JOURNAL IMPACT EUROPEAN

Ultra Vomit au Mondial du Tatouage 2019Actualités

Posté par IMPACT EUROPEAN 21 févr., 2019 16:46:03

Véronique YANG
Blog image

Pour sa 9ème édition, le Mondial du Tatouage s'est tenu à la Halle de la Villette et a offert à ses visiteurs des concerts dont celui d'Ultra Vomit vendredi 15 février à 21 h.

Ultra Vomit est un groupe de heavy Métal parodique français originaire de Nantes (44) initialement influ anarcho-punk,encé par le "grindcore", genre musical extrême apparu dans les années 1985 et dérivé du crust punk lui même issu de l'anarcho-punk apparu dans les années 80 . Ses morceaux contiennent des paroles humoristiques avec un côté volontairement absurde, influencées par le monde des dessins animés, de la publicité et de la culture populaire en général. La recette: des sujets légers et anodins repris et perfectionnés en mélangeant avec le son "maléfique" du black métal. La parodie est au coeur des compositions.

Composé de 4 membres en 2000 ( 4 bassistes: Chris, Pierre "l'estomac"Jacou, Gru qui est aussi aux choeurs et Magali Fourcade également au chant), ils se séparent au fur et à mesure après avoir sorti un album de démos, "Kebabized at Birth", écoulé à 500 exemplaires et ensuite fait paraître le premier album, "M. Patate", en avril 2004 sous le label Obliteration Records en dépassant le millier d'exemplaires . Il est présenté en édition limitée dans un sac de grand-mère en compagnie d'un t-shirt et d'une brosse à dent, édité par le label Sacral Productions jusqu'à ce que celui-ci cesse ses activités. En 2008, le second album "Objectif : Thunes" sort sur des plates-formes de téléchargement payant. Grâce au succès remporté, le groupe signe avec le label Listenable Records afin d'assurer la distribution de l'album en format CD puis tournent en 2009 " This is Ultra Vomit", court métrage prenant la forme d'un faux reportage sur un live . Après la fin de la tournée en 2010, ils se consacrent à l'écriture d'un nouvel album .

En 2014, Pierre Jacou est remplacé par Matthieu "Le fardadet" Bausson. Le groupe est alors constitué de Nicolas "Le roi fetus "Patra (guitare, chant), Emmanuel "l'elfe Manard" Colombier (batterie, chœurs), Fabien "Le nain Flockos " Le Floch ( originellement bassiste, guitare principale, chœurs) depuis 2005 et Matthieu " Le fardadet " Bausson (basse). Il présente une nouvelle tournée d'un mois et demi pour avril/mai 2015 dont le 1er mai à Paris. Le groupe publie 2 ans plus tard son 3ème album" Panzer Surprise !"mixé par Fred Duquesne (Watcha, Mass Histeria, Burowski...). Chaque titre parodie directement un groupe (Kammthaar ou Un Chien Géant) ou passe par l'intermédiaire d'un groupe au style marqué (Calojira, Pink Pantera). D'autres font référence à un style musical (La Bouillie ou Pipi Vs Caca). La pochette fait référence aux visuels des cartoons américains de la Warner (comme Bugs Bunny, les Tiny Toons.... Ils annoncent leur participation au Hellfest Festival 2017. Le succès sur la Main Stage apporte d'importantes retombées médiatiques.

2017 est l'année de consécration avec l'album "Panzer Surprise !", élu meilleur album de l'année par la rédaction de La Grosse Radio.



Jouera, jouera plus avec le nucléaire ?Actualités et Culture

Posté par IMPACT EUROPEAN 21 févr., 2019 15:52:37

Daphné VICTOR
Blog image

Le nucléaire est partout. Trente-et-un pays sont concernés pour un total de 454 réacteurs en fonctionnement. La France se trouve être en seconde position avec l’existence de 19 centrales pour 58 réacteurs actifs. Des chiffres qui donnent le vertige quand on sait que le nucléaire est dangereux, qu’il coûte cher et qu’économiquement, il n’est pas rentable. Doit-on dire merci à ce qui s’est passé à Fukushima pour que la prise de conscience en soit devenue collective ? Malheureusement oui, mais la question reste entière : faut-il continuer le nucléaire ?

C’est cette interrogation, que le réalisateur Futoshi Sato a mis en avant dans son film « Fukushima, le couvercle du soleil ». Tel un devoir de mémoire, il retrace avec précision une vérité ; celle du drame qui va toucher de plein fouet le Japon, un certain 11 mars 2011. Une date marquée au fer rouge par l’une des pires crises traversées par le pays ; une date aux troublantes circonstances qui doit à jamais restée gravée.

D’abord touché par un tremblement de terre, puis un grand séisme, le pays subit un tsunami. La vague noire fait des ravages. Elle terrasse tout sur son passage. Les dégâts sont énormes. On aurait pensé que le pire était arrivé. Ce qui va suivre le sera encore plus. La centrale nucléaire de l’archipel de Fukushima est victime d’une coupure de courant. Tout le système de refroidissement est à l’arrêt. S’il n’est pas au plus vite ventilé, le risque d’explosion est à craindre. Et c’est ce qui se passe. Les radiations se propagent. La diffusion de ces gaz toxiques va avoir des conséquences sans précédant sur la santé et l’environnement.

Du côté des autorités en place, nombre de questions restent en suspens. Alors que l’équipe du premier ministre tente de faire face et organise une cellule de crise, que s’est-il vraiment passé ? Quelles ont été les mesures prises ? Pourquoi personne ne s’est rendu sur place pour rendre compte de la situation ? Et la compagnie électrique en charge de la centrale, quelles en sont ses responsabilités ? Le gouvernement a-t-il délibérément caché la vérité pour éviter un vent de panique ? Les personnes en place étaient-elles réellement compétentes ? Toute la lumière a-t-elle été r faite sur ce drame ?

« Fukushima, le couvercle du soleil », un film haletant de Futoshi Sato sur la chronologie de la triple catastrophe de Fukushima. Tourné tel un polar, il pose la réflexion sur le rôle qu’a vraiment eu le gouvernement, la mauvaise gestion de la situation et les contradictions qui ont en découlé face au manque d’information obtenue. Alors que le Japon reste un pays en sursis quant aux risques toujours existants de contamination, faut-il signer l’arrêt des centrales nucléaires ? La France ne frôle-t-elle pas de vivre la même situation ?

Une fiction, qui par sa fidélité aux faits réels en est devenue un port- drapeau contre l’énergie nucléaire, qui en repose bien la problématique, plus que jamais d’actualité, interprétée avec justesse par Yukiya Kitamura, Kunihiko Mitamura, Yoshihiko Hakamada, Tomohiro Kaku, Shima Ohnishi, Yû Kamio, Sota Aoyama et Daikichi Sugawara, distribué par Destiny Films – Sortie en salles le 6 mars 2019.

>> Voir la bande-annonce



Macron au dîner du Crif a fait une série d'annonces pour lutter contre l'antisémitismePolitique

Posté par IMPACT EUROPEAN 21 févr., 2019 14:03:52

Gabriel MIHAI
Blog image

Lutter contre la haine sur internet, lutter contre "la déscolarisation" des enfants juifs, "l'antisémitisme tue en France"(...) la dissolution de trois associations d'extrême droite.

«Notre pays - comme d'ailleurs l'ensemble de l'Europe et la quasi-totalité des démocraties occidentales - est confronté à une résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde guerre mondiale», face à cette poussée d'antisémitisme, le chef de l'Etat a décrété que le temps des «actes» était venu, réitérant la promesse qu'il avait faite mardi en se rendant à Quatzenheim (Bas-Rhin), où une centaine de tombes du cimetière juif ont été recouvertes de croix gammées.

Comme chacune et chacun, j'aurais souhaité que ce dîner - le deuxième auquel j'ai l'honneur d'assister comme président de la République - se tienne dans des circonstances plus sereines. Nous aurions évoqué avec émotion Claude LANZMANN, ce qu'il donna à la France en entrant en résistance dès l'âge de 18 ans, ce qu'il offrit au monde avec son monument SHOAH, cette œuvre immortelle contre l'inexorable travail d'oubli du temps. Nous nous serions souvenus de Marceline LORIDAN disparue en septembre et son inlassable action pour transmettre la mémoire du génocide et de son insolence. De Georges LOINGER qui nous a quittés en décembre emportant avec lui une vie d'héroïsme, lui qui sauva près de quatre cents enfants juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Nous aurions revécu ensemble cette matinée ensoleillée de juillet où le peuple français rassemblé rue Soufflot communièrent autour des cercueils bleu blanc rouge de Simone et Antoine VEIL. Simone VEIL qui puisa dans l'indicible horreur des camps la force de faire grandir encore par ses combats pour la mémoire, pour les femmes, pour l'Europe l'œuvre universelle de la France. Nous serions certainement revenus sur la relation d'amitié de 70 ans liant la France et Israël, que la saison culturelle croisée de 2018 a fait vivre et que la visite du président RIVLIN à Paris à la mi-janvier est venue sceller. Peut-être même aurions-nous échangé sur le rôle de René CASSIN dans la rédaction de la Déclaration des Droits de l'Homme cette grammaire commune des nations dont nous venons de célébrer le 70ème anniversaire. Oui, chacune et chacun d'entre nous aurait aimé évoquer tout cela. Cette part juive de l'âme française, cette histoire des Français juifs qui a contribué à faire de notre nation belle et grande. Mais le moment que nous vivons appelle un propos autrement plus grave. Depuis plusieurs années - et la situation s'est encore aggravée ces dernières semaines - notre pays, comme d'ailleurs l'ensemble de l'Europe et la quasi-totalité des démocraties occidentales, est confronté à une résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde Guerre mondiale, a-t-il affirmé le chef de l'État.

Le président de la République a dévoilé mercredi soir plusieurs mesures pour lutter contre l'antisémitisme, mercredi soir dans un discours prononcé lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), à Paris. Le chef de l'État a ainsi annoncé que la France allait mettre en oeuvre une définition de l'antisémitisme élargie à l'antisionisme, sans toutefois modifier le Code pénal. La France a connu récemment une multiplication d'actes antisémites, dont la profanation mardi de 96 tombes dans un cimetière juif alsacien.

"Face à cette inacceptable, il serait faux de dire que nous n'avons rien fait. Nous avons condamné beaucoup, adopter des plans, souvent depuis des années et des années, voter des lois parfois. Mais nous n'avons pas su agir efficacement. C'est vrai. Et si nous en sommes là aujourd'hui c'est bien pour cela.

Et cette litanie que je viens de reprendre c'est notre échec.

Trop d'indignation. Trop de mots. Pas assez de résultats.

Le temps est donc venu des actes tranchants, concrets", a-t-il poursuivi le président de la République.

Le chef de l'État a aussi demandé la dissolution "d'associations ou groupements" racistes ou antisémites, à commencer par les organisations d'extrême droite Bastion social, Blood and Honour Hexagone et Combat 18. "Parce que la période met en cause ce que nous sommes, la France doit tracer de nouvelles lignes rouges (...). J'ai demandé au ministre de l'Intérieur d'engager des procédures visant à dissoudre des associations ou groupements qui par leur comportement nourrissent la haine, promeuvent la discrimination ou appellent à l'action violente", a déclaré Emmanuel Macron.

"La honte sur ces sujets d’urgence doit changer de camp. Elle ne doit plus ronger les victimes. Elle doit accabler les agresseurs. Enfin, parce que la période met en cause ce que nous sommes, la France doit aussi tracer des nouvelles lignes rouges et nous le ferons par des mesures concrètes et des décisions que la loi permet aujourd’hui de prendre. C’est pourquoi j’ai aussi demandé au Ministre de l’Intérieur d’engager des procédures visant à dissoudre des associations ou groupements qui, par leurs comportements, nourrissent la haine, promeuvent la discrimination ou appellent à l’action violente : Bastion social, Blood & Honour Hexagone et Combat 18 pour commencer."

Emmanuel Macron a également annoncé que la députée LREM Laëtitia Avia allait déposer une proposition de loi pour lutter contre la haine sur internet "dès le mois de mai", mercredi lors du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

"Le combat européen doit se poursuivre mais il est trop lent, et nous ne pouvons plus attendre. C’est pourquoi la Député Laetitia AVIA déposera, dès les mois de mai, c’est-à-dire dès la première fenêtre parlementaire possible, au Parlement, une proposition de loi pour lutter contre la haine sur Internet reprenant les propositions de ce rapport. Nous devons, à ce titre, nous inspirer de ce que nous voisins allemands ont su faire, de manière efficace et pragmatique. Apporter des sanctions judiciaires, pénales et pécuniaires ; appeler la responsabilité des individus, comme des plateformes. Il s’agira de mettre fin aux stratégies d’éviction déployées par des sites étrangers qui, changeant régulièrement de serveurs, sont aujourd’hui très difficiles à bloquer. Dans ce contexte, la question de l’anonymat sera évidemment posée. Elle est, trop souvent, le masque des lâches. Et derrière chaque pseudonyme, il y a un nom, un visage, une identité.

Faut-il interdire partout sur Internet l’anonymat ? Je pense que nous pourrions aller par cette voie à quelques égards vers le pire. Il faudra donc y réfléchir à deux fois. Par contre, ce que nous ne pouvons pas accepter, c’est que parce qu’il y a l’anonymat, le contenu ne soit pas retiré dans les meilleurs délais, que l’identité ne soit pas recherchée et ne soit pas donnée. Il y a aujourd’hui encore des plateformes comme Twitter, pour citer les mauvais exemples, qui attend des semaines, quand ça ne l’est des mois, pour donner les identifiants qui permettent d’aller lancer les procédures judiciaires contre ceux qui ont appelé à la haine, au meurtre ; qui, parfois, prend des jours, des semaines pour retirer des contenus ainsi identifiés. Ce que ce texte portera donc, ce sont des dispositions claires imposant le retrait dans les meilleurs délais de tous les contenus appelant à la haine et mettant en œuvre toutes les techniques permettant de repérer l’identité dans les meilleurs délais et enfin appelant à la responsabilité, y compris sur le plan juridique, les dites plateformes. Il nous faut adopter nos sanctions à la société numérique ; nous donner les moyens aussi de pouvoir interdire la présence sur un réseau social de personnes coupables de propos racistes et antisémites, comme on interdit les Hooligans dans les stades, ou à tout le moins faire en sorte que les condamnations pour actes racistes et antisémites soient publiées pour ceux s’en rendant coupables."

Autre annonce, le gouvernement va lancer un "audit" des établissements scolaires touchés par la "déscolarisation" des enfants de confession juive. Déplorant que des élèves de certains quartiers soient "trop souvent" obligés de "quitter l'école publique", le chef de l'Etat a chargé son ministre de l'Éducation d'évaluer ce phénomène pour que l'école joue à plein "son rôle de rempart républicain".

"Mais trop souvent, nous avons vu aussi, dans ces quartiers de la République, ces dernières années, des enfants quitter l’école publique, disons-nous les choses franchement, pour aller vers des écoles privées sous contrat, quelle que soit, d’ailleurs, la confession, pour pouvoir changer de quartier, parce que quelque chose se passait, que l’enfant ou les parents eux-mêmes n’osaient pas dire. C’est pourquoi j’ai demandé au ministre de mettre en place des actions spécifiques et de procéder à un audit de tous les établissements marqués par le phénomène de déscolarisation des enfants de confession juive", a précisé Emmanuel Macron.

Dans son discours, le président du Crif, Francis Kalifat, avait lancé un appel aux musulmans et aux imams à lutter contre l'antisémitisme et à «en finir avec la justification religieuse de la haine des juifs». Il avait également dénoncé «l'antisémitisme de certains musulmans, l'antisémitisme de certains gilets jaunes». Ce dîner intervient au lendemain d'une mobilisation en demi-teinte dans plusieurs villes de France.

Selon le ministre de l'Intérieur, 541 actes antisémites ont été recensés en 2018, un chiffre en forte hausse mais qui reste inférieur aux pics de 2014 (851) et 2004 (974).

Blog imageBlog imageBlog imageBlog image



Le cochon de terre accueilli par un défilé dans le Chinatown parisienSOCIÉTÉ

Posté par IMPACT EUROPEAN 21 févr., 2019 11:23:48

Véronique YANG
Blog image

Le quartier chinois du 13ème arrondissement de Paris a accueilli l'année du Cochon de Terre débutée le 5 février et qui se finira le 25 janvier 2020.

Comme tous les ans depuis 20 ans, le grand défilé du nouvel an chinois s'est tenu dans le 13ème arrondissement de la capitale le 17 février en présence de l'ambassadeur de la République Populaire de Chine, son excellence Zhai Jun accueilli par Trinh Huy, Président de l’ARFOI et Président Directeur Général de Paris Store ainsi que par les responsables des associations CICOC, l’Amicale des Teochew, organisatrices de l’événement. La Mairie de Paris, Anne Hidalgo, la Présidente de la région IDF, Valérie Pécresse , le maire du 13ème Eric Coumet , les conseillers de Paris, Buon Tan et Edith Gallois étaient aussi présents.

Les festivités (concerts, spectacles chinois, expositions..) ont eu lieu pendant 2 semaines, pour la plupart à la mairie et se sont terminées par le sempiternel défilé. Elles ont commencé le 4 février par l'exposition des oeuvres de l'artiste chinois Fansack, l'inauguration des festivités a eu lieu à 18h, le 8 février sur le parvis de la mairie; l'inauguration de la fresque murale de l'artiste Fansack, 46 avenue d'Ivry a eu lieu le 16, cet endroit sera dorénavant l'endroit où se réunir pour fêter le nouvel an asiatique. Le soir, comme l'an dernier se tenait le spectacle "13è fête" avec de jeunes artistes et des démonstrations d'arts martiaux. Le dernier jour, se tient le festival des Lanternes.

Après les discours des officiels ponctués par les danses des lions et du dragon, le défilé préparé pour certains depuis plusieurs mois, a réuni plus de 200 000 spectateurs sur tout son parcours ( Rue du Disque, Avenue d'Ivry, Avenue de Choisy, Bd Masséna et retour Avenue d'Ivry) et a vu déambuler au son des tambours et des cymbales plus de 3 000 personnes bénévoles d'origine asiatique ou non, dont des troupes régionales aux couleurs chatoyantes , des chars surmontés par des autels où l'on faisait brûler des bâtonnets d'encens pour réaliser un voeu mais avant tout la vedette de l'année, le cochon qui s'est présenté derrière les drapeaux français, chinois et européen, juste avant la bannière derrière laquelle se tenaient les officiels dont Anne Hidalgo, Eric Coumet et les conseillers Buon Tan et Edith Gallois. Le défilé du 13ème arrondissement est considéré comme le plus beau d'Europe.

Paris comporte plusieurs quartiers asiatiques dont le plus grand, développé depuis les années 70 est celui situé dans le 13 ème arrondissement. Des populations asiatiques, particulièrement celles qui ont fui le communisme, s'y sont installées depuis des décennies. On y retrouve des chinois mais aussi des vietnamiens, cambodgiens ou laotiens qui pour la plupart ont ouvert des commerces d'alimentation spécialisée, de vaisselles, d'encens ou des restaurants... Afin de suivre leurs coutumes religieuses, il existe 2 temples bouddhistes et une église catholique (Notre-Dame de Chine) . Le premier temple bouddhiste se trouve rue du Disque et est tenu par l'Association des Résidents en France d’Origine Indochinoise (A.R.F.O.I). Il est dédié à la divinité Bodhisattva Guanyin à qui ils offrent de nombreuses offrandes (orange, oeufs, lait, …). L'association propose aussi des cours de chinois ou de l'aide pour les papiers administratifs. Le second temple plus grand, plus doré est dirigé par l’Amicale des Teochew, il se trouve à côté du centre commercial Olympiades. Traditionnellement, il faut se déchausser pour y entrer faire brûler de l'encens, des bougies et prier devant les bouddahs dorés.

Actuellement, Chinatown Paris 13 est considéré comme le premier quartier chinois d'Europe, il va encore se développer grâce à la première place de Paris en 2018 (devant Londres, Rome et New York) en tant que "destination la plus populaire au monde". Suite à une croissance importante en Chine et en Asie du Sud-Est, le nombre d'investissements de la Chine et de la France a augmenté en facilitant l'installation d'entreprises à Pékin, Shanghai, Hangzhou (capitale d'origine de beaucoup de commerçants installés en IDF et modèles d'intégration ). A Paris, la reconnaissance de zone touristique internationale du quartier Olympiade est soutenue par la région qui envisage la possibilité d'ouverture le dimanche afin d'accroître le développement touristique et économique du site.

Cette année, la fréquentation chinoise de la capitale a atteint le million de visiteurs en région Ile de France, record battu; 2018 a été l’année européenne du tourisme chinois, sa clientèle étant considérée la plus dépensière en France. Dans ce but, tout a été fait pour que les touristes asiatiques puissent être accueillis en toute sécurité, que des traducteurs soient mis à disposition. L'élaboration de parcours sans argent liquide avec We Chat et Alibaba a été réalisé afin de payer dans les grands magasins sans avoir de devises sur soi et éviter les pick-pokets, des commissariats mobiles avec traducteurs ont été installés dans les grands sites pour que les touristes lésés puissent porter plainte plus facilement; l'accueil s'est développé avec le site "Visit Paris" traduit en chinois, réalisé grâce au partenariat signé entre le CRT et Fliggy, filliale d'Alibaba. Il est aussi prévu d'inclure la gastronomie asiatique dans le "parcours de la gastronomie en IDF"ouvert à tous les touristes du monde qui viennent sur Paris et sa région (50 000 cette année).

La FinTech est au programme avec le partenariat entre Hong Kong et Shenzhen, nouveau pôle d'innovation, de haute technologie et d'intelligence artificielle.. De plus, AirParif subventionné par la ville de Paris et la région, travaille avec la ville de Pékin sur la réduction de la pollution de l'air dans la capitale chinoise.

L'année du Cochon de Terre sera donc une année de partenariat et de projets, elle promet de belles réussites dans tous les domaines. Le 25 janvier 2020, elle fera place à celle du Rat de Métal.



Dr. Jamal Sanad Al Suwaidi, candidat au Prix Nobel de Littérature de 2019 pour son livre "Le Mirage"Monde

Posté par IMPACT EUROPEAN 20 févr., 2019 22:58:21

Gérard CROSSAY
Blog image

Dr. Jamal Sanad Al Suwaidi, directeur du Centre émirati d'Etudes et de Recherches stratégiques à Abou Dhabi, est le premier candidat émirati et des Pays du Golfe au Prix Nobel de Littérature de 2019.

Cette candidature s'inscrit dans le cadre de la lutte intellectuelle contre les idées et les idéologies islamistes qui ont envahi le monde ces dernières années et menacent les sociétés et les valeurs humaines.

Le Prix Nobel est un symbole fort qui permettrait de mettre en lumière le danger des idéologies extrémistes.

Plusieurs associations ainsi que des personnalités académiques européennes et du monde arabe proposent sa nomination, défendue par plus de cinquante experts, universitaires et politiciens de Belgique, d'Italie, d'Allemagne, de France, d'Espagne et de Suède.

M. Nidal Shoukeir, président de l'Association de la presse européenne du monde arabe, a souligné que la nomination de M. Jamal Sanad Al Suwaidi à ce prestigieux Prix international témoigne de la réelle prise de conscience internationale et européenne de la nécessité d'encourager la mobilisation des intellectuels face à la menace de ces idéologies extrémistes. Il a ajouté que "cette candidature à ce prestigieux Prix international est un important hommage rendu à l'auteur qui condamne les idées extrémistes à travers son ouvrage, et transmet les valeurs et les efforts de son pays dans ce contexte."

Le professeur et chercheur des Sciences islamiques Ibrahim Laytous de l'Université d'Anvers a également estimé que cette nomination est un hommage au rôle des grands penseurs face à l'extrémisme et au terrorisme, rôle majeur comme en témoignent les expériences passées.

Jean-Valère Baldacchino, président du Cercle d'Analyse et de Recherche géopolitiques, considère que "le fait que le professeur Suwaidi soit nobélisable est une immense nouvelle. Surtout avec son grand essai "Le Mirage", c'est un message fort lancé contre l'islamisme, un fléau majeur de ce début de siècle. Plus généralement, il s'agit là d'un essayiste d'une qualité qui se fait rare et dont les écrits font partie des oeuvres les plus importantes de la science politique actuelle."

"Le livre "Le Mirage" du Dr. Jamal Sanad Al Suwaidi, ouvrage à la fois académique et pratique, illustre parfaitement l'utilisation de la pensée dans les questions humanitaires contemporaines et contribue à la préservation des valeurs humaines au sein de la société. L'auteur y exprime sa conviction que le conflit arabe et mondial contre l'idéologie extrémiste et ses groupes et organisations ne se limite pas à la sphère militaire et sécuritaire, mais qu'il s'agit d'une véritable guerre de caractère intellectuel.

Dr. Jamal Sanad Al Suwaidi a déjà reçu de nombreux prix arabes et internationaux, notamment le Prix international Sheikh Zayed pour le développement et la construction de l'État.
Blog imageBlog imageBlog image



Michel Frenna est Salvatore VrogenActualités et Culture

Posté par IMPACT EUROPEAN 20 févr., 2019 12:04:19

Daphné VICTOR
Blog image

« L'amour c'est comme un refrain, ça vous glisse entre les mains, ça se chante et ça se danse et ça revient ça se retient comme une chanson populaire ». Ces paroles de Claude, François Salvatore Vrogen, auraient pu sans nul doute les interpréter. Cheveux gominés, chaussures vernis, bagues aux doigts et guitare en bandoulière, il est chanteur de variété romantique aux neuf millions d’albums vendus. Le succès et lui ne font qu’un. Ses concerts se jouent à guichets fermés. Récompensé par quatre disques d’or, l’enfant du rock’n’roll et de l’amour, fan d’Elvis, quitte ses contrées flamandes qui lui sont acquises pour aller conquérir le public français dans le cadre d’une tournée exceptionnelle. Oui, mais voilà …il n’y est pas connu. Habitué aux salles de 4000 places, c’est une toute autre réalité qui l’attend. Le soir de son concert, manquent à l’appel ses musiciens. En panique le chanteur populaire autodidacte aux intonations chantées d’Eddy Mitchell et aux postures à la Depardieu ? Absolument pas. La vedette désenchantée va faire ce qu’elle sait, en fin de compte, faire le mieux : parler.

Égalité des sexes, couple, rapport homme/femme, personnes âgés, showbiz, … pendant plus d’1h, il passe au crible les sujets qui le taraudent et pousse même la réflexion dans ses retranchements quant aux changements de notre société. « La France c’est l’Eldorado du 3ème âge », « Les vieux c’est une génération qu’il faut protéger. Ils ont connu un monde de fou, ils ont connu le premier homme sur la Lune », « Je suis un chanteur engagé, donc je suis contre la guerre », « Les slows, c’est fantastique. Ce sont les fondations d’une relation stable et sordide. C’est le symbole important de l’amour ». Derrière la caricature du chanteur has been, le comique à l’univers décalé, ose et s’amuse de tout. Le kitch, les compositions ringardes ne sont au final qu’une dédicace nostalgique aux années 70. Alors, avec de l’amour, de l'humour et du rock’n’roll, la vie est plus folle, n’est-il pas ?

« Michel Frenna est Salvatore Vrogen », un one man show sans filtre de Michel Frenna dédié à la variété française, sur une idée originale d’Elodie Poux, mis en scène par Antoine Lhonoré-Piquet où l’humour y est effronté et le verbe légèrement incisif – Un seul en scène divertissant qui demande encore un peu d’ajustement et de rodage pour être parfaitement à point, qui joue les prolongations au Théâtre BO Sant Martin (Paris XIème) tous les mardis à 19h30 - Réservations : 01 42 71 50 00

Teaser : https://vimeo.com/288344507/03db7db583

Blog image

Des milliers de personnes rassemblées partout en France contre l'antisémitisme Actualités

Posté par IMPACT EUROPEAN 19 févr., 2019 23:54:38

Gabriel MIHAI
Blog image

Plusieurs centaines de personnes prennent sur place de la République à Paris, à une marche contre l'antisémitisme. La manifestation, initiée par le Parti socialiste après l'agression, le 16 février à Paris, contre l'académicien Alain Finkielkraut, voit la participation d'une vingtaine de partis politiques. Plusieurs membres du gouvernements, Edouard Philippe en tête, sont également présents ainsi que les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Des milliers de personnes se sont rassemblées mardi soir place de la République à Paris et dans plusieurs régions de France au nom de la lutte contre l’antisémitisme. Ils étaient plusieurs centaines à Nantes, Bordeaux, Cherbourg, Metz, Niort et le Poitou, Belfort, Bourges, Bayonne, Grenoble et en Isère, en Savoie et en Haute-Savoie, à Pau, à Saint-Etienne, Besançon, Mont-de-Marsan ou encore à Auxerre. Un millier à Nancy, 1.200 à Valence, Tours et Clermond-Ferrand. Près de 2.000 à Strasbourg, plus d'un millier à Nîmes et Lille, et environ 1.500 sur le Vieux-Port à Marseille.

Du côté de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon s'est joint au rassemblement marseillais. Il avait annoncé qu'il participerait à condition que sa sécurité soit assurée.

"L'antisémitisme, c'est un fléau, c'est une attaque contre la République", a notamment commenté François Hollande. "L'antisémitisme, ce n'est pas l'affaire des juifs. C'est l'affaire de tous les Français" a-t-il ajouté. "Un certain nombres d'individus provoquent, insultent l'autorité de l'État, l'État doit répondre. Je suis sûr qu'il le fera, mais il faut le faire maintenant et avec une fermeté extrême", a pour sa part souhaité l'ancien-président Nicolas Sarkozy.

Ian Brossat, le chef de file du PCF pour les Européennes, est venu avec Lassana Bathily, le héros de l'Hyper Cacher parisien. Au total, 20.000 personnes ont participé à cette manifestation selon le PS, à l'initiative de la cérémonie qui s'est ouverte sur une intervention du rabbin Delphine Horvilleur. "Quand l'antisémitisme ressurgit, d'où qu'il vienne et quelque nom qu'il porte, quand grandit la haine de l'autre, sous toutes ses formes, il s'agit d'un test pour la nation, le test de sa dignité et de sa grandeur. Parfois la République donne rendez-vous à ses enfants sur une place et elle nous demande : sauras-tu être à la hauteur ?", a-t-elle lancé à la tribune. Le chanteur Abd al Malik a conclu en chantant la Marseillaise.

Marine Le Pen, accompagnée de trois députés du Rassemblement national, s'est recueillie à Bagneux (Hauts-de-Seine) devant une plaque en hommage à Ilan Halimi, jeune juif tué en 2006 après avoir été séquestré et torturé. La presse n'avait pas été conviée.

Ce même jour, environ 80 tombes du cimetière juif de Quatzenheim (Bas-Rhin), au nord-ouest de Strasbourg, ont été découvertes profanées, selon la préfecture du Bas-Rhin.

Emmanuel Macron, en déplacement mardi après-midi dans le Bas-Rhin où un cimetière juif a été profané dans la nuit de lundi à mardi, n'a pas participé au rassemblement parisien. Il s'est rendu au Mémorial de la Shoah, accompagné des présidents des deux chambres du Parlement, Gérard Larcher et Richard Ferrand, pour se recueillir et déposer une gerbe. "La République est un bloc", a-t-il déclaré.

Le chef de l'État doit prendre la parole plus longuement ce mercredi pendant le dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives (Crif). "J'aurai à dire les actes que nous souhaitons prendre", a-t-il précisé. Le président de la République a déjà annoncé qu'il n'était pas favorable à la pénalisation de l'antisionisme, réclamée par un groupe de députés. "Je ne pense pas que pénaliser l'antisionisme soit une solution", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue géorgienne, Salomé Zourabichvili. "Mais je confirme que ceux qui, aujourd'hui dans le discours, veulent la disparition d'Israël sont ceux qui veulent s'attaquer aux Juifs. Je pense néanmoins que lorsqu'on rentre dans le détail, la condamnation pénale de l'antisionisme pose d'autres problèmes", a ajouté Emmanuel Macron.

Dans une déclaration commune lue à l'issue d'une réunion avec le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, les responsables des cultes et d'organisations laïques ont appelé au "sursaut des consciences" face aux actes antisémites qui "meurtrissent la France toute entière".

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, les actes anti-juifs (principalement des menaces) ont augmenté de 74% en 2018 (541 cas) par rapport à l'année précédente (311 cas). Si l'augmentation est spectaculaire, le chiffre des actes antisémites pour 2018 reste inférieur aux années 2015 (808 cas) et 2014 (851 cas). En 2018, le ministère a dénombré 1063 actes anti-chrétiens et 100 actes anti-musulmans.




La planète Mode perd son icône et maître de la haute-coutureActualités

Posté par IMPACT EUROPEAN 19 févr., 2019 13:31:38

Gabriel MIHAI

Blog image

Le couturier d’origine allemande dont la signature visuelle était indissociable du renouveau de Chanel est décédé le 19 février 2019.

Créateur de génie, personnage énigmatique et couturier exigeant à la verve cinglante, Karl Lagerfeld s'est éteint ce mardi 19 février, l'homme qui a ressuscité Chanel a fait preuve d'un sens aigu de l'autodérision, d'un contrôle de soi infaillible et d'une créativité débordante.

Karl Lagerfeld est décédé dans la matinée à l'Hôpital américain de Paris, à Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine (92). Il y a été admis en urgence lundi soir. La cause de sa mort n'est pas encore connue.

La santé de Karl Lagerfeld est source d'inquiétude depuis plusieurs mois, le défunt Kaiser avait illuminé l'avenue des Champs-Élysées pour les fêtes de Noël, en présence de la maire de Paris, Anne Hidalgo, ayant déjà une image de souffrance et de fièvre, mais aussi un état faible.

Le directeur artistique de Chanel avait manqué le défilé Haute Couture de la maison parisienne, le mardi 22 janvier. Chanel avait rassuré les fans du créateur en expliquant qu'il était simplement fatigué.

Outre Chanel, Karl Lagerfeld exerçait également au sein de la griffe romaine Fendi, qui dévoilera sa collection prêt-à-porter pour les saisons automne-hiver 2019-2020 ce jeudi 21 février.

Auréolé d'un épais mystère – personne ne saurait attester précisément de sa date de naissance ni ne connaît avec certitude les détails de sa vie privée –, le directeur artistique au catogan poudré et lunettes de soleil opaques aura bouleversé l'histoire de la mode en général et celle des maisons de couture Chanel et Fendi (pour le prêt-à-porter femme) en particulier, parvenant toujours à capter l'air du temps avec humour.

Nul ne peut affirmer l'âge du couturier allemand. Pendant des années, ce dernier a volontairement semé le doute sur le sujet, se targuant de ne pas connaître lui-même sa date d'anniversaire. Toutefois, on imagine que Karl Lagerfeld – de son vrai nom Karl Otto Lagerfeldt – a environ une vingtaine d'années lorsqu'il arrive à Paris avec sa mère – une Prussienne. Comme une suite logique à la jeunesse aisée qu'il a menée outre-Rhin, Karl Lagerfeld, fils d'un homme d'affaires scandinave, pose ses valises dans un hôtel particulier germanopratin du Quai Voltaire, en 1954. À peine débarqué dans la capitale de la mode, les vents lui sont favorables. Ainsi, le jeune Karl remporte le premier prix du concours du « Secrétariat international de la laine », ex æquo avec un autre jeune couturier, Yves Saint Laurent – son futur meilleur ennemi. Le couturier Pierre Balmain, qui fait partie du jury, le remarque et le recrute alors comme assistant.

Le styliste en herbe a la bougeotte et entame une carrière de designer indépendant. Rapidement, il crée des vêtements pour les marques Chloé et Fendi qui font respectivement appel à ses services en 1963 et 1965. Il dépoussière durablement l'image de marque de Fendi, à l'origine maison de fourrure romaine, en inventant l'idée d'un luxe ludique, loin de la silhouette bourgeoise de l'époque.

En 1983, douze ans après la mort de Coco Chanel, il est nommé directeur artistique de la maison de la rue Cambon. À ce moment, la griffe vit des heures difficiles et l'intervention de celui qu'on surnommera plus tard le « Kaiser de la mode » lui redonne un second souffle. Puis en 1984, il lance sa marque éponyme, et en 1986 le fameux dé d'or – la sacro-sainte distinction à l'époque dans le milieu – vient couronner son travail. Plus rien n'arrête Karl Lagerfeld, qui semble détenir la formule pour réveiller les belles endormies – et les réinscrire dans la modernité.

À l'aube de l'an 2000, Karl Lagerfeld s'offre une nouvelle image. Il perd 40 kilos pour pouvoir se glisser dans les costumes Dior Homme dessinés par Hedi Slimane. Le nouveau millénaire marque un véritable tournant dans la carrière du styliste, qui s'amuse de plus en plus avec son image et multiplie les projets avec la nouvelle génération.

Son sens poussé de l'autodérision. La preuve : en 2008, il prête son image à la Sécurité routière en vantant les mérites du gilet jaune dans un spot publicitaire : « C'est jaune, c'est moche, ça ne va avec rien, mais ça peut vous sauver la vie. » Autres faits d'armes, en 2010 : il apparaît dans le clip de Jean Roch auprès de Snoop Dogg jouant le rôle de Dieu. Et Karl Lagerfeld de conclure par une pirouette : « La chose la plus importante que vous devriez savoir sur moi, c'est que tout ce que vous ont dit les autres n'est pas nécessairement vrai. »

Il laisse son filleul Hudson Kroenig, fils du top model Brad Kroenig; son fidèle bras droit Sébastien Jondeau et sa chatte, Choupette, à laquelle il était très attaché.

Rip Karl Lagerfeld, la mode en deuil.

L'Europe et l'ONU ont condamné la gestion des manifestations des "gilets jaunes" par le gouvernement françaisMonde

Posté par IMPACT EUROPEAN 18 févr., 2019 21:50:08

GABRIEL MIHAI
Blog image

Le débat autour des violences entre forces de police et «gilets jaunes» s'est invité dans le débat européen. Ce jeudi, les députés européens ont condamné l'usage «disproportionné» de la force par la police dans les manifestations tout en évitant d'appeler à l'interdiction des lanceurs de balles de défense, mis en cause dans les manifestations des «gilets jaunes».

Dans cette résolution votée par 438 voix pour, 78 contre et 87 abstentions, les députés ont «dénoncé le recours à des interventions violentes et disproportionnées de la part des autorités publiques lors de protestations et de manifestations pacifiques». Si le texte ne cible pas un État membre en particulier, il a donné lieu en préambule à un débat animé dans l'hémicycle strasbourgeois, auquel ont pris part plusieurs eurodéputés français. Demandé par une coalition regroupant l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates, les Verts et la Gauche unitaire européenne, le débat a été dominé lundi soir en partie par la situation en France avec les manifestations des «gilets jaunes», même s'il fait référence à d'autres pays (Roumanie, Espagne, Hongrie, Grèce).

Après le Parlement européen jeudi 14 février, des experts indépendants du Haut-commissariat aux droits de l’homme de l'ONU ont condamné vendredi la gestion des manifestations des "gilets jaunes" par le gouvernement français. Ces experts dénoncent notamment des restrictions graves du droit de manifester exercées par l'État français et un usage abusif de la force. Interrogé sur franceinfo samedi, Michel Forst, rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l'Homme à l'ONU, a déclaré que "ce texte est une mesure d'alerte pour dire 'attention, la France va sans doute un peu loin et devrait réfléchir sur ses politiques de maintien de l'ordre public'."

L'ONU s'est de son côté prononcée sur ce sujet dans un communiqué publié ce jeudi et qui cite un groupe d'experts des droits de l'homme des Nations Unies. Ils s'inquiètent du «nombre élevé d'interpellations et de gardes à vue, des fouilles et confiscations de matériel de manifestants, ainsi que des blessures graves causées par un usage disproportionné d'armes dites «non-létales» telles que les grenades et les lanceurs de balles de défense ou «flashballs», ajoutant que «les autorités devraient repenser leurs politiques en matière de maintien de l'ordre pour garantir l'exercice des libertés». Les experts alertent également sur le risque de «sévères restrictions à la liberté de manifester» que pourrait causer la loi anticasseurs. Cette dernière permet aux préfets de prononcer des interdictions de manifester, un point validé par l'Assemblée nationale le 30 janvier dernier.

Michel Forst pointe notamment du doigt "un usage disproportionné" d’armes dites non-létales. "Le nombre de blessés, la qualité des blessures, le fait que plusieurs aient indiqué avoir perdu un œil, une main, un pied, montre que ce type d'outils, d'armes non-létales employées par les forces de sécurité, sont sans doute utilisés de manière disproportionnée", a-t-il expliqué. "On a vu des images qui nous ont été montrées par des avocats, où l'on voit, par exemple, ces grenades lancées sur des médecins qui soignent des blessés, sur des journalistes, donc on se dit qu'il y a quelque chose à regarder de manière plus attentive, d'où l'alerte que nous lançons."

De plus, les experts ont exprimé leurs vives préoccupations quant à une proposition de loi visant prétendument à prévenir les violences lors de manifestations et à sanctionner leurs auteurs. "La proposition d’interdiction administrative de manifester, l'établissement de mesures de contrôle supplémentaire et l’imposition de lourdes sanctions constituent de sévères restrictions à la liberté de manifester. Ces dispositions pourraient être appliquées de manière arbitraire et conduire à des dérives extrêmement graves", soulignent les experts.

"Nous avons été frappés par le sentiment qu'au fond la gestion des manifestations échappe au gouvernement mais le pousse à prendre des mesures qui, de notre point de vue, seraient contraires aux libertés publiques, et au pacte des Nations unies dont la France fait partie" ajoute Michel Forst. Le groupe d'experts espèrent que leur appel sera entendu et que le gouvernement reverra sa copie en matière de maintien de l'ordre public.

Le recours du LBD par les forces de l'ordre pendant les manifestations des «gilets jaunes», aussi désigné par le terme «Flashball», fait l'objet d'une vive polémique en France.


Début janvier, le Conseil d'Etat a rejeté les demandes, émanant de la CGT et de la Ligue des droits de l'homme (LDH), de suspension de leur usage. Les juges ont estimé que le risque de violence rendait «nécessaire de permettre aux forces de l'ordre de recourir à ces armes». Mais pour tenter de répondre aux inquiétudes, Christophe Castaner a annoncé le 22 janvier que les forces de sécurité qui les utilisaient seraient désormais équipées de caméras-piétons. Selon le ministre de l'Intérieur, elles devront être «systématiquement» activées «en conditions normales» mais pas «en cas d'agression» des forces de l'ordre.
Blog image



Macron ne sera pas présent au rassemblement contre l’antisémitisme mais Édouard Philippe sera présent Actualités

Posté par IMPACT EUROPEAN 18 févr., 2019 20:23:23

GABRIEL MIHAI
Blog image

Édouard Philippe participera au rassemblement contre l'antisémitisme organisé par quatorze partis politiques, dont La République en marche, Les Républicains, le PS, le MoDem, EELV et le PCF, à Paris, le mardi 19 février. Le Premier ministre défilera aux côtés de 18 membres du gouvernement, soit près de la moitié du gouvernement, selon un décompte gouvernemental provisoire.

Emmanuel Macron ne sera pas présent à la marche organisée à Paris, a fait savoir l'Élysée.

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a appelé lundi Emmanuel Macron à participer, pour « incarner la République », au rassemblement contre l’antisémitisme organisé mardi par quatorze partis politiques.

« Je souhaite que le président de la République soit présent pour manifester, pour incarner la République et dire que la République condamne fermement, définitivement, de manière absolue, toute forme de haine et notamment l’antisémitisme », a déclaré sur RTL le chef du PS, à l’origine de cette initiative.

L'ex président François Hollande sera quant à lui bien présent, selon nos informations. Pendant son mandat, l'ancien chef de l'État avait participé à une manifestation, fait rare pour un chef d'État en exercice. C'était le 11 janvier 2015, après la tuerie de Charlie Hebdo.

Une exposition 100% cousue main…Actualités et Culture

Posté par IMPACT EUROPEAN 18 févr., 2019 17:26:21

Daphné VICTOR
Blog image

« Les beaux gosses, « Nikita », « Immortel », « Le Grand Bleu », « Cloclo » « Au revoir là-haut ». Quel est le dénominateur commun à ses grands films ? Mimi Lempicka. Et ne vous y trompez pas, aucun lien de parenté avec Lolita. Au-delà de porter le même nom, toutes deux évoluent dans les tissus. Eh oui. Mimi est costumière de métier et quelle costumière ! Depuis plusieurs années, celle qui a fait les Beaux-Arts a mis son talent au service du cinéma, de la télévision, du théâtre et de la publicité, mais c’est le 7ème art qui a gardé sa préférence. À son actif, pas moins de 62 films (et prochainement un de plus avec « Le chant du loup », en salles le 20 février). Tous les plus grands réalisateurs français courtisent sa créativité. L’Académie des Césars ne s’y est d’ailleurs pas trompée en lui décernant en 2018 le César des Meilleurs costumes ; une récompense grandement méritée pour le travail qu’elle a accompli pour le film d’Albert Dupontel « Au revoir là-haut ».

Il aurait donc été dommage que le public ne puisse profiter de l’étendue de sa maîtrise, en comprendre le processus de création et en découvrir tout le savoir-faire d’une passion. C’est pourquoi Fabienne Kriegel, ex-directrice générale des Editions du Chêne/EPA organise une exposition mettant en avant, dessins et maquettes des nombreux costumes créés par Mimi Lempicka. Une exposition a examiné sous toutes les coutures …

Avis à tous les cinéphiles : une dédicace sous forme de rencontre et d’échange est organisée le 20 février de 17H00 à 19H30. Mimi Lempicka y dédiera « Les costumes font leur cinéma » (éditions EPA), un ouvrage riche en maquettes peintes par elle-même, mettant en avant le cinéma français à travers huit de ses grandes réalisations.

Galerie LE 16 RUE VOLTAIRE, 16 rue Voltaire Paris 01 jusqu’au 23 février 2019 – Tous les jours de 15h à 19h30 sur rendez-vous au 06 11 21 46 48

Blog imageBlog imageBlog image

L'acte 14 des «Gilets jaunes» trois mois des mobilisations en France chaque samediActualités

Posté par IMPACT EUROPEAN 17 févr., 2019 11:45:02

Gabriel MIHAI
Blog image

Nouvelle mobilisation des gilets jaunes ce samedi pour l'Acte 14 du mouvement avec des manifestations dans toute la France. Le ministère de l’Intérieur a dénombré 41.500 manifestants en France, 5.000 à Paris. Comme chaque semaine depuis le début du mouvement, ces chiffres sont contestés par les "gilets jaunes".

Ce samedi, des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans plusieurs villes de France, lors d’un "acte 14" relativement calme à Paris, mais marqué par de nouveaux heurts à Toulouse et Bordeaux.
26 personnes ont été interpellées à Paris et, parmi elles, 15 ont été placées en garde en vue selon le parquet de Paris.

À Paris, une foule compacte de plusieurs milliers de personnes est partie de la place de l'Étoile vers midi pour rallier quelques heures plus tard l’esplanade des Invalides, qui a été évacuée en fin d’après-midi. Éric Drouet, figure du mouvement condamnée vendredi à un mois de prison avec sursis pour "organisation de manifestations sans déclaration préalable", avait pris part au cortège parisien.

Après de brefs face-à-face avec les forces de l'ordre, les «gilets jaunes» se sont dispersés, certains rejoignant les Champs-Elysées en début de soirée aux cris, "Macron démission".

Ce n’est que vers 20h30 que la plupart d’entre eux ont quitté la célèbre avenue, parfois promptement évacués par les forces de l’ordre.

"C'est pas la fin, ce sera la fin quand Macron nous aura entendu. Qu'il nous aura rendu la démocratie", a déclaré Jérôme Rodrigues, devenu un symbole des violences policières depuis qu'il a perdu un oeil fin janvier place de la Bastille.

C'est une triste scène qui a été filmée en marge de la manifestation parisienne. Le philosophe et académicien Alain Finkielkraut a été injurié et sifflé, dans le quartier du Montparnasse, selon des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et qui ont déclenché une vague d'indignation au sein de la classe politique. Beaucoup dénonçant des propos à caractère antisémite.

"Barre toi, sale sioniste de merde", "grosse merde sioniste", "nous sommes le peuple", "la France elle est à nous", ont crié plusieurs manifestants qui défilaient boulevard du Montparnasse, et qui venaient d'apercevoir l'académicien, d'après une vidéo diffusée par Yahoo! Actualités. "J'ai ressenti une haine absolue, et malheureusement, ce n'est pas la première fois", a réagi Alain Finkielkraut auprès du Journal du dimanche.

"Fils d'émigrés polonais devenu académicien français, Alain Finkielkraut n'est pas seulement un homme de lettres éminent mais le symbole de ce que la République permet à chacun", a réagi Emmanuel Macron sur Twitter, ajoutant que:
"Les injures antisémites dont il a fait l’objet sont la négation absolue de ce que nous sommes et de ce qui fait de nous une grande nation. Nous ne les tolèrerons pas."

D'autres villes ont connu des tensions plus marquées en fin de manifestation, notamment Bordeaux, autre bastion de ce mouvement qui fragilise le gouvernement et l'a contraint à lancer un grand débat.

À Toulouse, 4000 personnes selon une source policière clamaient leurs détermination derrière une banderole « Seule la mort nous arrêtera ». Les premières échauffourées ont commencé à 16 h 30 et se poursuivaient en fin d'après-midi. Huit personnes ont été interpellées, selon la préfecture.

À Rouen, quatre « gilets jaunes » ont été légèrement blessés par une voiture qui a tenté de fendre le cortège. Le conducteur, qui était avec sa femme et leur bébé, était bloqué par des manifestants, selon une source policière.

La manifestation nantaise, à laquelle ont pris part 1600 manifestants selon une source policière, a été émaillée d'incidents avec des jets de pavés, de bouteilles et de fusées, selon la préfecture. Quatorze personnes ont été arrêtées.

Tandis qu'à Lyon, plusieurs milliers de manifestants s'étaient rassemblés dans le centre, des «gilets jaunes» tentaient de bloquer le trafic sur l'autoroute A7, provoquant des difficultés de circulation.

Sur Twitter, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand a condamné le «saccage» de la permanence du député de la Sarthe Damien Pichereau, en marge de la manifestation des «gilets jaunes» au Mans.

Les manifestations devraient se poursuivre dès 17h, avec une nouvelle "nuit jaune" prévue sur la place de la République. Un rassemblement statique essentiellement, avec pour thème le Référendum d'initiative citoyenne et l'antisémitisme. Les cortèges s'élanceront aussi en région à Lyon, Marseille, Boulogne sur Mer ou encore Nice.

Des manifestations qui se poursuivront également ce dimanche 17 février, c'est la nouveauté de cette 14ème journée d'action des "gilets jaunes". Ils se donneront rendez-vous à 11h à l'Arc de Triomphe, direction le Champ-de-Mars avec un parcours incluant le ministère du Travail le Medef ainsi que la mur de la Paix.



" Des gilets jaunes" condamnés cette semaine par le parquet de ParisSocial - Faits Divers

Posté par IMPACT EUROPEAN 17 févr., 2019 10:54:28

Gabriel MIHAI
Blog image

Un mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende ont été requis contre Éric Drouet, une figure des "gilets jaunes", qui était jugé pour "organisation de manifestations sans déclaration préalable".

Ce vendredi 15 février, Éric Drouet était jugé par le tribunal correctionnel pour l’organisation de deux manifestations non-déclarées, les samedi 22 décembre et mercredi 2 janvier dernier, à Paris.

Le parquet de Paris a requis un mois de prison avec sursis et 500 euros d’amende contre lui, dans ce qui était le deuxième procès en l'espace d'une semaine pour les "gilets jaunes", après celui de Christophe Dettinger, qui a écopé d’un an de prison ferme pour avoir frappé deux gendarmes.

Face au tribunal, ce père de famille s'est défendu d'être l'une des figures des "gilets jaunes" : "Je n'ai aucun rôle d'organisateur ou de leader dans ce mouvement" avant de préciser : "Je suis juste un relais". Pour rappel, le chauffeur routier de Melun a été l'un des initiateurs de la première mobilisation nationale des "gilets jaunes" le 17 novembre, en créant sur Facebook l'événement "Blocage national contre la hausse des carburants".

L'employé, qui a reconnu avoir fait un geste outrageant envers le policier, a été placé en garde à vue avant d'être condamné à 70 heures de travaux d'intérêt général.

L'homme de 32 ans a été placé en garde à vue mardi 12 février, puis condamné le lendemain.
La scène s'est déroulée le 2 février dernier. Un membre des forces de l'ordre, habillé en civil et muni de son brassard orange, s'apprêtait à entrer dans une boulangerie, située dans le IIIe arrondissement de Paris, quand un employé de l'établissement lui bloque le passage.

Le différend, qui a été filmé par des témoins, a été largement relayé sur les réseaux sociaux.

L'employé lui dit alors que les armes ne sont pas autorisées dans la boutique. "Tu vois une arme ?" lui demande le policier. "Je ne sais pas, je vous préviens juste, pas d'arme dans (inaudible)", répond son interlocuteur. Face à l'insolence de l'employé, le policier conclut : "Bon je crois que je vais aller ailleurs...", en s'éloignant. Ce à quoi l'employé ainsi que certains témoins de la scène répondent "Oui, oui allez ailleurs".

Mercredi, devant le tribunal correctionnel de Paris, l'ex-boxeur Christophe Dettinger a été condamné à deux ans et demi de prison, dont 18 mois avec sursis et mise à l'épreuve, pour s'en être pris le 5 janvier à deux gendarmes en marge d'une manifestation des «Gilets jaunes» à Paris.

Justement, les derniers mots de Christophe Dettinger sont adressés aux deux gendarmes victimes de ses coups – dont un est présent dans la salle : "Monsieur le gendarme, je suis coupable de tous les coups que j'ai pu vous porter. Je suis conscient que ça a pu vous toucher physiquement et psychologiquement. La violence, ce n'est pas mon état d'esprit. J'ai été boxeur et d'ailleurs j'étais un technicien, je n'ai jamais été un bagarreur..."

Après une heure de délibération, le tribunal le condamne à trente mois de détention dont douze mois ferme avec maintien en détention. Sa peine pourra être aménagée en semi-liberté dès les prochains jours. Le tribunal l'a également condamné à une interdiction de séjour à Paris pendant six mois et à indemniser ses victimes, respectivement à hauteur de 2 000 et 3 000 euros.



Le 9ème Mondial du Tatouage accueille 420 tatoueurs du monde entierMonde

Posté par IMPACT EUROPEAN 17 févr., 2019 02:32:25

VÉRONIQUE YANG
Blog image

La 9ème édition du Mondial du tatouage se tient du 15 au 17 février à la Grande Halle de la Villette à Paris dans le 19ème arrondissement sous le parrainage de Philippe Decouflé.

Référence du monde du tatouage grâce à ses plus de 4 000 professionnels en France et ses centaines de milliers d'aficionados, il est devenu depuis 1999, date de sa création l'événement le plus visité et le premier de la planète consacré à cet art par l'intermédiaire de son vaste catalogue de style pictural. Les plus grands artistes du monde y présentent leur travail dans une ambiance festive avec des concerts et des lieux agréables pour se restaurer. Public et professionnels peuvent y découvrir des livres spécialisés et le matériel nécessaire dont ils ont besoin durant ces 3 jours pendant lesquels se déroulent les incontournables concours qui récompensent cette année pas moins de 34 artistes. Le jury composé de Filip Leu, Bill Salon, Luke Atkinson, Kari Barba et Mark Mahoney récompensera les lauréats qui recevront cette année, une tête de panthère sculptée par Tin-Tin, le tatoueur le plus emblématique de Pigalle, le plus connu en France et l'organisateur du Mondial du Tatouage. Les partenaires offriront également des cadeaux aux tatoués et aux tatoueurs.

Cette année, plus de 30 000 visiteurs sont attendus pour venir rencontrer les 420 tatoueurs (50 nouveaux tous les ans) venus de 40 pays, que ce soit par curiosité ou se faire tatouer. Le 10ème art, comme on le définit expose ses créations au grand public: meilleur dos, meilleur large couleur, meilleur petit noir et gris.. et après s'être associé à la peinture, la musique et la photographie a décidé de choisir cette année la danse en choisissant Philippe Decouflé comme parrain. Ce dernier a adapté ses chorégraphies en proposant des danseurs ayant pour unique habits des tatouages temporaires réalisés par Tin-Tin qui profite du Mondial pour présenter son livre "Sous le regard de Tin-Tin" (histoire du tatouage, photos exclusives d'archives, interview inédite de Tin-Tin, 100 portraits de tatoueurs incontournables avec interview et leurs plus belles oeuvres...)

C'est au Théâtre National de Chaillot, lors du spectacle "Nouvelles Pièces Courtes"que Tin-Tin et Philippe Decouflé se sont rencontrés en 2018; Tin-Tin a aussitôt eu l'idée de proposer à Philippe Decouflé une association alliant le tatouage et la danse pour le 9ème Mondial. Le chorégraphe a donc pioché dans 4 de ses anciens spectacles, Décodex (1995), Octopus (2008), Contact (2014) et Nouvelles Pièces Courtes (2017) afin d'en réaliser les chorégraphies. Les danseurs sont quant à eux vêtus de tatouages réalisés par Tin-Tin voleront au dessus du public et se produiront sur le catwalk au rythme d'illusions d'optique développées par la compagnie DCA (Diversité, Camaraderie, Agilité).

Philippe Decouflé, né en 1961 a été formé à plusieurs disciplines passant par de grandes écoles (expression corporelle avec Isaac Alvarez, cirque à l'école Annie Fratellini, mime à l'école Marceau et danse avec Matt Mattox. Il est titulaire de nombreux prestigieux et internationaux et a collaboré à de multiples créations dont "Bleu, Blanc, Goude" sur les Champs Elysées à l'occasion du bicentenaire de la Révolution Française ou 3 ans plus tard, à la mise en scène des cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux Olympiques d'Alberville. Il a été en 2016, le premier metteur en scène français à présenter un spectacle à Broadway suite à la comédie musicale du Cirque du Soleil "Paramour" mais aussi à l'hommage rendu à David Bowie pour la Philharmonie de Paris avec "Wiebo".

Tin-Tin est l'organisateur du Mondial du Tatouage, né en 1965, il a commencé sa carrière de tatoueur à Berlin en 1984 alors qu'il effectuait son service militaire et en s'inspirants de livres d'art et d'illustration plutôt que de l'iconographie des tatoueurs. Il se fait ensuite remarquer à l'échelle planétaire dans de nombreux pays. C'est ainsi qu'il compte parmi ses illustres clients, Jean-Paul Gaultier, Florent Pagny, Marc Jacobs, Pascal Obispo, Yannick Noah, Lio ou Julien Doré... En 2003, il cré le Syndicat National des Artistes Tatoueurs (SNAT) et parvient à réglementer la profession et en 2008, il co-écrit les textes d'application du décret sanitaire avec la Direction Générale de la Santé pour assurer aux tatoueurs et à leurs clients des conditions d'hygiène optimale. Il continue son métier dans sa boutique rue de Douai à Pigalle et plaide pour que son statut d'artiste et celui de se nombreux collègues soit reconnu officiellement.

Un nouvel arbre à Paris en hommage à Ilan HalimiActualités

Posté par IMPACT EUROPEAN 16 févr., 2019 17:25:13

VÉRONIQUE YANG
Blog image

A la suite du décès en 2006 d'Ilane Halimi, un hommage lui a été rendu sur le lieu où son corps a été retrouvé à Ste Geneviève des Bois (91) et où des arbres ont été plantés.

Ce jeune homme d'origine juive avait été enlevé, séquestré, torturé et tué dans la région parisienne par le gang des Barbares, groupe d'une vingtaine de personnes, dirigé par Youssouf Fofana, Son seul tort était d'être juif.

Depuis quelques temps, une recrudescence d'actes antisémites se perpétuent dans toute la France, particulièrement à Ste Geneviève des Bois où 2 arbres ont été sciés, 2 jours avant la commémoration de sa mort. Dans le même temps, des portes cochères, des magasins appartenant à des personnes de confession juive ont été couverts de tags haineux à l'égard des juifs de France, rappelant les heures sombres de la seconde guerre mondiale ainsi qu'une oeuvre représentant Simone Veil barrée d'une croix gammée. C'est pourquoi la Maire de Paris a décidé de rendre un nouvel hommage à Ilan Halimi en plantant un arbre rue de Fécamp, dans le jardin du 12ème arrondissement qui porte son nom. C'est une réponse à ces actes odieux condamnés par Anne Hidalgo et tout le Conseil Municipal, qui appellent à une mobilisation citoyenne le 19 février, place de la République.

Ce fut aussi l'occasion pour la Maire de Paris de lancer un appel aux artistes afin de réaliser sur les murs de la capitale des fresques "célébrant la fierté du vivre ensemble et les valeurs communes de liberté, égalité et fraternité".

Après la condamnation unanime de la classe politique, 14 partis dont La République en marche, Les Républicains, le PS, le MoDem, EELV et le PCF ont lancé jeudi un appel invitant à se réunir partout en France suite à cette hausse d'actes antisémites depuis 2018. De son côté, Jean-Luc Mélenchon, et son parti LFI vient de signer l'appel et sera présent mardi lors de la manifestation à Paris. Le RN quant à lui à fait savoir dans un communiqué "qu'il apportait son soutien  à toutes initiatives visant à condamner cet antisémitisme et à assurer la solidarité de la République  avec les victimes", " en  passant par des actes forts, en  alertant de nouveau sur  le développement toxique du radicalisme islamiste". Il est a noté que le RN de Marine Le Pen et le parti souverainiste Debout la France de Nicolas Dupont-Aignan n'ont pas été appelés à signer l'appel, toutefois ce dernier a déclaré qu'il participera au rassemblement de mardi malgré "le détournement de cette juste et noble cause qu’est la lutte contre l’antisémitisme pour favoriser de basses manipulations politiciennes". De son côté, la CFDT s'associera aux mouvements du 19 février.
Blog imageBlog image



Little Bob & The Blues Bastards en concert au PlanActualités et Culture

Posté par IMPACT EUROPEAN 15 févr., 2019 23:53:43

Véronique PHITOUSSI
Blog image

Little Bob s’est produit en concert au Plan à Ris-Orangis accompagné par les Blue Bastards le 8 février 2019 en Essonne.

Roberto Piazza, connu sous son nom de scène Little Bob, aussi surnommé « Libero » (prénom de son père) est natif d’Alexandrie, par la suite ses parents ont émigré au Havre. L’artiste traverse la génèse du rock français en créant son premier groupe « Les Apaches » à la période des yéyés au début des années 60.

En 1964, en fan de Little Richard, de Vince Taylor et de Dick Rivers, il crée son groupe Little Bob Story. A la fin des années 60, le groupe subi les influences musicales et s’ouvre au MC5 de Détroit, du punk américain et anglais.

Little Bob Story sera le premier groupe français à tourner en Angleterre dès 1974 et avoir de bons papiers dans la presse spécialisée britannique. Il participe aux deux éditions du Festival punk de Mont-de-Marsan en 1976 et 1977, avec notamment Bijou et The Damned.

Little Bob a enregistré vingt-cinq albums, d'abord avec le groupe Little Bob Story, puis sous son nom: Little Bob puis avec le groupe Little Bob Blues Bastards, du art rock'n'roll.

Le premier single Don't let me be misunderstood sort en 1975 et le premier album, High Time, sort en 1976. Lemmy de Motörhead a fait une apparition sur l'album Ringolevio de Little Bob Story en 1987.

En 2011, Roberto Piazza, le chanteur du groupe, joue son propre rôle dans le film Le Havre d'Aki Kaurismäki, en compétition au Festival de Cannes 2011.

En avril 2013, Jean-Noël Levavasseur, sort un livre comprenant 24 nouvelles de 24 auteurs dont chacune est inspirée par les titres des 24 albums de Little Bob, s’intitulant « Stories of Little Bob Story ». Histoires pour Roberto aux éditions Krakoen.

Little Bob Blues Bastards, se produit lors d'une nouvelle tournée et sort rapidement un premier album, Break Down The Walls. Le second album est paru en avril 2015. Une série de concerts pour le 40e anniversaire de scène de Little Bob se déroule de fin 2015 à 2016.

Little Bob a joué pour le premier ministre Édouard Philippe à l'hôtel de Matignon en 2017.

Little Bob & The Blue Bastards ont sorti « New Day Coming » chez Verycords en 2018, leur troisième album au studio de la Ferme à Thoiré-sous-Contensor.

Little Bob est un artiste attachant, émouvant de gentillesse et de douceur. Aujourd’hui, âgé de 73 ans, l’artiste a conservé sa fougue, sa voix chaude, son charisme et sa présence scénique.

Son public est très hétérogène. Little Bob & Les Blues Bastards ont assuré le show, se déchaînant au rythme du rock, du boogie.

Mickey Blow, l'harmoniciste qui jouait avec Johnny Thunders fait partie du groupe et depuis fort longtemps. Gilles Mallet assure les jeux de guitare, Bertrand Couloume est le contrebassiste et Jérémie Piazza à la batterie, est le neveu de Little Bob.

Little Bob est l'artiste incontournable et malheureusement sous estimé depuis plus de quarante ans de ce blues rock vivant, véritable incarnation du rockeur. L’artiste a traversé tous les temps, les modes, les courants musicaux. Du grand rock'n'roll.




Le coeur des Valentine et des Valentin battent à l'unisson le 14 févrierSOCIÉTÉ

Posté par IMPACT EUROPEAN 15 févr., 2019 17:13:12

Véronique YANG
Blog image

Cette année encore, l'initiative d'inscrire les messages amoureux sur les panneaux lumineux de Paris s'est réitérée.

Si pour certains, la St Valentin a pour ancêtre les fêtes romaines des Lupercales, données en l'honneur du dieu des troupeaux et des bergers, il semblerait que son origine soit liée à 3 saints différents: l’empereur romain Claude II, l’évêque de Terni et Valentin de Rhétie plutôt fêté en Allemagne. Pourtant c'est au Moyen-Age que l'on retrouve les traces de la première "Fête des Amoureux" en Angleterre et au 14ème siècle, l'aristocratie avait l'habitude de former des couples pour le" Valentinage"; durant cette journée, les jeunes gens s'offraient des petits cadeaux en secret. Très présente de les pays anglo-saxons, elle est arrivée en Europe après la fin de la seconde guerre mondiale grâce à la présence des militaires américains puis est passée dans nos coutumes.

Dorénavant, les messages d'amour sont transmis par internet, bien moins romantiques que les petits poèmes écrits sur de jolies cartes. A Paris, pour célébrer l'amour et l'inauguration de l'oeuvre de Joana Vasconcélos, "le Coeur de Paris", la municipalité et le maire du 18ème arrondissement, Eric Lejoindre, ont invité les résidents et les touristes à venir s'embrasser puis danser sous ce gros coeur de 9 mètres de haut, composé de 3 800 azulejos peints à la main par des artisans portugais, qui s'anime d'un mouvement rotatif et lumineux au rythme des battements d'un coeur. Cette oeuvre dont le coût s'élève à 650 000 euros, financés à 60 % par la ville, 28 % par la région Ile-de-France et 12 % par l’Etat, sera présente porte de Clignancourt pendant une année; elle fait partie du programme artistique conçu grâce à l'action "Nouveaux commanditaires" initiée par la Fondation de France tout comme les 2 autres réparties sur la nouvelle ligne du tramway T3, soit "Moulin-à-Vent" de Bruno Peidano, porte de St Ouen et "la Rivière est une île" de Pierre Malphette, à la station Epinette-Pouchet.

Pour certains, la St Valentin est considérée comme une fête commerciale. S'il s'agit de la fête des amoureux, c'est aussi celle des fleuristes, des parfumeurs, des pâtissiers, chocolatiers et restaurateurs qui rivalisent d'ingéniosité dans leurs créations et leurs menus spéciaux. La couleur associée à cette fête est avant tout le rouge, celle de la passion, de l'amour mais aussi le rose, plus romantique.



Rétromobile 2019: Véritable succès avec un record de 132 000 visiteursActualités

Posté par IMPACT EUROPEAN 14 févr., 2019 16:11:26

Véronique YANG
Blog image

Le salon Retromobile s'est tenu du 6 au 10 février 2018, porte de Versailles au parc des expositions.

Cette année, le salon s'est étendu sur 3 pavillons (1,2 et 3) et a accueilli 132 000 visiteurs . Ce fut l'occasion pour eux de rencontrer sur une surface de 72 000 m² plus de 100 clubs, de fédérations, de constructeurs et vendeurs de miniatures et pièces détachées, etc ... En tout, 650 exposants et plus de 600 voitures exposée ainsi que la vente aux enchères Retromobile 2018 by Artcurial Motorcars du 8 au 10 février avec une collection de 90 motos MV, la Bugatti Type 51 châssis #51128 de 1931, ex-Trintignant, 6ème au Grand Prix de Monaco en 1932 avec Marcel Lehoux, l’Alfa Romeo 8C 2900B Touring Berlinetta, et clôturée le dimanche 10 février par la vente Racing, Flying, Yachting, suivie de Vibration dédiée à une exceptionnelle collection de casques de pilotes de Formule 1.

Au programme des animations; voitures anciennes; blindés; motos ( vente aux enchères de motos de collection de plus de 30ans, ouverte à plus de 120 000 personnes pour la première année et une exposition thématique); anniversaires (100 ans des motos Gnome et Rhône, 100 ans de Citroen, 45 ans du magazine Youngtimers et du moteur PRV, Peugeot, Renault, Volvo); le retour du géant du désert (le Berliet T 100) et la Fondation Berliet , la 19ème traversée de Paris hivernale; les expositions (celles proposées par le Musée National de la Voiture de Compiègne: Dion-Bouton ( avec la première voiturette à pétrole et le coupé trois quart chauffeur..), et Lamborghini Flying Star II du salon de Turin 1966 issue de celle des concepts-cars (Concept- car; beauté pure); l''histoire de la Lancia Stratos HF Zéro, chef d’oeuvre des années 70 de Marcello Gandin ; l’une des plus importantes collections mondiales de véhicules blindés de la Première Guerre mondiale à nos jour ( Panzer IV et Sherman) proposée par le Musée des blindés de Saumur et l'association UNIVEM; les 60 ans de la Mini; pour les amateurs de bolides, la BRM Type 15 de 1950 était présentée par le National Motor Museum de Beaulieu et les Transports Prevost; le plus grand rassemblement de Bédélia au monde présentait pour la première fois 14 exemplaires sur les 18 modèles encore existants, de l'ambulance au modèle de compétition hors-norme conçue par Robert Bourbeau et Henri Devaux; le salon proposait aussi la possibilité de vendre ou acheter des voitures anciennes (au moins 30ns) dont la valeur n'excédait pas les 25 000 euros TTC parmi lesquelles se trouvaient des Fiat 500 qui ont fêté leur 60ème anniversaire cette année.

Comme chaque année, la grande vente aux enchères de la Maison Artcurial dans le cadre du salon Rétromobile était le point d'orgue de la manifestation et a récolté 42,3 millions d'euros avec une augmentation des gains de 31% par rapport à l'an dernier et 10 nouveaux prix records. Sur 76% de véhicules vendus, 43 ont franchi la barre des 100 000 euros et 3 ont dépassé le million. Les acquéreurs étaient issus de 22 pays, ce qui correspond à 84% d'entre eux. Concernant la star de la vente, l'Alfa Romeo 8C 2900 B Touring Berlinetta de 1939, son nouveau propriétaire, un américain a remporté l'enchère à 16.745.000€, frais inclus, la voiture devient ainsi la troisième voiture d'avant-guerre la plus chère au monde jamais vendue aux enchères. Elle est suivie par une Serenissima Spyder de 1966, vendue 4.218.800€ alors qu'elle était estimée entre 1,3 et 1,8 M€, et par une Mercedes-Benz SLR Stirling Moss Edition de 2009, adjugée 2.617.200€.

Rendez-vous l'an prochain en 2020 pour le 45 ème anniversaire de Retromobile qui se tiendra du 4 au 9 février au Parc des Expositions de la Porte de Versailles.



Exposition : Magiques Licornes, un chef d’œuvre médiévalActualités et Culture

Posté par IMPACT EUROPEAN 14 févr., 2019 14:42:42

Claudine BESSOU
Blog image

Mythe ou réalité la licorne telle que nous la représentons est une création du moyen âge occidental. Elle est décrite dans les textes de plusieurs auteurs de l’antiquité (Pline l’Ancien, Aristote…), comme étant un animal hybride composé d’éléments empruntés à d'autres animaux : un corps de cheval blanc, des sabots de chèvre, une barbichette et sans oublier une longue corne torsadée sur le front.


Animal légendaire la licorne est dans la pensée médiévale une figure positive à cause de sa blancheur qui représente la pureté. Très difficile à capturer, selon la légende, seule une jeune fille pure peut l’apprivoiser. Au moyen âge les gens pensaient que les licornes vivaient au fond des forêts ou dans des pays exotiques. Ils étaient persuadés qu’elles existaient réellement comme les autres animaux et même le dragon ! Ceux qui entreprenaient des longs voyages vers l’Orient espéraient en voir ou en rencontrer sur leur route.


Dans les textes latins du moyen âge la licorne est dépeinte comme un animal sauvage et rapide. On croit que sa longue corne, qui est en fait « une dent de Narval un cétacé des mers arctiques », possède le pouvoir magique de purifier les liquides et de détruire le poison. Il n’était pas rare de tremper un peu de corne de licorne dans les boissons lors des banquets au moyen âge en prévention des empoisonnements.


Vers 1500 en raison de son caractère exceptionnel, l’engouement pour la licorne en particulier en France, mais aussi en Italie et dans le monde Germanique, est employé en support d’armoiries comme dans la tenture de La Dame à la Licorne. Elle sert alors d’enseigne ou de marque commerciale. Redécouverte en 1814 à Boussac, la tenture de La Dame à la Licorne intéresse le département de la Creuse, puis l’administration des monuments historiques, ainsi que les artistes comme l’écrivain George Sand.

L’acquisition de la tenture de La Dame à la Licorne par le Musée de Cluny en 1882 inspire et l’image des tapisseries est alors largement diffusée. L’œuvre est une source de créativité et l’exposition en témoigne à travers les tapisseries, les ouvrages enluminés, gravés ou sculptés.


Une belle exposition jusqu’au 25 février 2019, pour se plonger dans un peu d’histoire et de magie avec les six tapisseries qui forment la tenture de La Dame à la Licorne, qui malgré leur grand âge conservent de magnifiques couleurs.


Musée de Cluny - Musée National du Moyen Age

28 rue du Sommerard

75005 Paris

Ouvert tous les jours sauf le mardi de 9h15 à 17h45



Nes s’est produite en concert à l’AlhambraActualités et Culture

Posté par IMPACT EUROPEAN 14 févr., 2019 14:15:51

Véronique PHITOUSSI
Blog image

Nes, Nesrine Belmookh au chant et violoncelle, s’est produite en concert à l Alhambra, accompagnée de Matthieu Saglio au violoncelle et David Gadea aux percussions le 5 février 2019 à Paris.

Nes s’est produite en concert avec ses deux musiciens dans le cadre du Festival « Au Fil des voix » qui se tient du 04 février au 16 février prochain dans plusieurs salles de concert parisiennes.

Ce Festival met à l’honneur des voix de différents horizons, aux sonorités du Monde.

Nes, Nesrine Belmookh, chanteuse et violoncelliste, franco-algérienne, Matthieu Saglio, violoncelliste français et David Gadea, percussionniste valencien, unissent leurs talents et proposent un jazz mêlé d’influences arabo-andalouses, de pop, de blues.

Leurs chansons composées en trois langues, arabe, anglais et espagnol offrent un champ d’émotions diverses et variées au gré de leurs expériences musicales.

Ce sont trois musiciens venant des rives de la Méditérranée, transmettant leur amour de la musique.

Nes, Nesrine Belmookh a sorti son album « Alham » en août 2018 chez Act.

A découvrir et à écouter religieusement. Un vrai bijou.