JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

L'excellence professionnelle "Made in France" honorée à l'Elysée

SOCIÉTÉPosté par IMPACT EUROPEAN 18 mai, 2019 15:52:32
VÉRONIQUE YANG

Le 13 mai dernier, les nouveaux MOF (Meilleurs Ouvriers de France) tous métiers confondus ont reçu leurs médailles et leurs diplômes à la Sorbonne à Paris puis ont été conviés au Palais de l'Elysée par le Président de la République..

Le titre de Mof est uniquement décerné en France, il est attribué suite à un concours entre professionnels de même catégorie:" Un des Meilleurs Ouvriers de France ". Depuis sa création en 1924, le concours réunit 9 006 diplômés dans 17 groupes représentant 230 métiers, 150 jurys se sont succèdés et 3 000 candidats bénévoles sont présents pour chaque concours. A ce jour, on dénombre entre 1 800 et 2 000 MOF.

Le concours est organisé tous les 3 ou 4 ans par le COET-MOF (comité d'organisation des expositions du travail) et reconnu en tant que titre certifié de niveau III par le ministère du Travail. L'organisation de l'examen (Concours Un des Meilleurs Ouvriers de France) a été confiée par le ministère de l'Education à l'association COET-MOF, type loi 1901 fondée en 1961; à l'issue de l'examen, le candidat reçoit un diplôme et un titre de MOF qui met en valeur l'excellence professionnelle "Made in France"en France et Outre-mer mais aussi à l'étranger, surtout en Europe. Des expositions régionales ou nationales sont organisées afin de présenter les créations.

Lucien Klotz, critique d’art et journaliste est à l'origine du concours. En 1913, alors que la France est en crise d'apprentissage, une idée lui vient pour en sortir :organiser une grande exposition du travail où serait désigné chaque année " Le Meilleur Ouvrier de France".Il faut attendre la fin de la première guerre mondiale pour qu'en 1920, l'idée resurgisse. Après 4 ans, dont 2 pour obtenir l'accord du ministère du commerce, la première exposition a lieu du 18 octobre 1923 au 23 novembre 1924 à l'Hôtel de ville de Paris. Les premiers lauréats sont au nombre de 149, on en compte à ce jour plus de 9 000 à arborer le collier tricolore avec la médaille à tranche dorée.

Pour se présenter au concours, il faut être âgé de 23 ans minimum à la fin de la date de clôture, seul ou en équipe.La moyenne d'âge des candidats est de 37 ans, leur expérience de 8 à 15 ans. Pour l'inscription à la dernière édition (26ème) du 24 octobre 2016 au 31 mai 2017, tout s'est fait sur internet. Les épreuves qualificatives se sont déroulées de mai à décembre 2017, les épreuves finales et l'évaluation des oeuvres qualifiées en 2018. La remise des médailles à la Sorbonne par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse et Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a eu lieu le 13 mai dernier. Pour cette session, 219 classes et options ont été ouvertes dans 17 groupes de métiers. Plus de 3000 candidats ont participé dans plus de 9 classes de métiers, et 197 lauréats ont été récompensés; cette année, 44% des lauréats sont issus de lycées professionnels, 42% des centres de formation d'apprentis (CFA) et 14% d'un cycle universitaire. En général, il y a près de 200 lauréats par promotion.

Parmi les lauréats, on distingue 6 ouvriers en couverture et ornementation, 5 opticiens lunetiers, touts les classes liées aux métiers de bouche sont représentées (cuisine-gastronomie, Pâtisserie-confiserie, Maître d'hôtel, service et arts de la table, sommellerie); On note également 9 personnalités honorées du titre Honoris Causa dont les chefs étoilés Georges Blanc et André Daguin.

Classe Cuisine, gastronomie : Renaud Augier, Stéphane Collet, Arnaud Faye, Fabrice Gendrier, Franck Putelat, Julien Roucheteau, Frédéric Simonin;
. Classe Pâtisserie, confiserie : David Briand, Jean-Christophe Jeanson, Jonathan Mougel, Patrice Ibarboure, Sébastien Trudelle;
. Classe Maître d’hôtel, du service et des Arts de la table : Antoine Petrus, Bruno Casassus-Builhé, Laurent Delarbre, Marc Thomas Fefin, Michaël Bouvier, Simon Verger;
. Classe Sommellerie : Pascaline Lepeltier, Nicolas Vialettes, Jean-Baptiste Klein, Eric Goettelmann.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3887