JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

L'histoire du rhum guadeloupéen de Bologne

SOCIÉTÉPosté par IMPACT EUROPEAN 01 févr., 2018 14:56:58
Véronique YANG

Le salon SAGASDOM des gastronomies Outre-Mer et de la francophonie va se tenir du 4 au 6 février prochain à Paris, porte de Versailles .C'est l'occasion de mettre en valeur des produits locaux.

Le rhum est une spécialité guadeloupéenne sur laquelle nous avons mis l'accent et c'est pourquoi nous avons choisi de raconter l'histoire du rhum de Bologne.

La plantation Bologne a trois cents ans d'histoire. Son histoire a commencé au XVIIème siècle quand l'ancêtre du créateur de la distillerie est arrivé en Guadeloupe pour s'installer en Basse Terre sur les flancs de la Soufrière et cultiver le cacao et le café. Ce n'est que deux siècles plus tard, à la moitié du XIXème siècle que la monoculture de la canne à sucre s'est développée mettant en valeur la richesse du terroir volcanique sur quelques dizaines d'hectares. En 1887, Bologne est déjà la plus vieille distillerie de rhum de la Guadeloupe.

Le rhum et la distillerie tiennent leur nom des propriétaires de la sucrerie, originaires du Dauphiné qui avaient émigré en Hollande pendant les guerres de religion du XVIème siècle.. Dès 1580, les Bologne se sont installés au Brésil, alors colonie hollandaise, pour y cultiver la canne à sucre… En 1640, le Brésil devient portugais après la défaite des Pays-Bas suite à la guerre déclarée par le Portugal. Les hollandais émigrent alors vers les Antilles. Parmi eux, les Bologne qui accostent en Guadeloupe en 1654, après avoir été délogés de la Martinique car protestants. Ils se lancent alors dans la culture du café et du cacao puis décident d'implanter une activité sucrière sur les pentes fertiles de la Soufrière.

Le propriétaire Joseph de Bologne a en 1739 un fils avec une esclave d'origine sénégalaise qui deviendra le Chevalier de Saint Georges, très apprécié par l'aristocratie parisienne particulièrement pour ses talents de musiciens. Ami intime du duc d'Orléans, il est nommé directeur de l'Opéra royal par Louis XVI mais y renonce. Il est le premier noir franc-maçon de France.

A Londres, il se bat en duel contre le chevalier d’Éon puis s'engage pour la Révolution en créant un régiment de noirs et de métis, la légion de Saint-George, qui combat sur les frontières du nord. Trois ans après la mort de Saint-George, en 1799, Napoléon rétablit l’esclavage.

Après des hauts et des bas, Jean-Noel Ame Noel fait acquisition de la sucrerie en 1830. Originaire de Bouillante en Basse-Terre (Guadeloupe), il est le premier homme de couleur « libre de naissance » à devenir propriétaire d’un domaine aussi étendu (114 hectares) que représente Bologne. En 1848, date de l’abolition de l’esclavage, son activité baisse, il croule rapidement sous les dettes et décède 2 ans plus tard, en 1850. Il est enterré dans les jardins du domaine où son tombeau y est toujours. La sucrerie est alors vendue aux enchères en 1873 et reconvertie par la compagnie Le Dentu en usine sucrière. Cette nouvelle activité n'étant pas assez rentable, le domaine sera démembré pour être vendu et en 1887, l'ancienne habitation sucrière deviendra une distillerie qui s'appuie sur un terroir entre mer et montagne sur un domaine de 150 hectares. Le nouvel acquéreur du domaine, Louis Henri de Plombiray la lègue à sa mort à ses neveux Lacour.

Près d'un demi siècle après, en 1932, Louis Sargenton-Callard, rachète Bologne et reconstitue l'habitation d'origine en rachetant les propriétés voisines dont Capesterre sur le versant est de la Soufrière afin de rester indépendant en approvisionnement de canne à sucre. C'est ainsi qu'il se spécialise dans la production de rhum agricole avec un profond respect du terroir et toute une authenticité rendue possible grâce à ses propres plantations de canne à sucre récoltée à maturité parfaite, coupée et transportée dans les meilleures conditions afin d'en extraire le meilleur.

A la fin des années 90, Bologne met ses rhums en vieillissements et sort en 2010 son premier rhum vieux. Dès son deuxième millésime, il obtient la médaille d'or du concours agricole avec l'aide des meilleurs œnologues, spécialistes internationaux en matière de spiritueux.

Quatre ans plus tard, en 2014, la distillerie connaît un renouveau avec le lancement de nouveaux produits comme le Black Cane, série limitée 100% canne noire dans la gamme premium; d'autres nouveautés ont été proposées en 2016 ( une dizaine de produits en deux ans). Bologne est la seule distillerie de Guadeloupe qui continue à cultiver la canne noire, variété oubliée des distillateurs en raison de son faible rendement,mais dont le potentiel aromatique est exceptionnel.

Plusieurs rhums agricoles sont produits sur le domaine:

  • des rhums blancs de 40 ° (le SILVER), 50° et 55°
  • un rhum blanc premium - le Black Cane issu de la distillation du pur jus des cannes noires récoltées sur le Domaine
  • un rhum élevé sous bois de 40° (le GOLD)
  • plusieurs rhums vieux - le VS (3 ans); le VO (assemblage de 3 à 6 ans);le VSOP (assemblage de 4 à 8 ans), le XO (assemblage de 6 à 10 ans). Ces vieux rhums sont élevés dans les chais du Domaine.


  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post2911