JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

Donald Trump et Kim Jong-un vont de nouveau se rencontrer, vers la fin février

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 18 janv., 2019 22:46:39
Gabriel MIHAI

Le prochain sommet entre Donald Trump et nord-coréen Kim Jong Un aura lieu «vers la fin février», a annoncé vendredi la Maison Blanche, sans préciser le lieu de la rencontre.

«Le président est impatient de rencontrer le président Kim dans un lieu qui sera annoncé ultérieurement», a indiqué Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif, à l’issue d’une rencontre de 90 minutes dans le Bureau ovale entre Donald Trump et le bras droit de Kim Jong Un, Kim Yong Chol.

Le 12 juin 2018, après des mois de tensions, les deux hommes s'étaient rencontrés pour la première fois lors d'un sommet à Singapour. Lors de ce tête-à-tête historique, le premier entre un président américain et un héritier de la dynastie des Kim, l'homme fort de Pyongyang s'était engagé en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", sans détails ni calendrier. Depuis, les négociations patinent.

Lors de l'adresse de ses voux du Nouvel An, le leader nord-coréen a déclaré qu'il était disposé à rencontrer M. Trump à tout moment mais a aussi averti que Pyongyang pourrait changer d'attitude si Washington maintenait, malgré le rapprochement diplomatique opéré depuis juin, ses sanctions économiques contre la Corée du Nord.

L’arsenal nucléaire nord-coréen a valu à Pyongyang une impressionnante série de sanctions de l’ONU au fil des ans. Pyongyang a effectué six essais nucléaires et développé et testé des missiles balistiques qui, selon des experts, seraient capables d’atteindre le territoire continental des Etats-Unis.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3638

WECF pour un monde sain, durable et équitable

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 09 déc., 2018 19:03:02
VÉRONIQUE YANG

La COP 24 ou 24ème édition de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) se tient à actuellement à Katowice, dans le sud de la Pologne du 2 au 14 décembre. Elle a deux objectifs : faire aboutir les négociations sur les règles d’application de l’Accord de Paris acté lors de la COP 21 en 2015 et avancer sur le dialogue de Talano établi lors de la COP 23 à Bonn, pour la relève de l’ambition d’ici 2020. Son objectif est d'évaluer l’impact des efforts des pays afin de maintenir ou réduire leurs émissions globales pour répondre à l’objectif de -2°C prévu par l’Accord de Paris. A la fin de cet édition, un plan d'action devrait être édité concernant la récolte d'informations concernant le soutien aux travailleurs et communautés en transition, la création de lignes directrices pour les politiques climatiques des différents pays, l'intégration à leurs politiques climatiques d'une référence de transition juste (travail décent, création et maintien d’emplois de qualité) et l'encouragement des entités en charge de la finance climatique avec un mandat pour qu’ils participent à des projets porteurs d’emplois dans les pays en transition vers une économie bas carbone. Pourtant en 2018, les émissions de CO2 sont de nouveau en hausse.

Samedi 8 décembre, une marche mondiale pour le climat a eu lieu En France, à l'appel de 60 associations, des milliers de militants (25 000 pour les organisateurs et 17 000 selon la police) se sont mobilisés pacifiquement, rejoints par les gilets jaunes qui manifestaient pour la 4ème journée.

Une dizaine de jours avant l'ouverture de la COP 24, WECF ( Women in Europe for a Common Future) France a fêté ses 10 ans le jeudi 22 novembre. A cette occasion, s'est tenu un colloque international au Ministère de la Transition écologique et solidaire à Paris, portant sur la santé, patrimoine fragile et enjeu essentiel du développement durable; cette journée avait deux objectifs:

-Explorer avec un panel d’experts reconnus les différents défis à relever pour préserver notre santé face à la dégradation globale de l’environnement liée aux activités humaines.

- Rappeler dix ans d’engagement de WECF France en faveur de la santé environnementale.

L'allocution du Ministre de la transition écologique et solidaire a ouvert cette journée, elle a été suivie de l'intervention de la députée Eisabeth Toutut-Picard, nouvelle présidente du groupe Santé-Environnement et d’une conférence de Maria Neira du Département Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de l’Organisation Mondiale de la Santé.

La protection de la période périnatale face aux expositions chimiques et environnementales ou les impacts des perturbateurs endocriniens a été abordée, avec les interventions de
Jeanne Conry, membre de la Fédération Internationale des Gynécologues Obstétriciens et de Barbara Demeneix, spécialiste des effets des perturbateurs endocriniens sur le système thyroïdien. D'autres experts sont intervenus tels qu'Annie Sasco, épidémiologiste du cancer et membre de son comité d’expertes. Ce fut l'occasion de réunir des acteurs de terrain, du monde de la santé, scientifiques, pouvoirs publics et professionnels pour faire émerger des solutions devenues indispensables pour protéger notre santé.

Depuis dix ans, WECF France fondé par Anne Barre, agit sur le terrain pour construire avec les femmes un monde sain, durable et équitable . L'ONG est présidée depuis 2016 par Véronique Moreira et a développé de nombreux projets comme le Nesting depuis 2008, projet de sensibilisation des futurs et jeunes parents à la création d’un environnement sain pour leur enfant, les campagnes pour des jouets sans danger pour la santé, la mobilisation sur le dossier des perturbateurs endocriniens ou la promotion du rôle des femmes dans la lutte contre le changement climatique. Le Nesting existe aussi dans d'autres pays européens.

WECF est un réseau de 150 organisations féminines environnementales, qui met en œuvre des projets à l’échelle locale et plaide pour des politiques de développement soutenable à l’échelle globale en travaillant dans 4 domaines : eau et assainissement, énergie et changement climatique, agriculture et biodiversité, produits chimiques et santé. Le réseau s’implique dans l’information du grand public et la formation des professionnels en santé environnementale. Il travaille en lien avec de nombreux partenaires : réseaux associatifs, collectivités territoriales, instances officielles.

Durant 10 ans, de nombreuses initiatives ont vu le jour parmi lesquelles :
- Au plan national : 3 PNSE successifs dont le dernier pour la période 2014-2019, la mise en œuvre de la SNPE, les Etats Généraux de l’Alimentation.
- Au plan européen : la mise en œuvre de réglementations chimiques (REACH, biocides, pesticides, etc.) qui joue un rôle majeur, alors qu’une définition réglementaire des perturbateurs endocriniens vient d’être adoptée,
- Au plan international : la Cop21 à Paris et les suivantes consacrées au changement climatique et la prise en compte du genre dans cette thématique, les progrès réalisés grâce aux conventions chimiques (Rotterdam, Stockholm, Bâle) et processus SAICM, les travaux de l’OMS sur le rôle de l’environnement dans les maladies non transmissibles, l’engagement international pris en 2015 en faveur des Objectifs de Développement Durable.
De nombreuses activités de sensibilisation, de formation et de plaidoyer ont été développées comme:
- Projet Nesting : créer un environnement intérieur sain pour son enfant (site internet, ateliers, pédagogie, guides d’information).
- Programme Ma Maison Ma Santé (MMMS)
- Construction d’un réseau d’animatrices et animateurs Nesting et MMMS
- Valorisation d’un réseau de femmes rurales
- Evènements pour réduire les expositions aux polluants en période périnatale (colloques, tables rondes)

- Mobilisation pour réduire l’exposition des enfants aux pollutions environnementales : campagnes pour des jouets sains et éco-conçus (tests, pétitions, évènements), présence de substances chimiques préoccupantes dans des cosmétiques et des textiles, etc.
- Collaboration avec des professionnels de santé : FIGO depuis 2015, etc.
- Formations en santé environnementale à destination de maternités, etc.
- Plaidoyer autour des sujets du quotidien (accès à l’eau et à l’assainissement, alimentation,
produits de consommation courante, circuits courts,)
- Formations et plaidoyer genre et climat (pour des politiques climat intégrant le genre)
- Promotion et sensibilisation autour des ODD;

Ce colloque du 22 novembre qui réunissait 24 intervenants et 167 participants (santé, petite enfance, institutions et société civile) était basé sur la santé, patrimoine fragile et enjeu essentiel du Développement Durable et ses objectifs étaient basés sur une prise de conscience d'un lien entre la santé, l’environnement global et les ODD (qualité de l’alimentation, transition énergétique (bâtiments, etc.), qualité de l’air intérieur et extérieur, commerce international changement climatique etc.) Il a permis de réfléchir sur les avancées des 10 dernières années et les perspectives et solutions aux plans national, européen et international avec la santé pour fil conducteur grâce aux témoignages d'acteurs engagés dans la santé et la prévention, la petite enfance, le développement territorial, l’agriculture de proximité, les professionnels divers (design, industriels, etc.). Il en est sorti les messages forts suivants pour protéger la santé et réaliser les objectifs du développement durable pour 2030:

-Assurer une prise en compte des priorité des femmes dans toutes les politiques aux plans local et international dont l'accès à la terre, à l'eau, la production alimentaire, la protection de la santé, l'adaptation climatique.

-Prendre en compte la biodiversité dans l'aménagement du territoire

-Stopper les exportations de produits chimiques dangereux vers les pays pauvres

-Engager la France, l'Union Européenne et les pays les plus industrialisés dans des politiques fortes en matière de réduction des déchets plastiques sans reporter ces fardeaux sur des pays extérieurs ne pouvant faire face.

-Protéger la santé des plus vulnérables, notamment pendant la période périnatale face aux pollutions environnementales telles que les perturbateurs endocriniens.

-Adopter des réglementations fortes pour prévenir toutes les expositions environnementales en vertu du principe de précaution: radiofréquences, CMR suspectés...

-Réduire les inégalités dont celles environnementales et de santé.

-Révolutionner nos modèles de société pour faire émerger un monde réellement soutenable.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3582

NOVEMBRE - MOIS SANS FUMER: s'arrêter de fumer est toujours une décision difficile

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 07 déc., 2018 13:33:49
Véronique Yang

Pour un fumeur, s'arrêter de fumer est toujours une décision difficile à prendre. Volonté et ténacité sont les deux atouts dans cette situation.

Pour la troisième édition de l'opération "un mois sans tabac" qui a duré tout le mois de novembre dernier, l'heure est au bilan.

Depuis le 22 mars 2018, des traitements de substitution nicotinique à base de gommes à mâcher sont remboursable par la Caisse d'Assurance Maladie et depuis le 16 mai 2018, des patchs. Les patients n'ont plus à avancer les frais de traitement et ce pour une durée adaptée à la dépendance.

Pour les deux opérations précédentes (2016 et 2017), plus de 500 000 personnes s'étaient inscrites, l'argument phare du Ministère de la Santé pour encourager les fumeurs à s'arrêter étant que s'arrêter pendant un mois de fumer multiplie par cinq les chances de s'arrêter définitivement.

Résultat probant en 2016 avec 380 000 tentatives liées à l'opération et 160 000 inscrits en 2017; l'opération a contribué avec les mesures du programme national de réduction du tabagisme (PNRT) à la baisse historique du tabagisme en France : 1 million de fumeurs quotidiens en moins entre 2016 et 2017. Six mois après l'opération, 20% des participants avaient cessé définitivement de fumer, soit 80 000 personnes dont 2/3 d'entre eux ont eu recours à un professionnel de santé, à une aide comme la cigarette électronique ou des substituts nicotiniques, au site internet Tabac info service (application téléchargée par près de 110.000 personnes entre octobre et novembre 2017; si l'arrêt de fumer pour un panel de quatorze personnes avait été bénéfique pour la moitié d'entre elles au bout de six mois, il s'est avéré qu'à la fin du mois de novembre, nombreux d'entre eux avaient une grande difficulté à se passer de la cigarette "du jour au lendemain", préférant un arrêt plus progressif.

L’e-coaching gratuit Tabac info service est un accompagnement 100% personnalisé adapté aux besoins, motivations, inquiétudes et habitudes de vie. Il faut d'abord trouver un tabacologue qui aide à mieux gérer son arrêt, se poser la question pour choisir le meilleur moyen d'arrêter et la manière la plus appropriée à sa personnalité. La préparation et la motivation sont les deux atouts les plus importants. Pour les personnes dépendantes, il est utile d'accompagner cette décision d'un traitement (substituts ou traitements médicamenteux) visant à atténuer ou faire disparaître les éventuels effets désagréables liés à l’arrêt, des thérapies comportementales et cognitives sont efficaces pour aider à ne pas craquer, à rompre avec ses habitudes ou à gérer son stress, enfin de nouvelles techniques voient chaque année le jour. Pour d'autres déjà utilisées, l'efficacité ou l'inefficacité n'ont pas été prouvées; c'est le cas de l'acupuncture, la mésothérapie , l'homéopathie ou l'hypnose qui pourtant restent de bons moyens d'accompagnement tout comme la relaxation, certains médicaments contre l’anxiété, l’utilisation de certaines plantes relaxantes. Il faut aussi se méfier des méthodes sans fondement scientifique qui peuvent s'avérer être de véritables arnaques et gouffres financiers.

Pour l'année 2018, 242 579 personnes se sont inscrites au programme "Mois sans Tabac" et même si le programme 2018 est terminé, il est toujours possible de se connecter sur la page Facebook Tabac Info Service pour rejoindre la communauté et trouver le soutien pour ne pas craquer. On peut aussi appeler le 3989 ou télécharger gratuitement l'application contenant un programme d'e-coaching 100% personnalisé, des conseils de tabacologues, des astuces et des mini-jeux, des vidéos de soutien et le suivi des bénéfices de l'arrêt au quotidien (économies et santé).

La réussite de l'opération est liée à la participation de partenaires qui se sont mobilisés sur le terrain, aux professionnels de santé, mais aussi aux entreprises et associations qui fédèrent le plus d’acteurs possible autour de la lutte contre le tabagisme. Une documentation gratuite et des outils sont est mis à disposition . Par ailleurs, de nombreuses manifestations ont été organisées durant le mois: Course, événement festif, stand d’information, consultation. En France, 57% des fumeurs déclarent vouloir arrêter de fumer. Quelque soit le secteur auquel ils appartiennent, on peut les aider grâce à 212 partenaires, des pilotes nationaux et régionaux, des ambassadeurs. Plus de 8 500 comptes ont été ouverts sur le site Mois sans tabac et plus de 1 800 000 commandes sur le site partenaires (kits, affiches, …) dont 347 855 kits #MoisSansTabac ont été effectuées.

Rendez-vous donc l'année prochaine pour une quatrième édition avec des nouveautés et encore plus de candidats prêts à s'arrêter de fumer.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3573

Les langues étrangères ont une place d'honneur en France

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 04 déc., 2018 19:36:38
GABRIEL MIHAI

Les recruteurs souhaitant des candidats ayant des connaissances en japonais proposent les rémunérations les plus avantageuses et la majorité des postes à pourvoir concerne l’anglais, l’allemand et l’espagnol.

La plateforme d’offres d’emploi Adzuna.fr vient de publier un classement des langues étrangères qui donnent accès aux salaires les plus élevés.

Adzuna est un moteur de recherche d’offres d’emploi sur internet. Le site rassemble en un lieu unique plus de 850 000 annonces, issues de plus de 300 sites partenaires, généralistes (Cadremploi, Monster, etc.) ou spécialisés (LesJeudis.com, Emploi-Environnement.com, etc.).

Grâce à son outil de recherche puissant, les internautes trouvent facilement les offres qui correspondent le mieux à leurs critères. Pour les aider à élaborer leur plan de carrière, Adzuna met également à leur disposition des statistiques précises sur le marché de l’emploi et ses évolutions. Au Royaume-Uni, les données d’Adzuna sont utilisées par le gouvernement pour suivre l’évolution de la croissance économique en temps réel.

Lancé en France en 2013, Adzuna a été fondé en 2011 par Andrew Hunter et Doug Monro (ex eBay, Gumtree, Qype et Zoopla). La start-up est soutenue par des sociétés de capital-risque telles que Passion Capital, The Accelerator Group et Index Ventures. Adzuna est aussi présent au Royaume-Uni, en Allemagne, à Singapour, en Italie, en Pologne, aux Etats-Unis, en Autriche, aux Pays-Bas, en Australie, au Canada, au Brésil, en Afrique du Sud, en Russie, en Inde et en Nouvelle-Zélande.

Le moteur de recherche d’emploi international Adzuna.fr vient justement de publier une étude menée sur la base de 850.000 offres d’emploi, présentes sur son site en septembre dernier, qui révèle les langues étrangères les mieux payés dans l’Hexagone, en 2018. Attention, toutefois : la maîtrise d’une langue étrangère n’est pas un prérequis pour tous les métiers, les salaires répertoriés ne s’appliquent donc que pour les métiers qui l’imposent, comme le tourisme et le commerce.

La première place sur le podium est attribuée aux Japonais, suivis des Anglais à la deuxième place et des Russes à la troisième place.

- Les offres d’emploi qui demandent une connaissance de la langue japonaise proposent en moyenne un salaire annuel brut de 43.928 euros. Bémol : les offres restent limitées : le moteur de recherche en a recensé 350. La connaissance du japonais est principalement souhaitée dans les secteurs du commerce international, du tourisme et de l’enseignement.
- La langue de Shakespeare est à la deuxième place. Savoir maîtriser l’anglais en milieu professionnel garantit, en moyenne, un salaire annuel brut de 42.189 euros et les chercheurs d’emploi anglophones peuvent espérer un salaire 12% supérieur à cette moyenne.
- Le russe rafle la 3éme place du podium et il permet de gagner en moyenne 41.900 euros brut par an. Le russe, à l’inverse est de plus en plus demandé par les recruteurs, le nombre d’offres d’emploi a augmenté de 5 % entre 2017 et 2018.

" Deux ans après l’annonce du Brexit, les employeurs préparent leur développement à l’international. Depuis 2016, une tendance très forte pour les langues européennes est visible. C’est peut-être un signe que les entreprises cherchent de plus en plus d’opportunités de croissance. "

La demande des autres langues sur le marché de l’emploi baisse majoritairement entre 2017 et 2018. Les langues de nos voisins européens sont fortement touchées :
-5.12% pour l’allemand,
-29.44% pour l’italien,
-8.30% pour l’espagnol.

La plus forte décroissance concerne les langues asiatiques avec un tiers d’annonces en moins exigeant la connaissance du japonais ou du chinois.

Les linguistes européens ont toujours la plupart des emplois vacants. 85% des offres d’emploi qui demandent une seconde langue exigent l’anglais, suivi de l’allemand (7,8% des offres) et de l’espagnol (3.8% des offres).

Moins de 10% des offres d’emploi en France requiert la connaissance d’une seconde langue dont 0.6% pour bilingue. Et le nombre d’offres d’emploi souhaitant des anglophones baisse de 22.16% entre septembre 2017 et septembre 2018.

L’anglais gagne du terrain dans le cursus scolaire. Selon le site officiel Trouvermonmaster.gouv.fr, en 2018, (7% des masters) en France sont aujourd’hui enseignés entièrement en anglais. Et le nombre d’universités proposant des formations en anglais est en constante augmentation.

À l’inverse, les opportunités pour francophones à l’étranger ne cessent de croître. Adzuna UK a réalisé une étude sur les offres d’emploi pour francophone au Royaume-Uni, elles ont augmenté de 78.6% entre juin 2017 et septembre 2018.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3567

Bruxelles : Table ronde sur "Les initiatives des intellectuels face aux idéologies extrémistes islamistes"

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 03 déc., 2018 13:45:48
GÉRAD CROSSAY

Le 28 novembre 2018, l'APEMA (Association de la Presse Européenne pour le Monde Arabe) et le GRAC (Cercle de Recherche Géopolitique et d'Analyse) ont organisé au Parlement Fédéral Belge une table ronde sur "Les initiatives des intellectuels face aux idéologies extrémistes islamistes".

Cinq experts de la lutte contre le terrorisme en Europe avaient été invités à animer cette conférence.

- Anna SURRA, députée espagnole, porte-parole de la Commission pour la Coopération et le Développement International

- Brahim LAYTOUSS, professeur associé d'études islamiques à la Faculté d'Etudes Comparées de la Religion et de l'Humanisme de l'Université d'Anvers

- Koen METSU, président de la Commission Parlementaire Intérimaire Belge pour la Lutte contre le Terrorisme

- Johan WESTERHOLM, écrivain et éditeur suédois

- Jean-Valère BALDACCHINO, écrivain et président du GRAC


Ont assisté aux entretiens, des politiciens, des membres des corps diplomatiques, des écrivains et des experts.

Le sujet des débats était l'Islam politique, un sujet complexe, qu'il est impératif d'aborder face à la montée de l'islamisme en Europe de l'Ouest.

Les écueils à éviter sont d'abord l'amalgame entre la religion islamique et l'islamisme ainsi que la confusion entre immigration et terrorisme.


Lors de la conférence, le livre "Le Mirage", écrit par le Dr JAMAL SANAD AL-SUWAIDI, directeur général du Centre Emirati pour les Etudes Stratégiques et la Recherche à Abu Dhabi, a été présenté aux participants.

Tous les intervenants se sont accordés pour reconnaître la pertinence de cet ouvrage majeur et le recommander aux chercheurs et aux dirigeants politiques.

Ce livre étudie, démonte et critique la mécanique intellectuelle des islamistes. A la fois clair, scientifique et pédagogique, il revient sur l'histoire de l'Islam politique. Il traite du danger que représentent les groupes politiques religieux exaltés, analyse l'idéologie des Frères Musulmans et apporte des réponses. Son titre "le mirage" est une métaphore des solutions religieuses trompeuses proposées par les islamistes pour résoudre les problèmes sociaux contemporains.


Les experts ont rappelé que les valeurs démocratiques et laïques de nos sociétés doivent être réaffirmées.

La laïcité, différente du laïcisme, fondement de nos Etats, doit s'opposer fermement aux tentatives des islamistes d'introduire des concepts religieux dans la vie sociale, dans les institutions et à l'école.

Xénophobie et racisme à l'égard d'immigrés qui sont une richesse pour les économies occidentales sont le fait de milieux extrémistes de droite.

C'est surtout depuis 1990 que l'Europe doit faire face au terrorisme islamiste, note Jean-Valère BALDACCHINO. Depuis l'an 2000, une centaine d'attentats perpétrés dans une dizaine de pays ont fait plus de 700 victimes. La France a été le plus touchée, puis vient l'Allemagne, la Belgique, le Royaume Uni et l'Espagne.
Nos dirigeants politiques ont une lourde responsabilité dans ce qui s'est passé et ont fait trop longtemps preuve de laxisme.

Le rôle des intellectuels est d'alerter, de mettre en garde, de mobiliser. Il s'agit de créer une synergie pour convaincre les gouvernements d'une action globale comprenant des volets, sécuritaires, éducatifs et économiques. Il importe que les intellectuels fédèrent leurs actions. Par exemple, face à la puissance des réseaux sociaux utilisés abondamment par les salafistes - 760 sites, plus d'un million de vues - ils pourraient défier ceux-ci sur leurs propres réseaux. Un djihad électronique.

Les prisons sont souvent le lieu de radicalisation.

L'éducation pose problème en Belgique où les Frères Musulmans sont très présents. Ce pays possède 1500 professeurs de religion islamique dont 800 utilisent des livres non adaptés au contexte européen.

En Suède, on compte 200 mosquées, influencées par le Qatar et la Turquie, qui reçoivent 2 milliards de financement.
Ceux qui refusent de s'intégrer et qui utilisent la religion pour s'isoler et créer des communautés parallèles font fausse route. Il faut s'interroger sur le choix de certains jeunes de partir en Syrie, apporter des arguments pour les dissuader, définir avec eux le terme de djihad, les inciter à étudier l'Islam qu'ils ne connaissent pas et la philosophie qui n'endoctrine pas. Des cours d'éducation sexuelle débarrassés de la religion seraient aussi utiles.
Les imams doivent se critiquer eux-mêmes.

Discuter, déconstruire les discours de haine, prendre conscience de nos différences - "on n'oublie jamais d'où on vient" a rappelé Anna SURRA - mais aussi de ce qui nous rassemble, telles sont les voies à emprunter pour tenter de vivre ensemble dans le respect et la compréhension mutuelle, au-delà des griefs idéologiques. Les islamistes, eux, refusent de s'adapter aux critères européens. Mais ils sont la minorité et on peut garder espoir.


"L'islamisme n'est pas l'Islam", réaffirme Brahim LAYTOUSS.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3566

Face à face: Macron a apaisé les tensions avec Trump

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 10 nov., 2018 14:49:23
GABRIEL MIHAI

Le président français Emmanuel Macron a accueilli samedi à Paris Donald Trump en optant pour un ton résolument conciliant sur la question sensible de la défense européenne au lendemain d'un tweet très agressif du président américain.

Cette rencontre bilatérale n'a pas débuté sous les meilleurs auspices. A peine arrivé à Paris, la veille au soir, M. Trump a en effet fustigé dans un tweet les propos jugés "très insultants" du président français qui avait appelé mardi à la création d'une "véritable armée européenne".

Visiblement soucieux de désamorcer la polémique, les deux hommes ont insisté sur leurs liens étroits : « Nous sommes devenus très bons amis au fil des ans », a assuré M. Trump. Mais son visage était fermé et l'atmosphère loin des démonstrations passées de complicité.

Le président français Emmanuel Macron a assuré samedi à Donald Trump qu'il oeuvrait pour que l'Europe paye plus pour supporter le coût de la défense du continent dans le cadre de l'Otan, une exigence récurrente du président américain.

Le chef de l'Etat français s'est efforcé de faire retomber la pression. "Nos deux pays sont les deux plus vieux alliés du monde", a-t-il insisté.

"Je suis très heureux d'accueillir mon ami Donald Trump. Nous célébrons ici l'amitié entre nos peuples, nos armées. Nos allons parler de beaucoup de sujets communs : la Syrie, l'Iran, les accords commerciaux, climatiques", a-t-il dit pour commencer avant d'évoquer les "capacités stratégiques européennes" et leur financement.

"Je vais aussi partager avec le président Trump les propositions faites sur les capacités stratégiques européennes et une Europe qui puisse prendre davantage la part du fardeau commun au sein de l'Otan", a déclaré le président français en accueillant Donald Trump au palais de l'Elysée. "J'apprécie ce que vous dites sur un partage du fardeau, vous connaissez mon point de vue. Nous voulons une Europe forte", a déclaré le président américain, visage fermé.






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3525

Le Furoshiki de Paris, de quoi s'emballer pour le Japon

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 09 nov., 2018 04:33:11
VÉRONIQUE YANG

Furoshiki Paris s'inscrit dans le programme Japonismes 2018 qui célèbre les 160 ans des relations diplomatiques franco japonaises, c'est aussi un moyen culturel de rapprocher les capitales nippones et françaises .

Sous la direction artistique de Tsuyoshi Tane de l'Atelier Tane Architects, plusieurs lieux culturels parisiens ont accueilli l'exposition dédié à l'art du Furoshiki dont le parvis de l'Hôtel de Ville du 1er au 6 novembre ou la Maison de la culture du Japon à Paris. Un journal spécialement édité pour l'exposition était distribué aux visiteurs. On pouvait y découvrir comment réaliser les différents emballages.

Dans le cadre des échanges culturels Paris-Tokyo et Japanismes 2018, Yuriko Koike, gouverneure de la capitale japonaise très attachée aux mesures prises contre le changement climatique, s'est rendue à Paris pour rencontrer la Maire de Paris, Anne Hidalgo et renforcer la coopération des deux villes olympiques et paralympiques de 2020 et 2024. Les représentantes ont inauguré le Furoshiki géant, immense cadeau lié à la tradition, l'art et le savoir-faire du Japon, installé sur le parvis de l'Hôtel de Ville après avoir visité l'exposition du Concours d'affiches Paris-Tokyo.

Le Furoshiki est une tradition japonaise datant du VIIIème siècle qui fait partie du patrimoine culturel du Japon. Technique ancestrale de pliage d'un tissu décoré, il est utilisé pour l'emballage de cadeaux, objets de tout genre dans la vie quotidienne (pain, bouteille de vin...) dans le but les transporter. Son nom viendrait de l’utilisation qui en était faite aux bains où l’on enveloppait ses vêtements pour les transporter sans les mouiller. Les Japonais utilisent cet accessoire dans leur vie quotidienne pour transporter ou emballer des objets, décorer ou faire un cadeau. Le furoshiki est le premier éco-bag du monde à l'époque où l'environnement doit être protégé, les sacs plastiques à usage unique remplacés par des produits réutilisables, l'économie durable privilégiée.

L'exposition sur le thème du cycle de la nature se composait de quatre parties:

  1. Historique et histoire du Furoshiki avec l'exposition de divers motifs traditionnels et la projection vidéo démontrant comment ce tissu incarne les règles du savoir-vivre des Japonais depuis toujours.
  2. L'Esthétique du Furoshiki- Le cycle de la nature était le sujet choisi pour illustrer la lutte contre le réchauffement climatique et gérer l'avenir de l'être humain. Afin de sensibiliser les visiteurs, des artistes, designers et créateurs contemporains français et japonais dont Agnès B, Jean-Paul Gaultier, l'acteur et réalisateur Takeshi Kitano, Philippe Weisbecker, l'illustrateur et créateur de poupées Rune Naito ou encore la calligraphe Shishu, ont été invités à imaginer un Furoshiki tenant compte du thème choisi (les formes originelles, le cycle de la vie, la vie micro ou macro ou bien les arabesques qui représentent la vitalité et l'énergie de la vie...). Dès le début de l'exposition, les Furoshiki imaginés par la gouverneure de Tokyo et la maire de Paris (Fluctuat nec Mergitur) sont exposés.
  3. La magie du Furoshiki- Le premier "Eco-Bag" du monde remplace les sacs plastiques, déjà interdits en France alors que la présence les déchets plastiques et les microparticules prolifèrent dans les océans. Transporter différents objets de tous les jours est parfois difficile pour certains d'entre eux comme des bouteilles ou une baguette de pain, l'utilisation d'un grand morceau de tissu est la solution que les japonais ont trouvé à travers les âges. Cette exposition présente 100 alternatives d'utilisation du Furoshiri. Ce petit morceau de tissu est un exemple d'économie durable dans la vie de tous les jours grâce à sa transformation magique en quelques minutes. Avant de sortir, le public était invité autour d'une grande table afin de s'essayer à la technique de l'emballage du Furoshiri à l'aide de 6 tutoriaux sur des ipads mis à sa disposition.
  4. Furoshiki comme patrimoine culturel- Un cadeau pour penser l'avenir ensemble à l'approche des jeux olympiques de 2020 et 2024. Pour ces occasions, Mr Shinzo Abe, Premier Ministre du Japon, Yoshiro Mori, ancien Premier Ministre du Japon, Thomas Bach, Président du CIO et Andrew Parson, Président de l'IPC mais aussi aussi l'artiste de l'UNESCO pour la Paix Setsuko Klossowska de Rola, ont été sollicités pour imaginer leur propre Furoshiri.

Outre les pièces exposées dans le Furoshiri géant, les visiteurs ont eu la possibilité d'admirer 43 statues de personnalités marquantes de l'histoire de Paris (Ledru-Rollin, Voltaire, Etienne Marcel, les allégories de la science et de l'art, le lion...) ornées d'un furoshiri afin de lier passé, traditions et avenir.

Grâce aux différents partenaires du projet, d'autres lieux parisiens ont accueilli des Furoshiki : LVMH a présenté un furoshiki géant au motif réalisé par les créateurs de la Maison Kenzo au Jardin d'Acclimatation face à la Fondation Louis Vuitton, Renault a fait tourner des véhicules sérigraphiés aux couleurs de l'événement , JCDecaux a décoré des colonnes Moriss sur les Champs Elysées et 20 pièces conçues par les 20 designers de Shishedo sont visibles à la Maison de la Culture du Japon à Paris jusqu'au 10 novembre. Un point de vente de Furoshiki est ouvert au concept store de la ville de Paris, Rendez-vous, jusqu'au 29 novembre.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3522

Célébration des défenseurs des droits humains à travers le monde

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 04 nov., 2018 19:03:07
VÉRONIQUE YANG

Le Sommet Mondial des Défenseurs des Droits Humains 2018 s'est tenu du 29 au 31 octobre 2018 place du Colonel Fabien dans le 19ème arrondissement de Paris, au siège du PCF. La cérémonie de clôture a eu lieu le 31 octobre au Palais de Chaillot.

Ce sommet permet de célébrer les progrès réalisés au cours des 20 dernières année et de se tourner vers les 20 prochaines. D'ici 2038, une nouvelle génération de DDH devrait voir cet événement comme le début d'un paradigme de sécurité et de protection. Il a donc pour vocation de:

rendre hommage à ceux qui sont ciblés par les menaces, violences et obstacles spécifiques auxquels ils sont exposés, tout en faisant progresser les droits humains, le développement durable, la démocratie et l’état de droit.

réitérer l'appel aux États lancé par le Sommet de 1998 pour qu’ils remplissent leurs obligations en vertu du droit international des droits humains, respectent et fassent respecter le droit à la liberté d’action des défenseurs des droits humains (voir la Déclaration de Paris de 1998), afin de garantir un environnement sûr permettant aux DDH de mener leur travail.

Offrir une plateforme pour trouver des solutions face à la situation actuelle, proposer et affirmer des stratégies pour développer l’engagement de divers acteurs sur la reconnaissance et la protection réelle des DDH, y compris un engagement particulier de la communauté des donateurs sur une répartition des ressources plus efficace et plus à même d’avoir de l’impact.

Identifier et Promouvoir des stratégies de campagne et de plaidoyer qui ne visent pas une réponse des institutions, mais qui cherchent à conquérir le soutien de publics plus larges dans les communautés où les DDH travaill

Durant ces 3 jours, séances plénières, de débats, de tables rondes et d‘ateliers se sont succédés avec l'intervention de Défenseurs des Droits Humains dont Stavros Lambrinidis, représentant spécial de l’Union européenne pour les droits de l’homme; Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme; Kumi Naidoo, Secrétaire général d’Amnesty International; Michel Forst, rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme. Le sommet a été accompagné d'événements et d'expositions dans la capital.

Le premier Sommet mondial des DDH s'est tenu en 1998, rassemblant à Paris des DDH venus des quatre coins du monde et traçant les grandes lignes des conditions nécessaires à l’application de la Déclaration et au renforcement du travail des défenseurs des droits humains et de la solidarité. Le but de ce sommet était de montrer aux gouvernements, ONG internationales, organismes donateurs et mécanismes régionaux, les problèmes de sécurité et de protection que rencontrent les DDH. A la suite de cela, les soutiens ont été mis en place autant au niveau international que national et régional; un espace institutionnel s’est ouvert pour aborder leurs problèmes spécifiques, avec entre autres la création du mandat de Rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme. C'est à partir de ce sommet que des institutions, fondations et organisations ont soutenu le travail des défenseurs

20 ans après, le Sommet mondial des DDH 2018 a été organisé par huit organisations internationales de défense des droits humains, plus de 30 organisations du monde entier y ont travaillé pour que le Sommet soit pleinement participatif et inclusif et mondial. Il a rassemblé 150 DDH venus des 4 coins de la terre, de tous âges et d'horizons. De nos jours encore, les droits humains restent bafoués dans les pays où violence et division sont génératrices de conflits et non respect de la société civile. La présence des DDH un peu partout dans le monde, y compris les régions les plus fermées, a fait avancé les choses et les mentalités. Malheureusement, ces représentants doivent se battre pour avoir défendu la justice contre les attaques, l'intimidation et le harcèlement des forces au pouvoir dans ces pays. Ils sont considérés comme des criminels, terroristes ou encore ennemis du développement.

Cette édition a aussi été ouverte aux personnes les menacées et exposées aux risques, qu'elles soient marginalisées, d'appartenance à des minorités ethniques comme les indigènes ou religieuses, en proie avec leur identité de genre. Les débats quant à eux ont porté sur les questions sociales, politiques et environnementales; ils sont allés à la rencontre des organisations internationales de défense des droits humains et des représentants de gouvernements nationaux, des Nations unies et du secteur privé afin de débattre des sujets fondamentaux.

A l'issue de cette réunion, il a été décidé d'élaborer un "plan d'action historique" en faveur de la protection et de la promotion du travail des militants et militantes qui se battent pour les droits et de le présenter à l'ONU en décembre. Cette décision est une réponse au nombre croissant des assassinats perpétrés presque toujours en toute impunité contre les DDH (pas moins de 312 en 2017, soit 2 fois plus qu'en 2015). Ce plan doit apporter une réponse à ces injustices et soutenir" les défenseurs, tout en leur permettant de poursuivre leur travail sans danger. Pour Kumi Naidoo, secrétaire général d'Amnisty International, "Le niveau de danger auquel sont confrontés les militants de par le monde a atteint un point critique.... Chaque jour, des citoyens ordinaires sont menacés, torturés, emprisonnés et tués en raison de leurs luttes, de leurs croyances ou simplement de leur identité. Il est temps d'agir et de se dresser contre (ce) durcissement de la répression".

Un gala au Palais de Palais de Chaillot a clôturé le Sommet.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3516

Thaïlande: les funérailles bouddhistes de Vichai Srivaddhanaprabha pendant une semaine

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 04 nov., 2018 18:28:39
GABRIEL MIHAI

Les joueurs et une partie du staff de Leicester ont assisté en Thaïlande aux funérailles du propriétaire du club, Vichai Srivaddhanaprabha, décédé samedi dernier.

Cette cérémonie doit durer plusieurs jours, au temple Thepsirin, accompagnée des psalmodies de moines bouddhistes.

Le corps de Vichai Srivaddhanaprabha, tué dans l'accident de son hélicoptère après avoir assisté à un match de Leicester City, sera ensuite conservé pendant 100 jours avant sa crémation. Des membres de l'équipe du club anglais ils l'ont pris l'avion pour Bangkok samedi soir après un match contre le club de Cardiff City.

Les joueurs et une partie du staff de Leicester ont assisté en Thaïlande aux funérailles ce dimanche.

Le coach Claude Puel et l'attaquant Jamie Vardy ont notamment été aperçus dans le temple de Bangkok où se déroule la cérémonie, qui durera une semaine. Le groupe s'est rendu en Thaïlande samedi, après leur victoire contre Cardiff City (1-0).

Vichai Srivaddhanaprabha, était le cinquième homme le plus riche de Thaïlande, selon le classement de Forbes, avec une fortune estimée à près de cinq milliards de dollars. Il avait bâti en quelques décennies un empire du «duty-free» très lucratif, King Power, en situation de monopole dans les aéroports de ce pays visité chaque année par des dizaines de millions de touristes.

La «success story» du club anglais de Leicester, qu'il a réussi à faire grimper en tête du Championnat de foot anglais, a aussi beaucoup joué dans la création du mythe Vichai ces dernières années.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3515

Washington sanctionne la Havane: la Russie et Cuba sont alliés stratégiques

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 02 nov., 2018 22:57:07
GABRIEL MIHAI

Miguel Diaz-Canel, président cubain qui effectue sa première visite en Russie depuis son arrivée au pouvoir en avril, a réaffirmé vendredi au Kremlin leurs liens « d’alliés stratégiques » au moment où Washington menace La Havane de nouvelles sanctions.

Lorsque Miguel Diaz-Canel a succédé à Raul Castro en avril, Vladimir Poutine s’était dit « prêt à travailler ensemble de manière étroite pour renforcer davantage le partenariat stratégique et une coopération constructive dans tous les domaines ».

Aux côtés de M. Poutine, Miguel Diaz-Canel a fait l’éloge vendredi de « pourparlers très utiles qui ont confirmé l’état parfait des relations bilatérales ».

Le président Poutine a déclaré devant la presse, lors d’une rencontre avec Diaz-Canel au Kremnil, « Nous avons confirmé que les relations entre nos pays sont celles d’alliés stratégiques ».

L’Union soviétique a longtemps fait figure de soutien militaire et économique indéfectible de Cuba face aux États-Unis. L’effondrement du régime soviétique en 1991 a provoqué une rupture que Moscou et La Havane tentent aujourd’hui de combler avec un rapprochement de plus en plus marqué.

« Nos peuples sont liés par de longues années d’amitié, de la sympathie mutuelle, du respect et un soutien solidaire », a-t-il souligné Poutine, louant l’ambiance « amicale et constructive » de la rencontre qui a été essentiellement centrée, selon lui, sur la coopération économique.

Cette première visite à l’étranger du président cubain arrivé au pouvoir en avril intervient alors que Washington a indiqué cette semaine vouloir durcir les sanctions contre Cuba, accusé de constituer avec le Venezuela et le Nicaragua une « troïka de la tyrannie ».

L’Assemblée générale de l’ONU a en effet adopté jeudi, comme chaque année depuis 1992, une résolution – non contraignante – appelant à la levée de l’embargo américain contre Cuba, et a rejeté une demande américaine de critiquer La Havane pour atteinte aux droits de l’Homme.

Selon le porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov, les pourparlers entre M. Poutine et M. Diaz-Canel visaient à renforcer les échanges commerciaux entre Moscou et La Havane et les liens économique. La coopération militaire devait également figurer au menu de discussions.

Un éventuel réarmement de l’armée cubaine par la Russie doit être discuté plus tard en novembre, lors d’une visite du ministre de la Défense cubain à Moscou, a indiqué un vice-premier ministre russe, Iouri Borissov, cité par les agences de presse russes.

Au cours de sa visite, il doit également rencontrer le premier ministre Dimitri Medvedev et le Patriarche russe Kirill, qui s’était rendu en 2016 à Cuba pour une rencontre historique avec le pape François.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3512

Le Sultanat d'Oman, un des pays les plus modernes du golfe Arabo-Persique en ce qui concerne le statut des femmes

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 31 oct., 2018 23:12:37
GÉRARD CROSSAY

Situé à l'extrémité orientale de la péninsule arabique, le plus à l'est du monde arabe, Oman est dirigé depuis 1970 par le Sultan Qabus Ibn Said qui, poursuivant à grands pas la modernisation de l'économie et de la société, oeuvre à une transition démocratique et égalitaire.

Acteur influent de la diplomatie internationale, Qabus Ibn Said a su maintenir son pays dans l'indépendance, la neutralité et la tolérance à l'égard des différentes religions.

Le 22 octobre dernier s'est tenu au Sénat une table ronde sur " La place et la condition de la femme dans la société omanaise", à l'initiative de Son Excellence Sheikh Dr. Saïd Albahar Al Rawas, ambassadeur du Sultanat d'Oman en France et du sénateur Jean-Marie Bockel, président du groupe d'amitié France-Pays du Golfe, animée par Leila Murr et Orass Zibaoui, journalistes spécialistes du monde arabe.

Au cours de cette conférence, Pierre Joxe, ancien ministre, a parlé de la "méthode omanaise", faite de dialogue, d'écoute et de discrétion, toute empreinte de finesse et de tolérance. Pour lui, avec la mixité dans les universités et l'évolution vers la parité, Oman est précurseur de la situation des femmes du Golfe.

A Oman, Etat musulman entre tradition et modernité, la plupart des femmes portent le voile mais elles ont acquis des droits politiques et sociaux, garantis par la Constitution, plus importants que leurs consoeurs des autres pays arabes. L'article 17, base de la législation omanaise a décrété l'égalité de tous les citoyens.

En 1995, Oman a été la première des six monarchies du Golfe à leur accorder le droit de vote et d'éligibilité, ce qui a permis à nombre d'entre elles d'accéder dès 1994 à des postes officiels à tous les niveaux de l'administration. Elles sont maires (on en compte sept), ambassadrices à l'étranger et même ministres depuis 2004 (deux ministres et une secrétaire d'Etat pour l'Artisanat).

Quatre députées siègent aux deux Assemblées, le Majlis A'Shura (Conseil consultatif) et le Majlis A'Dawla ( Conseil d'Etat).

42% des femmes sont fonctionnaires.

Les lois et règlementations actuelles donnent les mêmes chances aux femmes qu'aux hommes dans les secteurs du commerce et de l'industrie. Dans le secteur privé, elles travaillent comme simples employées, mais certaines occupent des postes de direction et sont même PDG (la 1ère en 2009).

Elles peuvent entreprendre, investir, gérer (23% gèrent de grandes entreprises), devenir propriétaires et avoir un patrimoine indépendant de celui de leur mari et de leurs enfants.

Le Dr Souad Louati, vice-présidente du Conseil, intervenante de la table ronde, a mentionné un décret de 2008 du Code du Commerce qui a autorisé les femmes à acquérir des parcelles de terre, si bien que, de 2012 à 2016, 60% des parcelles leur ont été accordées.

61% des médecins sont des femmes.

70% des bénéficiaires d'un fonds d'aide aux PME, essentiellement dans le domaine agricole, ont été des femmes.

Un Comité des femmes travaillantes vise à renforcer leur rôle dans le domaine syndical.

Elles sont très présentes dans le secteur touristique (25%), secteur prioritaire en plein développement, ainsi que dans le secteur associatif.

La loi a institué l'égalité salariale et une protection sociale avec des congés de maternité.

Elles ont la possibilité de servir dans l'armée avec un accès à toutes les fonctions.

Depuis 2009, le 17 octobre est devenu la Journée nationale de la femme omanaise. Le 8 mars l'est également, comme dans les pays occidentaux.

Priorité est donnée à l'éducation dans les dépenses publiques.

Des étudiants sont envoyés à l'étranger, Malaisie, Singapour, Canada, Etats Unis.

Le nombre d'enseignantes dépasse celui des hommes.

60% de la population est alphabétisée et éduquée. 60% des filles ont accès à l'enseignement supérieur. L'égalité des chances est un principe établi.

Avec le soutien de l'UNICEF, la femme renforce son rôle au sein de la famille.

Des lois protègent les enfants, les mineures, interdisent mariages précoces ou forcés. L'âge moyen du mariage est 26 ans.

Elle peut maintenant voyager et avoir un passeport sans autorisation de son tuteur. Elle peut aussi conduire.

Les femmes sont très impliquées dans le bénévolat, secteur dynamique qui donne du travail à 10% de la population.

Mais, comme l'a souligné le Dr Safia Al Sharji, professeure au High College of Technology, lors de la table ronde au Sénat, le problème est l'application de ces lois.

Le Sultan Qabus Ibn Said, lors d'un discours en 2016 a exhorté le peuple à les respecter et réaffirmé son souci d'égalité entre femmes et hommes.

Déjà plusieurs années auparavant, il avait déclaré : "La nation est comme un oiseau, elle a besoin des ses deux ailes pour voler."



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3511

Brésil : la victoire de l'extrême droite

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 29 oct., 2018 22:38:57
GABRIEL MIHAI


Le second tour de l'élection présidentielle brésilienne était surveillé par les médias du monde entier : les Brésiliens allaient-ils voter pour Jair Bolsonaro, la nuit de dimanche à lundi, la nouvelle tombe : la réponse est 55.1% des voix, contre 44.9% pour son rival du Parti des Travailleurs, Fernando Haddad.

Après la confirmation de sa victoire dans les urnes, le futur président du Brésil Jair Bolsonaro reçoit des félicitations de toute part.

"Le président Trump a appelé ce soir le président élu du Brésil Bolsonaro pour le féliciter, ainsi que le peuple brésilien, pour les élections d'aujourd'hui", a déclaré Sarah Sanders, porte-parole de l'exécutif américain.

Emmanuel Macron a lui aussi félicité le vainqueur de l'élection, mais plutôt qu'une conversation téléphonique avec un dirigeant dont il ne partage clairement pas les idées, il a opté pour la formule diplomatique du communiqué tout en faisant passer un message très clair: "La France et le Brésil entretiennent un partenariat stratégique noué autour des valeurs communes de respect et de promotion des principes démocratiques", peut-on lire dans un communiqué de l'Elysée publié ce lundi.

Matteo Salvini, patron de l'extrême droite italienne et homme fort du gouvernement à Rome, a également salué dans la nuit la victoire de Jair Bolsonaro. Le ministre italien de l'Intérieur espère par la même occasion l'extradition de l'ancien militant d'extrême gauche Cesare Battisti, condamné pour meurtre en Italie.

"Au Brésil aussi les citoyens ont chassé la gauche ! Bon travail au président Bolsonaro, l'amitié entre nos peuples et nos gouvernements sera encore plus forte", s'est réjoui Matteo Salvini sur Twitter.

"Et après des années de vains discours, je demanderai qu'ils nous renvoient en Italie le terroriste rouge Battisti", a-t-il ajouté.

Le gouvernement d'extrême droite de Jair Bolsonaro, élu président du Brésil dimanche, va «changer le modèle économique du pays» grâce à un grand programme de privatisations et plus de contrôle des dépenses publiques. Ces propos émanent de Paulo Guedes, annoncé comme le futur ministre des Finances.

Paulo Guedes a révélé que le gouvernement Bolsonaro se pencherait dès sa prise de fonction, en janvier, sur la réforme des retraites, très impopulaire mais considérée cruciale par les milieux d'affaires pour réduire la dette.

Le parquet fédéral de Brasilia (MPF) a ouvert une deuxième enquête pour fraude en 15 jours contre Paulo Guedes, conseiller économique ultra-libéral du favori de la présidentielle au Brésil Jair Bolsonaro, a-t-on appris vendredi de source judiciaire, à deux jours du second tour.

Les deux enquêtes entrent dans le cadre de l'opération Greenfield, qui a révélé un réseau de détournement de fonds de pensions de banques et entreprises publiques.

Le MPF soupçonne M. Guedes, 69 ans, de "gestion frauduleuse" de fonds de pension. Il est notamment accusé d'avoir facturé des commissions de façon "abusive".

Des commissions qui auraient permis à son entreprise de toucher 152,9 millions de réais de 2009 à 2014 (environ 65 millions de dollars au taux moyen de 2014).

Le 10 octobre, une première enquête avait été ouverte à partir d'"indices sérieux" selon lesquels entre février 2009 et juin 2013 plusieurs directeurs de fonds de pension "auraient pu se joindre" à Paulo Guedes pour "commettre des délits de gestion frauduleuse ou de négligence".

Bolsonaro, qui n'a fait voter que deux lois en 27 ans de députation, arrive à la tête d'un pays de 208 millions d'habitants sans aucune expérience du pouvoir, comme ses futurs ministres.

Une fois installé dans le palais du Planalto à Brasilia, l'ancien capitaine aura aussi fort à faire pour recoller les morceaux d'un pays qui s'est fracturé profondément.

La liste est longue des Brésiliens qui ont de quoi être inquiets de l'avenir après les déclarations agressives du candidat Bolsonaro qui avait dit vouloir gouverner « pour la majorité, pas pour la minorité ».

Les plus optimistes pensent que cet admirateur de la dictature militaire (1964-85) abandonnera sa rhétorique au vitriol une fois au pouvoir. Mais d'autres le voient gouverner d'une manière très idéologique et faire prendre un virage vertigineux au Brésil.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3507

États-unis sous le choc, les politiciens démocrates sont ciblés par des colis suspects

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 25 oct., 2018 17:08:21
GABRIEL MIHAI


Des bombes artisanales ont été adressées depuis lundi à plusieurs adversaires de premier plan du président Donald Trump, à partir de lundi, les États-Unis sont traqués avec des colis suspects, des personnalités politiques mais également des sièges de médias ou des responsables de la sécurité. Les riches étaient également la cible de ces attaques explosives.

La première bombe artisanale a été déposée lundi dans la boîte aux lettres du milliardaire progressiste George Soros, des colis contenant "des engins explosifs potentiels" ont aussi été adressés à l'ancienne secrétaire d'Etat Hillary Clinton et à l'ex-président démocrate Barack Obama. Ils ont été interceptés mardi et mercredi avant d'atteindre leurs domiciles. Un autre paquet a été adressé mercredi à l'ancien directeur de la CIA John Brennan, via la chaîne d'information CNN sur laquelle il intervient régulièrement. Le gouverneur démocrate de l'Etat de New York Andrew Cuomo a indiqué mercredi qu'un engin suspect avait aussi été envoyé à son bureau new-yorkais. La police de Floride a découvert un colis suspect près du bureau de l'élue démocrate au Congrès Debbie Wasserman Schultz. D'après les médias américains, d'autres colis ont été adressés à l'ancien ministre de la Justice d'Obama, Eric Holder, et à la parlementaire démocrate Maxine Waters, un colis suspect a été adressé à l’ancien vice-président démocrate Joe Biden, dernier envoi en date d’une série visant des détracteurs de Donald Trump, ont rapporté jeudi des médias américains.

Ce paquet est, selon la chaîne NBC, similaire à ceux adressés mardi et mercredi à plusieurs personnalités démocrates et à la chaîne CNN.

Un peu plus tôt, la police de New York a découvert un autre colis suspect dans le quartier Tribeca, à New York.

Le paquet a été envoyé à une adresse associée à des propriétés appartenant à l'acteur Robert de Niro, un important critique du président Donald Trump. Le colis est similaire à ceux envoyés plus tôt cette semaine à différentes personnalités influentes du parti démocrate.

Robert de Niro, 75 ans, l'un des acteurs américains les plus connus, a souvent critiqué publiquement Donald Trump, notamment lors de la cérémonie des récompenses de Broadway en juin dernier à New York, où il avait insulté le président américain sur scène.

Il n'y a pour l'instant aucune revendication. Mais le responsable du bureau antiterroriste du FBI à New York, Bryan Paarmann, a laissé entendre qu'il s'agissait d'envois coordonnés par "un ou plusieurs individus". Plusieurs responsables ont évoqué le spectre d'un terrorisme politique intra-américain.

En quelques heures, plus tôt dans la journée, six alertes au colis suspect se sont succédé, de New York à la Floride en passant par Washington, sans compter une fausse alerte en Californie, créant un climat de psychose.

Aucune victime n'a été signalée mais les polices locales et fédérales ont été placées en état d'alerte. Le maire et le gouverneur de New York ont dénoncé une "volonté de terroriser".

Donald Trump a accusé jeudi matin les médias d'être en «grande partie» responsables de la «colère» dans la société américaine, après que plusieurs colis explosifs ont été adressés ces derniers jours à des personnalités qui lui sont hostiles.

«Une grande partie de la colère que nous voyons aujourd'hui dans notre société est causée par le traitement intentionnellement inexact et imprécis des médias traditionnels, que j'appelle les Fake News», a tweeté le président américain.

«C'est devenu si mauvais et hargneux que c'est au-delà de toute description», a-t-il ajouté. «Les médias traditionnels doivent mettre de l'ordre dans leurs affaires, VITE!»

"Dans des moments comme celui-ci, nous devons nous rassembler", a déclaré dans un premier temps Donald Trump, depuis la Maison Blanche.

"Le gouvernement fédéral mène une enquête agressive et nous allons trouver les responsables et les présenter à la justice. Très rapidement j'espère", a-t-il aussi dit.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3501

Salvini: "nous n'acceptons pas que des étrangers arrêtés en territoire français soient amenés en Italie ..."

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 20 oct., 2018 19:44:39
GABRIEL MIHAI

Le ministère italien de l'Intérieur annonce ce samedi l'envoi de policiers italiens pour patrouiller à la frontière française afin d'empêcher les refoulements de migrants.

Mes policiers français filmés en train de déposer, en voiture, trois migrants à la frontière italienne vendredi 19 octobre. C'est une vidéo qui a déclenché la colère de Matteo Salvini, le ministre de l'Intérieur italien, qui a annoncé ce samedi 20 octobre l'envoi de policiers italiens à la frontière pour patrouiller.

Matteo Salvini a dénoncé un "énième abus des autorités françaises, qui ont aussi profité de la bonne foi de notre police". La veille, il avait indiqué que "sans explications rapides, complètes et convaincantes, nous nous trouverons face à une provocation et à un acte hostile".

La préfecture des Hautes-Alpes, c'est une "procédure de non-admission à la frontière en tous points conforme à la pratique agréée entre la police française et la police italienne ainsi qu'au droit européen". Les trois personnes avaient été refusées au point de passage de Montgenèvre, 500 mètres plus loin, faute de documents valables.

https://www.facebook.com/salviniofficial/videos/2367875120106719/

++ ????Video incredibile! Condividi il più possibile! ++
Girato questa mattina a Claviere, sul confine Italia-Francia. Anche questa auto della polizia francese aveva sbagliato strada???
Macron, rispondi! pic.twitter.com/7qeLmwO2NL

— Matteo Salvini (@matteosalvinimi) 19 octobre 2018

«L'énième abus des autorités françaises, qui ont aussi profité de la bonne foi de notre police, aura des conséquences : des voitures de patrouille ont été envoyées à Clavière pour contrôler et garder la frontière», a-t-il écrit sur les réseaux sociaux.

"Les temps ont changé et nous n'acceptons pas que des étrangers arrêtés en territoire français soient amenés en Italie sans que nos forces de l'ordre puis vérifier leur identité." Des milliers de migrants cherchant à passer en France sont interceptés chaque année et reconduits à la frontière italienne par les policiers.

Les relations entre la France et l'Italie se sont tendues ces derniers mois, et les polémiques sur l'accueil des migrants se multiplient. Rome accuse ses partenaires européens de l'avoir laissée gérer seule les quelque 700.000 migrants arrivés sur ses côtes depuis 2013.

"Il n'y a pas d'accord bilatéral Italie-France, écrit et officiel, qui permette ce type d'opération", a ajouté le ministre italien, dénonçant les pratiques de l'ancien gouvernement.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3487

Moon Jae-in reçu jeudi au Vatican par le pape

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 18 oct., 2018 21:14:06
GABRIEL MIHAI

Après sa visite chez son homologue français, le chef sud-coréen a été reçu par le pape au Vatican.

Le Pape François a reçu pour la première fois au Vatican le président sud-coréen, Moon Jae-In, une visite diplomatique qui vient appuyer le rôle joué par l’évêque de Rome dans la détente sur la péninsule coréenne.

Moon Jae-in a rencontré le Pape, le cardinal Secrétaire d’État, Pietro Parolin, ainsi que le secrétaire des Relations avec les États, Mgr Paul Richard Gallagher, où l’entretien a été cordial. La contribution positive de l’Église dans les domaines du social, de l’éducation et de la santé, ainsi que dans la promotion du dialogue et de la réconciliation entre les deux Corée, a été soulignée par les deux parties.

Le pape François, est prêt à se rendre en Corée du Nord si le dirigeant Kim Jong Un lui adressait une invitation formelle, il a expliqué le pape au président sud-coréen, Moon Jae-in.

L’engagement commun à promouvoir toutes les initiatives utiles pour surmonter les tensions qui subsistent dans la péninsule coréenne et ouvrir une nouvelle saison de paix et de développement a été «vivement apprécié», poursuit le Saint-Siège.

«Quand le président Moon a demandé au pape si M. Kim pouvait lui envoyer une invitation, le pape a dit: Ce que vous m'avez dit suffit, mais ce serait bien d'envoyer une invitation formelle , ajoutant que si une invitation arrive, j'y répondrai sans faute et je peux y aller », a ajouté le porte-parole.

Il est cependant fréquent que les responsables étrangers reçus au Vatican invitent le pape dans leur pays, et rapportent ensuite comme positive la réponse polie de leur hôte. Dans un communiqué plus formel, le Vatican a évoqué des «discussions cordiales» et fait savoir que le pape avait exprimé «de manière forte son appréciation pour l'engagement commun à promouvoir toutes les initiatives utiles pour dépasser les tensions qui existent encore dans la péninsule coréenne, afin de permettre une nouvelle saison de paix et de développement».

Le Pape François, lui, s’était rendu en visite en Corée du Sud en 2014, alors que les relations entre Séoul et Pyongyang semblaient au point mort.

La péninsule coréenne, ont connu une évolution spectaculaire ces derniers mois, avec plusieurs sommets qui ont permis de désenclaver la Corée du Nord et d’apaiser la région. Le Pape François a explicitement soutenu ces efforts diplomatiques.

Mgr Lazzaro You Heung-sik, évêque de Daejeon (Corée du Sud) a affirmé que les conditions n’étaient pas encore réunies pour un éventuel voyage apostolique dans ce pays, tout en se réjouissant de cette perspective: «Cette invitation du Pape à Pyongyang est importante. Ce voyage serait un pas gigantesque pour toute la péninsule coréenne», a-t-il lancé. Cela suppose toutefois qu’il existe au préalable une communauté catholique sur place, stable et établie, ce qui n'est pas encore le cas selon cet évêque qui a visité quatre fois la Corée du Nord dans le cadre de missions humanitaires.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3480

Madrid: table ronde « le rôle de l’intellectuel dans la lutte contre l'extrémisme »

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 18 oct., 2018 01:27:19
GÉRARD CROSSAY


L’Association de Presse européenne pour le Monde arabe (APEMA) et le Centre euro-arabe de Barcelone ont organisé à la Commission européenne de Madrid une table ronde intitulée « le rôle de l’intellectuel dans la lutte contre l'extrémisme » et présenté le livre Le Mirage.



Dans le cadre de la campagne européenne contre l'extrémisme et le terrorisme initiée en 2015 parl’Alliance européenne des Villes contre l’extrémisme violent , l’APEMA et le Centre euro-arabe de Barcelone ont organisé, le 16 octobre 2018 au siège de la Commission européenne à Madrid, une table ronde sur le rôle de l’intellectuel dans la lutte contre l'extrémisme.

Des personnalités politiques, des membres du corps diplomatique, des écrivains ainsi que des experts en matière de lutte contre le terrorisme en Europe ont assisté à cette conférence, présidée par Nidal Shoukeir, Président de l'APEMA et animée par sept intervenants.



Il s'agissait d'Amineh Kakabaveh, Membre du Parlement suédois, de David Lucas Parrón,Sénateur et Vice-Président de la Commission des Affaires étrangères au Sénat espagnol, de Pere Joan Pons, Membre du Parlement espagnol et Porte-parole de la Commission des Affaires étrangères au Parlement espagnol, d'Ana Belén Soage, Professeure de Sciences politiques à Suffolk University Madrid Campus, de l’écrivaine Laila Karrouch, élue meilleure auteure en Espagne en 2004, de Mohamed Ahsissene, Secrétaire général de la Commission de Communication du Parti socialiste de Catalogne et de Lars Åberg, écrivain et journaliste suédois.



La rencontre a été l’occasion de présenter la version espagnole de l’ouvrage Le Mirage (El Espejismo) du Dr. Jamal Sanad Al Swaidi, Directeur général du Centre émirati des Etudes et des Recherches stratégiques à Abou Dhabi (ECSSR), livre qui est une expérience intellectuelle pionnière face à l'extrémisme islamique.


La Députée suédoise Amineh Kakabaveh a souligné que tous les pays européens sont confrontés aux mêmes problèmes face à l'extrémisme. Des groupes islamistes, salafistes, surooris,s'opposent aux droits de l'homme et de la femme, aux libertés fondamentales des citoyens et aux valeurs humanistes.

En Suède, les Frères musulmans ont même réussi à s'introduire dans la vie politique.


Ces groupes islamistes fondamentalistes exploitent la religion en créant des écoles où filles et garçons sont séparés et organisent un lavage de cerveau des enfants et des étudiants.
Elle a déploré le fait qu'en Suède les contrôles soient trop faibles face à l'extrémisme.
Elle a appelé les gouvernements à interrompre le soutien financier aux écoles suspectes qui représentent une menace pour la société. Elle a également appelé les pays qui soutiennent les groupes islamistes, tels que le Qatar, la Turquie et l'Iran, à cesser leurs soutiens.

Amineh Kakabaveh a terminé son intervention en rendant hommage à l’ouvrage Le Mirage qui, selon elle, est "une expérience intellectuelle pionnière face à l'extrémisme islamique ".

"Je suis originaire d'Iran", a-t-elle rappelé, et, comme beaucoup, une musulmane non fondamentaliste qui désire la paix. "En Iran, où tout est religieux, l'Etat, le justice, la culture, l'éducation, mes parents souffrent du fondamentalisme". 'L'Islam politique est idéologique et ne respecte pas l'humain. C'est cette idéologie que je critique et non l'Islam".


Le Sénateur espagnol David Lucas Parrón constate que le terrorisme tire avantage des discriminations existant dans les pays européens. Les problèmes sont plus aigus dans les villes. Des facteurs économiques et sociaux existent mais n'expliquent pas tout.
"Nous n'avons pas encore compris pourquoi les jeunes, en particulier les immigrés, sont attirés par les groupes extrémistes" a-t-il déclaré.

Comprendre les causes de la radicalisation, porter attention à ce qui s'est passé durant les deux siècles précédents, lutter contre les discriminations, l'échec scolaire et le chômage des jeunes en instituant un plan national d'éducation sont des axes de travail possibles
La prévention est primordiale et plusieurs organisations travaillent sur ce sujet en Espagne avec de bons résultats.
Beaucoup d'efforts sont faits pour sensibiliser aux dangers de l'extrémisme, inciter à la tolérance, communiquer avec tous les segments de la société, en particulier avec les enfants d'immigrés, en luttant contre la discrimination dont ils font souvent l'objet.



Le Député espagnol Pere Joan Pons, évoquant Jean-Marie Le Pen, souligne que "l'extrémisme est très répandu en Europe". Avec la crise économique qui sévit en Europe, on assiste à une montée en puissance des courants d'extrême droite. L'Espagne, actuellement, connaît une grave crise financière.

Il a évoqué un contrat social dans une démocratie à l'anglaise qui permettrait de compenser les inégalités et d'humaniser les relations entre les citoyens, en se rencontrant avec des valeurs communes.
Insistant sur l'importance de l'éducation pour sensibiliser aux dangers de l'extrémisme, il a estimé qu'il est utile de s’arrêter sur l'expérience enrichissante du livre Le Mirage.
La professeure espagnole Anna Beilin Suag considère l'Islam politique comme une organisation totalitaire en ce qu'il vise à contrôler tous les aspects de la vie quotidienne.
"Les groupes islamistes ont un agenda politique clair basé sur une interprétation erronée de la religion ... les Frères musulmans croient à la démocratie du vote mais ils sont contre l’égalité dans la société », précise-t-elle

Elle a conclu son intervention en insistant sur le fait que les groupes islamistes ne sont pas des alliés.
Les Musulmans dans le monde et dans les sociétés européennes qui, dans leur grande majorité, croient aux droits de l'homme ne doivent pas être trahis.

Les intellectuels confrontés à l'extrémisme, tels que le Dr. Jamal Al-Swaidi avec son livre le Mirage, sont majoritaires dans les sociétés musulmanes et sont les véritables alliés pour faire face à la menace de l'extrémisme.

L'écrivain suédois Lars Aberg a souligné la difficulté d'écrire sur des sujets liés à l'extrémisme islamiste en raison des menaces, des fatwas et des dangers auxquels intellectuels, écrivains et journalistes peuvent être confrontés.

Ils risquent d’être accusés d'islamophobie et d'attitude anti-Islam.
La Suède est peu équipée pour lutter contre le fondamentalisme.

La religion n'est pas une race, ce sont des idées. Il en est de même pour le fondamentalisme, d'où l'importance du rôle des intellectuels dans la lutte pour défendre la démocratie.
Il importe de différencier les Musulmans de ces organisations fondamentalistes qui se développent, notamment dans des écoles.Il a rendu hommage au livre Le Mirage, expérience riche qui aide les sociétés occidentales à identifier le danger des groupes islamistes et à comprendre leurs idéologies extrémistes d'une manière scientifique.

L’écrivaine catalane Leila Karrouch a décrit son expérience.
Marocaine arrivée à Barcelone à l'âge de huit ans, elle a connu des difficultés d'intégration. Elle raconte dans ses livres sa propre histoire et écrit sur sa vie privée.
Soulignant l’importance de l’écriture dans la lutte contre l’extrémisme, elle s’est arrêtée sur le style scientifique et pédagogique du livre Le Mirage qui permet au lecteur une compréhension facile du phénomène qu’est l’extrémisme, style qui contribuera à sa diffusion au niveau mondial.


Enfin Mohammed Ahsissene, Président du Centre euro-arabe à Barcelone, a déclaré que "la guerre intellectuelle contre l'extrémisme n'est pas moins importante que la guerre militaire".

Les efforts des intellectuels pour lutter contre les islamistes ont, selon lui, plus d'importance que les affrontements militaires, surtout depuis la vaste propagation des idéologies extrémistes dans les sociétés européennes.
Les questions idéologiques priment sur les aspects économiques.

Il a souligné que le choix du livre Le Mirage comme exemple à débattre lors de cette table-ronde était une recommandation de certains parlementaires et responsables politiques européens qui se sont accordés sur la valeur de cet ouvrage, livre international distingué dans le cadre de la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme, pourla préservation des valeurs humaines.



Les questions-réponses et les interviews par la presse des intervenants ont clos la conférence.


  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3478

Emmanuel Macron a reçu le premier ministre japonais Shinzo Abe

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 17 oct., 2018 23:40:55
GABRIEL MIHAI

Le Président français Emmanuel Macron et le Premier ministre japonais Shinzo Abe a accepté mercredi pour intensifier la coopération de leurs pays en favorisant la stabilité dans la région Indo-Pacifique où la Chine avait augmenté son influence.

Les deux chefs ont également réaffirmé leur engagement vers la dénucléarisation de la Corée du Nord et l'entrée en vigueur tôt d'un accord de libre-échange a signé en juillet entre le Japon et l'Union européenne.

«Nous voudrions joindre des mains pour la promotion du gratuit et Indo-Pacifique ouvert, » Abe déclaré aux journalistes, alors que Macron indiquait que la réalisation de la stabilité dans la région est une question importante.

Le premier ministre du Japon venait cette fois à l'occasion de l'organisation en France du 150e anniversaire de l'ère Meiji, série de manifestations culturelles externalisées dans le pays, de plus en plus visité au monde, par ricochet, de promouvoir la culture nippone auprès de la plus large audience mondiale.

La France possède des territoires dans Pacifique, y compris la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française.

Dans leurs entretiens au Elysée après avoir parlé à la presse, les deux chefs ont accepté d'intensifier la coopération vers créer une région Indo-Pacifique gratuite et ouverte, ont été également unis contre le protectionnisme à la lumière des tensions commerciales de escalade entre les Etats-Unis et la Chine, ils ont dit.

Le Premier ministre japonais est arrivé à Paris de Madrid mercredi plus en tant qu'élément de sa visite européenne qui le portera à Bruxelles pour la réunion entre l'Asie et l'Europe.

Le Premier nipponne est la premier sa visite en Frances, depuis la prise de fonction de Macron. Il avait prévu de visiter Paris en juillet pour assister à la cérémonie d'ouverture de Japonismes 2018, un événement culturel Japon-orienté, mais avait décommandé le voyage pour surveiller la réponse de gouvernement à la forte inundation qui a frappé le Japon occidental.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3477

Crimée: Carnage dans une collège au moins 17 morts par balles et plus de 40 blessées

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 17 oct., 2018 17:08:37
GABRIEL MIHAI

Selon les autorités locales, plus de 40 personnes ont été blessées et au moins 17 morts par balles, où l'auteur de l'attaque est un élève de l'établissement qui s'est suicidé.

Un élève du collège technique de Kertch a tué près de 20 de ses camarades et blessé une cinquantaine d'autres avant de se suicider.

D'après le premier ministre de la péninsule, Sergueï Aksionov, "l'auteur de l'attaque s'est suicidé. C'est un élève de quatrième année de cet établissement. Le corps a été découvert dans la bibliothèque", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision russe Rossiya 24.

Le comité national russe antiterroriste a ajouté que son corps avait été retrouvé à l'intérieur du lycée, rapporte l'agence Tass.

Une bombe qui contenait des fragments de métal a d'abord explosé dans la cafétéria du lycée, avant que n'éclatent les tirs.

Selon Olga Grebennikova, la directrice de l'établissement, il y avait plusieurs assaillants, ce que le comité national antiterroriste n'a pas exclu. «Ils ont jeté des explosifs un peu partout puis ont tiré sur tout ce qui bougeait au deuxième étage, en ouvrant les portes, (...), il y a des corps d'enfants un peu partout», a-t-elle dit.

Le comité antiterroriste a fait savoir que les premiers examens montraient que les victimes, des adolescents pour la plupart, avaient été tuées par balles. Le secteur du lycée a été bouclé par des véhicules blindés et des camions de l'armée, les écoles et jardins d'enfants de la ville de Kertch ont été évacués après l'attaque.

Selon le site de l'établissement, le collège technique de Kertch accueille des adolescents âgés de 15 à 17 ans. Le ministère des Situations d'urgence russe a déclaré l'état d'urgence à Kertch et a annoncé sur son compte Twitter l'envoi sur place de trois hélicoptères avec du personnel médical et d'un avion.

Le premier ministre de Crimée, Sergueï Aksionov, a annoncé sur sa page Facebook que trois jours de deuil seraient observés dans la péninsule. L'armée russe, citée par les agences, a de son côté décidé d'envoyer 200 militaires tandis que les médias locaux diffusaient des images de blindés et d'hommes en tenue de camouflage se déployant autour de Kertch. La ministre russe de la Santé, Veronika Skvortsova, doit également se rendre sur place.

Le président russe Vladimir Poutine a présenté dans un communiqué ses condoléances aux proches des victimes. Vladimir Poutine est mercredi à Sotchi, une station balnéaire de la mer Noire, où il reçoit le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a annoncé que des renforts étaient envoyés sur place, ainsi que du matériel pour venir en aide aux victimes.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3474

Le Premier ministre Nikol Pashinian a démissionné

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 17 oct., 2018 09:38:41
Gabriel MIHAI


Le premier ministre arménien réformateur, Nikol Pashinian, a annoncé, mardi 16 octobre, sa démission à la télévision, une décision destinée à convoquer des élections législatives anticipées qu’il souhaite organiser avant la fin de l’année.

Après cette démission, le Parlement arménien a deux semaines pour élire un nouveau premier ministre, selon la Constitution. S’il échoue à deux reprises, le Parlement est dissous et des élections anticipées sont automatiquement convoquées.

«Mon cher et fier peuple, aujourd'hui, j'ai remis ma démission», a déclaré Nikol Pashinian, promettant de «garantir la libre expression de la volonté du peuple lors d'élections législatives anticipées».

Il a déclaré qu'il démissionnait afin que la dissolution du parlement et la tenue d'élections parlementaires anticipées soient possibles, mais qu'il assumerait ses fonctions jusqu'au vote.

«Si lors des élections en décembre vous votez pour notre force politique, je serai réélu en tant que Premier ministre», a-t-il fait savoir.

Lors d'une réunion avec les membres de son parti mardi, Pashinian a affirmé qu'il présenterait sa candidature au poste de premier ministre « dans le but de ne pas être élu » et, ainsi, provoquer la tenue des élections anticipées. Les partis d'opposition présents au Parlement ont annoncé qu'ils n'avanceraient pas de candidats à ce poste.

Nikol Pachinian a souhaité bonne chance à toutes les formations politiques lors des élections de décembre, a remercié le peuple pour son soutien et a présenté ses excuses au cas où il aurait décu quelqu'un ou n'aurait pas su être à la hauteur de la confiance qu'on lui aurait accordée:

«C'est un moment troublant, puisque nous achevons l'étape de la révolution et abordons une nouvelle phase», a-t-il fait savoir.

Selon la Constitution arménienne, des élections législatives anticipées doivent être organisées entre 30 et 45 jours après la dissolution du Parlement.

Les députés arméniens ont voté le 3 octobre des amendements rendant plus difficile la convocation d'élections anticipées, poussant Pachinian à appeler ses partisans à se réunir près du Parlement pour protester contre cette initiative « contre-révolutionnaire ».

Il avait ensuite limogé six ministres dont les partis avaient soutenu les amendements, qui n'ont pas été promulgués par le président Armen Sarkissian.

Le Parti républicain, majoritaire au Parlement, a affirmé ne pas être opposé à des élections anticipées, mais ne veut pas les organiser avant mai ou juin 2019, et non décembre comme le voudrait M. Pachinian, afin que les partis aient le temps de s'y préparer.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3472

Emmanuel Macron accueille le président sud-coréen Moon Jae-in à l'Elysée

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 15 oct., 2018 23:31:51
GABRIEL MIHAI

Le président sud-coréen Moon Jae-in, arrivé en France pour une visite d'Etat et une tournée européenne du 13 au 21 octobre, a été accueilli par son homologue français Emmanuel Macron sur le perron de l'Elysée.

Cette rencontre intervient dans un contexte diplomatique renouvelé par l'exceptionnelle détente entre les deux Corée, après plusieurs années de tension provoquée par les programmes nucléaires et balistiques de Pyongyang.

Les deux dirigeants,Emmanuel Macron et Moon Jae-in, tous deux arrivés au pouvoir en mai 2017, se sont déjà rencontrés au G20 de Hambourg en juillet 2017, lors d'une rencontre bilatérale en marge du sommet. Outre la Corée du Nord, parmi les sujets qui doivent être abordés figurent aussi le climat ou encore l'innovation.

Le président Moon Jae-in est arrivé le 13 octobre à Paris pour une visite d'Etat de quatre jours comprenant un sommet bilatéral avec son homologue français Emmanuel Macron, il a entamé une tournée dans cinq pays européens, qui l'emmènera en Italie, au Vatican, en Belgique et au Danemark. Il s'agit de son premier voyage en France depuis son entrée en fonction en mai 2017.

Le président sud-coréen, Moon Jae-in, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU dont Séoul souhaite s’assurer la pleine collaboration lorsqu’il s’agira de « récompenser » la Corée du Nord pour son changement d’attitude et d'accompagner un potentiel accord entre Washington et Pyongyang et en préparer le terrain pour le processus de dénucléarisation, est reconnu et acclamé pour son rôle de faiseur de paix.

A l'assemblée générale de l'ONU en septembre dernier, Emmanuel Macron avait appelé le Conseil de sécurité, dont la France est membre permanent, à rester vigilant sur le nucléaire nord-coréen. Il avait estimé que le dialogue devait continuer à s'accompagner d'une "application rigoureuse des sanctions décidées par ce conseil".

Le président sud-coréen a affirmé que la suppression d'au moins une partie des sanctions internationales contre la Corée du Nord pourrait encore accélérer le processus de dénucléarisation du Nord et que son voyage "sera l'occasion d'élargir davantage le soutien et la compréhension de la communauté internationale pour nos efforts visant à dénucléariser la péninsule coréenne et établir une paix durable".

Le président français Emmanuel Macron a réclamé, lundi, des "engagements" concrets de Pyongyang en matière de dénucléarisation; la communauté internationale doit maintenir les sanctions contre Pyongyang, en se montrant hermétique aux arguments du Président Moon Jae-in, qui a observé à juste titre que Pyongyang n'a aucune raison de s'engager dans un désarmement unilatéral sans garanties de sécurité.
" La gestion de la crise coréenne connaît incontestablement une nouvelle étape sous votre impulsion ", a déclaré Emmanuel Macron. " Nous attendons maintenant des engagements précis de Pyongyang démontrant sa volonté réelle de s’engager dans un processus de démantèlement de ses programmes nucléaires et balistiques," a-t-il ajouté.
Dans l’attente de ces engagements vers "une dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible," la communauté internationale doit maintenir les sanctions contre Pyongyang, a martelé le président français.

Son homologue sud-coréen a souligné, de son côté, la nécessité d’envoyer au dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un, le signal qu’il avait " fait le bon choix " en s’engageant vers une dénucléarisation.
Moon a estimé que la France avait un grand rôle à jouer dans ce processus. "La Corée du Nord, en plus de laisser de côté l’arme nucléaire, doit pouvoir garantir sa sécurité. Ils doivent être assurés qu’ils ont fait le bon choix en acceptant la destruction de l’arme nucléaire," a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron a annoncé un renforcement de la coopération de défense et de sécurité avec la Corée du Sud d’ici la fin de l’année, et a annoncé qu’il se rendrait en visite d’État dans ce pays en 2019. Les ministres de la Défense des deux pays tiendront un dialogue annuel sur la coopération dans la zone Asie/Pacifique, une des priorités stratégiques de la France.

Moon Jae-in doit aussi participer mardi à un forum économique afin de renforcer les échanges entre la France et son pays. Ceux-ci ont " triplé au cours des vingt dernières années " pour atteindre 8 milliards d’euros, a souligné Emmanuel Macron. Le président français a demandé à Séoul une réouverture rapide du marché sud-coréen à la viande bovine française. La Corée du Sud représente le cinquième surplus budgétaire pour la France, à 1,6 milliard d’euros en 2017.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3467
Suivant »