JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

Présidentielle au Brésil: Bolsonaro et Haddad pour un 2e tour

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 08 oct., 2018 05:39:05
GABRIEL MIHAI

Le candidat d'extrême droite est arrivé largement en tête de la présidentielle brésilienne, suivi par Fernando Haddad, mais devra livrer à la gauche un duel à l'issue très incertaine dans un pays polarisé.

Les Brésiliens ont voté en masse pour le candidat d'extrême droite, portés par l'espoir d'un changement dans ce pays en crise, qui ne parvient pas à endiguer la violence et la corruption.

Pour de nombreux électeurs, le candidat d'extrême droite est apparu comme l'homme de la situation, avec son discours sécuritaire qui préconise la libéralisation du port d'armes. Il a aussi bénéficié d'un fort sentiment anti-PT, au pouvoir de 2003 à 2016.

Les électeurs ont exprimé leur volonté de changement, dans un pays gangrené par les scandales de corruption et l'insécurité. Ex-capitaine de l'armée, Jair Bolsonaro, devenu un phénomène électoral depuis qu'il a frôlé la mort dans un attentat le 6 septembre, se voyait, comme ses militants, l'emporter dès le premier tour de l'élection.

Le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro arrive en tête du premier tour avec 46% des voix, selon des premiers résultats partiels, et affrontera le 28 octobre prochain le candidat de la gauche, Fernando Haddad (29,03%). Ces premiers résultats, annoncés par le Tribunal supérieur électoral (TSE) portent sur le dépouillement de 99% des urnes.

Ils ont été accueillis avec une grande déception par les partisans de Bolsonaro, qui voit apparemment s'évanouir ses chances d'être élu dès le 1er tour. Près de 147 millions d'électeurs se sont rendus aux urnes dans ce pays où le vote est obligatoire.

Jair Bolsonaro, devenu un phénomène électoral depuis qu'il a frôlé la mort dans un attentat le 6 septembre, se voyait, comme ses militants, l'emporter dès le premier tour de l'élection.

Ciro Gomes (PDT, centre gauche), éliminé de la course avec 12,5 % des intentions de vote, était paradoxalement le plus à même de battre Bolsonaro au 2e tour. M. Gomes s'est borné à dire qu'il continuerait de «lutter pour la démocratie et contre le fascisme».

Dilma Rousseff, du Parti des travailleurs (PT), est arrivée en quatrième position, avec 15,06% des voix.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3450

Les Pics d'Europe

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 07 oct., 2018 19:32:40
GÉRARD CROSSAY


Les Pics d'Europe, dénomination qui interpelle!

Au nord de l'Espagne, dominant le golfe de Lion et la Costa Verde, s'élèvent les Pics d'europe, massif élevé mais peu étendu, culminant à 2648m à la Torre de Cerredo.

Ils s'appellent ainsi parce qu'autrefois ils étaient les premières terres visibles à l'horizon pour les marins qui naviguaient alors à vue.

Arrivant de l'ouest, sur l'Océan atlantique, de retour de la pêche à la baleine, au thon ou à la morue depuis Terre-Neuve, ils pouvaient apercevoir ce formidable massif côtier qui les guidait jusqu'aux ports de la Cantabrie.

L'Ebre, le plus puissant des fleuves d'Espagne, de plus de 900km de long, y prend sa source pour se jeter dans la Méditerranée, en Catalogne, par un immense delta qui avance profondément en mer et irrigue des rizières.

Plusieurs sommets dépassent les 2500m, de profondes gorges et des défilés impressionnants traversent les Pics d'Europe.

Territoire d'élevage - on y fabrique un "roquefort espagnol" - réserve de chasse, zone d'activités minières, c'est aussi un important site touristique avec le Défilé de Hermida, le plus long d'Espagne, qui mène à un cirque grandiose le Fuente Dé, doté d'un téléphérique qui mène 750m plus haut à 1834m.

De beaux villages, tel Potes, jouissant d'un climat méditerranéen à la végétation luxuriante, ainsi qu'une gastronomie réputée, ajoutent aux attraits de cette région.

Et la mer est toute proche avec les jolies plages de sable fin de la Costa Verde, côte sauvage, découpée de rias profonds et de criques isolées, d'une incroyable beauté avec le vert intense de la nature allié au bleu de la mer.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3444

L'ambassadrice américaine à l'ONU a participé à une manifestation anti-Maduro

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 29 sept., 2018 21:06:56
GABRIEL MIHAI


Nikki Haley, ambassadrice américaine à l'ONU, au rang de ministre au sein de l'administration de Donald Trump, s'est jointe jeudi à une manifestation d'opposants au président vénézuélien Nicolas Maduro, n'hésitant pas à prendre un mégaphone pour réclamer son départ.

Il existe de très fortes inégalités sociales au Venezuela. Ainsi, près de 60 % des habitants de Caracas s'entassent dans des quartiers pauvres, alors que de 10 % à 20 % des Vénézuéliens n'auraient pas accès à l'eau potable et que, dans le même temps, le Venezuela est le pays ayant le plus de millionnaires en Amérique latine.

En dépit de ses nombreuses richesses naturelles, les Vénézuéliens doivent faire la queue pour obtenir la plupart des produits de base de consommation (sucre, huile, médicaments, papier toilette…) et l’État doit pratiquer le rationnement. Le gel des prix a engendré un important marché noir au sein du pays et avec les pays voisins comme la Colombie. En 2014, le pays avait la plus forte inflation mondiale (68 %). Avec l’effondrement des cours du pétrole la pauvreté augmente. Selon le FMI, l’inflation pourrait monter à 1 000 000 % en 2018 après 720 % en 2017 ; le PIB vénézuélien devrait baisser de 18 % en 2018 après une chute de 18 % en 2016. Selon les autorités colombiennes, 300 000 Vénézuéliens ont fui leur pays pour se réfugier en Colombie, qui a un temps fermé sa frontière. D’autres ont choisi Manaus, au Brésil, pour sa commodité d’accès. Pas moins de 50 000 personnes sont parties chercher refuge au Chili.

L'ambassadrice a rappelé s'être rendue en Colombie, à la frontière avec le Venezuela, par laquelle plus d'un million de Vénézuéliens ont fui la crise économique et l'hyperinflation qui touchent le pays.
"Ce que nous avons vu, personne ne devrait le vivre... Pendant que Maduro mange dans de bons restaurants", a dénoncé Nikki Haley.
"Nous allons nous battre pour le Venezuela et nous allons continuer jusqu'à ce que Maduro parte!", a crié la diplomate au lendemain d'une proposition du président vénézuélien de rencontrer Donald Trump.
"Nous avons besoin que vos voix portent et je vous le dis aussi, la voix des Etats-Unis sera forte", a-t-elle ajouté.

Le président du Venezuela Nicolas Maduro s'est dit prêt, mercredi à la tribune de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, à rencontrer son homologue américain Donald Trump, qui n'a cessé de l'étriller depuis deux jours à New York.
«Je suis disposé à serrer la main du président des États-Unis et à discuter avec lui de nos différences bilatérales et des problèmes de notre région», a déclaré Nicolas Maduro lors d'un long discours de 50 minutes à la tribune. En principe, chaque dirigeant n'a droit qu'à un quart d'heure pour son allocution.

Mercredi soir, les deux présidents étaient tous les deux à New York. Donald Trump a prévu de quitter la ville jeudi dans la journée, ce qui pourrait laisser la possibilité d'une rencontre.
À l'ONU, le président américain a notamment estimé devant des journalistes que Nicolas Maduro pourrait être «renversé très rapidement» si «les militaires décidaient de le faire».
«Plus de deux millions de personnes ont fui» le pays en raison du gouvernement socialiste vénézuélien soutenu par Cuba, avait-il aussi déploré à la tribune de l'ONU.

Les manifestants, devant le siège de l'ONU en marge de son Assemblée générale annuelle, brandissaient des pancartes portant l'inscription "SOS Venezuela" et chantaient "Ce que nous voulons? La liberté".

Pour le gouvernement vénézuélien, ces propos sont la preuve «de la politique de changement de régime promue» par Washington avec la participation «d'autres pays latino-américains».
«Ces déclarations ne sont pas isolées, elles surgissent dans un contexte de menaces répétées d'interventions militaires au Venezuela et de renforcement de la présence militaire américaine dans la région, propices à créer un conflit régional aux proportions insoupçonnées», a ajouté le ministère vénézuélien.

Les États-Unis avaient également annoncé mardi de nouvelles sanctions financières contre quatre personnes de l'entourage de Nicolas Maduro, dont son épouse Cilia Adela Flores et sa vice-présidente Delcy Rodriguez. Jorge Rodriguez, le ministre de la Communication, et Vladimir Padrino Lopez, ministre de la Défense, sont également sanctionnés. Leurs avoirs sur le territoire américain sont gelés et il est interdit à tout ressortissant américain de faire des affaires avec eux.

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a adopté jeudi une résolution historique sur le Venezuela, demandant à son gouvernement « d'accepter l'aide humanitaire » pour remédier à la « pénurie » d'aliments et de médicaments.
Le texte, proposé par plusieurs pays latino-américains, dont l'Argentine, le Pérou, le Chili, la Colombie, et par le Canada, a été adopté par 23 voix sur les 47 États siégeant actuellement au Conseil. 17 pays se sont abstenus et 7 ont voté contre, dont la Chine, Cuba et le Venezuela lui-même.


Il se déclare « profondément préoccupé par les graves violations des droits de l'homme, survenues dans le contexte d'une crise politique, économique, sociale et humanitaire » dont il est fait état dans un rapport du Haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'homme publié en juin 2018.
Le Conseil exhorte le gouvernement vénézuélien « à coopérer » avec ce Haut-commissariat, dirigé depuis septembre par l'ancienne présidente chilienne Michelle Bachelet, et demande à cette dernière de présenter un « rapport complet » sur la situation dans ce pays à la 41e session du Conseil, soit en juin 2019.

Le 11 septembre, le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, Jorge Arreaza, venu à Genève à l'occasion de l'ouverture de l'actuelle session du Conseil des droits de l'homme, avait salué l'arrivée de Mme Bachelet à la tête du Haut-commissariat, assurant qu'elle pouvait compter sur « l'entière coopération » de son pays.

Les Vénézuéliens, étranglés par la crise économique, souffrent de pénuries qui touchent les produits de première nécessité, notamment les médicaments et les produits alimentaires.

Selon l'ONU, sur les 2,3 millions de Vénézuéliens vivant à l'étranger, plus de 1,6 million ont fui depuis 2015.
Le 5 août 2017, le Mercosur décide de suspendre le Venezuela pour une durée indéterminée en raison de ce qu'il qualifie de « violation de l'ordre constitutionnel ». En effet, l'élection d'une Assemblée constituante le 30 juillet 2017 dans un contexte de contestation et de violence incite de nombreux pays à ne pas reconnaître le nouveau parlement.

Les ambassadeurs des 28 pays de l’Union européenne (UE) ont donné leur feu vert le 8 novembre 2017 à l’adoption de sanctions, dont un embargo sur les livraisons d’armes, contre le Venezuela ; ces sanctions interdisent également aux entreprises européennes de livrer du matériel de surveillance électronique pouvant servir à réprimer l’opposition au régime du président Nicolas Maduro ; elles prévoient également la mise en place d’un cadre juridique permettant à l’Union européenne de placer ensuite sur sa liste noire des personnalités ou entités sanctionnées pour leur implication dans la répression.

Le Venezuela est plus que jamais dans le collimateur de Washington qui semble trouver légitime de pratiquer l'ingérence la plus assumée dans les affaires intérieures du pays.
Début août 2018, Nicolas Maduro avait été victime d'une tentative d'assassinat par drone.

Aujourd'hui son peuple veut la liberté, mais
Maduro a annoncé le 27 septembre, lors d'une conférence de presse tenue dans un hôtel non loin de l'ONU, prononçait son discours, Donald Trump a repris la rhétorique agressive néo-conservatrice hostile au Venezuela. «Toutes les options sont sur la table concernant le Venezuela [...] les plus fortes et d'autres moins fortes», a-t-il asséné face aux journalistes. Et d'ajouter, menaçant : «Et vous savez ce que j'entends par fortes.»

Maduro pour son siège présidentiel, sacrifiera-t-il la population comme avant?




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3431

Pays-Bas: une polémique pour un nouveau projet de loi d'armes à feu

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 27 sept., 2018 20:52:19
GABRIEL MIHAI

Le gouvernement néerlandais a nié jeudi vouloir enregistrer l'origine ethnique et la religion de tous les propriétaires d'armes à feu après qu'une polémique eut été lancée aux Pays-Bas par un article du journal de référence De Volkskrant.

L'origine raciale ou ethnique, les opinions politiques et la religion des personnes souhaitant obtenir ou renouveler leur permis de port d'armes à feu figurent parmi les données personnelles qui seraient enregistrées, aux termes du projet de loi.

C'est pourquoi la police doit disposer d'informations personnelles, a ajouté M. Grapperhaus, issu du parti conservateur Appel démocrate-chrétien (CDA), membre de la coalition gouvernementale, selon le journal.

« Les facteurs de risques pour la possession d'armes à feu sont divers », a déclaré le ministre néerlandais de la Justice, Ferdinand Grapperhaus, dans le projet de loi, cité par De Volkskrant.

Cependant, « la police ne va pas enregistrer l'origine ethnique, les opinions politiques, la religion ou la race de tous ceux qui demandent un permis de port d'arme. Cela n'est pas ce que souhaite le gouvernement », a écrit le ministère de la Justice dans un communiqué, en réponse à l'article.

Le nouveau projet de loi doit permettre à la police de pouvoir déterminer si un individu demandeur d'un permis « a par exemple des contacts avec des groupes religieux extrémistes ou d'extrême droite », a ajouté le ministère.

Selon le Volkskrant, l'idée du ministre a suscité des protestations au sein de la sphère politique et de la part des associations de propriétaires d'armes à feu, qui estiment qu'une telle mesure constituerait une violation du droit à la vie privée ainsi qu'une forme de « profilage ethnique ».

Publié fin juin, le projet de loi doit être présenté à la Chambre basse dans les semaines à venir, a indiqué De Volkskrant.

Le quotidien néerlandais n'a pas précisé pourquoi ce projet suscitait seulement maintenant des réactions parmi les membres du CDA et d'autres partis de la coalition gouvernementale, rentrés de leur pause estivale début septembre.

Connaître ces détails « n'est pas nécessaire, même selon les exigences minimales de la directive européenne », a fustigé Monica den Boer, députée du parti social-libéral D66, qui fait partie de la coalition gouvernementale.

Cette initiative fait suite à une nouvelle directive européenne visant à renforcer les législations sur le port d'arme, en réponse aux différentes attaques islamistes en Europe, dont les attentats de Paris du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3425

21 SEPTEMBRE: JOURNEE MONDIALE DE LA MALADIE ALZHEIMER

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 27 sept., 2018 01:35:44
VÉRONIQUE YANG

Tous les ans, au mois de septembre, une grande campagne internationale est organisée depuis 1994, pour sensibiliser le public et lutter contre la maladie d'Alzheimer.

Pour la 7ème fois, la journée s'est déroulée le 21 septembre, mettant en lumière la désinformation et l'incompréhension qui entourent la démence. Lors du mois de janvier, la campagne de sensibilisation à la maladie d'Alzheimer entre en jeu. Les associations font appel à la générosité des gens et à leur compréhension afin d'aider la recherche et trouver des traitements et des solutions. La mobilisation a lieu avant et après la journée mondiale Alzheimer et s'adresse à venir en aide aux quelques 900 000 personnes en France atteintes de ce mal ainsi que de leur familles et accompagnants bénévoles ou non. Une seule association nationale existe en France, elle est reconnue d'utilité publique et multiplie ses actions par des conférences, des journées portes ouvertes, des colloques dans toute la métropole et outre-mer. Depuis 2012, France Alzheimer a lancé à Paris le Village Alzheimer d'accès gratuit et accessible à tous. En 2017 et 2018, il s’est tenu du 21 au 24 septembre, sur la place de la Bataille-de-Stalingrad dans le 10ème arrondissement. Pendant trois jours, il devient le lieu de rendez-vous grand public de tous les acteurs engagés dans la prise en soin de la maladie d’Alzheimer.

Mais qu'est ce que la maladie Alzheimer?

Une démence résultant de lésions progressives au sein du système nerveux central est responsable de la maladie d'Alzheimer. C'est la conséquence d’une destruction graduelle des neurones qui débute dans les couches profondes du cerveau (l’hippocampe) pour s’étendre en quelques années vers des couches plus externes appelées cortex. L’expression de la maladie est la conséquence de la destruction de ces aires cérébrales. Les pertes de la mémoire sont rattachées à une altération de l’hippocampe, tandis que les difficultés à réaliser des gestes et des actes de la vie (apraxie) ou les difficultés à reconnaître des personnes (agnosie) sont liées à la destruction des aires corticales; Parmi les symptômes les plus révélateur, une dizaine sont caractéristiques:

  • des difficultés à accomplir les tâches quotidiennes ;
  • des problèmes de langage ;
  • une désorientation dans le temps et l’espace ;
  • des difficultés dans les raisonnements abstraits ;
  • des pertes d’objets ;
  • une modification des comportements et de la personnalité ;
  • une perte de motivation.

Quelle en est l'évolution?

Il y a cent dix ans, le neurologue allemand Alois Alzheimer trouvait ses causes encore débattues. Devenue un enjeu majeur de santé publique, cette affection neurodégénérative est liée au vieillissement de la population. Moins de 1% de la population touchée a moins de 65 ans, 2 à 4% des personnes âgées de plus de 65 ans et jusqu'à 23% de plus de 80 ans en sont atteintes; 2/3 sont des femmes de plus de 65 ans. Au total, plus d'un million de personnes souffrent de cette maladie, le chiffre pourrait atteindre 1,75 million en 2030;Chaque année, on diagnostique environ 250 000 nouveaux cas. La maladie n'est ni contagieuse ni hériditaire sauf dans quelques rares cas.

L'association France Alzheimer participe très activement au développement des informations sur la maladie, 4ème cause de mortalité en France; pour aider les malades, il faut 2 million d'aidants et cela coûte 20 milliards d'euros et malheureusement à ce jour aucun réel traitement. Lors du village Alzheimer, bénévoles, psychologues et experts apportent de l'aide et répondent aux questions, ils proposent aussi de nouvelles technologies et des moyens d'accompagnement non médicamenteux. Des ateliers pratiques et des conférences thématiques sont organisées en faisant participer des scolaires. Selon la Fondation Alzheimer, 25 nouveaux cas sont diagnostiqués par heure, soit 600 nouveaux cas par jour et il faut 26 000 euros par pour la prise en charge d'un malade, un malade sur deux est au courant de sa maladie.

Afin de lever des fonds, la fondation a participé cette année à la 14ème édition du Charity Day en mémoire des victimes du 11 septembre 2001. Des célébrités françaises se sont transformées en traders assistées du personnel d'Aurel BGC, l'organisateur. Parmi elles, on trouvaient Michel Boujenah, Stéphane Plaza, Chantal Ladesou, Pierre et Alain Souchon et Véronique de Villèle.

La littérature est aussi un moyen de s'intéresser à la maladie d'Alzheimer, c'est le cas du livre de Nathalie Gendreau, "La peau d'Anna ou le passé retrouvé" dont voici une partie, résumée par notre journaliste:

... L’oubli. Parfois, on le provoque en s’éloignant, mais bien trop souvent, c’est lui qui nous rattrape, aidé de sa « farceuse ». C’est alors qu’il s’approprie sans crier gare notre mémoire.
C’est justement le cas de Gérard Volène. La maladie d’Alzheimer consume un peu plus chaque jour ses souvenirs. À soixante-treize ans, la dégénérescence de son cerveau évolue à grands pas. Face à l’aggravation de ses symptômes, l’orfèvre de l’horlogerie, décide d’entreprendre une course contre la montre avant que sonne la fin ; celle d’écrire à sa fille avec qui tout contact est rompu depuis vingt-cinq ans. Il lui faut la revoir avant que « la vilaine » ait définitivement effacé tout son disque dur. Au-delà du pardon, il lui faut lui expliquer ce qui s’est passé tant qu’il garde de la lucidité en lui. Sa fille doit connaître enfin la vérité. Mais en aura-t-il le temps avant d’être confronté à l’impasse ? Et le lui laissera-t-elle ? Répondra-t-elle à ses courriers ?.....Contre toute attente, Alzeihmer va devenir leur fil d’Ariane pour se retrouver. C’est là tout l’art de Nathalie Gendreau. Par ses mots, elle transcende cette maladie, protagoniste de son histoire.....

Au théâtre aussi ce sujet a été repris.

Par sa plume émouvante, l’auteur et metteur en scène Denis Cherer, également comédien de téléfilms (« Julie Lescaut », « Section de recherche », « Plus belle la vie », « Braco »…) a fait de cette maladie qu’il connaît bien, une comédie poignante. A l’affiche tout l’hiver dernier du palais des Glaces (Paris Xème) « Les nœuds au Mouchoir » racontaient l’histoire d’une mère (Anémone) et de ses deux fils (Denis et Pierre-Jean Cherer) face à la neurodégénéréscence sur fond de légèreté et d’humour.

La Fondation de Recherche pour la Médecine se bat contre la maladie d'Alzheimer en approfondissant la recherche fondamentale ( les connaissances sur les fonctionnements biologique et neurochimique du cerveau en relation avec l’apparition de la maladie) ; la recherche clinique (identification des pistes diagnostiques et des facteurs de risque à partir de prélèvements réalisés chez le patient : prélèvements sanguins ou d’urines, tissulaires ou du liquide céphalo-rachidien par ponction lombaire, prélèvements post mortem avec consentement du patient ou de l’entourage dans le domaine de la recherche clinique); la recherche thérapeutique (évaluation de nouveaux traitements réalisés par l’industrie pharmaceutique ( traitement symptomatique qui améliore certains symptômes de la maladie sans modifier son évolution ou traitement qui stoppe l’évolution de la maladie ou qui la fait régresser).





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3424

ONU: Macron n’est plus d’accord avec le président d’Etats-Unis

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 26 sept., 2018 02:27:36
GABRIEL MIHAI

A l’ouverture de l’Assemblée générale, soit quelques minutes avant le discours de Donald Trump, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a déploré un « monde de plus en plus chaotique », regrettant que « le multilatéralisme soit autant critiqué au moment où il est le plus nécessaire ».

Serrant le poing sur le pupitre de l’hémicycle de l’ONU, Emmanuel Macron a exhorté mardi les dirigeants du monde à «ne pas s’habituer» à la montée des nationalismes, qui se nourrissent selon lui de l’accroissement des inégalités.

Le chef de l’Etat français n’a pas cité le nom de Donald Trump mais son discours devant l’ONU a été souvent l’exact opposé de celui prononcé, deux heures plus tôt, par le président américain. «Certains ont choisi la loi du plus fort. Mais elle ne protège aucun peuple. Nous choisissons une autre voie: le multilatéralisme», a résumé Emmanuel Macron.

Aujourd’hui, Donald Trump a donc vanté son initiative de paix « audacieuse » avec la Corée du Nord. Il a toutefois prévenu que les sanctions internationales contre Pyongyang resteraient « en place jusqu’à la dénucléarisation » de la péninsule coréenne.

Le dossier iranien illustre cette profonde différence d’approche. Lorsque Donald Trump appelle la communauté internationale à «isoler le régime iranien», Emmanuel Macron prône «le dialogue» avec Téhéran. «Qu’est-ce qui permettra de régler véritablement la situation en Iran?», demande-t-il. «La loi du plus fort? La pression d’un seul? Non!» «Nous savons que l’Iran était sur la voie du nucléaire militaire, mais qu’est-ce qui l’a stoppée? L’accord de Vienne de 2015», poursuit-il. Une allusion implicite à la décision en mai de Donald Trump de quitter l’accord, le jugeant inopérant pour arrêter les programmes militaires iraniens.

Au lieu de renforcer les sanctions, comme Washington s’apprête à le faire en novembre, Paris veut donc continuer à discuter avec Téhéran d’un agenda plus large permettant de traiter toutes les préoccupations nucléaires, balistiques, régionales, causées par les politiques iraniennes.

Dans son discours, qu’il a terminé sous de vifs applaudissements, Emmanuel Macron s’est alarmé de la «crise profonde» que traverse «l’ordre international», symbolisée par «l’impuissance» dont est menacée l’ONU. Ce constat rejoint celui du chef de l’ONU, Antonio Guterres, qui a déploré «un monde de plus en plus chaotique». Il a regretté que «le multilatéralisme soit autant critiqué au moment où il est le plus nécessaire».

Pour Emmanuel Macron, le «coeur du problème» est la montée des «inégalités profondes» ces dernières décennies. Et de citer les «250 millions d’enfants qui n’ont pas le droit à l’école», les «783 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté» ou les «200 millions de femmes qui n’ont pas accès à la contraception». Or «la défiance dans nos sociétés se nourrit de toutes ces inégalités», a ajouté le président français, en appelant les grandes institutions internationales à «changer de méthode», sans entrer dans les détails.

Tout en saluant un discours «fort», l’ONG Oxfam a appelé le chef de l’Etat «à joindre bien davantage le geste à la parole (…) s’il veut être réellement crédible». Emmanuel Macron, qui tente de se débarrasser de l’étiquette de «président des riches» qui lui colle à la peau en France, a fait de cette lutte contre les inégalités la priorité du G7 qu’il présidera en 2019.

Plutôt satisfait de l’évolution du dossier nord-coréen, Donald Trump choisit désormais de mettre la pression sur l’Iran, qui est dans le collimateur de la Maison Blanche. Le président américain a dénoncé une « dictature corrompue » en Iran. Il s’est félicité du retrait de l’accord sur le nucléaire iranien et a lancé un appel à « isoler le régime ».

Donald Trump : « les leaders iraniens sèment le chaos, la mort et la destruction. C’est pourquoi tant de nations du Moyen-Orient supportent ma décision de retirer les États-Unis de l’horrible accord sur le nucléaire iranien. Nous ne pouvons pas permettre au principal sponsor mondial du terrorisme de posséder l’arme la plus dangereuses de la planète »

Le président américain espère que son intransigeance face à l’Iran va permettre d’obtenir les mêmes avancées qu’avec la Corée du Nord.

Donald Trump doit justement présider demain une session spéciale du Conseil de sécurité consacrée à la non-prolifération. La Belgique sera présente en tant qu’observateur.

Dans un communiqué, les gardiens de la Révolution iranienne s’en prennent vivement à Donald Trump, présenté comme « un président maléfique » et un « aventurier » qui a lancé une « guerre économique » contre l’Iran et a décidé des « sanctions cruelles pour détourner la nation iranienne des valeurs révolutionnaires et de la défense de ses intérêts ». « Le rêve de Trump et de Pompeo ne se réalisera jamais », a répondu aujourd’hui Ali Akbar Velayati, principal conseiller de l’ayatollah Ali Khamenei, cité par l’agence de presse Irna.

Donald Trump a confirmé dans un tweet qu’il n’allait pas rencontrer son homologue iranien, tout en se disant ouvert à la possibilité d’une telle rencontre dans le futur. « Peut-être un jour, à l’avenir… Je suis sûr que c’est un homme tout à fait agréable », a écrit le président américain.

Le président iranien a accusé les Etats-Unis de vouloir « renverser » le régime de Téhéran, tout en leur proposant de dialoguer. Il a dénoncé la position « absurde » de Donald Trump qui avait appelé le monde, un peu plus tôt à la même tribune, à « isoler » le régime iranien « corrompu ». La sécurité ne peut pas être « le jouet » de la politique intérieure américaine, a martelé Hassan Rohani.

« Nous devons en Europe faire nos propres choix », a déclaré M. Michel après avoir entendu le discours du président américain Donald Trump. « L’Europe ne doit pas être suiveuse de l’Amérique. Nous sommes un partenaire fort en ce qui concerne la défense des valeurs fondamentales et des libertés et nous devons faire plus pour notre sécurité, investir davantage dans la défense et avoir notre propre stratégie pour les défis géopolitiques de demain ».

Au Conseil de sécurité, sur les deux sujets phares de la semaine — Iran et Corée du Nord —, les 15 membres de la plus haute instance de l’ONU ne parlent pas — ou plus — d’une même voix.

Si les Européens sont d’accord pour réduire l’influence iranienne au Moyen-Orient, ils sont en profond désaccord avec Donald Trump sur sa rupture avec l’accord nucléaire de 2015.

«Ne signons plus d’accords commerciaux avec les puissances qui ne respectent pas l’accord de Paris», a-t-il déclaré à la tribune de l’ONU, sans citer nommément les Etats-Unis qui en sont sortis en 2017.






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3421

Barcelone: Manuel Valls officialise sa candidature aux municipales

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 25 sept., 2018 23:28:52
GABRIEL MIHAI

Manuel Valls a officiellement annoncé mardi sa candidature aux municipales de la ville catalane.

"Je veux être le prochain maire de Barcelone." Par ces mots, prononcés mardi 25 septembre, en catalan, au Centre de culture contemporaine de Barcelone, Manuel Valls a officialisé sa candidature à la mairie de la capitale catalane. Son annonce, attendue, ne crée guère la surprise.

Cette aventure catalane reste cependant un pari pour l'ancien chef du gouvernement, raillé sur place par certaines personnalités politiques et les satiristes pour sa méconnaissance supposée des réalités locales.

Dans le même discours, l'ancien socialiste a annoncé qu'il allait démissionner de son mandat de député de l'Essonne en France. Il a fait cette annonce en français cette fois et a déclaré que cet abandon de ses responsabilités françaises aurait lieu la semaine prochaine.

Manuel Valls, 56 ans et ancien Premier ministre français est né à Barcelone et a été naturalisé français. "Depuis ma naissance (...) ma relation avec Barcelone a été intime, constante", a fait valoir Manuel Valls.

A l'aise en castillan comme en catalan, il est né il y a 56 ans dans la deuxième ville d'Espagne d'un père catalan et d'une mère suisse avant d'obtenir, à l'âge de 20 ans, la naturalisation française.

C'est en France qu'il a fait toute sa carrière, à l'aile droite du Parti socialiste et à Evry (Essonne), dont il a été maire de 2001 à 2012, jusqu'à devenir ministre de l'Intérieur en 2012, puis Premier ministre de François Hollande en 2014 et enfin candidat malheureux à la primaire de la gauche en 2017.

Depuis l'échec de ses ambitions présidentielles en France en 2017, Manuel Valls s'est engagé de l'autre côté des Pyrénées, multipliant meetings et manifestations contre les indépendantistes catalans qui ont tenté en octobre dernier de faire sécession de l'Espagne.

Le défi s'annonce de taille le 26 mai prochain pour succéder à l'actuelle maire de gauche, l'ancienne militante du droit au logement, Ada Colau, à la tête de la ville de 1,6 million d'habitants. Manuel Valls est assuré du soutien du parti libéral Ciudadanos, fer de lance de l'opposition à l'indépendantisme, qui l'invitait depuis plusieurs mois à porter ses couleurs.

Il a recruté pour sa campagne un ex-directeur de communication du FC Barcelone, club dont il est supporter, et l'ancien bras droit du maire socialiste, Pasqual Maragall (1982-1997), symbole de l'entrée dans la modernité de la ville qui accueillit les jeux Olympiques en 1992.

Un sondage publié début juillet accordait 5,2% des intentions de vote à Ciudadanos, le parti centriste avec lequel il a le plus d'affinités, en vue des municipales du 26 mai 2019.

D'après Jordi Muñoz, politologue de l'Université de Barcelone, "ses chances d'être maire sont minces".

Manuels Valls n'est pour l'heure pas parvenu à convaincre les deux autres partis anti-indépendantistes, le Parti socialiste à gauche et le Parti populaire à droite, de se rallier à sa candidature, souligne Muñoz.

Or, estime le politologue barcelonais Oriol Bartomeus, "la seule façon qu'il a de gagner" est de mettre sur pied une liste d'ouverture afin d'arriver en tête le 26 mai et de parier ensuite sur la division de ses adversaires. Les élections municipales se font au scrutin proportionnel en Espagne, obligeant les partis à des tractations après le vote.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3417

Amauri Chamorro, analyste international et politologue parle de la politisation en Justice, et la persécution politique en Amérique Latine

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 25 sept., 2018 13:02:12
GABRIEL MIHAI

L'UNASUR s'inspire de l'Union européenne, son objectif est de « construire une identité et une citoyenneté sud-américaine ainsi que développer un espace régional intégré ». Elle est composée des douze États d'Amérique du Sud qui ont signé le 8 décembre 2004 la Déclaration de Cuzco, une lettre d'intention de deux pages visant à la réunion du Mercosur, de la Communauté andine, du Chili, de la Guyane et du Surinam en une seule communauté supranationale, la Communauté sud-américaine des nations (CSN), sur le modèle de l'Union européenne. Le Panama et le Mexique ont assisté à la cérémonie de signature et ont obtenu la qualité d'observateur.

Le 24 octobre 2011, l'Union des Nations sud-américaines obtient le statut de membre observateur à l’Assemblée générale de l’ONU après que la commission des affaires juridiques ait approuvé à l'unanimité la demande d'adhésion à l'organisation.

La libre circulation des personnes d'Amérique du Sud faisant partie d'un des 12 d'états membres pendant au plus 90 jours (hormis la Guyane française et le Surinam), avoir une carte d'identité sont les deux points principaux de leurs revendications.

Amauri Chamorro, consultant, analyste international et politologue riche de 20 ans d'expérience et ayant travaillé pour l'Amérique Latine et les Caraïbes en tant que conseiller de gouvernements et partis progressistes, parle sur la politisation de la Justice, et la persécution politique en Amérique Latine. Mettre en lumière le cas Equatorien, et la persécution politique de Rafael Correa et Jorge Glas mais aussi de Lula au Brésil est sa priorité.

"Une de mes hypothèses est que le libéralisme a effectivement renforcé le capitalisme, le développement pour le citoyen lié à l’individualisme, à l’amélioration matérielle. Le résultat est une classe moyenne qui mesure la qualité de vie de la population. Le progressisme n'a pas compris cela. Il ne suffit pas d’adopter des politiques publiques pour le peuple, il faut toujours amener les gens au gouvernement.

En Équateur, nous avons remporté les élections d'une très courte tête. Le pays se porte relativement bien, avec les difficultés d’une économie dollarisée, et maintenant, Lenin Moreno s'éloigne de plus en plus de l'ex président Rafael Correa, ce qui permet éventuellement de créer une gouvernance plus calme et moins conflictuelle, mais exige également une série de concessions que Correa et ses partisans ne toléreraient pas.

Souvent comparée à celle menée par Hugo Chavez au Venezuela et Evo Morales en Bolivie, la politique mise en œuvre par Rafael Correa en Équateur s'inscrit dans la mouvance du « socialisme du xxie siècle » et se traduit notamment par un refus du paiement des pans illégitimes de la dette, des nationalisations, et par un accroissement significatif des investissements publics. Ainsi, les budgets consacrés à la santé et l'éducation sont triplés, ce qui entraîne une augmentation de deux ans de l’espérance de vie entre 2007 et 2016 et permet de réduire l'analphabétisme d'un taux de 9,3 % en 2007 à 2,7 % en 2009. À cette date, en reconnaissance des progrès accomplis, l'Unesco déclare l’Équateur « libre d’analphabétisme ». Par ailleurs, les aides apportées par l’État aux familles en détresse économique sont renforcées et le salaire minimum est doublé. En écho à cette seconde mesure, le gouvernement propose également l'introduction d'un salaire maximum au sein des entreprises privées. Les aides sociales spécifiques aux personnes handicapées, qui étaient auparavant quasiment inexistantes, sont augmentées de 750 % et des quotas imposent dorénavant aux entreprises le recrutement de salariés handicapés. 300 000 logements sociaux sont distribués gratuitement.

Le 24 mai 2017 Lenín Moreno succédait à Rafael Correa et devenait président de la République de l'Équateur. Après avoir pris sa fonctions, Lenín Moreno entre en conflit avec son prédécesseur. Les frictions entre les deux hommes se poursuivent durant les mois qui suivent, les proches de Moreno expliquant qu'il cherche à adopter une attitude et un mode de gouvernement plus conciliant que ne le faisait Correa, privilégiant le dialogue à la confrontation.
Mais le 28 juillet, Moreno, rend public le mandat de l'ex président Correa sur la chaîne de télévision nationale, où il discute d'une politique corrompue et mensongère de l'ancien président en essayant d'expliquer d'où vient l'économie quotidienne et quelles sont les lacunes de l'État vis-à-vis de Correa, qui auraient amené le pays à la limite de ses possibilités.
Quelques jours plus tard, le vice-président Jorge Glas, visé par des accusations de corruption dans le cadre de l'affaire Odebrecht, s'adresse au public dans une longue lettre par laquelle il clame son innocence, annonce qu'il conservera ses fonctions, et attaque très durement le président Moreno, lui rappelant que tous deux ont été élus pour continuer les changements initiés par le leader Correa et l'accusant, entre autres, de reconstituer les prébendes du « pays » et de créer un terrain propice à la corruption institutionnalisée.

La crise prend un tournant plus institutionnel quand, Correa réagit vivement à ces assertions, accusant Moreno de parler d'économie sans la comprendre et d'utiliser des chiffres erronés, et assénant que « tout ce qui est cynique, déloyal et médiocre sera éphémère », Correa se retire alors en Belgique, le pays d'origine de son épouse et là où il a été nommé professeur d'économie.

Le 2 octobre 2017, Glas est arrêté et mis en détention préventive, visé par des accusations de corruption dans l'affaire Odebrecht: un nom qui aura fait trembler l'Amérique latine en 2017. Le scandale de corruption autour du géant brésilien du BTP a touché la quasi-totalité du continent, quand plusieurs cadres du groupe ont confessé devant la justice avoir financé des campagnes électorales à travers tout le continent, propulsant des carrières politiques en échange de juteux contrats de marchés publics. Au total, près de 788 millions de dollars auraient été versés entre 2001 et 2016 dans 12 pays : le Brésil, l'Argentine, la Colombie, la République dominicaine, l'Équateur, le Guatemala, le Mexique, le Panama, le Pérou, le Venezuela. Deux pays africains sont également concernés : l'Angola et le Mozambique.

La police brésilienne chargée de l’enquête sur la tentaculaire affaire de corruption au sein de la compagnie publique Petrobras procédait à l’arrestation, dans sa luxueuse demeure de São Paulo, de Marcelo Odebrecht, l’un des plus puissants hommes d’affaires, le premier groupe de construction d’Amérique latine avec ses 168 000 employés, présent dans 28 pays dont le Venezuela, la Colombie, le Pérou et les États-Unis, est en possession de secrets potentiellement explosifs. Des secrets capables de faire tomber les gouvernements dans toute la région.

En Equateur, Odebrecht a été au coeur de la campagne lors des dernières élections présidentielles. Lenin Moreno, président élu en mai 2017, s’était en effet présenté comme le candidat anti-corruption en promettant une “chirurgie totale” de plusieurs services de l’Etat. Odebrecht venait de révéler avoir donné des pots-de-vin à des responsables politiques hauts placés de 7 des 10 derniers gouvernements.

Des dirigeants politiques sont aussi concernés en Argentine, au Panama, au Guatemala, en République dominicaine. Et même si ce n’est probablement pas la préoccupation première des Vénézuéliens, le président Nicolas Maduro est également mis en cause.

Au Brésil, le montant des pots-de-vin versés par Odebrecht à des responsables politiques s'élèverait à plus de 300 millions de dollars. Et c’est le parti travailliste, au pouvoir entre 2003 et 2016 qui est le plus éclaboussé, et notamment Dilma Roussef et Ignacio Lula Da Silva. Le président actuel, Michel Tener, est également concerné. D’autres responsables politiques sont accusés, dont certains qui pourraient avoir un rôle important dans la campagne pour les élections présidentielles d’octobre 2018.

Marcelo Odebrecht, PDG de l'entreprise familiale de BTP et de telecoms au cœur du scandale, a été condamné à 19 ans de prison en avril 2017. Le 19 décembre 2017, il a quitté la prison pour passer en résidence surveillée, une récompense pour sa collaboration avec la justice.

Rien qu'au Brésil, les déclarations de Marcelo Odebrecht ont permis d'enquêter sur huit ministres, le conservateur Michel Temer, un tiers du Sénat et une quarantaine de députés.

Pedro Pablo Kuczynski, a sauvé sa tête, c'est pour le moment en Équateur que se trouve le responsable politique de plus haut niveau condamné dans le cadre d'Odebrecht : le vice-président Jorge Glas.

Il a été condamné le 13 décembre à six ans de prison par la Cour suprême pour avoir perçu près de 13,5 millions de dollars de pots-de-vin du groupe de BTP brésilien.

L'ex-président équatorienne a été convoqué par la justice pour témoigner au sujet d'une affaire de corruption présumée portant sur des contrats commerciaux jugés potentiellement favorables aux intérêts thaïlandais et chinois au détriment de l’État équatorien. Correa dénonce une « instrumentalisation de la justice » par le chef de l’État Lenín Moreno.

Mais l'ex-président s'est présenté au consulat équatorien de Belgique, où il réside depuis un an. La juge Daniella Camacho a donc décidé d'ordonner son arrestation.
L'affaire remonte à la nuit du 13 août 2012 en Colombie. Fernando Balda, alors député de l'opposition équatorienne du Parti société patriotique 21 janvier (PSP), se trouve à Bogota. Cinq personnes l'interpellent avec violence et le forcent à monter dans une voiture. Une heure et demie plus tard, la police intercepte le véhicule et fait échouer l'enlèvement.
Après six ans de stagnation, l'enquête se débloque en mai 2018. L'actuel président équatorien Lenin Moreno annonce la déclassification d'informations confidentielles du Secrétariat national du renseignement.

Des informations qui auraient permis à la justice d'établir un lien entre la tentative d'enlèvement et Rafael Correa.
"Je ne pensais pas retourner en Equateur, je vis en Belgique et je l'ai dit au peuple équatorien. Aujourd'hui, c'est encore pire vu les circonstances, ce serait du suicide. Je fais l'objet d'un mandat d'arrêt et en Equateur j'irais directement dans une prison sans aucune garantie dans une dictature. Un tel mandat d'arrêt n'a aucune chance de succès dans un pays comme la Belgique, c'est même ridicule. Et pourvu qu'Interpol ne l'accepte pas non plus. Parce qu'Interpol ne peut pas se mêler de ce genre d'affaires politiques. Dans tous les cas, ils veulent m'humilier avec ce message : "Mandat d'arrêt en Equateur, diffusion à Interpol, Correa fuit la justice". C'est comme ça depuis le mois dernier et le problème c'est que nous ne faisons pas face à la justice équatorienne, mais plutôt à l'injustice, aux abus et à la dictature équatorienne" a déclaré Correa.

Le 10 septembre 2018, il est accusé d'avoir utilisé de l'argent public pour encourager des militants indigènes à organiser une campagne contre Chevron.

Rafael Correa a réagi à l'annonce faite par le gouvernement national d'éventuelles sanctions pour mauvaise gestion, pendant son mandat, de l'affaire contre la compagnie pétrolière américaine Chevron-Texaco.

Attaquer le gouvernement précédent, au lieu de rappeler au monde comment Chevron a détruit l'Amazonie, ne laisse aucun doute que ces traîtres ont déjà fait un pacte avec la transnationale. " Il faut être naïf pour croire que les déclarations sur Chevron, contre Assange, les avions américains, etc., toutes après la visite de Pence, sont des " coïncidences ".

Au cours de cette journée, le secrétaire général de la présidence de l'Équateur, Eduardo Jurado, a annoncé la possibilité que le pays recevra des sanctions pour la mauvaise gestion du litige contre la compagnie pétrolière américaine.

Il a également déclaré que l'empressement de l'exécutif de l'ancien président à avoir une notoriété internationale et tous les pouvoirs entre ses mains pourrait générer des dommages.

Selon lui, l'administration de Correa a utilisé 10 millions de dollars dans la campagne de communication nationale et internationale : " La main sale de Chevron ", à laquelle ont participé des personnalités internationales, comme l'acteur américain Danny Glover, qui, dit-il, a été payé pour sa visite.

Dans ce cas, par répétition, une éventuelle condamnation à l'encontre du pays est transférée aux fonctionnaires de l'administration précédente, dans le cadre d'un processus d'arbitrage avec la compagnie pétrolière, une demande déjà faite au bureau du Procureur général de l'État.

Chevron a demandé à un tribunal international d'entériner la sentence d'un million de dollars infligée à l'État équatorien pour de graves dommages environnementaux en Amazonie.

L'entreprise a été sanctionnée pour payer 9,5 milliards de dollars aux peuples amazoniens, après un processus considéré comme réussi par l'Equateur et qui, de l'avis de la transnationale, était le résultat d'un complot.

En février, les Équatoriens ont approuvé par référendum une limite au mandat présidentiel pour empêcher Correa de revenir en 2021, un scrutin sonnant comme une victoire pour Lenin Moreno dans sa lutte avec Correa.

Pendant son mandat, ce dernier avait lancé des réformes, augmenté les dépenses sociales, réduit les profits des compagnies pétrolières et suspendu certains paiements de dettes qu'il considérait comme illégitimes.

Depuis son élection l'année dernière, Moreno n'a cessé de démanteler l'héritage de gauche de Correa, faisant des ouvertures au monde des affaires et à la droite politique.

Amauri Chamorro le spécialiste de la communication politique a travaillé sur des campagnes pour plusieurs candidats latino-américains et analyse le déclin du secteur dans la région.

La communication politique doit partir d'une analyse de l'environnement politique, de la communication social et économique du pays. Et ce travail ne se fait pas uniquement pendant la période électorale.

L'utilisation de la justice comme instrument politique a été le seul salué pour la droite continentale. Après des décennies de victoires électorales légitimes de la gauche, la seule chose ce qu'il ôtait
était d'incliner le terrain démocratique et d'être acheté aux arbitres pour continuer dans le conflit. Depuis quelques années et sans se rendre compte, les mouvements et les partis du domaine progressiste commençaient à perdre des batailles politiques dans un autre théâtre
d'opérations : la Justice. Les systèmes judiciaires, élitistes par excellence, ont été facilement cooptés pour remplacer aux partis politiques dans la confrontation contre les forces progressistes.

L'analyste Amauri Chamorro envisage que Donald Tromps a continué à mettre en œuvre les promesses faites lors de la campagne électorale sur l'immigration et le travail illégal en ce concerne l'Amérique latine et la frontière américano-mexicaine.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3416

Réunion sur le climat (GCAS) en Californie autour d'Anne Hidalgo

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 17 sept., 2018 22:54:43
VÉRONIQUE YANG

Le Global Climat Action Summit (GCAS) s'est tenu du 11 au 13 septembre dernier à Los Angeles.

A cette occasion, tous les acteurs non étatiques (villes, ONG, entreprises et citoyens) se sont engagés pour le climat pour la première fois ensemble.

Paris est au coeur du réseau des villes engagées dans la lutte contre le changement climatique, le C 40. Créée en 2005 par l'ancien maire de Londres Ken Livingstone, l'organisation rassemblait 81 des plus grandes villes du monde ainsi que 6 villes observatrices, représentant 49 pays différents, elle est présidée par la Maire de Paris Anne Hidalgo depuis 2014 (réélue en 2018 pour un mandat de 3 ans). De grandes métropoles y sont rassemblées telles que New York, San Francisco, Vancouver, Paris, Moscou, Rome, Milan, Athènes, Séoul, Bombay, Jakarta, Melbourne, Hong Kong, Pékin, São Paulo, Buenos Aires, Le Cap et Le Caire. Ces agglomérations représentent environ 600 millions d’habitants et 25% du PIB mondial mais aussi 70% des émissions de gaz à effet de serre. Afin de réaliser ses projets, de grandes fondations le soutiennent dont la Fondation Clinton ou Bloomberg Philanthropies.

En décembre 2015, 195 pays ont adopté lors de la COP 21 le tout premier accord universel sur le climat juridiquement contraignant. Il évite un changement climatique dangereux, en maintenant le réchauffement planétaire largement en dessous de 2°C. Lors de ce sommet, 1 000 maires se sont engagés à réduire de 3,7 gigatonnes les émissions annuelles de gaz à effet de serre dans les zones urbaines d’ici à 2030. Ensemble, ils ont bâti une stratégie et s'attèlent à respecter les accords de Paris pour le climat en concrétisant leurs actions pour limiter les températures et la pollution.

Du 11 au 13 septembre, le C40, la Convention Mondiale des Maires pour le climat, l'énergie et la ville de San Francisco se sont réunis pour Cities4Climate: L'avenir c'est nous. Le but était de montrer les villes nettoient l'air que nous respirons et comment notre communauté (maires, chefs d'entreprises, acteurs du changement, entrepreneurs et experts du climat du monde entier) peuvent construire des communautés plus saines et plus résilientes.

Le 11 septembre, il a été question du développement des véhicules non polluants et de l'amélioration de la qualité de l'air lors du Clean Transportation Summit.

Le 12 septembre, la valorisation de la nouvelle génération de femmes entrepreneures qui s'engagent pour l'environnement et la lutte contre le changement climatique était au centre du Women4Climat Innovation Workshop. D'ici 2020, le programme vise à permettre à 500 jeunes femmes de jouer un rôle clé dans le programme Deadline 2020. Ce fut aussi l'occasion pour l'événement "The futur is Us" de montrer comment les villes agissent concrètement et durablement pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris mais aussi le lancement d' un concours mondial conçu pour encourager les femmes travaillant dans le secteur des technologies à proposer des solutions climatiques novatrices. Les lauréates recevront une bourse et verront leurs idées mises en œuvre dans les villes du C40. Il faut rappeler que 20 des villes réunies dans le C 40 sont dirigées par des femmes; en 2014, on en comptait que 4.

Le 13 septembre, le Global Climat Action Summit a associé pour la première fois les différents acteurs (villes, entreprises, ONG et citoyens) pour une même mobilisation en faveur des Accords de Paris.

Le sommet Cities4Climate a connu 2 temps forts:

-Le dévoilement de l'étude Climate Opportunity qui évalue l'impact environnemental sanitaire et économique de la transition écologique des villes, réalisée par Bloomberg Philanthropies et Global Covenants of Mayers.

-L'adoption de nouvelles actions communes aux villes du C40 dans le domaine de la construction et des déchets, qui auront un impact positif et significatif sur l'environnement et la qualité de l'air. A ce sujet, la capitale française a été mise à l'honneur par plusieurs de ses actions, la création du Parc Rives de Seine qui a été inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, la réduction de la place de la voiture en ville, le développement des pistes cyclables et l'adoption unanime du Plan Climat 2020-2050 qui vise à faire de Paris une ville neutre en carbone.

La seconde édition de One Planet Summit se tiendra après le Global Climate Action Summit de San Francisco, le 26 septembre à New-York et sera co-présidée par le président français, Emmanuel Macron, du secrétaire général des Nations Unies, Antonio Gutteres, du présient de World Bank Group, Jim Yong Kim et de l'envoyé spécial pour les nations unies, Michael R. Bloomberg.

Ce déplacement de la maire de Paris a aussi été l'opportunité de conforter les liens qui unissent les villes de Paris et Los Angeles. Anne Hidalgo était présente aux côtés d'Eric Garcetti, maire de Los Angeles lors de la commémoration des attentats du 11 septembre 2001; elle a ensuite participé au National Memorial Day of Service en faveur des personnes sans- abri puis a visité l'un des futurs sites olympiques des Jeux 2028. Ce fut aussi l'occasion de signer un nouveau pacte d'amitié et de coopération avec London Breed, maire de San Francisco.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3400

Nikol Pachinian a été reçu par Emmanuel Macron, la communauté arménienne en France et le MEDEF

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 14 sept., 2018 23:59:35
GABRIEL MIHAI

Une délégation gouvernementale est arrivée en France, dirigée par le Premier ministre Nikol Pachinian, pour une visite officielle de deux jours.

Le premier ministre arménien Nikol Pachinian est arrivé à Paris où il doit effectuer une visite de deux jours à l’invitation du président Emmanuel Macron, un mois jour pour jour avant la tenue à Erevan du 17e sommet de la francophonie, ou va participer le président de la République Français.

Le premier ministre Nikol Pachinian a été reçu ce vendredi le 14 septembre à l’Elysée pour un entretien avec le Président français Emmanuel Macron.
Après la cérémonie, la poignée de main et la photographie rituelle, les dirigeants des deux pays ont poursuivi leur discussion dans le cadre d'un déjeuner de travail.

Emmanuel Macron a souligné que son pays était prêt à poursuivre les efforts visant à développer une coopération étroite avec l’Arménie dans différents domaines.

Le premier ministre a déclaré sa confiance dans le développement des relations diplomatiques arméno-françaises établies au cours des dernières années et souhaite qu'elles continueront à se développer dans tous les domaines du dialogue politique régulier, les connexions inter-actives, les relations dynamiques décentralisées, la coopération économique, culturelle, éducative , scientifique, les soins de santé et d’autres domaines, ainsi qu’un cadre juridique assez complet. "Je suis convaincu que notre rencontre donnera une nouvelle qualité à nos relations privilégiées basées sur une amitié historique séculaire".

Il a souligné l’importance du Sommet de la Francophonie en Arménie et a ajouté que c’était l’un des événements les plus importants à Erevan depuis l’indépendance tout en réitérant l'engagement des autorités pour assurer le plein succès du Sommet en exprimant sa confiance qui augmentera le prestige et l'influence de la Francophonie. Nikol Pashinyan a attaché de l'importance au Forum économique francophone qui se tiendra à Erevan le 10 octobre qui vise à promouvoir les contacts et les interactions entre entrepreneurs.

Les parties ont échangé des points de vues sur le règlement de la question du Karabakh et l'importance de ses moyens exclusivement pacifiques dans le cadre de l'OSCE Groupe de Minsk. Nikol Pashinyan a félicité les pays coprésidents, notamment les efforts de la France visant à assurer la paix et la stabilité dans la région. Il a souligné que l'Arménie était déterminée à poursuivre les négociations pour parvenir à un règlement pacifique du conflit.

Emmanuel Macron a conclu un accord sur un programme complet des relations Arménie-France discutées en détail lors de la prochaine visite d'Etat du président français en Arménie.

A peine arrivé à Paris, Nikol Pashinyan a déposé une gerbe au monument de Komitas, rendant hommage aux victimes du génocide arménien.

Le Premier ministre a dîné avec les représentants de la communauté arménienne en France, notamment des députés, des hommes politiques, des personnalités, des hommes d’affaires, des artistes parmi lesquels se trouvaient le maire de Lyon, Georges Kepenekian, le maire adjoint du 9e arrondissement de Paris Alexis Govcyian, Patrick Devedjian, les co-présidents du conseil de coordination des organisations arméniennes de France Ara Toranian et Mourad Papazian, les hommes d’affaires Daniel Kourkchyan, Serge Churuk, Alain Mikli, le footballeur Yuri Jorkaeff et Alain Terzian. Il a noté dans son discours, que la présence de la communauté Arméniens française symbolisait des opportunités possibles aujourd’hui en Arménie.

"Ce qui s’est passé en Arménie est assez facile à comprendre. Les citoyens arméniens ont retrouvé confiance en eux. C’est le changement clé qui a eu lieu. Peu importe qui est le gouvernement et qui est l’opposition - les gens sont la seule source de pouvoir en République d’Arménie et il n’y a pas d’exagération."..."Plus tôt aujourd’hui, j’ai accueilli et rencontré des représentants du groupe d’amitié France-Arménie. Je leur ai dit qu’un nouveau système de gouvernance était en train de s’organiser en République d’Arménie, celui de la démocratie directe."...."Je pense qu’un nouveau processus a commencé en Arménie, qui se répandra dans le monde entier. Je veux croire que le peuple arménien et l’Arménie ont assumé un rôle d’importance mondiale et je pense également que la nation arménienne a le potentiel, les antécédents et les compétences nécessaires pour avoir son mot à dire dans le développement de nouveaux systèmes dans le monde. Beaucoup de choses restent à dire, mais je veux vous assurer que je pourrais lire dans vos yeux tout ce que vous vouliez dire, et j’espère que vous avez vu dans mes yeux ce que vous vouliez entendre."

Aujourd'hui, il a également rencontré les membres du Mouvement des entreprises françaises MEDEF et a appelé à des investissements en Arménie.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3393

Charity Day: Quand le monde des marchés financiers est en première ligne pour venir en aide à l'enfance et à la recherche médicale

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 12 sept., 2018 17:43:50
VÉRONIQUE YANG

BGC Partners est une entreprise de services américaine, leader mondial sur les marchés financiers. Ses bureaux étaient situés au 105ème étage du One World Trade Center.

Lors de l’attaque contre les Tours Jumelles le 11 septembre 2001, le groupe a perdu 658 collaborateurs, soit un quart des victimes de cet horrible attentat.

Après avoir reversé 25% de ses résultats annuels aux familles des victimes pendant 4 ans, BGC a décidé de mettre en place à partir de 2005 une journée de charité annuelle, le jour anniversaire de l’attentat. A l’occasion de cette journée internationale de solidarité, baptisée « Charity Day », la société et ses 18 filiales reverse l’intégralité du chiffre d’affaire du Groupe à des associations, acquis grâce à l’implication de célébrités qui pour l’occasion se sont transformées en « brokers » afin de réaliser le plus de transactions possible en l’espace de quelques heures et en faire bénéficier l’association qu’ils représentent.. Un thème associatif différent est choisi tous les ans dans chaque pays. Depuis 2005, 150 millions dollars ont été récupérés grâce aux marraines et parrains des associations et leurs aptitudes à enregistrer des ordres de bourses avec l’aide de courtiers professionnels.

Pour l’édition 2018, la filiale française Aurel BGC a accueilli une cinquantaine de personnalités qui se sont succèdées dans les bureaux et pour certaines, ce n’était pas la première fois.

Les associations ont été choisies selon leurs réalisations, leurs projets, leur domaine d’intervention et leur sérieux . La majorité d’entre elles sont en rapport avec l’enfance malade et défavorisée. Nous retrouvons ainsi dans le palmarès, la Fondation Arthritis, la Fondation ICM, la Fondation Alzheimer, les Petits Princes, Espérance Banlieues, Les Bonnes Fées, Les Rois du monde, ces 4 dernières se rapportant aux enfants.

La Fondation Arthritis: engagée dans la recherche sur la polyarthrite depuis près de 30 ans; l’univers du sport s’y est mobilisé avec le tennisman Michaël Llodra, l’athlète Muriel Hurtis, les rugbymen Pascal Papé et Marc Lièvremont (pour la seconde fois), mais également les comédiens Julie Ferrier (présente l’an dernier) et Arnaud Ducret , Joyce Jonathan, Elodie Gossuin, Nicolas Canteloup, Margot Laffite,Vincent Guérin, Albert Spano et plusieurs joueurs de l’ASSE 1976 dont Dominique Bathenay et Jean-Michel Larque. lLa communication sur les maladies graves et handicapantes dès le plus jeune âge est au centre du travail de l’association qui réserve chaque année plus d’un million d’euros à la recherche, soit 10 millions d’euros depuis sa création.

L’ICM, l’Institut du Cerveau et de la Moelle Épinière a été créé en 2006, il a soutenu par le coureur automobile Paul Belmondo, Jean Todt et Philippe Candéloro (ces 2 derniers présents l’année dernière). Ouvert depuis 2010 à la Pitié-Salpétrière a une action internationale. L’ICM bénéficie d’un éco-système privilégié avec son personnel spécialisé. Il est devenu en moins de 10 ans, le premier centre de référenceen neurosciences en France et le 3ème au niveau européen.

La Fondation pour la Recherche sur Alzheimer, créée en 2004 à la Pitié-Salpétrière, participe au Charity Day pour la première fois , représentée par Chantal Ladessous( pour la seconde fois cette année), les auteurs-compositeurs-interprètes Pierre et Alain Souchon, la mannequin Estelle Lefébure, le comédien Michel Boujenah, ainsi que l’animateur Télé Stéphane Plaza qui ont fait leur baptême du feu. Il s’agit de la seule association dédiée à la recherche clinique en France souhaitant combattre la maladie. Chaque année, 500 000 à plus d’un million d’euros sont versés pour la recherche depuis 14 ans.

Les Petits Princes représentés par l’animateur radio Manu Lévy, la journaliste Marie Drucker et la chanteuse Tal ainsi que l’animateur et comédien Julien Courbet. L’association née en 1987 réalise les rêves des enfants et adolescents gravement malades, atteints de cancers, de leucémies et de certaines maladies génétiques…Elle est un lien pour 150 services hospitaliers en France. Chaque jour, un rêve d’enfant est réalisé et c’est le cas de plus de 6 700 depuis 1987.

Les Bonnes Fées , association créée en 2015 par 15 Miss France, ont eu pour ambassadrices Sylvie Tellier, directrice générale de la société Miss France, accompagnée de Mareva Galanter, Corinne Coman , Maeva Coucke (Miss France 2018), Melody Vilbert, Alicia Aylies, Camille Cerf,,l’animatrice télé Valérie Damidot, toutes déjà présentes l’an dernier et cette année une nouvelle venue Alexandra Rosenfeld. Les collectes de fonds financent des programmes de recherche spécifiques tout comme des opérations de sensibilisation sur le terrain ou d’aide au grand public.

L’association Espérance Banlieues, les’humoristes Olivier de Benoist et Sandrine Sarroche ont décroché le téléphone pour lever un maximum de fonds lors de cette journée exceptionnelle. Fondée en 2012 par Eric Mestrallet, l’association a pour but de créer et développer des écoles privées hors contrat apportant une solution alternative, pragmatique et surtout adaptée aux besoins spécifiques des quartiers défavorisés.

Les Rois du Monde, créée en 2012, cette association composée de 34 bénévoles actifs, vient en aide aux orphelins hospitalisés et nécessiteux en France, établissant un lien entre hôpitaux et maisons d’enfants en organisant des sorties culturelles, des ateliers découverte. A l’époque des fêtes de fin d’année, l’association parcourt la France en compagnie des reines du monde qui deviennent des « Mères Noel », Mickey et Minnie qui distribuent des cadeaux. Pour le « Charity Day, l’artiste et sculpteur Richard Orlinski ainsi que l’animateur tv Laurent Boyer, se sont transformés en brokers pour la seconde année consécutive.

Le Charity Day est vraiment devenue une institution pour le monde des associations qui, grâce aux célébrités s’y prêtant au jeu, peuvent ainsi récolter des fonds pour de bonnes actions.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3389

Targu Jiu : une ville écologique, culturelle et touristique

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 08 sept., 2018 14:53:05
GABRIEL MIHAI

Depuis plus de 10 ans, la ville de Targu jiu en Roumanie , est devenue une véritable industrie naturelle, écologique et d 'espaces verts.

La technologie du système écologique a été mise à profit en 2016 par la séparation des déchets ménagers. Quant aux espaces verts, ils sont devenus un véritable travail de nature, transformant chaque centimètre de terre en plantant des arbres et des fleurs pour réduire la pollution dans la ville.

Aujourd'hui, en voyant la ville, vous pensez que vous êtes dans une forêt vivant dans un espace euphorique, un vrai coin de paradis où la pollution a diminué de 40% en 2017, 48% en 2016 et 58% en 2010.

Si en 2000, Targu Jiu a subi un cauchemar à cause de la pollution où l'industrie a transformé toutes les dernières particules d'air en dioxyde de carbone, aujourd'hui tout est transformé en eau et air à un taux allant jusqu'à 60 pour cent, reste encore la pollution des habitants, où les déchets ménagers ont leur place pour être séparés et jetés dans les lieux désignés pendant plus de 2 ans.

Cependant il reste encore beaucoup de séquelles qui méritent la critique, comme les transports en commun où on essaye le renouvellement des véhicules, avec de nouveaux autobus de dernière génération, ce qui prendra au moins un an pour avoir une réduction de la pollution jusqu'à 8%, contre 18% aujourd'hui.

Les activités d'assainissement de la gestion déléguée (élimination des déchets mis en décharge et de collecte des déchets écologiques et de transport) ont été suivies en continu répondantt aux paramètres de performance pris en charge par les opérateurs.

Ainsi, il a été constaté que l'opérateur de santé est conforme et approuvé pour la levée graphique des déchets publics, maintenant les plates-formes de déchets appropriées, des récipients de lavage propre et régulier de 1,1 m utilisé.

En ce qui concerne l'activité environnementale rue dépôt carrière, le stockage est la première cellule, dont la plénitude est d'environ. 92%.

Exploitant de la décharge écologique, SC POLARIS ENVIRONNEMENT SRL a terminé l'exécution des travaux pour la réalisation des deuxièmes cellules afin qu'il n'y ait pas de lacunes dans la fourniture de la capacité d'élimination des déchets de lancement des procédures pour la fermeture de la première cellule.

La quantité totale de déchets déposés dans le magasin écologique de la rue Carierei en 2017 était de 28 672,45 tonnes de déchets.

Comme le travail insecticide, cela a été réalisé en quatre étapes (trois étapes par avions, une étape au sol de pulvérisation), qui a débuté mai 2017.

Les dépenses totales en 2017 pour l’assainissement se sont élevées à 1 844 494,54 euros.

La ville prend son nom de la rivière Jiu . Dans l'antiquité, il y avait le village de Dacian à l'emplacement de la ville d'aujourd'hui entouré par des forêts. Après les conquêtes romaines d'Oltenia (101-102), des unités militaires ont été postées autour des routes qui ont relié différents itinéraires importants alors. Pendant le creusement de Târgu Jiu - le chemin de fer de Rovinari, des mosaïques, des pièces de monnaie, de la céramique et des briques romaines ont été trouvés dans la partie du sud-est de la ville. Ces témoignages antiques soutiennent l'idée que Târgu Jiu était une ville commerciale (un vicus) selon la règle de l'Empire Romain

. Un itinéraire très important relie le Danube à la Transylvanie en passant par la ville. Des historiens croient qu'une partie de l'armée romaine sous la direction de Trajan est restée et a doit son passé dans l'emplacement réel de la ville.

Datant de 1406, Targu Jiu a une historique indéniable et une culture riche que je vous invite à connaître. De l'ensemble monumental réalisé par le grand sculpteur Constantin Brancusi, l'histoire écrite de l'épée de Tudor Vladimirescu, ou l'histoire écrite avec le pistolet Ecaterina Teodoroiu Targu Jiu a beaucoup à offrir.

La Preajba Bike Fest s'est déroulée du 4 au 6 août à Preajba, un événement dédié à la promotion du tourisme d'aventure et au-delà. La deuxième édition de « Targu Jiu Féria du vélo » s'est alignée avec le début de la compétition : 31 amateurs de VTT ont concouru sur un parcours d'une distance de 32 kilomètres et une différence de niveau totale de 300 mètres. Parmi les concurrents figuraient des cyclistes du comté de Gorj et des comtés. En plus de la compétition de vélo de montagne, les participants à l'événement Targu Jiu ontn eu le plaisir ds'assister à des concerts de musique live.

Le festival de musique folk et ballade "Poarta Sărutului", en août,

tente de rassembler les plus grands noms du folklore roumain et donne également une chance d'affirmer les jeunes talents. Le festival est organisé par la People's Art School, avec le soutien du conseil municipal et de la mairie de Târgu Jiu, et d’autres institutions.

Pendant une semaine du 18 au 25 août, Târgu Jiul était de nouveau en fête à travers l'organisation du festival de la bière sur l'île. Le festival de la bière a débuté lundi et a fermé ses portes après une semaine, avec la participation de milliers de citadins.

Sept jours de plaisir et de bonne volonté, du lundi au dimanche, les tragujians ont la possibilité de laisser de côté les soucis quotidiens et d'entrer dans l'atmosphère de vacances. Le festival a été parrainé par deux entreprises bien connues, sans que le budget local ait été affecté à cet événement. Les habitants de notre ville ont pu assister à un spectacle folklorique et groupes : Pachanga, Corina, Mandinga et projet Daggu.

Le festival international de folklore a eu lieu du 20 au 24 août, organisé par le County Council et l'Ensemble Artistique Professionnel "Doina Gorjului", avec le soutien du Conseil Local et de la Mairie de Târgu Jiu, ainsi que d'autres institutions. Des ensembles folkloriques de 10 pays européens ont été invités à participer. Le but de ce festival est de promouvoir la ville de Târgu Jiu et le comté de Gorj en préservant les lieux de nos anciennes traditions nationales et internationales.

En août également, en collaboration avec la mairie de Târgu Jiu, le centre départemental de préservation et de promotion de la culture traditionnelle a organisé la foire artisanale du peuple roumain. Les habitants de la ville ont pu admirer pendant plusieurs jours des objets roumains et étrangers populaires dans tous les coins du pays, cette année a également sont été des artistes de la Serbie, la Bulgarie et la Moldavie,

La table du silence, à côté de la colonne sans fin et de la porte du baiser, est l'une des trois sculptures monumentales de l'ensemble monumental de Târgu Jiu du sculpteur roumain Constantin Brancusi. Aussi connu sous le nom d'Ensemble Monumental de Târgu-Jiu, l'ensemble est un hommage aux héros tombés pendant la Première Guerre mondiale. Les trois composantes sculpturales monumentales, la table du silence, la porte du baiser et la colonne sans fin, sont disposées sur le même axe, orientées d’ouest en est, avec une longueur totale de 1 275 m.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3378

Décès du Prix Nobel de la Paix, Kofi Annan

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 19 août, 2018 16:15:34
Véronique YANG


Kofi Annan, Prix Nobel de la Paix 2001 et ancien secrétaire de l'ONU est mort samedi 18 août à l'âge de 80 ans dans une clinique de Berne en Suisse.

Homme politique, diplomate, économiste et homme d'Etat, Kofi Annan est né le 8 avril 1938 à Kumasi au Ghana.

Après avoir étudié le droit dans son pays, il part aux Etats-Unis en 1961 et entre au Macalester College de St Paul . Il passe ensuite un an à l'Institut des Hautes Etudes Internationales de Genève. De retour aux Etats-Unis dans le Massachusetts 10 ans plus tard, il fait des études de troisième cycle en économie au Massachusetts Institute of Technologie en 1971 et 1972 et obtient sa maîtrise en sciences de gestion au MIT.

En 1962, il fait ses débuts à l'OMS où il est fonctionnaire du budget et d'administration. Il siège ensuite à la Commission des Nations Unies pour l'Afrique à Addis-Abeda, à la FUNU II à Ismailia puis au haut Commissariat des Nations Unies à Genève, devient sous-secrétaire général à la gestion des ressources humaines et coordinateur des Nations Unies pour les questions de sécurité entre 1987 et 1990. Sous- secrétaire général à la planification des programmes au budget et à la comptabilité puis contrôleur entre 1990 où il reçoit la mission, après l'invasion du Koweit par l'Irak, d'organiser le rapatriement d'Irak de 900 fonctionnaires internationaux et ressortissants de l'étranger. En 1992, il dirige la première équipe chargée de négocier avec l'Irak , concernant la vente du pétrole pour financer l'aide humanitaire. En 1993, il est promu sous-secrétaire général de Boutros Boutros-Ghali à qui il succède, commençant son premier mandat de secrétaire général de l'ONU le 1er janvier 1997; il est réélu pour un second mandat de 2002 à 2006 à la suite duquel le sud- coréen Ban-Ki- Moon prend le poste pour aussi 2 mandats puis le portugais Antonio Guterres depuis le 1er janvier 2017.

Après avoir quitté son poste à l'ONU, , il est nommé en juin 2007 président de l'Alliance pour une Révolution verte en l'Afrique (AGRA), créée en 2006 et subventionnée par Bill et Melinda Gates et la Fondation Rockfeller. En octobre de la même année, il est le nouveau président de la Fondation de Soutien à l'Organisation Mondiale contre la Torture qui regroupe 282 membres dans 92 pays. Il préside également l'African Progress Panel créé en 2007 notamment pour le suivi des engagements du sommet du G8 de 2005; membre du comité d'honneur de la Fondation Jacques Chirac en 2008, année de sa création, il est membre du jury du prix de la prévention des conflits et fonde sa propre fondation consacrée au développement durable et à la paix. Il est aussi membre de Global Elders, créé par Mandela pour promouvoir la paix et les droits de l'homme dans le monde.

En février 2012, il est émissaire conjoint de l'ONU et de la Ligue Arabe sur la crise en Syrie mais constatant l'échec de cette mission, il préconise l'entrée de la Russie et de l'Iran dans les négociations. Finalement, il démissionne début août de la même année. En mai 2013, Laurent Fabius lui remet les insignes de Grand Officier de la Légion d'Honneur

Il décède le 18 août entouré de sa seconde épouse Nane Lagergren, juriste suédoise avec qui il a eu une fille et de ses deux autres enfants issus de son premier mariage. Ses prises de positions resteront gravées à jamais comme la défense des personnes LGBT+ ou ses interventions pour le continent africain...

Depuis l'annonce de sa mort, de nombreuses personnalités lui rendent hommage à commencer par les président Emmanuel Macron qui parle de" la force de ses combats", Vladimir Poutine et Donald Trump, l'ex-président Hollande, les anciens ministres des Affaires étrangères Hubert Védrine et Bernard Kouchner sans oublier l'actuel secrétaire de l'ONU Antonio Gutteres ou Jean-Pierre Raffarin, ami et ancien ministre de Jacques Chirac. Son rôle dans la médiation pour la paix au Kenya mais aussi au Rwanda face au génocide restera gravé dans nos mémoires mais son plus grand regret fut son impuissance dans les conflits bosniaque ,lybien et syrien où il n'a pu empêcher les bombardements.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3349

Présidentielle au Brésil: un comité de l’ONU, demande au gouvernement de laisser Lula se présenter à la présidentielle

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 18 août, 2018 12:01:01
GABRIEL MIHAI

A quelques heures d’un nouveau débat télévisé entre les principaux candidats à la présidence, la déclaration du Comité des droits humains de l’ONU (HCDH) demandant au Brésil de laisser Lula se présenter à l’élection présidentielle, ajoutant que sa candidature ne pourra être annulée «que lorsque ses appels en justice auront été examinés de façon équitable».

Mais le gouvernement ne se sent pas concerné, et la candidature de Lula est toujours suspendue à une décision de la justice.

L’avocat de Lula a réagi immédiatement, Christiano Zanin s’est empressé d’exiger la participation de l’ancien président à la campagne électorale, à la suite du dépôt de sa candidature.

« A partir du moment où le Brésil a adhéré à la juridiction du Comité des droits humains de l’ONU, et cela remonte à 2009, le Brésil est dans l’obligation de respecter les décisions prises par cet organisme international », a-t-il déclaré Zanin.

Ce comité, qui est un organe de surveillance du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, est chargé de veiller au respect du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et au protocole facultatif qui y est associé. Comme le Brésil a ratifié ces deux textes, il est techniquement obligé de respecter les décisions du comité.

Pour l’ancien ministre des Affaires étrangères, Celso Amorim, un proche de Lula, cette polémique pourrait entacher l’image du Brésil à l’étranger. « De deux choses l’une, a-t-il lancé, ou le Brésil respecte cette décision, ou il se pose en paria international ».

Le parquet n'a pour sa part fait aucune déclaration pour le moment, mais le gouvernement brésilien a vite répliqué. Selon le ministère des Affaires étrangères, ce comité de l’ONU ne peut qu’émettre des recommandations, et c’est bien la justice brésilienne qui doit avoir le dernier mot. Or, le Tribunal supérieur électoral n’a pas encore statué sur la validité de la candidature de Lula, condamné pour corruption et incarcéré depuis quatre mois.

Evo Morales, le président de la Bolivie, a également publié un tweet se réjouissant de cette décision du CDH : «Nous saluons le fait que le Comité des droits de l'homme de l'ONU, le plus grand organisme d'intégration mondiale, reconnaît la légitimité de la candidature du frère Lula à la présidence du Brésil. Le monde est conscient de la conspiration entre l'oligarchie et la justice brésilienne. La vérité triomphera..."

Après la déclaration du comité de l’ONU, Dilma Rousseff, qui avait succédé à Lula à la présidente avant d’être destituée en 2016, s’est réjouie de ces conclusions : « Lula est innocent. Lula est candidat à la présidence de la République », a-t-elle écrit sur Twitter.

Le ministre de la Justice, Torquato Jardim, a déclare qu'il n'a pas de pertinence juridique. Tous deux se qualifient pour "l'intrusion politique et l'intrusion idéologique dans une question technico-juridique".

Sarah Cleveland, vice-président du comité de l'ONU, elle-même expliqué la raison du refus.

"Pour qu'un Etat soit invité à prendre des mesures de précaution, il faut démontrer qu'il viole de manière irréparable certains des préceptes du Pacte international relatif aux droits civils et politiques".

La justice brésilienne lui reproche à Lula d'avoir reçu un luxueux appartement en bord de mer de la part d'une entreprise de construction en échange de faveurs dans l'obtention de marchés publics, ce qu'il a toujours catégoriquement nié, invoquant l'absence de preuves et dénonçant un complot visant à l'empêcher de briguer un troisième mandat. Pour nombre de ses soutiens, cette condamnation constitue «un coup d'Etat judiciaire.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3348

Lula se lance dans la course présidentielle malgré son incarcération

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 16 août, 2018 18:18:33
GABRIEL MIHAI

«Lula président !» Près de 40 manifestants, des Brésiliens de Suisse ou d'autres personnes dont deux diplomates vénézuéliens, se sont rassemblés mercredi soir à Genève pour soutenir la candidature de l'ancien chef de l'Etat brésilien à la présidentielle d'octobre.

«Olé, olé, olà, libérez Lula», chantaient les manifestants sur la Place des Nations. Lula a gouverné le Brésil entre 2003 et 2011 est derrière les barreaux depuis avril après avoir été condamné pour corruption à 12 ans et un mois de prison. Mais même incarcéré, il demeure largement en tête des intentions de vote au premier tour, crédité de plus de 30% par tous les instituts de sondage. C'est près du double de ses principaux concurrents.

Au cours des dernières décennies, Luiz Inacio Lula da Silva a joué un rôle éminent comme syndicaliste, animateur de luttes sociales, fondateur et dirigeant du Parti des travailleurs. Elu président de la République en 2002, il a mis en œuvre au Brésil un ambitieux programme de changements sociaux qui a fait sortir de la pauvreté et de la misère des millions d’hommes et de femmes. Sa politique économique a permis la création de millions d’emplois et une considérable augmentation des revenus des travailleurs. Le président Lula pour ramener notre souveraineté nationale!

Même en prison, l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva veut être à nouveau chef d'État. Mercredi 15 août, le Parti des travailleurs (PT) a déposé sa candidature à l'élection présidentielle brésilienne, prévue pour octobre 2018, malgré la condamnation en appel.

Une lettre rédigée par Lula depuis sa cellule a en effet été lue en public, lors de la convention organisée par son parti politique.

«Cette réunion nationale de Parti des Travailleurs pourrait être l'une des plus importantes de l'histoire de notre parti(...) . La décision d'aujourd'hui nous mènera à une lutte acharnée pour la démocratie, pour le peuple brésilien et pour le Brésil», a notamment écrit celui qui constitue encore, pour nombre de Brésiliens, une figure emblématique de la gauche latino-américaine. Ne pouvant se rendre à l'événement, Lula a par ailleurs souligné : «Je sais que je suis présent à travers chacun de vous, chaque dirigeant, délégué et militant du Parti des Travailleurs.»

"Ils veulent inventer une démocratie sans le peuple", a affirmé Lula, dans un message lu par un acteur, devant près de 2.000 militants survoltés. Quelques minutes plus tôt, ces militants réunis pour la convention du PT à Sao Paulo arboraient des masques en carton à l'effigie de l'icône de la gauche à la barbe grisonnante en criant "Je suis Lula".

Alors que les plus hauts représentants du PT se rendaient au tribunal électoral pour le dépôt de la candidature, quelques heures seulement avant la date limite, plusieurs milliers de partisans ont défilé devant la plus haute juridiction électorale du Brésil en scandant "Libérez Lula" et "Lula président".

Il a immédiatement été demandé par le bureau du procureur général que soit invalidée la candidature de Lula en vertu de la loi "Ficha Limpa" (casier vierge). Cette loi prévoit que les candidats ayant été condamnés en appel pour corruption sont exclus du scrutin présidentiel.

En coulisses, cependant, l'ex-maire de Sao Paulo Fernando Haddad est déjà dans les starting blocks pour le remplacer si sa candidature est effectivement invalidée.

Dilma Rousseff, l'ancienne présidente élue en 2011 puis destituée en avril 2016, a entre autres évoqué le «combat» à mener pour rétablir la démocratie au Brésil : «Nous faisons face à un combat très dur. Nous voulons que Lula se présente comme président parce que les gens le veulent. A ce stade, nous devons nous battre tous les jours. Luttons !»

Accusé de corruption et blanchiment d'argent, l'ancien président brésilien a toujours nié les faits qui lui ont été reprochés, affirmant être victime d'un complot destiné à l'empêcher de se présenter à l'élection d'octobre 2018.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3344

Des milliers de Roumains se sont rassemblés contre la corruption dans les rues

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 13 août, 2018 21:15:13
GABREL MIHAI

Des milliers de Roumains sont descendus dans la rue, pour la quatrième soirée consécutive, afin de protester contre le gouvernement de gauche après les échauffourées qui ont fait des centaines de blessés au cours d'une manifestation vendredi.

Chantant l'hymne national et agitant des drapeaux de la Roumanie, les manifestants, beaucoup moins nombreux que les deux nuits précédentes -ils avaient alors été des dizaines de milliers-, se sont à nouveau rassemblés place de la Victoire, en face du siège du gouvernement.

Nombre d'entre eux ont à nouveau accusé le gouvernement de corruption et réclamé sa démission.

La commissaire européenne à la Justice, Vera Jourova, a pressé lundi le gouvernement roumain de repenser une récente législation judiciaire qui a précipité les Roumains dans la rue pour protester ces trois derniers jours.

Les organisateurs des mouvements de protestation en Roumanie estiment que la réforme judiciaire controversée est taillée sur mesure pour satisfaire les intérêts d'élus corrompus. La législation menace l'indépendance des juges, limite l'autorité du ministère public et sape la confiance dans le système judiciaire, a pour sa part commenté la commissaire européenne Jourova dans le quotidien allemand Die Welt lundi. Il serait "utile" que le gouvernement roumain retravaille son projet de loi, ajoute Vera Jourova la commissaire.

La coalition au pouvoir en Roumanie a déjà fait passer des lois qui affaiblissent le pouvoir de l'agence anticorruption du pays. Laura Kovesi, qui la dirigeait, a en outre été limogée alors qu'elle et son agence étaient reconnues mondialement pour leur efficacité dans la lutte contre la corruption.

Dimanche, quelque 15.000 personnes se sont réunies devant le siège du gouvernement, sifflant, criant des slogans comme «la corruption tue ! Démission !» et accusant les membres du gouvernement d'être des «voleurs». Ces rassemblements pacifiques se sont multipliés en Roumanie depuis l'arrivée au pouvoir du Parti social-démocrate (PSD) début 2017 qui cherche à dépénaliser certains délits de corruption. Les députés du PSD ont approuvé cette année des modifications du code pénal, provoquant l'inquiétude des Etats-Unis et de l'Union européenne. Ces modifications ont fait l'objet d'un recours devant la Cour constitutionnelle. Le chef de file du PSD Liviu Dragnea a été condamné à trois ans et demi de prison par la cour suprême en juin pour incitation à l'abus de pouvoir.

"Selon une décision gouvernementale de 2014, le Centre national de gestion des actions de l'ordre public est organisé conformément à la loi au sein du ministère d'intérieure en tant que structure d'aide interinstitutionnelle à la gestion intégrée des actions spéciales et de gestion de crise. "

Le centre de décision se réunit en réunion chaque fois que la situation l'exige, à la demande du vice-premier ministre, du ministre de l'intérieur ou des dirigeants des autres institutions publiques représentées.

Selon G4Media.ro, les institutions, les armes composant le centre de décision ont été convoquées au ministère de l'Intérieur vendredi soir et la session a été prolongée jusqu'à 3 heures du matin. Dans cette situation, Carmen Dan est directement responsable des violations de la loi et des décisions prises, a déclaré des surce des forces de ordine au G4Media. "

Mise directement en cause, la ministre de l'Intérieur Carmen Dan a assuré que les gendarmes avaient agi en respectant la loi pour "défendre les institutions de l'Etat".

Amnesty International demander aux les autorités roumaines doivent mener des enquêtes rapides, approfondies, indépendantes et impartiales par les autorités civiles sur les allégations d’usage inutile et excessif de la force par la gendarmerie contre les participants à une manifestation à Bucarest le 10 août et traduire en justice procès équitables. Amnesty International est profondément préoccupée par les allégations d'utilisation sans discernement d'irritants chimiques tout en dispersant la manifestation et l'annonce par les autorités que l'enquête serait menée par le tribunal militaire.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3340

Roumanie : intervention "brutale" de la police plus de 450 blessés lors d'une manifestation anti-gouvernement

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 12 août, 2018 02:46:52
GABRIEL MIHAI

Plus de 450 personnes ont été blessées et une trentaine interpellées lors d'une manifestation contre le gouvernement de gauche qui a dégénéré vendredi soir à Bucarest, a annoncé samedi la gendarmerie.

Entre 50 000 et 80 000 manifestants sont descendus dans la rue, vendredi 11 août, à Bucarest et dans plusieurs villes de Roumanie pour protester contre le gouvernement social-démocrate (PSD).

Les manifestations étaient organisées par des groupes d'expatriés roumains qui entendaient dénoncer la corruption qui gangrène leur pays, les bas salaires et les tentatives du PSD d'affaiblir le pouvoir judiciaire. En voiture, en train ou en avion, des milliers d'entre elles étaient venues de plusieurs pays d'Europe, voire des États-Unis ou du Canada pour exprimer leur ras-de-bol envers "l'absence de progrès" dans leur pays natal. La Roumanie se classe parmi les États les plus corrompus de l'Union européenne et Bruxelles surveille particulièrement son système judiciaire.

À Bucarest, certains manifestants ont tenté de traverser les cordons de sécurité installés autour du bâtiment du gouvernement. D'autres ont lancé des bouteilles et des pavés sur la police anti-émeute, qui a répondu en utilisant des gaz lacrymogènes et un canon à eau. Un millier de gendarmes et de policiers anti-émeute sont intervenus pour évacuer la place de la Victoire, théâtre d'échauffourées provoquées, selon la gendarmerie, par des "provocateurs".

Nombre de blessés ont dû être soignés après avoir inhalé des gaz poivre et lacrymogènes abondamment utilisés par les forces de l'ordre, tandis que d'autres souffrent de contusions, selon des sources hospitalières. Une trentaine de gendarmes figurent au nombre des blessés, onze d'entre eux ayant été hospitalisés.

Critiquée par l'opposition de centre droit pour son intervention en force, la gendarmerie a assuré avoir agi "de manière graduelle et proportionnelle" en réponse aux actions violentes de plusieurs dizaines de hooligans.

Quelque 80.000 Roumains, dont des milliers d'expatriés revenus spécialement dans leur pays et accompagnés pour certains de leurs enfants, s'étaient rassemblés place de la Victoire pour dénoncer la "corruption" du gouvernement.

Le président centriste Klaus Iohannis a condamné la violence excessive dont la police a selon lui fait preuve. "Je condamne fermement l'intervention brutale de la police anti-émeutes, totalement disproportionnée par rapport aux actions de la majorité [des manifestants]", a-t-il écrit sur sa page Facebook. "Le ministère de l'Intérieur doit s'expliquer rapidement sur la manière dont ont été gérés les événements de la soirée", a-t-il ajouté.

Une nouvelle manifestation était prévue dans la soirée de samedi à Bucarest. Depuis son retour au pouvoir fin 2016, le Parti social démocrate a lancé une vaste réforme de la justice qui menace l'indépendance des magistrats et vise à permettre à des responsables politiques d'échapper aux poursuites, selon ses détracteurs.

Cette réforme a donné lieu à des manifestations d'une ampleur sans précédent depuis la chute du régime communiste fin 1989, avec un demi de million de personnes dans la rue en février 2017.

Selon les estimations de la Banque mondiale, trois à cinq millions de Roumains travaillent et vivent hors de leur pays, soit un quart de la population. Les expatriés sont aussi bien des travailleurs journaliers que des médecins. L'année dernière, ils ont envoyé à leurs familles l'équivalent de 4, milliards d'euros, soit près de 2,5 % du produit intérieur brut de ce pays, l'un des plus pauvres de l'Union européenne.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3336

La canicule en France et dans le monde

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 26 juil., 2018 19:03:58
Véronique YANG

L'été 2018 est particulièrement chaud dans le monde entier que l'on soit en Europe comme en Grèce ou en France mais aussi en Asie comme au Japon ou en Australie. Les spécialistes du climat prédisent que ces chaleurs exceptionnelles pourraient devenir de plus en plus courantes.

La canicule est présente sur tout le globe, cette année elle n'épargne personne. Un pic de chaleur à 65° a même été relevé dans le sud de l'Algérie à Adrar dans le Sahara, les températures frôlent les 50° C dans certains pays comme l'Australie, le Pakistan où elles ont fait 180 morts , les Philippines et certains états du Mexique où l'état d'urgence a été décrété. L'Amérique du Nord n'a pas été épargnée puisque 88 décès ont été déclarés au Canada dont 54 au Québec. Au Japon, on a relevé 80 morts et 35 000 personnes hospitalisées en 3 semaines suite à des températures entre 35° et 40° C à l'ombre et une hygrométrie de plus de 80% responsable de l'affaiblissement des forces naturelles.

Toute l'Europe est touchée par cette vague de chaleur inhabituelle, de la Scandinavie au Royaume Uni en passant par l'Allemagne et les pays de l'Est comme la Lettonie mais aussi la Grèce qui subit d'"normes incendies ayant provoqué jusqu'ici 80 morts sans oublier la France qui subit depuis mi-juin des températures dépassant les 30°C dans les grandes métropoles. Ces températures extrêmement chaudes sont dues au retour de l'anticyclone des Açores de retour dans le pays depuis lundi 23 juillet et à ses hautes pressions liées à celles de l'anticyclone scandinave mais aussi aux masses d'air chaud provenant d'Afrique du Nord. Entre le 25 et la fin de la semaine, les températures devraient prendre 1 à 2 degrés par jour et on devrait subir 4 jours de canicule, notamment à l'Est et au Sud du pays avec des températures pouvant atteindre 36 à 37°, entraînant des pics de pollution dans les grandes villes et la mise en place du plan canicule. Malgré des orages qui devraient arriver le week-end prochain, une nouvelle vague de chaleur est prévue pour le mois d'août, au moins jusqu'au 15.

Quelques mots pour revenir sur l'histoire de la canicule. Le mot canicule est né dans les années 1500 et vient de l'italien canicula, qui signifie petite chienne (du latin canis, chien). Il a été donné à Sirius, l'étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Sirius se lève et se couche avec le soleil du 22 juillet au 22 août, période où les fortes chaleurs sont fréquentes

Les seuils très élevés de températures, de jour comme de nuit, pendant au moins trois jours consécutifs sont à la base de la définition de la canicule; ils sont différents selon les régions et l'aptitude locale à supporter la chaleur. Pour décider de la mise en place du plan, on s'appuie sur la température minimale car elle-ci qui permet aux corps de récupérer suffisamment la nuit. Les populations les plus exposées sont les plus jeunes, les plus âgées et les personnes malades.

Le plan canicule" a été mis en place après la canicule de 2003 qui a duré 2 semaines du 1er au 15 août, pour anticiper et réduire les effets sanitaires des vagues de chaleur exceptionnelles. L'été 2003 a été le plus chaud depuis 1950; les étés 1976, 1983 et 2006 ont aussi été marqués par des périodes caniculaires. Chaque année, le ministère de la Santé le met en place pendant la période estivale et s'appuie sur l'expertise de Météo-France et de Santé Publique France. On y compte 4 niveaux de vigilance caractérisés par des couleurs:

  • vigilance verte / niveau 1 - veille saisonnière, activé en 2018 du 1er juin au 15 septembre de chaque année. En cas de chaleur tardive, la veille saisonnière pourra être prolongée après le 15 septembre.
  • Vigilance jaune / niveau 2 - avertissement chaleur, correspond à une phase de veille renforcée permettant aux différents services de se préparer à une montée en charge en vue d'un éventuel passage au niveau supérieur et de renforcer des actions de communication locales et ciblées, en particulier la veille de week-end et de jour férié.
  • Vigilance orange / niveau 3 - alerte canicule, déclenché par les préfets. Elle prend en compte la situation locale (niveau de pollution, autres facteurs, comme les grands rassemblements, etc.) et les indicateurs sanitaires en lien avec les Agences régionales de santé.
  • Vigilance rouge / niveau 4 – mobilisation maximale, concerne les canicules avérées exceptionnelles, très intenses et durables, avec apparition d'effets collatéraux dans différents secteurs (sécheresse, approvisionnement en eau potable, saturation des hôpitaux ou des pompes funèbres, panne d'électricité, feux de forêts, nécessité d'aménagement du temps de travail ou d'arrêt de certaines activités…). Cette situation nécessite la mise en œuvre de mesures exceptionnelles.

A Paris, afin de lutter contre la pollution qui avait atteint un pic dimanche dernier, il a été décidé par l'exécutif de mettre en place le stationnement résidentiel gratuit lundi et mardi et d'utiliser des modes de transport plus respectueux de l'environnement. Des mesures de restriction de circulation ont été mises en place suivant la réglementation (contournement de l'Ile de France pour les poids lourds, réduction de la vitesse sur les grands axes franciliens, mise en place d'une circulation différenciée dont les crit'air 4 et 5), d'autres en faveur des personnes fragiles, le niveau 3 du plan canicule ayant été atteint (salles rafraîchies ouvertes dans les équipements publics tels les clubs des CASVP, informations sur les panneaux et les EHPAD, échanges entre voisins, contact avec personnes inscrites au fichier Chalex avec éventuellement prise en charge par médecin ou travailleur social (inscription au 3975 ou au CAS)). Par ailleurs, 5 nouveaux parcs seront ouverts la nuit en plus des 13 déjà existants afin de se rafraîchir.

En cas de fortes chaleurs et de canicules, certaines précautions sont à prendre en rapport avec son âge ou sa santé; il est donc recommandé d'avoir le bon réflexe:

  • Boire régulièrement de l'eau sans attendre d'avoir soif.
  • Éviter de sortir aux heures les plus chaudes et passer plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, musée...).
  • Se rafraîchir et se mouiller le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour (douches, bains, brumisateur ou gant de toilette mouillé sans vous sécher).
  • Manger en quantité suffisante et ne pas boire d'alcool.
  • Éviter les efforts physiques.
  • Maintenir son logement frais (fermer fenêtres et volets la journée, les ouvrir le soir et la nuit s'il fait plus frais).
  • Penser à donner régulièrement des nouvelles à ses proches et, dès que nécessaire, oser demander de l'aide.
  • Consulter régulièrement le site de Météo-France pour s'informer.
  • Aider les plus fragiles et demander de l'aide, notamment auprès de la mairie.
  • En cas de malaise, appelez le 15.
Lors de longs trajets en voiture:
  • Penser à emporter de l'eau et un brumisateur pendant les trajets en voiture.
  • S'arrêter régulièrement pour se reposer et se rafraîchir.
  • Sur certaines aires d'autoroute des fontaines à eau ou des zones de brumisation sont mis à disposition, ne pas hésiter à les utiliser.
  • Si possible, décaler son trajet aux heures les moins chaudes.
  • Ne jamais laisser une personne seule ou un animal dans une voiture, surtout un enfant car la température dans l'habitacle peut augmenter très vite.

En cas de problème; s'adresser à Canicule Info service de 9h à 19h au 0800 06 66 66 (Appel gratuit depuis un poste fixe en France)



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3314

Gilberto Gil invité d'honneur pour le lavage des marches de la Madeleine

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 08 juil., 2018 00:51:02
VÉRONIQUE YANG

Tous les ans, depuis 17 ans, le festival culturel brésilien organise le lavage des marches de la Madeleine.

A cette occasion, de nombreuses personnalités du sport et du spectacle, d'origine brésilienne sont présentes. Cette année, le footballeur Rai et le chanteur Gilberto Gil ont participé dimanche 1er juillet au défilé dont le thème était "Culture et Sport". Le père Bruno Horaist, curé de la Madeleine et l'ambassadeur du Brésil à Paris, Paulo Cesar de Oliveira Campo ont accueilli le cortège dont les membres tous vêtus de blanc suivaient des danseurs, musiciens et groupes de capoeira, issus d'écoles de danses et autres collectifs, avant la prière symbolique.

Le Festival Culturel Brésilien du Lavage de la Madeleine est le plus grand événement brésilien dans toute l'Europe. A sa création en 1998, il s'est tenu à l'église du Sacré Coeur puis a été transféré à la Madeleine en 2002. Il accueille chaque année plus de 30 000 personnes et se déroule généralement au mois de septembre sauf cette année où l'association Viva Madeleine, organisatrice de l'événement a voulu le faire coincider avec la Coupe du Monde de Football, sport incontournable de la nation marquant ainsi le lien pour l’inclusion sociale et la paix entre les peuples.

Le défilé traverse durant environ trois heures, cinq arrondissements de Paris, sur 4 km avec 250 chanteurs et artistes, percussionnistes et danseurs, en passant par les Grands Boulevards de la Place de la République à celle de la Madeleine où se déroule le lavage symbolique des marches.

Créé en 1998 par Roberto Chavès, danseur né à Santo Amaro-Bahia-Brésil, il a pour marraine la présentatrice TV, Cristina Cordula depuis 2014 et pour nouveau parrain, Rai, ancien capitaine du PSG et actuellement directeur su Sao Paulo FC, président de la Fondation Golde Letra et de celle de l'actrice-chroniqueuse Gysèle Soares la Franco. L'artiste invité cette année sur le Grand Défilé pour la Paix était Gilbrto Gil, la plus grande star de la musique populaire brésilienne et ancien Ministre de la Culture. L'événement bénéficie du soutien de la Mairie de Paris et de la Région Ile de France depuis 2005, de celui de la Délégation permanente du Brésil auprès de l’UNESCO depuis 2011 en temps que valeur culturelle et fait partie de "La Route de l'Esclave", programme mondial pour la réconciliation, du devoir de la mémoire et de la vérité historique, mais aussi de l'ambassade du Brésil en France.

Le Festival culturel Brésilien c'est aussi le Village Brésilien qui existe depuis 2013 et s'est tenu cette année Place Baudoyer dans le 4ème arrondissement de la capitale les 1er et 2 juillet de 10à 20h. On y trouvait la présence d'un grand écran pour la retransmission des matchs de la Coupe du Monde de Football ainsi que de nombreuses animations (danses, capoeira, DJ, Bossa Nova) dans une ambiance festive et colorée avec des stands de restauration qui ont fait découvrir la gastronomie brésilienne, mais aussi une exposition-vente et un défilé de maillots de bain dimanche en fin d'après-midi.

La culture afro-brésilienne dans la musique populaire locale a été présentée à l'UNESCO le 28 juin par la projection d'un film documentaire Orin : Música para os Orixás en présence du réalisateur Henrique Duarte, suivi d'une table ronde avec ce dernier; André Valeco; Ayrald Petit ; Giba Gonçalves ; Laurène Levif et Leticia Campos.

Par ailleurs, le danseur Brésilien mondialement connu Ranny Lee Joy était à Paris après près ses nombreuses représentations du Roi Lion à New York et Singapore.

Née à Salvador de Bahia, la tradition du Lavage existe depuis plus de deux siècles et demi au Brésil, et représente la deuxième plus grande fête populaire après le carnaval. A l'origine, on l'appelait la "Fête du Senhor do Bonfim" et était fêtée le second dimanche de janvier après le jour des Rois (Dia de Reis).

Pour préparer le Senhor do Bonfim, les membres de la "fraternité des dévots laïcs" obligèrent les esclaves à laver la nouvelle Église de Bonfim, chef d’oeuvre baroque.
Réunis devant la porte fermée de l'église, les esclaves décidèrent ensuite de célébrer la fête sur le parvis et les marches du bâtiment depuis 1774, avec leurs rituels de Candomblé en instaurant une procession rythmée par des chants musicaux. encore aujourd’hui de l'Église de Notre Dame de la Conception de la Plage, patronne de Bahia, jusqu'à Bonfim, avec ses fameux rubans bracelets porte‐bonheur. En 1998, le premier lavage parisien a lieu et en 2002, sur une idée de Roberthino Chavès, danseur au Paradis Latin, l'Association franco-brésilienne "Viva Madeleine"est créée pour valoriser la culture brésilienne en Europe. Cette année, Gilberto Gil a honoré de sa présence le Festival du Lavage de la Madeleine en participant au Grand Défilé pour la Paix. Il a profité de ce passage à Paris pour annoncer la sortie d'un prochain album en solo et parler de l'actualité.

Gilbert Gil, de son vrai nom Gilberto Passos Gil Moreira est né le 26 juin 1942 à Salvador de Bahia au Brésil. Il grandit à Ituaçu, un petit village de l’Etat de Bahia. A 10 ans, va à l’école à Salvador. C’est à cet âge-là qu'il commence l'accordéon et la guitare, il décide à 20 ans de se lancer dans la musique. Diplômé en gestion, il obtient son premier emploi dans l'entreprise Gessy Lever (actuelle Unilever) à São Paulo. Mais la musique devient sa principale activité dans les années 1960 où il devient célèbre au sein du mouvement tropicaliste. Très vite, sa musique située entre bossa-nova et reggae propulse le chanteur, musicien et compositeur au sommet de son art.

Il joue de la Bossa Nova puis compose des chansons politiques avec son ami Caetano Veloso. Ils sortent en 1963 leur premier single; il faudra attendre 1968 pour la sortie de leur premier album "Tropicalia ou Panis et Circenses". Arrêtés pour subversion suite à la création de leur mouvement politique du tropicalismo, ils passent 3 mois en prison, et décident de s'envoler pour Londres où Gilberto Gil collabore avec plusieurs grands groupes, dont les Pink Floyd. Au cours des années 1970, le musicien effectue une tournée aux États-Unis où il rencontre Jimmy Cliff avec qui il travaille et écrit en 1980 une version portugaise de "No Woman, No Cry".

Parallèlement à sa carrière musicale, il s'implique dans la vie politique de sa ville. En 1980, il devient conseiller municipal à Salvador de Bahia,luttant pour diverses causes sociales, il est nommé Ambassadeur de bonne volonté par l'ONU. Fraîchement élu.En 2003, le président Lula da Silva décide de le nommer ministre de la Culture. Après cinq ans passés à ce poste, Gilberto Gil décide de retourner à son premier amour, la musique tout en voyageant aux quatre coins du monde, dans les endroits les plus reculés comme en Australie u pays des Aborigènes, dans les townships d'Afrique du sud ou en Amazonie au contact des Indiens, à l'affût de nouvelles tonalités; c'est ce qu'on retrouve dans le film réalisé en 2013 à son sujet, "Viramundo"de Pierre-Yves Borgeaud.

Malgré son retour à la musique et ses ennuis de santé en 2016, Gilberto Gil continue la politique à travers ses concerts donnés dans un moment critique pour le pays suite à la destitution de la présidente Dilma Rousseff et parmi lesquels on compte ceux réalisés par le trio qu'il a formé avec Gal Costa et Nando Reis pour le centenaire de la naissance du politicien brésilien Ulysses Guimarães (1916-1992), célèbre opposant à la dictature militaire (1964-1985). Plus récemment, il s'est élevé contre l'assassinat à Rio de Marielle Franco, jeune conseillère municipale de gauche et voix des activistes des droits de l'homme qui luttait contre les violences policières.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3285

La République tchèque pourrait bien devenir le premier post-communiste à légaliser le mariage Gay

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 23 juin, 2018 11:02:45
Gabriel MIHAI

Le gouvernement a annoncé vendredi son soutien à un projet d'amendement du Code civil visant à autoriser le mariage homosexuel.

Le cabinet a en même temps appelé dans un communiqué à un «débat au niveau de toute la société» sur ce «sujet sensible». Proposé par un groupe de 46 députés représentant six de l'ensemble des neuf partis parlementaires, dont le mouvement ANO du Premier ministre Andrej Babis et le parti social-démocrate CSSD, le texte sera prochainement discuté à la Chambre des députés. Le projet n'a été appuyé par aucun élu du parti de droite conservatrice ODS, ni de l'extrême-droite SPD, ni des chrétiens-démocrates KDU-CSL.

Si adopté, le texte ferait de la République tchèque le premier pays post-communiste à avoir une telle norme juridique.

«Le principe fondamental de cet amendement est d'offrir aux couples de même sexe et à leurs enfants la même dignité et la même protection de la vie familiale dont bénéficient déjà les époux et leurs enfants», lit-on dans un rapport présenté par une député d'ANO, Radka Maxova.

«Nous avons l'occasion de devenir un premier pays post-communiste autorisant le mariage aux couples gay et lesbiens», a de son côté constaté la militante Lucie Zachariasova de l'ONG «Nous sommes fair», citée par l'agence CTK.

La République tchèque a autorisé en 2006 les homosexuels à vivre en partenariat enregistré, mais le mariage leur reste interdit jusqu'à présent. En cas de son adoption définitive par la Chambre des députés, l'amendement du Code civil autorisant les mariages homosexuels remplacerait la loi sur le partenariat enregistré.

Les pays communistes essaient de devenir plus prudents et plus décisifs pour la communauté LGBTI, d'accepter les mariages et la PMA pour leur société, comme la République tchèque.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3263
« PrécédentSuivant »