JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

Les deux Corées s'engagent pour la paix sans nucléaire

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 28 avril, 2018 09:40:41
GABRIEL MIHAI

En franchissant vendredi la ligne de démarcation pour entrer en Corée du Sud, Kim Jong-Un s’est déclaré "submergé par l’émotion" il était, il est vrai, le premier dirigeant nord-coréen à faire ce pas depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. L’émotion a été partagée par beaucoup de celles et ceux qui ont vu ces images.

La Corée du Sud et la Corée du Nord confirment l'objectif commun d'obtenir, au moyen d'une dénucléarisation totale, une péninsule coréenne non nucléaire", ajoutent-ils.

Les deux voisins ont indiqué qu'ils chercheraient à rencontrer les États-Unis, peut-être aussi la Chine, "en vue de déclarer la fin de la guerre et d'établir un régime de paix permanent et solide" sur la péninsule.

Les deux hommes se sont ensuite installés face à face autour d'une table ovale, selon des images diffusées à la télévision. Ils ont souligné qu'ils espéraient "des résultats positifs" de ce sommet.

Après avoir signé ce texte, les dirigeants Kim et Moon se sont donné l'accolade, au terme d'une journée de chaleureux témoignages d'amitié entre deux hommes qui ont partagé dans la soirée un banquet en compagnie de leurs épouses.

M. Moon a dit à son visiteur qu'il pourrait lui "montrer des choses bien meilleures que celles-ci si vous venez à la Maison bleue", la présidence sud-coréenne, a dit le porte-parole. "Vraiment? ", a répondu M. Kim. "J'irai à la Maison bleue à tout moment si vous m'invitez".

Kim Jong Un, assis à côté de sa soeur Kim Yo Jong, a ajouté qu'il pensait que cette réunion pourrait aider à "rattraper le temps perdu". Il a également plaisanté au sujet des nouilles traditionnelles nord-coréennes emportées de Pyongyang pour le banquet du soir, espérant qu'elles plairaient au président sud-coréen.

Pour ce dernier, la venue du dirigeant nord-coréen est un acte "courageux" et un "symbole de paix".

Après ce sommet, les deux leaders ont planter un pin datant de 1953. Ils ont assister ensuite à un banquet.

Ce sommet, qui doit être le prélude d'un face-à-face très attendu entre Kim Jong-un et le président américain Donald Trump, a suscité un concert de louanges dans les capitales étrangères. Donald Trump a salué une rencontre "historique", soulignant "l'enthousiasme" de Pyongyang en faveur d'un accord tout en avertissant qu'il ne se ferait "pas avoir" par Kim Jong-un, avant leur rencontre très attendue. Il a aussi remercié Pékin pour son "aide précieuse".

La Chine a mis en exergue le "courage" des deux dirigeants, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a évoqué "un pas positif" et le Kremlin a accueilli "des nouvelles très positives".

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a salué "le courage et le leadership" des deux dirigeants lors d'un sommet "réellement historique". Ils ont montré que "le chemin vers la paix est possible, contre toute attente", s'est réjouie la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3109

Commémoration du génocide arménien

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 26 avril, 2018 21:29:43
VÉRONIQUE YANG

Mardi 24 avril, la Maire de Paris a reçu en fin de matinée la communauté arménienne à l 'Hôtel de Ville à l'occasion de la commémoration du génocide des Arméniens. En début de soirée, à 18h, elle s'est rendue Place du Canada pour une cérémonie devant la statue du Père Komitas, victime en 1915 de la rafle des 800 intellectuels.

Le père Komitas, de son véritable nom Soghonom Soghonomian est né en 1869 dans une famille modeste qui aimait la musique. Il perd sa mère alors qu'il n'a qu'un an puis son père à l'âge de 11 ans. Il Il fait des études de théologie et est ordonné prêtre en 1892, un an plus tard, il es nommé professeur de musique du collège d'Etchmiadzine puis docteur en théologie en 1896; il continue sa formation à Berlin en 1899. Trois ans plus tard, il est docteur en musicologie. Fondateur du mouvement arménophile en France, il rentre dans son pays en 1907 puis crée une école de musique à Constantinople en 1910 et en 1914, il retourne à Paris donner un concert puis un autre à Constantinople le 13 avril 1915 avec 300 choristes. Onze jours après, le 24 avril 1915 commence le premier génocide du XXème siècle, le père Komitas est arrêté dans la rafle de 800 intellectuels puis déporté au camp de Tchanguiri dans les déserts de l'Empire Ottoman. Grâce à l'intervention de diplomates occidentaux dont l'ambassadeur américain, il est libéré mais a perdu la raison. En 1919, après hospitalisation dans son pays, il est transféré en France à Ville Evrard puis à l'hôpital psychiatrique de Villejuif où il meurt le 15 octobre 1935. Il est enterré en Arménie en 1936. Une statue est érigée à Erevan et une autre à Paris dans le 8ème arrondissement.

Pour le 103ème commémoration du génocide arménien, Anne Hidalgo a tenu à rappeler l'engagement de Paris envers les ressortissants arméniens; elle a rappelé le devoir de mémoire et a souligné la violence utilisée à leur égard par le régime Jeune-Turc en 1915/1916 puis encore jusqu'à nos jours par le régime du Président Erdogan qui ne reconnait pas le génocidetrs. Elle a aussi évoqué devant la communauté et les co-présidents du CCAF (Conseil de Coordination des organisations Arméniennes en France) Mourad Papazian et Ara Toranian mais aussi Viguen Tchitetchian, ambassadeur d'Arménie en France, les liens forts qui lient les deux pays.

Ara Toranian a tenu à dénoncer l'assassinat des Assyro-Chaldéens pendant le génocide de 1915 et des grecs pontiques ainsi que des progressistes kurdes par les turcs. Il a aussi salué les autres communautés victimes de génocides telles que les juifs, les tutsi et les chypriotes dont les représentants étaient présents à l'Hôtel de Ville. Il a aussi évoqué la démission de l'ancien Président devenu Premier Ministre Serge Sakissian.

La cérémonie du soir devant la statue de bronze du Père Komitas réalisée par David Yerevantsi et inaugurée en 2003 par les présidents Chirac et Kotcharian en présence de Patrick Devedjian, Bertrand Delanoe, Charles Aznavour et l'éditeur turc Ragip Zarakolu a réuni la maire de Paris, Anne Hidalgo, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, Jeanne d'Hauteserre, maire du 8ème arrondissement, les co-présidents du CCAF, Mourad Papazian et Ara Toranian ainsi que le député Jacques Marilossian, président du groupe d'amitié France-Arménie, qui représentait le Président Macron en visite officielle aux Etats-Unis. Des gerbes ont été déposées avant les discours par les personnalités au pied de la statue du Père Komitas. Le message d'Emmanuel Macron adressé au Président de la République d'Arménie, Armen Sarkissian a été lu par le député. Dans le public, de nombreux élus étaient présents ainsi que des personnalités de tout bord parmi les plus de 5 000 personnes qui s'étaient déplacées pour l'occasion.

Après les discours, une marche de revendication s'est dirigée dans le calme jusqu’aux Champs Elysées, à deux pas de l’ambassade de Turquie. Un discours des représentants du Nor Seround et de Nazarpek a été prononcé à la fin.

Le Président Macron qui a fait la promesse dans sa campagne d'inscrire au calendrier une journée pour la commémoration du génocide arménien s'est engagé lors du dîner annuel du CCAF à soutenir ce projet. Il se rendra d'ailleurs en Arménie en octobre prochain pour une visite d'état qui correspondra au Sommet de la Francophonie.Le ministre des Affaires Etrangères se rendra lui à Erevan pour les 100 ans de la capitale.

Par ailleurs, l'école Tumo créée en 2011 à Erevan par un couple de riches mécènes arméno-américains, Sam et Sylvia Simonian, via la fondation Simonian Educationnal Foundation ouvrira un autre établissement à Paris en septembre prochain. On en espère aussi une implantation à Los Angeles.

Cette école, mélange d'une école d’art et d'une école de codage informatique est unique au monde et s’adresse aux adolescents de 11 à 18 ans en leur proposant de développer gratuitement après lécole des centres d'intérêt (robotique, jeux vidéo, vidéo et musique), les élèves s’inscrivent à un cours par semaine, au choix et peuvent travailler sur les 385 ordinateurs que propose l'école. Au bout de deux ans, le cycle est bouclé par un projet final.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3105

"No money for terror", conférence de lutte contre le financement de Daech et d'Al-Qaïda

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 25 avril, 2018 21:13:53
Gérard CROSSAY


Mercredi 25 et jeudi 26 avril se tient à Paris une conférence mondiale sur le financement du terrorisme international en particulier du groupe Etat islamique (EI) et d'Al-Qaïda, et sur les façons de l'entraver.

Près de 500 experts, 80 ministres de 72 pays ainsi que 12 organisations internationales - G7, G20, GAFI, FMI, Banque mondiale, ONG, … - vont confronter leurs expériences, échanger des informations et tenter de parvenir à un ensemble de « bonnes pratiques » qui pourraient par la suite être globalisées, par exemple au niveau des Nations Unies, a précisé l'Élysée.

Le président français Emmanuel Macron avait annoncé la tenue de cette conférence lors de son discours aux ambassadeurs de France réunis à Paris fin août, conférence, baptisée "No money for terror".

C'est une conférence de mobilisation politique au niveau planétaire qui souligne la volonté d'un engagement renouvelé au service du multilatéralisme cher au Président français.

La menace terroriste n'est pas déclinante, Daech, Al Quaïda, Boko Haram continuent à s'organiser et sont présents sur internet et les réseaux sociaux. Des groupes très actifs et menaçants captent des fonds et les font circuler, se jouant des frontières, utilisant les techniques les plus sophistiquées (transferts anonymes, portefeuilles électroniques, cartes prépayées), recourant au crowdfunding, au blanchiment de l'argent de la criminalité, au trafic lucratif d'oeuvres d'art.

De 2014 à 2016 », Daech a accumulé un énorme trésor de guerre, de l'ordre d'un milliard de dollars par an.

« La victoire militaire contre le « califat » est un succès important », a commenté mardi l'Élysée, « mais elle ne nous prémunit ni contre la résurgence de Daech, ni contre l'activité des groupes et individus ayant prêté allégeance à cette organisation ou à Al-Qaïda ».

Les travaux de cette conférence se tiennent dans les locaux de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), à huis clos, à l'exception d'un discours de conclusion de M. Macron.

La journée de mercredi est consacrée à trois tables rondes animées notamment par Bruno Dalles, directeur de la cellule antiblanchiment du ministère français des Finances (Tracfin), François Molins, procureur de la République, ou Emmanuel Moulin, directeur de cabinet du ministre français des Finances.

La journée de jeudi sera ouverte par Peter Neumann, directeur de l'International center for the study of radicalisation du King's College de Londres, auteur en août d'une étude remarquée intitulée « Don't follow the money » (« Ne suivez pas l'argent », en référence au mantra du film américain « Les hommes du président », « Follow the money »), dans laquelle il estimait que « la guerre au financement du terrorisme telle qu'elle est menée depuis 2001 a souvent été coûteuse et improductive ».

Souvent, les attentats ou tentatives de ces dernières années dans le monde ont mobilisé de très petites sommes d'argent, difficiles voire impossibles à tracer et repérer à l'avance.

En janvier 2015, une chercheuse norvégienne, Emilie Oftedal, a étudié 40 cellules terroristes qui ont, entre 1994 et 2013, organisé ou tenté d'organiser des attentats en Europe. Dans les trois-quarts des cas, le montant des sommes en jeu n'a pas dépassé dix mille dollars.

« Les terroristes collectent, transfèrent et dépensent l'argent de façon remarquablement ordinaire », écrivait-elle dans son rapport. « La source de financement la plus fréquente sont les salaires et les économies des membres, suivie par la petite délinquance ».

« Les attentats qui ont été commis sur le sol européen ou nord-américain coûtent certes très peu d'argent », a admis une source élyséenne. « Mais les groupes terroristes, qu'ils soient au Levant, au Sahel ou en Asie se comportent comme des organisations, qui ont des coûts de fonctionnement, de structure. Il faut recruter, former, équiper. Oui, il y a le terrorisme low cost, mais il faut aussi traiter du financement de ces organisations ».

La Syrie n'a pas été invitée, ni l'Iran (pays placé sur la liste noire du GAFI), mais un dialogue exige entre MM. Rohani et Macron. De façon surprenante, Israël n'aenvoyé aucun ministre.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3104

Obsèques de Barbara Bush

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 23 avril, 2018 14:18:03
Véronique YANG


Barbara Bush, femme de l'ancien président américain George H. W. Bush et mère de l'ancien président George W. Bush, est décédée mardi 17 avril 2018 à 92 ans alors qu'elle avait décidé l'arrêt de son traitement médical et le recours aux soins palliatifs .

Les obsèques ont eu lieu samedi 21 avril à léglise épiscopale Saint-Martin de Houston, au Texas en présence de quatre anciens présidents dont son mari et son fils et un millier d'invités. Toutefois, une grande absence a été remarquée, celle de l'actuel Président , Donald Trump, mais ce dernier a été représenté par son épouse Mélania. Les raisons invoquées ont été celles de la sécurité mais depuis l'annonce de la mort de Barbara Bush, les drapeaux de la Maison Blanche et de la résidence en Floride de Mar-a-Lago ont été mis en berne. L'absence du président Obama en 2011 et 2016 lors de obsèques de Betty Ford et Nancy Reagan avait aussi été remarquée.

Il semblerait que les tensions entre le clan Bush et le président Trump datent de la campagne présidentielle de 2016 où Jeb Bush était son concurrent direct dans la course à l'investiture républicaine. Pour soutenir son fils, l'ex première dame n'avait pas hésiter à traiter Donald Trump de "Showman" et de surcroît, son mari a déclaré qu'il avait voté pour Hilary Clinton.

Pour les obsèques de Barbara Bush, les couples Clinton et Obama étaient présents aux côtés de la famille des deux anciens présidents Bush. L'ex président Carter, en déplacement à l'étranger n'a pu être présent.

Barbara Bush était une femme très respectée de tous les milieux politiques, elle avait aussi créé une fondation qui lutte contre l'analphabétisme.

Elle avait rencontré H.W. Bush en 1945 alors qu'elle l'avait rencontré à l'âge de 16 ans puis la famille s'est installée au Texas. Ils ont eu 5 enfants, 17 petits enfants et 17 arrière-petits enfants, ils restèrent mariés pendant 73 ans. Depuis plusieurs années, l'ex première dame souffrait de la thyroide, la maladie a finalement eu raison d'elle mardi dernier, elle s'est éteinte chez elle entourée de ses proches.

Après la cérémonie religieuse, le convoi s'est rendu à College Station, à 140km de Houston où Barbara Bush a été enterrée sur le site de la Bibliothèque présidentielle de H.W. Bush, qui atteint de la maladie de Parkinson depuis plusieurs années ne peut se déplacer qu'en fauteuil roulant.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3098

Le prince Charles prendra la succession d’Élizabeth II à la tête du Commonwealth

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 21 avril, 2018 03:30:04
GABRIEL MIHAI

Les dirigeants du Commonwealth sont tombés vendredi d'accord pour que le prince Charles succède à sa mère la reine Elizabeth II à la tête du Commonwealth.

Elizabeth, qui aura 92 ans aujourd’hui, avait exprimé jeudi le souhait que son fils aîné prenne sa succession. "Je souhaite sincèrement que le Commonwealth continue d'offrir stabilité et continuité pour les générations futures et décide qu'un jour, le prince de Galles poursuive cet important travail", avait-elle déclaré.

Elizabeth avait pris la tête du Commonwealth, qui regroupe 53 pays anciennement colonisés par le Royaume-Uni, à la mort de son père, le roi George VI, en 1952.

Plusieurs dirigeants avaient apporté publiquement leur soutien à Charles, à l'instar de la Première ministre britannique Theresa May et de son homologue canadien Justin Trudeau.

Charles "est un fier partisan du Commonwealth depuis plus de quatre décennies", a déclaré Mme May en fin d'après-midi. "Il est juste qu'il continue un jour l'oeuvre de sa mère".

Les dirigeants du Commonwealth ont discuté de la question lors d’une rencontre qui s’est tenue derrière des portes closes, vendredi au Château de Windsor.

Cette fonction ne serait pas revenue automatiquement au prince de Galles, certains proposaient qu’elle soit attribuée en alternance parmi les 53 leaders du Commonwealth.

Cela faisait 20 ans que la rencontre bisannuelle n’avait pas eu lieu en Grande-Bretagne. Le prochain sommet se tiendra en Malaisie en 2020.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3093

Macron,Bill et Melinda Gates aident les pauvres de l'Afrique

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 17 avril, 2018 02:27:22
GABRIEL MIHAI

Le milliardaire américain a tenu à féliciter le président de la République française pour son « engagement en faveur du développement », en Afrique.

Bill Gates le fondateur de Microsoft a salué ce lundi « l'engagement » d'Emmanuel Macron « en faveur » des pays en voie de développement, après un entretien avec le chef de l'État à l'Élysée.

Le milliardaire américain a déclaré à la presse après une poignée de main échangée avec M. Macron sur le perron de l'Élysée, « J'ai apprécié l'opportunité de voir le président Macron. Moi et Melinda avons eu une bonne réunion avec lui, à discuter de son engagement en faveur du développement, du travail que nous faisons ensemble, notamment en Afrique, dans la région du Sahel, sur des problématiques comme la santé et l'agriculture ».

« Nous sommes ravis de la relation que nous avons et de notre engagement grandissant pour améliorer la situation des pays en développement de l'Afrique», a-t-il ajouté.

Bill Gates a notamment participé au sommet sur le climat organisé le 12 décembre par la France pour conserver intacte leur attention face au réchauffement de la planète, et a tenu à féliciter le président de la République française pour son engagement de reagir réellement.

Le milliardaire a dirigé Microsoft de 1975 à 2000, dans le même année (2000) a fondé avec son épouse Melinda, la fondation philantropique spécialisée dans la santé, l'éducation et l'environnement dans les pays les plus pauvres, en particulier en Afrique.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3085

Emmanuel Macron a accueilli Justin Trudeau pour défender le CETA et lutter contre le climat

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 17 avril, 2018 00:52:06
GABRIEL MIHAI

Réunis à Paris ce lundi 16 avril, Emmanuel Macron et Justin Trudeau pour défendant conjointement le CETA, ils portent, à nouveau, un rude coup au climat.

En visite officielle en France, le Premier ministre canadien a rencontré le président français, l'occasion pour les deux hommes d'état d'afficher leur bonne entente et de vanter les mérites du Ceta, le traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada.

Le CETA, cet accord de commerce et d'investissement entre l'UE et le Canada a été reconnu comme n'étant pas compatible avec la lutte contre les dérèglements climatiques par de nombreux experts.

Ce texte controversé, critiqué par les agriculteurs français, est entré provisoirement en vigueur en septembre dernier.

Entre temps, rien n'a changé. Ni dans le CETA, ni dans la politique commerciale de la France et de l'Union européenne.

Emmanuel Macron affirmait en 26 septembre dernier, de ne pas vouloir « de discussions commerciales avec les règles d'hier, qui nous ont conduits à ces situations absurdes que nous avons aujourd'hui sur l'accord entre l'Europe et le Canada ».

"En 2017, les importations du Canada en provenance de la France ont progressé de 4% par rapport à l'année précédente. Les investissements canadiens en France ont quant à eux augmenté de 23%. On voit déjà avec seulement 4 ou 5 mois de mise en vigueur l'année passée du Ceta, on voit déjà les résultats", s'est réjouit Justin Trudeau.

Le duo franco-canadien a également annoncé la création d'un partenariat bilatéral sur l'environnement et le climat.

"Ce texte ambitieux vise à apporter une réponse coordonnée à l'enjeu que représente le changement climatique et nous y prévoyons une série d'actions communes, sur les transports internationaux, l'organisation d'un séminaire euro-canadien sur la tarification carbone", a souligné le président français.

Emmanuel Macron et Justin Trudeau ont tour à tour insisté sur leur volonté de concrétiser l'accord de Paris de 2015, qui vise à limiter le réchauffement climatique.

Comment Emmanuel Macron et Justin Trudeau peuvent-ils prétendre porter une vision pour le Monde et la planète alors qu'ils soutiennent des accords de commerce et d'investissement qui fragilisent les sociétés et accentuent le dérèglement climatique?



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3084

Conchita Wurst a choqué ses fans en avouant avoir le VIH

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 16 avril, 2018 21:58:20
GABRIEL MIHAI

Ce lundi, Conchita Wurst a choqué ses fans en avouant qu'il était porteur du VIH.

Au moins 32.000 fans ont découvert sur son compte instagram la verité, celui qui avait remporté l'Eurovision en 2014 pour l'Autriche avec «Rise Like a Phoenix» est porteur du VIH .

Il a précisé souffrir du virus depuis plusieurs années et son «coming-out» est surtout du à une forme de chantage. Un de ses ex-amis l'a en effet menacé de rendre cette information publique. Conchita Wurst a préféré s'y résoudre plutôt que laisser ce soin à un tiers, comme il l'explique dans son message.

«Je suis en bonne santé et je suis plus fort, plus motivé et plus libéré que jamais», a assuré la diva autrichienne de 29 ans, qui a précisé que le HIV dans son organisme était «depuis de nombreuses années et sans interruption sous le seuil de détection».

Il espère également que son geste «donnera courage et sera une nouvelle mesure contre la stigmatisation de personnes qui ont été infectées par le VIH par leur propre comportement ou sans que ce soit leur faute».






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3083

Un dernier hommage à Winnie Mandela alias Mama Winnie

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 15 avril, 2018 17:34:15
GABRIEL MIHAI

Escorté par des motards, le cercueil de «Mama Winnie», recouvert du drapeau sud-africain, a quitté samedi matin son domicile de Soweto.

Des dizaines de milliers de personnes ont rendu un dernier hommage samedi, dans le ghetto sud-africain de Soweto, à Winnie Madikizela-Mandela, l'égérie populaire, mais controversée de la lutte contre l'apartheid.

Cette cérémonie conclut dix jours de deuil national décrétés en souvenir de celle qu'on surnommait le «roc», «la Mère de la nation», la «libératrice» ou l'«héroïne», décédée le 2 avril à 81 ans des suites d'une longue maladie.

La banlieue pauvre de Johannesburg à laquelle elle est restée fidèle toute sa vie. Arrivée au stade d'Orlando, à quelques kilomètres de là, la dépouille a été saluée par quelque 20 000 personnes en deuil qui, le poing levé, ont entonné à pleins poumons une chanson de la lutte «Il n'y a personne comme Winnie Mandela».

Zenani Mandela-Dlamini a profité de son discours pour s'en prendre violemment à ceux qui ont « diabolisé » l'image de sa mère, elle qui a combattu et « triomphé » de « l'un des régimes les plus puissants et cruels du siècle dernier ».

« C'est ma mère qui a gardé vivante la mémoire de mon père » Nelson Mandela pendant ses 27 années de détention avant qu'il ne devienne président en 1994, a rappelé sa fille aînée, Zenani Mandela-Dlamini, entre les « Viva Winnie, Viva » de la foule.

C'est elle qui « a gardé son nom sur les lèvres des gens, qui a gardé sa mémoire dans le coeur de gens », a-t-elle ajouté, devant le cercueil drapé des couleurs de l'Afrique du Sud et posé au centre du stade.

« Pourquoi ne pas avoir fait de même pour ses homologues masculins et rappeler au monde les nombreux crimes qu'ils ont commis avant d'être appelés saints », a-t-elle dénoncé, regrettant la différence de traitement entre hommes et femmes.

Winnie Mandela a été mise en cause dans les exactions commises par sa garde rapprochée, le « Mandela United Football Club », qui a fait régner la terreur à Soweto à la fin des années 80.

«Mama s'est battue pour notre liberté. C'est essentiel de lui rendre hommage», a expliqué à l'AFP Mufunwa Muhadi, 31 ans, vêtue de noir et d'une coiffe colorée, la tenue choisie par de nombreuses Sud-Africaines pour rendre hommage à «Winnie». «Elle était un de nos meilleurs soldats. Elle s'est battue du début à la fin. Pars en paix Maman. Tu as joué ton rôle», a salué un autre spectateur en deuil, Brian Magqaza, 53 ans.

Plusieurs dirigeants étrangers, dont les chefs d'État congolais Denis Sassou Nguesso et namibien Hage Geingob, étaient attendus à la cérémonie, où le président sud-africain Cyril Ramaphosa devait prononcer l'éloge funèbre. Des personnalités comme Jesse Jackson, militant emblématique des droits civiques aux Etats-Unis, ont eux aussi assisté aux obsèques. «Elle n'a jamais cessé de se battre», avait salué vendredi le pasteur, âgé de 76 ans.

Elle a été condamnée en appel à deux ans de prison avec sursis et une amende pour l'enlèvement en 1988 de quatre jeunes hommes, dont l'un, Stompei Seipei, est ensuite décédé.

Près d'un quart de siècle après la fin officielle de l'apartheid en 1994, les motivations de ce groupe restent toujours mystérieuses. Selon un ancien policier repenti, le régime blanc l'avait infiltré.

« Rempart » contre l'apartheid, Winnie Mandela a « montré le chemin dans les périodes les plus difficiles », a pour sa part salué le président sud-africain Cyril Ramaphosa lors d'une cérémonie à forte connotation politique.

« Alors que nous lui disons adieu, nous devons reconnaître que trop souvent (...) nous n'étions pas à ses côtés », a-t-il concédé. « Je suis désolé Mama que ton organisation (le Congrès national africain, ANC, au pouvoir) ait tardé à t'honorer comme il se doit. »

Pendant les vingt-sept années de détention de Nelson Mandela, Winnie Madikizela Mandela a entretenu la flamme de la résistance à l'apartheid, malgré les tortures, la solitude, les humiliations et les séjours en prison.

Dans une veine similaire, Julius Malema, le chef du parti de la gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF), très proche de Winnie Mandela, a dénoncé ceux qui l'ont trahie et la pleurent aujourd'hui.

Elle est restée « révolutionnaire » jusqu'à sa mort, « elle ne s'est jamais fait acheter », a lancé Julius Malema entre de nombreux chants de lutte entonnés par le stade.

Dans les tribunes, les admirateurs de « Mama Winnie » étaient venus célébrer son héritage.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3079

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené des frappes en Syrie dans la nuit de vendredi à samedi

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 14 avril, 2018 14:43:53
GABRIEL MIHAI

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené samedi des frappes ciblées contre la Syrie pour punir le régime de Bachar el-Assad accusé par Donald Trump d'avoir mené des attaques chimiques «monstrueuses».

«J'ai ordonné aux forces armées des Etats-Unis de lancer des frappes de précision sur des cibles associées aux capacités du dictateur syrien Bachar el-Assad en matière d'armes chimiques», a lancé M. Trump. «Une opération combinée est désormais en cours avec la France et le Royaume-Uni, nous les remercions tous les deux», a-t-il ajouté.

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?
Après les frappes occidentales sur la Syrie contre son allié Bachar el-Assad, que va faire la Russie ? Une escalade militaire est peu probable et Moscou devrait se contenter de protestations diplomatiques, selon les experts.

Dans une première réaction, le président Vladimir Poutine a vivement dénoncé les frappes, mais il n'a annoncé aucune mesure particulière de rétorsion, se bornant à demander la convocation d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

A peu près tout le monde est d'accord pour dire qu'une réponse militaire de la Russie est impossible, cela serait très dangereux et pourrait aboutir à un résultat contraire à celui recherché». «Une réponse à caractère militaire n'est pas envisagée», estime aussi Alexandre Choumiline, du Centre d'analyse des conflits du Proche-Orient à l'Institut des Etats-Unis et du Canada.

Marine Le Pen a déploré ces frappes au micro de RTL. "Je suis désolée, je ne peux pas m'empêcher de me souvenir des armes de destruction massive et des fioles que l'on agitait sous le nez de l'opinion publique pour justifier le déclenchement de la guerre en Irak, dont nous connaissons les conséquences catastrophiques, y compris directement pour les Français puisque ça a été à l'origine des vagues migratoires massives que nous avons vu déferler. Et surtout du renforcement de l'État islamique puisque cette région a été totalement déstabilisée du fait de ces interventions."

François Hollande a jugé l'opération du trio occidental "doublement justifiée [...] parce qu'il y a eu utilisation de l'arme chimique contre des enfants, des innocents, des femmes, en aucune manière des combattants" et parce que "le régime syrien, avec la complicité de son allié russe, a menti : il devait y avoir destruction des armes chimiques, refus de l'utilisation de ce type de procédé. Hélas, on a vu qu'il n'en était rien".

Mais "des frappes ne suffisent pas", poursuit l'ancien président qui plaide pour "un droit de suite, une pression diplomatique et politique pour qu'une issue soit trouvée au conflit syrien". "Il faut avoir une cohérence dans l'action et un objectif qui est de faire pression sur la Russie et l'Iran. Cette solution politique, qui ne peut se faire que dans le cadre de Genève, a trop tardé", souligne François Hollande.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi que la France participait à l'opération avec les États-Unis et le Royaume Uni en Syrie car Paris et ses alliés ne peuvent «tolérer la banalisation de l'emploi d'armes chimiques».

Le communiqué de l'Elysée précise que «la France et ses partenaires reprendront, dès aujourd'hui, leurs efforts aux Nations unies pour permettre la mise en place d'un mécanisme international d'établissement des responsabilités, prévenir l'impunité et empêcher toute velléité de récidive du régime syrien».

Pour Emmanuel Macron, «les faits et la responsabilité du régime syrien ne font aucun doute» concernant la mort «de dizaines d'hommes, de femmes et d'enfants» dans une attaque «à l'arme chimique» le 7 avril à Douma.


La Première ministre britannique Theresa May a justifié samedi la participation britannique à des frappes militaires en Syrie, aux côtés des États-Unis et de la France, en estimant qu'il n'y avait «pas d'alternative à l'usage de la force».
«Il n'y a pas d'alternative à l'usage de la force pour dégrader et empêcher le recours à des armes chimiques par le régime syrien», a affirmé la cheffe du gouvernement dans un communiqué, rendant Damas responsable d'une attaque chimique présumée dans la ville de Douma samedi 7 mars, qui a fait «jusqu'à 75 morts». «Nous avons cherché tous les recours diplomatiques», ajoute-t-elle, «mais nos efforts ont été constamment déjoués».
En conséquence, Theresa May explique qu'elle a autorisé les forces armées britanniques à conduire «des frappes ciblées et coordonnées» contre les capacités militaires chimiques du régime de Bachar al-Assad, afin de «prévenir» leur usage.
Elle accuse Damas d'avoir recours à des armes chimiques «contre son propre peuple», de la manière «la plus cruelle et la plus odieuse qui soit».
L'intervention militaire a donc été décidée, selon elle, aussi bien pour «protéger des personnes innocentes en Syrie», que pour empêcher «l'érosion des normes internationales» interdisant le recours à des armes chimiques.


Les experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques vont poursuivre leur mission d'enquête sur l'attaque chimique présumée de Douma malgré les frappes aériennes occidentales ciblées lancées samedi en Syrie, a annoncé l'OIAC.

"L'équipe d'enquêteurs de l'OIAC va continuer son déploiement" en Syrie "afin d'établir les faits relatifs aux allégations d'utilisation d'armes chimiques à Douma", a déclaré l'organisation dans un communiqué.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3078

Drame en Algérie: 257 morts dans le crash d'un avion près de la base aérienne de Boufarik

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 11 avril, 2018 18:00:42
GABRIEL MIHAI

Un avion de l'armée algérienne s'est écrasé mercredi peu après son décollage de la base aérienne de Boufarik, à une trentaine de km au sud d'Alger, faisant 257 morts, majoritairement des militaires.

Les victimes sont majoritairement des militaires et des membres de leurs familles, a annoncé le ministère algérien de la Défense dans un communiqué. Les victimes sont les dix membres d'équipage et 247 passagers, "dont la plupart sont des personnels de l'Armée nationale populaire ainsi que des membres de leurs familles", précise le ministère, sans faire état d'éventuels survivants.

Les flammes qui ont ravagé la quasi-totalité de l’avion sont désormais éteintes. L’épave calcinée et noircie de l’appareil gît dans une zone inhabitée, un champ situé à une centaine de mètres des murs d’enceinte de la base aérienne.

Le vice-ministre de la défense algérien, également chef d’état-major de l’armée nationale populaire, le général Ahmed Gaïd Salah, s’est rendu sur les lieux de l’accident et a ordonné la mise en place « immédiate d’une commission d’enquête afin de déterminer les circonstances de l’accident ».

L’appareil est un Iliouchine IL-76, un quadriréacteur civil ou militaire de fabrication soviétique puis russe. Selon le site Internet du constructeur, l’IL-76 peut transporter entre 126 et 225 passagers, selon les versions.

L’appareil assurait un vol Boufarik-Tindouf-Béchar. Tindouf, à 1 800 km d’Alger, près des frontières du Maroc et du Sahara occidental, abrite de nombreux camps de réfugiés sahraouis, ainsi que le siège d’administration de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), proclamée en 1976 par les indépendantistes du Front Polisario. Béchar, à 1 000 km environ au sud-ouest d’Alger, abrite une importante base militaire, près de la frontière, fermée, entre l’Algérie et le Maroc, les deux frères ennemis du Maghreb.

Des télévisions algériennes diffusent des images de l'appareil en flammes. Sur ces images, une fumée noire s'élève aux abords d'une autoroute et une foule de badauds et de responsables de la sécurité se tenant dans un pré aux alentours du site du crash.

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a décrété mercredi, un deuil national de trois jours, suite au crash d'un avion des forces aériennes de l'Armée nationale populaire à Boufarik (Blida), annonce la présidence de la République dans un communiqué repris par l'APS.

"A la suite du crash d'un Iliouchine des forces aériennes aujourd'hui à

Boufarik faisant 257 victimes, le Président de la République, Abdelaziz

Bouteflika, a décrété un deuil national de 3 jours à compter de ce jour", précise la même source.

"Le président de la République a également ordonné l'organisation, vendredi 13 avril 2018, de la prière de l'absent à la mémoire des victimes", ajoute le communiqué.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3074

Emmanuel Macron a reçu le roi Mohammed VI

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 11 avril, 2018 12:15:52
Véronique YANG

Après avoir rencontré le premier ministre libanais Saad Hariri à la Conférence du Cèdre en soutien à l'économie le 6 avril dernier, le président français a reçu le roi Mohammed VI du Maroc à l'Elysée avant la réception du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, en visite officielle à Paris pour 3 jours.

Le monarque marocain est à Paris depuis qu'il a subi une opération du coeur dans une clinique parisienne en février dernier. Très grand ami de la France, il aime passer dans le château qu'il a acquis en Picardie.

Durant cette rencontre qui n'était pas prévue, le président Macron et le roi Mohammed VI ont longuement discuté de la situation au Moyen Orient pour laquelle leurs idées se rencontrent et de questions d'ordre régional et international comme la lutte contre les migrations illégales, la situation en Libye et en Syrie et la lutte contre le terrorisme. Les échanges économiques étaient aussi à l'ordre du jour.

Emmanuel Macron et Mohammed Vi se sont déjà rencontrés plusieurs fois depuis le début du quinquennat du président, la première fois fut lors de sa visite privée en juin dernier puis lors de l'inauguration du Louvre Abu Dhabi début novembre, au sommet Europe-Afrique d'Abidjan le 29 novembre et également le 12 décembre au moment du sommet sur la finance verte One Planet Summit à Paris. Toutes ces rencontres ont unis les é hommes d'une forte amitié et à ce titre, la visite de mardi était autant une visite de travail que d'amitié.

Profitant de la présence du premier ministre Saad Hariri et du prince saoudien Mohammed ben Salmane avec qui il est très proche et dont il partage les idées, il a organisé cette rencontre entre amis.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3070

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane en visite officielle à Paris

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 11 avril, 2018 11:58:11
Véronique YANG

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane est en visite officielle en France pour 3 jours dans un but culturel et diplomatique.

Lors de cette visite, MBS comme on le surnomme ne s'occupera pas du côté économique ni de contrats à signer. Le sujet sera évoqué lors d'une prochaine rencontre en fin d'année en Arabie Saoudite.

Accueilli dimanche par le ministre des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian,le jeune prince de 32 ans a pu discuter de ses points de vue sur sa région et les crises qui la secouent. Il a ensuite dîner en tête à tête avec le Président au Musée du Louvre évoquant des sujets comme la guerre contre le Yémen mais aussi le principal rival de Ryad qu'est Téhéran, les avis étant divergents.

Lundi matin, il a rencontré le premier ministre Edouard Philippe et a déjeuné avec lui à Matignon avant de se rendre à l'Elysée à 17h pour une nouvelle rencontre en présence des ministres des Affaires Etrangères et des Armées Florence Parly qu'il avait rencontrés dans son hôtel particulier du 16ème.

Des accords culturels ont été signés. La France va aider l'Arabie Saoudite à créer un opéra et un orchestre, après la signature de la ministre de la Culture Françoise Nyssen avec son homologue saoudien Awwad al-Awwad, en accord avec l'Opéra de Paris.

L’Arabie Saoudite va également participer pour la première fois au Festival de Cannes, avec des courts-métrages, a annoncé le ministre saoudien de la Culture. C'est pour le pays ultraconservateur un début d'ouverture à la culture occidentale.

Un accord d'une durée de 10 ans pour le développement touristique et culturel de la région d’Al-Ula (nord-ouest) particulièrement riche en vestiges archéologiques et paysages d’exception a été signé avec la création d’une agence dédiée sur le modèle de l’agence France Museum, qui a piloté la mise sur pied du Louvre Abu Dhabi, inauguré en novembre dernier, L'ancienne cité nabatéenne d’Hegra (Madain Salih) ou celle de Dadab (Al-Khuraybah), et des paysages spectaculaires de canyons taillés dans le sable en sont des représentations.

Au niveau politique, les deux pays désirent vouloir redéfinir leurs relations bilatérales, le prince multiplie les signes d'ouverture vers l'Occident pour préparer l'après pétrole; pourtant reste un point semble sensible, Paris se montre frileuse face à la rivalité entre Ryad et Téhéran et l'arme nucléaire. En effet, la France et l'Europe veulent sauver les accords nucléaires alors que Ryad se tourne vers les USA qui menacent d'en sortir.

D'autres sujets diplomatiques étaient au volet de ces échanges comme Israel et la Palestine à Gaza, la Syrie et les présumées attaques chimiques, les élections libanaises en mai.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3069

Allemagne : un véhicule fonce dans la foule à Münster, au moins trois morts

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 07 avril, 2018 19:58:42
GABRIEL MIHAI

Trois personnes ont été tuées et plusieurs autres ont été blessées, après qu'un homme leur a foncé dessus, avant de se suicider par balle, ce samedi 7 avril à Münster.

Le ministère de l'Intérieur allemand évoque un bilan d'au moins trois morts et une vingtaine de blessés dont six dans un état grave. La police a précisé qu'il était trop tôt pour parler d'un attentat.

Selon l'édition en ligne du Spiegel, les autorités allemandes considèrent à ce stade qu'il s'agit d'un attentat. Mais la police n'a pour l'instant pas confirmé le caractère terroriste de l’événement, évoquant seulement une "attaque" et incitant à la prudence sur les réseaux sociaux avec ces mots : "pas de spéculations". Plusieurs médias allemands indiquent que l'auteur de l'attaque souffrait de troubles psychiatriques.

Le gouvernement allemand a indiqué via l'une de ses porte-parole, Ulrike Demmer, que ses pensées allaient aux victimes et à leurs proches après "les nouvelles terribles venues de Münster".

Les faits se sont déroulés vers 15h30 heure locale dans le centre-ville de Münster, dans l'ouest du pays, à une heure très fréquentée où les terrasses étaient pleines et les commerces remplis de clients, en cette journée ensoleillée.

L'attaque est survenue sur la terrasse du Kiepenkerl, café qui porte le nom du quartier dans lequel il est situé. Il se trouve à deux pas de la cathédrale de Münster, ville de 300.000 habitants située dans le Lande de Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Si l'origine des faits n'est pas encore établie, ils interviennent dans un contexte tendu en Allemagne.

Les autorités allemandes sont sur le qui-vive depuis un an et demi en raison de plusieurs attentats islamistes perpétrés ou envisagés dans le pays, notamment celui au camion-bélier revendiqué par le groupe État islamique qui a fait 12 morts en décembre 2016 sur un marché de Noël à Berlin.

Cette attaque a lieu un an jour pour jour après l'attentat de Stockholm lors de laquelle un camion-bélier a pénétré dans une grande rue piétonne du centre de Stockholm en Suède. L'attaque avait fait 5 morts et 14 blessés. Le camion avait fini sa course dans une entrée de magasin et son conducteur était parvenu à fuir la scène de crime.

La police de la zone de Münster a publié sur le réseau social : "Il y a des morts et des blessés. S'il vous plaît éviter la zone. Plus d'informations peuvent être trouvées ici. Nous sommes sur le site."

"#Kiepenkerl Es gibt Tote und Verletzte. Bitte den Bereich meiden. Mehr Infomationen gibt es hier. Wir sind vor Ort

— Polizei NRW MS (@Polizei_nrw_ms) 7 avril 2018



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3056

Paris consacre une semaine à l'autisme

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 06 avril, 2018 12:27:02
Véronique YANG

Paris consacre la semaine du 2 au 7 mars à l'autisme en organisant" la première semaine de l'autisme à Paris"afin d'avoir une autre approche de la maladie.

Durant cette semaine, plusieurs événements culturels animés par des personnes autistes ou concernées seront proposés à commencer par un récital à l'Hôtel de Ville de Paris proposé par le CRAIF (Centre de Ressources Autisme Île-de-France). Différents spectacles musicaux seront proposés dans les mairies du 15è et du 9è, la troisième édition du salon international de l'autisme se tient au Centre de convention du Newport Bay Club à Chessy-Marne la Vallée les 6 te 7 avril avec la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme en ouverture, des conférences sur les divers types d'autisme dont le syndrome d'Asperger, le dépistage précoce, l'inclusion scolaire, sociale et sociétaire, la douleur ou encore l'emploi. des ateliers et des témoignages. L'association R.I.AU (Rencontres Internationales de l'AUtisme) a été créée en octobre 2014 et en avril 2016 en avril 2016 le premier salon international de l'autisme et de tous les autismes, à Paris. Un an après, le Centre Ressource Autisme Ile de France rejoint l'association RIAU. Cette seconde édition soutenue par la ville de Pris et le Greta 10 se tient à la Cité des Sciences et de l'Industrie à Paris.

Près de 430 000 personnes dont plus de 100 000 enfants sont atteints de troubles d'autisme en France, à Paris on en dénombre 3479 cas. Depuis 2001, plusieurs structures ont été ouvertes et développées avec 215 places ouvertes en lieux de vie et d'activités, il est prévu d'en rajouter 138 supplémentaires d'ici 2020 et la "stratégie handicap, inclusion et accessibilité universelle 2017-2021" permettra la création de plateformes de diagnostics des troubles du spectre autistique dès l'âge de 18 mois pour une meilleure prise en charge des enfants.

En 2017, 350 000 euros ont été débloqués pour soutenir les 14 projets soutenus par la ville soit 25% des subventions handicap du département. C'est ainsi que l'accès au sport, aux loisirs et aux vacances, l'accueil de la petite enfance, l'expression artistique et l'insertion professionnelle a été développé. Depuis le mois de décembre 2017, l'exposition de SOS Autisme France "Je suis autiste et alors?" est affichée sur la façade de l'Hôtel de Ville". Les photos ont été réalisées par Nikos Aliagas, Yann Arthus-Bertrand et Audrey Guyon.

L'autisme est un trouble du développement humain caractérisé par des difficultés de l'apprentissage social et de la communication, avec des comportements stéréotypés et persévératifs. Ces symptômes sont souvent détectés par les parents durant les premières années de vie de l'enfant. Cette maladie affecte le fonctionnement du cerveau, le système immunitaire et biologique, altère les capacités de reconnaissance des expressions, des codes sociaux et affectifs, génère hypersensibilité émotionnelle et troubles du comportement. Intervenir dès le plus jeune âge a ide l'enfant autiste à se développer et lui donne toutes les chances de s’intégrer à la société.

La marche à suivre pour lutter contre ce handicap commence par un dépistage précoce avant l'âge de 3 ans, mettre en place des traitements éducatifs, développer la recherche pour trouver des traitements et guérir l’Autisme. En France, un enfant sur cent est atteint d'autisme; depuis 10 ans, l'association" Vaincre l’Autisme" mène une action contre l’autisme pour défendre les droits des enfants qui en sont affectés.

En Ile de France suite à l'initiative de parents, l'association AeIDF active depuis 25 ans est issue de la fusion en 2017 d'Autisme en Ile de France (créée en 1989, affiliée à la Fédération Française Sésame Autisme) et d'Autisme en Yvelines ( issue du rapprochement en 2011 de 2 associations existantes depuis plus de 20 ans, AIDERA Yvelines et Le Clair Bois, affiliée à l’UNAPEI et partenaire d'Autisme France). Elle est spécialisée dans l'accompagnement de personnes atteintes d’autisme et de troubles du spectre autistique (TSA).

Une prise en charge de qualité, adaptée à l’âge, aux capacités et aux besoins de chacun reste encore insuffisante pour les personnes pouvant en bénéficier. Malheureusement, rares sont les réponses aux questions des familles découvrant que son enfant est atteint d'autisme mais aussi le devenir de cet enfant, sachant que chaque cas appelle une solution propre.

L'autisme comprend plusieurs catégories de troubles dont le syndrome d'Asperger qui, contrairement à l'autisme, n'est pas associé à un retard du développement du langage et des fonctions cognitives; le trouble désintégratif de l'enfance, caractérisé par 2 à 4 ans de développement normal suivi par l'apparition de symptômes autistiques; le syndrome de Rett, maladie génétique ne touchant que les filles; le trouble envahissant du développement. On trouve 4 à 5 fois plus de garçons que de filles chez les patients atteints d'autisme.

L'hérédité peut aussi être un facteur de développement de l'autisme tout comme l'exposition à certaines toxines et polluants pendant le développement fœtal, le faible poids à la naissance, la présence de maladie chez la mère, les difficultés à l'accouchement et l'âge des parents à la conception. Certains symptômes sont spécifiques dont l'incapacité à interagir socialement ou la tendance à la répétition dans les jeux et les gestes, le maintien d'un ordre rigoureux, des troubles de l'humeur, une absence de peur ou des craintes, irrationnelles, des actes d'automutilation, des activités et intérêts restreints, une courte durée de l'attention, des habitudes anormales en matière d'alimentation, de consommation de boissons ou de sommeil, une réaction inattendue à un stimulus (manque d'intérêt ou susceptibilité extrême). On remarque aussi des troubles intestinaux et des troubles du sommeil. Par contre, les sujets ont un certain talent pour la musique ou pour les mathématiques, etc..

Il n'existe pas de moyens pour guérir l'autisme même si on peut traiter certains des symptômes comme l'agressivité ou l'automutilation. Parmi les traitements existants, le plus important est la modification du comportement.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3051

Finlande: un père transgenre a accouché

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 04 avril, 2018 20:06:39
GABRIEL MIHAI

Un homme né femme a interrompu son traitement de changement de sexe pour donner naissance un bébé.

Homme pour l'état civil, un Finlandais né femme est devenu le premier transgenre du pays à accoucher, ont rapporté mercredi les médias locaux, un événement d'autant plus exceptionnel que la loi finlandaise exige d'être stérile pour changer de sexe.

Cette naissance a créé la controverse en Finlande, seul pays nordique à exiger de ceux qui veulent changer légalement de sexe, d'être stérile.

En vertu de la loi finlandaise, une personne est tenue de prouver qu'elle est stérile afin de changer légalement de sexe. Dans la pratique, les centres de soin considèrent que leurs patients transgenres sont de facto rendus stériles lorsqu'ils ont subi un long traitement à la testostérone.

Mais si l'hormonothérapie est suspendue, la personne peut être à nouveau fertile, comme c'est le cas avec cette naissance exceptionnelle. «Est-ce que je veux que la société me dicte ce que je peux faire de mon corps et de ma vie ? Rien ne peut m'arrêter. Je suis un homme libre», avait affirmé lors de sa grossesse l'homme transgenre dans un entretien avec le plus grand quotidien finlandais «Helsingin Sanomat».

«Le bébé pesait près de 4 kg et mesurait 53 centimètres» à la naissance, il y a quinze jours, a déclaré à Lannen Media le transgenre, dont l'identité n'a pas été révélée. L'homme d'une trentaine d'année a légalement changé de sexe en 2015 après des années de traitement à la testostérone. Mais il avait décidé d'annuler la chirurgie de changement de sexe censée achever sa transition physique, avant d'essayer d'avoir un enfant avec son mari.

La Finlande est le seul pays nordique à exiger de ceux qui veulent changer légalement de sexe d'être stérile, ce qui a suscité de vives critiques de la part des organisations de défense des droits de l'homme ces dernières années. Les autorités se sont montrées pragmatiques vis-à-vis de la nouvelle famille, qui vit dans la région d'Helsinki. Le père a obtenu un congé paternel.

A Lannen Media, il a confié que sa grossesse s'était déroulée normalement malgré les incertitudes des médecins qui ignoraient quelles pouvaient être les conséquences du traitement hormonal qu'il avait subi. «Les deux dernières semaines ont été très douloureuses et j'ai commencé à manquer de patience. Mais la naissance elle-même s'est très bien passée», a-t-il dit.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3049

L'Afrique du sud orpheline, Winnie Mandela est décédée

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 02 avril, 2018 23:15:14
Véronique YANG


L'ex épouse de Nelson Mandela, Winnie Madikizela Mandela vient de décéder à l'hôpital Milpark de Johannesburg à l'âge de 81 ans suite à une longue maladie.

Hospitalisée à plusieurs reprises depuis le début de l'année, celle que l'on appelait "la mère de la nation" a quitté ce monde entourée de sa famille et laissant derrière elle une image forte mais contre-versée.

Nomzamo Winifred Zanyiwe Madikizela, dite Winnie est née en septembre 1936 à Bizana dans la province du Cap oriental .

En 1955, elle devient la première assistante sociale noire du pays dans un hôpital de Soweto, le township noir de Johannesburg. Elle rencontre ensuite Nelson Mandela alors qu'il était avocat et encore marié puis l' épousera un an plus tard. Le couple aura 2 filles, Zindziswa et Zenani Mandela et divorcera en 1996 après 4 ans de séparation et de nombreuses infidélités de Winnie.

De 1962, année où Nelson Mandela est arrêté et emprisonné jusqu'en 1990 où il est libéré, elle a du élever seule ses filles tout en militant auprès de l'ANC ( Congrès National Africain) malgré les menaces, les arrestations, les astreintes, les attaques à la bombe de sa maison même en période de bannissement, continuant le combat contre le régime raciste blanc et sacrifiant sa vie pour la liberté de son pays. C'est ainsi qu'elle est devenue l'une des plus grandes icônes de la lutte contre l'apartheid, en 1976, elle a appelé les lycéens de Soweto révoltés à « se battre jusqu’au bout »et dix ans plus tard, elle plaide de façon contre-versée pour la libération du pays avec des allumettes, en référence au supplice du « collier » (pneu enflammé autour du cou pour ceux qui ont trahi), ce qui fait penser à une incitation au meurtre.

A peine un an après la libération de Nelson Mandela, elle est reconnue coupable de complicité dans l’enlèvement de quatre jeunes, dont un est décédé, par sa garde rapprochée, le « Mandela United Football Club » (MUFC). Condamnée à six ans de prison,sa peine sera commuée en simple amende. En 1992, elle est accusée de corruption et mauvaise gestion et est démise de ses fonctions dirigeantes à l’ANC.

Après les premières élections multiraciales de 1994, elle est nommée vice-ministre de la culture dans le gouvernement de son mari mais sera renvoyée pour insubordination un an après. La justice continue de la rattraper puisqu'en 1998, la Commission vérité et réconciliation (TRC) chargée de juger les crimes politiques de l’apartheid la déclare « coupable politiquement et moralement des énormes violations des droits de l’Homme » commises par le MUFC. Ce sera ensuite en 2003 qu'elle sera à nouveau condamnée pour fraude vis-à-vis de l'ANC qu'elle réintégrera 4 ans plus tard au Comité exécutif du parti.

Bien qu'élue députée depuis 1994, on ne la voit pas au Parlement mais elle continue à défendre les pauvres.

Lorsque Nelson Mandela meurt en 2013, il ne laisse rien à son ex-épouse, elle perd aussi l'appel concernant sa maison.

A l'annonce de son décès, de nombreux hommages lui ont été rendus à commencer par celui du prix Nobel de la paix Desmond Tutu qui a salué un "symbole majeur" de la lutte anti-apartheid et ceux des habitants des "townships" de Soweto qui viennent se réunir et chanter devant sa maison qu'elle n'avait pas quittée.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3045

Des célébrités aux funérailles de Stephen Hawking à Cambridge

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 01 avril, 2018 18:18:42
GABRIEL MIHAI

Des centaines de proches, dont des célébrités, et autant d'anonymes ont rendu un vibrant hommage samedi à Cambridge à l'astrophysicien britannique Stephen Hawking.

Les obsèques se sont déroulées dans l'intimité en l'église St Mary the Great de l'université de Cambridge (est de l'Angleterre), à deux pas du Gonville and Caius College où il a travaillé pendant plus de 50 ans pour tenter de percer les mystères de l'univers.

La foule a applaudi à l'arrivée du cercueil porté par six membres de l'université de Cambridge et recouvert de lys et roses blancs représentant l'univers et l'étoile polaire. La cloche de l'église a sonné 76 coups, un pour chacune de ses années de vie.

Le mathématicien néo-zélandais Mike Meylan, qui se trouvait dans le public, a souligner "Stephen Hawking était une sorte de figure emblématique pour l'humanité. Ses réalisations scientifiques sont incroyables" tout comme "sa capacité à communiquer avec le public".

"La vie et le travail de notre père ont signifié tant de choses pour tant de gens, croyants comme non croyants", "à la fois inclusif et traditionnel, reflétant l'envergure et la diversité de sa vie", a expliqué ses enfants Lucy, Robert et Tim avant les funérailles.

Parmi les parents, amis et collègues invités à la cérémonie figuraient de nombreuses célébrités, dont le guitariste de Queen et astrophysicien Brian May et sa femme l'actrice Anita Dobson, la mannequin britannique Lily Cole, diplômée de Cambridge, et la productrice de cinéma Barbara Broccoli.

L'astrophysicien britannique Martin Rees et l'acteur Eddie Redmayne, oscarisé pour avoir incarné le célèbre scientifique dans le film "Une merveilleuse histoire du temps", ont lu un texte pendant le service, tandis que des éloges funèbres ont été prononcés par son fils aîné Robert et la professeure Fay Dowker, une de ses anciennes étudiantes. "Son influence et son héritage vivront pour toujours", a estimé Mme Dowker dans un extrait de son intervention.

Après les obsèques privées, un hommage plus large sera rendu à Stephen Hawking le 15 juin, lorsque ses cendres seront inhumées à l'abbaye de Westminster, à Londres, un hommage réservé aux plus grands, aux côtés d'un autre géant des sciences, Isaac Newton.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3043

Les funérailles de l'astrophysicien Stephen Hawking, ont lieu ce samedi

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 31 mars, 2018 14:08:46
GABRIEL MIHAI

Les obsèques se déroulent en l'église St Mary the Great de l'université de Cambridge, près de l'établissement où il a travaillé pendant plus de 50 ans.

La cérémonie aura lieu dans l'église St Mary the Great de la célèbre université de la ville, à deux pas du Gonville and Caius College où l'astrophysicien a travaillé pendant plus de 50 ans. Les obsèques de cet athée convaincu se dérouleront dans l'intimité à partir de 14 heures - 15 heures en France.

Famille, amis et collègues seront réunis pour rendre hommage à l'homme de sciences décédé le 14 mars dernier, dont le génie et le handicap physique avaient fait une personnalité mondialement connue. "La vie et le travail de notre père a signifié tant de choses pour tant de gens, croyants comme non croyants. Ainsi, le service sera à la fois inclusif et traditionnel, reflétant l'envergure et la diversité de sa vie", ont indiqué ses enfants, Lucy, Robert et Tim, dans un communiqué.

La famille a demandé à six personnes issues de l'université de Cambridge de porter son cercueil.

"Notre père a vécu et travaillé à Cambridge durant plus de 50 ans. (...) C'est pour cette raison que nous avons décidé d'organiser ses funérailles dans la ville qu'il aimait tant et qui l'aimait en retour", ont-ils expliqué.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3035

Pakistan: une première présentatrice télé transgenre, ex-mannequin

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 29 mars, 2018 20:38:23
GABRIEL MIHAI

L'ex-mannequin Marvia Malik est devenue la première présentatrice télévisée transgenre du Pakistan, un pas en avant pour une communauté certes reconnue juridiquement mais qui reste très marginalisée dans ce pays conservateur d'Asie du sud.

La chaîne Kohenoor News vient de prendre une décision historique le samedi 23 mars, diffusé en direct pour la première fois une présentatrice transgenre de l’histoire de la télévision pakistanaise.

Elle avait déjà fait les gros titres en devenant le premier mannequin transgenre à défiler sur le podium du PFDC Sunsilk Fashion Week.

Son premier passage à l'antenne ce samedi 23 mars a affolé les réseaux sociaux. Les internautes n’ont pas hésité à féliciter Marvia Malik et la chaîne de télévision pour ce choix audacieux dans un pays où l’homosexualité est un crime.

Et cette brune aux longs cheveux, lourdement maquillée avant de retrouver son plateau télévisé, d'ajouter : "Ma famille ne m'a jamais acceptée, ni reconnue."

À quinze ans, la famille de Marvia la renie à cause de son identité sexuelle. Pour ne pas finir à la rue comme bon nombre «d’hijras», elle travaille alors dans un salon de beauté afin de financer des études de journalisme à l’université de Punjab.

«Je veux montrer la voie à la prochaine génération de transgenres. En me voyant je veux qu'ils se disent qu'ils peuvent être acceptés et qu'il y a de l'espoir. Je veux montrer que la communauté transgenre est capable de tout, même de présenter le journal télévisé», confie-t-elle dans une interview à CNN.

Au Pakistan, les transgenres font parties de la communauté des «hijras». Traditionnellement, les «hijras» étaient des castrats convoités par les empereures de la dynastie moghole. Ce terme englobe désormais les personnes intersexes. Aujourd’hui, cette caste est affligée par une myriade de discriminations: agressions physiques et sexuelles, humiliations, assassinats, viols, explique que leur statut les oblige souvent à se prostituer, danser ou mendier pour survivre.

«Je voulais entrer dans le monde des médias pour donner de la visibilité à la communauté transgenre» , a-t-elle confié à Geo.tv.

Marvia Malik partage ce sentiment et pense qu'il faut aller encore plus loin: «Le changement commence à la maison. Il faut commencer à éduquer les parents. Il faut qu'ils arrêtent de penser que c'est une honte d'avoir des enfants transgenres».

Au début du mois, le Sénat pakistanais a voté en faveur d'une proposition de loi qui protège les personnes transgenres et leur laissent le choix de décider leur identité sexuelle/genre. En 2009, le Pakistan était le premier pays à reconnaître l'existence d'un troisième sexe – non masculin ou féminin.

Le rédacteur en chef de la petite télévision privée Kohenoor, qui emploie désormais Marvia Malik, affirme avoir été stupéfait lors de son entretien d'embauche.

"Elle nous a demandé : 'Voudriez-vous me voir comme une mendiante, une travailleuse du sexe ou une danseuse, ou bien me donneriez-vous un travail respectable sur votre chaîne?'", a-t-il raconté à l'AFP.

"Sa question nous a laissés sans voix", ce qui a poussé Kohenoor à "établir une politique d'accueil et d'acceptation de tous sans discrimination", a-t-il poursuivi, ajoutant "ne pas se préoccuper pour l'audience".

Une fois qu'elle sera "stable financièrement", elle souhaite créer une ONG pour lutter contre les discriminations de genre, et n'exclut pas de monter sa propre chaîne de télévision.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3033
« PrécédentSuivant »