JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

Attaque au couteau: Une attaque à la Préfecture fait 4 morts et une femme est grièvement blessée

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 03 oct., 2019 19:59:25
Gabriel MIHAI

Quatre policiers décédés et une autre personne est grièvement blessée lors de l'attaque à la préfecture de police de Paris.

L'assaillant cet agent administratif de la préfecture de police , cet homme de 45 ans né en Martinique est présenté comme souffrant d'un handicap et travaillait depuis 16 ans comme agent administratif au sein de la DRPP (Direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris) en tant qu'informaticien.

L'agression s'est produite en début d'après-midi à l'intérieur de ce lieu emblématique du pouvoir policier, situé dans le centre historique de la capitale, qui regroupe les grandes directions de la police parisienne à l'exception de la police judiciaire.

L'assaillant a agressé vers 13h ses trois premières victimes pour un motif encore inconnu, à la direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), avant de mortellement blesser une femme affectée dans une direction de la police parisienne, dans un escalier. Descendu dans la cour du 19 août 1944, au centre de la préfecture de police, le suspect a été abattu par un policier qui l'avait sommé en vain de lâcher son couteau, ont ajouté ces sources.

Ce fonctionnaire de catégorie C, employé au service informatique au sein de la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP), a tué à coups de couteau de cuisine trois fonctionnaires de police et un agent administratif.

Une perquisition au domicile de l'auteur présumé, situé en région parisienne, a été menée par les enquêteurs ce jeudi après-midi, dans le cadre d'une enquête ouverte par le procureur de Paris Rémy Heitz pour "homicides volontaires et tentatives d'homicides volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique". Dans le même temps, la femme de l'assaillant a été placée en garde à vue.

Plusieurs hypothèses sont étudiées : celle d'une vengeance sentimentale suivi d'un coup de folie, celle d'un conflit professionnel au sein de son service, et une autre piste est également creusée : celle d'une possible radicalisation religieuse.

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, qui devait se rendre en Turquie, a repoussé son déplacement et s'est rendu sur les lieux. Il a été rejoint par le président Emmanuel Macron, venu «témoigner son soutien et sa solidarité à l'ensemble des personnels», le Premier ministre Edouard Philippe et la maire de Paris Anne Hidalgo.

Paris pleure les siens cet après-midi après cette effroyable attaque survenue à la @prefpolice. Le bilan est lourd, plusieurs policiers ont perdu la vie. En mon nom et celui des Parisiens, mes premières pensées vont aux familles des victimes et à leurs proches.

— Anne Hidalgo (@Anne_Hidalgo) October 3, 2019

«Voir un collègue s’en prendre à d’autres collègues, c’est du jamais vu de mémoire de policier», a commenté Denis Jacob, un responsable du syndicat Alternative police CFDT, qui a évoqué un contexte de «rupture du lien entre nous» et de «déshumanisation de l’institution».

Cette agression meurtrière survient au lendemain d'une manifestation de milliers de policiers à Paris, pour une «marche de la colère», une mobilisation inédite depuis près de 20 ans.

Contrairement aux précédentes mobilisations, ce n'est pas un fait divers sanglant qui a agit comme élément déclencheur, mais une surcharge de travail et de tensions liée au mouvement social des «gilets jaunes», entrés en fronde contre la politique sociale et fiscale du gouvernement depuis près d'un an, et un bond des suicides au sein de la police (52 depuis janvier), un mal endémique dans l'institution. Selon les organisations syndicales, 26.000 personnes participaient à cette mobilisation. Il y a près de 150.000 policiers en France.

Si les motivations de l’assaillant de la préfecture de police restent indéterminées, les forces de l’ordre figurent parmi les objectifs récurrents des organisations djihadistes, dont le groupe État islamique (EI), alors que la France est atteinte depuis 2015 par une vague d’attentats islamistes sans précédent qui a fait 251 morts.

La France, atteinte depuis 2015 par une vague d'attentats islamistes sans précédent qui a fait 251 morts, vit toujours sous une menace terroriste constante.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post4028

"Don'Actions"aide le Secours Populaire dans son action en faveur des personnes défavorisés

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 17 mars, 2019 11:44:07
Véronique YANG

Comme chaque année, depuis 20 ans, le Secours Populaire Français organise un jeu solidaire "Don'Actions" afin d'aider les personnes en difficulté.

La dernière étape du jeu qui a duré du 12 janvier au 14 mars, s'est déroulée le 15 mars par un tirage au sort en présence de la marraine Valérie Trierweiller et du président Julien Lauprêtre.

La campagne "Don'Actions" permet donc au Secours Populaire Français de collecter des fonds nécessaires aux antennes réparties à travers la France afin d'agir pour aider les personnes en difficulté. Les dons sont récoltés grâce à des bénévoles présents dans les rues, les supermarchés, ventes aux enchères,concerts de soutien, braderies..,mais aussi la vente des tickets "Don'Actions" (par carnets cartonnés ou en ligne au prix de 2€ l'unité) qui donnent la possibilité de remporter de nombreux lots offerts par les partenaires, parmi lesquels un séjour d'une semaine pour 2 personnes en France ou un lave-vaisselle ...pour le tirage des dons en ligne ou une voiture Citroen C4 d'une valeur de 21 000€, 7 séjours d'une semaine pour 2 personnes en France, 2 séjours d'une semaine pour 4 personnes,un frigo américain, 6 caves à vin, 2 lave-vaisselles, une télévision, une tablette... pour le tirage traditionnel sur bons papier.

Les gains des campagnes précédentes ont permis l'achat d' une camionnette à Reims pour assurer une permanence mobile auprès des sans-abri, ou celui d 'un réfrigérateur et un congélateur qui servent à stocker les produits frais distribués aux personnes accueillies, à Cancon dans le Lot-et-Garonne. Ils servent aussi à offrir des kits d’urgence, des repas à des familles réfugiées ou sa première journée de vacances à un enfant .

Créé en 1945, le Secours populaire est une association à but non lucratif qui agit contre la pauvreté et l'exclusion en France comme dans le monde. Elle est reconnue d’utilité publique et déclarée Grande cause nationale, habilitée à recevoir des dons, des legs et des donations et promeut la solidarité et ses valeurs en rassemblant des personnes de toutes opinions, conditions et origines. Grand mouvement décentralisé, on y retrouve regroupées 99 fédérations départementales et professionnelles et 656 comités.

Concernant la France, ses actions à court terme sont basées sur l'exclusion, la solidarité d’urgence, l’écoute, l’alimentaire, le vestimentaire, l’hébergement d’urgence ou l’orientation vers une structure de soins. L'association intervient aussi sur du long terme dans des mesures d'accompagnement des personnes et des familles, mais aussi les démarches et les droits (accès au logement, à la santé, aux vacances, à la culture et aux loisirs, au sport, à l’insertion professionnelle). On la retrouve aussi aux 4 coins du monde où elle travaille avec des associations locales dans des projets d'urgence, de réhabilitation ou de développement.

Tout a commencé en 1923, alors que la France sort de la Première Guerre Mondiale et doit panser ses blessures. C'est ainsi que des militants communistes créent la section française du Secours Rouge International où participèrent des antifascites et de grands noms comme Henri Barbusse, Romain Rolland ou Francis Jourdain. Dans le même ordre de démarches, elle s'occupe du sort des bagnards, des militants anticolonialistes, des ouvriers licenciés pour activité syndicale ou politique, des prisonniers politiques et de leurs familles, tout comme à la grâce de Sacco et Vanzetti.

En 1926, elle crée son magazine, "La Défense" et commence à s'occuper des enfants démunis en créant des colonies de vacances et aidant les enfants des chômeurs. Après le Front Populaire, l'association change de nom et devient le "Secours Populaire de France et des colonies"avec pour slogan et devise depuis 1938:"Tout ce qui est humain est nôtre". Le Secours Populaire est ensuite très présent dans l'aide envers les Espagnols Républicains, que ce soit sur place ou en France dans les camps d'internements ou dans les familles de réfugiés. Il en fait de même pour les populations de l'est et du sud de l'Europe. Après la Seconde Guerre Mondiale durant laquelle il a perdu la moitié de ses dirigeants, tués ou déportés, il se relève et recommence à envoyer des enfants en vacances.

Depuis 1945, il est devenu le"Secours Populaire Français" en ayant fusionné avec l’Association nationale des victimes du nazisme (ANVN), soutenant successivement les grévistes et victimes des répressions politiques puis les populations victimes des guerres coloniales (Madagascar, Indochine ,Vietnam et d’Algérie) en offrant un soutien juridique important prodigué par les « Avocats du Secours populaire ».
Il aidera aussi les victimes des dictatures, en Espagne et en Grèce. Dans le même temps, il participe à de nombreuses actions dont des campagnes de plus en plus importantes pour les enfants et personnes âgées, soutenues par des personnalités du monde artistique et culturel comme Jean Cocteau.

La campagne des Pères Noël verts et de la Journée des Oubliés des vacances sont créées dans les années 70 puis la récupération des surplus agricoles d’abord français (et européens à partir de 1984). Au niveau mondial, elle aide les pays frappés par la dictature (Espagne, Grèce ou Chili où il se rend dès 1973. Un disque "Chants pour les enfants du Chili "sort en 1977, avec les chansons des plus grands artistes de l’époque. Les années 80 incluent le bénévolat et l'association est reconnue d'utilité publique en mars 85 et se voit décerner le label "Grande cause nationale" en 91. Les grandes manifestations organisées pour la Journée des oubliés des vacances sont de véritables succès populaires, ce qui vaut au Secours populaire français d’être reconnu comme association complémentaire de l'enseignement public. il mène parallèlement des actions lors des grandes catastrophes (tremblement de terre en Haïti et tsunami en Asie du Sud-est...). Se considérant comme l'avocat des pauvres et souhaitant rester indépendant il favorise des partenariats pour développer ses actions de solidarité tout en coopérant avec d’autres associations pour défendre une aide alimentaire européenne à la hauteur des besoins. Depuis 2010, il a engagé tous ses moyens pour maintenir le Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) avec les Banques Alimentaires, la Croix-Rouge française et les Restos du Cœur. La mise en place du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) a été obtenue.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3764

" Des gilets jaunes" condamnés cette semaine par le parquet de Paris

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 17 févr., 2019 10:54:28
Gabriel MIHAI

Un mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende ont été requis contre Éric Drouet, une figure des "gilets jaunes", qui était jugé pour "organisation de manifestations sans déclaration préalable".

Ce vendredi 15 février, Éric Drouet était jugé par le tribunal correctionnel pour l’organisation de deux manifestations non-déclarées, les samedi 22 décembre et mercredi 2 janvier dernier, à Paris.

Le parquet de Paris a requis un mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende contre lui, dans ce qui était le deuxième procès en l'espace d'une semaine pour les "gilets jaunes", après celui de Christophe Dettinger, qui a écopé d’un an de prison ferme pour avoir frappé deux gendarmes.

Face au tribunal, ce père de famille s'est défendu d'être l'une des figures des "gilets jaunes" : "Je n'ai aucun rôle d'organisateur ou de leader dans ce mouvement" avant de préciser : "Je suis juste un relais". Pour rappel, le chauffeur routier de Melun a été l'un des initiateurs de la première mobilisation nationale des "gilets jaunes" le 17 novembre, en créant sur Facebook l'événement "Blocage national contre la hausse des carburants".

L'employé, qui a reconnu avoir fait un geste outrageant envers le policier, a été placé en garde à vue avant d'être condamné à 70 heures de travaux d'intérêt général.

L'homme de 32 ans a été placé en garde à vue mardi 12 février, puis condamné le lendemain.
La scène s'est déroulée le 2 février dernier. Un membre des forces de l'ordre, habillé en civil et muni de son brassard orange, s'apprêtait à entrer dans une boulangerie, située dans le IIIe arrondissement de Paris, quand un employé de l'établissement lui bloque le passage.

Le différend, qui a été filmé par des témoins, a été largement relayé sur les réseaux sociaux.

L'employé lui dit alors que les armes ne sont pas autorisées dans la boutique. "Tu vois une arme ?" lui demande le policier. "Je ne sais pas, je vous préviens juste, pas d'arme dans (inaudible)", répond son interlocuteur. Face à l'insolence de l'employé, le policier conclut : "Bon je crois que je vais aller ailleurs...", en s'éloignant. Ce à quoi l'employé ainsi que certains témoins de la scène répondent "Oui, oui allez ailleurs".

Mercredi, devant le tribunal correctionnel de Paris, l'ex-boxeur Christophe Dettinger a été condamné à deux ans et demi de prison, dont 18 mois avec sursis et mise à l'épreuve, pour s'en être pris le 5 janvier à deux gendarmes en marge d'une manifestation des «Gilets jaunes» à Paris.

Justement, les derniers mots de Christophe Dettinger sont adressés aux deux gendarmes victimes de ses coups – dont un est présent dans la salle : "Monsieur le gendarme, je suis coupable de tous les coups que j'ai pu vous porter. Je suis conscient que ça a pu vous toucher physiquement et psychologiquement. La violence, ce n'est pas mon état d'esprit. J'ai été boxeur et d'ailleurs j'étais un technicien, je n'ai jamais été un bagarreur..."

Après une heure de délibération, le tribunal le condamne à trente mois de détention dont douze mois ferme avec maintien en détention. Sa peine pourra être aménagée en semi-liberté dès les prochains jours. Le tribunal l'a également condamné à une interdiction de séjour à Paris pendant six mois et à indemniser ses victimes, respectivement à hauteur de 2 000 et 3 000 euros.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3707

Les retraités dans la rue pour leur pouvoir d'achat

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 09 févr., 2019 17:42:39
VÉRONIQUE YANG

Une énième mobilisation nationale des retraités lancée par 9 organisations syndicales s'est tenue le 31 janvier dernier sur la question du pouvoir d'achat.

La manifestation s'est déroulée entre la Place d'Italie et Bercy ( ministère de l'économie et des finances) en passant par le boulevard Vincent Auriol avec pour slogan "Reprenez vos cadeaux, Rendez nous notre pouvoir d'achat!!" sous la houlette des syndicats déjà présents le 18décembre 2018 (UCR-CGT, UCR-FO, UNAR-CFTC, UNIR-CFECGC, SFR-FSU, UNIR-Solidaires, FGR-FP, LSR, Ensemble & solidaires-UNRPA).

Pour les retraités, il s'agissait d'une réponse après les "voeux" du Président de la République et ses réactions face aux mouvements sociaux des "Gilets Jaunes" qui durent depuis novembre 2018. Ils exigent donc une hausse de leur pouvoir d'achat avec l'annulation de la hausse de la CSG, la revalorisation des pensions conformément au code de la sécurité sociale à hauteur de l'inflation de 1,7% (pour 2018),le retour de l'indexation sur les salaires, le maintien de la pension de réversion selon les modes de calcul actuel. L'Etat devrait aussi revoir sa position face à l'ISF en le rétablissant ainsi que la taxation des dividendes et l'impôt progressif. Ils demandent également l'éradication de la fraude et de l'évasion fiscale ainsi que la suspension du CICE et des exonérations des cotisations patronale

Afin d'éviter la paupérisation, les retraités ont décidé de ne pas lâcher pour regagner le pouvoir d’achat perdu en dix ans, les pensions n'ayant pas été revalorisées depuis 5 ans et la hausse prévue devant être limitée à 0,3% en 2019 et 2020, ce qui est nettement inférieur à la progression de l'inflation D'autres mesures en sont aussi responsables telles la hausse de 1,7 point de la CSG au 1er janvier 2018 ou la taxe de 0,3% de contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie ou encore la suppression de la demi-part fiscale pour les parents isolés. Les revendications concernent 17 millions de retraités et futurs retraités soit le quart de la population française.

Le Grand Débat National a commencé le 15 janvier 2019 mais selon un sondage du 14 janvier dernier, seulement 26% des personnes interrogées intègrent le sujet des retraites au coeur des débats et 35% des personnes qui s'identifient comme "Gilets Jaunes". Malgré ces chiffres, le gouvernement n'a pas retenu le sujet des retraites comme sujet ouvert au débat mais le sujet a tout de même été abordé par les citoyens et plus de 4 500 propositions ont été mentionnées dans la rubrique “Fiscalité et dépenses publiques” parmi lesquelles 3 propositions se distinguent:

  • Suppression pour tous de l’augmentation de 1,7 % de CSG pour toutes les retraites, sans condition de ressources et non pas seulement pour les revenus inférieurs à 2 000 euros comme l’a annoncé Emmanuel Macron en décembre.
  • Réindexation des retraites sur l’inflation.
  • La réduction des privilèges pour les parlementaires, hauts fonctionnaires et anciens Présidents de la République , l’égalité des régimes de retraite, sans distinction entre cadre et non-cadre, fonctionnaire ou privé, est demandée.

D'autres propositions sont contre-versées:

  • Ouverture ou limitation des pensions de réversion  aux concubins ou partenaires de PACS.
  • Repousser l’âge de la retraite pour limiter les dépenses sociales, contrairement aux résultats de la Consultation sur la réforme des retraites où, en l’absence de toute référence économique, une grande majorité votait pour “partir quand on veut,” sans âge minimum.
  • qui devrait être supérieure au minimum vieillesse (868 euros pour une personne seule en 2019).
  • Réforme des majorations de retraites en supprimant ou réduisant, en autre les majorations pour enfant à charge.
  • Réforme des droits des retraités à l’étranger qui touchent leur retraite à l'étranger et devraient payer toutes les contributions sociales en France, contrairement à ce que dit le droit européen.

Jusqu'à la clôture du débat, le 15 mars prochain, d'autres propositions pourraient émerger et trouver des solutions pour aider les retraités et futurs retraités.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3688

Alexandre Benalla a été présénté à la justice

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 18 janv., 2019 22:13:24
Gabriel MIHAI

Alexandre Benalla a été déféré vendredi matin au parquet de Paris afin d'être présenté à un juge d'instruction en vue d'une mise en examen.

Il avait été placé en garde à vue jeudi matin dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte le 29 décembre sur l'usage de ses passeports diplomatiques, qui a été étendue mercredi à un possible faux en écriture pour un passeport de service.

Selon Me Jacqueline Laffont, son client a été mis en examen pour «usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle», mais il n'est pas poursuivi à ce stade pour les accusations de faux documents administratifs formulées par le directeur de cabinet de l'Elysée devant la commission d'enquête du Sénat.

Devant cette commission, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, a révélé mercredi que Alexandre Benalla avait utilisé «presque une vingtaine de fois» ses passeports diplomatiques après son licenciement, entre le 1er août et le 31 décembre. Patrick Strzoda a également souligné que Alexandre Benalla avait été en possession de deux passeports de service, le premier délivré en 2016, «bien avant» son arrivée au palais présidentiel de l'Élysée, le deuxième le 28 juin 2018. Tous deux ont été invalidés le 31 juillet 2018.

Il a ajouté que la demande du second passeport de service avait été faite par Alexandre Benalla au ministère de l'Intérieur, par une lettre à en-tête du chef de cabinet de l'Élysée, mais «dactylographiée» et non signée. En clair, «nous soupçonnons une falsification faite par Alexandre Benalla», a affirmé M. Strzoda, avant de préciser que la justice avait été saisie.

A l'issue de 24h de garde à vue, M. Benalla comparaissait devant un juge d'instruction saisi par le parquet d'une information judiciaire ouverte également pour «abus de confiance», «faux et usage de faux document administratif» et «obtention indue de document administratif».

Pour ces trois qualifications, plus lourdes, «il a été laissé sous le statut de témoin assisté», intermédiaire entre le simple témoin et la mise en examen, a ajouté Me Laffont. «Donc nous sommes très très contents ce soir», a-t-elle conclu devant la presse au tribunal de Paris.

Les magistrats instructeurs vont désormais poursuivre les investigations préliminaires et peuvent décider de le mettre en examen ultérieurement s'ils réunissent des indices graves et concordants. «Les accusations portées par M. Stzroda devant la commission du Sénat ont été jugées insuffisantes», a également déclaré l'avocate.

Benalla, doit être entendu à nouveau par la commission d'enquête du Sénat lundi, où se reposera la question de la limite du champ d'investigation des sénateurs compte tenu de l'enquête judiciaire en cours.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3637

Une après-midi au Cirque Phénix pour les enfants défavorisés ou maltraités de l'association CitéStars

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 13 janv., 2019 12:37:43
GÉRARD CROSSAY

Ce dimanche 6 janvier 2018, l'association CitéStars a permis à des enfants défavorisés, maltraités ou malades d'assister au magnifique spectacle du Cirque Phénix, "Le Roi des Singes", lors de l'arbre de l'Arbre de Noël organisé en leur faveur.

A cette occasion, les enfants ont pu recueillir les autographes des personnalités amies de CitéStars.

Ils ont eu des cadeaux, ballons de football, sucreries, goûter.

Un spectacle leur a été offert par le directeur du Cirque Phénix, Mr Alain Pacherie.

CitéStars, association créée en août 1998 par des personnalités du monde du spectacle et du sport dont Jean-Pierre Castaldi et David Donadei, l'actuel président, a réussi à obtenir de nombreux partenariats afin de venir en aide à des enfants défavorisés ou maltraités de Paris et d'Ile de France ainsi qu'à des enfants atteints de malformations cardiaques ou respiratoires.

Agréé par les Ministères de la Jeunesse et des Sports, de l'Intérieur, de la Justice et de la CAF, CitéStars collabore avec des hôpitaux pour enfants et avec la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

David Donadei, président et fondateur de l'association, n'a qu'un seul objectif : donner du bonheur à des enfants, et c'est dans ce but que, depuis 20 ans, il s'efforce d'organiser chaque année des animations et des Arbres de Noël en présence de personnalités avec un spectacle de cirque.

Les Membres fondateurs de CitéStars sont : Mouss DIOUF (Comédien), Michel MILOJEVIC (Ex Footballeur Pro), Jean Pierre CASTALDI (Comédien et acteur), Nordine KOURICHI(Ex Footballeur pro), Philippe CANDELORO (Ex patineur pro), Michel BENSOUSSAN (Ex Footballeur pro), David DONADEI (Ex Footballeur pro et comédien), Pascal CLAUDE (Directeur commercial) et Vincent FILICE (Agent RATP) .

L’association Citéstars a fait 3 fois l’émission « Fort BOYARD » sur France 3 en 1999 en 2006 en 2007.

David Donadei a un parcours atypique. On le retrouve avec plusieurs casquettes, d'éducateur à ancien président du CitéStar Olympique FC, en passant par entraîneur du club rwandais Rayon Sport, où au Maroc, en Thaïlande, en Côte d’Ivoire, aux Émirats Arabes Unis.

Il fut aussi candidat aux municipales de Chennevières-sur-Marne et aux dernières élections à la présidence de la FFF sur la liste "Un football pour tous".

Désormais, cet homme au grand coeur et au caractère bien trempé s'investit pleinement dans son association tout en s'accompagnant de parrains célèbres, de partenaires médiatiques et d'entrepreneurs : Grands Hôtels, Canal +, VIC Paris, Gosselin Paris, Décathlon, Cirques Pinder et Phénix, le Coin de la 3D qui a réalisé les mini bustes des invités, sociétés alimentaires comme METRO, le champagne Alain Jompierre, boissons énergisantes et anti- stress Miami Soul sans taurine ni caféine, les vins Gérard Bertrand, le traiteur Eat-Sushi France et la Boutique Charles Traiteur, le Chariot à Fromages, l'Agence Anas Voyages, le restaurant Le Réservoir de Mary de Vivo, l'Hyper Casher de Vincennes, les jus de fruit Elite Bio, les Salons de coiffure Jean-Louis David-rue de Rennes, Camille Albane et Christophe et Bruno-Paris 11ème, la société de sécurité HSBS.

Pour l'Arbre de Noël CitéStars, David Donadei avait réuni 47 personnalités du spectacle et du sport autour de ses fidèles lieutenants dont Jean-Pierre CASTALDI, Fabienne THIBAULT, Oscar SISTO, Jean-Philippe LUSTYK, SMAIN, Gwendal PEYZERAT, Jean-Pierre MOCKY, BEBERT des Forbans, Michel BOUJENAH, Christophe TIOZZO, Nordine KOURICHI, Michel MILOJEVIC, Patrice LAFONT, Guillaume KERNER, Luis FERNANDEZ, Roland COURBIS, Charles VILLENEUVE, Gérald DAHAN, Jean Michel LESAGE, Martial ODONE, Jean Michel BRIDIER, Jean Michel MOUTIER, Michel BENSOUSSAN, Eriq EBOUANEY, Jo PRESTIA, Julien LORCY, Kamel CHOUAREF, Abdel AID, ALI HALLAB, Djamel LIFA, MAXIME, Franck QUEUDRUE, Farid KHIDER, Guy AMRAM, Lucas ROCHER, Lucien DABILA.

L'évènement était couvert par Les Reporters du Net, MDL, Non Stop People, France 3 ainsi que par des journalistes et photographes d'Ici Paris, France Dimanche, Voici et Le Parisien.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3629

L'ONG Play International rassemble à Paris les acteurs qui s'engagent en faveur de l'inclusion sociale des réfugiés et demandeurs d'asile par le sport

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 09 janv., 2019 11:29:19
GÉRARD CROSSAY

Le 18 décembre dernier, Play International a réuni aux Grands Voisins, l'ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, une centaine de personnes pour une réflexion collective sur les solutions permettant de mieux accompagner les réfugiés face aux difficultés qu'ils rencontrent dans l'apprentissage de la langue, le soutien scolaire, le parcours vers l'emploi et l'accès aux soins, cela grâce au sport.

Participaient à cette rencontre Céline Schmitt, porte-parole UNHCR, Sharhzad Mohammadi, fondatrice de Bike Bridge (Allemagne), Mariona Miret, responsable des Programmes Fondation FC Barcelone, Arnaud mourot, Directeur Ashoka Europe et Président de Play international, David Blough, Directeur exécutif Play International, les équipes du Playlab, la Maison des Canaux, le mouvement Up, .....

Ces actions sont menées en partenariat avec la Commission Européenne, la Mairie de Paris, l'INSEP, The Extra Mile, Sport and Ded, Sport et Citoyenneté, Athlead UK.

Un panel introductif a permis de découvrir les projets initiés à travers l'Europe et de faire un bilan du processus d'incubation développé dans le cadre d'un Playlab, plateforme physique et virtuelle permettant d'identifier et de partager les initiatives qui utilisent le sport et le jeu pour apporter des solutions aux défis sociaux, sanitaires et humanitaires.

Ce panel de restitution a été suivi d'une séance de "design thinking", processus de co-créativité favorisant l'émergence d'idées nouvelles.

Cinq ateliers ont donc été proposés avec pour but de définir de nouvelles solutions pour favoriser l'inclusion par le sport :

- soutenir le développement de contenus pédagogiques

- améliorer le suivi et l'évaluation des projets

- créer de nouveaux modèles de collaboration entre les acteurs du secteur

- concevoir des normes plus durables

- accompagner le développement de nouvelles démarches.

On peut retenir la proposition d'une Maison des réfugiés sur internet. A ce sujet, la Ville de Paris doit ouvrir cette année une Maison des réfugiés et de l'intégration pour palier le fait que l'Etat n'est pas à la hauteur de l'accueil qui devrait être celui de la France, pays des Droits de l'Homme et du Citoyen et 6ème puissance économique mondiale.

Une autre proposition est l'instauration de Trophées qui seraient attribués à des clubs pour leur investissement dans des actions d'inclusion.

La formation des animateurs a été évoquée. Leur attitude se doit d'être plus coopérative que compétitive.

Il a été rappelé que, les 10 et 11 décembre derniers, une conférence intergouvernementale a été organisée à Marrakech pour adopter un Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

L'Assemblée générale des Nations Unies a adopté par ailleurs le 18 décembre dernier un Pacte mondial sur les réfugiés afin de mieux gérer leur gestion internationale.

Notons que les réfugiés (environ 25 millions dans le monde), contrairement aux migrants, font l’objet d’une définition claire : il s’agit des personnes qui fuient un pays en guerre ou qui sont victimes de violences et de persécutions.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3623

Une conférence franco-allemande sur les questions d immigration, d'intégration et d'identité

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 02 janv., 2019 19:21:37
GÉRARD CROSSAY

Le 4 décembre 2018, à l'initiative d'AJC (American Jewish Committee) Europe, sur invitation de la Fondation pour l'Innovation politique et avec le soutien de la Fondation Jean-Jaurès, s'est tenue à Paris à la Maison de l'Amérique Latine, une journée-conférence sur "immigration, intégration, identité".

L'objectif de cette rencontre était le renforcement des échanges entre la France et l'Allemagne, pays moteurs au sein de l'Union européenne sur ces questions décisives, ainsi que la mise en place d'une politique migratoire commune.

Pour la seule année 2016, 1,5 million d'immigrés sont arrivés en Europe, avec les conséquences que l'on connait : montée en puissance des partis populistes, fantasmes xénophobes, inquiétudes, mais aussi élans de solidarité.

Plus que jamais se posent les questions du vivre ensemble, de la citoyenneté, des valeurs partagées, de l'exclusion et de l'inclusion ... de la paix.

Grands experts européens, responsables politiques, journalistes, avocats, philosophes, professeurs, écrivains, ont participé à cette conférence.

A l'ouverture, Simone Rodan-Benzaguen, Directrice d'AJC Europe, a évoqué la rupture profonde au sein de notre société, traversée par une crise profonde et des mouvements sociaux de grande ampleur.

Face aux dangers de l'islamisme et de la montée en puissance des " sociétés parallèles", face à la crise des réfugiés, aux fake news et aux dérives sur les réseaux sociaux, la volonté de l'AJC est de proposer échanges et réflexions au sein de l'Europe afin de préconiser des recommandations concrètes pour l'élaboration de solutions.

Puis, Deidre Berger, Directrice d'AJC Berlin, a souligné la situation critique de la France et de l'Allemagne, pays possédant les groupes musulmans les plus importants.

Elle s'est interrogée sur la question de l'identité : celle-ci peut-elle être hybride? Ce concept va-t-il évoluer après avoir volé en éclats? Etre Français ou Allemand ... comment le définir?

Parviendrons-nous à préserver une société libérale démocratique, garantissant les libertés de religion et d'opinion et rejetant l'antisémitisme?

Didier Leschi, Directeur général de l'Office français de l'immigration et l'intégration, a précisé que, si les flux diminuent, il n'en est pas moins que l'on a en France la plus forte proportion d'immigrés jamais vue, soit 11% ( en Suède 20%). 220.000 arrivent annuellement, environ 80.000 accèdent à la nationalité française.

Parmi les demandeurs d'asile, on trouve les Afghans, les Albanais, les Géorgiens, mais peu de Syriens.

Le visage de l'immigration a changé. Au Maghreb (20%) a succédé l'Afrique subsaharienne et la Guinée.

1 immigré sur 2 en vient.

En 1968, la proportion de jeunes était de 3%, elle est de 17% aujourd'hui. La formation est essentielle face à l'évolution rapide des technologies qui rend plus difficile l'intégration par la qualification.

La répartition des réfugiés est une question délicate : ils se concentrent là où se trouve l'emploi, bien que le logement y soit cher.

Le problème s'est accru avec le fait que les populations entrantes soient musulmanes, accroissant les écarts culturels. L'enseignement à l'école du "fait religieux" s'avère nécessaire.

Le militantisme ouvrier, l'éducation populaire, le syndicalisme, les colonies de vacances, les MJC, le service national étaient autant de moyens d'intégration qui ont disparu. C'est à l'Etat d'en trouver de nouveaux.

L'avenir de l'Europe dépend de ce que la France et l'Allemagne seront capables de surmonter.

Son Excellence Nikolaus Meyer-Landrut, Ambassadeur de la République fédérale d'Allemagne en France, a rappelé la création en 2017 du Conseil franco-allemand de l'intégration, lieu d'échanges d'expériences en matière d'intégration.

Celle-ci est essentielle pour la cohésion de la société. Elle repose sur l'apprentissage de la langue, indispensable pour accéder au marché de l'emploi, sur l'éducation et sur la transmission des valeurs.

L'Allemagne est le pays européen ayant validé le plus de demandes d’asile en 2015 : plus de 148 000 statuts de réfugiés accordés contre 26 000 en France. La même année, elle a accueilli plus d’un million de réfugiés, principalement en provenance de Syrie.

D’ici la fin 2020, le gouvernement allemand prévoit de dépenser plus de 93 milliards d’euros pour l’accueil des demandeurs d’asile.

L'Ambassadeur a évoqué la Conférence sur l'Islam lancée en 2006 par le Ministère de l'Intérieur, dont l'objectif est de favoriser l'intégration religieuse, sociale et politique de la communauté musulmane, représentée principalement par les 3 millions de Turcs, dont 800.000 ont la nationalité allemande.

L'Allemagne est depuis longtemps un pays d'immigration : 1 personne sur 4 a des origines étrangères.

Frédéric Dabi, Directeur adjoint de l'IFOP, a parlé des fractures, des contradictions et des peurs qui traversent la société française. Les opinions diffèrent selon l'opinion politique, l'âge et le niveau d'études.

Hervé Gattegno, Directeur de la rédaction du JDD, a souligné le fait que, depuis 2015, suite à la vague d’attentats, à la crise migratoire et à la menace terroriste persistante, des voix s'élèvent en faveur du renforcement des contrôles à l'entrée de l'espace Schengen, menaçant même son existence.

Il rapporte les résultats d'un sondage sur la politique migratoire d'Angela Merkel, jugée mauvaise par 58% de la population, en ce qu'elle déstabiliserait l'Allemagne et les pays voisins, bonne à 48% par ceux qui se réfèrent à un devoir d'accueil de réfugiés fuyant la guerre et la misère.

Mohammed Khattab, Représentant d'Interface-Autriche et David Gakunzi, écrivain, Président du Paris Global Forum, ont livré des expériences d'intégration, qui reposent sur l'organisation de l'accueil et sur l'affirmation de l'identité de chacun avec ses différences et ses ressemblances. Au-delà des peurs et des préjugés, le devoir de chacun est d'aller vers les autres. La perte de l'identité est au coeur du problème.

Hélène Orain, Directrice générale du Musée de l'Histoire de l'Immigration, fait le constat que, malgré le caractère extrêmement clivant du sujet de l'immigration, la générosité existe.

L'exposition Persona Grata, qui se tient actuellement dans ce musée jusqu'au 20 janvier, rend compte des deux aspects antagonistes de la situation, d'une part, l'hostilité - l'étranger est devenu indésirable, d'autre part, l'importante mobilisation citoyenne qui soutient et accueille les migrants.

A travers les oeuvres qu'elle présente, elle tente de préserver par l'art le désir d'autrui, une démarche analogue à celle de l'artiste photographe JR avec son projet "Inside Out" qui fait en ce moment l'objet d'une exposition à la Maison Européenne de la photographie jusqu'au 10 février.

Dans l'Antiquité, l'hospitalité était une pratique courante, bien que l'homme ait souvent redouté le contact de l'inconnu.

Exposition Persona Grata au Musée de l'Histoire de l'Immigration, jusqu'au 20 janvier 2019, à la Porte Dorée à Paris.

Exposition JR Inside Out à la Maison Européenne de la Photo, jusqu'au 10 février, 5, rue de Fourcy Paris 4




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3616

Paris: 4 personnes interpellées après une nouvelle agression homophobe

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 21 oct., 2018 13:57:39
GABRIEL MIHAI


Un jeune homme a été roué de coups samedi 20 octobre par quatre individus. Les agresseurs ont été interpellés pour "violences à caractère homophobe" et "dégradation"rapporte BFM TV.

Une nouvelle agression à caractère homophobe a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Paris, devant le 19 boulevard de Sébastopol, dans le 1er arrondissement, vers 4h50 du matin, au cours de leur patrouille, les policiers sont intervenus après avoir remarqué quatre hommes en train de frapper un individu allongé sur le trottoir.

Le jeune homme a alors tenté d'enregistrer la scène avec son téléphone portable. Les quatre individus le lui ont arraché des mains et l'ont jeté par terre. Ils ont ensuite roué le jeune homme de coups, qui était tombé au sol. Tous les agresseurs ont été interpellés pour "violences à caractère homophobe" et "dégradation".

Ces derniers mois, une recrudescence des agressions homophobes est constatée dans la capitale. Une situation face à laquelle les associations LGBT ont décidé d'agir. Un rassemblement contre l'homophobie est organisé dimanche 21 octobre place de la République, à Paris.

SOS Homophobie et l'Inter-LGBT organisent ce dimanche à 17h un grand rassemblement place de la République à Paris, pour dénoncer les agressions homophobes. Un certain nombre de victimes hésitent encore à se rendre au commissariat.

L'association a des équipes qui font des interventions auprès des policiers, avec des rappels à la loi : l'enregistrement d'une plainte suite à une agression est obligatoire, et la circonstance est aggravante lorsque la violence est liée à l'orientation sexuelle. Maître Bernier aide des victimes à déposer plainte : "Parfois _nous les accompagnons presque en les prenant par la main_", indique l'avocat. "Et lorsque cela leur semble insurmontable, on peut en venir à saisir le procureur de la République, qui ensuite va donner des instructions aux officiers de police, pour peut-être leur réserver un meilleur accueil."

Selon Alexandre Nascioli, commissaire central du 7ème arrondissement de Paris, tout est fait pour réserver le meilleur accueil aux personnes LGBT : "Il n'y a pas de problème d'accueil à ma connaissance, mais je ne dis pas que ce n'est jamais arrivé", déclare-t-il.

Le commissaire tient à souligner que les agressions sont moins nombreuses cette année à Paris, selon les chiffres de la Préfecture de police : 74 faits homophobes constatés depuis le début de l'année, contre 118 l'année dernière à la même période.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3488

Homophobie à Paris : Le président de l'association Urgence Homophobie agressé hier soir

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 17 oct., 2018 10:53:25
GABRIEL MIHAI

Le président de l’association Urgence Homophobie a posté sur Twitter une photo de son visage tuméfié après une agression à la sortie d’un restaurant à Paris hier soir.

Guillaume Mélanie, a été agressé à la sortie d’un restaurant à Paris métro Etienne Marcel, il a témoigné et posté une photo de son visage tuméfié sur Twitter. Il explique qu’il a reçu des coups, qu’il a été insulté et traité de “sale PD”. Il a le nez cassé et il se dit très choqué. Il a décidé de porter plainte.

Depuis le mois de aôut lors des Gay Games, une série d’agressions homophobes a été régistrée dans la capitale. La semaine dernière deux femmes en ont été victimes, place de la République à Paris. Auparavant, c’est un couple d’hommes dans le 19e arrondissement de Paris qui avait été roué de coups. Fin septembre 2018, un comédien avait été blessé dans la rue pour les mêmes motifs. Il avait lui-aussi publié la photo de ses blessures sur les réseaux sociaux. En mois de aôut un jeune a été victime d’agression, après avoir participé au spectacle sur le parvis de L’Hotel de Ville où ont se trouvait le village des games gay 2018.

Tous les jours en France, 3 personnes sur 10 appartenant aux communautés LGBTQI + sont victimes d’homophobie, sachant que la plupart des victimes ont dénoncé les agressions sur les réseaux sociaux mais que 5% ont le courage de déposer une plainte définitive craignant d’être à nouveau victime.






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3473

Noyades en série à Paris, samedi et dimanche

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 08 oct., 2018 01:51:38
GABRIEL MIHAI

Le samedi 6 octobre, un homme a tenté de mettre fin à ses jours vers 17h00 en sautant dans la Seine et un voleur qui avait volé un téléphone est tombé dans le canal de l'Ourcq.

Hier, un homme d'environ quarante ans, a essayé de mettre fin à ses jours en se jetant dans la Seine sur le pont Notre Dame, mais heureusement un bateau qui circulait tout près est intervenu pour le sauver jusqu'à l'arrivée d'un équipage de pompiers et de la police fluviale.

L'homme était hors de danger, mais il a été transporté à l'hôpital.

Un homme qui tentait de voler un téléphone portable est tombé à l’eau avant de s’y noyer dans la nuit de samedi à dimanche à Paris, a-t-on appris de sources policières.

Les faits se sont déroulés vers 4h du matin, quai de la Marne sur le canal de l’Ourcq, dans le XIXe arrondissement.

Selon les premiers éléments de l’enquête, deux hommes ont tenté de dérober un téléphone portable avant que l’un d’eux ne soit frappé par la victime et ne tombe à l’eau. La victime du vol a alors tenté de le secourir mais en vain.






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3447

Le handicap n’est pas qu’une différence, c’est une complémentarité qui ne demande qu’à s’exprimer

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 01 août, 2018 20:11:06
Daphné VICTOR

Les entreprises seraient-elles hors-la-loi ? Dans une grande majorité, il semblerait et ce, depuis le 11 février 2005. Mais en quoi cela ? En ce qui concerne l’intégration de collaborateurs en situation de handicap, plafonné à 6% par le gouvernement Raffarin qui a promulgué la loi « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » (loi no 2005-102, JO no 36 du 12 février 2005 page 2353), dite loi handicap ! Et oui ! Les PME le savent et sont même assujetties à une taxe tout comme celle pour la formation. Mais ça ne les motive aucunement. Elles restent très frileuses quant à engager un handicapé, sans doute par facilités administratives et par appréhension de devoir gérer des situations particulières. Elles préfèrent donc payées cette contribution sans l’utiliser, ce qui est dommage. Les rassurer sur cet acte de citoyenneté et de civisme est justement la mission que s’est fixé Handicaps&Ressources. Toutes sont concernées. À travers la mise en place d’une campagne de mobilisation et de communication sur le monde du handicap, elle aide l’entreprise à intégrer en son sein des personnes handicapées, en apportant des solutions adaptées et ce, sans générer de charge de travail supplémentaire ; l’objectif étant d’orienter progressivement les collaborateurs vers une démarche RQTH (ndlr : reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) et de faire que chacun d’entre-deux puissent travailler et évoluer ensemble dans une parfaite harmonie.

Aujourd’hui, tout le monde à sa place dans le monde du travail. Pourtant, une personne en situation de handicap fait peur et reste un frein à l’insertion. Faire entendre et comprendre que ses compétences ne sont pas différentes, est toute l’action menée par Handicaps&Ressources. Son savoir-faire est de faire reconnaître la qualité d’un travailleur handicapé. Et comment cela ? Dans un premier temps, en permettant à ces personnes d’assumer leur différence, de la faire accepter et de la dévoiler sans crainte surtout si elle n’est pas visible. Dans un second temps, en changeant les mentalités des « valides », en chassant de leurs esprits tous les a priori qu’ils peuvent avoir sur ces personnes et en les incitant à travailler avec elles en bonne intelligence pour le bien et la rentabilité de la société qui les emploie. Pour l’entreprise qu’Handicaps&Ressources accompagne dans toutes les démarches réglementaires et juridiques, le résultat ne peut-être que gagnant gagnant.

En parallèle de ce travail d’insertion effectué par l’équipe d’Handicaps&Ressources, il est possible de consulter le site dédié www.handicaps-ressources.org. Cette plate-forme d’informations apporte un grand nombre de réponses aux questions initialement formulées grâce à son avatar Andy (ie). Passerelle entre les personnes en situation de handicap et l’entreprise, il guide, conseille les personnes qui veulent reconnaître leur différence au sein de l’entreprise, informe sur les diverses formes de handicap et aide sur les astreintes administratives à suivre.

Alors, pour que le dos ne soit plus tourné au handicap et faire que la loi soit enfin appliquée, renseignez-vous. Personne en situation de handicap, n’hésitez plus et déclarez-vous. Quant aux entreprises, n’ayez plus d’appréhension et ouvrez vos portes à l’insertion ! C’est votre devoir et le pouvoir d’Handicaps&Ressources.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3326

Affaire Benalla, prise d'ampleur: les gardes à vue prolongées, Collomb entendu lundi à l'Assemblée et les policiers suspendus placés en garde à vue ...

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 21 juil., 2018 17:20:46
GABRIEL MIHAI

L'affaire n'en finit plus de prendre des proportions de scandale.

Les gardes à vue d'Alexandre Benalla et Vincent Crase, filmés en train de violenter des manifestants le 1er mai, ont été prolongées ce samedi. Les trois policiers suspendus jeudi ont, eux, été placés en garde à vue. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sera auditionné lundi à l'Assemblée.

L'affaire n'en finit plus de prendre des proportions de scandale. Alexandre Benalla, collaborateur à l'Élysée, chargé de la sécurité d'Emmanuel Macron, a été placé en garde à vue vendredi 20 juillet. Il est soupçonné de violences en réunion par personne chargée d'une mission de service public, usurpation de fonctions, port illégal d'insignes réservés à l'autorité publique, complicité de détournement d'images issues d'un système de vidéo protection.

Les trois policiers, eux sont soupçonnés d'avoir fourni à Alexandre Benalla les vidéos le montrant en train de frapper un manifestant et une manifestante le 1er mai, en portant un casque et un brassard de policier, alors qu'il n'avait qu'un statut d'observateur.

Après avoir été suspendus par leur hiérarchie, ces trois fonctionnaires de police ont été placés en garde à vue samedi 21 juillet pour "détournement d'images issues d'un système de vidéo-protection" et "violation du secret professionnel". Alexandre Benalla, a vu son domicile à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) perquisitionné samedi matin.

Son appartement de fonction, situé quai Branly dans le 7e arrondissement de Paris, sera très certainement perquisitionné, indique franceinfo.

Alexandre Benalla devait se marier, ce samedi 21 juillet, dans sa ville d'Issy-les-Moulineaux. La cérémonie était prévue à 11h30 et devait être célébrée par André Santini, le maire de la ville, a confirmé un membre de son équipe à franceinfo. L'ancien député était en contact direct avec les futurs époux pour organiser la cérémonie à l'hôtel de ville. Les noces ont été annulées.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sera auditionné lundi à 10h dans le cadre de cette affaire ,par la commission des Lois de l'Assemblée nationale dotée des pouvoirs d'enquête, a annoncé samedi sa présidente Yaël Braun-Pivet (LREM). La commission entendra également le préfet de police de Paris Michel Delpuech lundi à 14h, et pourrait aussi auditionner plusieurs responsables policiers, ainsi que le directeur de cabinet du président de la République, qui était le supérieur hiérarchique d'Alexandre Benalla.

Le scandale a éclaté après que Le Monde a dévoilé qu'Alexandre Benalla avait frappé des manifestants lors du défilé du 1er mai. Une vidéo le montre en train de violenter des personnes, et portant un casque ainsi qu'un brassard de la police, alors qu'il n'avait qu'un statut d'observateur. L'Élysée a engagé une procédure de licenciement à son encontre.

Alexandre Benalla était le voisin de l’enfant sauvé par Mamoudou Gassama, selon nordpresse citant comme source d'information Closer.

Alexandre Benalla serait l’homme à l’origine de l’incident de l’enfant de Saint-Denis. Comme on peut le revoir sur ces images qui ne font désormais plus aucun doute, c’est bien Alexandre Benalla qui tenait l’enfant lors de l’acte héroïque de Mamoudou Gassama.

L’enquête doit désormais comprendre le lien qui existait entre l’enfant et Benalla et entre celui-ci et Mamoudou Gassama.






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3308

Alexandre Benalla, accusé de violences, placé en garde à vue

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 20 juil., 2018 12:31:34
Gabriel Mihai


Alexandre Benalla est placé en garde à vue concernant l'agression de deux manifestants lors de la mobilisation du 1er Mai.

Ce vendredi 20 juillet, l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron a été placé en garde à vue des chefs de violences en réunion par personne chargée d'une mission de service public, usurpation de fonctions, port illégal d'insignes réservés à l'autorité publique, complicité de détournement d'images issues d'un système de vidéo protection.

Alexandre Benalla s'est présenté à 10 heures avec son avocate au siège de la Police judiciaire à Paris alors que le parquet de Paris a co-sai l'IGPN, selon une source judiciaire.

Dans le même temps, l'Élysée a engagé "la procédure de licenciement" d'Alexandre Benalla, a annoncé le palais présidentiel ce vendredi 20 juillet, deux jours après les révélations du Monde sur le comportement du chargé de mission de l'Élysée.

Vincent Crase, un gendarme réserviste reconverti dans la sécurité privée qui accompagnait Alexandre Benalla a été placé en garde à vue vendredi 20 juillet dans la matinée, des chefs de violences en réunion par personne chargée d’une mission de service publique et usurpation de fonction, selon le parquet de Paris.

Trois policiers, appartenant tous à la Préfecture de police de Paris, ont été suspendus jeudi soir. Deux commissaires et un contrôleur général sont soupçonnés d’avoir copié des extraits d’images de caméras de vidéosurveillance, qui appartiennent à la préfecture de police de Paris et de les avoir transmis à Alexandre Benalla.

Alors que l'Elysée fait face à un feu roulant de critiques, l'information a été remontée très vite après les faits. Le 2 mai, place Beauvau, le ministre de l'intérieur Gérard Collomb a été mis au courant, selon France Inter.

Les services du ministère ont alors fait parvenir l'information à l'Elysée. Alexandre Benalla avait alors été mis à pied durant 15 jours.

Le programme des auditions de la commission d'enquête parlementaire - à huis clos sauf exceptions - sera fixé vendredi par le bureau de la commission, avec l'objectif notamment d'entendre le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb dès lundi ou mardi, a-t-on indiqué de source parlementaire.

Ancien membre des services d'ordre de l'ex-président socialiste François Hollande, Alexandre Benalla avait été renvoyé par l'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg pour «faute professionnelle» avant de joindre la garde rapprochée d'Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle.

Un deuxième homme a aussi «outrepassé son autorisation», a révélé le porte-parole. Vincent Crase, gendarme réserviste et employé de LREM (parti présidentiel), a aussi écopé d'une «mise à pied de quinze jours avec suspension de salaire», et «il a été mis également fin à toute collaboration entre lui et la présidence de la République».











  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3306

La Ville de Paris offre le Pass Navigo aux Séniors et adultes en situation de handicap

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 06 juin, 2018 03:08:01
VÉRONIQUE YANG

C'est à l'occasion de la cérémonie des voeux en janvier que la Maire de Paris a annoncé la gratuité du Pass Navigo pour les personnes âgées de plus de 65 ans ou en situation de handicap.

Ce dispositif soumis à un plafond de ressources est mis en place depuis le 1er juin et vise à aider les personnes en difficulté à se déplacer et ainsi éviter l'isolement dans lequel elles se retrouvent parfois. Cette mesure va toucher 220 000 parisiens et franciliens qui grâce au Pass Navigo auront accès à l'ensemble des offres de transport public, tramway, bus, métro, RER, Transilien que ce soit à Paris mais aussi dans toute l'Ile de France.

Il existe 2 sortes de carte: le" Pass Paris Sénior" pour les personnes âgées de plus de 65 ans et le "Pass Paris Access" pour les personnes en situation de handicap. Pour se procurer son pass, il faut se rendre au centre de l'action sociale de son arrondissement avec un justificatif de domicile (3 ans à Paris ou 3 ans dans les 5 dernières années) et son avis d'imposition ( ne pas dépasser les plafonds soit 2 028 € (première demande) ou à 2 430 € (renouvellement) pour une personne seule ou 3400€ pour un couple). Le Pass entre en vigueur dès le premier jour du mois suivant le mois de la demande, il est valable un an sur l'ensemble des 5 zones du réseau Ile de France.

Parallèlement, depuis le début de l'année 2018, un service d'accompagnement des personnes en situation de handicap ou de plus de 65 ans vivant à Paris a été créé. On peut le contacter par un numéro vert "Allo Senior"sur lequel les Seniors peuvent prendre rendez-vous pour être accompagnés gratuitement par un bénévole dans leurs déplacements ( courses, banque, médecin...). La réservation doit se faire 24 h à l'avance.

D'autres aides, une quarantaine, visant à faciliter la vie des Seniors et à utiliser les transports en commun sont proposées aux parisiens . Elles sont ouvertes aux particuliers mais aussi aux professionnels parisiens et de petite couronne : commerçants, artisans, autoentrepreneurs, taxis, TPE et PME. Ces aides sont uniques en France et aident les citoyens dans leur accès à la mobilité.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3217

Strasbourg : moquée par le Samu au téléphone, "oui, vous allez mourir un jour, comme tout le monde"... Naomi décède quelques heures plus tard

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 09 mai, 2018 14:26:02
GABRIEL MIHAI

Naomi Musenga est décédée en décembre aux urgences à Strasbourg. - Capture d'écran Facebook

Une enquête de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) doit être ouverte à la demande d'Agnès Buzyn, après la mort d'une Strasbourgeoise. Son appel n'avait pas été pris au sérieux par le Samu du Bas-Rhin.

Les faits remontent au 29 décembre. Souffrant de fortes douleurs au ventre, la jeune femme était seule quand elle avait composé le “15” pour appeler à l’aide. Elle avait obtenu pour unique réponse de l’opératrice des pompiers, qui prenant en charge son appel avec dédain, lui avait recommandé d’appeler SOS Médecins.

Invitée à appeler SOS médecin, Naomi, mère d'une petite fille, assure ne pas être en capacité de le faire. "Je vais mourir", assure-t-elle. "Oui, vous allez mourir un jour, comme tout le monde, Ok ? Vous appelez SOS médecins, je ne peux pas le faire à votre place", conclut son interlocutrice.

Naomi arrive finalement à joindre SOS médecins, qui, face à la gravité de la situation, décide de faire appel... au Samu. Un temps perdu dramatique. La jeune Strasbourgeoise décède quelques heures plus tard, à 17h30, d'un arrêt cardiaque.

La famille de la jeune femme, qui a écrit au procureur de la République de Strasbourg, a obtenu auprès des Hôpitaux l’enregistrement de son appel téléphonique au SAMU.

Dans ce document sonore, on l’entend qui peine à s’exprimer et semble à bout de force. “J’ai mal au ventre”, “J’ai mal partout”, “Je vais mourir…”, dit-elle en soupirant.

Louange Musenga, la sœur de la victime, raconte les longues semaines qui ont suivi le drame. "L’hôpital a fait traîner. On n'a eu l'enregistrement qu’au bout de trois semaines. J’avais peur de l'entendre. Depuis que ma mère l’avait écouté, elle ne dormait plus, elle tremblait, elle pleurait sans cesse. À chaque fois qu’on l’écoutait, on avait l’impression d’entendre Naomi mourir une seconde fois", raconte-t-elle au quotidien Le Monde.

Les hôpitaux universitaires de Strasbourg ont ouvert une enquête administrative pour "faire toute la lumière sur les faits relatés". Cependant, à l'heure actuelle, aucune enquête judiciaire n'a été ouverte sur les circonstances de cette mort. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé a réagit sur twitter en se déclarant "profondément indignée" par la mort de la jeune fille. La ministre a aussi apporté son soutien à la famille de Naomi et demandé une enquête de l'IGAS.

Je suis profondément indignée par les circonstances du décès de Naomi Musenga en décembre. Je tiens à assurer sa famille de mon entier soutien et demande une enquête de I'IGAS sur ces graves dysfonctionnements. Je m'engage à ce que sa famille obtienne toutes les informations .

— Agnès Buzyn (@agnesbuzyn) 8 mai 2018
Naomi Musenga est décédée en décembre aux urgences à Strasbourg. - Capture d'écran Facebook


  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3142

Défilé du 1er mai: de violents affrontements ont éclaté en marge de la manifestation à Paris

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 02 mai, 2018 00:22:26
GABRIEL MIHAI

Plus de 1.200 "Black Blocs" étaient présents en marge du défilé. Ils étaient déjà en première ligne des cortèges lors des manifestations contre la loi Travail ou encore lors des rassemblements à Notre-Dame-des-Landes. Les "Black Blocs" ont une nouvelle fois fait parler d'eux ce mardi 1er mai lors du traditionnel défilé.

Lors du défilé traditionnel célébrant la fête du Travail ce 1er mai à Paris, des individus encagoulés ont notamment attaqué un McDonald's et une voiture auto-école, un SDF et les CRS à Paris.

Un rassemblement syndical qui a rapidement viré à la confrontation lorsque plusieurs centaines d'individus encagoulés ont pris position sur le pont d'Austerlitz et boulevard de l'Hôpital en perturbant largement le défilé lancé par les syndicats CGT, Solidaires, la FSU et FO, ainsi que le syndicat étudiant l'Unef, et lycéen, UNL.

La CGT avait appelé à 240 manifestations ou rassemblements un peu partout en France. Entre 143.500 (ministère de l’Intérieur) et 210.000 personnes (CGT) ont défilé dans tout le pays ce 1er-Mai. Ils étaient entre 20.000 (préfecture) et 55.000 (CGT) à Paris où le cortège a été contraint de changer de direction après que de violents incidents ont éclaté entre 1.200 individus cagoulés, des "black blocs", et les forces de l'ordre.Environ 200 personnes ont été interpellées à Paris.

Le cortège, parti de la place de la Bastille vers 15h, a été détourné à la demande de la préfecture de police pour finalement gagner la place d'Italie dans le XIIIe arrondissement de la capitale en fin d'après-midi.

Un Mac Donald's, un engin de chantier, des voitures ont notamment été incendiés boulevard de l'Hôpital provoquant de brefs départs de feu tout comme une concession Renault ou encore de nombreuses voitures et le franprix; un SDF a été agressé par un "black blocs" à l'arme blanche, 22 compagnies de CRS ont été mobilisées pour disperser ces "black blocs" avec des grenades lacrymogènes et des canons à eau.

4 individus ont été arrêtés pour port d'arme prohibée dont un individu qui était l'agresseur du SDF sur le boulevard l'Hôpital. Un policier a été blessé légèrement et trois personnes, "manifestants ou badauds", ont été prises en charge par les pompiers pour des blessures légères a indiqué le Préfet de Police de Paris, Michel Delpuech, dans la soirée.

Lors e sa visite aux forces de l'ordre dans un commissariat parisien, Édouard Philippe a condamné "l'irresponsabilité des discours radicaux qui encouragent de tels agissements" après les violences qui ont éclaté en marge de la manifestation à Paris. Dans un communiqué, le Premier ministre "condamne avec la plus grande fermeté ces violences" en saluant "le professionnalisme des forces de l'ordre" qui ont "su répondre avec maîtrise" à "des actes d'une grande violence".

Emmanuel Macron condamne "avec une absolue fermeté les violences" qui "ont dévoyé les cortèges du 1er mai".



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3117

Paris: une voiture près de l'Élysée a percuté un CRS en faction

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 30 avril, 2018 21:39:35
GABRIEL MIHAI

Ce lundi, un banal contrôle routier s’est terminé tragiquement à Paris.

Ce lundi 30 avril, un automobiliste a refusé d'obtempérer et a tenté de fuir les policiers. Dans sa fuite, pris par son élan, il est monté sur le trottoir, a roulé sur un CRS en faction avant de rentrer dans une vitrine.

La scène s'est déroulée vers 16h35 à l’angle de la rue Miromesnil et de la rue de Penthièvre dans le 8ème arrondissement, à deux pas du palais de l'Élysée. Le quartier à été bouclé, l'homme interpellé. Le CRS, grièvement blessé, a été conduit à l'hôpital avec notamment plusieurs fractures aux jambes.

L'information a été confirmée au Point par la préfecture de police.

Le gardien de la paix, qui appartient à la CRS 9, habituellement basé en Ile-et-Vilaine, souffre d'un traumatisme crânien et de multiples fractures au bassin et aux jambes.

Le conducteur aurait perdu le contrôle de son véhicule en essayant d’échapper à un contrôle de police. Lors de sa fuite, l’automobiliste a d’abord eu un accident avec une autre voiture. Avec l’élan, il a poursuivi sa course sur le trottoir et a percuté la victime.

«Dans ce périmètre, il y a toujours des policiers qui fluidifient la circulation», a expliqué Jeanne d’Hauteserre, la maire du 8e, qui s’est rendue sur place. On ignore pour l'instant pourquoi l'automobiliste a refusé de se soumettre à ce contrôle.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3115

L’univers carcéral dans toute la France en malaise

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 21 avril, 2018 23:12:11
GABRIEL MIHAI

Chaque jour des demandes de soins médicaux ne sont pas totalement prises en charge , un prisonnier attend 15 jours pour un urgence dans des conditions de détention indignes, les surveillants sont à bout, des violences, surpopulation, insalubrité et rien aux normes: voilà le lot de tout prisonnier.

La prison de Fleury Mérogis, la plus grande maison d’arrêt d’Europe avec 4 100 détenus, a eu à déplorer en un mois quatre suicides et deux morts.

Un détenu, qui avait besoin de soins médicaux, n’a pas été pris en charge à temps, il avait vu un médecin qui n’avait rien détecté, puis son malaise avait repris pendant la nuit et son compagnon de cellule n’a pas réussi à joindre un médecin de garde.
Derrière les barreaux, la médecine générale est sinistrée. Fleury Mérogis, est pourtant un des établissements les moins mal dotés en professionnels de santé, il y a un médecin de garde toute la nuit, mais encore faut-il qu’il soit disponible et surtout appelé par les surveillants, a pourtant déclaré François Bès, coordinateur du pôle enquêtes à l'Observatoire international des prison (OIP).

Un prisonnier incarcéré pour une courte peine de 2 mois a été roué de coups la veille de sa sortie durant une promenade pour semble-t-il une dette liée à une affaire de stupéfiants. Il est mort quelques jours plus tard des suites de ses blessures. Ces deux drames feront l’objet d’enquêtes, a pourtant déclaré François Bès.

Dans l’univers carcéral, dans toute la France les morts et les suicides ne sont pas que l'apanage de Fleury Mérogis, à la prison de Seysse, à Toulouse, un suicide a eu lieu mi avril, ainsi que le 18 avril à la prison d’Arras.

Ces décès révèlent des dysfonctionnements des prisons dont les organismes de contrôle et les associations des droits de l’homme se font souvent l’écho.

Parmi les objectifs: "rétablir la confiance de nos concitoyens dans notre justice". "L'état de nos juridictions et de nos prisons ne répond pas aux attentes des citoyens", souligne le projet de loi. Hasard du calendrier, la direction de l'administration pénitentiaire a annoncé jeudi 19 avril un nouveau record de détenus dans les prisons françaises.

Ces événements graves survenus en prison illustrent le malaise affectant l’univers carcéral en France. Des viols sont registrés toutes les 5 minutes, des violences et les agressions sont alarmantes. Avec 70 367 personnes détenues en France au 1er avril, un chiffre record, le nombre de prévenus est au plus haut depuis 12 ans, tandis que la surpopulation en prison atteint 118%.

L’OIP a ainsi communiqué en avril sur plusieurs problématiques. Il a noté que la ministre de la Justice n'avait pas vraiment répondu à la Sénatrice Esther Benbassa qui l’avait alertée sur des cas de maltraitance des détenus par des surveillants à la prison de Villefranche et dénoncés par plusieurs organismes de contrôle.

A la prison de Fresnes, on constate des conditions de promenade sans surveillance ni points d’eau ou urinoirs, des cours à la superficie trop réduite. Le tribunal administratif de Melun a jugé le 6 avril qu'un détenu qui avait saisi la justice pour que la cour soit mise aux normes avait raison et que la prison aurait dû faire des travaux de réfection.

Un épisode assez remarquable : le papier toilette est rationné pour les personnes indigentes, selon le tweet d'une femme médecin intervenant en prison.

Le Comité de prévention de la torture inspectera les prisons en France en 2019 afin d’évaluer la manière dont les détenus sont traités. 7 500 places supplémentaires ont été promises par Emmanuel Macron durant son quinquennat sur les 15 000 promises initialement. Le président de la République souhaite une justice qui abandonne la préférence carcérale pour d'autres «punitions», en partie inspirées des pays du nord de l'Europe.

A la veille de la présentation de la réforme de la justice par la garde des Sceaux Nicole Belloubet, ces événements graves survenus en prison ont illustré le malaise affectant l’univers carcéral en France. La ministre de la Justice a présenté ce vendredi 20 avril en Conseil des ministres son vaste projet de réforme de la justice, très critiqué par avocats et magistrats, qui lui reprochent d'affaiblir les droits de la défense et de limiter l'accès au juge.

La question du budget de la justice est omniprésente. Selon l'USM, il représente 1,8% du budget public français, ce qui place la France à la 23ème place sur 27 pays dans l'Union européenne. Le projet de loi de programmation prévoit qu'il passe de 6,7 milliards d'euros en 2017 à 8,3 milliards en 2022.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3095

20 millions débloqués pour les logements sociaux à Paris

Social - Faits DiversPosté par IMPACT EUROPEAN 19 avril, 2018 15:43:42
Véronique YANG


La rénovation du parc immobilier social de la ville de Paris est un point important dans le programme de la maire de Paris. Dans ce but, 20 millions d'euros ont été débloqués pour améliorer le quotidien des familles .

Mardi 10 avril, Anne Hidalgo s'est rendu sur le groupe d'immeubles Bolivar-Chaufourniers-Moreau au 97-99 avenue Simon Bolivar dans le 19ème arrondissement afin de présenter le plan "Réparer et Embellir" et visiter un appartement témoin. Accompagnée de son adjoint en charge du logement, de l'habitat durable et de l'hébergement d'urgence, Ian Brossat, de François Dagnaud, maire du 19ème arrondissement et de Stéphane Dauphin, directeur général de Paris Habitat elle a pu y rencontrer les habitants et discuter avec eux sur leurs espoirs et leurs inquiétudes quant à ce plan de rénovation. Un calendrier de ce plan a été établi de la façon suivante:

Avant le 01/09/2018 au plus tard, les dossiers de candidature des immeubles situés à Paris devront être déposés par les bailleurs sociaux désireux de bénéficier du plan. Le Conseil de Paris se prononcera sur les financements des opérations sélectionnées en 2018; les travaux devront être réalisés dans l'année suivant la décision de financement.

Ce dispositif permettra l'amélioration de 30 000 logements et des espaces extérieurs, la rénovation des parties communes et la réfection des cages d'escaliers afin de développer une meilleure qualité de vie dans les logements sociaux. Il bénéficie aux familles de classe moyenne et aux plus modestes, aux jeunes actifs et aux retraités, aux étudiants français et internationaux.

Le logement constitue la priorité de la mandature avec 3 milliards d'euros engagés. C'est la première fois que Paris consacre une somme aussi importante pour le logement. Ainsi depuis 2014, 10 000 nouveaux logements sont produits chaque année dont 7 000 logements publics, comparativement à 2001 avec 1 500 logements et 2008 avec 5 000 logements par an. Le but est d'atteindre 25% de logements publics d'ici 2025 et 30% d'ici 2030 dans le cadre de la loi SRU, Solidarité et Rénovation Urbaine renforcée en 2013 et avec le souci d'une juste répartition territoriale (4% de logements sociaux seulement dans les 8 premiers arrondissements et 56% dans les 13, 18, 19 et 20è jusqu'aujourd'hui).

Ce choix est celui d'un Paris inclusif qui protège le pouvoir d'achat, la mixité sociale et l'identité de Paris tout en soutenant l'emploi et l'économie française mais aussi le respect du plan "Paris Climat" pour la transition écologique et énergétique. Le dispositif "Eco-Rénovons Paris" doté de 51M€ dont 35,2M€ dotés par Paris a été mis en place pour rénover écologiquement et thermiquement 10 000 logements dans des immeubles d'habitat privés, a aussi été mis en place.

La politique du logement parisienne s'appuie sur le Plan Local de l'Habitat (PLH), le Plan Local de l'Urbanisme (PLU) et le pacte "Logement pour tous" signé par 200 acteurs du public et du privé, en faveur du logement à Paris.

Paris compte 60% de personnes louant un appartement, comparativement à New-York qui compte 68% de locataires et Londres 52% . Un appartement parisien compte en moyenne 11 m² de moins que la moyenne nationale. Les loyers ont subi de fortes augmentations tout comme dans toutes les autres métropoles européennes, soit environ 79% entre 1995 et 2013. Dans le parc social le m² est en moyenne à 13€le m contre 23 € dans le privé. L'augmentation a été de 33% en 10 ans dans le privé contre 2% maximum dans le parc social. Une nouvelle catégorie de logements est apparue depuis 2012, celle des logements meublés touristiques, elle concerne plus de 20 000 logements qui ne sont pas ainsi proposés à la location aux Parisiens. Le plan 2014/2020 prévoit aussi la transformation de bureaux vides en logements, 171 041m² ont été transformés entre 2014 et la fin du 3ème trimestre 2017, le but à atteindre en 2020 étant de 250 000 m².

Afin de poursuivre la politique du logement de la mandature de Bertrand Delanoe (2001/2014) qui finança 70 000 logements, la nouvelle mandature s'appuie aussi sur des constructions neuves dans les 12è, 14è et 18è et les droits de préemption urbain (DPU) et renforcé (DPR), la remise sur le marché de logements vacants en lançant le dispositif "Multiloc" en échange de contreparties, tout comme sur l'encadrement des loyers. Par ailleurs, une Unité de Lutte contre l'Habitat Indigne (ULHI) a été créée en 2014 et Paris se porte partie civile depuis 2018.

L'attribution du logement social est depuis 2015 ouverte pour la première fois en France aux Parisiens par une commission refondant depuis 2014 sur une proposition de la Fondation Abbé Pierre (anonymisation des dossiers en juillet 2014, utilisation d'une grille de cotation depuis octobre 2014, mise en ligne des logements à louer sur une plateforme "Loc'annonces" depuis avril 2015, ouverture de la commission de désignation pour la première fois en octobre 2015, en juin 2018 participation pour la première fois de Parisiens aux commissions de désignation, sûrement généralisée dans toute la France en septembre 2018.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3091
Suivant »