JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

Promotion et dégustation d' huiles d'olive tunisiennes à l'Ambassade de Tunisie à Paris

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 15 déc., 2018 05:42:52
GÉRARD CROSSAY

Son Excellence Monsieur Abdelaziz Rassaa, Ambassadeur de Tunisie à Paris, a reçu ce 13 décembre, dans les salons de l'Ambassade de Tunisie à Paris, chefs, médias spécialisés, blogueurs culinaires, responsables de la filière agro-alimentaire et des circuits de distribution, pour une dégustation d'huiles d'olive et de plats salés et sucrés à base d'huile d'olive, réception animée par la Chef tunisienne Malek Labidi Debbabi et le boulanger tunisien Mahmoud M'Seddi, lauréat du Grand Prix de la baguette de tradition parisienne 2018.


Ont été évoquées les différentes variétés, qualités et saveurs pour l'huile d'olive vierge extra 1ère pression à froid.


A la différence du vin, la robe, c'est-à-dire la couleur, n'est pas significative de la qualité. Une huile est verdâtre quand elle provient d'olives vertes, jaune si celles-ci sont noires.
Malek Labidi Debbabi a proposé des dégustations en demandant aux participants de déceler les arômes, artichaut, amande, noix, herbe ...


Les invités ont ensuite pu tester ses plats, tous intégrant l'huile d'olive de Tunisie dans leur fabrication.
Cinq plats étaient présentés, carpaccio de fraises - pignons - vinaigre balsamique, crème d'artichaut - girolles, sushis de carottes - feta - orange fraîche - basilic, mini gâteaux à la crème fraîche, aussi un assemblage surprenant mais intéressant, sorbet citron sur lit d'huile d'olive.


Quatre huiles d'olive tunisiennes étaient proposées à la dégustation : l'huile de Carthage, Oilyssa, de Teboursouk et de la Rivière d'Or.
Les différentes distinctions que reçoit fréquemment l'huile d'olive tunisienne témoignent de sa qualité exceptionnelle.


Sa particularité : elle est riche en polyphénol et est issue de variétés autochtones centenaires qui acquièrent leur maturité seulement au bout de quelques dizaines d'années.
Dans certains pays de culture intensive, les arbres sont productifs après deux ans avec une durée de vie très réduite. La qualité de l'huile produite ne sera pas la même.


L'Italie et La France importent à elles seules plus de la moitié de l'huile d'olive bio tunisienne. Celle-ci, par sa douceur, se prête au coupage pour atténuer l'acidité de certaines huiles européennes.
La Tunisie est l'un des grands producteurs d'huile d'olive à travers le monde et occupe le 2ème rang mondial après l'Espagne.


88 millions de plants d'oliviers sur une superficie de 1,8 millions d'hectares - 20.000 hectares sont plantés chaque année - un plan quinquennal de plantation d'un million d'oliviers par an est prévu au nord du pays où les conditions climatiques sont favorables.


Avec le tourisme, l'agro-alimentaire est un secteur clef de l'économie tunisienne. La proximité du pays avec l'Europe et son climat favorable aux cultures de primeurs et d'arrière saison sont des atouts pour l'exportation vers l'Union européenne, avec laquelle la Tunisie a été le premier pays arabe à signer un accord de coopération en 1995.


De par sa position au nord de l'Afrique, la Tunisie jouit d'une position privilégiée et entend être le carrefour entre l'Europe et le Moyen-Orient.
L'huile d'olive, or vert, est un des fleurons dans les perspectives de développement de l'économie tunisienne.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3596

Attentat à Strasbourg: l'attaque de Strasbourg a été revendiquée par Daesh

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 14 déc., 2018 12:59:17
GABRIEL MIHAI

Dans un communiqué diffusé près d'une heure après la neutralisation de Chérif Chekatt, le groupe jihadiste a qualifié l'auteur de l'attentat du marché de Noël de Strasbourg de "soldat" du groupe État islamique.

L'auteur de l'attentat au marché de Noël de Strasbourg, qui a fait trois morts et treize blessés mardi 11 décembre au soir, est un "soldat" du groupe État islamique (EI). C'est ce qu'a annoncé ce jeudi 13 décembre vers 23h son média de propagande Amaq via un communiqué, près d'une heure après que Cherif Chekatt a été abattu.

Selon ce communiqué, cité par le groupe de surveillance des réseaux extrémistes SITE, Cherif Chekatt "faisait partie des soldats de l'État islamique et il a mené cette opération en réponse à l'appel à viser les citoyens (des pays) de la coalition internationale" qui combat l'EI en Syrie et en Irak. Le groupe État islamique lance des appels réguliers à viser les pays, dont la France, qui sont membres de cette coalition dominée par les États-Unis.

Sa neutralisation ce jeudi 13 décembre aux alentours de 21h30 met fin à deux jours de traque.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3592

Attentat à Strasbourg : l'assaillant a été abattu par la police

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 13 déc., 2018 22:45:09
GABRIEL MIHAI

Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat du marché de Noël à Strasbourg a été tué par les forces de l'ordre jeudi soir dans un quartier proche du centre-ville, après deux jours de traque.

Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été abattu par la police jeudi soir vers 21h00, dans le quartier Neudorf, a-t-on appris de source proche du dossier. L'homme a été abattu au 74 rue du Lazaret où un très important dispositif de police a été déployé, a-t-on précisé de même source.

Selon RTL, un équipage de la brigade de surveillance territoriale du commissariat de Strasbourg a constaté que Cherif Chekatt tentait de rentrer dans un hall d’immeuble. Ce dernier a alors ouvert le feu sur les forces de police, qui l’ont tué en répliquant.

Il s'agissait de la seconde opération de la journée après une précédente intervention du Raid dans l'après-midi, qui s'était achevée vers 16h45. Plus de 720 membres des forces de l'ordre étaient à sa recherche depuis l'attentat et plusieurs opérations de police avaient déjà eu lieu au Neudorf, quartier du sud de Strasbourg, où Chérif Chekatt a grandi.

Mardi soir, cet ancien détenu au passé judiciaire lourd, signalé pour sa radicalisation islamiste en prison, avait pénétré dans le centre historique de la ville au milieu du marché de Noël, faisant au moins trois morts, une personne en état de mort cérébrale et onze blessés. Cinq d’entre eux sont en état d'urgence absolue, selon le bilan communiqué par la préfecture de police.

Porteur d'une arme de poing et d'un couteau, il a ensuite échangé des tirs avec les forces de l'ordre, qui l'ont blessé au bras, avant de réussir à s'enfuir en taxi. Des témoins l'avaient entendu crier «Allah Akbar».

"C'est un vrai soulagement" a réagi Alain Fontanel, 1er adjoint au maire de Strasbourg sur France Bleu; "il a tué trois personnes et en a blessé une dizaine d’autres, c'était essentiel qu'il puisse être neutralisé le plus rapidement possible."

Le marché de Noël fermé depuis deux jours rouvrira ce vendredi a annoncé Christophe Castaner dans la soirée. "Cela nous conforte dans notre décision et dans l'orientation générale qui consiste maintenant à revenir à une vie normale après la terreur qui s'est emparée de la ville et la sidération" a déclaré Roland Ries, maire de Strasbourg sur franceinfo.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3591

Fusillade dans le centre-ville de Strasbourg, trois personnes a été tuées et douze blessées

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 11 déc., 2018 21:47:24
Gabriel Mihai

Mardi 11 décembre, aux alentours de 20h, plusieurs coups de feu ont été entendus entre la rue des Grandes Arcades et la place Kléber, en plein centre de Strasbourg à deux pas du marché de Noël. Plusieurs personnes ont été blessées, les forces de l'ordre sont déjà sur place.

D'après la préfecture du Bas-Rhin, une personne a été tuée et six autres blessées dans cette attaque.

La préfecture de la région du Bas-Rhin a appelé la population à gardé son calme, et la mairie de la ville appelle à rester confiné. Le marché de Noël, installé sur la place Kléber, a été fermé.


Alors qu’il recevait mardi soir les parlementaires de la majorité, pour la première fois, à l’Élysée, le président de la République a été alerté au cours de la soirée par ses conseillers de la situation à Strasbourg. Peu avant 21 heures, selon plusieurs parlementaires, le chef de l’État Emmanuel Macron a « énoncé les faits » et fait état de « huit blessés et un mort ». Il a annoncé qu’il écourtait la réunion pour suivre les événements.

Emmanuel Foulon, attaché de presse au parlement européen, a expliqué sur les réseaux sociaux avoir entendu des « coups de feu dans les rues de Strasbourg » qui ont déclenché une « panique ». « Tout le monde est couché dans le restaurant », a-t-il continué. « Nous restons cachés depuis les premiers tirs. »

Une opération de police serait en cours dans le quartier de Neudorf selon le quotidien régional Dernières Nouvelles d'Alsace. Des coups de feu auraient été entendus.

L'assaillant a été blessé par des militaires de l'opération Sentinelle avant de se retrancher. Il est actuellement recherché. Selon le préfet de la Région Grand-Est et du Bas-Rhin, l'auteur des faits a été identifié et est connu pour des faits de droit commun.

Un dernier bilan fait état de deux morts et de onze blessés en urgence absolue. Le tireur, fiché S, est en fuite. La section antiterroriste s'est saisie de l'enquête.

L'Assemblée nationale a exprimé mardi soir sa solidarité avec les victimes de l'attaque dans le centre-ville de Strasbourg, en marge de l'examen du projet de réforme de la Justice. "Je voudrais avec les collègues adresser la solidarité de l'Assemblée nationale aux habitants de la ville de Strasbourg qui sont victimes ce soir d'une attaque qui a fait plusieurs morts et plusieurs blessés", a déclaré le député du Haut-Rhin Olivier Becht (UDI), originaire de Strasbourg.

L'assaillant devait être interpellé mardi matin par les gendarmes dans le cadre d'une enquête pour tentative d'homicide, de source proche du dossier.

Le Parlement européen reste bloqué. Le personnel est toujours confiné dans une salle.

Le président de la République, Emmanuel Macron est informé de la situation en temps réel a indiqué l'Élysée. Le chef de l'État a par ailleurs demandé au ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, de se rendre sur place.

Le bilan provisoire fait état de 14 victimes dont deux personnes décédées, six blessés graves et six blessés légers. Un point de regroupement des victimes est installé place Kléber. Le périmètre de la Grande Ill est toujours bouclé.

Édouard Philippe vient d'activer la cellule interministérielle de crise, a annoncé Matignon.
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner est arrivé à Strasbourg, avec le procureur de la République de Paris.

Le bilan grimpe à quatre morts, selon une source policière et selon le maire de Strasbourg Roland Ries, quatre morts sont à déplorer dans l'attaque.

Le niveau d'urgence attentat, soit le dernier prévu par le plan Vigipirate, a été mis en place avec notamment un contrôle renforcé aux frontières et sur le reste des marchés de Noël de France.

Demain mercredi, les manifestations seront interdites par les préfets afin de permettre aux forces de l'ordre de «se mobiliser totalement», ajoute Christophe Castaner.

Selon le ministère de l'Intérieur, «nous sommes actuellement en posture vigipirate renforcée». «Le gouvernement a décidé de passer en urgence attentat, avec des contrôles renforcés aux frontières, et la mise en place de contrôles renforcés sur l’ensemble des marchés de Noël qui se dérouleraient en France pour éviter des risques de mimétisme. Il y aura aussi un complément de mobilisation plus fort encore du dispositif Sentinelle sur l’ensemble du territoire Français», a-t-il précisé.

Selon le ministère de l'Intérieur, 350 personnes sont mobilisées sur le terrain, dont 100 personnes de la police judiciaire, et 2 hélicoptères. Les services du RAID, de la BRI, de l'opération Sentinelle sont sur le terrain. "Des moyens supplémentaires" ont été dépêchés par le gouvernement à Strasbourg.

L'auteur des faits avait fait l'objet de condamnations en France et en Allemagne, pour des faits de droit commun. "Il a purgé ses peines", indique Christophe Castaner.

Selon Christophe Castaner, trois personnes ont été tuées et douze autres blessées dans cette attaque. Six personnes sont en urgence absolue.

Le président de la République a écrit le message suivant : "Solidarité de la Nation tout entière pour Strasbourg, nos victimes et leurs familles".

Victimes physiques ou psychologiques, à la recherche d'un proche, contactez la cellule de crise interministérielle d'aide aux victimes au : 01 43 17 43 17

Pour toute autre information, la cellule d'information de la préfecture reste joignable au : 0811 00 06 67




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3588

Les syndicats de journalistes demandent à être reçus à l’Elysée, après les « dérapages inadmissibles » de la police

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 11 déc., 2018 18:58:53
Gabriel Mihai


Des photographes et des reporters ont été pris pour cibles lors de la manifestation des « gilets jaunes » du 8 décembre.

Le SNJ, le SNJ-CGT, la CFDT-Journalistes et le SGJ-FO condamnent « les dérapages inadmissibles des forces de police, notamment à Paris » et exigent dans un communiqué commun « des explications de la préfecture de police, du ministère de l’intérieur et du gouvernement sur les consignes qui ont été données pour en arriver à cette situation ».

Deux photographes du Parisien visés par des tirs de lanceurs de balles de défense, un photographe du Journal du dimanche hospitalisé après avoir été frappé par un CRS, une quinzaine de journalistes « mis en joue, pris pour cibles parfois intentionnellement, commotionnés ou molestés par les forces de l’ordre »… Quatre syndicats de journalistes ont déploré, lundi 10 décembre, les « nombreux blessés parmi les journalistes de terrain, reporters et photographes » qui couvraient les manifestations des « gilets jaunes » samedi.

« Dès 8 heures du matin, samedi, de nombreux photographes de presse, clairement identifiés comme tels, se sont fait confisquer leur équipement de protection individuel, parfois sous la menace d’une garde à vue. Ce qui a eu pour effet d’empêcher certains reporters de faire leur travail », ont déploré ces organisations syndicales représentatives de la profession.

Les syndicats recommandent « à tous les reporters victimes d’agissements anormaux de déposer plainte et/ou d’effectuer les signalements nécessaires auprès de l’inspection générale de la police nationale ». « Face à cette situation inédite pour la profession, confrontée à une violence grandissante », les syndicats demandent au gouvernement de « prendre les mesures nécessaires » pour que ces événements ne se reproduisent pas et « à être reçus en urgence par le président de la République ».

« Il est totalement inacceptable, dans un pays démocratique et dans un état de droit, que les pouvoirs publics ne garantissent pas la liberté d’informer », déplorent-ils. Avec l’appui de la Fédération européenne des journalistes (FEJ) et de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), ils ont alerté une deuxième fois le Conseil de l’Europe de la situation, par la plate-forme de signalement consacrée à la sécurité des journalistes.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3587

Emmanuel Macron a décrété "l'état d'urgence économique et social"

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 10 déc., 2018 20:38:16
GABRIEL MIHAI

Emmanuel Macron a décrété "l'état d'urgence économique et social" dans une allocution lundi soir, deux jours après le quatrième samedi de manifestations liées au mouvement des "gilets jaunes".

«Je prends ma part de responsabilités. Si je me suis battu pour bousculer le système politique en place, c'est parce que je crois en ce pays et que je l'aime». Emmanuel Macron fait désormais son mea culpa.

"Je n'oublie pas qu'il y a une colère et une indignation que beaucoup de Français peuvent partager (...) Ce fut d'abord la colère contre une taxe et le premier ministre a annoncé sa suppression pour l'année prochaine. Elles sont plus profondes, je la ressens comme juste à bien des égards", ajoute Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron qualifie la colère de "gilets jaunes" de "revendications légitimes". Il dénonce "un enchaînement de violence inadmissible. Ces violences ne seront d'aucune indulgence. Nous avons tous vu le jeu des opportunistes qui ont profité des colères sincère. Aucune colère ne justifie que l'on s'attaque à un policier ou à un gendarme".

"C'est l'état d'urgence économique et social que je veux décréter aujourd'hui", annonce Emmanuel Macron qui veut "intervenir vite et concrètement sur ce sujet".

"Les dirigeants de grandes entreprises françaises doivent payer leurs impôts en France, déclare Emmanuel Macron. Aujourd'hui, c'est aussi avec notre projet collectif que nous devons renouer. C'est pourquoi le débat national annoncé doit être beaucoup plus large. Nous devons assumer ensemble tous nos devoirs".

Emmanuel Macron a multiplié les annonces qui doivent, pour certaines, être mises en place dès 2019.

-SMIC : hausse de 100 euros par mois sans qu'il en coûte rien pour l'employeur;

-Défiscalisation des heures supplémentaires dès janvier, annulation de la hausse de la CSG pour les retrait qui perçoivent moins de 2.000 euros par mois ;

-Emmanuel Macron demande aux entreprises qui le peuvent de verser une prime de fin d'année;

-Le chef de l'Etat annonce des "heures supplémentaires sans impôts ni charges dès 2019";

-Il répète qu'il ne réintroduira pas l'ISF. "Ce serait "revenir en arrière et nous affaiblirait";

-Les avantages indus et les évasions fiscales seront combattus;

-Macron compte "rencontrer les maires, région par région".



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3584

Gilets jaunes : un nombre record d'interpellations, des dégâts à Paris et dans plusieurs villes, Macron attendu au tournant...

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 09 déc., 2018 14:25:14
Gabriel MIHAI

Alors que le mouvement des «gilets jaunes» s'est poursuivi samedi, le président français ne s'est pas encore exprimé ce week-end.

D'après la mairie de Paris, la manifestation de samedi a fait bien plus de dommages matériels que la semaine passée. En cause, une dispersion plus grande des manifestants malgré le dispositif de sécurité accru des forces de l'ordre.

Anne Hidalgo avait déploré samedi soir "des scènes de chaos" dans la capitale et des "dégâts incommensurables" pour l'économie et l'image de la ville. La manifestation des "gilets jaunes" a réuni quelque 10.000 personnes à Paris, contre 8.000 le 1er décembre.

"Il y aura beaucoup plus de dégâts suite à la journée d'hier qu'il y a une semaine", selon Emmanuel Grégoire, qui est chargé du budget de la capitale, et "un coût économique beaucoup plus important", dû notamment aux très nombreux commerces restés fermés, dans ce qui est traditionnellement un temps fort des achats avant les fêtes.

Quelque 136.000 manifestants samedi, un nombre record d'interpellations à Paris, des dégâts matériels dans la capitale et en régions mais moins de blessés: après une quatrième journée de mobilisation des «gilets jaunes», Emmanuel Macron va annoncer de nouvelles mesures en réponse à cette crise qui met son quinquennat à l'épreuve.

De nombreux ministres étaient déjà présents sur le front médiatique dimanche matin, à l'image de Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, selon lequel ces troubles représentent «une catastophe pour notre économie».

«A l'évidence, nous avons sous-estimé le besoin de nos concitoyens de prendre la parole, de dire les difficultés qui sont les leurs et d'être associés à la construction des solutions», a reconnu de son côté le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. Emmanuel Macron doit prendre la parole «en tout début de semaine» et des mesures sociales fortes et concrètes sont attendues.

Au total, 1.723 personnes ont été interpellées dans toute la France samedi, à l'occasion de l'acte IV de la mobilisation des «gilets jaunes», et 1.220 ont été placées en garde à vue, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur dimanche.

Rien que dans la capitale, les forces de l'ordre ont procédé à un nombre record de 1.082 interpellations samedi, contre 412 le 1er décembre.

Selon un bilan national provisoire de la direction générale de la santé, 179 personnes blessées ont été prises en charge sur toute le territoire par les équipes médicales des hôpitaux.

Ce quatrième samedi de mobilisation a aussi été marqué par des affrontements et des dégradations à Bordeaux, Toulouse, Saint-Etienne, Nantes et Marseille. A Perpginan, le péage sud sur l'autoroute A9 a été incendié. Il est fermé ce dimanche. A Bordeaux, les dégâts sont considérables. C'est un spectacle de désolation qu'offre l'hyper-centre de la ville. Alain Juppé ne reconnaît plus "son" Bordeaux et avoue que, de mémoire de maire, il n'a jamais vu ça.

L'exécutif français, très impopulaire, sous la pression de ce mouvement soutenu par une majorité de Français n'arrive pas à réduire cette fracture sociale, d'autant que le mouvement des « gilets jaunes », déstructuré et évoluant hors des cadres établis, n'a pas de véritable leader, rendant épineuses les tentatives de négociation.

Le premier ministre Edouard Philippe a appelé de ses voeux une union nationale retrouvée. Il faut « retisser l'unité nationale », a-t-il dit samedi soir, ajoutant que le président Macron, pratiquement muet depuis les émeutes de samedi dernier, allait bientôt sortir de son silence.

Emmanuel Macron « s'exprimera. Il lui appartiendra de proposer les mesures qui viendront nourrir ce dialogue et qui permettront, je l'espère, à l'ensemble de la Nation française de se retrouver et d'être à la hauteur des enjeux », a ajouté le premier ministre.

Évoquant ce mouvement, le ministre de l'Europe et des Affaires européennes s'est dit "inquiet" pour la démocratie et les institutions. Dans le même temps, il a expliqué que cette mobilisation traduisait un "mal-être", qui révélait "un sentiment profond d'inégalités territoriales et sociales". Ce nouveau "contrat social" permettrait selon lui d'enrayer ces inégalités. Ce que je propose à Emmanuel Macron, c'est la mise en oeuvre d'un nouveau contrat social", Jean-Yves Le Drian.

Après cette quatrième journée de mobilisation, les réactions politiques ne se sont pas fait attendre. À l’unanimité, la journée d’hier a été qualifiée de « réussite ». En déplacement à Bruxelles, Marine Le Pen a estimé que cette nouvelle action marquait l'échec de la stratégie d'intimidation d'Emmanuel Macron et l'a appelé à réagir. Même son de cloche pour Jean-Luc Mélenchon, pour qui, le mouvement des gilets jaunes, marque une nouvelle étape de la vie politique.

Le chef de l'État a tenu encore une fois à salué les forces envoyées sur le terrain." À toutes les forces de l’ordre mobilisées aujourd’hui, merci pour le courage et l’exceptionnel professionnalisme dont vous avez fait preuve", a posté Emmanuel Macron sur Twitter.

Le réseau social est pour le moment le seul canal de communication direct du chef de l'État, qui doit néanmoins s'adresser à la nation en début de semaine prochaine, sans doute lundi, afin d'apporter des réponses aux demandes remontées par certains représentants des "gilets jaunes", reçus à Matignon vendredi.






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3580

Les Artistes engagés à la 14e édition des Trophées APAJH au Carrousel du Louvre

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 08 déc., 2018 13:27:26
VÉRONIQUE PHITOUSSI


Jean-Louis Garcia, président de l’APAJH a lancé cette 14e édition des Trophées APAJH au Carrousel du Louvre, ce lundi 3 décembre 2018 en présence de Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées, ainsi que Marie-Anne Montchamp, ancienne secrétaire d’Etat et Présidente de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) et Charles Rozoy, conseiller auprès de la ministre des Sports et champion paralympique de natation et Deza, Presidente du Jury des Trophées APAJH.

Les Trophées APAJH récompensent cinq initiatives en faveur de l’handicap et de personnes porteuses de handicap.

Les Trophées APAJH 2018 ont réuni des personnalités et talents engagés aux côtés de l’APAJH. dans une grande soirée festive.

Christophe Willem a ouvert la cérémonie avec son titre, Double je, Lio a fait danser les personnes présentes en interprétant un de ses plus grands tubes, Banana split. L'orchestre de Jazz Mister O a accompagné les remises de prix toute la soirée.

Les L5, le groupe des années 2000, est remonté sur scène pour le plus grand plaisir des spectateurs en interprétant « Toutes les femmes de ta vie » , Le groupe avait remporté la première saison de Popstars, un télé-crochet musical de M6.;

Parmi les artistes engagés, le public a pu découvrir Srikanta Barefoot, artiste issu du "Cirque du Soleil", Les jongleurs Led de Fusion Arts, Les Freerunners, acrobates et cascadeurs, ceux-ci ont remis les trophées.

Scouilla et K.I.M., champions de France de Beatbox se sont produits et ont fait découvrir leur art. ;

La Danse fut représentée avec Nathan Waye, le breaker, demi finaliste de "La France a un incroyable talent", handicapé au niveau des jambes, l’artiste a présenté une chorégraphie. Les danseurs, Yann-Alrick Mortreuil et Emmanuelle Berne, de l’émission Danse avec les stars, ainsi que les talents APAJH : la troupe 1,2,3 Soleil de l’ESAT de Sens (Yonne) et la troupe de l’IME de l’APAJH de Haute-Vienne sont venus présenter leurs chorégraphies.

Jérôme Anthony, a animé toute cette soirée festive.

La fabuleuse Isabelle Aubret, est venue clôturer cette superbe soirée pleine d’espoir avec ses merveilleuses chansons.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3578

Les Personnalités engagées à la 14e édition des Trophées APAJH au Carrousel du Louvre

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 08 déc., 2018 12:36:21
VÉRONIQUE PHITOUSSI


Jean-Louis Garcia, président de l’APAJH a lancé cette 14e édition des Trophées APAJH au Carrousel du Louvre, lundi 3 décembre 2018 en présence de Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées, ainsi que Marie-Anne Montchamp, ancienne secrétaire d’Etat et Présidente de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) et Charles Rozoy, conseiller auprès de la ministre des Sports et nageur handisport français, Champion paralympique à Londres en 2012 et Deza, Presidente du Jury des Trophées APAJH.

Les Trophées APAJH 2018 ont réuni des personnalités et talents dans une grande soirée festive.

Depuis 2005, les Trophées APAJH réunissent les talents sur scène et dans le public pour porter plus haut le combat d’une société inclusive, accessible à tous. Le 3 décembre est la journée internationale du handicap.

Les Trophées APAJH récompensent cinq initiatives en faveur de l’handicap, et de personnes porteuses de handicap.

Parmi les nommés, les lauréats de cinq catégories furent récompensés :

Dans la catégorie « Accessibilité Universelle » :

Santé Publique France (Val de Marne) a remporté le prix pour la publication en 2018 d’un guide pratique « Communiquer pour tous » qui permet la création de supports accessibles à tous. www.santepubliquefrance.fr

Dans la catégorie « Ville Citoyenne et Service Public »:

Nantes-Métropole a remporté le prix pour la mise en œuvre d’une signalétique universelle et accessible dans les Etablissements Recevant du Public (ERP). www.signesetformations.com

Dans la catégorie « Ecole et Culture » :

Signes & Formations a remporté le prix pour la mise en place d’une formation au métier de WebDesigner en alternance qui s’adapte aux particularités du public sourd signant, en Langue des Signes Française. www.nantesmetropole.fr/accueil-22419.kjsp

Dans la catégorie « Entreprise citoyenne » :

Le Reflet, a remporté le prix la création d’un restaurant dont 6 employés sur 10 sont trisomiques. www.vienne.fr

Dans la catégorie « Sport » :

La Ville de Vienne (Isère) a remporté le prix pour sa journée découverte du sport adapté afin de se faire rencontrer les personnes en situation de handicap, les clubs adaptés et les clubs ordinaires. www.restaurantlereflet.fr

La Fédération APAJH fut créée en 1962, l’APAJH (Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés), association militante et gestionnaire, est le premier organisme en France à considérer et accompagner tous les types de handicaps : physiques, mentaux, sensoriels, psychiques, cognitifs, polyhandicaps, troubles de santé invalidants ... La Fédération, qui compte 14 000 collaborateurs, fait avancer la réflexion et l’action pour assurer à chacun un égal accès aux droits (droit à l’école, droit à la vie professionnelle, droit à la vie sociale et culturelle…). L’APAJH est présente dans 91 départements, elle accompagne 30 000 personnes en situation de handicap.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3577

SPA et TELETHON victimes des actions des “Gilets Jaunes” le week-end prochain

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 07 déc., 2018 16:07:40
VÉRONIQUE YANG

Comme tous les ans, la SPA organise le Noel des animaux place de la République à Paris où des milliers de visiteurs et adoptants sont attendus.

Malheureusement pour les 400 candidats à l’adoption, la direction de l’association a décidé d’annuler l’opération suite aux derniers événements liés aux actions des “Gilets Jaunes”. Il est donc plus sage de reporter la manifestation au printemps prochain, les organisateurs ne voulant pas mettre la vie des pensionnaires de ses refuges en danger.

Il sera toutefois possible de visiter les différents refuges de la Région Parisienne pour adopter une petite boule de poils pleine d’amour. Les 62 refuges de province et maisons SPA où 5 000 animaux attendent un nouveau maître resteront, eux, ouverts. L’an dernier, 13 000 personnes s’étaient rendues au refuge éphémère parisien de Noël, plus de 500 chiens et chats avaient trouvé un nouveau foyer.

Cette manifestation n’est malheureusement pas la seule à subir une annulation, le Téléthon est aussi touché et les grandes bulles installées place de la Concorde pour les 30 heures de direct sur France Télévision, ont été démontées, les manifestations sportives lièes à l’événement ont été supprimées. Finalement, les plateaux du Téléthon ont été rapatriés en studio et l’émission se tiendra en direct des studios de France Télévisions en région parisienne”.Il en sera de même à Bordeaux, place des Victoires et à Quimper, place St Corentin.

A Paris, l’Alliance Maladies Rares, qui fédère plus de 200 associations, a annulé sa “Marche des maladies rares” prévue samedi à 13h au Jardin du Luxembourg, En revanche, d’autres animations sont prévues un peu partout afin de récolter des dons. L’an dernier, la 31 ème édition avait permis de récolter 89 millions d’euros pour la recherche sur les maladies rare; un chiffre en baisse par rapport à l’année 2016 (93 millions d’euros). Pour cette 32ème édition, une baisse des dons pourrait encore avoir lieu, tenant compte du climat social actuel ( pouvoir d’achat, hausse de la CGS pour les retraités, prélèvement à la source de l’impôt…) et de l’érosion de la générosité des Français.

La guérison” pour les maladies génétiques rares, une perspective impossible il y a encore quelques années, est désormais en voie de réalisation pour les maladies du système immunitaire, du sang, des muscles, etc. Plus d’une centaine d’essais cliniques dans le monde montrent en effet les résultats prometteurs et parfois spectaculaires des thérapies géniques. Sur neuf médicaments enregistrés ou en cours d’enregistrement qui utilisent cette nouvelle voie thérapeutique, six ont bénéficié directement ou indirectement d’un financement du Téléthon, Un nouvel essai a débuté en France pour évaluer les effets de la thérapie génique dans la maladie de Crigler-Najjar, une maladie du foie très rare qui oblige les patients à passer plus de 12h par jour sous des lampes UV pour détruire la bilirubine, un pigment jaune en excès dans leur sang et toxique pour le cerveau et 17 patients en Europe seront inclus dans l’essai de ce traitement prometteur, qui a déjà coûté 18 millions d’euros au Généthon, le laboratoire de recherche créé par l’AFM, à Evry (Essonne).



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3575

"Gilets jaunes": La perspective d'un nouveau samedi noir sur Paris inquiète au plus haut niveau

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 06 déc., 2018 07:51:09
GABRIEL MIHAI

Depuis la naissance des gilets jaunes, plusieurs secteurs ont profité de ce mouvement multiforme pour également faire valoir leurs revendications : c'est le cas notamment pour les transporteurs routiers, les lycéens, les étudiants et les agriculteurs.

Deux semaines après le début du mouvement inédit et hétéroclite de protestation des "gilets jaunes", la sortie du conflit s'annonce compliquée pour le gouvernement, qui en panne d'interlocuteurs au sein de ce mouvement sans leader, a tardé à répondre à des revendications multiformes.

Gilets jaunes, chauffeurs routiers, lycéens, étudiants, agriculteurs, ambulanciers, avocats ... etc., la liste des secteurs qui rejoignent la contestation s'allonge avec des revendications spécifiques.

Par sécurité, le plateau du Téléthon, initialement organisé les 7 et 8 décembre à la Concorde, est délocalisé dans un studio en région parisienne.

Le Téléthon, marathon caritatif télévisuel en faveur de la recherche contre les myopathies, sera finalement déplacé dans les studios de France Télévisions, en région parisienne. Cette décision a été prise par la préfecture de police de Paris, en raison des nombreux débordements dus au mouvement des "gilets jaunes" dans la capitale, et notamment sur les Champs-Élysées et la place de l'Étoile.

Les deux bulles déjà installées seront donc démontées à indique la chaîne. Pour sa 32e édition, le Téléthon, qui prévoit 30 heures d'émission entre les 7 et 8 décembre, sera vraisemblablement installé dans l'un des studios de France Télévisions.

Dans un communiqué, France Télévision évoque seulement "des studios en région parisienne." Le groupe d'audiovisuel public ne souhaite pas spécialement détailler sa logistique. "Nous ne souhaitons pas tellement communiquer l'exact dispositif, afin de protéger les sites, explique son service communication. Nous aurions préféré faire autrement, mais c'est ainsi : on est capable de tenir une antenne dans des circonstances particulières, et c'est plutôt rassurant."

Le Téléthon n'est pas le seul événement à voir son organisation bouleversée par les mouvements de gilets jaunes.

La SPA, qui organisait son "Noël des animaux", les 8 et 9 décembre, place de la République, à Paris, a également dû annuler l'événement par mesure de sécurité, conservant toutefois ses autres stands, ailleurs en France.

Le marché de Noël d'Avignon devait ouvrir en fin de semaine prochaine, mais les dégradations de ce samedi dans le centre-ville en marge de la manifestation des gilets jaunes a dissuadé les commerçants. Les annulations s'accumulaient, les organisateurs ont décidé de tout annuler.

À Paris, samedi, l'Élysée redoute l'arrivée de "factieux", de "putschistes" avec qui, moratoire ou pas, aucun dialogue n'est possible.

Car les informations qui remontent de Beauvau ne sont pas rassurantes. Paris pourrait voir converger des ultras, armés, venus pour "casser" et "tuer", insiste l'Élysée qui cherche à dissuader tout rassemblement de gilets jaunes à Paris samedi.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a invité «les gilets jaunes raisonnables» à ne pas se rassembler à Paris samedi, et a promis d'accroître la mobilisation des forces de l'ordre en France. Les Républicains demandent le retour de l'état d'urgence, «seule mesure» qui permettrait selon eux de prévenir le retour des violences.

Le gouvernement craint aussi une extension de la colère à d'autres secteurs. Mardi, de nouveaux incidents ont éclaté devant des lycées de la région parisienne, et Marseille reste particulièrement touchée.

Ce mercredi 5 décembre, le syndicat de police Vigi a déposé un préavis de grève illimitée à partir du samedi 8 décembre, jour de mobilisation des "gilets jaunes".

La date n'est évidemment pas anodine puisqu'elle marque le quatrième acte de mobilisation des "gilets jaunes", qui sont désormais soutenus par cette organisation syndicale des forces de l'ordre. "Les revendications portées par le mouvement des 'gilets jaunes', nous concernent tous", est-il estimé dans le communiqué de Vigi.

Le préavis concerne les personnels administratifs, techniques, scientifiques et ouvriers d'État du ministère de l'Intérieur. Et Vigi explique ce choix : "Sans les adjoints techniques et ouvriers cuisiniers, les compagnies de CRS peuvent être immobilisées. Sans les adjoints administratifs, des services peuvent fermés. Sans les ouvriers d’état l’entretien de bâtiments et de véhicules ne pourront plus être fait".

Selon un sondage (réalisé avant l'annonce du moratoire) BVA pour La Tribune, 70% des Français considèrent que le report des taxes, annoncé mardi 4 décembre par Édouard Philippe, permet d'envisager la fin des "gilets jaunes". Pourtant, des barrages sont toujours en place et la mobilisation s'annonce encore forte samedi 8 décembre.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3569

Gilets jaunes, samedi noir à Paris

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 02 déc., 2018 19:59:13
GÉRARD CROSSAY


Samedi 1er décembre, 10h30, acte III de la mobilisation des gilets jaunes sur les Champs Elysées.

Manifestation déclarée aux autorités, barrages filtrants avec fouille et contrôle d'identité pour accéder à l'Avenue.

500 personnes sont venues qui n'ont commis aucune dégradation sur cette avenue.

Mais, rapidement, les voies adjacentes sont envahies par des manifestants parmi lesquels se glissent des casseurs qui, au fil de l'après-midi, vont transformer les abords puis d'autres quartiers de la capitale en champ de bataille.

L'Avenue Kléber est particulièrement touchée. Des feux sont allumés, des voitures incendiées, des vitrines de magasins, de banques et de restaurants brisées, des pillages s'ensuivent.

La Place de l'Etoile et l'Arc de Triomphe ne sont pas épargnés. Des feux, des tags sur le monument dont certaines sculptures sont brisées et le musée dévasté avec une tentative d'éteindre la Flamme.

L'Avenue Franklin-Roosevelt, l'Avenue de la Grande Armée, Avenue de Friedland, le Trocadéro subissent les mêmes violences.

Les exactions s'étendent ensuite, Place de Clichy, les Halles, Gare St Lazare où des policiers à cheval interviennent, Bastille ...

Une anecdote, Place St Augustin, les casseurs épargnent une magnifique DS blanche de collection, intacte au milieu des gravats, des carcasses de voitures brûlées et des motos carbonisées.

Encore des feux, des barricades, faites de mobilier urbain arraché et de palissades de chantiers saccagés, des voitures pillées ou incendiées, des bouches d'incendie vandalisées, un tracto-pelle embrasé.

Les alarmes des véhicules retentissent, la fumée des gaz lacrymogènes opacifie les rues, on entend les explosions des grenades, les pompiers doivent être protégés par les forces de l'ordre pour aller éteindre les feux qui touchent même certains immeubles.

Des riverains paniquent. Des reporters commencent à parler de situation hallucinante et effrayante.

Ils voient autour d'eux des gens avec des haches, des marteaux, des pieds de biche, des cisailles. ils remarquent des poteaux métalliques coupés à la disqueuse, des trous dans la chaussée dont des pavés ont été arrachés pour servir de projectiles, des boulons ...

Ces dégradations sont le fait de petits groupes très mobiles et organisés, casqués, masqués, très difficilement appréhendables par la police. Il faut savoir qu'un policier a sur lui 20kg de matériel et courir après des jeunes, c'est pour lui mission impossible.

Qui sont ces casseurs? Black blocs, anarchistes, extrême-droite, extrême-gauche, voyous, pilleurs venus des "quartiers", activistes venus de l'étranger?

Dés le matin la rue de Rivoli avait été envahie par la foule des manifestants et des feux, allumés.

La tension est montée lorsqu'un feu a été allumé dans le Jardin des Tuileries puis, quand une lourde grille a été descellée et abattue. C'est à ce moment qu'il y a eu un blessé grave dont le pronostic vital était engagé.

A 21h, lors de son intervention à la télévision, Christophe Castaner a donné les chiffres de 110 blessés dont 20 parmi les forces de l'ordre et de 187 incendies dans la capitale, dont 6 immeubles.

Il a parlé de séditieux, de factieux, de voyous, qui se mêlaient aux gilets jaunes pacifiques, rendant difficile la tâche des policiers. Il a évoqué de "casseurs sans honneur" ayant même l'intention de tuer des policiers.

Scènes de chaos, de guérilla urbaine, situation quasi insurectionnelle, des mots forts sont prononcés.

Plus de 4500 CRS et gendarmes mobiles avaient été mobilisés.

Linda Kebbab , déléguée nationale Unité SGP Police FO, a souligné la colère des policiers, analogue à celle des gilets jaunes, évoquant la pression hiérarchique, la fatigue des troupes exténuées, la mauvaise couverture sociale, le laxisme judiciaire, l'inflexibilité du gouvernement qui fait porter tout le fardeau aux forces de l'ordre.

"Les policiers ne sont pas à même de résoudre une crise politique ... on ne peut plus continuer comme cela ... à moins de faire appel à l'Armée ..." a-t-elle affirmé.

A 19h48, le Président Macron s'est exprimé depuis l'Argentine où il participait au G20.

Après de longues déclarations sur les succès de la rencontre en matière de commerce et de climat, sur le partenariat avec la Chine, sur le multilatéralisme et la défense des intérêts communs de l'Europe, sur les prochaines échéances, G24 en Pologne et G7 à Biarritz en août 2019 à Biarritz ... Emmanuel Macron a déclaré :

"Ce qui s'est passé aujourd'hui à Paris n'a rien à voir avec l'expression d'une colère légitime ... l'Arc de Triomphe a été souillé ... rien ne justifie que des policiers soient attaqués, des magasins pillés, des passants et des journalistes agressés ... ces gens-là veulent le chaos, pas le changement ... je respecte les contestations, j'entends les oppositions ... mais je n'accepterai jamais la violence".

A Paris, les dégâts sont énormes mais la colère des gilets jaunes l'est aussi.

Jean-François Barnaba, gilet jaune de l'Indre s'est exprimé sur Bfm Tv : "Je ne cautionne pas les violences mais je les comprends, une telle exaspération entraîne fatalement ces débordements."

Existe-t-il un risque de radicalisation des gilets jaunes qui prendraient fait et cause pour la situation de chaos?

Quelles réponses vont être apportées par le gouvernement aux revendications des gilets jaunes pour éviter un nouveau samedi noir?

Notamment à 4 revendications principales : baisse massive des taxes, augmentation des salaires et des pensions, restauration des services publics, démocratisation des institutions insuffisamment représentatives.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3563

Du rire aux larmes... Maria Pacôme vient de nous quitter

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 02 déc., 2018 14:42:12
VÉRONIQUE YANG

Maria Pacôme, née Simone Pacôme le 18 juillet 1923 à Paris dans une famille modeste s'est éteinte à Ballainvilliers ( 91) le 1er décembre à l'âge de 95 ans.

Après avoir perdu son père, mort en déportation et so frère fusillé pendant l'occupation, elle décide de s'inscrire au Cours Simon en 1941 à l'âge de 18 ans; elle y rencontre Michèle Morgan et Danièle Delorme puis Maurice Ronet, qu'elle épouse en 1950. Le couple aura un fils, François Pacôme, qui sera aussi acteur mais divorcera six ans plus tard, période pendant laquelle elle a renoncé à la scène et s'est consacrée à la poterie puis à la peinture. C'est alors qu'elle commence sa carrière au théâtre dans des pièces de Sacha Guitry puis fait son apparition sur grand écran en 1959 dans un film de Gérard Oury. Intéressée par la comédie populaire, on la retrouve ensuite des films comme "Le Gendarme de St Tropez ou "Les Tribulations d'un Chinois en Chine".

Elle tourne avec les plus grands de Jean Becker à Georges Lautner en passant par Michel Audiard... En 1993, elle est nommée pour le César du meilleur second rôle féminin dans "La Crise". A la télévision, on la retrouve en 1995, pendant 7 saisons et 25 épisodes dans la série "Docteur Sylvestre" aux côtés de Jérôme Anger. Elle renoue avec le théâtre en 2008, dans "La maison du lac où elle est à l'affiche avec Jean Piat. En 2011, elle donne sa voix à Mémé dans "Titeuf". L'année suivante,elle tourne son dernier film avec le rôle d'un fantôme dans "Arrête de pleurer Pénélope.

Maria Pacôme, ses rôles de bourgeoises et de comique laisse un grand vide derrière elle au théâtre comme au cinéma.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3562

Georges Bush rejoint sa femme Barbara

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 02 déc., 2018 14:00:17
Véronique YANG

Après le décès de son épouse Barbara le 17 avril dernier, Georges Bush rejoint celle qu'il a aimée pendant 73 ans et avec qui il a eu six enfants dont le président G.W. Bush. Il s'est éteint le 30 novembre à l'âge de 94 ans à Houston (Texas).

Celui qui fut le 41ème président américain de 1989 à 1993, après avoir occupé pendant 8 ans de 1981 à 1989, le poste de vice-président sous les mandats de Ronald Reagan a rempli de nombreuses fonctions durant sa carrière, à commencer par celui d'élu à la Chambre des représentants des Etats-Unis pour le Texas en 1966; il sera nommé en 1971 ambassadeur américain aux Nations Unies par le Président Nixon puis chef de liaison en Chine populaire et promu directeur de la CIA en 1976.

Il prête serment en janvier 1989; la même année, la chute du mur de Berlin entraîne le processus de réunification de l'Allemagne et de la fin de la guerre froide ente les Etats -Unis et l'URSS, c'est aussi l'invasion du Panama . Avec la "guerre du Golfe" et l'opération "Tempête du désert", l'embargo en Irak, il marque son mandat; Il est aussi à l'origine de l'accord de libre-échange nord-américain (ALENA) conclu avec le Canada et le Mexique mais suite à la mauvaise situation économique à la fin de ses 4 ans, il est battu par Bill Clinton en 1992. Ce dernier établira la mise en vigueur de l'ALENA en 1994.

Après son départ de la Maison Blanche, il fait quelques apparitions comme pour l'enterrement de Ronald Regan ou lors de campagnes de promotion en faveur des victimes du tsunami et de l'ouragan Catarina; En 2017, il devient à 93 ans le président américain le plus âgé suite au décès de Gerald Ford qui en détenait le record. Hospitalisé en janvier 2017, il n'a pu assister à l'investiture de Donald Trump.

A peine 9 mois après le décès de son épouse en avril dernier, il meurt le 30 novembre. Une journée de deuil national, le 5 décembre a été décrétée par le Président Donald Trump qui sera présent lors des obsèques. Les drapeaux son placés en berne pour une durée de 30 jours, les Bourses de New York et de Chicago seront fermées jusqu'au 5 observeront une minute de silence le 3 décembre, jour où la dépouille du défunt président arrivera à Washington à bord de l'avion présidentiel. Le public pourra se recueillir dans la rotonde du Capitole, qui restera ouverte en permanence du 3 au 5 décembre. Une cérémonie en la cathédrale nationale de Washington aura ensuite lieu, avant l'inhumation à College Station, où se trouve la George Bush Presidential Library and Museum.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3561

Troisième samedi de colère pour les "gilets jaunes" le 1er décembre

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 01 déc., 2018 23:19:02
Gabriel MIHAI

Le troisième acte de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris a vite tourné à l'affrontement avec les forces de l'ordre samedi 1er décembre.

Pour le troisième week-end consécutif, les "gilets jaunes" manifestaient ce samedi. Voitures incendiées, Arc de Triomphe tagué, barricades, magasins vandalisés, banques prises pour cible : des incidents violents ont opposé forces de l'ordre et casseurs mêlés aux manifestants aux abords des Champs-Elysées, de la rue de Rivoli et de la place de la Concorde à Paris.
Ailleurs en France, par comparaison avec Paris, les manifestations ont été plutôt calmes même si on recense des blessés dans certaines villes.

- À Paris, 255 personnes ont été interpellées et au moins 95 personnes blessées (dont 14 parmi les forces de l'ordre).
- 75.000 manifestants ont été recensés à 15h en France par le ministère de l'Intérieur
- Les barrages filtrants et autres rassemblements régionaux se sont déroulés dans le calme la plupart du temps mais des heurts se sont produits à Nantes, Toulouse, Tours et Avignon et Charleville-Mézières.
- Consultez la liste des revendications publiée par les "gilets jaunes".

Les manifestants, pour certains encagoulés et masqués, ont lancé des projectiles vers les policiers, qui ont répliqué à grand renfort de gaz lacrymogènes. Certains "gilets jaunes" ont également aspergé des policiers avec de la peinture, comme ont peut le voir dans le diaporama ci-dessus. Des barricades ont aussi été installées près de l'Arc-de-Triomphe.

À Dijon, 7 personnes ont été interpellées dans le centre-ville ce samedi 1er décembre en début de soirée pour des faits de violence, comme l'a indiqué la préfecture à l'AFP.

"Un petit groupe déterminé à en découdre avec les forces de l'ordre" se trouvait toujours en début de soirée sur la place de la République, en centre-ville, des "gilets jaunes" s'en sont également pris aux décorations de Noël et au mobilier urbain.

Gilets jaunes, motards, manifestants revendiquant "le droit à un logement digne" ou encore sympathisants de la CGT : des milliers de personnes ont protesté samedi dans les rues de Marseille, avant que n'éclatent des débordements avec des scènes de pillage.

Treize personnes ont été interpellées dans la soirée, a indiqué la préfecture de police, notamment pour le pillage d'une boutique de téléphonie et l'incendie d'un véhicule de police sur la Canebière. Les affrontements avec les forces de l'ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène ont débuté peu de temps après le rassemblement des différents cortèges sur le Vieux-Port.

Toujours dans le Sud-Est, plusieurs personnes ont été interpellées à Nice après des heurts de "gilets jaunes" avec la police, a indiqué la préfecture des Alpes-Maritimes. Dans l'Hérault, l'autoroute A9 a été coupée entre Béziers et Sète après l'envahissement des voies dans la matinée et quelque 500 "gilets jaunes" ont défilé dans le centre-ville de Montpellier.

Plusieurs centaines de personnes ont fait face aux forces de l'ordre dans le centre-ville de Toulouse, certains manifestants ont tenté de se diriger vers la gare SNCF de la ville, provoquant la réaction des forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes à plusieurs reprises.

Pour le troisième week-end consécutif, les "gilets jaunes" manifestent dans tout le pays pour protester contre la hausse des prix du carburant et marquer leur défiance envers le pouvoir.

En Belgique la première manifestation de « gilets jaunes » belges à Bruxelles a dégénéré vendredi, jets de pavés contre canons à eau, deux véhicules de police incendiés en pleine rue, au carrefour Arts-Loi, non loin des institutions européennes et des bureaux du premier ministre, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Une enquête « pour incendies volontaires » a été ouverte, a annoncé le parquet de Bruxelles dans un communiqué et le premier ministre Charles Michel dénonçant des « violences inadmissibles ».

Une soixantaine de personnes ont été interpellées parce qu'elles transportaient des objets interdits, comme des couteaux, des fumigènes ou des bombes lacrymogènes. Mais d'après une porte-parole de la police de Bruxelles, les manifestants ont notamment jeté « des boules de billard et des pavés » pendant la manifestation.

La population européen commence maintenant à lutter contre les gouvernements et la pauvreté ces derniers temps.







  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3560

Journée mondiale de lutte contre le Sida: La 30e journée mondiale de lutte contre le sida se déroule le premier décembre

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 01 déc., 2018 14:25:53
Gbriel MIHAI

Depuis 1988, le 1er décembre est la Journée mondiale de lutte contre le sida. Pour l’Onusida, le rythme est insuffisant pour espérer contrôler l’épidémie en 2030.

Trente ans après la première Journée mondiale de lutte contre le sida, l’épidémie de HIV est à un point d’inflexion. Pour la première fois depuis le début du siècle, le nombre de décès est passé sous la barre du million (900 000). Le nombre de personnes vivant avec le virus a commencé à décliner. Celles qui ont accès aux traitements antirétroviraux sont trois fois plus nombreuses qu’en 2010.

Le Sida est dû au virus VIH qui infecte de cellules du système immunitaire, entraînant l'immunodéficience acquise. Dans un contexte où le système immunitaire est affaibli, des pathologies et des infections opportunistes se développent et compromettent la survie du patient.

En 1988, l’Assemblée générale avait exprimé sa vive préoccupation devant la pandémie de sida. Notant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait choisi la date du 1er décembre 1988 comme Journée mondiale du sida, l’Assemblée a souligné l’importance de cette manifestation (résolution 43/15). Aujourd’hui, plus de 41 millions de personnes sont séropositives et sidéennes. La journée mondiale de lutte contre le SIDA n'est pas la seule occasion de revenir sur ce dossier brûlant, mais en insistant sur le fait que nous devons être tous ensemble contre le SIDA, elle a toute sa place dans le calendrier des journées internationales.

« Il y a une crise de la prévention », s’inquiète Michel Sidibé, directeur de l’Onusida (l’agence de l’Onu chargé de la maladie). Les nouvelles infections régressent aussi, mais dans une proportion bien inférieures aux objectifs intermédiaires fixés pour 2020 : passer en dessous de 500 000 infections et 500 000 décès d’ici à deux ans semble inatteignable.

Dans certaines régions, comme l’Est de l’Europe, on a même atteint l’an dernier des records d’infections (160 000) rapporte l’Organisation mondiale de la santé. En cause, là comme dans d’autres régions du monde, les lois, politiques et pratiques discriminatoires contre les populations les plus exposées ou les malades. Mais aussi un certain relâchement de la vigilance individuelle, comme en témoigne la recrudescence d’autres maladies sexuelles, aux États-Unis comme en Europe.

En France, d'après le bulletin épidémiologique hebdomadaire du 29 novembre 2016, en 2010, 652 personnes séropositives sont décédées : 34,8 % d'hétérosexuels français, 29 % d'utilisateurs de drogues, 26,5 % d'hommes ayant des relations avec des hommes et 9,7 % d'hétérosexuels étrangers. Les causes des décès variaient en fonction des groupes : le Sida était la cause principale du décès chez 42,9 % des hétérosexuels étrangers et 32,9 % des hommes ayant des relations avec des hommes. Les décès dus à des atteintes hépatiques étaient particulièrement élevés chez les utilisateurs de drogues en intraveineuse (24,3 %) contre 4,8 % à 6,9 % pour les autres. Les décès par cancer étaient plus fréquents chez les hétérosexuels français (29,5 %).

Santé Publique France estime le nombre de porteurs du VIH à 172 700 dans l'Hexagone, dont 24 000 ignorant leur statut. Cette proportion n’évolue plus « depuis plusieurs années », selon l’Inserm. Autre chiffre inquiétant, un quart des séropositivités se font toujours à un stade trop tardif, alors que la maladie a commencé à évoluer.

Certains outils sont sous-utilisés, comme les autotests vendus en pharmacie, mais à un coût (20 €) trop élevé. Le remboursement de préservatifs par l’Assurance maladie, annoncé cette semaine par la ministre de la Santé, est un petit pas.

Le VIH est souvent présent en co-infection avec d'autres virus comme les hépatites B et C. La co-infection VIH-tuberculose est un problème majeur de santé publique en Afrique, où le VIH serait lié à l'augmentation des cas de tuberculose ces dix dernières années. D'après l'OMS, la tuberculose est responsable de 13 % environ des décès par Sida dans le monde.

"Ce sont des pistes vers une rémission". En France il faut savoir d'abord, que le budget consacré à la recherche sur le VIH, c'est environ 50 millions d'euros par an. Un budget conséquent qui permet notamment de travailler sur l'amélioration de la vie des patients. Limiter les effets secondaires des traitements, simplifier et alléger la prise des médicaments qu'ils doivent prendre à vie. Justement, une étude française est en cours, et dès 2019 elle dira par exemple, si chez certains malades on peut passer à 1 comprimé 4 jours sur 7 au lieu de tous les jours.

Enfin la recherche d'un vaccin préventif contre le Sida est toujours une priorité absolue, une dizaine de "candidat vaccins" sont en cours d'expérimentation dans le monde, dont au moins 2 en France. On en saura plus sur leur niveau d'efficacité d'ici 2020.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3559

Une place dans ton coeur et ton foyer pour un ami à 4 pattes

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 29 nov., 2018 23:51:42
Véronique YANG


A l'approche des fêtes de fin d'année, donner un toit à un animal abandonné est lui faire le plus beau cadeau de Noel.

Adopter un animal est avant tout un geste responsable et réfléchi, ce n'est pas un jouet que l'on choisit et que l'on jette dès les premiers problèmes, un animal qui a souffert ne doit pas subir la même chose une seconde fois. Comme on n'arrête pas de le dire, "N'achetez pas, Adoptez", il y a tant de malheureux qui cherchent une famille pour les aimer. Lorsqu'on adopte un animal, on s'engage à s'investir personnellement et pécuniairement, à prendre soin de sa santé et à le considérer à part entière comme un membre de sa famille.

Le week-end dernier, les 24 et 25 novembre, l'association "30 Millions d'Amis " s'est installée au Paris Event Center, Porte de la Villette dans le 19ème arrondissement afin de faire adopter des animaux abandonnés dans le cadre de l'opération "Noel des Bêtes" organisée par la Fondation "Assistance aux Animaux".

Pendant 2 jours, petits et grands sont venus pour choisir un compagnon à 4 pattes. Quelques 300 chiens et chats attendaient un nouveau maître et un foyer chaleureux après l'abandon ou la maltraitance. Des équipes des refuges étaient là pour conseiller sur le choix le plus judicieux selon les circonstances, l'environnement, la composition de la famille et la nature de l'animal désiré. Une pièce d'identité et un justificatif de domicile étaient les pièces à fournir pour une adoption.

Malheureusement, les animaux âgés de plus de 10 ans sont plus difficiles à adopter suite à des problèmes de santé liés à l'âge, c'est pourquoi la Fondation 30 millions d'amis s'engage dans le cadre de l'opération "Doyens"à régler les éventuels frais vétérinaires, à hauteur de 600 euros - sur présentation de factures. A ce jour, 120 refuges, situés dans toute la France, participent à l’opération "Doyens", plus de 6100 chiens de plus de 10 ans ont déjà été adoptés et 92 refuges participants possèdent un compte sur le site. Aujourd’hui, 26 chiens sont proposés à l’adoption dans le cadre de l’opération Doyens sur le site.

Par ailleurs, pour les animaux dont les maîtres âgés sont décédés, une maison de retraite pour accueillir ceux dont les maîtres avaient préalablement réservé une place leur est ouverte grâce à la Fondation Assistance Aux Animaux.

Dans les animaux abandonnés, il ne faut pas oublier les NAC (nouveaux animaux de compagnie) et les furets qui eux aussi cherchent un nouveau foyer après leur abandon, même si ce n'est qu'une minorité.

Pour d'autres petits malheureux et pour tous ceux qui n'ont pu se déplacer le week-end dernier, une seconde chance leur est offerte avec le Noel des Animaux proposé par la SPA les 8 et 9 décembre prochains, place de la République.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3558

Planète nuit

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 28 nov., 2018 21:15:33
Daphné VICTOR

Chaque année depuis 1995, le magazine Paris Nuit récompense les meilleurs entrepreneurs et innovations qui font l’aura nocturne. Le monde de la nuit a évolué. Il s’est même réformé. Prix reconnus et convoités, les Trophées de la nuit sont devenus au fil des ans le rendez-vous de la fidélité. C’est dans le cadre très prestigieux du Lido de Paris (Paris VIIIème) que la 24ème édition s’est déroulée ce mardi 27 novembre avec Christophe Beaugrand et Anaïs en maîtres de cérémonie. Douze récompenses (Mixologie After Work, lieu insolite, hôtel trendy, création & innovation, terrasse, qualité & service, prévention, clubbing, petite ceinture, bar restaurant fluvial) ont été remises dont celles du Trophée Paris Nuit décernée à Farzad Vahidi, gérant du restaurant Jet Set (Paris VIIIème). Après avoir assisté à « Paris merveilles » la revue du cabaret avec les Bluebell girls mise en scène par Franco Dragone, les invités ont pu continuer la soirée au Carré Washington et forcément, jusqu’au bout de la nuit…

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3556

STOP AUX VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 25 nov., 2018 12:23:07
VÉRONIQUE YANG

Le 24 novembre, à Paris et dans toute la France, les femmes se donnent rendez-vous pour marcher et montrer leur engagement contre les violences sexistes et sexuelles.

Après la première manifestation le 6 octobre dernier suite à l'appel de l'actrice Muriel Robin, interprète de Jacqueline Sauvage à la télévision et de 87 autres signataires d'un manifeste contre la violence faite aux femmes, une seconde manifestation s'est tenue ce samedi de la Place de l'Opéra à celle de la République à partir de 14h.

Cette marche a pour but de lutter contre les violences et soutenir le premier plan d'actions de la société civile élaboré en novembre 2017 en collaboration avec 32 associations et startups, 400 000 citoyens, Facebook et la Région Ile de France. Depuis 1 an, 8 actions nationales ont été organisées par la coalition# Stop VFF pour réduire les violences faites aux femmes. Le mot d'ordre est toujours présent: une augmentation des fonds consacrés chaque année à l’aide aux femmes victimes de violences.

Depuis le lancement de l'appel à manifester le 24 novembre, à la veille de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, des centaines de milliers de femmes avaient signé sur Internet pour signaler leur présence sur la cinquantaine de manifestations organisées dans toute la France et ce malgré la mobilisation des "gilets jaunes" qui ont appelé à un rassemblement national le même jour. A Paris, le plus grand cortège avec près de 30 000 (12 000 selon la police) participantes vêtues de violet (contre 2 000 l'an dernier) est parti de la Place de l'Opéra à 14h, direction République. Au total, 50 000 personnes étaient présentes dans toute la France dont 2 400 à Lyon, 1 500 à Marseille, 2 cortèges à Nantes, Montpellier où les "gilets jaunes" ont fait une haie d'honneur aux manifestantes... Les militantes de #Nous Toutes s'étaient aussi réunies à Rome, Athènes ou Genève

250 personnalités sont à l'origine de ce mouvement et à sa tête on retrouvait l'instigatrice de cette manifestation, Caroline de Haas, Madeline Da Silva, adjointe au maire des Lilas, les actrices Karine Viard et Eva Darlan qui entouraient Muriel Robin et sa compagne Anne Le Nen, l'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem, Vanessa Demouy, Sophie Binet (responsable de la CGT). On a aussi remarqué la présence de Jean-Luc Mélenchon ( chef de file des Insoumis) venu soutenir la cause des femmes ainsi que celle de plusieurs FEMEN.

Le 20 novembre dernier,une conférence sur les cyberviolences sexistes et sexuelles s'est tenue au Centre Hubertine Auclert avec une présentation du nouveau guide pour améliorer la sécurité des femmes en ligne.

Le 23 novembre dernier, le Mouvement du Nid a organisé une soirée #Metoo et la prostitution, marrainée par Ashley Judd, célèbre actrice américaine, figure de #Metoo et fondatrice de #TimesUp, où des survivantes, Irlandaises, Françaises, Sud-africaines, Belges, ont pris la parole. Ashley Judd, célèbre actrice américaine, figure de #Metoo et fondatrice de #TimesUp.

Le même jour, la ville de Paris s'est associée à la campagne "Orange Day" du comité ONU Femmes pour s'engager et agir pour la prévention et l'élimination de la violence à l'encontre des femmes à travers le monde. La couleur orange signifie un avenir meilleur et un monde plus juste. Lors de la cérémonie des "Orange Day Champions"à l'Hôtel de ville de Paris (ville lauréate en 2017 grâce à la mise en place de téléphone grave et le développement de l'observatoire (OPVF) depuis 2014, et de nouveau candidate cette année), le prix a été remis par Céline Mass, présidente d'ONU Femmes France du Comité ONU Femmes, aux collectivités, entreprises et universités qui s'engagent toute l'année contre les violences faites aux femmes. A la suite de la cérémonie, l'Hôtel de ville est apparu illuminé d'orange pour montrer la solidarité de la ville avec les femmes et les filles du monde entier et le lancement de la campagne "Orange Day 2018 comprenant de nombreuses actions de sensibilisation dans toute la France dont le port de l'orange dans sa tenue pour marquer sa solidarité.

Le 22 , la 4ème journée interprofessionnelle a eu lieu au Carreau du Temple (3ème arrt) sur le thème des violences faites aux femmes en présence du nouveau Procureur, Rémy Heitz et Marie Laguerre; le soir un débat sur "Où est l'argent contre les violences faites aux femmes" était organisé CESE.

Le 24, conjointement à la manifestation, France Victimes organise une conférence Internationale pour Victim Support Europe . A cette occasion, les associations membres accueillent durant le week-end portes ouvertes avec des expositions, projections de films et conférences.

Le 25 et le 26, un bus solidaire du Barreau de Paris stationnera sur le parvis de l'Hôtel de ville et 130 événements sont au programme dans les arrondissements et

Le 26 novembre prochain, une table ronde se tiendra à La Fabrique Spinoza lors du colloque "Violences faites aux femmes" organisé par La Maison du Barreau de Paris pour y présenter son rapport Violences conjugales et sexuelles.

Ce samedi, les femmes mais aussi des hommes plus unis, forts et déterminés étaient dans les rues pour dire STOP car les violences où qu'elles soient (rue, maison, école, travail ou transports) doivent cesser. On comptait des millions de personnes à travers la France pour lutter contre le triste bilan signalant la mort de 123 femmes mortes en 2016 et 256 victimes de viol ou tentative chaque jour en France. De plus, dans le milieu LGBTQI+, on recense qu'une personne homosexuelle sur 2 fait l'objet d'insultes ou d'injures homophobes, 59% des lesbiennes subissent des discriminations et des violences, 85% des transgenres ont subi des actes transphobes. L'élaboration d'un plan d'actions contre les LGBTIQ+ a d'ailleurs été étudié pour une mise en place rapide, le 21 novembre dernier.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3550

Gilets jaunes : chaos sur les Champs-Élysées, ... des casseurs s'étant infiltrés dans le cortège et forces de l'ordre

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 25 nov., 2018 01:32:47
GABRIEL MIHAI

Les « gilets jaunes », qui arborent ces vestes fluorescentes que chaque automobiliste doit détenir en cas d'accident, dénoncent la hausse des prix du carburant, les taxes et la baisse du pouvoir d'achat.

Chaos sur les Champs-Élysées, de nombreux incidents ont eu lieu samedi 24 novembre, entre casseurs s'étant infiltrés dans le cortège et forces de l'ordre.

Ce mouvement, qui se revendique apolitique, bénéficie d'un fort soutien populaire, en dépit d'une érosion de la mobilisation : plus de 106 000 manifestants ont été recensés à travers toute la France - dont 8000 à Paris - contre un total de 282 710 samedi dernier, selon le ministère de l'Intérieur.

Dès le milieu de la matinée et jusqu'en fin d'après-midi, des manifestants se sont opposés aux forces de l'ordre en jetant des projectiles et en construisant des barricades, que gendarmes et policiers antiémeutes repoussent à coups de gaz lacrymogènes et de canons à eau.

Dans la capitale, 24 personnes ont été blessées, dont cinq membres des forces de l'ordre. Quelque 130 manifestants ont été placés en garde à vue en France. À Paris, 69 personnes ont été interpellées, selon un bilan de la préfecture de police dans la soirée.

Barricades incendiées, fumée noire, feux tricolores arrachés, pavés descellés, canons à eau... Envahi de gaz lacrymogène, le quartier des Champs-Élysées a en effet été le théâtre d'incidents violents tout au long de la journée.

Les manifestants espéraient pouvoir s'approcher de l'Élysée en descendant la célèbre avenue, encore pleine de touristes et de badauds. Au rond-point des Champs-Élysées, frontière infranchissable, le cordon policier a cette fois-ci tenu. Mais la situation a très vite dégénéré : de jeunes gens au visage souvent masqué par des foulards et capuches, disséminés dans le cortège, font face aux forces de l'ordre, essayant d'aller au contact.

Tirs de grenades lacrymogènes et jets des canons à eau ont répondu aux tirs de mortiers d'artifice et jets de projectiles de toutes sortes : bouteilles, pavés, planches... La place est envahie par les fumées irritantes. Les manifestants fuient dans les rues adjacentes ou reculent vers l'Arc de Triomphe.

Sur la place, des barrières métalliques de chantier sont arrachées pour servir de barricades improvisées au milieu de "la plus belle avenue du monde". Des projectiles pleuvent sur les casques et boucliers des CRS ou gendarmes mobiles. Ces derniers chargent à plusieurs reprises. En fin de matinée, le rond-point est évacué, petit à petit les manifestants refluent vers l'Arc-de-Triomphe.

Après 20 heures, la tension restait vive sur l'avenue et dans certaines rues alentours, avec encore des petits groupes mobiles de personnes, certaines cagoulées, qui continuaient de "harceler" les forces de l'ordre ou d'incendier des barricades.

Le président a exprimé sa "honte" face à ces incidents, dénonçant ceux qui ont "agressé" les forces de l'ordre et "violenté d'autres citoyens".

Honte à ceux qui les ont agressées. Honte à ceux qui ont violenté d'autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d'intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République". Par ces mots, Emmanuel Macron a vivement condamné les violences qui ont émaillé la mobilisation des "gilets jaunes" ce samedi 24 novembre à Paris.

Les gilets jaunes ont manifesté devant le ministère de l'Economie à Bercy mais aussi la place de la Bastille, dans une marche pacifique.

Un appel à l'organisation d'une autre manifestation le 1er décembre est apparu sur Facebook. Son but : pousser le chef de l'Etat à démissionner.

«Acte 3 Macron démissionne !» : un événement Facebook appelant à la tenue d'une nouvelle manifestation parisienne sur l'avenue des Champs-Elysées a été créé ce 24 novembre. Organisé par un groupe nommé Les Gilets jaunes.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3549
« PrécédentSuivant »