notre-Dame de Paris, lorsque la flèche de la cathédrale, s'est effondrée, au milieu des flammes qui ravageaient la charpente en bois.

Selon les dernières informations, les pompiers indiquent que la structure de la cathédrale "est sauvée et préservée dans sa globalité". Une enquête est ouverte pour "destruction involontaire par incendie". Plus de cinq heures, après le début de l'incendie, les flammes restent encore difficiles à maîtriser.

Parmi des centaines d'hommages adressés aux soldats du feu, qui continuent de lutter contre les flammes., on compte ceux de la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui de son côté a salué "le travail incroyable" des pompiers mobilisés, tandis que la sénatrice des Bouches-du-Rhône Samia Ghali leur a exprimé "son soutien total". "Je pense en cet instant à nos pompiers, à l'effort surhumain qu'ils font pour tenter de sauver ce qui peut l'être de bien commun. Ils méritent notre hommage et notre admiration", a écrit la sénatrice écologiste Esther Benbassa.

Les sapeurs-pompiers de Paris ont également pu compter sur le soutien de leurs collègues partout en France. "Courage à nos collègues de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris qui luttent contre l'incendie qui ravage Notre-Dame", a notamment écrit sur Twitter le Sdis de Haute-Savoie. "Un soutien total aux forces de secours engagées sur Notre-Dame de Paris. Que les pompiers de Paris soient vigilants face à cet effroyable incendie. Nous sommes sous le choc mais les pompiers sont déterminés et plus que jamais mobilisés", a assuré Grégory Allione, le président de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France.

« On peut considérer que la structure de Notre-Dame est sauvée et préservée dans sa globalité », a déclaré vers 23 h le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, alors que le sauvetage même de la cathédrale, monument le plus visité en Europe, n'était pas acquis quelques heures auparavant.

« Le feu a baissé en intensité », a renchéri à ses côtés le secrétaire d'État à l'Intérieur Laurent Nuñez, tout en invitant à rester « extrêmement prudent ».

Le président Emmanuel Macron, qui a annulé son allocution télévision post-grand débat et s'est rendu sur place vers 23h30 avec son épouse Brigitte , a dit dans un tweet, partager l'« émotion de toute une nation », le premier ministre Édouard Philippe exprimant une tristesse qui va « au-delà des mots ».

« Le pire a été évité, même si la bataille n'est pas encore totalement gagnée », a déclaré sur place le président Macron, visiblement ému. « Cette cathédrale, nous la rebâtirons », a-t-il déclaré à la presse. Notre-Dame de Paris « c'est notre histoire, notre littérature, notre imaginaire, le lieu où nous avons vécu tous nos grands moments », a-t-il lancé.

Au-delà des frontières, plusieurs responsables étrangers ont aussi fait part de leur émotion, Donald Trump évoquant des « images terribles à voir », Angela Merkel « un symbole de la France et de notre culture européenne » et le maire de Londres Sadiq Khan des « scènes déchirantes ». Le Vatican a, de son côté, exprimé « incrédulité » et « tristesse ».

« Symbole de la France », une catastrophe « terrible à voir », des « scènes déchirantes » : de Berlin, Londres, Washington et d'autres capitales, du Vatican ou de Jérusalem, du Brésil, de Grèce ou de Turquie, les réactions se sont multipliées lundi soir.

L'Organisation des Nations unies pour la culture, l'UNESCO, se tient aux « côtés de la France pour sauvegarder et réhabiliter ce patrimoine inestimable » qu'est la cathédrale Notre-Dame, a tweeté sa directrice générale Audrey Azoulay.

La société d'investissement de la famille Pinault, Artemis, va débloquer 100 millions d'euros pour participer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, ravagée lundi soir par les flammes, a annoncé dans un communiqué à l'AFP son président François-Henri Pinault.

« Cette tragédie frappe tous les Français et bien au delà tous ceux qui sont attachés aux valeurs spirituelles. Face à un tel drame, chacun souhaite redonner vie au plus vite à ce joyau de notre patrimoine », écrit le président de la holding familiale et du groupe de luxe Kering.

NOTRE DAME VIDEO

NOTRE DAME VIDEO

https://www.youtube.com/watch?v=R9IHVdkrj_4







  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3820

Le Président normal à l'Ecole Normale Supérieure. Invité par les étudiants, il leur conseille la lecture des "Lettres à Anne"

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 15 avril, 2019 16:52:56
Gérard CROSSAY


Une fois par mois, les étudiants de l'ENS organisent, dans le grand amphi de leur Ecole, une conférence avec une personnalité éminente.

Après Edwy Plenel, journaliste, président de Mediapart, intervenu le 20 février, c'est François Hollande qui, le 20 mars, s'est exprimé longuement devant une salle comble et attentive.

Il a d'abord souligné le fait que le pouvoir n'est pas seulement à l'Elysée mais également au niveau des corps intermédiaires, les représentants du peuple. Ceux-ci ne sont pas populaires actuellement, ils sont cependant utiles et doivent être respectés.

Etre un représentant du peuple, c'est prendre des décisions, assumer des responsabilités, avoir un éclairage sur des problèmes, donner une explication du monde, faire preuve de conviction et d'engagement.

"On a d'abord appelé le PS, le Parti des instituteurs, le Parti des barbus; de nos jours, ce terme a pris une connotation différente", a rappelé avec humour François Hollande.

Il a évoqué l'état d'urgence qui est resté associé à son quinquennat. Face à la menace terroriste persistante, ce régime d'exception - assignations à résidence, perquisitions, interdictions de séjour - s'est imposé après les attentats de janvier 2015. François Hollande aurait souhaité que cette mesure entre dans la Constitution, qu'elle soit une garantie contre le terrorisme, pas une menace pour les citoyens.

Après trois prorogations, une levée de l’état d’urgence est envisagée fin juillet 2016, après la promulgation de la loi renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et son financement.

François Hollande l'évoque lors de son allocution présidentielle du 14 juillet, mais la nuit suivante, a lieu le terrible attentat à Nice. Une nouvelle prorogation est annoncée. Il y eut ensuite, le 26 juillet, l'assassinat du prêtre Jacque Hamel, égorgé dans son église de St Etienne-du-Rouvray.
A propos de la déchéance de nationalité, il a souligné le risque de faire des apatrides.

S'interrogeant sur la justice préventive et sur les fichés S : doit-on les garder à vie en prison?

La France est intervenue en Syrie par voie aérienne pour frapper Daesh tout en préservant les populations civiles. Certains djihadistes français ont pu être tués.

François Hollande a ensuite débattu avec Christophe Prochasson, directeur de l'EHESS, auteur de nombreux travaux sur l'histoire de la Gauche.

Etre de Gauche aujourd'hui, c'est quoi?

C'est une vision du monde par rapport à l'histoire

La Gauche a longtemps célébré son passé, plus qu'elle ne l'a analysé.

Elle a 200 ans d'histoire. Avec Jaurès, elle a d'abord été réorganisatrice au temps de l'industrialisation et de la naissance du prolétariat. La libération des moeurs est aussi un thème qui pouvait la définir. Et la classe moyenne a succédé au prolétariat.

Et arrive 1981 avec l'accession de la Gauche au pouvoir. Elle est alors privée de ses caractéristiques d'avenir, la notion de progrès est contestée. Avec la critique de la raison et le relativisme qui s'instaurent, le fondement de ce courant politique n'existait plus.

"La social-démocratie en a terminé avec son projet, a affirmé François Hollande. Elle a accompli sa tâche, la construction d'un état providence.

Nous sommes à la fin d'un cycle. Il faut laisser la place. Mais à qui?"
En face du socialisme, modèle du libéralisme, du libre-échange, de l'écologie, s'est toujours trouvé le nationalisme. La contestation de la mondialisation entraîne vers les partis nationalistes. Partout dans le monde la social-démocratie est en danger.

Une régénération, une mutation profonde de la SD est-elle possible?

C'est une question majeure. Les inégalités se creusent, cela peut exploser.

La SD a une méthode et une finalité. Elle prône la planification, la liberté individuelle, la justice et la protection sociale avec des assurance vieillesse, maladie, chômage. Telles sont les garanties qu'elle peut offrir, apportant sécurité et stabilité.

Tandis que dans le monde, en Europe, on assiste au retour des nationalismes, la Gauche reste attachée à l'universalisme et à la République. Défendre la République est primordial.

Christophe Prochasson a évoqué la "trahison" de la Gauche avec François Mitterrand qui a préféré l'Europe au socialisme.

"Etes-vous responsable de la déconvenue de la Gauche?", interroge-t-il.

Léon Blum, Guy Mollet, François Mitterrand, avaient déjà subi les mêmes accusations.

François Hollande se considère responsable au même titre que les autres. On cherche toujours un traître. Dès qu'on exerce le pouvoir, on renonce, on compose, mais on ne renonce pas à l'idéal de transformation du monde.

On a parlé des "déçus du socialisme". Certes, la Gauche n'a pas été à la hauteur de ses promesses .. Il y a eu la réalité, les résultats, le chômage, le terrorisme, les questions de sécurité.

Selon François Hollande, il faut cesser de battre sa coulpe. L'adversaire, ce n'est pas soi-même, mais il faut changer. Il rappelle qu'un syndicaliste de la CGT, l'avait vivement interpellé : "Alors M. Hollande, c'est quand le changement?"

Le danger, ce sont les individus face à l'Etat qui renient le collectif et les corps intermédiaires.

Les Gilets Jaunes veulent tout changer, tout de suite, ils n'ont pas de projet d'avenir.

Le tout économique l'a emporté et le socialisme s'est trouvé réduit à la meilleure répartition des biens.
François Hollande a invité l'auditoire à relire Emile Durkheim, normalien, un des fondateurs de la sociologie moderne, qui a fait une analyse critique du monde social prenant en compte la morale, le fait religieux le philosophique.

Le vieux débat socialisme versus social-démocratie n'est plus d'actualité. L'entreprise a moins d'importance, ce n'est plus elle qu'on occupe, mais les ronds-points.

La Gauche ne peut pas revenir au pouvoir de façon mécanique, l'alternance, c'est fini.

Le Front National est actuellement le seul parti politique, l'ancien grand PR n'est plus qu'une fraction, une sensibilité, En Marche n'a pas de parti, pas de doctrine avec des militants, le parti de gauche n'existe plus, la France Insoumise, ce n'est pas un parti, c'est l'homme, Ruffin c'est "je fais du cinéma et je crois que je peux aller jusqu'au bout "...

François Hollande croit aux partis. Un parti, c'est une doctrine, une pensée, une vision du monde, de l'Histoire. Ce sont des des structures pour former les cadres, choisir des candidats pour faire vivre la démocratie.

Les étudiants lui ont proposé des citations qu'il a commentées, notamment la phrase de Napoléon Bonaparte : "on ne conduit un peuple qu'en lui montrant un avenir, un chef est un marchand d'espérances" François Hollande a dit préférer "porteur" à "marchand".

A la fin de la conférence, à la question d'un étudiant : "Quel livre recommandez-vous aux étudiants ici rassemblés? François Hollande a répondu : "Les Lettres à Anne" de François Mitterrand à Anne Pingeot.

C'est une grande et belle ne histoire d'amour, mais c'est aussi l'histoire d'un homme qui ne renonce jamais, qui a rendu possible l'impossible, offrir l'alternance à un pays, à la France. Sa ténacité et son courage sont un exemple.

La toute dernière question : "Envisagez-vous de vous représenter à la Mairie de Tulle?" - "Non, on ne repasse jamais par les mêmes chemins" ...




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3819

Pauline Cartoon présente Super Girl à la Boite à Rire

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 15 avril, 2019 15:00:42
Véronique PHITOUSSI


Pauline Cartoon, Pauline Cazenave, bordelaise d'origine, a débuté sa carrière dans un duo « Les Amateurs sur Bordeaux » avec son ami Christian Colin. Elle découvre le chant et le clown contemporain.

Son nouveau one woman show, SUPER GIRL présenté en 2017, remporte un grand succès au théâtre La Boite à Rire. L’artiste assure les prolongations jusqu’à fin mai tous les jeudis pour le plaisir de tous. L’artiste est extrêmement expressive, elle joue avec brio ces nombreux personnages ; Pauline Cartoon assure le spectacle en interaction avec le public. Elle échange volontiers sur ses personnages.

Son spectacle met en exergue les travers de l’existence, de l’enfance à l’âge adulte. Pauline Cartoon a des mimiques, une gestuelle, elle ressemble à une grande enfant. Son naturel, la véracité des situations dans lesquelles chacun, chacune se retrouve et se sent concerné par une de ces histoires.

Seule en scène, elle participe à de nombreux festivals du rire tel que Festi-femmes à Lavilledieu du Temple, à Cabasse mais aussi à Angoulême. Son talent est reconnu par des professionnels, Pauline Cazenave fait les premières parties d'Anne Roumanoff, Didier Bénureau, Gustave Parking, L'Empiaffée, Les Vamps.

Pauline s’est produite dans toute la France, avec son premier one-woman show "Une Fille Marrante" L’artiste a enchainé des pièces de théâtre telles que "Le Gros N'avion", "Post-it" et "Nuit D'Ivresse".

A Bordeaux, Antoine Beauville directeur artistique de La Biscotte sur Toulouse l’a remarque et lui propose de venir jouer "Le Démon de Midi", la pièce de Michèle Bernier pour le Printemps du Rire. Pauline remporte un franc succès en présentant la pièce au directeur du Citron Bleu.

Pauline Cazenave continue à jouer en province et dans la capitale.

Dany le Stripteaseur est monté sur scène et lui a fait la surprise pour la dernière. La soirée s’est finie dans un café avec quelques personnes du public, le directeur du théâtre, Gérard Benhayoun, la régisseuse, Tonii Alves, acteur et bien d’autres invités.

Dépêchez vous d’aller la voir, Pauline Cartoon est pétillante et son spectacle fait du bien à l’âme.

Du rire, de bonnes vibrations.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3818

Bolsonaro, 100 jours après son élection

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 15 avril, 2019 03:23:22
VÉRONIQUE YANG

Alors que le président Bolsornaro vient de dépasser les 100 premiers jours de son mandat, un bilan plutôt alarmiste pour les peuples autochtones du Brésil s'impose basé sur des craintes fondées concernant leur existence et celle de leurs terres.

Les peuples autochtones s’organisent et se sont mobilisés à l'échelle locale et nationale en participant en début d'année à la plus grande manifestation internationale de leur histoire en faveur de leurs droits, organisée par Survival International, ONG créée en 1969 dont l'objet est la défense des droits des peuples indigènes par des campagnes d'opinion, en s'appuyant sur l'éducation, les campagnes et la recherche de fonds et en relayant la parole des peuples indigènes dans le monde, en lien étroit avec les organisations indigènes locale. Partout dans le monde, la solidarité avec les peuples autochtones du Brésil, qui ont eux-mêmes organisé des dizaines de manifestations, se fait entendre. Pour être valable, le Congrès devra valider l'ordonnance. De plus, le Parti socialiste brésilien (PSB) a déposé une plainte auprès de la Cour Suprême fin janvier pour contester la décision d'attribuer au ministère de l'agriculture l'autorité sur les délimitations des terres autochtones. Les juges sembleraient soutenir les demandeurs. Sonia Guajajara, cheffe autochtone, candidate à la vice-présidence aux élections de 2018 et Rosilene Guajajara ont fait part lors de déclarations:"Nous résistons depuis 518 ans, ce n’est pas maintenant que nous allons abandonner le combat. Nous unirons toutes nos forces, et nous gagnerons". Depuis la campagne présidentielle, la déforestation a augmenté de 50 % et les invasions de terres ont augmenté de 150 % après l' élection d'octobre dernier.

Le premier jour de son entrée en fonction, Bolsonaro a retiré à la Funai (le département des affaires autochtones) la responsabilité de la démarcation et de la réglementation des territoires autochtones pour la confier au ministère de l’Agriculture afin de mettre un terme à toute nouvelle protection des terres autochtones.

La nouvelle ministre de l’Agriculture de M. Bolsonaro est Tereza Cristina Corrêa da Costa Dias, ancienne présidente du groupe parlementaire de l’agro-industrie, connue pour avoir accepté un don de campagne d’un propriétaire foncier accusé d’avoir commandité le meurtre d’un dirigeant autochtone. Le responsable du département chargé des questions territoriales est Nabhan Garcia, ancien président de l’Union des ruralistes démocrates, association politiquement à droite qui lutte depuis des décennies contre la démarcation des territoires autochtones.

Plusieurs nouveaux projets semblent être prévus, comme la construction à partir du 30 juin d'une ligne électrique sur plus de 100km du territoire des Waimiri Atroari, sans leur consentement; eux opposés à cette idée d'autant que la ligne n'alimentera pas les villages autochtones ni les centres présents dans la réserve. La construction d'un barrage sur la rivière Trombetas, un pont sur l'Amazone et le prolongement de l'autoroute de 500 km reliant l'Amazone à la frontière du Surinam sont aussi à l'ordre du jour toujours en invoquant la sécurité nationale face aux agissement des indigènes face au gouvernement qui a menacé de retirer le Brésil de la principale loi internationale sur les droits des peuples tribaux et autochtones, connue sous le nom de Convention 169 de l’OIT (Organisation internationale du travail).

Suite à la sortie de l'ouvrage de Sabah Rahmani, anthropologue et auteure du livre " Paroles de peuple racines-Plaidoyer pour la nature" la cacique Tanoné du peuple Kariri-Xocó ( région du Nord est du Brésil, dans une zone de montagnes) est exceptionnellement de passage en France. Elle est la première femme cacique, cheffe de tribu, dans l’histoire de sa communauté. A 63 ans, elle est l’une des rares leaders féminines indigènes du Brésil et milite auprès des instances officielles contre la déforestation et pour la reconnaissance des siens. Pour elle, c'est l'occasion de rencontrer le public afin de le sensibiliser aux problèmes que rencontre les minorités à travers le monde et de la lutte qu"elle doivent mener pour sauver leur territoire.

Miguel Enrique Stedile, dirigeant national du MST (Mouvement sans Terre) étant présent en France, l'association France Amérique a décidé d'organiser une conférence à Paris, salle Niemeyer au siège du PCF, construit en 2 temps entre 1969 et 1980, par l'architecte brésilien et militant communiste vivant en France depuis quelques années et ayant fui la dictature de son pays Oscar Niemeyer. Célèbre pour son architecture d’avant garde et la construction de la capitale du brésil Brazilia, il est aussi à l'origine d'autres constructions en France comme le centre culturel de la Ville du Havre dit « Le Volcan », la Bourse du Travail de Bobigny, ou encore l’ancien siège de l’Humanité à Saint-Denis. Cette conférence avait pour thème le bilan des 100 jours du président Bolsorano et avait pour invitées Eró de Oliveira, dirigeante du MST de la région du Pará et la cacique Tanoné, du peuple Kariri Xoco (invitée par l’association Planète Amazone). Au programme, la solidarité pour Lula, prisonnier politique, l'arrêt des attaques à la démocratie, au coup d'état institutionnel lié au G8, G 20, à la Banque Mondiale et à la Banque de Centrale Européenne comme au Vénézuela.

Après le coup d'état contre Vilma Roussef en 2016 et l'emprisonnement (abusif) de l'ancien président Lula, un nouveau président a été élu en janvier dernier, signifiant l'arrivée de l'extrême droite comme à l'échelle internationale (la droite et l'extrême droite représentent 40% en France et en Europe), caractérisant le populisme dans tous ces pays où les opposants doivent s'exiler pour ne pas être arrêtés. Pour beaucoup, racisme, sexisme, xénophobie et homophobie représentent le pouvoir tenu par un gouvernement de 19 hommes et 3 femmes, des militaires et hommes politiques réactionnaires et ultralibéraux, détériorant l'image du pays.

Depuis quelques années, un réseau de résistance et de solidarité de la part de Brésiliens et de leurs amis a été constitué et a mobilisé des milliers de personnes en France et en Europe pour informer et alerter sur ce qui se passe au Brésil et créer le Réseau Européen pour la Démocratie au Brésil (RED.Br), composé de citoyens, intellectuels, artistes et militants visant à réunir toutes les initiatives pour informer l’opinion publique européenne sur la situation politique au Brésil concernant les menaces en direction de défenseurs des droits humains comme le député Jean Willys, les mesures répressives comme le projet de " loi anti-crime et corruption" ( lutte contre le crime organisé dans un pays où le nombre d'homicides était de 63 880 l'an dernier et les armes en vente libre, augmentation des inégalités sociales et aggravation du nombre d’emprisonnements, génocide dont la jeunesse noire et de la périphérie est victime suite au"permis de tuer" de la police) porté par le ministre Sergio Moro, les assassinats dont celui de Marielle Franco, conseillère municipale noire de Rio de Janeiro et les scandales sans oublier le discours inaugural de Jair Bolsonaro au forum de Davos, le 22 janvier dernier.

Les droits sociaux ont aussi été impactés avec un chômage qui atteint 12%, soit 13 millions de personnes et une baisse dans tous les secteurs économiques avec une croissance molle; c'est la même chose dans la communication et l'éducation (pas de nouveau projet , budget gelé.., développement de "l'école sans parti", favoriser les écoles privées) mais aussi les retraites qui est le second grand chantier de Bolsonaro en tentant d'endiguer les déficits et mettre fin aux privilèges de certaines castes, soit 250 milliars d'euros sur 10 ans et éviter l'explosion de la dette publique.

Après ces 100 jours, le bilan serait positif pour 1/3 de la population et 30% de non satisfaits, pire performance pour un président depuis le rétablissement du suffrage universel direct il y a 30 ans, selon un sondage.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3817
Suivant »