JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

La Biennale des Villes en transition à Grenoble : une réponse aux problématiques sociales et environnementales ?

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 19 mars, 2019 13:42:35
Benjamin CALMELS

Alors que les manifestations transgénérationnelles pour dénoncer l’inaction climatique de l’État français se multiplient à travers toute la France, Grenoble se place en laboratoire de solutions innovantes, notamment depuis l’élection de son maire Éric Piolle en 2014.

La municipalité a organisé du 9 au 16 mars 2019 la seconde édition de la Biennale des Villes en transition, une semaine riche en événements qui met à l’honneur l’échange et la coopération internationale autour des thématiques du développement durable. Rencontre avec l’édile après une conférence-débat sur les politiques d’accueil à Grenoble et ses villes partenaires.

Doussou Keita, ancienne demandeuse d’asile originaire de Guinée, parraine de la Biennale, vient tout juste de conter au public du Palais des Sports, non sans émotion, l’accueil chaleureux que lui ont réservé les Grenoblois à son arrivée en France et le parcours du combattant qui s’en est suivi. La reconnaissance qu’elle témoigne à sa ville d’adoption est un plaidoyer humaniste pour l’acceptation de l’altérité. Éric Piolle applaudit.

Grenoble revendique « un temps d’avance », formule choisie pour incarner cette semaine d’effervescence en plein cœur des Alpes. M. Piolle est fier de ses administrés : « Oui, en avance sur nous, acteurs au quotidien tout comme dans les temps festifs et populaires » comme ce samedi 9 mars où a eu lieu « un escape game géant qui a réuni près de 15.000 personnes ».

Il est vrai que les Grenoblois s’emparent visiblement au quotidien du défi que représente le changement climatique, notamment dans le domaine de la mobilité, « La pratique du vélo a explosé, en amont de notre capacité à faire sortir des infrastructures » affirme-t-il, à l’heure où le réseau Chronovélo (voies rapides intercommunales, NDLR) est en cours de déploiement. Inciter au changement de comportement, tel est l’objectif affiché. Sur le sujet épineux de la qualité de l’air, le maire, pour qui cette question est un combat quotidien, reconnaît volontiers que ce sont les Grenoblois qui ont permis « d’avoir l’énergie et la légitimité de négocier ce qui a été le premier et, à ce jour, le seul accord territorial autour des pics de pollution ». Dès 2030, par ailleurs, la société GEG (Gaz électricité de Grenoble) produira l’équivalent de la consommation des Grenoblois en électricité 100% verte, 0% nucléaire ou fossile. Il tempère : « Nous sommes l’un des 18 territoires ciblés par la Commission Européenne pour non-respect des normes de pollution. L’objectif a été fixé d’être au seuil de l’OMS d’ici à 2030 ». « Nous sommes en train de lancer la zone à faibles émissions la plus large de France : 11 communes sont déjà partenaires ! ». Selon un rapport, 114 morts par an pourraient ainsi être évités.

Avec les chantiers collaboratifs (chantiers ouverts au public, COP, NDLR) et les Rencontres nationales de la participation citoyenne, l’accent est mis sur la volonté affichée de la mairie de faire tomber les murs et de permettre à la population d’agir concrètement. C’est aussi cela la transition. Selon le maire, « celle-ci ne peut pas être autre chose que participative ». « Il ne faut pas attendre un mouvement d’en haut ». Il poursuit : « Je crois que la transition est une question de justice sociale et environnementale ». La tarification solidaire et la gratuité ciblée sont des outils mis au service des plus modestes.

Grenoble a été la première collectivité en France à salarier les travailleurs pairs », des personnes ayant connu l’exclusion sociale, dans différents quartiers de la ville. Le maire en est très fier : « Nous les formons aux questions d’accès au soin et de prévention et eux se chargent du travail de sensibilisation dans leur quartier ».

Grenoble est aussi une ville d’échange, avec de nombreuses villes partenaires présentes lors de la Biennale. Les accords de coopération font partie de l’ADN de la ville. M. Piolle le revendique haut et fort : « Nous allons chercher et nous partageons cette inspiration avec tous ». Aujourd’hui, un projet d’ampleur est sur toutes les lèvres : devenir la Capitale Verte Européenne en 2022. La ville saura en 2020 si elle est sélectionnée pour la dernière étape du concours.

Les critères d’évaluation concernent par exemple la contribution locale à la lutte contre le changement climatique planétaire, les transports ou la gestion de l’environnement par les pouvoirs locaux. Autant de sujets dont s’est déjà saisi le maire. « Nous avons déjà commencé.

Tous les acteurs de la société civile, le système universitaire et le monde économique sont partie prenante de cette candidature ».

Le 20 février dernier, Eric Piolle a participé au sommet Justice4Climate, organisé par la mairie de Paris, en partenariat avec d’autres grandes villes du monde à été annoncée la création d’une plateforme qui permettra à ceux qui le souhaitent d’engager des actions de justice climatique. L’édile de Grenoble rappelle qu’il a été « l’un des premiers signataires de la pétition « L’Affaire du Siècle ». Il avait déjà interpelé Total l’année dernière en le sommant de respecter les Accords de Paris. « L’entreprise représente deux tiers des émissions de carbone en France », rappelle-t-il. Petite victoire, la campagne d’exploration guyanaise vient d’être abandonnée, officiellement pour absence de résultats probants.

La transition ne peut « réussir qui si l’entreprise est au service de la cité et du bien commun. Il faut qu’elle puisse mesurer ses externalités négatives ». Le maire regrette le report à 2021 de l’interdiction de certains ustensiles en plastique. « Le climat ne fait pas partie du radar du gouvernement. Les questions sociales et environnementales sont des questions qui ne l’intéressent que peu », confie-t-il. Il conclut : « Comment les 1% se protègent-ils du monde ? », voilà son véritable projet.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3768

Bruxelles : Conférence sur l'impact de l'islamisme sur les Immigrés et les Musulmans en Europe

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 18 mars, 2019 22:22:32
Gérard CROSSAY

Dans le cadre du rassemblement européen pour la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme, une conférence internationale s'est tenue le 14 mars 2019 au Parlement fédéral belge à Bruxelles sur les dangers que l'Islam politique fait courir à l'Europe.

Un grand nombre de députés, d'hommes politiques et d'experts représentant diverses tendances politiques (droite, gauche, centre, Verts et nationalistes) de six pays européens ont assisté à la

conférence. Première de son genre en Europe, elle a rassemblé plus de 90 personnalités et associations de 22 pays, dont 18 diplomates de 12 pays.

Une première session a vu s'exprimer six experts venus de Suède, d'Allemagne, d'Espagne, de France et de Belgique.

Koen METSU, député belge et ancien président du Comité de Lutte contre le Terrorisme du Parlement belge, a mis en garde contre les dangers que représente la prolifération en Belgique de mosquées non autorisées, dont les imams prônent un discours de haine, refusant l'intégration et ne reconnaissant pas les lois de leur pays d'accueil. il a dénoncé le financement par le Qatar des Frères musulmans auxquels appartiennent de nombreuses mosquées en Europe.

Pour Boriana ABERG, membre du Parlement suédois et chef de la Mission suédoise auprès du Conseil de l'Europe, la Suède est un paradis fiscal. C'est aussi un Etat Providence avec des écoles non contrôlées. Tout cela bénéficie aux Islamistes, d'autant plus que toute critique à leur encontre est qualifiée d'islamophobie. Les banlieues des villes sont devenues des foyers d'extrémisme islamiste avec des groupes financés par la Turquie et le Crime organisé, en liens étroits avec certains hommes politiques suédois.

Jacques MYARD, membre honorable du Parlement français et ancien membre de la Commission des Affaires étrangères, s'interrogeant sur l'Islam, a estimé que l'Islam politique est un retour au fondamentalisme, avec une vision totalitaire prenant le Coran au pied de la lettre. Le but de Daesh est d'imposer son idéologie extrémiste par une dictature ne donnant aucune place aux libertés individuelles, tout particulièrement concernant les femmes. Il a rappelé la nécessité, face aux tentations communautaristes, de réaffirmer les valeurs républicaines et laïques auxquelles doivent adhérer les immigrés.

Ana SURRA, membre du Parlement espagnol, porte-parole du Comité de Coopération pour le Développement international, a déclaré que le terrorisme islamiste ne peut que nuire à l'Islam et conforter les partis extrémistes européens hostiles aux immigrés d'origine musulmane.

Theo Franken, ancien ministre belge de l'Immigration, a insisté sur les dangers de l'Islam politique dont les musulmans sont eux-mêmes la cible. Rappelant que l'idéologie extrémiste se propage par le biais des médias, des réseaux sociaux, des livres et des mosquées, il a exhorté les gouvernements à agir de toute urgence face à ces menaces, ajoutant que le Gouvernement de la Région de Bruxelles a décidé de clarifier les sources de financement des mosquées.

Frank SWALBA HOTH, ancien député allemand au Parlement européen, a considéré que la lutte contre l'extrémisme islamiste passe par la formation en Europe d'imams qui ne diffusent pas d'idéologies extrémistes.

Une seconde session a donné la parole au député italien Migliore GENNARO qui a appelé à la création d'une institution européenne apte à surveiller les réseaux extrémistes sur Internet.

John DUHIG, conseiller principal en politiques auprès de l'Organisation européenne pour la démocratie à Bruxelles, a présenté un rapport sur les immigrés en Europe.

Brahim LAYTOUS, directeur de l'Académie européenne pour le développement et la recherche en Belgique, a présenté un rapport sur la réalité des groupes islamistes en Europe, ajoutant que le Qatar avait apporté un soutien financier et médiatique important aux Frères musulmans par l'intermédiaire de Qatar Charity Association, notamment à 150 centres islamiques en Espagne.

M. Magnus NORRELL, chercheur à la Washington Institute for Near East Policy, a souligné les problèmes d'intégration en Suède, pays où les Frères musulmans avaient planifié de contrôler la société.

Jean Valère BALDACCHINO, président du Cercle de Recherche et d’Analyse géopolitiques à Paris, a évoqué les tentatives du Qatar de contrôler les associations et institutions religieuses en France, en exploitant les lois laïques du pays qui interdisent aux gouvernements de financer les lieux de culte. Il a ajouté que le Qatar soutenait de nombreuses mosquées extrémistes en France ainsi que des centres de recherche dirigés par Tariq Ramadan.

A l'issue de la conférence, des priorités ont été énoncées :

- continuer à surveiller les groupes islamistes et les médias véhiculant un discours de haine

- créer un centre universitaire spécialisé apte à étudier ces groupes

- mettre en place une structure européenne oeuvrant à la formation des imams

- démanteler les réseaux des Frères Musulmans en Europe qui bénéficient de l'appui politique de la Turquie et des soutiens financier et médiatique - par la chaîne Al-Jazeera - du Qatar.








  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3767

Des milliers d'Algériens manifestent contre un 5e mandat de Bouteflika

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 01 mars, 2019 19:20:38
Gabriel MIHAI


Des milliers d'Algériens ont défilé vendredi dans le centre d'Alger, contre la perspective d'un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, face à une police apparaissant débordée.

En annonçant le 10 février sa candidature à la présidentielle du 18 avril, M. Bouteflika au pouvoir depuis 1999 et qui souffre de séquelles d'un accident vasculaire cérébral (AVC) depuis 2013, a mis fin à de longs mois d'incertitude, mais aussi déclenché une contestation d'ampleur inédite en 20 ans et le visant directement, du jamais vu.

Les évènements politiques se sont accélérés ces derniers jours. Ils sont appelés à l’être davantage au fur et à mesure que le 18 avril s’approche. Il y a bien des indices qui augurent ce bouillon politique. D’abord, il y a les manifestations populaires annoncées partout ce vendredi.

A Bouira, Tizi Ouzou, Ghardaïa et Tiaret des dizaines de personnes sont déjà dans la rue pour réclamer au président Bouteflika de renoncer à briguer un 5e mandat. A Alger, l’ancien chef du gouvernement et homme politique, Ali Benflis, a partagé une vidéo le montrant sur Alger-centre.

Le cortège, composé d'hommes et de femmes de tous âges, a remonté le long de l'une des principales artères qui débouchent sur la place, une foule impressionnante, difficile à évaluer précisément, de milliers de manifestants, brandissant des drapeaux algériens, rassemblée près de la Place de la Grande-Poste, bâtiment emblématique du centre de la capitale.

Non loin, la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour empêcher des manifestants d'accéder à la Place du 1er Mai, mais a rapidement été débordée par le flux de manifestants convergeant des rues qui y débouchent de plusieurs quartiers.

Un autre long cortège de plusieurs milliers de personnes, parti de la Place des Martyrs, a réussi à forcer plusieurs cordons de policiers antiémeutes qui tentent, à coups de jets de gaz lacrymogènes, de les empêcher de converger eux aussi vers la Grande-Poste.

Depuis plus d’une semaine, des milliers de personnes se sont retrouvées ainsi, sans couleur politique ni encadrement émanant d’un quelconque mouvement dans les rues du pays.

Un journaliste et une photographe de la presse écrite algérienne ont été brièvement interpellés par la police, selon une journaliste de l'AFP sur place, à qui des policiers ont demandé de s'éloigner pour sa « sécurité ».

La réaction des forces de l'ordre, qui ont jusqu'ici largement laissé faire, même à Alger où toute manifestation est interdite depuis 2001, devait être également observée de près, alors que le camp présidentiel a fait savoir cette semaine qu'il n'entendait pas reculer face à la rue.

Certains observateurs craignent que les partisans du chef de l'État n'utilisent la manière forte pour s'éviter une campagne électorale avec le double handicap d'un candidat absent physiquement - M. Bouteflika n'apparait plus qu'à de rares occasions et ne s'est pas adressé à la nation depuis son AVC - et contesté dans la rue.

La candidature de M. Bouteflika sera déposée le 3 mars, a annoncé son directeur de campagne, Abdelmalek Sellal. « Personne n'a le droit d'empêcher un citoyen algérien de se porter candidat. C'est un droit constitutionnel ».

Le chef de l'État est cependant hospitalisé depuis dimanche à Genève, officiellement « pour des examens médicaux périodiques » et son retour en Algérie n'a toujours pas été annoncé.

La mobilisation, qui s'annonce supérieure à celle de la semaine passée, était le principal enjeu principal de ce vendredi, alors qu'il reste moins de trois jours au camp présidentiel pour déposer dans les délais - jusqu'à dimanche minuit - le dossier de candidature de M. Bouteflika devant le Conseil constitutionnel. Le Conseil constitutionnel rendra publique la liste des candidats en lice pour la présidentielle dans dix jours à compter de la clôture de la période de dépôt des dossiers.

Toute la semaine, les rassemblements d'ampleur variable se sont succédé : mouvement citoyen, avocats, étudiants et journalistes, ont tour à tour manifesté. Jeudi, une dizaine de journalistes algériens ont été détenus durant plusieurs heures après avoir participé à Alger à un rassemblement « contre la censure » dans la couverture de la contestation.

Amnistie internationale a appelé jeudi les forces de l'ordre à « s'abstenir de recourir à une force excessive ou inutile pour disperser des manifestants pacifiques ».

Lundi dernier, le rassemblement organisé par Mouwatana s’est transformé en véritable manifestation à laquelle ont pris part de très nombreuses personnes non concernées au départ.

Dans un premier temps, les policiers ont tenté de faire échouer le mouvement en procédant à de très nombreuses interpellations (plusieurs personnes âgées ont été embarquées) et en se livrant à des intimidations qui ont obtenu l’effet inverse que celui recherché.

Face à certaines images qu’ils ne supportaient pas, les curieux ont rejoint la masse contestataire et plus d’un millier de personnes se sont ainsi retrouvées à manifester au centre de la capitale. Débordées, les forces de l’ordre ont uniquement usé de gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

Ce mardi, et peu de temps après la fin des marches organisées par les étudiants et lycéens, des affrontements ont eu lieu (au centre-ville toujours) entre des groupes de jeunes et des CRS. Dans l’ensemble, toutes les marches organisées à travers l’ensemble du pays se sont également déroulées sans incidents.

Art. 102.1 — Lorsque le Président de la République, pour cause de maladie grave et durable, se trouve dans l'impossibilité totale d'exercer ses fonctions, le Conseil constitutionnel se réunit de plein droit, et après avoir vérifié la réalité de cet empêchement par tous moyens appropriés, propose,à l'unanimité, au Parlement de déclarer l'état d'empêchement.

Le Parlement siégeant en chambres réunies déclare l'état d'empêchement du Président de la République, à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres et charge de l'intérim du Chef de l'Etat, pour une période maximale de quarante cinq (45) jours, le Président du Conseil de la Nation, qui exerce ses prérogatives dans le respect des dispositions de l'article 104 de la Constitution.

En cas de continuation de l'empêchement à l'expiration du délai de quarante cinq (45) jours, il est procédé à une déclaration de vacance par démission de plein droit, selon la procédure visée aux alinéas ci-dessus et selon les dispositions des alinéas suivants du présent article.

Selon la constitution d'Abdelaziz Bouteflika, aurait dû être démis de ses fonctions de président, ainsi que le stipule l'article 102: "Si le président est malade pendant plus de 45 jours, il devra être démis de ses fonctions".



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3739

Sommet de Hanoï: une échec sur la dénucléarisation, la Corée du Nord propose aux Etats-Unis de nouvelles discussions

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 01 mars, 2019 13:20:13
Gabriel MIHAI

Aucun accord n’a été conclu à l’issue de cette deuxième rencontre entre le leader nord-coréen Kim Jong-un et Donald Trump.

Kim Jong-un et Donald Trump sont convenus de continuer « leurs discussions fructueuses sur la dénucléarisation », a indiqué vendredi l’agence officielle nord-coréenne KCNA, quelques heures après la fin abrupte et sans accord d’un sommet entre les deux hommes à Hanoï.

La Corée du Nord a proposé vendredi de nouvelles discussions aux Etats-Unis au lendemain de l’échec spectaculaire de leur sommet à Hanoï, les deux parties cherchant à garder la porte du dialogue ouverte tout en campant sur leurs positions.

Donald Trump et Kim Jong Un se sont séparés sur un échec jeudi à Hanoï à l’issue d’un sommet consacré à l’épineux dossier de la dénucléarisation de la Corée du nord.

Le président américain a rejeté la responsabilité de l’échec sur les Nord-Coréens, affirmant qu’ils avaient exigé une levée totale des sanctions économiques qui leur sont imposées. Mais Pyongyang a immédiatement démenti par la voix de son chef de la diplomatie.

La Corée du Nord a fait ainsi une « proposition réaliste » et n’a demandé qu’une levée « partielle » des sanctions, a assuré devant la presse le ministre, Ri Yong Ho, depuis l’hôtel de la délégation nord-coréenne à Hanoï.

Ri Yong Ho, a ainsi démenti des propos tenus par le président américain selon qui Pyongyang réclamait une levée totale des sanctions imposées au pays du fait de ses programmes nucléaire et balistique interdits.

Lors d’une conférence presse avant de quitter le Vietnam, le président américain a imputé les espoirs déçus aux exigences nord-coréennes sur les sanctions. Cette exigence a rendu tout accord impossible, selon Donald Trump.

Chacun a cherché à imputer à l’autre la responsabilité de cette impasse.

Donald Trump a affirmé que Pyongyang avait exigé la levée de toutes les sanctions qui lui sont imposées du fait de ses programmes nucléaire et balistique interdits.

La Corée du Nord a dit qu’il n’avait demandé qu’une levée «partielle» de ces restrictions. Et, fait rarissime, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong Ho a convoqué des journalistes issus d’une poignée de pays pour livrer sa version.

En échange d’un allègement des mesures qui l’étranglent, a dit le chef de la diplomatie nord-coréenne, Pyongyang propose de «démanteler complètement toutes ses infrastructures de production nucléaire» dans son complexe de Yongbyon. Il n’y aura pas de meilleure offre, a-t-il prévenu.

Le sommet de Hanoï fut une "réussite", affirme cependant KCNA, ajoutant que l'homme fort de Pongyang a proposé à Donald Trump une nouvelle rencontre.

Il "faut parfois quitter" les négociations, a lancé Donald Trump. "Je préfère le faire bien que le faire rapidement", a-t-il poursuivi, tout en mettant en exergue la "relation proche" nouée avec le numéro un nord-coréen. "Nous avons une espèce de chaleur, j'espère que ça va durer".

Donald Trump avait engagé son interlocuteur à "tout miser" pour obtenir un accord, selon le responsable américain. "Les armes elles-mêmes doivent être sur la table", a-t-il dit, évoquant le stock existant de bombes nucléaires nord-coréennes et les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) susceptibles d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis.

Si le président américain a quitté le pays du sud-est asiatique tout de suite après le sommet, Kim Jong Un y entame une visite officielle, jusqu'à samedi, la première depuis celle de son grand-père Kim Il Sung en 1964.

Les relations entre les deux pays ennemis pendant la guerre de Corée (1950 - 1953), un conflit qui se poursuit en théorie faute de traité de paix, sont «caractérisées par la défiance et l’antagonisme» depuis des décennies, a dit l’agence. Inévitablement, il y aura «des difficultés et des épreuves» pour établir des relations nouvelles.

Après son sommet à Hanoï avec le dirigeant nord-coréen, qu'il a qualifié d' "ami", le président américain a été interrogé sur la place qu'avait eue dans leurs discussions le sort d'Otto Warmbier, décédé en juin 2017 à l'âge de 22 ans.

Kim Jong Un "m'a dit qu'il n'était pas au courant et je le crois", a répondu Donald Trump en conférence de presse.

Le dirigeant nord-coréen "se sentait mal là-dessus, je lui en ai parlé, il se sentait vraiment mal. Il connaissait très bien le dossier, mais il en avait pris connaissance plus tard", a-t-il ajouté.

Trump, passe d'un échec à l'autre après le sommet, a été critiqué par les politiciens américains pour croire tous les ennemis, concernant la mort du jeune Otto en Corée du Nord en 2017.


  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3738

Sommet Kim et Trump au Vietnam: une visite officielle pour la dénucléarisation

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 26 févr., 2019 16:17:33
Gabriel MIHAI

Le leader nord-coréen est arrivé mardi au Vietnam à bord d'un train blindé, pour un nouveau sommet avec le président américain.

Kim Jong Un, le leader suprême nord-coréen, est arrivé mardi matin en train à Dong Dang dans la province vietnamienne de Lang Son pour une visite officielle dans le pays et son second sommet avec son homologue américain Donald Trump.

Le train spécial de Kim est arrivé en gare à 8h13 heure locale où il a été accueilli par des dignitaires et des habitants vietnamiens, selon l'agence de presse vietnamienne officielle VNA.

La capitale vietnamienne est en pleins préparatifs pour accueillir mercredi et jeudi ce nouveau rendez-vous entre le dirigeant nord-coréen et le président américain. Donald Trump espère arriver à la dénucléarisation de Pyongyang, même s'il affirme être prêt à prendre son temps.

Vêtu de son traditionnel costume de type Mao, M. Kim a salué la foule tout sourire avant de s'engouffrer dans une Mercedes Benz et de partir en convoi pour Hanoï. Il y a été accueilli par les hourras de foules retenues par des barrières de sécurité alors que des véhicules blindés patrouillaient les rues. Après quelques heures de repos, il s'est rendu à l'ambassade de son pays.

Le président américain, qui emprunte une voie plus conventionnelle en se rendant à Hanoï avec Air Force One, devrait de son côté atterrir dans la capitale vietnamienne dans la soirée de mardi.

Donald Trump s'est voulu optimiste, assurant sur Twitter attendre avec impatience « un sommet très productif ».

Très peu de détails ont filtré sur la rencontre. Les deux dirigeants dîneront ensemble mercredi soir en compagnie de certains de leurs conseillers, a indiqué à la presse depuis Air Force One Sarah Sanders, porte-parole de la Maison-Blanche.

Un accord "global" avait été signé lors de leur premier sommet le 18 juin dernier à Singapour. Celui-ci avait abouti à une amélioration des liens bilatéraux. Le président sud-coréen Moon Jae-in a dit souhaiter lundi "le succès du sommet" de Hanoï, où la sécurité a par ailleurs été renforcée.

Une feuille de route pour la dénucléarisation, la levée des sanctions contre la Corée du Nord et l'éventuelle publication d'une déclaration mettant fin à la guerre seront les points focaux de ce second sommet. M. Kim devrait y avoir un tête-à-tête avec M. Trump, selon les médias locaux.

Stephen Biegun, l'émissaire des Etats-Unis pour le Nord, a récemment reconnu que Pyongyang et Washington ne s'étaient «pas mis d'accord sur la signification» de la dénucléarisation. Les Etats-Unis ont maintes fois réclamé que Pyongyang se débarrasse de son arsenal nucléaire de manière complète, vérifiable et irréversible.

Mais, pour la Corée du Nord, la dénucléarisation est plus large. Elle veut la levée des sanctions internationales qui l'étranglent et la fin de ce qu'elle perçoit comme les menaces américaines, à savoir la présence militaire en Corée du Sud et dans la région en général.

Donald Trump répète qu'il n'est pas pressé de convaincre le Nord de renoncer à son arsenal nucléaire, tant que celui-ci s'abstiendrait, comme il le fait depuis plus d'un an, de procéder à des tirs de missiles et des essais nucléaires.

«Je ne veux brusquer personne», a-t-il encore lancé avant son départ de Washington, semblant vouloir tempérer par avance les espoirs suscités par le sommet vietnamien. Depuis des mois, le président américain manie la carotte et le bâton envers la Corée du Nord, faisant miroiter son potentiel économique tout en refusant l'allègement des sanctions.

«Avec une dénucléarisation complète, la Corée du Nord deviendra rapidement une puissance économique. Sans cela, on en reste juste au même point! Le président Kim prendra une sage décision!», a-t-il tweeté.

Pyongyang martèle avoir déjà fait des gestes, avec le gel des essais militaires et en faisant sauter les accès à son site d'essais nucléaires. Mais parallèlement, il souligne qu'il a fini de développer son arsenal et qu'il n'a plus besoin de telles infrastructures.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3727

Edouard Philippe en visite au Mali: son but « approfondir le partenariat économique »

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 23 févr., 2019 16:01:20
GABRIEL MIHAI

Edouard Philippe vient à Bamako renouveler le soutien de la France au gouvernement malien. Un soutien militaire donc mais aussi économique. Des accords de plusieurs dizaines de millions d’euros devraient être signés ce samedi, notamment dans le secteur clé du coton.

Pour son premier déplacement à l’étranger depuis le début de la crise des gilets jaunes, Edouard Philippe a prévu une étape « grand débat national ». Ce samedi après-midi, il rencontrera les expatriés français de Bamako et recevra les conclusions du débat organisé au début du mois.

Edouard Philippe l’a redit avant d’atterrir à Bamako, la lutte anti-terroriste est loin d’être finie. « La tâche est encore longue », a confié Edouard Philippe dans l’avion qui l’emmène à Bamako. « La lutte anti-terroriste dans le Sahel demande détermination, endurance et humilité », a encore tempéré le chef du gouvernement. Et si le Premier ministre revendique des « résultats », il ne s’attend à rapatrier de sitôt les troupes françaises de l’opération Barkhane.

La France a signé samedi pour 85 millions d’euros de nouvelles aides financières en faveur du Mali, en s’engageant à doubler rapidement son effort d’aide au développement vers ce pays du Sahel confronté à la menace jihadiste.

Un an après la réunion des bailleurs de fonds du G5 Sahel, la force régionale africaine attend toujours les centaines de millions d'euros promis par la communauté internationale. « La montée en puissance se poursuit, mais il reste beaucoup à faire », reconnaît le cabinet d'Edouard Philippe. Sa visite à Bamako sera l'occasion de lancer un nouvel appel.

Soutien aussi économique
L'objectif pour Paris est d'attirer les investissements privés sachant que la France, premier bailleur de fonds européen, a déjà engagé 700 millions d'euros ces dix dernières années. Edouard Philippe visitera d'ailleurs une station de traitement d'eau près de Bamako, un projet porté par l'AFD, l'Agence française de développement.

Le soutien est économique, mais aussi politique. Le Premier ministre rencontré samedi son homologue malien Soumeylou Boubèye Maïga et le président, IBK avec comme message : « Appui et compréhension », alors que l'exécutif malien fait face à une grogne sociale dans la rue.
L’Agence française de développement (AFD) “devrait doubler” ses contributions en faveur du Mali “dans les prochaines années”, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe lors d’une conférence de presse. Les accords ont été signés à la primature de Bamako lors d’une cérémonie conjointe avec son homologue Soumeylou Boubèye Maïga.

“C’est important de livrer des combats pour gagner la guerre, mais c’est aussi important de construire la paix et la prospérité”, a fait valoir avant la cérémonie M. Philippe, qui devait se rendre en fin de journée à Gao (nord) auprès des troupes françaises, insistant sur les “deux jambes” de la sécurité et du développement.

Dans le détail, il s’agit d’un prêt souverain de 50 millions d’euros destiné à des projets d’adduction d’eau potable dans cinq villes du centre du pays (Koulikoro, Ségou, San, Mopti-Sévaré et Bandiagara) qui doit alimenter 500.000 personnes.

Ont également été validés une aide de 10 millions d’euros pour le Trésor malien “pour couvrir des besoins urgents de trésorerie”, une subvention de 10 millions pour “la modernisation des finances publiques” maliennes, et enfin 15 millions destinés à la formation professionnelle destinés à 7.500 Maliens.

La dégradation sécuritaire au Mali depuis 2012 a grevé les ressources fiscales du pays, déjà minces.

Ces dix dernières années, la France a versé 700 millions d’euros d’aide au développement au Mali, selon les chiffres communiqués par Matignon, et le rythme annuel est en forte hausse au moment où Paris renforce ses aides aux Etats sahéliens.

Quelques projets privés ont également été présentés, dont un engagement d’achat de 3.000 tonnes de coton du géant français de la distribution Carrefour pour “structurer la filière du coton bio au Mali”, redevenu premier producteur africain de coton.

Plus tôt dans la matinée, en périphérie de Bamako, Edouard Philippe avait inauguré une grande station de pompage sur le fleuve Niger, qui doit alimenter une station de traitement d’eau dont l’inauguration est prévue mi-2019. Cet investissement de 500 millions d’euros, financés par des bailleurs internationaux dont la France, doit desservir un million d’habitants de la capitale malienne.







  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3721

Dr. Jamal Sanad Al Suwaidi, candidat au Prix Nobel de Littérature de 2019 pour son livre "Le Mirage"

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 20 févr., 2019 22:58:21
Gérard CROSSAY

Dr. Jamal Sanad Al Suwaidi, directeur du Centre émirati d'Etudes et de Recherches stratégiques à Abou Dhabi, est le premier candidat émirati et des Pays du Golfe au Prix Nobel de Littérature de 2019.

Cette candidature s'inscrit dans le cadre de la lutte intellectuelle contre les idées et les idéologies islamistes qui ont envahi le monde ces dernières années et menacent les sociétés et les valeurs humaines.

Le Prix Nobel est un symbole fort qui permettrait de mettre en lumière le danger des idéologies extrémistes.

Plusieurs associations ainsi que des personnalités académiques européennes et du monde arabe proposent sa nomination, défendue par plus de cinquante experts, universitaires et politiciens de Belgique, d'Italie, d'Allemagne, de France, d'Espagne et de Suède.

M. Nidal Shoukeir, président de l'Association de la presse européenne du monde arabe, a souligné que la nomination de M. Jamal Sanad Al Suwaidi à ce prestigieux Prix international témoigne de la réelle prise de conscience internationale et européenne de la nécessité d'encourager la mobilisation des intellectuels face à la menace de ces idéologies extrémistes. Il a ajouté que "cette candidature à ce prestigieux Prix international est un important hommage rendu à l'auteur qui condamne les idées extrémistes à travers son ouvrage, et transmet les valeurs et les efforts de son pays dans ce contexte."

Le professeur et chercheur des Sciences islamiques Ibrahim Laytous de l'Université d'Anvers a également estimé que cette nomination est un hommage au rôle des grands penseurs face à l'extrémisme et au terrorisme, rôle majeur comme en témoignent les expériences passées.

Jean-Valère Baldacchino, président du Cercle d'Analyse et de Recherche géopolitiques, considère que "le fait que le professeur Suwaidi soit nobélisable est une immense nouvelle. Surtout avec son grand essai "Le Mirage", c'est un message fort lancé contre l'islamisme, un fléau majeur de ce début de siècle. Plus généralement, il s'agit là d'un essayiste d'une qualité qui se fait rare et dont les écrits font partie des oeuvres les plus importantes de la science politique actuelle."

"Le livre "Le Mirage" du Dr. Jamal Sanad Al Suwaidi, ouvrage à la fois académique et pratique, illustre parfaitement l'utilisation de la pensée dans les questions humanitaires contemporaines et contribue à la préservation des valeurs humaines au sein de la société. L'auteur y exprime sa conviction que le conflit arabe et mondial contre l'idéologie extrémiste et ses groupes et organisations ne se limite pas à la sphère militaire et sécuritaire, mais qu'il s'agit d'une véritable guerre de caractère intellectuel.

Dr. Jamal Sanad Al Suwaidi a déjà reçu de nombreux prix arabes et internationaux, notamment le Prix international Sheikh Zayed pour le développement et la construction de l'État.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3715

L'Europe et l'ONU ont condamné la gestion des manifestations des "gilets jaunes" par le gouvernement français

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 18 févr., 2019 21:50:08
GABRIEL MIHAI

Le débat autour des violences entre forces de police et «gilets jaunes» s'est invité dans le débat européen. Ce jeudi, les députés européens ont condamné l'usage «disproportionné» de la force par la police dans les manifestations tout en évitant d'appeler à l'interdiction des lanceurs de balles de défense, mis en cause dans les manifestations des «gilets jaunes».

Dans cette résolution votée par 438 voix pour, 78 contre et 87 abstentions, les députés ont «dénoncé le recours à des interventions violentes et disproportionnées de la part des autorités publiques lors de protestations et de manifestations pacifiques». Si le texte ne cible pas un État membre en particulier, il a donné lieu en préambule à un débat animé dans l'hémicycle strasbourgeois, auquel ont pris part plusieurs eurodéputés français. Demandé par une coalition regroupant l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates, les Verts et la Gauche unitaire européenne, le débat a été dominé lundi soir en partie par la situation en France avec les manifestations des «gilets jaunes», même s'il fait référence à d'autres pays (Roumanie, Espagne, Hongrie, Grèce).

Après le Parlement européen jeudi 14 février, des experts indépendants du Haut-commissariat aux droits de l’homme de l'ONU ont condamné vendredi la gestion des manifestations des "gilets jaunes" par le gouvernement français. Ces experts dénoncent notamment des restrictions graves du droit de manifester exercées par l'État français et un usage abusif de la force. Interrogé sur franceinfo samedi, Michel Forst, rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'Homme à l'ONU, a déclaré que "ce texte est une mesure d'alerte pour dire 'attention, la France va sans doute un peu loin et devrait réfléchir sur ses politiques de maintien de l'ordre public'."

L'ONU s'est de son côté prononcée sur ce sujet dans un communiqué publié ce jeudi et qui cite un groupe d'experts des droits de l'homme des Nations Unies. Ils s'inquiètent du «nombre élevé d'interpellations et de gardes à vue, des fouilles et confiscations de matériel de manifestants, ainsi que des blessures graves causées par un usage disproportionné d'armes dites «non-létales» telles que les grenades et les lanceurs de balles de défense ou «flashballs», ajoutant que «les autorités devraient repenser leurs politiques en matière de maintien de l'ordre pour garantir l'exercice des libertés». Les experts alertent également sur le risque de «sévères restrictions à la liberté de manifester» que pourrait causer la loi anticasseurs. Cette dernière permet aux préfets de prononcer des interdictions de manifester, un point validé par l'Assemblée nationale le 30 janvier dernier.

Michel Forst pointe notamment du doigt "un usage disproportionné" d’armes dites non-létales. "Le nombre de blessés, la qualité des blessures, le fait que plusieurs aient indiqué avoir perdu un œil, une main, un pied, montre que ce type d'outils, d'armes non-létales employées par les forces de sécurité, sont sans doute utilisés de manière disproportionnée", a-t-il expliqué. "On a vu des images qui nous ont été montrées par des avocats, où l'on voit, par exemple, ces grenades lancées sur des médecins qui soignent des blessés, sur des journalistes, donc on se dit qu'il y a quelque chose à regarder de manière plus attentive, d'où l'alerte que nous lançons."

De plus, les experts ont exprimé leurs vives préoccupations quant à une proposition de loi visant prétendument à prévenir les violences lors de manifestations et à sanctionner leurs auteurs. "La proposition d’interdiction administrative de manifester, l'établissement de mesures de contrôle supplémentaire et l’imposition de lourdes sanctions constituent de sévères restrictions à la liberté de manifester. Ces dispositions pourraient être appliquées de manière arbitraire et conduire à des dérives extrêmement graves", soulignent les experts.

"Nous avons été frappés par le sentiment qu'au fond la gestion des manifestations échappe au gouvernement mais le pousse à prendre des mesures qui, de notre point de vue, seraient contraires aux libertés publiques, et au pacte des Nations unies dont la France fait partie" ajoute Michel Forst. Le groupe d'experts espèrent que leur appel sera entendu et que le gouvernement reverra sa copie en matière de maintien de l'ordre public.

Le recours du LBD par les forces de l'ordre pendant les manifestations des «gilets jaunes», aussi désigné par le terme «Flashball», fait l'objet d'une vive polémique en France.


Début janvier, le Conseil d'Etat a rejeté les demandes, émanant de la CGT et de la Ligue des droits de l'homme (LDH), de suspension de leur usage. Les juges ont estimé que le risque de violence rendait «nécessaire de permettre aux forces de l'ordre de recourir à ces armes». Mais pour tenter de répondre aux inquiétudes, Christophe Castaner a annoncé le 22 janvier que les forces de sécurité qui les utilisaient seraient désormais équipées de caméras-piétons. Selon le ministre de l'Intérieur, elles devront être «systématiquement» activées «en conditions normales» mais pas «en cas d'agression» des forces de l'ordre.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3711

Le 9ème Mondial du Tatouage accueille 420 tatoueurs du monde entier

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 17 févr., 2019 02:32:25
VÉRONIQUE YANG

La 9ème édition du Mondial du tatouage se tient du 15 au 17 février à la Grande Halle de la Villette à Paris dans le 19ème arrondissement sous le parrainage de Philippe Decouflé.

Référence du monde du tatouage grâce à ses plus de 4 000 professionnels en France et ses centaines de milliers d'aficionados, il est devenu depuis 1999, date de sa création l'événement le plus visité et le premier de la planète consacré à cet art par l'intermédiaire de son vaste catalogue de style pictural. Les plus grands artistes du monde y présentent leur travail dans une ambiance festive avec des concerts et des lieux agréables pour se restaurer. Public et professionnels peuvent y découvrir des livres spécialisés et le matériel nécessaire dont ils ont besoin durant ces 3 jours pendant lesquels se déroulent les incontournables concours qui récompensent cette année pas moins de 34 artistes. Le jury composé de Filip Leu, Bill Salon, Luke Atkinson, Kari Barba et Mark Mahoney récompensera les lauréats qui recevront cette année, une tête de panthère sculptée par Tin-Tin, le tatoueur le plus emblématique de Pigalle, le plus connu en France et l'organisateur du Mondial du Tatouage. Les partenaires offriront également des cadeaux aux tatoués et aux tatoueurs.

Cette année, plus de 30 000 visiteurs sont attendus pour venir rencontrer les 420 tatoueurs (50 nouveaux tous les ans) venus de 40 pays, que ce soit par curiosité ou se faire tatouer. Le 10ème art, comme on le définit expose ses créations au grand public: meilleur dos, meilleur large couleur, meilleur petit noir et gris.. et après s'être associé à la peinture, la musique et la photographie a décidé de choisir cette année la danse en choisissant Philippe Decouflé comme parrain. Ce dernier a adapté ses chorégraphies en proposant des danseurs ayant pour unique habits des tatouages temporaires réalisés par Tin-Tin qui profite du Mondial pour présenter son livre "Sous le regard de Tin-Tin" (histoire du tatouage, photos exclusives d'archives, interview inédite de Tin-Tin, 100 portraits de tatoueurs incontournables avec interview et leurs plus belles oeuvres...)

C'est au Théâtre National de Chaillot, lors du spectacle "Nouvelles Pièces Courtes"que Tin-Tin et Philippe Decouflé se sont rencontrés en 2018; Tin-Tin a aussitôt eu l'idée de proposer à Philippe Decouflé une association alliant le tatouage et la danse pour le 9ème Mondial. Le chorégraphe a donc pioché dans 4 de ses anciens spectacles, Décodex (1995), Octopus (2008), Contact (2014) et Nouvelles Pièces Courtes (2017) afin d'en réaliser les chorégraphies. Les danseurs sont quant à eux vêtus de tatouages réalisés par Tin-Tin voleront au dessus du public et se produiront sur le catwalk au rythme d'illusions d'optique développées par la compagnie DCA (Diversité, Camaraderie, Agilité).

Philippe Decouflé, né en 1961 a été formé à plusieurs disciplines passant par de grandes écoles (expression corporelle avec Isaac Alvarez, cirque à l'école Annie Fratellini, mime à l'école Marceau et danse avec Matt Mattox. Il est titulaire de nombreux prestigieux et internationaux et a collaboré à de multiples créations dont "Bleu, Blanc, Goude" sur les Champs Elysées à l'occasion du bicentenaire de la Révolution Française ou 3 ans plus tard, à la mise en scène des cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux Olympiques d'Alberville. Il a été en 2016, le premier metteur en scène français à présenter un spectacle à Broadway suite à la comédie musicale du Cirque du Soleil "Paramour" mais aussi à l'hommage rendu à David Bowie pour la Philharmonie de Paris avec "Wiebo".

Tin-Tin est l'organisateur du Mondial du Tatouage, né en 1965, il a commencé sa carrière de tatoueur à Berlin en 1984 alors qu'il effectuait son service militaire et en s'inspirants de livres d'art et d'illustration plutôt que de l'iconographie des tatoueurs. Il se fait ensuite remarquer à l'échelle planétaire dans de nombreux pays. C'est ainsi qu'il compte parmi ses illustres clients, Jean-Paul Gaultier, Florent Pagny, Marc Jacobs, Pascal Obispo, Yannick Noah, Lio ou Julien Doré... En 2003, il cré le Syndicat National des Artistes Tatoueurs (SNAT) et parvient à réglementer la profession et en 2008, il co-écrit les textes d'application du décret sanitaire avec la Direction Générale de la Santé pour assurer aux tatoueurs et à leurs clients des conditions d'hygiène optimale. Il continue son métier dans sa boutique rue de Douai à Pigalle et plaide pour que son statut d'artiste et celui de se nombreux collègues soit reconnu officiellement.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3706

Emmanuel Macron annonce le 24 avril, journée nationale de commémoration du génocide arménien

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 13 févr., 2019 23:16:48
Véronique YANG

Le dîner annuel du CCAF (Conseil de Coordination des Organisations Arméniennes de France) s'est tenu le 5 février à l'hôtel "Le Collectionneur" à Paris, en présence du président de la République et de nombreuses personnalités du monde politique, associatif, des arts et des médias.

Pour les Français d’origine arménienne, il s'agit d'un événement incontournable qui a permis au Président de la République de s'exprimer devant la diaspora sur les divers questions politiques qui touchent aux relations entre la France, l'Arménie et tous les pays satellites dont la Turquie. Le génocide arménien reste un crime contre l’humanité qui continue de marquer l’actualité nationale et internationale.

Dans son discours, le chef de l'Etat a annoncé devant la Maire Paris, Anne Hidalgo; la présidente de la Région, Valérie Pécresse; la Maire du 8ème, Jeanne d'Hauteserre; les instances religieuses et les ambassadeurs, Jonathan Lacôte et Hasmik Tolmadjian, que la France allait faire du 24 avril, une "journée nationale de commémoration du génocide arménien" suite aux promesses faites lors de sa campagne présidentielle. La France fut la première dès 1915 à nommer ce crime contre l'humanité en tant que génocide et à le reconnaitre dans la loi en 2011.

Léa Salamé, elle même d'origine arménienne a présenté la soirée qui a débuté par la prise de parole des intervenants à commencer par Valérie Pécresse qui a fait part des projets de la région pour développer les partenariats avec l'Arménie en apportant son soutien à la levée de fonds internationale à hauteur de 500 000 euros pour permettre à l’UFAR (université française d’Arménie) de déménager, mais aussi insister sur le développement d’une " métropole rurale " boostée par Patrick Devedjian, lui aussi présent.

Un hommage a été rendu à 3 personnages franco-arméniens récemment disparus: le résistant Arsène Tchakarian, dernier survivant du groupe Manouchian, le compositeur Michel Legrand et le chanteur Charles Aznavour qui a fait l'objet d'un hommage national ; Anne Hidalgo a annoncé qu'une place, une statue et une plaque seront inaugurées à Paris en son souvenir et selon les souhaits du président arménien Armen Sarkissian, un concert hommage à Aznavour se tiendra en Arménie avec le soutien du Président de la République français. Nicolas Aznavour, un des fils du chanteur présent au dîner a offert au Président un "doudouk", flûte traditionnelle en bois d'abricotier.

Après l'intervention des 2 coprésidents du CCAF, Ara Toranian et Mourad Papazian, 3 médailles du courage de l’organisation ont été remises en présence de Gabriel Attal, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, tout d’abord à Vincent Duclert, qui a souhaité partagé cette distinction avec les 65 chercheurs qui l’ont aidé à rendre un rapport sur les génocides puis à 2 femmes: Nadia Murad, jeune yézidie réduite en esclavage par Daesh et prix Nobel de la paix pour son action pour mettre fin à l’emploi des violences sexuelles en tant qu’arme de guerre. Absente, elle s'est adressée aux invités par voie vidéo, ainsi qu' Elise Boghossian, acupunctrice de guerre, fille de déportés arméniens et présidente de l'association "Elise Care". Un appel au soutien du peuple du Haut Karabagh a été lancé à Emmanuel Macron.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3697

La retirada ou l'exode des réfugiés de la guerre civile espagnole

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 12 févr., 2019 14:17:27
Véronique YANG

Samedi 9 février, la "Retirada" ou exode des réfugiés de la guerre civile espagnole, a fêté ses 8O ans.

A cette occasion, comme tous les ans, une cérémonie a lieu au cimetière du Père Lachaise devant le monument de la Fédération Espagnole des déportés et internés politiques au carré des déportés et des communistes. Cette année est particulière puisqu'il s'agit de celle de la commémoration de la "Retirada", c'est pourquoi de nombreux événements culturels se dérouleront tout au long de l'année 2019 afin de rendre hommage aux Républicains espagnols qui ont fui le régime franquiste, la répression et les bombardements au début de l'année 1939.

La cérémonie s'est déroulée devant de nombreuses personnalités dont la Maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a témoigné sur cette période difficile pour son pays et sa famille en évoquant des souvenirs personnels; son adjointe chargée de la mémoire, du monde combattant et correspondante Défense, Catherine Vieu-Charier; Fernando Martinez-Lopez, Directeur Général de la Mémoire Historique du Ministère de la Justice d'Espagne, qui accompagnait Cristina Latorre Sancho,sous-secrétaire du Ministère de la Justice et Présidente de la Commission interministérielle pour la Commémoration du 80ème anniversaire de l'exil républicain espagnol; la Maire du 20ème arrondissement, Frédérique Calandra; Ivan Larroy, de l'association MHRE 89 créée en 2008 représentait les Républicains espagnols de l'Yonne; Claude Garcia, fils d'Antonio Garcia, photographe du camp de Mauthausen, principalement destiné aux prisonniers politiques (socialistes, communistes, objecteurs de conscience et homosexuels allemands et autrichiens, républicains espagnols (60 % des déportés de Mauthausen en mai 1941), élite intellectuelle polonaise ; officiers soviétiques (notamment les commissaires politiques) ; aviateurs alliés, agents britanniques du SOE ou américains de l’OSS, juifs, Roms... soit 200 000 déportés d'une trentaine de nationalités dont 9 400 partir de 1942 et 120 000 morts avant la fermeture du camp le plus cruel et meurtrier, en 1945; Véronique Salou, Présidente de l'Association 24 août 1944 (La Nueve).

Après s'être rassemblés devant le cimetière du Père Lachaise, le cortège s'est dirigé vers le monument de la FEDIP où les intervenants officiels et les invités sont intervenus successivement, entre-coupés par des intermèdes musicaux (A las barricadas interprété par une chorale; Mauthausen par Juan Vilato, créé pour le 15ème anniversaire de la libération du camp). Après le dépôt des gerbes et une minute de silence, un chant traditionnel symbole de liberté "El Cants des Ocells" (le chant des oiseaux) a été joué par Pau Casals. Il interprète ce morceau à chaque fois qu'il monte sur scène en protestation contre la dictature en Espagne.

A la fin de la cérémonie, les personnes qui le désiraient pouvaient se rendre au siège de la CNT (Confédération Nationale du Travail) depuis plus de 40 ans, au 33 rue des Vignoles dans le 20ème arrondissement où durant 2 après-midi, des animations sur le thème "Mémoires espagnoles et culture vers l'avenir", étaient organisées en association avec "Les Pas Sages" (Théâtre (Voyage en guerre d'Espagne), film (Le camp d'Argelès), Présentation d'ouvrage (Femmes en exil, les réfugiées espagnoles en France de 1939 à 1942), Contre-débat (Camps de concentration et d'internement français), Récital de guitare de Juan Francisco Ortiz, fils de Francisco Ortiz, déporté à Mauthausen).

Concernant les Républicains espagnols, nombre d'entre eux avaient du fuir leur pays dès 1936 suite aux avancées franquistes et à l'exode intérieur qui avait obligé la plupart d'entre eux à se réfugier en Catalogne. C'est ainsi qu'en 1939, après la chute de Barcelone, la population catalane et des milliers de Républicains traversèrent la frontière française, ils sont ensuite rejoints par l'armée républicaine. Tous fuient les bombardements et doivent faire face, étant partis sans rien et en précipitation; le 5 février, la frontière et ouverte et permet à 475 000 personnes d'entrer en France entre le 28 janvier et le 13 février.

Lorsque la France a été vaincue par l’Allemagne, les réfugiés se sont retrouvés de nouveau internés. Ils ont été incorporés dans des compagnies de travailleurs étrangers . À la fin de la guerre, il restait près 150 000 réfugiés en France (certains avaient participé à la libération de Paris avec la colonne Drone). Le gouvernement provisoire français leur a alors octroyé en mars 1945 le statut de réfugié Nansen qui avait été accordé aux réfugiés russes et arméniens dans l'entre-deux-guerres.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3695

Les Camerounais contre le régime de Paul Biya manifestent à Paris

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 08 févr., 2019 22:40:23
VÉRONIQUE YANG

Le 26 janvier dernier, un rassemblement pour protester contre le régime de Paul Biya au Cameroun, s'est tenu à Paris, Place de la République à 17h50.

Plusieurs dizaines de manifestants, opposants au président du Cameroun Paul Biya se sont ensuite dirigés vers l’ambassade du pays, où ils sont parvenus à entrer et ont saccagé plusieurs bureau. Les membres de la Brigade Anti-Sardinard ont ensuite menacé de mettre le feu au bâtiment si l'armée de Biya tirait encore sur un Camerounais au Cameroun.

Le comportement du président de ce pays d'Afrique Centrale, considéré comme un dictateur ne fait qu'attiser la révolte, ce à quoi il faut ajouter les heurts entre hommes armés et séparatistes d'une partie de la population anglophone depuis environ un an, suite à des enlèvements de responsables, militaires et policiers, mais aussi des civils dans les régions du nord et du sud ouest du pays.

Ils militent pour la création d'un Etat indépendant., ce à quoi il faut ajouter les heurts menés par les séparatistes d'une partie de la population anglophone depuis environ une année suite à des enlèvements de responsables, militaires et policiers, mais aussi des civils dans les deux régions du nord et du sud ouest du pays.

Militant pour la création d'un état indépendant, Maurice Kamtole, leader du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) et ex- candidat à l'élection présidentielle d'octobre dernier, revendique toujours la victoire, soutenu par les combattants de la diaspora qui ont appelé les Camerounais à former une armée de libération.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3687

PALMARES DU FESTIVAL DU CIRQUE DE DEMAIN

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 08 févr., 2019 10:30:10
Véronique Yang

Les trophées du 40ème festival du cirque de demain ont été remis le 3 février sous le chapiteau du cirque Phénix, pelouse de Reuilly à Paris.

Le spectacle a commencé par la prestation de la formation PDF (Portées de femmes) qui effectuent des portées à main nues, ce fut ensuite une série de numéros triés parmi ceux présentés lors des journées de sélection à commencer par:

-La japonaise Misuki Shinagawa au tissu aérien dont la particularité est le système de balancier réalisée par son acolyte Véronique qui la fait monter et descendre.

- Le trio d'acrobates au sol germano-turc, Hyperhook, dont 2 membres viennent d'Allemagne, a représenté la Turquie pour la première fois au festival.

-La benjamine du festival, une jeune américaine de 16 ans, Ellie Rossi à la corde verticale

-Un tableau très frais (noce dans un petit village) réalisé par la troupe russe d'acrobaties au sol Efimov. Ciseaux, sauts périlleux, altos, trampoline, tout était au rendez-vous

-Issu de l'école du cirque de Montréal, ce jeune français s'était destiné à la danse mais il en a été autrement puisqu'il a décidé d'étudier les arts du cirque et désormais, Arthur Morel Van Hyfte allie trapèze et danse dans un numéro aérien où il enchaîne grâce et prises de risque

-Dernier numéro de cette première partie, la troupe acrobatique de Dalian (Chine) et son numéro "Météores" réalisé par une troupe de 6 garçons qui utilisent la technique des étoiles filantes avec dextérité

-La seconde partie a démarré sur les chapeaux de roues avec cet élève de l'ENC de Montréal d'où est native sa mère. Après avoir passé un an à Hanoi au Vietnam, pays de son père, Laurence Tremblay Vu revient à Montréal pour y exécuter un numéro de funambule à grande hauteur tout en y exécutant des acrobaties

-2 élèves de l'école du cirque Annie Fratellini ont effectué un numéro de jonglage excentrique avec des cartons, ils vont même jusqu'à en empiler une vingtaine sur la musique de la Truite de Schubert. La Compagnie Solarino forme un duo de deux garçons, l'un brésilien, l'autre français.

-Le brésilien Diego Sales a commencé sa carrière au cirque du Brésil puis il est arrivé à Bruxelles pour réaliser son numéro de tissus aériens.

-Le mexicain Niclas Montes de Oca, équilibriste formé en Chine puis revenu au Canada

- Le duo Alexey Ishmaev et Pavel Mayer, venu de Russie, a exécuté un numéro de sangles aériennes mêlant force et souplesse. Ces garçons destinés à la danse se sont finalement dirigés vers le cirque, c'est ce qui apporte autant de grâce à ce duo aérien.

-Dernier numéro, le groupe Scandinavian Boards originaire de Suède, des Pays-Bas et de FinlandeIls effectuent des figures à partir de planches coréennes et certains d'entre eux sont déjà des médaillés.

Après ces magnifiques prestations, Alain M. Pacherie a remercié tous les participants et a dévoilé le palmarès des lauréats qui, tous âgés de 25 ans maximum, seront les nouveaux visages des cirques suite à cette promotion. Ils étaient 24 à concourir parmi les nombreux artistes à s'être présentés de façon spontanée ou choisis lors de rencontres dans des spectacles aux 4 coins du monde. Les critères sont basés sur la technicité, l'artistique, la présentation et le rapport avec le public et la présence d'un jury est nécessaire pour confronter les points de vue. Par ailleurs, le Festival du Cirque de Demain ne présente plus de numéros d'animaux depuis plus de 20 ans et très peu de clowns sont présents. Pour certains artistes, il s'agit d'une première participation au Festival, pour d'autres, c'est une étape dans leurs parcours mais pour la plupart d'entre eux c'est un coup de pouce à leur carrière. Afin que la participation soit équitable, les artistes reçoivent une compensation correspondant au nombre de jours de travail effectués.

Le jury présidé par la comédienne Anny Dupérey était composé par Franco Dragone (metteur en scène), Valérie Fratellini ( Directrice adjointe et directrice pédagogique de l'Académie Fratellini), Pavel Kotov (directeur de casting international du Cirque du Soleil), Stéphane Lavoie ( directeur général et directeur de la programmation à la Tohu de Montréal), Maxim Nikulin (directeur du cirque Nikulin de Moscou), Tatiana Masio-Bongonga (médaille d'or du 33ème festival en 2012), Guilhem Cauchois (médaille d'or en 2013), Darya Vintilova (médaille d'or en 2006) et Zhang Gongli (médaille d'or en 2001). Pour cette 40ème édition, 34 prix ont été distribués sans compter le "Grand Prix" créé cette année.

GRAND PRIX DU 40è FESTIVAL (remis par la chanteuse Zazie)

  • Scandinavian Boards

MEDAILLE D'OR:

  • Arthur More-Vn Hyfte;
  • La Troupe acrobatique de Dalian;

MEDAILLE D'ARGENT:

  • Alexey Ishmaev & Pavel Mayer;
  • Laurence Tremblay-Vu;

MEDAILLE DE BRONZE:

  • Misuki Shinagawa;
  • La Compagnie Soralino;
  • Diego Salles;
  • la Troupe Efimov;

PRIX SPECIAL DU JURY:

  • Ellie Rossi;
  • Hyperhook;
  • Nicolas Montes de Oca;

TROPHÉES ET AUTRES PRIX

PRIX DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE
Scandinavian Boards

PRIX DE LA VILLE DE PARIS
Diego SallesDiego Salles

PRIX DU PUBLIC
Scandinavian Boards

COUP DE CŒUR DU FESTIVAL
Collectif PDF (Tableau d'Ouverture)

PRIX DU MOULIN ROUGE
Troy James & Ess Hödlmoser

PRIX DU LIDO DE PARIS
Cie Soralino

PRIX ARTE
Laurence Tremblay-Vu

PRIX TELMONDIS
Winston

TROPHÉE DU CIRQUE DU SOLEIL - PERFORMANCE & VISION ARTISTIQUE INNOVANTE
Scandinavian Boards

TROPHÉE ANNIE FRATELLINI
Mikail Karahan

TROPHÉE DU CIRQUE PHÉNIX
Christopher & Milena

TROPHÉE DE L'AGENCE EDS
Marula Eugster Rigolo

TROPHÉE ZHANG GONGLI
Cie Soralino

TROPHÉE ALEXANDRA BOUGLIONE
Kostiantyn Korostylenko

TROPHÉE DE LA COMPAGNIE ALTITUDE
Mizuki Shinagawa

TROPHÉE RAPHAEL CRUZ
Cie Soralino

PRIX DU CLUB DU CIRQUE
Arthur Morel Van Hyfte

TROPHÉE BRETAGNE CIRCUS
Ellie Rossi

TROPHÉE DE L'ASSOCIATION DES ACROBATES DE CHINE
Arthur Morel Van Hyfte

PRIX DU CIRQUE NIKULIN
Alain M. Pacherie qui fêtait son anniversaire et qui avait reçu le Trophée Annie Fratellini l'an dernier

TROPHÉE DE PRODUCTION APN DE PEKIN
Mizuki Shinagawa

PRIX DE LA FIDELITE
Mi Lu

Anny Dupérey a décerné une médaille d'or à Arnaud Morel, 98 ans qui donne toujours des cours de trapèze.

Rendez-vous l'an prochain au Cirque Phénix pour la 41ème édition du Festival du Cirque de Demain.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3682

La Banque Centrale de Tunisie gèle des sommes colossales destinées au financement du terrorisme

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 07 févr., 2019 23:40:48
GABRIEL MIHAI

La Banque Centrale de Tunisie vient de geler des centaines de milliers de dinars provenant de Libye et du Qatar ainsi que d’autres pays suite à la réception d’informations faisant état de la provenance de ces sommes d’argent, d’opérations de blanchiment. Selon les mêmes données, cet argent serait destiné au financement d’organismes terroristes actifs en Tunisie.

Reste à savoir si dans le contexte politique délétère où le Président Beji Caïd Essebsi tente d’exclure les islamistes d’Ehhahdha du gouvernement tunisien, certaines arrières pensées n’animent pas les dirigeants de la Banque Centrale de Tunisie. La question est posée aujourd’hui de savoir si certains de ces comptes appartiennent à des proches des islamistes nahdhaouis.

Certains observateurs à Tunis ne manquent pas de souligner que le patron de la Banque Centrale est un proche de Hafedh Caïd Essebsi, le fils du chef de l’Etat, qui est à la manoeuvre aujourd’hui pour saper des islamistes d’Ennahdha et les chasser du gouvernement.

C’est la commission des analyses financières au sein de l’institution bancaire qui aurait pris cette mesure selon une source très bien informée citée par nos confrères de Hakaek Online. Cet argent devrait être versé sur des comptes bancaires au sein de diverses institutions financières tunisiennes. La décision a été prise selon la même source, suite au dépôt de plusieurs plaintes à l’encontre de clients au sein de certaines banques. Cet argent n’est autre que la propriété d’institutions et personnalités étrangères.

Rappelons que le directeur général de la commission des analyses financières au sein de la Banque Centrale Lotfi Hachicha avait annoncé qu’environ 200 millions de dinars tunisiens versés sur des comptes bancaires avaient été gelés entre 2011 et 2018. Il s’est avéré que cet argent, provenant d’opérations de blanchiment, était consacré au financement de groupes islamiques terroristes.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3681

Imam Hassen Chalghoumi parle de la visite du pape à Abu Dhabi

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 04 févr., 2019 05:20:33
Véronique YANG et Gabriel MIHAI


Le Pape François entame une visite de 3 jours aux Emirats Arabes Unis du 3 au 5 février afin de participer à un forum interreligieux dont le thème est "Fais de moi un instrument de ta paix", et renforcer les liens entre l'Eglise catholique et l'Islam.

Durant ce voyage historique le souverain pontife va célébrer une messe en plein air à Abou Dhabi, il rencontrera aussi le grand imam sunnite d'Al-Azhar afin de discuter de la paix et la sécurité dans les pays musulmans.

Les Emirats Arabes Unis font partie des rares pays à ne pas avoir souffert des dérives du terrorisme malgré la proximité du Yémen et de l'Arabie Saoudite; ils sont un État fédéral constitué de sept émirats dont le plus grand est Abou Dhabi et ont chacun une monarchie absolue. Le président des Émirats Arabes Unis est l'émir d'Abou Dhabi, le cheikh ben Zayed Al Nahyane.

Pour la première visite du pape dans la péninsule arabique, à Abou Dadi, organisée par le prince héritier et ministre de la défense, le cheikh Mohammed Bin Zayed Al Nahyane, , le pape a été salué dans un tweet pour être un "homme de paix et d'amour", espérant que "les générations à venir prospéreront dans la paix et la sécurité". En effet, les Emirats Arabes Unis sont le seul état à avoir un ministre de la Tolérance et avoir déclaré 2019 "Année de la Tolérance".

Ce n'est pas la première fois que le souverain pontife est invité dans un pays musulman, il s'est rendu au Proche-Orient et en Turquie en 2014 et en Azerbaidjan en 2016; ce fut aussi le cas en 2017 pour un forum interreligieux en Egypte. Après ce voyage aux E.A.U. , il sera fin mars au Maroc afin de poursuivre le dialogue entamé entre le monde musulman et l'ensemble des autres confessions y compris chrétiennes.

Le planning du représentant apostolique sera très chargé et commencera dimanche après la messe au Vatican où il a lancé un appel d'urgence à l'action humanitaire au Yémen, suite au long conflit qui ronge cette région du Golfe. Le lendemain, une rencontre est organisée à la grande mosquée cheikh Zayed, neuvième plus grande mosquée au monde, entre le Pape et le Conseil musulman des anciens, institué en juillet 2014 pour promouvoir la paix dans les communautés musulmanes. Il prendra ensuite part au sommet interreligieux, "Fraternité Humaine" qui réunit 600 représentants religieux du monde entier dont le cheikh Ahmed Al-Tayyeb, grand imam de la mosquée Al-Azhar du Caire, qu’il a rencontré 5 fois en 5 ans.  Pour sa dernière journée à Abou Dhabi, après une visite privée de la cathédrale St Joseph, une messe sera célébrée à la Cité des Sports Zaed où plus de 135 000 personnes sont attendues parmi lesquels des invités venant des 7 émirats des E.A.U. et des pays voisins mais aussi des représentants des autres religions. On notera que le pays, adepte d'un islam modéré, accueille , contrairement à son voisin saoudien qui ne tolère aucune religion outre l'islam, près d'un million de catholiques parmi les millions d'expatriés dont les Indiens et les Philippins qui s'y trouvent en grande majorité ce qui explique la présence de nombreuses églises (76 dont 9 catholiques) tout comme un important temple hindou inauguré récemment. Cependant, toute contestation politique ou exploitation de la religion, y compris par les islamistes y est réprimandée.

Hassen Chalghoumi, est président de l'association culturelle des musulmans de Drancy, qui gère la mosquée Al-Nour dont il est l'un des imams. Il se présente comme partisan d'un dialogue inter-religieux, notamment entre islam et judaïsme.

Il participe aux cérémonies de commémoration au camp de Drancy, durant laquelle, il reconnait la « singularité de la Shoah », nouant à cette occasion des liens avec la communauté juive. C'est également à cette époque qu'il est remarqué par Jean-Christophe Lagarde, qui en fait l'un de ses contacts privilégiés dans les milieux musulmans de sa ville.

L’imam Hassen Chalghoumi explique aujourd’hui pourquoi il est important pour le Pape de se rendre à Abu Dhabi et quel rôle important il peut jouer pour les communauté musulmane et chrétienne.

"C'est un moment historique, une opportunité de dialogue, pour que toutes les religions communiquent (chrétiens, juifs, musulmans) que l’humanité ait un sens fort ce week-end; pour moi, en tant que mulsulman, c’est un moment fort. Au niveau religieux, en tant que symbole chrétien dans le monde, le Pape commence un nouveau voyage dans l'histoire avec sa visite aux Emirats où se rencontrent près de 130 000 âmes; (...) Pourquoi ne nous y en donnerions pas une importance immense?"

"A travers cette unité entre chrétiens et musulmans, une nouvelle image est offerte, où le monde entier peut voir que les musulmans ne sont pas des terroristes, ils ne sont pas mauvais, ce n'est pas une communauté de bluff, où le populisme peut être réduit à l'islam de l'Europe."

"Dans toute religion, il y a une richesse et un dialogue diversifié comme dans la communauté musulmane; une image qui est en train d'être traduite pour les citoyens européens, mais c'est aussi une image du Golfe, de l'Arabie Saoudite, d'Oman, etc., et le moment de changer."

"La visite du Pape apportera une possibilité au tourisme du Golfe, un portail ouvert à toute culture du monde, une unité humaine et sociale du côté économique et touristique, je pense que c'est une page de tournée, en tenant compte du fait qu'en Europe il y a eu 400 morts suite aux l'attentats terroristes en France, en Belgique, en Allemagne et en Angleterre, je crois qu'en raison de ce magnifique voyage, la page sera tournée."

"J’ai été stupéfait de découvrir qu’il existe autant d’églises chrétiennes à Abu Dhabi, même des synagogues et des temples. Je suis heureux, autant que je sache, en tant qu’homme ouvert au dialogue, qu’il est bon de respecter dans chaque pays le droit de toute personne avoir sa foi."

"L'unité et l'humanité sont une flamme d'espoir, qui ouvrent leurs portes au dialogue, mais aussi à un lien de paix. Déçus, beaucoup ne croient plus à la communication ou au dialogue civil mais uniquement à la guerre civile ou à la confrontation."

"Le pape tente de tracer le lien entre l'Europe et le Moyen-Orient, de montrer au monde que la religion musulmane existe en Europe et qu'il peut y avoir des chrétiens au Moyen-Orient, qu'il y a une ouverture partout.
C'est un message pour les chrétiens orientaux qui ont été massacrés en Irak ou en Syrie par des terroristes, des extrémistes tels que l'État islamique, etc., cette visite est un message de liberté, de paix et d'unité."

"Je crois que la visite du pape rétablira une paix spirituelle religieuse, qui permettra de briser toute les barrière."



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3672

Qui seront les Etoiles du Cirque de Demain?

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 03 févr., 2019 01:16:25
Véronique YANG

Le cirque Phénix présente le Festival Mondial du Cirque de Demain, Pelouse de Reuilly (12ème arrondissement de Paris) du 31 janvier au 3 février.

Fondé en 1977 par 2 passionnés du cirque, Isabelle et Dominique Mauclair, il est dirigé actuellement par Alain M. Pacherie, directeur du Cirque Phénix. Cette manifestation regroupait pour la première fois de jeunes artistes venus présenter au public des numéros originaux et encore méconnus, devant un jury international composé d'artistes, anciens lauréats, agents, producteurs, diffuseurs, réunis sous la coupole du Cirque Phénix. Chaque année des dizaines d’acrobates, d’équilibristes, de clowns, de jongleurs et de trapézistes viennent du monde entier chercher le sésame pour intégrer les troupes circassiennes grâce à des numéros de voltige, d'équilibre et d'acrobatie.Cette année, pour sa 40ème édition, la marraine et Présidente du jury est Anny Duperey, comédienne et écrivain assistée de Valérie Fratellini Directrice adjointe et Directrice pédagogique de l’Académie des Arts du Cirque Annie Fratellini; elles sont entourées par Matthew Jessner, Directeur artistique général des spectacles en diffusion - Dragone; Pavel Kotov, Directeur du casting du Cirque du Soleil; Stéphane Lavoie, Directeur général et Directeur de la programmation de La Tohu à Montréal; Maxim Nikoulin ,Directeur du Nikulin Moscow Circus; Tatiana-Mosio Bongonga, funambule à grande hauteur, Médaille d'or du 33e Festival en 2012; Guilhem Cauchois, Trapeziste, Médaille d'or du 34e Festival en 2013; Darya Vintilova, Trapéziste en ballant Médaille d'or du 27e Festival en 2006; Zhang Gongli, équilibriste, Médaille d'or du 22ème festival en 2001.A cette occasion, 23 numéros mêlés à des prestations d'anciens lauréats venant de Mongolie (contorsion), Taiwan (diabolos), Russie (équilibres) ou Vénézuela (roue Cyr), sont présentés sur 4 jours répartis en 2 cessions (spectacle A le jeudi et samedi et spectacle B, les vendredi et samedi après-midi) , les qualifications se passent en 3 soirées du jeudi au samedi et une l'après-midi du samedi, le spectacle des lauréats est présenté le dimanche après midi.Le programme est composé de 18 disciplines (contorsion, sangles,jonglerie, planches coréennes,trapèze fixe, funambule,excentrique, trapèze danse, tissus aériens, acrobates sol, équilibre sur mat, diabolo, corde verticale, cerceau aérien, Sanddorn balance, magie) réalisées par des artistes venant de 23 pays différents (Allemagne, Brésil, Canada, Chine, Colombie, Finlande, France, Italie, Japon, Mexique, Mongolie, Norvège,Pays-Bas, Porto Rico,Russie, Suède, Suisse, Taiwan, Turquie, Ukraine, USA, Vénézuela, Vietnam).Les différents partenaires sont différents cirques du monde à l'instar de Cirque du Monde, Caravan, l'Ecole Nationale du Cirque de Montréal, Viktor Kee Foundation, Zip Zap Circus dont les 3 trapézistes finlandaises Wise Fools, sorties de l'ENC, sont intervenues dans les écoles à Cape Town, elles ont pour partenaires MSF et SOS Children's Village.Le cirque de Demain a un projet qui lui tient à coeur concernant la création d'un cirque solidaire ( Demain's Volonteers). Il permet la transmission des compétences, aborde les problèmes des l'écoles qui assurent la formation par d'anciens élèves formés eux-même à l'ENC. Une plate-forme de subvention ULULE, a été mise en place pour pérenniser le projet.Rendez-vous maintenant dimanche 3 février à 15h pour découvrir les lauréats.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3671

Stop à l’asservissement religieux: notre vie est menacée par des pasteurs qui obligent à pratiquer leurs idées

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 02 févr., 2019 04:56:11
GABRIEL MIHAI

Environ 30 000 Sud-Coréens sont descendus dans les rues de Séoul pour dénoncer les abus commis par des pasteurs évangéliques et des presbytériens.

Environ 100 organisations de la société civile se sont reunies pour appeler à la dussolution du Conseil Chrétien de Corée du sud, connu pour la corruption, son antinationalisme et ses actions anti-société et social de la religion.

Le 27 janvier dernier, les citoyens ont manifesté contre le conseil chrétien de Corée à Séoul pour dénoncer l'identité de la congrégation presbytérienne et révéler sa véritable image dans l'église qui a encouragé l'adoration d'idoles, des actions criminelles et la corruption.

Les 100 organisations en Corée y compris la Commission internationale des femmes pour les droits de l'homme pour la paix, l'Association chrétienne pour le mouvement national anti-corruption, le Comité de la jeunesse pour les droits de l'homme IPYG et le Sommet mondial bouddhiste, ont organisé une “Conférence de presse et une manifestation pour appeler à la fermeture du Conseil Chrétien de Corée; cette manifestation avait été organisée comme moyen pour révéler la véritable nature du Conseil Chrétien de Corée au président sud-coréen, au gouvernement et à la presse.

Au cours des 10 dernières années il y a eu 12.000 condamnations pour lesquelles les pasteurs du Conseil Chrétien de Corée, ont été déclarés coupables de meurtre, d'agression sexuelle, de fraude, d'instructions et informations aux paroissiens, pouvant contraindre un membre de sa famille à accepter de participer à une réunion religieuse et priver de liberté une personne, pour qu'elle retourne à l'église.

Le Conseil Chrétien de Corée est responsable de meurtre en étant à l'origine de programmes de conversion forcée comme c'est le cas de Ji-in Gu, kidnappée et étouffée par sa famille pour faire du profit. C'est un nid de faux rapports qui divise le peuple et plonge la nation dans la confusion, insistant que de telles actions de la part du Conseil Chrétien de Corée sont une honte pour la société mais aussi pour la religion.

D'autres actions du Conseil Chrétien de Corée, décrivant ses actions pro-japonaises dans le passé, leur implication active en politique sous le régime militaire de Corée du sud lorsqu'il a montré son soutien pour changer la Constitution afin de permettre 3 mandats consécutifs, comme la Constitution "Yushin" pour permettre le pouvoir de la corruption et utiliser l'argent pour gagner des votes lors des élections du président du Conseil Chrétien de Corée (ce qui s'est passé le 29 janvier) et d'achater des positions, y compris celle de pasteur.

Le Conseil Chrétien de Corée a été notamment accusé de seulement s'inquiéter de protéger sa position dominante, produisant de faux rapports en réponse à la croissance d'églises non enregistrées et les accusant d'être des sectes, ce qui provoque la division et la confusion au sein du cercle religieux.

Au cours de la conférence de presse, les représentants de chaque organisation ont vivement critiqué les pratiques inhumaines et ont exhorté le gouvernement et le Président Moon à intervenir rapidement et à prêter l'oreille à la voix du peuple qui appelle au respect de la loi pour protéger les droits de l'Homme. Ils demandent la promulgation immédiate d'une loi "pour interdire et punir les programmes de conversion forcée et mettre fin à ce dictate qui opprime un droit sacré qui est celui de la liberté de culte.”






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3668

Donald Trump et Kim Jong-un vont de nouveau se rencontrer, vers la fin février

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 18 janv., 2019 22:46:39
Gabriel MIHAI

Le prochain sommet entre Donald Trump et nord-coréen Kim Jong Un aura lieu «vers la fin février», a annoncé vendredi la Maison Blanche, sans préciser le lieu de la rencontre.

«Le président est impatient de rencontrer le président Kim dans un lieu qui sera annoncé ultérieurement», a indiqué Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif, à l’issue d’une rencontre de 90 minutes dans le Bureau ovale entre Donald Trump et le bras droit de Kim Jong Un, Kim Yong Chol.

Le 12 juin 2018, après des mois de tensions, les deux hommes s'étaient rencontrés pour la première fois lors d'un sommet à Singapour. Lors de ce tête-à-tête historique, le premier entre un président américain et un héritier de la dynastie des Kim, l'homme fort de Pyongyang s'était engagé en faveur d'une "dénucléarisation complète de la péninsule coréenne", sans détails ni calendrier. Depuis, les négociations patinent.

Lors de l'adresse de ses voux du Nouvel An, le leader nord-coréen a déclaré qu'il était disposé à rencontrer M. Trump à tout moment mais a aussi averti que Pyongyang pourrait changer d'attitude si Washington maintenait, malgré le rapprochement diplomatique opéré depuis juin, ses sanctions économiques contre la Corée du Nord.

L’arsenal nucléaire nord-coréen a valu à Pyongyang une impressionnante série de sanctions de l’ONU au fil des ans. Pyongyang a effectué six essais nucléaires et développé et testé des missiles balistiques qui, selon des experts, seraient capables d’atteindre le territoire continental des Etats-Unis.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3638

WECF pour un monde sain, durable et équitable

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 09 déc., 2018 19:03:02
VÉRONIQUE YANG

La COP 24 ou 24ème édition de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) se tient à actuellement à Katowice, dans le sud de la Pologne du 2 au 14 décembre. Elle a deux objectifs : faire aboutir les négociations sur les règles d’application de l’Accord de Paris acté lors de la COP 21 en 2015 et avancer sur le dialogue de Talano établi lors de la COP 23 à Bonn, pour la relève de l’ambition d’ici 2020. Son objectif est d'évaluer l’impact des efforts des pays afin de maintenir ou réduire leurs émissions globales pour répondre à l’objectif de -2°C prévu par l’Accord de Paris. A la fin de cet édition, un plan d'action devrait être édité concernant la récolte d'informations concernant le soutien aux travailleurs et communautés en transition, la création de lignes directrices pour les politiques climatiques des différents pays, l'intégration à leurs politiques climatiques d'une référence de transition juste (travail décent, création et maintien d’emplois de qualité) et l'encouragement des entités en charge de la finance climatique avec un mandat pour qu’ils participent à des projets porteurs d’emplois dans les pays en transition vers une économie bas carbone. Pourtant en 2018, les émissions de CO2 sont de nouveau en hausse.

Samedi 8 décembre, une marche mondiale pour le climat a eu lieu En France, à l'appel de 60 associations, des milliers de militants (25 000 pour les organisateurs et 17 000 selon la police) se sont mobilisés pacifiquement, rejoints par les gilets jaunes qui manifestaient pour la 4ème journée.

Une dizaine de jours avant l'ouverture de la COP 24, WECF ( Women in Europe for a Common Future) France a fêté ses 10 ans le jeudi 22 novembre. A cette occasion, s'est tenu un colloque international au Ministère de la Transition écologique et solidaire à Paris, portant sur la santé, patrimoine fragile et enjeu essentiel du développement durable; cette journée avait deux objectifs:

-Explorer avec un panel d’experts reconnus les différents défis à relever pour préserver notre santé face à la dégradation globale de l’environnement liée aux activités humaines.

- Rappeler dix ans d’engagement de WECF France en faveur de la santé environnementale.

L'allocution du Ministre de la transition écologique et solidaire a ouvert cette journée, elle a été suivie de l'intervention de la députée Eisabeth Toutut-Picard, nouvelle présidente du groupe Santé-Environnement et d’une conférence de Maria Neira du Département Santé publique, déterminants sociaux et environnementaux de l’Organisation Mondiale de la Santé.

La protection de la période périnatale face aux expositions chimiques et environnementales ou les impacts des perturbateurs endocriniens a été abordée, avec les interventions de
Jeanne Conry, membre de la Fédération Internationale des Gynécologues Obstétriciens et de Barbara Demeneix, spécialiste des effets des perturbateurs endocriniens sur le système thyroïdien. D'autres experts sont intervenus tels qu'Annie Sasco, épidémiologiste du cancer et membre de son comité d’expertes. Ce fut l'occasion de réunir des acteurs de terrain, du monde de la santé, scientifiques, pouvoirs publics et professionnels pour faire émerger des solutions devenues indispensables pour protéger notre santé.

Depuis dix ans, WECF France fondé par Anne Barre, agit sur le terrain pour construire avec les femmes un monde sain, durable et équitable . L'ONG est présidée depuis 2016 par Véronique Moreira et a développé de nombreux projets comme le Nesting depuis 2008, projet de sensibilisation des futurs et jeunes parents à la création d’un environnement sain pour leur enfant, les campagnes pour des jouets sans danger pour la santé, la mobilisation sur le dossier des perturbateurs endocriniens ou la promotion du rôle des femmes dans la lutte contre le changement climatique. Le Nesting existe aussi dans d'autres pays européens.

WECF est un réseau de 150 organisations féminines environnementales, qui met en œuvre des projets à l’échelle locale et plaide pour des politiques de développement soutenable à l’échelle globale en travaillant dans 4 domaines : eau et assainissement, énergie et changement climatique, agriculture et biodiversité, produits chimiques et santé. Le réseau s’implique dans l’information du grand public et la formation des professionnels en santé environnementale. Il travaille en lien avec de nombreux partenaires : réseaux associatifs, collectivités territoriales, instances officielles.

Durant 10 ans, de nombreuses initiatives ont vu le jour parmi lesquelles :
- Au plan national : 3 PNSE successifs dont le dernier pour la période 2014-2019, la mise en œuvre de la SNPE, les Etats Généraux de l’Alimentation.
- Au plan européen : la mise en œuvre de réglementations chimiques (REACH, biocides, pesticides, etc.) qui joue un rôle majeur, alors qu’une définition réglementaire des perturbateurs endocriniens vient d’être adoptée,
- Au plan international : la Cop21 à Paris et les suivantes consacrées au changement climatique et la prise en compte du genre dans cette thématique, les progrès réalisés grâce aux conventions chimiques (Rotterdam, Stockholm, Bâle) et processus SAICM, les travaux de l’OMS sur le rôle de l’environnement dans les maladies non transmissibles, l’engagement international pris en 2015 en faveur des Objectifs de Développement Durable.
De nombreuses activités de sensibilisation, de formation et de plaidoyer ont été développées comme:
- Projet Nesting : créer un environnement intérieur sain pour son enfant (site internet, ateliers, pédagogie, guides d’information).
- Programme Ma Maison Ma Santé (MMMS)
- Construction d’un réseau d’animatrices et animateurs Nesting et MMMS
- Valorisation d’un réseau de femmes rurales
- Evènements pour réduire les expositions aux polluants en période périnatale (colloques, tables rondes)

- Mobilisation pour réduire l’exposition des enfants aux pollutions environnementales : campagnes pour des jouets sains et éco-conçus (tests, pétitions, évènements), présence de substances chimiques préoccupantes dans des cosmétiques et des textiles, etc.
- Collaboration avec des professionnels de santé : FIGO depuis 2015, etc.
- Formations en santé environnementale à destination de maternités, etc.
- Plaidoyer autour des sujets du quotidien (accès à l’eau et à l’assainissement, alimentation,
produits de consommation courante, circuits courts,)
- Formations et plaidoyer genre et climat (pour des politiques climat intégrant le genre)
- Promotion et sensibilisation autour des ODD;

Ce colloque du 22 novembre qui réunissait 24 intervenants et 167 participants (santé, petite enfance, institutions et société civile) était basé sur la santé, patrimoine fragile et enjeu essentiel du Développement Durable et ses objectifs étaient basés sur une prise de conscience d'un lien entre la santé, l’environnement global et les ODD (qualité de l’alimentation, transition énergétique (bâtiments, etc.), qualité de l’air intérieur et extérieur, commerce international changement climatique etc.) Il a permis de réfléchir sur les avancées des 10 dernières années et les perspectives et solutions aux plans national, européen et international avec la santé pour fil conducteur grâce aux témoignages d'acteurs engagés dans la santé et la prévention, la petite enfance, le développement territorial, l’agriculture de proximité, les professionnels divers (design, industriels, etc.). Il en est sorti les messages forts suivants pour protéger la santé et réaliser les objectifs du développement durable pour 2030:

-Assurer une prise en compte des priorité des femmes dans toutes les politiques aux plans local et international dont l'accès à la terre, à l'eau, la production alimentaire, la protection de la santé, l'adaptation climatique.

-Prendre en compte la biodiversité dans l'aménagement du territoire

-Stopper les exportations de produits chimiques dangereux vers les pays pauvres

-Engager la France, l'Union Européenne et les pays les plus industrialisés dans des politiques fortes en matière de réduction des déchets plastiques sans reporter ces fardeaux sur des pays extérieurs ne pouvant faire face.

-Protéger la santé des plus vulnérables, notamment pendant la période périnatale face aux pollutions environnementales telles que les perturbateurs endocriniens.

-Adopter des réglementations fortes pour prévenir toutes les expositions environnementales en vertu du principe de précaution: radiofréquences, CMR suspectés...

-Réduire les inégalités dont celles environnementales et de santé.

-Révolutionner nos modèles de société pour faire émerger un monde réellement soutenable.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3582

NOVEMBRE - MOIS SANS FUMER: s'arrêter de fumer est toujours une décision difficile

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 07 déc., 2018 13:33:49
Véronique Yang

Pour un fumeur, s'arrêter de fumer est toujours une décision difficile à prendre. Volonté et ténacité sont les deux atouts dans cette situation.

Pour la troisième édition de l'opération "un mois sans tabac" qui a duré tout le mois de novembre dernier, l'heure est au bilan.

Depuis le 22 mars 2018, des traitements de substitution nicotinique à base de gommes à mâcher sont remboursable par la Caisse d'Assurance Maladie et depuis le 16 mai 2018, des patchs. Les patients n'ont plus à avancer les frais de traitement et ce pour une durée adaptée à la dépendance.

Pour les deux opérations précédentes (2016 et 2017), plus de 500 000 personnes s'étaient inscrites, l'argument phare du Ministère de la Santé pour encourager les fumeurs à s'arrêter étant que s'arrêter pendant un mois de fumer multiplie par cinq les chances de s'arrêter définitivement.

Résultat probant en 2016 avec 380 000 tentatives liées à l'opération et 160 000 inscrits en 2017; l'opération a contribué avec les mesures du programme national de réduction du tabagisme (PNRT) à la baisse historique du tabagisme en France : 1 million de fumeurs quotidiens en moins entre 2016 et 2017. Six mois après l'opération, 20% des participants avaient cessé définitivement de fumer, soit 80 000 personnes dont 2/3 d'entre eux ont eu recours à un professionnel de santé, à une aide comme la cigarette électronique ou des substituts nicotiniques, au site internet Tabac info service (application téléchargée par près de 110.000 personnes entre octobre et novembre 2017; si l'arrêt de fumer pour un panel de quatorze personnes avait été bénéfique pour la moitié d'entre elles au bout de six mois, il s'est avéré qu'à la fin du mois de novembre, nombreux d'entre eux avaient une grande difficulté à se passer de la cigarette "du jour au lendemain", préférant un arrêt plus progressif.

L’e-coaching gratuit Tabac info service est un accompagnement 100% personnalisé adapté aux besoins, motivations, inquiétudes et habitudes de vie. Il faut d'abord trouver un tabacologue qui aide à mieux gérer son arrêt, se poser la question pour choisir le meilleur moyen d'arrêter et la manière la plus appropriée à sa personnalité. La préparation et la motivation sont les deux atouts les plus importants. Pour les personnes dépendantes, il est utile d'accompagner cette décision d'un traitement (substituts ou traitements médicamenteux) visant à atténuer ou faire disparaître les éventuels effets désagréables liés à l’arrêt, des thérapies comportementales et cognitives sont efficaces pour aider à ne pas craquer, à rompre avec ses habitudes ou à gérer son stress, enfin de nouvelles techniques voient chaque année le jour. Pour d'autres déjà utilisées, l'efficacité ou l'inefficacité n'ont pas été prouvées; c'est le cas de l'acupuncture, la mésothérapie , l'homéopathie ou l'hypnose qui pourtant restent de bons moyens d'accompagnement tout comme la relaxation, certains médicaments contre l’anxiété, l’utilisation de certaines plantes relaxantes. Il faut aussi se méfier des méthodes sans fondement scientifique qui peuvent s'avérer être de véritables arnaques et gouffres financiers.

Pour l'année 2018, 242 579 personnes se sont inscrites au programme "Mois sans Tabac" et même si le programme 2018 est terminé, il est toujours possible de se connecter sur la page Facebook Tabac Info Service pour rejoindre la communauté et trouver le soutien pour ne pas craquer. On peut aussi appeler le 3989 ou télécharger gratuitement l'application contenant un programme d'e-coaching 100% personnalisé, des conseils de tabacologues, des astuces et des mini-jeux, des vidéos de soutien et le suivi des bénéfices de l'arrêt au quotidien (économies et santé).

La réussite de l'opération est liée à la participation de partenaires qui se sont mobilisés sur le terrain, aux professionnels de santé, mais aussi aux entreprises et associations qui fédèrent le plus d’acteurs possible autour de la lutte contre le tabagisme. Une documentation gratuite et des outils sont est mis à disposition . Par ailleurs, de nombreuses manifestations ont été organisées durant le mois: Course, événement festif, stand d’information, consultation. En France, 57% des fumeurs déclarent vouloir arrêter de fumer. Quelque soit le secteur auquel ils appartiennent, on peut les aider grâce à 212 partenaires, des pilotes nationaux et régionaux, des ambassadeurs. Plus de 8 500 comptes ont été ouverts sur le site Mois sans tabac et plus de 1 800 000 commandes sur le site partenaires (kits, affiches, …) dont 347 855 kits #MoisSansTabac ont été effectuées.

Rendez-vous donc l'année prochaine pour une quatrième édition avec des nouveautés et encore plus de candidats prêts à s'arrêter de fumer.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3573
Suivant »