JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

Bruxelles : Table ronde sur "Les initiatives des intellectuels face aux idéologies extrémistes islamistes"

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 03 déc., 2018 13:45:48
GÉRAD CROSSAY

Le 28 novembre 2018, l'APEMA (Association de la Presse Européenne pour le Monde Arabe) et le GRAC (Cercle de Recherche Géopolitique et d'Analyse) ont organisé au Parlement Fédéral Belge une table ronde sur "Les initiatives des intellectuels face aux idéologies extrémistes islamistes".

Cinq experts de la lutte contre le terrorisme en Europe avaient été invités à animer cette conférence.

- Anna SURRA, députée espagnole, porte-parole de la Commission pour la Coopération et le Développement International

- Brahim LAYTOUSS, professeur associé d'études islamiques à la Faculté d'Etudes Comparées de la Religion et de l'Humanisme de l'Université d'Anvers

- Koen METSU, président de la Commission Parlementaire Intérimaire Belge pour la Lutte contre le Terrorisme

- Johan WESTERHOLM, écrivain et éditeur suédois

- Jean-Valère BALDACCHINO, écrivain et président du GRAC


Ont assisté aux entretiens, des politiciens, des membres des corps diplomatiques, des écrivains et des experts.

Le sujet des débats était l'Islam politique, un sujet complexe, qu'il est impératif d'aborder face à la montée de l'islamisme en Europe de l'Ouest.

Les écueils à éviter sont d'abord l'amalgame entre la religion islamique et l'islamisme ainsi que la confusion entre immigration et terrorisme.


Lors de la conférence, le livre "Le Mirage", écrit par le Dr JAMAL SANAD AL-SUWAIDI, directeur général du Centre Emirati pour les Etudes Stratégiques et la Recherche à Abu Dhabi, a été présenté aux participants.

Tous les intervenants se sont accordés pour reconnaître la pertinence de cet ouvrage majeur et le recommander aux chercheurs et aux dirigeants politiques.

Ce livre étudie, démonte et critique la mécanique intellectuelle des islamistes. A la fois clair, scientifique et pédagogique, il revient sur l'histoire de l'Islam politique. Il traite du danger que représentent les groupes politiques religieux exaltés, analyse l'idéologie des Frères Musulmans et apporte des réponses. Son titre "le mirage" est une métaphore des solutions religieuses trompeuses proposées par les islamistes pour résoudre les problèmes sociaux contemporains.


Les experts ont rappelé que les valeurs démocratiques et laïques de nos sociétés doivent être réaffirmées.

La laïcité, différente du laïcisme, fondement de nos Etats, doit s'opposer fermement aux tentatives des islamistes d'introduire des concepts religieux dans la vie sociale, dans les institutions et à l'école.

Xénophobie et racisme à l'égard d'immigrés qui sont une richesse pour les économies occidentales sont le fait de milieux extrémistes de droite.

C'est surtout depuis 1990 que l'Europe doit faire face au terrorisme islamiste, note Jean-Valère BALDACCHINO. Depuis l'an 2000, une centaine d'attentats perpétrés dans une dizaine de pays ont fait plus de 700 victimes. La France a été le plus touchée, puis vient l'Allemagne, la Belgique, le Royaume Uni et l'Espagne.
Nos dirigeants politiques ont une lourde responsabilité dans ce qui s'est passé et ont fait trop longtemps preuve de laxisme.

Le rôle des intellectuels est d'alerter, de mettre en garde, de mobiliser. Il s'agit de créer une synergie pour convaincre les gouvernements d'une action globale comprenant des volets, sécuritaires, éducatifs et économiques. Il importe que les intellectuels fédèrent leurs actions. Par exemple, face à la puissance des réseaux sociaux utilisés abondamment par les salafistes - 760 sites, plus d'un million de vues - ils pourraient défier ceux-ci sur leurs propres réseaux. Un djihad électronique.

Les prisons sont souvent le lieu de radicalisation.

L'éducation pose problème en Belgique où les Frères Musulmans sont très présents. Ce pays possède 1500 professeurs de religion islamique dont 800 utilisent des livres non adaptés au contexte européen.

En Suède, on compte 200 mosquées, influencées par le Qatar et la Turquie, qui reçoivent 2 milliards de financement.
Ceux qui refusent de s'intégrer et qui utilisent la religion pour s'isoler et créer des communautés parallèles font fausse route. Il faut s'interroger sur le choix de certains jeunes de partir en Syrie, apporter des arguments pour les dissuader, définir avec eux le terme de djihad, les inciter à étudier l'Islam qu'ils ne connaissent pas et la philosophie qui n'endoctrine pas. Des cours d'éducation sexuelle débarrassés de la religion seraient aussi utiles.
Les imams doivent se critiquer eux-mêmes.

Discuter, déconstruire les discours de haine, prendre conscience de nos différences - "on n'oublie jamais d'où on vient" a rappelé Anna SURRA - mais aussi de ce qui nous rassemble, telles sont les voies à emprunter pour tenter de vivre ensemble dans le respect et la compréhension mutuelle, au-delà des griefs idéologiques. Les islamistes, eux, refusent de s'adapter aux critères européens. Mais ils sont la minorité et on peut garder espoir.


"L'islamisme n'est pas l'Islam", réaffirme Brahim LAYTOUSS.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3566

Pauline a rangé ses cartons jusqu'au début 2019

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 03 déc., 2018 05:05:59
Véronique YANG

Vendredi 30 novembre, la comique Pauline Cartoon a donné sa dernière représentation de l'année 2018 à "La Boîte à Rires", rue Pradier dans le 19 ème arrondissement.

Bien qu'ayant contracté une laryngite, Pauline a pris son courage à deux mains et s'est rendue au théâtre afin de remplir son contrat et ravir les spectateurs de ses facéties, tout en les prévenant dès le début de son one-woman de ses petits soucis de santé.

L'origine de son nom:

-Pauline parce que sa mère aimait beaucoup Pauline Carton, comédienne du siècle passé, surtout connue pour ses rôles de soubrette, de concierge ou de mégère … et chanteuse.

-Cartoon pour la référence au dessin animé et au personnage aguicheur et sensuel de Betty Boop.

A 20h, la salle s'est remplie, on pouvait reconnaître dans les spectateurs le chanteur Philippe Vernet déjà venu au paravent. Il ne se lasse pas d'écouter les confession de cette "Super Girl" tout comme l'enchaînement de ses jeux de mots. Pauline a ses fans!!

Aussi douée en chant qu'en humour, Pauline enchaîne les rôles de personnages d'une galerie, de la recherche du grand amour au speed- dating en passant par les copines, le coaching amoureux, les boîtes de nuit ou les enfants sans oublier la grand'mère qu'elle va voir à la maison de retraite.

Avec Super Girl, on passe une heure de détente et on en ressort tout léger;

Pour ceux qui n'ont pas été voir Pauline, qu'ils se consolent, des dates sont prévues en début d'année, tous les mardi soir à partir de 20h00 à la Boîte à rires.






  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3565

Un "Laurier d'or" pour Thomas Chaumette et son rêve d'enfant réalisé

SOCIÉTÉPosté par IMPACT EUROPEAN 03 déc., 2018 04:12:46
Véronique YANG

Thomas Chaumette, l'heureux propriétaire de l'Hôtel Best Western "Le 18 Paris" dans le 18ème arrondissement de Paris a reçu 29 novembre, le "Laurier d'or" du tourisme international pour l accueil et le confort qu'il offre à ses clients.

A cette occasion, un cocktail préparé par les chefs Ghislaine Arabian et Jean-Pierre Jacquin était offert aux nombreux invités venus pour le féliciter.

Le goût de l'hôtellerie a envoûté Thomas Chaumette alors qu'il n'était qu'un enfant et accompagnait ses célèbres parents, Paloma Matta et François Chaumette, en tournées. L'ambiance, le décor, l'accueil et le travail accompli du personnel ont attiré le petit garçon qu'il était, il prenait plaisir à découvrir les magnifiques établissements remplis d'histoire comme à Biarritz où séjournèrent de grands noms tels Tchekhov, l'Impératrice Sissi, Bismarck, Coco Chanel.

Bien que neveu de Philippe Noiret et fils de deux comédiens, Thomas Chaumette ne suit pas les traces de son illustre famille, il décide de commencer à travailler à l'âge de 16 ans puis tente le concours de la célèbre Ecole Hôtelière de Lausanne où il effectue et parfait une formation qui sera la base de ce qui lui permettra par la suite de développer son exigence et ses qualités d'accueil de ses hôtes .

Vingt ans après avoir été diplômé, il décide de créer un hôtel dans le quartier où il est né. Grâce à une belle opportunité, il acquiert deux immeubles rue Letort près de la Porte de Clignancourt et non loin du Sacré Coeur, pour les transformer en ce magnifique hôtel qu'est devenu le Best Western Plus Le 18 Paris. Le pari audacieux qu'il s'était lancé est une véritable réussite sachant qu'il se trouve dans un quartier difficile mais il a tous les atouts de son côté, du fait que le Nord de la capitale est en expansion grâce à la prolongation du tramway T3 et au développement du Grand Paris qui accueillera les jeux olympiques et paralympiques de 2024 ainsi que le village olympique près du Stade de France.

L'hôtel comporte 49 chambres dont une douzaine avec vue sur le Sacré Coeur, toutes décorées avec minutie jusqu'à la moquette dessinée par le propriétaire, déclinant les monuments parisiens, les célèbres cabarets et la convivialité française sans oublier un petit clin d'oeil aux visiteurs chinois avec le sigle 888, porte bonheur dans leur pays. Tout est fait pour que le client se sente bien et que l'hôtel devienne un second chez soi. Chaque chambre est équipée des dernières technologies et d'un téléviseur Ambilight permettant la centralisation et l'affichage des appareils nomades de la clientèle familiale et touristique (soit 2/3) ou d'affaires (1/3), nationale (1/3) ou internationale (1/3 d'Européens et 1/3 du reste du monde).

Fort de ses atouts et correspondant aux caractéristiques demandées, l'hôtel rejoint le groupe Best Western fondée après la guerre (1946) et présent dans une centaine de pays. A ce jour, on compte plus de 4100 établissements regroupés dans différentes catégories: 3, 4 et 4 étoiles de luxe (Best Western Premier) mais toujours sous un statut indépendant, l'ADN du groupe. Depuis la création de Best Western France en 1981, on compte plus de 300 établissements dans tout le pays dont plus d' une soixantaine à Paris avec une note personnelle pour chacun d'entre eux.

En 2016, le Best Western Plus Le 18 Paris devient un hôtel 4 étoiles et son propriétaire a l'idée de se rapprocher du Comité International d'Action Gastronomique et Touristique sous l'égide de la Fédération Internationale du Tourisme afin que sa candidature soit soumise aux votes de la commission d'admission pour le Prix du Laurier d'or qui depuis 1971 est décerné après un test anonyme répondant à cinq critères précis et exigeants (action de l’entreprise, dynamisme, efficacité, excellence des produits traités et proposés, service proposé) aux différents secteurs de l’économie nationale et internationale.

C'est donc chose faite, Thomas Chaumette s'est vu décerner le 29 novembre dernier, le "Laurier d'or" du Tourisme International via son président Jean-Eric Duluc en présence du Président de Best Western France, Quentin Vandevyver que nous avons interviewé et de nombreuses personnalités issues du cinéma, du théâtre, de la musique ou de la gastronomie parmi lesquels Jean -Pierre Mocky, Patrick Préjean, Any d'Avray, Sylvie Malys, Fiona Gélin, Jean-Claude Dreyfus, Grâce de Capitani, Indra et bien d'autres encore...

La remise du Laurier d'or s'est tenue au "Foyer", magnifique véranda en acier noir, baptisé ainsi en hommage à François Chaumette, père du lauréat . Le bar et le magnifique "Chesterfield " noir de 10mètres de long situé juste en face ont permis aux hôtes de se relaxer tout en dégustant le cocktail dînatoire réalisé par Ghislaine Arabian et Jean-Pierre Jacquin.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3564

Gilets jaunes, samedi noir à Paris

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 02 déc., 2018 19:59:13
GÉRARD CROSSAY


Samedi 1er décembre, 10h30, acte III de la mobilisation des gilets jaunes sur les Champs Elysées.

Manifestation déclarée aux autorités, barrages filtrants avec fouille et contrôle d'identité pour accéder à l'Avenue.

500 personnes sont venues qui n'ont commis aucune dégradation sur cette avenue.

Mais, rapidement, les voies adjacentes sont envahies par des manifestants parmi lesquels se glissent des casseurs qui, au fil de l'après-midi, vont transformer les abords puis d'autres quartiers de la capitale en champ de bataille.

L'Avenue Kléber est particulièrement touchée. Des feux sont allumés, des voitures incendiées, des vitrines de magasins, de banques et de restaurants brisées, des pillages s'ensuivent.

La Place de l'Etoile et l'Arc de Triomphe ne sont pas épargnés. Des feux, des tags sur le monument dont certaines sculptures sont brisées et le musée dévasté avec une tentative d'éteindre la Flamme.

L'Avenue Franklin-Roosevelt, l'Avenue de la Grande Armée, Avenue de Friedland, le Trocadéro subissent les mêmes violences.

Les exactions s'étendent ensuite, Place de Clichy, les Halles, Gare St Lazare où des policiers à cheval interviennent, Bastille ...

Une anecdote, Place St Augustin, les casseurs épargnent une magnifique DS blanche de collection, intacte au milieu des gravats, des carcasses de voitures brûlées et des motos carbonisées.

Encore des feux, des barricades, faites de mobilier urbain arraché et de palissades de chantiers saccagés, des voitures pillées ou incendiées, des bouches d'incendie vandalisées, un tracto-pelle embrasé.

Les alarmes des véhicules retentissent, la fumée des gaz lacrymogènes opacifie les rues, on entend les explosions des grenades, les pompiers doivent être protégés par les forces de l'ordre pour aller éteindre les feux qui touchent même certains immeubles.

Des riverains paniquent. Des reporters commencent à parler de situation hallucinante et effrayante.

Ils voient autour d'eux des gens avec des haches, des marteaux, des pieds de biche, des cisailles. ils remarquent des poteaux métalliques coupés à la disqueuse, des trous dans la chaussée dont des pavés ont été arrachés pour servir de projectiles, des boulons ...

Ces dégradations sont le fait de petits groupes très mobiles et organisés, casqués, masqués, très difficilement appréhendables par la police. Il faut savoir qu'un policier a sur lui 20kg de matériel et courir après des jeunes, c'est pour lui mission impossible.

Qui sont ces casseurs? Black blocs, anarchistes, extrême-droite, extrême-gauche, voyous, pilleurs venus des "quartiers", activistes venus de l'étranger?

Dés le matin la rue de Rivoli avait été envahie par la foule des manifestants et des feux, allumés.

La tension est montée lorsqu'un feu a été allumé dans le Jardin des Tuileries puis, quand une lourde grille a été descellée et abattue. C'est à ce moment qu'il y a eu un blessé grave dont le pronostic vital était engagé.

A 21h, lors de son intervention à la télévision, Christophe Castaner a donné les chiffres de 110 blessés dont 20 parmi les forces de l'ordre et de 187 incendies dans la capitale, dont 6 immeubles.

Il a parlé de séditieux, de factieux, de voyous, qui se mêlaient aux gilets jaunes pacifiques, rendant difficile la tâche des policiers. Il a évoqué de "casseurs sans honneur" ayant même l'intention de tuer des policiers.

Scènes de chaos, de guérilla urbaine, situation quasi insurectionnelle, des mots forts sont prononcés.

Plus de 4500 CRS et gendarmes mobiles avaient été mobilisés.

Linda Kebbab , déléguée nationale Unité SGP Police FO, a souligné la colère des policiers, analogue à celle des gilets jaunes, évoquant la pression hiérarchique, la fatigue des troupes exténuées, la mauvaise couverture sociale, le laxisme judiciaire, l'inflexibilité du gouvernement qui fait porter tout le fardeau aux forces de l'ordre.

"Les policiers ne sont pas à même de résoudre une crise politique ... on ne peut plus continuer comme cela ... à moins de faire appel à l'Armée ..." a-t-elle affirmé.

A 19h48, le Président Macron s'est exprimé depuis l'Argentine où il participait au G20.

Après de longues déclarations sur les succès de la rencontre en matière de commerce et de climat, sur le partenariat avec la Chine, sur le multilatéralisme et la défense des intérêts communs de l'Europe, sur les prochaines échéances, G24 en Pologne et G7 à Biarritz en août 2019 à Biarritz ... Emmanuel Macron a déclaré :

"Ce qui s'est passé aujourd'hui à Paris n'a rien à voir avec l'expression d'une colère légitime ... l'Arc de Triomphe a été souillé ... rien ne justifie que des policiers soient attaqués, des magasins pillés, des passants et des journalistes agressés ... ces gens-là veulent le chaos, pas le changement ... je respecte les contestations, j'entends les oppositions ... mais je n'accepterai jamais la violence".

A Paris, les dégâts sont énormes mais la colère des gilets jaunes l'est aussi.

Jean-François Barnaba, gilet jaune de l'Indre s'est exprimé sur Bfm Tv : "Je ne cautionne pas les violences mais je les comprends, une telle exaspération entraîne fatalement ces débordements."

Existe-t-il un risque de radicalisation des gilets jaunes qui prendraient fait et cause pour la situation de chaos?

Quelles réponses vont être apportées par le gouvernement aux revendications des gilets jaunes pour éviter un nouveau samedi noir?

Notamment à 4 revendications principales : baisse massive des taxes, augmentation des salaires et des pensions, restauration des services publics, démocratisation des institutions insuffisamment représentatives.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3563

Du rire aux larmes... Maria Pacôme vient de nous quitter

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 02 déc., 2018 14:42:12
VÉRONIQUE YANG

Maria Pacôme, née Simone Pacôme le 18 juillet 1923 à Paris dans une famille modeste s'est éteinte à Ballainvilliers ( 91) le 1er décembre à l'âge de 95 ans.

Après avoir perdu son père, mort en déportation et so frère fusillé pendant l'occupation, elle décide de s'inscrire au Cours Simon en 1941 à l'âge de 18 ans; elle y rencontre Michèle Morgan et Danièle Delorme puis Maurice Ronet, qu'elle épouse en 1950. Le couple aura un fils, François Pacôme, qui sera aussi acteur mais divorcera six ans plus tard, période pendant laquelle elle a renoncé à la scène et s'est consacrée à la poterie puis à la peinture. C'est alors qu'elle commence sa carrière au théâtre dans des pièces de Sacha Guitry puis fait son apparition sur grand écran en 1959 dans un film de Gérard Oury. Intéressée par la comédie populaire, on la retrouve ensuite des films comme "Le Gendarme de St Tropez ou "Les Tribulations d'un Chinois en Chine".

Elle tourne avec les plus grands de Jean Becker à Georges Lautner en passant par Michel Audiard... En 1993, elle est nommée pour le César du meilleur second rôle féminin dans "La Crise". A la télévision, on la retrouve en 1995, pendant 7 saisons et 25 épisodes dans la série "Docteur Sylvestre" aux côtés de Jérôme Anger. Elle renoue avec le théâtre en 2008, dans "La maison du lac où elle est à l'affiche avec Jean Piat. En 2011, elle donne sa voix à Mémé dans "Titeuf". L'année suivante,elle tourne son dernier film avec le rôle d'un fantôme dans "Arrête de pleurer Pénélope.

Maria Pacôme, ses rôles de bourgeoises et de comique laisse un grand vide derrière elle au théâtre comme au cinéma.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3562

Georges Bush rejoint sa femme Barbara

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 02 déc., 2018 14:00:17
Véronique YANG

Après le décès de son épouse Barbara le 17 avril dernier, Georges Bush rejoint celle qu'il a aimée pendant 73 ans et avec qui il a eu six enfants dont le président G.W. Bush. Il s'est éteint le 30 novembre à l'âge de 94 ans à Houston (Texas).

Celui qui fut le 41ème président américain de 1989 à 1993, après avoir occupé pendant 8 ans de 1981 à 1989, le poste de vice-président sous les mandats de Ronald Reagan a rempli de nombreuses fonctions durant sa carrière, à commencer par celui d'élu à la Chambre des représentants des Etats-Unis pour le Texas en 1966; il sera nommé en 1971 ambassadeur américain aux Nations Unies par le Président Nixon puis chef de liaison en Chine populaire et promu directeur de la CIA en 1976.

Il prête serment en janvier 1989; la même année, la chute du mur de Berlin entraîne le processus de réunification de l'Allemagne et de la fin de la guerre froide ente les Etats -Unis et l'URSS, c'est aussi l'invasion du Panama . Avec la "guerre du Golfe" et l'opération "Tempête du désert", l'embargo en Irak, il marque son mandat; Il est aussi à l'origine de l'accord de libre-échange nord-américain (ALENA) conclu avec le Canada et le Mexique mais suite à la mauvaise situation économique à la fin de ses 4 ans, il est battu par Bill Clinton en 1992. Ce dernier établira la mise en vigueur de l'ALENA en 1994.

Après son départ de la Maison Blanche, il fait quelques apparitions comme pour l'enterrement de Ronald Regan ou lors de campagnes de promotion en faveur des victimes du tsunami et de l'ouragan Catarina; En 2017, il devient à 93 ans le président américain le plus âgé suite au décès de Gerald Ford qui en détenait le record. Hospitalisé en janvier 2017, il n'a pu assister à l'investiture de Donald Trump.

A peine 9 mois après le décès de son épouse en avril dernier, il meurt le 30 novembre. Une journée de deuil national, le 5 décembre a été décrétée par le Président Donald Trump qui sera présent lors des obsèques. Les drapeaux son placés en berne pour une durée de 30 jours, les Bourses de New York et de Chicago seront fermées jusqu'au 5 observeront une minute de silence le 3 décembre, jour où la dépouille du défunt président arrivera à Washington à bord de l'avion présidentiel. Le public pourra se recueillir dans la rotonde du Capitole, qui restera ouverte en permanence du 3 au 5 décembre. Une cérémonie en la cathédrale nationale de Washington aura ensuite lieu, avant l'inhumation à College Station, où se trouve la George Bush Presidential Library and Museum.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3561

Troisième samedi de colère pour les "gilets jaunes" le 1er décembre

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 01 déc., 2018 23:19:02
Gabriel MIHAI

Le troisième acte de la mobilisation des "gilets jaunes" à Paris a vite tourné à l'affrontement avec les forces de l'ordre samedi 1er décembre.

Pour le troisième week-end consécutif, les "gilets jaunes" manifestaient ce samedi. Voitures incendiées, Arc de Triomphe tagué, barricades, magasins vandalisés, banques prises pour cible : des incidents violents ont opposé forces de l'ordre et casseurs mêlés aux manifestants aux abords des Champs-Elysées, de la rue de Rivoli et de la place de la Concorde à Paris.
Ailleurs en France, par comparaison avec Paris, les manifestations ont été plutôt calmes même si on recense des blessés dans certaines villes.

- À Paris, 255 personnes ont été interpellées et au moins 95 personnes blessées (dont 14 parmi les forces de l'ordre).
- 75.000 manifestants ont été recensés à 15h en France par le ministère de l'Intérieur
- Les barrages filtrants et autres rassemblements régionaux se sont déroulés dans le calme la plupart du temps mais des heurts se sont produits à Nantes, Toulouse, Tours et Avignon et Charleville-Mézières.
- Consultez la liste des revendications publiée par les "gilets jaunes".

Les manifestants, pour certains encagoulés et masqués, ont lancé des projectiles vers les policiers, qui ont répliqué à grand renfort de gaz lacrymogènes. Certains "gilets jaunes" ont également aspergé des policiers avec de la peinture, comme ont peut le voir dans le diaporama ci-dessus. Des barricades ont aussi été installées près de l'Arc-de-Triomphe.

À Dijon, 7 personnes ont été interpellées dans le centre-ville ce samedi 1er décembre en début de soirée pour des faits de violence, comme l'a indiqué la préfecture à l'AFP.

"Un petit groupe déterminé à en découdre avec les forces de l'ordre" se trouvait toujours en début de soirée sur la place de la République, en centre-ville, des "gilets jaunes" s'en sont également pris aux décorations de Noël et au mobilier urbain.

Gilets jaunes, motards, manifestants revendiquant "le droit à un logement digne" ou encore sympathisants de la CGT : des milliers de personnes ont protesté samedi dans les rues de Marseille, avant que n'éclatent des débordements avec des scènes de pillage.

Treize personnes ont été interpellées dans la soirée, a indiqué la préfecture de police, notamment pour le pillage d'une boutique de téléphonie et l'incendie d'un véhicule de police sur la Canebière. Les affrontements avec les forces de l'ordre qui ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogène ont débuté peu de temps après le rassemblement des différents cortèges sur le Vieux-Port.

Toujours dans le Sud-Est, plusieurs personnes ont été interpellées à Nice après des heurts de "gilets jaunes" avec la police, a indiqué la préfecture des Alpes-Maritimes. Dans l'Hérault, l'autoroute A9 a été coupée entre Béziers et Sète après l'envahissement des voies dans la matinée et quelque 500 "gilets jaunes" ont défilé dans le centre-ville de Montpellier.

Plusieurs centaines de personnes ont fait face aux forces de l'ordre dans le centre-ville de Toulouse, certains manifestants ont tenté de se diriger vers la gare SNCF de la ville, provoquant la réaction des forces de l'ordre, qui ont fait usage de gaz lacrymogènes à plusieurs reprises.

Pour le troisième week-end consécutif, les "gilets jaunes" manifestent dans tout le pays pour protester contre la hausse des prix du carburant et marquer leur défiance envers le pouvoir.

En Belgique la première manifestation de « gilets jaunes » belges à Bruxelles a dégénéré vendredi, jets de pavés contre canons à eau, deux véhicules de police incendiés en pleine rue, au carrefour Arts-Loi, non loin des institutions européennes et des bureaux du premier ministre, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Une enquête « pour incendies volontaires » a été ouverte, a annoncé le parquet de Bruxelles dans un communiqué et le premier ministre Charles Michel dénonçant des « violences inadmissibles ».

Une soixantaine de personnes ont été interpellées parce qu'elles transportaient des objets interdits, comme des couteaux, des fumigènes ou des bombes lacrymogènes. Mais d'après une porte-parole de la police de Bruxelles, les manifestants ont notamment jeté « des boules de billard et des pavés » pendant la manifestation.

La population européen commence maintenant à lutter contre les gouvernements et la pauvreté ces derniers temps.







  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3560

Journée mondiale de lutte contre le Sida: La 30e journée mondiale de lutte contre le sida se déroule le premier décembre

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 01 déc., 2018 14:25:53
Gbriel MIHAI

Depuis 1988, le 1er décembre est la Journée mondiale de lutte contre le sida. Pour l’Onusida, le rythme est insuffisant pour espérer contrôler l’épidémie en 2030.

Trente ans après la première Journée mondiale de lutte contre le sida, l’épidémie de HIV est à un point d’inflexion. Pour la première fois depuis le début du siècle, le nombre de décès est passé sous la barre du million (900 000). Le nombre de personnes vivant avec le virus a commencé à décliner. Celles qui ont accès aux traitements antirétroviraux sont trois fois plus nombreuses qu’en 2010.

Le Sida est dû au virus VIH qui infecte de cellules du système immunitaire, entraînant l'immunodéficience acquise. Dans un contexte où le système immunitaire est affaibli, des pathologies et des infections opportunistes se développent et compromettent la survie du patient.

En 1988, l’Assemblée générale avait exprimé sa vive préoccupation devant la pandémie de sida. Notant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait choisi la date du 1er décembre 1988 comme Journée mondiale du sida, l’Assemblée a souligné l’importance de cette manifestation (résolution 43/15). Aujourd’hui, plus de 41 millions de personnes sont séropositives et sidéennes. La journée mondiale de lutte contre le SIDA n'est pas la seule occasion de revenir sur ce dossier brûlant, mais en insistant sur le fait que nous devons être tous ensemble contre le SIDA, elle a toute sa place dans le calendrier des journées internationales.

« Il y a une crise de la prévention », s’inquiète Michel Sidibé, directeur de l’Onusida (l’agence de l’Onu chargé de la maladie). Les nouvelles infections régressent aussi, mais dans une proportion bien inférieures aux objectifs intermédiaires fixés pour 2020 : passer en dessous de 500 000 infections et 500 000 décès d’ici à deux ans semble inatteignable.

Dans certaines régions, comme l’Est de l’Europe, on a même atteint l’an dernier des records d’infections (160 000) rapporte l’Organisation mondiale de la santé. En cause, là comme dans d’autres régions du monde, les lois, politiques et pratiques discriminatoires contre les populations les plus exposées ou les malades. Mais aussi un certain relâchement de la vigilance individuelle, comme en témoigne la recrudescence d’autres maladies sexuelles, aux États-Unis comme en Europe.

En France, d'après le bulletin épidémiologique hebdomadaire du 29 novembre 2016, en 2010, 652 personnes séropositives sont décédées : 34,8 % d'hétérosexuels français, 29 % d'utilisateurs de drogues, 26,5 % d'hommes ayant des relations avec des hommes et 9,7 % d'hétérosexuels étrangers. Les causes des décès variaient en fonction des groupes : le Sida était la cause principale du décès chez 42,9 % des hétérosexuels étrangers et 32,9 % des hommes ayant des relations avec des hommes. Les décès dus à des atteintes hépatiques étaient particulièrement élevés chez les utilisateurs de drogues en intraveineuse (24,3 %) contre 4,8 % à 6,9 % pour les autres. Les décès par cancer étaient plus fréquents chez les hétérosexuels français (29,5 %).

Santé Publique France estime le nombre de porteurs du VIH à 172 700 dans l'Hexagone, dont 24 000 ignorant leur statut. Cette proportion n’évolue plus « depuis plusieurs années », selon l’Inserm. Autre chiffre inquiétant, un quart des séropositivités se font toujours à un stade trop tardif, alors que la maladie a commencé à évoluer.

Certains outils sont sous-utilisés, comme les autotests vendus en pharmacie, mais à un coût (20 €) trop élevé. Le remboursement de préservatifs par l’Assurance maladie, annoncé cette semaine par la ministre de la Santé, est un petit pas.

Le VIH est souvent présent en co-infection avec d'autres virus comme les hépatites B et C. La co-infection VIH-tuberculose est un problème majeur de santé publique en Afrique, où le VIH serait lié à l'augmentation des cas de tuberculose ces dix dernières années. D'après l'OMS, la tuberculose est responsable de 13 % environ des décès par Sida dans le monde.

"Ce sont des pistes vers une rémission". En France il faut savoir d'abord, que le budget consacré à la recherche sur le VIH, c'est environ 50 millions d'euros par an. Un budget conséquent qui permet notamment de travailler sur l'amélioration de la vie des patients. Limiter les effets secondaires des traitements, simplifier et alléger la prise des médicaments qu'ils doivent prendre à vie. Justement, une étude française est en cours, et dès 2019 elle dira par exemple, si chez certains malades on peut passer à 1 comprimé 4 jours sur 7 au lieu de tous les jours.

Enfin la recherche d'un vaccin préventif contre le Sida est toujours une priorité absolue, une dizaine de "candidat vaccins" sont en cours d'expérimentation dans le monde, dont au moins 2 en France. On en saura plus sur leur niveau d'efficacité d'ici 2020.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3559

Une place dans ton coeur et ton foyer pour un ami à 4 pattes

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 29 nov., 2018 23:51:42
Véronique YANG


A l'approche des fêtes de fin d'année, donner un toit à un animal abandonné est lui faire le plus beau cadeau de Noel.

Adopter un animal est avant tout un geste responsable et réfléchi, ce n'est pas un jouet que l'on choisit et que l'on jette dès les premiers problèmes, un animal qui a souffert ne doit pas subir la même chose une seconde fois. Comme on n'arrête pas de le dire, "N'achetez pas, Adoptez", il y a tant de malheureux qui cherchent une famille pour les aimer. Lorsqu'on adopte un animal, on s'engage à s'investir personnellement et pécuniairement, à prendre soin de sa santé et à le considérer à part entière comme un membre de sa famille.

Le week-end dernier, les 24 et 25 novembre, l'association "30 Millions d'Amis " s'est installée au Paris Event Center, Porte de la Villette dans le 19ème arrondissement afin de faire adopter des animaux abandonnés dans le cadre de l'opération "Noel des Bêtes" organisée par la Fondation "Assistance aux Animaux".

Pendant 2 jours, petits et grands sont venus pour choisir un compagnon à 4 pattes. Quelques 300 chiens et chats attendaient un nouveau maître et un foyer chaleureux après l'abandon ou la maltraitance. Des équipes des refuges étaient là pour conseiller sur le choix le plus judicieux selon les circonstances, l'environnement, la composition de la famille et la nature de l'animal désiré. Une pièce d'identité et un justificatif de domicile étaient les pièces à fournir pour une adoption.

Malheureusement, les animaux âgés de plus de 10 ans sont plus difficiles à adopter suite à des problèmes de santé liés à l'âge, c'est pourquoi la Fondation 30 millions d'amis s'engage dans le cadre de l'opération "Doyens"à régler les éventuels frais vétérinaires, à hauteur de 600 euros - sur présentation de factures. A ce jour, 120 refuges, situés dans toute la France, participent à l’opération "Doyens", plus de 6100 chiens de plus de 10 ans ont déjà été adoptés et 92 refuges participants possèdent un compte sur le site. Aujourd’hui, 26 chiens sont proposés à l’adoption dans le cadre de l’opération Doyens sur le site.

Par ailleurs, pour les animaux dont les maîtres âgés sont décédés, une maison de retraite pour accueillir ceux dont les maîtres avaient préalablement réservé une place leur est ouverte grâce à la Fondation Assistance Aux Animaux.

Dans les animaux abandonnés, il ne faut pas oublier les NAC (nouveaux animaux de compagnie) et les furets qui eux aussi cherchent un nouveau foyer après leur abandon, même si ce n'est qu'une minorité.

Pour d'autres petits malheureux et pour tous ceux qui n'ont pu se déplacer le week-end dernier, une seconde chance leur est offerte avec le Noel des Animaux proposé par la SPA les 8 et 9 décembre prochains, place de la République.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3558

Le MacParis, Automne 2018 au Bastille Design Center

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 29 nov., 2018 13:11:06
VÉRONIQUE PHITOUSSI

Le MacParis, Automne 2018 est le rendez-vous incontournable de l’art contemporain et le découvreur de nouveaux talents. L’exposition s’est tenue pour une nouvelle édition du 13 au 18 novembre dernier au Bastille Design Center dans le 11e arrondissement de Paris.

L'association MAC 2000, association sans but lucratif, a organisé cette exposition afin de promouvoir l'art contemporain dans la capitale.

Ce sont 23 plasticiens, peintres, créateurs de volumes ou d’installations, photographes, dessinateurs, graveurs ou plasticiens pluridisciplinaires sélectionnés parmi plus de 1 000 dossiers de candidature.

Les artistes furent présents pendant toute la durée de la manifestation (6 jours) pour répondre aux questions des visiteurs et expliquer leur travail et vendre leurs oeuvres. Le MacParis est un espace de convivialité et d’échanges autour de l’Art et de la Créativité. En trente ans, MacParis est devenu le rendez-vous de la création plastique contemporaine.

Le MacParis offre aux amateurs d’art, aux professionnels de découvrir de nouveaux talents, de nouveaux courants. Le public peut échanger avec les artistes sur leur parcours et sur leur démarche artistique.

Tous les exposants exposent chaque année ont à chaque fois nouveaux exposent gratuitement. Ouverte à tous les styles de l’expression plastique contemporaine. Le Mac Paris met en exergue une forme d’art éloignée des circuits classique.

Ce rendez-vous constitue un véritable tremplin pour les artistes, grâce aux collectionneurs, commissaires d’exposition, galeristes, responsables de lieux d’exposition, journalistes spécialisés et critiques d’art fidèles à cette exposition.

Parmi les artistes exposants, l’artiste Philippe Chardon a exposé ses œuvres empreintes de profondeur et plein de vie, de lumière et en mouvement, Chantal Atelin travaille le métal après avoir longtemps travaillé le marbre (sculptures), Marta Santos œuvre dans une autre catégorie d’art, des peluches associées, des chaises retravaillées, Yola Aurouze travaille et associe les images qu’elle colle pour en faire une œuvre, Christophe Dalecki utilise toujours des matériaux de recyclage et nous rappelle le végétal et l’environnement à chaque création. Quand à Max Lanci, l’artiste travaille la parrafine pour sa ressemblance avec la couleur de la peau, son toucher, sa translucidité…Chaque artiste a son style, sa marque de fabrique.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3557

Planète nuit

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 28 nov., 2018 21:15:33
Daphné VICTOR

Chaque année depuis 1995, le magazine Paris Nuit récompense les meilleurs entrepreneurs et innovations qui font l’aura nocturne. Le monde de la nuit a évolué. Il s’est même réformé. Prix reconnus et convoités, les Trophées de la nuit sont devenus au fil des ans le rendez-vous de la fidélité. C’est dans le cadre très prestigieux du Lido de Paris (Paris VIIIème) que la 24ème édition s’est déroulée ce mardi 27 novembre avec Christophe Beaugrand et Anaïs en maîtres de cérémonie. Douze récompenses (Mixologie After Work, lieu insolite, hôtel trendy, création & innovation, terrasse, qualité & service, prévention, clubbing, petite ceinture, bar restaurant fluvial) ont été remises dont celles du Trophée Paris Nuit décernée à Farzad Vahidi, gérant du restaurant Jet Set (Paris VIIIème). Après avoir assisté à « Paris merveilles » la revue du cabaret avec les Bluebell girls mise en scène par Franco Dragone, les invités ont pu continuer la soirée au Carré Washington et forcément, jusqu’au bout de la nuit…

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3556

L'Enfance à l'honneur au gala de Play International

SOCIÉTÉPosté par IMPACT EUROPEAN 28 nov., 2018 13:17:20
Véronique YANG

Le 7ème gala dePl4y International s'est tenu le 21 novembre au Shangri-La Hôtel à Paris.

250 convives et personnalités dont 30 sportifs de haut niveau étaient présents pour cette soirée caritative organisée au bénéfice de l'ONG Play International (anciennement Sport Sans Frontières), à l'occasion de la Journée Mondiale de l'Enfance.

Sport, glamour, générosité et raffinement étaient au rendez-vous de cette soirée où tout était prévu pour partager un moment unique autour d'un cocktail suivi d'un dîner gastronomique sans oublier le passage au photocall et l'after animé par un DJ. Maître de cérémonie, Harry Roselmack a remis à Play International un chèque de don de 116 000€ cette année pour développer ses programmes d'éducation par le sport, dont profiteront 115 000 enfants .

Anciennement connue sous le nom de "Sport Sans Frontières" jusqu'en 2014, Pl4y Internationale est une association de solidarité internationale d'intérêt général et reconnue par le Ministère des Sports, membre du groupe SOS Jeunesse. Son action s'étend sur de nombreux champs dont l'éducation pour tous, l’accompagnement, la reconstruction physique et psychologique après un traumatisme, la prévention de comportements à risque et l'apprentissage de la vie en société. Pl4y International a choisi le sport comme synonyme de changement social.

Créée en 1999, l'association est bâtie autour d’ une conviction :" le sport est une source de solutions pour répondre à nos enjeux de société". Elle est intervenue auprès de plus de 500 000 enfants dans 12 pays dont la France, le Royaume- Uni, la Bolivie, le Brésil, le Burundi, Haïti, le Kosovo, répondant à des enjeux éducatifs, sociaux et sanitaires en formant des équipes locales d'experts et de praticiens pédagogiques et psychologiques tels que des enseignants, éducateurs sportifs, psychologues, instituteurs et formateurs mais aussi des experts.

Venir en aide aux enfants en situation de grande vulnérabilité par un travail de proximité et prouver que le sport constitue un bon moyen pour répondre aux différents enjeux, est la principale pré-occupation de l'association. C'est pourquoi depuis 2012, le programme Playdagogie lancé tout d'abord en Bolivie, a été mis en route en France à Vitry sur Seine et a permis à l'ONG de multiplier par 10 le nombre de ses bénéficiaires.

La méthode Playdagogie développe un méthode de pédagogie active et participative, qui utilise le jeu sportif et le débat comme supports éducatifs afin de sensibiliser les enfants sur des enjeux sanitaires et sociaux. Agréée par le Ministère de l'Éducation nationale, l’utilité de la Playdagogie y est reconnue dans la réussite scolaire, le bien-être des enfants et la formation de futurs citoyen. Sa mission est de reconstruire, éduquer et prévenir par le sport; ses objectifs principaux : aider à surmonter les traumatismes, favoriser une éducation active et promouvoir le vivre ensemble.

Afin de récolter des fonds et grâce au soutien du Shangri-La Hotel Paris, Pl4y International organise chaque année depuis 2012, une soirée de gala réunissant personnalités, sportifs internationaux et 120 entreprises, fondations et donateurs dont Bloomberg, Bow Window Agency, Carpet Care, Elis, ESH Paris Hotel School, Europ Net, Fidal, ISE, Les Halles de Murat, Malakoff Médéric, Nike, NMW, Palazzo, Seenk, Sica, Société SMART IM, The Extra Mile. Depuis la première édition en 2012, 668 000 euros ont été collectés pour la mise en places de programmes éducatifs sur le "vivre ensemble"et de la santé grâce à des éducateurs, des profeseurs et animateurs sportifs.

Cette année, pour la 7ème édition, Harry Roselmack a mis le feu aux enchères qui proposaient ballons dédicacés, maillots ou encore chaussures de grands champions sportifs présents pour l'occasion. Parmi ceux-ci, on reconnaissait Stéphane Diagana, Ugo Legrand (Ugo est une des têtes de proue d'All4Kids, la vente aux enchères annuelle de PL4Y International), Emilie Gomis, Yannick Borel, Manon Brunet, Enzo Lefort , Charlotte Lembach, Frederique Jossinet, Pascal Martinot-Lagarde, Angelina Lanza , Arthur Bauchet Handiski , Laurence Fischer, Sydney Govou, Florent Pietrus, Isabelle Yacoubou, Harold Correa, Gauthier Klauss, Matthieu Péché, Pierre Rabadan, Alexandre Flanquart, Ladji Doucouré, Eugénie Le Sommer, Estelle Mossely, Clarisse Agbegnenou., Guillaume Gille, Lucile Woodward, Clémence Calvin ou Jules Plisson...

Durant le dîner, des orateurs ont pris la parole pour remercier les donateurs réunis autour de tables de 9 convives et un champion chacune, une tombola a été organisée courant de la soirée

La soirée fut l'occasion de nommer les lauréats Playdagogie 2018 et ambassadeur 2018: Elodie Leclerc, lauréate du prix « Playdagogie 2018, directrice de l"école Henri Walon à Valenton et Mathieu Blin, lauréat du prix « ambassadeur 2018».

Rendez-vous l'an prochain pour la 8ème édition du gala et les 20 ans de l'association mais avant pour d'autres manifestations dont celle du 18 décembre prochain à 18h45 aux "Grands Voisins" (14è), "L'inclusion dans les starting-block" concernant l'inclusion sociale des réfugiés et demandeurs d'asile à travers le sport, elle sera suivie d'une session de Design Thinking avec la participation de représentants de la Mairie de Paris, du Playlab, de la Maison des Canaux, du mouvement UP, de la fondatrice du Bike Bridge, du président de Play International et directeur d'Ashoka Europe, de la porte-parole de l'UNHCR

Dans le cadre de la fin du projet d’incubation qui a permis l’accompagnement de 7 porteurs de projets de 7 pays différents en Europe, PLAY International produit un rapport de d’innovation destiné à impulser de nouvelles initiatives concrètes et collectives à Paris, en France et dans l’Union Européenne dès 2019. Cette initiative est réalisée en partenariat avec La commission Européenne, La Mairie de Paris, Bloomberg, UP Mouvement, Les Canaux, L'agence des Nations Unies pour les Réfugiés.

Le 16 mai 2019 aura lieu la 7ème édition de la course "Vertigo" à la Tour First à la Défense, plus haut building français avec ses 230 mètres, 48 étages et 954 marches, dans une ambiance disco des années 80.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3555

L’ ADN de la Saison France-Roumanie en Europe: la francophonie et la culture

Europe et L'UEPosté par IMPACT EUROPEAN 28 nov., 2018 00:49:26
GABRIEL MIHAI

La Saison France-Roumanie 2019, pilotée par l’Institut français, a commencé ce mardi 27 novembre 2018 en France, pour se prolonger au printemps en Roumanie.

Son objectif est de montrer et de renforcer les liens entre les deux pays, voir sur l’affiche française, Édith Piaf dans les bras du comte Dracula. Sur celle de la Roumanie, Napoléon aux côtés de Maria Tanase, chanteuse populaire dans le pays. Les deux portent la même mention: « Oubliez vos clichés ».

Ce mardi, le chef de l'Etat et son épouse Brigitte Macron ont reçu à Paris le président de la Roumanie, Klaus Iohannis et son épouse Carmen, à l’occasion de l’ouverture de la saison croisée France-Roumanie.

Les présidents français et roumain ont ensuite lancé la saison culturelle croisée franco-roumaine. «C'est la première saison croisée que la France organise avec un pays de l'Union européenne», a expliqué Emmanuel Macron lors d'une allocution. Par ailleurs «cette saison croisée coïncidera avec la première présidence roumaine du Conseil de l'Union européenne du premier semestre 2019» qui sera «marquée par des enjeux majeurs : les élections européennes et le renouvellement des institutions européennes qui en découleront, le Brexit, la feuille de route de l'avenir de l'Europe», a-t-il ajouté.

Emmanuel et Brigitte Macron accompagnés par Klaus et Carmen Iohannis, se sont retrouvés au Centre Georges Pompidou dans le 4e arrondissement de Paris. Ils ont déambulé dans la «galerie zéro» où étaient exposées des œuvres d'artistes roumains, notamment le sculpteur Constantin Brancusi, Serban Savu et Ciprian Murucian.

En 1904, Brancusi quitte la Roumanie en direction de Paris et, selon la légende, fait le trajet à pied, en passant par Budapest, Vienne, Munich, Zurich, Bâle... A Paris, pour gagner sa vie, il travaille comme plongeur au restaurant Chartier puis chez Mollard. Il entre à l’École des Beaux-Arts dans l’atelier du sculpteur Antonin Mercié en 1905.

En 1928, Brancusi participe à l’Exposition d’art français contemporain au Musée national d’art occidental de Moscou, exposition présentée ensuite à Leningrad. La décision du tribunal dans le procès contre les États-Unis lui est favorable.
En 1930, Brancusi loue un atelier mitoyen au n°9, impasse Ronsin. Fin septembre, il voyage en Roumanie dans l’espoir de concrétiser la réalisation d’un monument à Bucarest. En 1931, il rencontre le maharajah d’Indore. Le projet du Temple de la Délivrance en Inde prend naissance. En 1933, la deuxième exposition de Brancusi à la Brummer Gallery obtient un grand succès public. En 1935, la Ligue nationale des femmes du département de Gorj lui passe commande du monument de Târgu Jiu.
En 1936, il participe à l’exposition Cubism and Abstract Art au Museum of Modern Art de New York. Il travaille sur le projet du temple en Inde. Il occupe un quatrième atelier impasse Ronsin. En 1937, entre France et Roumanie, Brancusi travaille au projet de Târgu Jiu.

En 1938, il voyage en Inde. C'est l'achèvement du projet pour le maharajah d’Indore. C'est également l'inauguration du monument de Târgu Jiu.

En 1939, Brancusi effectue son dernier voyage aux États-Unis et assiste au vernissage de l’exposition Art in our Time, au Museum of Modern Art. A Chicago, il projette de réaliser une "Colonne" en acier inoxydable de la hauteur d’un gratte-ciel.

En 1940-1944, il acquiert un dernier atelier. Il participe à quelques expositions, notamment aux États-Unis. En 1946, le Musée national d’art moderne lui achète trois sculptures : "Le Coq", 1935, "Le Phoque", 1943, et "La Muse endormie", 1910.

En avril 1956, Brancusi lègue son atelier, avec tout ce qu’il contient, à l’Etat français. En décembre, sa première exposition personnelle est organisée en Europe, à Bucarest.

"La simplicité n'est pas un but dans l'art, mais on arrive à la simplicité malgré soi en s'approchant du sens réel des choses," Constantin Brancusi.

Aujourd'hui les deux couples se sont retrouvés face aux réalités virtuelles entre l'espace simple et cosmique de Brancusi.

"L’ ADN de la Saison France-Roumanie, c’est l’Europe, la francophonie, et un regard vers le futur de notre relation bilatérale et de la place de ce qu’a à dire couple franco-roumain dans l’Europe," résume Jean-Jacques Garnier, le commissaire général pour la partie française de la saison.

"Il y a tellement de clichés, et une vraie méconnaissance entre ces deux pays. Mais il ne faut pas oublier que 25% des Roumains pratiquent la langue de Molière parlent ou écrivent français, et que 75% des élèves apprennent le français jusqu’en terminale," ajoute-t-il.

La saison culturelle, suite d'évènements croisés entre les deux pays, s'achèvera en Roumanie le 14 juillet 2019.
La table du silence, l'allée des chaises, la porte du baiser et la colonne infinie sont des éléments d'un sanctuaire moderne destiné à glorifier "la mémoire des héros qui se sont sacrifiés dans la guerre de l'accomplissement". "La voie des âmes des héros", comme l'appelle Brâncuşi, ensemble monumental inauguré le 27 octobre 1938, sera transformée par un projet futuriste, le seul architecte roumain dont les œuvres figurent dans l'atlas de l'architecture mondiale.

Après la Grande Guerre, Brancusi voulait être en mesure de mener un mémorial pour les « héros » à Pestisani près de son village, Hobita.

En Avril 2007 à Targu-Jiu il a été dévoilé un document indiquant la volonté d'inclure l' Ensemble monumental de l'Union,« Les héros », dans le patrimoine culturel européen (avec le Palais Cantacuzène, Athénée Roumain à Bucarest et Constanta County Histria).

Les deux couples ont avons compris pourquoi le Centre Georges Pompidou considérait ces œuvres de Brancusi comme un pas entre les deux pays.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3554

Bilan pour l'Outre-Mer après le 101ème Congrès des Maires ouvert au Sénat

PolitiquePosté par IMPACT EUROPEAN 27 nov., 2018 18:35:06
VÉRONIQUE YANG

Alors que de graves difficultés menacent l'Outre-Mer, l'Association des Maires de France s'est réunie le 19 novembre au Sénat lors de la journée d'ouverture du 101ème Congrès des maires et présidents d'intercommunalités de France, en présence du Président de l'AMF, François Baroin, de la Ministre des Outre-Mer, Annick Girardin.

Les édiles d'Outre-Mer ont évoqué les difficultés qu'ils rencontrent face aux problèmes sociaux et économiques auxquels ils doivent faire face et ont demandé à l'Etat de les aider à surmonter les conflits auxquels ils sont confrontés selon les territoires. On peut constater un taux de chômage avoisinant 33% en Martinique et à la Réunion, des conditions d'accès au logement et à l'eau potable sans compter les frais liés à la reconstruction après le passage des ouragans...

La Réunion était au centre du discours de la Ministre des Outre-Mer particulièrement à cause du mouvement des "Gilets Jaunes"qui a réuni près de 2 000 manifestants et ont tenu 400 barrages sur l'île laissant place à des scènes de violences que regrette Annick Girardin.

Bien que très attachée au droit de manifester mais aussi à la liberté de circuler et le respect de l'ordre public, la ministre a demandé des renforts au préfet de la Réunion pour un retour au calme après la manifestation des "gilets jaunes". Depuis l'an dernier, un exercice de consultation a permis la remise du Livre bleu outre-mer au président de la République."Il constitue le point de départ de la transformation des outre-mer en territoires de rayonnement grâce à l'action de premier plan des édiles et est un outil au service des territoires".

En réponse aux attentes des ultra-marins, des réponses sont étudiées et apportées, là où l'Etat s'est vu garantir des moyens et identifier des projets porteurs dont voici les domaines:

-Une qualité de vie améliorée (accès à l'eau en Guadeloupe et Polynésie française; création du village pilote de l'aménagement durable à Wallis- et- Futuna engageant les habitants dans une démarche respectueuse de l'eau du lagon; création d'ateliers "sport-santé"à St Martin liés à de pratiques alimentaires et accompagnées par des spécialistes)

-Des services publics mieux adaptés aux territoires ( des bases de la future convention entre l'Etat et le pays doivent être posées en Polynésie concernant le Régime de solidarité (RSPF))

-Des crèches ( augmentation du nombre en Guyane, à Mayotte et à la Réunion; expérimentation de "guichets uniques de la petite enfance"sous l'égide de la CAF pour accélérer les créations de places)

-Des transports et infrastructures (création du premier concept d'éco-taxi senior en Martinique; augmentation des crédits du FEI portés de 40 M€ à 110 M€ par an, niveau d'engagement maintenu avec près de 500 M€ affectés au financement des infrastructures essentielles, signature des contrats de convergence prévus par la loi EROM auxquels a été ajouté le terme "transformation")

-Un système de santé performant (lutte contre la dengue à la Réunion ou les sargasses et chlordécone aux Antilles; l'accès aux soins et la lutte contre les déserts médicaux ainsi que la création de médecins spécialistes "outre-mer"pour 2019).

-Des formations et des emplois pour les jeunes (accompagnement pédagogique en ligne, caravane-pirogue et activités socio-pédagogiques, projet de mobilité éducative pour les jeunes Mahorais, du fleuve Maroni aux rives de l'Oyapock,; extension du RSMA à Bourail en Nouvelle Calédonie ainsi que d'un EREA, d'un institut thérapeutique et d'un internat de réussite éducative; développement du numérique grâce à un financement de 10 M€; investissement de 56 M€ pour les infrastructures sportives outre-mer d'ici 2022; développement des contrats aidés devenus "parcours emploi compétence; financement dès cette année de 11 380 formations au profit des publics les plus éloignés au même titre que la garantie jeune)

- Une société plus solidaire et moins inégalitaire (questions sécuritaires et migratoires à Mayotte et en Guyane; conférence sur le logement outre-mer avant la fin de l'année, amélioration de l'accès au logement des ménages ultra-marins les plus fragiles, redynamisation du plan logement OM 2015-2020 grâce à la loi ELAN; le rétablissement par le gouvernement en 2019 des" APL accession"de manière transitoire et exceptionnelle afin de solder l'ensemble si n'ont pu être menées à terme des opérations engagées et nouveau dispositif d'accompagnement pour le futur)

En 2019, une conférence doit se tenir, un travail sur l'amélioration et la fiabilisation des ressources des collectivités ( Bases fiscales, fiscalité indirecte et dotations) y sera étudié accompagné d'une réflexion sur une meilleure maîtrise de la dépense des collectivités.

Un dernier point soulevé, le développement durable et ses 17 objectifs qui recouvrent les enjeux du climat, de la biodiversité, de l'énergie, de l'eau, de la pauvreté, l'égalité des genres ou la prospérité économique. Ils recouvrent 169 cibles parmi lesquelles se trouvent les territoires" bas carbone"accompagnés du développement de la mobilité électrique, les sociétés économes grâce au "plan eau DOM ou le tri des déchets à la source, la protection des populations des pollutions ou substances chimiques par des alternatives aux produits phytosanitaires, les sociétés inclusives luttant contre toute forme d'exclusion et accompagnant les ménages les plus fragiles vers un logement, les territoires résilients face au changement climatique et aux risques naturels.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3553

La littérature gastronomique à l’honneur

GASTRONOMIEPosté par IMPACT EUROPEAN 26 nov., 2018 21:13:57
Daphné VUCTOR

Bon nombre d’entre eux sont des ouvrages de référence et des faire-valoir de la gastronomie française. Certains sont même de véritables bibles. Depuis quelques années l’art culinaire est très en vogue. Merci aux émissions de télévision ? Merci aux chefs devenus « in » et incontournables ? Merci aux webzines et aux blogs dédiés à la cuisine en tous genres ? Sans doute. Résultat : on ne compte plus le nombre de livres et de magazines de presse proposés. Chacun y va de son imagination pour présenter des idées variées, plus originales les unes que les autres et surtout gourmandes et faciles à cuisiner.

Alors, puisque le cinéma, la télévision, le théâtre et la littérature ont leurs prix, pourquoi la gastronomie n’en aurait-elle pas un aussi ? Qu’à cela ne tienne. Pierre-Christian Taittinger, ancien ministre, sénateur de Paris et maire du XVIe arrondissement de Paris, Monique Cara, journaliste, productrice d’émissions pour la télévision et écrivain, Philippe Renard Chef des cuisines de l’hôtel Lutetia Paris, l’ont fait en 2001. Les trois gourmets ont réussi à mutualiser leur envie de récompenser par le Prix littéraire de la Gastronomie Antonin Carême (Ndlr : inventeur de la célèbre toque blanch, cuisinier-pâtissier reconnu, respecté et très considéré), le livre dont le contenu littéraire et la mise en valeur des mets seront les meilleurs. La quête du parfait équilibre entre les recettes et les images.

Et tout ceci dans quel objectif ? Pour le chef et président Philippe Renard (depuis la disparition en 2009 de Pierre-Cristian Taittinger) « C’est davantage la passion de la cuisine que celle de la littérature qui est à l’origine de mon engagement dans ma fonction de président. Le désir de faire connaître le travail des Chefs et de leurs brigades, des fournisseurs garants de la qualité des produits, rendre hommage aux savoir-faire français et éveiller des vocations. La profusion de lires de cuisine méritait la mise en avant des meilleurs ouvrages (…) La portée du Prix Littéraire de la Gastronomie Antonin Carême rappelle les valeurs du travail éditorial. C’est également l’occasion d’échanges entre les acteurs engagés tels que les membres du jury, les maisons d’éditions, les auteurs et les photographes ainsi que les ais du Prix ». Mais pas que. Ce prix est aussi l’occasion d’encourager de telles publications et de promouvoir la qualité de la gastronomie, qu’elle soit française ou européenne, racontée par des chefs.

Quid du jury ? C’est à des critiques littéraires et gastronomiques, des journalistes, des personnalités du monde des arts et de la politique que reviendront le choix du lauréat selon des critères répondant à ceux de la qualité et de l’originalité des textes, d’une mise en image artistique et de l’originalité ainsi que de la facilité d’exécution des recettes par les cuisiniers amateurs. Ambassadeurs et défenseurs du savoir-faire et des traditions françaises, c’est eux qui remettront le 12 décembre prochain à la Table Jardin du Luxembourg (Pais VIème)lors de cette quinzième édition, le trophée signé du sculpteur-designer Maurice Marty à l’un des sept ouvrages finalistes :

  • Céréales & Légumineuses de Régis Marcon, photographies de Philippe Barret aux éditions de La Martinière
  • Émotion culinaire, Serge Vieira, textes de Catherine Guérin, photographies de Pierre Soissons aux éditions Quelque part sur terre
  • Mon Italie de Simone Zanoni, photographies de Jean Claude Amiel aux éditions La Martinière
  • Saour, saveurs Bretonnes de Domitille Langot, photographies de Michel Langot aux éditions Ouest France
  • Ma Bretagne de Christophe Adam, photographies de Guillaume Czerw chez Ducasse Edition
  • Chez Jean-François Rouquette, texte de Pascale Mosnier, photographies de Marie Pierre Morel aux éditions Glénat
  • On va déguster La France par François Régis Gaudry & ses amis aux éditions Marabout

Quant au prix spécial du jury Pierre-Christian Taittinger récompensant la qualité photographie, trois livres seront en lice pour le recevoir :

  • Émotion culinaire, Serge Vieira, textes de Catherine Guérin, photographies de Pierre Soissons aux éditions Quelque part sur terre
  • Mon Italie de Simone Zanoni, photographies de Jean Claude Amiel aux éditions La Martinière
  • Saour, saveurs Bretonnes de Domitille Langot, photographies de Michel Langot aux éditions Ouest France.

Alors, qui seront les deux grands vainqueurs de ces deux très attendues récompenses ? Encore un peu de patience avant qu’ils ne soient révélés lors de la remise des prix du 12 décembre prochain.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3552

Les mots d’Edouard Philippe sont les mêmes que ceux prononcés par Emmanuel Macron devant les édiles à l’Elysée

PolitiquePosté par IMPACT EUROPEAN 26 nov., 2018 01:37:34
GABRIEL MIHAI

Le 101e Congrès des maires de France s’est conclu jeudi à Paris avec un goût d’inachevé. Quelques heures après Emmanuel Macron à l’Élysée, le premier ministre est resté sur la ligne fixée par le président de la République, sans convaincre les élus locaux.

A la veille du discours du Premier ministre Édouard Philippe au congrès annuel des maires à Paris, le chef de l’État a reçu sous les dorures de la salle des fêtes de l’Élysée quelque 2.000 élus avec lesquels il s’est livré à un jeu de questions-réponses.

“Je sais que votre quotidien n’est pas facile, celui du gouvernement ne l’est pas davantage”, a-t-il déclaré dans ses propos liminaires. Face aux défis, “on a une responsabilité commune, c’est d’être ensemble. Si on n’est pas ensemble, alors on ouvre un formidable boulevard, non pas aux populistes, mais aux démagogues”.

“Il faut un changement de méthode entre nous, c’est ce que j’ai voulu initier ce soir et ce qu’on va poursuivre ensemble dans les prochains mois, dans la manière de préparer les textes au niveau national et de les porter”, a-t-il poursuivi, quelques heures après une rencontre avec le bureau de l’Association des maires de France (AMF) qui n’a pas mâché ses mots ces dernières semaines contre l’exécutif.

Devant les 4 000 élus présents, le Premier ministre a affirmé la volonté du Gouvernement d’un dialogue de bonne qualité. Pour lui, le mandat de maire honore ceux qui l’exercent parce qu’il repose sur une confiance exprimée au plus près des citoyens.

Autrement, concernant la limitation de la hausse des dépenses de fonctionnement à 1,2% pour 322 communes, départements et régions – qui a poussé ces dernières au boycott de la dernière Conférence nationale des territoires en juillet dernier – Edouard Philippe assure “constater que cet objectif semble très correctement fonctionner”. Comme lors de la dernière conférence des villes organisée par les métropoles de France Urbaine, il a dans le même temps promis d’être “à l’écoute des questions de retraitement”.

Par ailleurs, à l’instar d’Emmanuel Macron, le Premier ministre s’est engagé à revoir le fonctionnement de la dotation globale de fonctionnement (DGF) ce qui a suscité les applaudissements de la salle :
“Entendons les remarques. Le fait est que les 42 critères sont tellement complexes qu’ils offrent un résultat incompréhensible. Il vous appartient de faire des propositions.”

Dans un communiqué publié un peu plus tôt dans la journée, l’AMF avait demandé à Emmanuel Macron et au gouvernement de s’engager dans “une vraie négociation” avec les communes pour rétablir la confiance entre l’État et les élus.

“Nous souhaitons la mise en place d’une méthode de travail avec un calendrier précis qui permette à l’État et à l’AMF de s’engager dans une négociation sincère afin de rétablir la confiance”, avait indiqué l’association. “Il y a urgence à renouer le dialogue dans une vraie négociation”.
Lors de l’échange avec les maires, Emmanuel Macron s’est dit “tout à fait prêt à ouvrir le chantier de la réforme des règles de la DGF”, “favorable à confier aux élus la gestion de la fonction publique territoriale” et à “améliorer à la marge la loi Notre (nouvelle organisation territoriale de la République)”.

“Ca ne veut pas dire revenir en arrière, mais (…) on peut améliorer des choses”, a-t-il souligné. Quant à la suppression de la taxe d’habitation à l’horizon 2020, “l’engagement a été tenu”, a-t-il ajouté, sans donner plus de précisions sur la compensation de la suppression de cette taxe, traditionnelle source de recettes pour les communes.

Edouard Philippe ne s’est pas exprimé sur d’autres propositions de l’AMF : l’élaboration d’une loi de finances annuelle des collectivités, la création d’un fonds de lissage financé par l’Etat en faveur des communes dont les dotations ont diminué ainsi que l’ajustement de la contribution du bloc communal à la réduction de la dette publique au prorata de sa part dans l’endettement.

Pour Edouard Philippe, les maires ont pour volonté farouche de faire vivre et se développer les territoires de la France. La méthode du Gouvernement est le cousu-main. L’objectif est de donner à chaque territoire la possibilité de se développer, à son rythme, à sa mesure, en fonction de ses ambitions, de ses faiblesses, de ses besoins.

Sur la suppression de la taxe d’habitation, l’objectif est simple : faire en sorte que dès l’été prochain, [les maires sachent] comment va s’éteindre la taxe d’habitation et comment nous la compenserons”, a-t-il affirmé.

Il a annoncé “qu’au printemps 2019, le Gouvernement présentera les principes de cette “extinction-compensation”. Et aux alentours de la mi-avril, le conseil des ministres examinera un projet de loi consacré à la réforme de la fiscalité locale.

Le Premier ministre n’était pas en terrain conquis, et avait bien peu de bonnes nouvelles pour s’attirer la sympathie des édiles présents porte de Versailles.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3551

STOP AUX VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 25 nov., 2018 12:23:07
VÉRONIQUE YANG

Le 24 novembre, à Paris et dans toute la France, les femmes se donnent rendez-vous pour marcher et montrer leur engagement contre les violences sexistes et sexuelles.

Après la première manifestation le 6 octobre dernier suite à l'appel de l'actrice Muriel Robin, interprète de Jacqueline Sauvage à la télévision et de 87 autres signataires d'un manifeste contre la violence faite aux femmes, une seconde manifestation s'est tenue ce samedi de la Place de l'Opéra à celle de la République à partir de 14h.

Cette marche a pour but de lutter contre les violences et soutenir le premier plan d'actions de la société civile élaboré en novembre 2017 en collaboration avec 32 associations et startups, 400 000 citoyens, Facebook et la Région Ile de France. Depuis 1 an, 8 actions nationales ont été organisées par la coalition# Stop VFF pour réduire les violences faites aux femmes. Le mot d'ordre est toujours présent: une augmentation des fonds consacrés chaque année à l’aide aux femmes victimes de violences.

Depuis le lancement de l'appel à manifester le 24 novembre, à la veille de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, des centaines de milliers de femmes avaient signé sur Internet pour signaler leur présence sur la cinquantaine de manifestations organisées dans toute la France et ce malgré la mobilisation des "gilets jaunes" qui ont appelé à un rassemblement national le même jour. A Paris, le plus grand cortège avec près de 30 000 (12 000 selon la police) participantes vêtues de violet (contre 2 000 l'an dernier) est parti de la Place de l'Opéra à 14h, direction République. Au total, 50 000 personnes étaient présentes dans toute la France dont 2 400 à Lyon, 1 500 à Marseille, 2 cortèges à Nantes, Montpellier où les "gilets jaunes" ont fait une haie d'honneur aux manifestantes... Les militantes de #Nous Toutes s'étaient aussi réunies à Rome, Athènes ou Genève

250 personnalités sont à l'origine de ce mouvement et à sa tête on retrouvait l'instigatrice de cette manifestation, Caroline de Haas, Madeline Da Silva, adjointe au maire des Lilas, les actrices Karine Viard et Eva Darlan qui entouraient Muriel Robin et sa compagne Anne Le Nen, l'ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem, Vanessa Demouy, Sophie Binet (responsable de la CGT). On a aussi remarqué la présence de Jean-Luc Mélenchon ( chef de file des Insoumis) venu soutenir la cause des femmes ainsi que celle de plusieurs FEMEN.

Le 20 novembre dernier,une conférence sur les cyberviolences sexistes et sexuelles s'est tenue au Centre Hubertine Auclert avec une présentation du nouveau guide pour améliorer la sécurité des femmes en ligne.

Le 23 novembre dernier, le Mouvement du Nid a organisé une soirée #Metoo et la prostitution, marrainée par Ashley Judd, célèbre actrice américaine, figure de #Metoo et fondatrice de #TimesUp, où des survivantes, Irlandaises, Françaises, Sud-africaines, Belges, ont pris la parole. Ashley Judd, célèbre actrice américaine, figure de #Metoo et fondatrice de #TimesUp.

Le même jour, la ville de Paris s'est associée à la campagne "Orange Day" du comité ONU Femmes pour s'engager et agir pour la prévention et l'élimination de la violence à l'encontre des femmes à travers le monde. La couleur orange signifie un avenir meilleur et un monde plus juste. Lors de la cérémonie des "Orange Day Champions"à l'Hôtel de ville de Paris (ville lauréate en 2017 grâce à la mise en place de téléphone grave et le développement de l'observatoire (OPVF) depuis 2014, et de nouveau candidate cette année), le prix a été remis par Céline Mass, présidente d'ONU Femmes France du Comité ONU Femmes, aux collectivités, entreprises et universités qui s'engagent toute l'année contre les violences faites aux femmes. A la suite de la cérémonie, l'Hôtel de ville est apparu illuminé d'orange pour montrer la solidarité de la ville avec les femmes et les filles du monde entier et le lancement de la campagne "Orange Day 2018 comprenant de nombreuses actions de sensibilisation dans toute la France dont le port de l'orange dans sa tenue pour marquer sa solidarité.

Le 22 , la 4ème journée interprofessionnelle a eu lieu au Carreau du Temple (3ème arrt) sur le thème des violences faites aux femmes en présence du nouveau Procureur, Rémy Heitz et Marie Laguerre; le soir un débat sur "Où est l'argent contre les violences faites aux femmes" était organisé CESE.

Le 24, conjointement à la manifestation, France Victimes organise une conférence Internationale pour Victim Support Europe . A cette occasion, les associations membres accueillent durant le week-end portes ouvertes avec des expositions, projections de films et conférences.

Le 25 et le 26, un bus solidaire du Barreau de Paris stationnera sur le parvis de l'Hôtel de ville et 130 événements sont au programme dans les arrondissements et

Le 26 novembre prochain, une table ronde se tiendra à La Fabrique Spinoza lors du colloque "Violences faites aux femmes" organisé par La Maison du Barreau de Paris pour y présenter son rapport Violences conjugales et sexuelles.

Ce samedi, les femmes mais aussi des hommes plus unis, forts et déterminés étaient dans les rues pour dire STOP car les violences où qu'elles soient (rue, maison, école, travail ou transports) doivent cesser. On comptait des millions de personnes à travers la France pour lutter contre le triste bilan signalant la mort de 123 femmes mortes en 2016 et 256 victimes de viol ou tentative chaque jour en France. De plus, dans le milieu LGBTQI+, on recense qu'une personne homosexuelle sur 2 fait l'objet d'insultes ou d'injures homophobes, 59% des lesbiennes subissent des discriminations et des violences, 85% des transgenres ont subi des actes transphobes. L'élaboration d'un plan d'actions contre les LGBTIQ+ a d'ailleurs été étudié pour une mise en place rapide, le 21 novembre dernier.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3550

Gilets jaunes : chaos sur les Champs-Élysées, ... des casseurs s'étant infiltrés dans le cortège et forces de l'ordre

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 25 nov., 2018 01:32:47
GABRIEL MIHAI

Les « gilets jaunes », qui arborent ces vestes fluorescentes que chaque automobiliste doit détenir en cas d'accident, dénoncent la hausse des prix du carburant, les taxes et la baisse du pouvoir d'achat.

Chaos sur les Champs-Élysées, de nombreux incidents ont eu lieu samedi 24 novembre, entre casseurs s'étant infiltrés dans le cortège et forces de l'ordre.

Ce mouvement, qui se revendique apolitique, bénéficie d'un fort soutien populaire, en dépit d'une érosion de la mobilisation : plus de 106 000 manifestants ont été recensés à travers toute la France - dont 8000 à Paris - contre un total de 282 710 samedi dernier, selon le ministère de l'Intérieur.

Dès le milieu de la matinée et jusqu'en fin d'après-midi, des manifestants se sont opposés aux forces de l'ordre en jetant des projectiles et en construisant des barricades, que gendarmes et policiers antiémeutes repoussent à coups de gaz lacrymogènes et de canons à eau.

Dans la capitale, 24 personnes ont été blessées, dont cinq membres des forces de l'ordre. Quelque 130 manifestants ont été placés en garde à vue en France. À Paris, 69 personnes ont été interpellées, selon un bilan de la préfecture de police dans la soirée.

Barricades incendiées, fumée noire, feux tricolores arrachés, pavés descellés, canons à eau... Envahi de gaz lacrymogène, le quartier des Champs-Élysées a en effet été le théâtre d'incidents violents tout au long de la journée.

Les manifestants espéraient pouvoir s'approcher de l'Élysée en descendant la célèbre avenue, encore pleine de touristes et de badauds. Au rond-point des Champs-Élysées, frontière infranchissable, le cordon policier a cette fois-ci tenu. Mais la situation a très vite dégénéré : de jeunes gens au visage souvent masqué par des foulards et capuches, disséminés dans le cortège, font face aux forces de l'ordre, essayant d'aller au contact.

Tirs de grenades lacrymogènes et jets des canons à eau ont répondu aux tirs de mortiers d'artifice et jets de projectiles de toutes sortes : bouteilles, pavés, planches... La place est envahie par les fumées irritantes. Les manifestants fuient dans les rues adjacentes ou reculent vers l'Arc de Triomphe.

Sur la place, des barrières métalliques de chantier sont arrachées pour servir de barricades improvisées au milieu de "la plus belle avenue du monde". Des projectiles pleuvent sur les casques et boucliers des CRS ou gendarmes mobiles. Ces derniers chargent à plusieurs reprises. En fin de matinée, le rond-point est évacué, petit à petit les manifestants refluent vers l'Arc-de-Triomphe.

Après 20 heures, la tension restait vive sur l'avenue et dans certaines rues alentours, avec encore des petits groupes mobiles de personnes, certaines cagoulées, qui continuaient de "harceler" les forces de l'ordre ou d'incendier des barricades.

Le président a exprimé sa "honte" face à ces incidents, dénonçant ceux qui ont "agressé" les forces de l'ordre et "violenté d'autres citoyens".

Honte à ceux qui les ont agressées. Honte à ceux qui ont violenté d'autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d'intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République". Par ces mots, Emmanuel Macron a vivement condamné les violences qui ont émaillé la mobilisation des "gilets jaunes" ce samedi 24 novembre à Paris.

Les gilets jaunes ont manifesté devant le ministère de l'Economie à Bercy mais aussi la place de la Bastille, dans une marche pacifique.

Un appel à l'organisation d'une autre manifestation le 1er décembre est apparu sur Facebook. Son but : pousser le chef de l'Etat à démissionner.

«Acte 3 Macron démissionne !» : un événement Facebook appelant à la tenue d'une nouvelle manifestation parisienne sur l'avenue des Champs-Elysées a été créé ce 24 novembre. Organisé par un groupe nommé Les Gilets jaunes.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3549

CitéStars fête son 20ème anniversaire à l’hôtel InterContinental Paris-Le Grand avec une soirée cabaret prestigieuse et l'élection de Miss Beauté Nationale 2019

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 24 nov., 2018 16:25:18
GÉRARD CROSSAY

L'Association CitéStars, qui œuvre en faveur des enfants défavorisés, maltraités ou atteints de malformations cardiaques ou respiratoires de Paris et d'Ile-de-France, a fêté dimanche 18 novembre son 20ème anniversaire lors d'une grande soirée cabaret au Palace parisien l’InterContinental Paris-Le Grand.

David Donadei, le président-fondateur de l'Association, avait bien fait les choses pour que cet évènement soit une réussite totale.

Ils étaient tous là, Jean-Michel Moutier, manager général, Julien Lorcy, directeur des Sports, Pascal Claude, trésorier de l'Association, Michel Bensoussan, Nordine Kourichi, Michel Milojevic et Ghani Yalouz, vice-présidents de l'Association, Jean-Pierre Castaldi, vice-président et parrain de l'Association, accompagné de son fils Benjamin.

De nombreuses personnalités du monde du sport, de la musique, du cinéma et du théâtre étaient présents.

La soirée s'est déroulée dans une ambiance chaleureuse, festive et très sympathique avec les amis de David Donadei, artistes ou sportifs de haut niveau.

Les 350 convives ont pu assister à un très beau spectacle de cabaret mené de main de maître par David Donadei, très professionnel en meneur de jeu, assisté de la délicieuse Clara Morgane.

Les artistes se sont succédé sur la scène, les chanteuses Fabienne Thibeault et Indra, les humoristes Popeck et Maxime, les imitateurs Yves Lecoq et Gérald Dahan, le magicien Julien Fombaron, les musiciens Alexandre Balduzzi, Mickael Jones et Gwendal Pezeirat ainsi que d'autres personnalités de talent.

Parmi les VIP, on notait aussi la présence de Mickaël Vendetta et son épouse, de Caroline Loeb, Brahim Takioullah, le 2ème plus grand homme du monde, Bernard Menez, Guillaume Kerner, Pierre Fulla, Farid Khider, Fabrice Pancrate, Martial Odone, Loup-Denis Helion, Daniel Russo, Philippe Piette, Akine Tafer, Djamel Lifa, Mamadou Bakayoko, Kamel Chouaref, Maiva Hamadouche ...

La fête s'est poursuivie avec les défilés des 14 sublimes candidates à l'élection de Miss Beauté Nationale 2019, recrutées par David Donadei et CitéStars, habillées de robes de soirée somptueuses ou en maillot de bain.

C'est la 2ème édition de ce Concours de Beauté qui vise à concurrencer le concours de Miss France, mais dans un "esprit sport", avec l'objectif de reverser intégralement les recettes de l'évènement aux enfants dans le besoin.

Le jury rassemblait 12 personnalités : Guy Amram, Bébert des Forbans, Biyouna, Philippe Candeloro, Cartouche, Gérald Dahan, Mickael Jones, Martin Lamotte, Gwendal Pezeirat, Bruno Putzulu, Daniel Russo et Fabienne Thibeault.

Cette année, c'est Jenna Ktorza qui a remporté le titre. Elle sera une séduisante ambassadrice, chargée de représenter tous les enfants défavorisés de France.

Pour cette soirée, 5 tables VIP avaient été vendues à des partenaires.

De nombreux dons ont été faits, 19000 euros en chèques et 45000 euros en tableaux d'art, 8 toiles au total offertes par les artistes-peintres Jean-Jacques Ecorce (4 toiles), Pierre Messang (2) et Lysiane Beck (2).

Un buffet de fromages extraordinaire, présenté par le Chariot à Fromages de Lionel Gremont, a obtenu un succès mérité.

La traditionnelle pièce montée à 3 étages avec ses bougies des Boulangeries Gosselin a clôturé ce dîner de gala dans une atmosphère de liesse.

Le président David Donadei remercie les sociétés qui ont apporté à l'opération un concours financier très important, en premier, Europe Asset et SIIE, SBS Patrimoine, Sécurité HSBS, Le Coin de la 3D, Solutions Evènements, les vins Gérard Bertrand, Les Boulangeries Gosselin, le traiteur Eat-Sushi France et la Boutique Charles Traiteur, le Chariot à Fromages, l'Agence Anas Voyages, le restaurant Le Réservoir de Mary de Vivo, l'hôtel Le Pera qui accueillait les artistes venus de province et l'hôtel St Pétersbourg qui hébergeait les 14 candidates et la sécurité.

Ont apporté également leur soutien financier, l'Agence d'hôtesses Mahola, l'Ecole de make up Art Academy, les boissons énergisantes Miami Soul, Pizza Hut Champigny, l'Hyper Casher de Vincennes, les jus de fruit Elite Bio, la vodka Garnier, le champagne Alain Jompierre, les Salons de coiffure Jean-Louis David-rue de Rennes, Camille Albane et Christophe et Bruno-Paris 11ème.

Un très bel évènement particulièrement réussi, retransmis en direct sur la chaîne MDL-TV, couvert par les Reporters du Net et mis en scène par le fantastique Oscar Sisto.

David Donadei remercie les photographes et les journalistes, notamment le web-journal Impact European qui a annoncé et fait le compte-rendu de l'évènement.





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3548

André-Philippe Gagnon : la voix de l’illusion

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 24 nov., 2018 15:29:29
DAPHNÉ VICTOR

Il fait son grand retour sur la scène internationale. André-Philippe Gagnon n’est pas qu’un imitateur. C’est un véritable showman qui s’approprie la voix des artistes en offrant à chaque fois des performances incroyables dans lesquelles il combine comédie et musique. De passage à Paris avant son spectacle au Casino de Paris en janvier prochain, l’humble imitateur canadien pour qui la scène est un terrain d’amusement, s’est confié en toute simplicité.

Mais où étiez-vous donc passé ? Depuis combien de temps n’étiez-vous pas venu en France ?

J’étais à Las Vegas auprès de ma famille. Me poser m’a permis de moins voyer, d’être prêt d’eux, de voir grandir mes enfants tout en étant sur scène le soir au Paris. Maintenant qu’ils sont grands, je me suis dit que je pouvais à nouveau me faire plaisir en retournant dans ce beau pays qu’est la France et d’étendre sur l’Europe.

Qu’appréciez-vous justement en France ?

Les distances entre les villes qui sont beaucoup moins longues qu’au Canada. C’est très appréciable Les paysages, les climats qui changent tout le temps, la culture musicale.

Que représente notre capitale pour vous ?

Paris est le New York de l’Europe. Ça bouge, ça grouille. Tout démarre par Paris. Thierry Le Luron a fait en sorte que les imitateurs gardent une place intéressante dans le cœur des français. Aussi, si un spectacle se passe bien à Paris, il se passera bien partout.

On va vous retrouver en janvier 2019 sur la scène du Casino de Paris. Pourquoi une seule date ?

Il s’agit juste d’une petite tournée pour voir comment, avec la nouvelle compagnie de production, cela va se passer et comment le public va réceptionner le spectacle.

Nous sommes en novembre et la billetterie est au beau fixe. Vous attendiez-vous à un tel engouement du public ?

J’en suis ravi ! Comme le spectacle semble être bien accueilli, je pense que nous allons donc pouvoir revenir au cours de l’année 2019.

Dites-nous tout de votre spectacle …

Contrairement à mes confrères, je propose quelque chose de différent avec un nouveau rythme. Le spectacle fait appel à la mémoire musicale et à son histoire. Je vais revenir sur tous les chanteurs qui ont marqué nos vies à partir des années 50 comme Elvis Presley, en passant par les crooners qu’étaient Frank Sinatra, Dean Martin en reprenant les voix de Joe Cooker, Barry White sans oublier ceux qui ont marqué ma culture française comme Charles Aznavour, Gilbert Bécaud et Johnny Hallyday. Il y aura aussi des voix nouvelles comme celles de Christophe Maé, Maître Gims, Calogero et Bénabar.

Ferez-vous ce spectacle en live ?

Oui avec 6 musiciens. On va être très bien équipé pour reproduire tous ces beaux moments et souvenirs musicaux.

Qu’éprouvez-vous sur scène ?

Du bonheur et j’espère qu’il est contagieux. Voir que les gens réagissent ça me touche beaucoup. Je dépense beaucoup d’énergie sur scène et le public me le rend bien.

Combien de voix avez-vous à votre actif ?

Mon dernier calcul récence 500 voix. Au cours d’un spectacle de 90 minutes, je peux en faire 80 à 90.

Selon vous, l’imitation est un don ou du travail ?

Je parlerai davantage de bonnes aptitudes ou de prédispositions et surtout de respect. Imiter c’est rendre hommage.

Comment arrivez-vous à vous approprier une voix ?

Par une bonne écoute et une bonne mémoire. J’écoute le chanteur dans son tube pour m’accrocher à sa voix. Si je peux l’entendre dans un répertoire qui n’est pas le sien, c’est mieux car cela me donne aussi plein d’indices pour mieux cerner sa voix, faire ressortir ses particularités. C’est pour ça que j’étudie aussi les visages, la dentition et la morphologie. Je veux créer l’illusion la plus parfaite et la plus précise possible pour que le public en soit étonné.

Travaillez-vous votre voix au quotidien ?

Comme j’essaie constamment de « pirater » des voix, je m’amuse à faire des vocalises.

Certaines vous donnent-elles plus de difficultés que d’autres ?

Les voix aigues.

Quelle est la voix qui vous caractérise le mieux ?

Barry White, mais j’ai des facilités pour faire celles de Julien Clerc, Frank Sinatra et Louis Armstrong.

Qu’est-ce qui a fait que vous êtes devenu imitateur ?

Enfant, j’écoutais très souvent les Bugs Bunny en anglais. J’adorai Titi. Au lieu de me boxer, mon frère de sept ans mon aîné, me chatouillait très fort et disait « Maman, André fait Tiny Bird ! » Pour moi, le fait qu’il croit que j’imitais Titi ça voulait dire quelque chose. Même en classe. Alors que j’étais très timide, tout le monde riait unanimement. Être apprécié et entouré de gens qui souriaient me plaisait. Plus tard, au Hockey, on m’a demandé d’imiter les instructeurs. Ça a donc commencé comme ça. Je me suis ensuite présenté à des concours d’amateurs. De fil en aiguille je suis passé en télé, puis un agent m’a contacté. J’ai participé à des galas, à des festivals notamment à celui de « Juste pour rire ». Là, j’ai fait le « We are the world ». L’effet a été immédiat.

Vous êtes un performer tout comme Véronique Dicaire et Mickael Grégorio. Imiter ce n’est pas simplement prendre la voix de, c’est surtout faire le show ?

Complétement. Je propose un show à l’américaine. Pendant 40 secondes je suis John Lennon, pendant 50 secondes je suis Elton John… Le public doit avoir l’impression d’être face aux chanteurs que j’imite, d’entrer, le temps de la performance, dans leur univers.

Connaissez-vous des imitateurs français ?

Laurent Gerra, Nicolas Canteloup. Ils sont plus dans les voix parlées. Moi, je ne touche pas à la politique. Yves Lecoq avec « les Nuls ». J’apprécie beaucoup aussi Mickael Grégorio, surtout quand il reproduit le son de la guitare électrique.

Selon vous, ils sont tous de dignes héritiers de Thierry Le Luron ?

Oui et c’est génial. Tous démontrent que l’imitation a encore de la place en France. C’est pour cela que je veux en faire davantage et revenir en France.

Vous donnez-vous des limites ?

Je n’aime pas et ne veux pas qu’il y ait de malaise. Je peux me servir d’une chanson et l’associer à un personnage. Par exemple, je n’imite pas Donald Trump, mais je fais Youg Cannibals chantant « She drives me crazy ».

Que peut-on vous souhaitez pour la nouvelle année qui arrive ?

D’être plus présent en France.

André-Philippe Gagnon, the one man musical mis en scène par Laura Treves - Au Casino de Paris (Paris IXème), le 28 janvier 2019 à 20h - Réservations : 08 926 98 926



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3547
« PrécédentSuivant »