JOURNAL IMPACT EUROPEAN

JOURNAL IMPACT EUROPEAN

Les Stars 80 ont allumé le Stade de France avec leurs palmarès

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 22 mai, 2019 02:32:54
Gabriel MIHAI

Un concert géant donné le 18 mai 2019 au Stade de France, des artistes tels que: Jean-Luc Lahaye, Sabrina, Patrick Hernandez, Jean Schultheis, Jean-Pierre Mader, Julie Pietri, Cookie Dingler, Phil Barney, Début de Soirée, Plastic Bertrand, Richard Sanderson, Larusso, Emile et Image, Pauline Ester, Jeanne Mas, Thierry Pastor, Joniece Jamison et Léopold Nord et Vous ... etc. ont allumé le Stade avec leurs hits.

Depuis 2008, Stars80 et sa troupe composée d'artistes phares des années 1980, 5 millions de spectateurs, 120 dates par an et 20 chanteurs sur scène, sillonne la France pour vivre chaque année depuis plus de 11 ans cette aventure exceptionnelle.

"Stars 80" est devenu une marque culte et un rendez-vous incontournable pour tous les amateurs et nostalgiques des années 80, pour vivre et revivre la musique au présent, rencontrer leurs idoles en chair et en os et revivre les années de jeunesse.


  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3893

Deux chefs français confirmés récompensés par les Toques Françaises

GASTRONOMIEPosté par IMPACT EUROPEAN 21 mai, 2019 23:59:02
Véronique YANG

"Les Toques françaises" est une association qui a pour but la promotion de la gastronomie française .

Créée en 2000, l'association présidée par la cheffe Marie Sauce-Bourreau depuis 2015, récompense tous les ans des jeunes chefs avec le Trophée Jean Delaveyne, et la carrière de chefs confirmés grâce aux titres de "Toque de l'année" et "Toque d'honneur". La seule condition requise pour être membre de l'association est la passion de la gastronomie française et la volonté de transmettre le savoir-faire au plus grand nombre en France et à l'international (Suisse, Belgique, Tunisie, Italie, Maroc, Portugal, USA, Russie et Australie). Elle défend les produits du terroir et de qualité et s'associe à de nombreux événements caritatifs grand public (Sidaction, Silver Fourchette, L’Assiette Gourm’Hand, Je marche seul, 1 Jouet 1 repas, La Lutte contre le cancer etc..) et professionnels et même à l'étranger (Maroc, Chine...). A ce jour, elle compte 400 membres contre 40 en 2015 et espère atteindre 500 pour fêter ses 20 ans en 2020.

Les trophées Jean Delaveyne ont été remis lors de leur 13ème édition au Salon Equip'Hôtel le 13 novembre dernier sous la présidence de Christian Millet, président des Cuisiniers de France et en présence de 34 MOF (Meilleurs Ouvriers de France)dans le jury. Pour ses 20 ans, le thème choisi est la transmission et le jury sera présidé par Guillaume Gomez, MOF, chef des cuisines de l'Elysée et Guy Legay, MOF et président d'honneur. Les trophées seront remis le 17 novembre 2020 lors du Salon Equip'Hôtel.

Les "Toque de l'année 2019" et "Toque d'Honneur 2019" seront remises le 25 mai lors d'une cérémonie dans un lieu prestigieux à Paris (75017). Les lauréats de l'année sont:

Toque de l'année 2019: Patrick Druart, vice-président des Toques Françaises, Directeur duRacing Club de France qui succède à Pierre Caillet, MOF, Restaurant le Bec au cauchois à Valmont.

Toque d'Honneur 2019: Christophe Marguin, Président des Toques Blanches Lyonnaises et Propriétaire du Restaurant Le Président à Lyon, succède à Jean-François Girardin et Président de la Société Nationale des Meilleurs Ouvriers de France MOF).

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3892

Grenoble: Arrêté interdisant le retour à la rue

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 21 mai, 2019 15:46:39
Véronique YANG

Un arrêté interdisant la remise à la rue après une expulsion vient d'être voté à Grenoble par le conseil municipal.

Le maire écologiste de Grenoble, Eric Piolle et le conseil municipal ont voté cet arrêté inédit dans une préfecture afin de suspendre les expulsions locatives reprises depuis le 1er avril dernier. Grenoble est la 16ème ville la plus peuplée de France et abrite malheureusement des centaines de familles dans la difficulté qui ne peuvent acquitter leur loyer et ce vote intervient après la mobilisation des militants et associations luttant contre les expulsions locatives dont le DAL 38 , mais aussi les "Gilets Jaunes", l'arrêté s'adresse aussi aux dépense d'énergie.

Un mois plus tôt, le DAL avait organisé un rassemblement à Paris, place Louis Lépine 75004 pour venir en aide aux mal-logés et sans abri et dire non aux expulsions et aux coupures. A cet effet, des débats et des forums ont été organisés alors que le nombre des expulsions est en hausse, avec des témoignages de personnes menacées ou ayant été expulsées et des interventions d'élus autour des arrêtés anti-expulsions mais aussi la précarité énergétique et le coût élevé des logements qui majore les crises du logement.

Les premiers signataires contre les expulsions sans relogements ont été CLCV, CNL, CSF, DAL, Indecosa CGT, ACDL-Resel, APPUII, ATTAC, Bagagérue, CAL, CGT, CNAFAL, Collectif Logement Paris 14, Construire !, Convergence de défense des Services publics, Coordination Nationale Pas Sans Nous, COPAF, Défense Profession Architecte, Femmes Egalité, SNUP Habitat.

Avec le vote de Grenoble, on se rapproche du vote des villes communistes de moins grande ampleur, qui ont pris ce genre d'arrêtés depuis plusieurs années. Le DAL lance donc un appel aux maires des grandes villes pour prendre des arrêtés allant dans le même sens car l'expulsion peut concerner tout le monde, plus particulièrement les personnes seules soumises à des difficultés en cascades suite à des changements dans leur vie ou des accidents de la vie tels un licenciement, une maladie, une séparation ou une baisse de revenus liée à la retraite, le décès d'un conjoint, une mauvaise rencontre qui entravent leur capacité de payer et les prive de gérer leur situation correctement.

Les conditions sont différentes selon les cas, si on appartient au parc public ou au parc privé. En Isère, avant le vote de cet arrêté, un certain nombre de CCAS avaient pris l’initiative de mettre
en place des commissions locales d’impayés agissant principalement sur le parc public, assurant une coordination entre les différents acteurs au stade du traitement des impayés, pour garantir au mieux et
le plus en amont possible l’accompagnement social du ménage en appui sur un partage d’information, toutefois dans le privé,l'action est plus difficile.

L'arrêté de non mise à la rue en cas d'expulsion voté le 13 mai dernier empêche toute expulsion sans solution de relogement pour les locataires, même si les expulsions continuent. Pour le maire de Grenoble, Eric Piolle, cette mesure ne permet pas de ne plus payer son loyer mais elle contribuera à" sécuriser les plus démunis car on ne sanctionne pas la vulnérabilité ou la difficulté par une mise à la rue", " L'arrêté cherche simplement à vérifier que tous les mécanismes qui doivent s'activer lorsqu'une procédure d'expulsion est lancée soient bien suivis" a-t-il déclaré au micro de France Info.

Le texte, qui devait être signé le 20 mai pourrait rencontrer des difficultés quant à sa viabilité si on se réfère aux arrêtés similaires adoptés en Seine St Denis puis rejetés. En ce qui concerne Grenoble, le maire assure que l"arrêté ne sera pas remis en cause par la Préfecture. "Les associations ont trouvé une solution juridique pour éviter qu'il ne soit cassé comme tous les arrêtés anti-expulsion qui étaient des prises de position fortes mais illégales", a-t-il déclaré au micro de France Bleu Isère. Toutefois, attendu qu'il ne peut avoir de lois différentes d'une ville à une autre, la question de la pérennité de l'arrêté reste posée. Cependant, aucune décision du Conseil d'Etat n'existant, une évolution de la jurisprudence peut évoluer et faire agir les législateurs.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3891

Décès de l'architecte Ieoh Ming Pei, concepteur de la Pyramide du Louvre

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 20 mai, 2019 21:54:33
Véronique YANG

Ieoh Ming Pei, l'architecte sino-américain créateur de la Pyramide du Louvre s'est éteint à l'âge de 102 ans à New-York le 16 mai dernier.

Ieoh Ming Pei est né le 26 avril 1917 à Canton dans une famille de 5 enfants. A l'âge d'un an, il déménage avec sa famille à Hong Kong alors que son père dirigeait la Bank of China, puis ses parents s'installent à Shanghai en 1927 alors qu'il a 10 ans. Malheureusement, il perd sa mère 3 ans plus tard et son père décide d'envoyer les enfants chez des parents éloignés. Il fait ses études chez les missionnaires protestants, très rigides, ne laissant aux loisirs qu'une demie-journée par mois. Pourtant le jeune homme trouve du temps pour le billard et les films américains avec Charlie Chaplin et Buster Keaton; il apprend l'anglais en lisant la Bible et des romans de Dickens. A l'âge de 17 ans, il part aux Etats -Unis en Pennsylvanie pour y étudier l'architecture qu'il décide d'abandonner, ne partageant pas le style des "Beaux-Arts" et préférant le moderne. Il s'inscrit au MIT (Massachusetts Institute of Technologie) de Boston. Il y découvre dans des livres le style du franco-suisse Le Corbusier qu'il rencontrera en 1935; et son nouveau style international lié à la simplicité des formes et à l'utilisation de matériaux comme le verre et l'acier.Il se rend 3 ans plus tard dans le Wisconsin, à Spring Green croyant pouvoir rencontrer Franck Lloyd Wright. En 1940, il reçoit son diplôme et passe ensuite 2 ans au National Defense Research Committee (NDRC) où il travaille sur les bombes incendiaires. En 1948, Pei est recruté par le promoteur immobilier William Zeckendorf ; il établit sept ans plus tard son cabinet d'études indépendant; Depuis 1951, il a accumulé de nombreuses distinctions dont le Prix Golden Door de l'Université de Boston en tant que membre d'honneur du Royal Institute of British Architects et de l'American Society of Interiors Designers en 1970, la Médaille d'or pour l'Architecture de l'Académie américaine des Arts et Lettres et la Médaille d'or d'honneur du National Arts Club ainsi que la Grande Médaille d'or de l'Académie d'Architecture de Paris en 1979, lauréat en 1983 du Prix d'architecture Pritzke, récompense internationale décernée chaque année depuis 1979 à un architecte vivant pour sa contribution dans ce domaine, la Praemium Imperiale au Japon en 1989, le Premier Prix d'Excellence de la Fondation Colbert à Paris en 1991, la Médaille Présidentielle en 1992, la Médaille d'Or Royale pour l'architecture en 2010.

Héritier d'un style international, il est le concepteur de nombreux édifices aux lignes géométriques épurées et irrégulières à travers le monde inspirées quelquefois de bâtiments locaux. Parmi ses premières constructions, on retrouve la Banque nationale U. S. de Denver (Colorado) en 1952; la National Gallery of Art de Washington en 1978; la pyramide du Louvre à Paris en 1989; la tour de la Banque de Chine à Hong Kong, d'une hauteur de 367 mètres et restée la plus haute durant 4 ans; le musée Miho au Japon en 1997, enterré aux 3/4 pour préserver le site naturel classé, un tunnel amène les visiteurs jusqu'à l'entrée; le musée de Suzhou en Chine près de Shanghai inspiré des constructions locales en 2001, le musée d'Art islamique de Doha au Qatar en 2008.

Le 30 mars dernier, pour l'anniversaire de la Pyramide du Louvre et en hommage à l'architecte sino-américain I.M.Pei, l'artiste JR a installé dans la Cour Napoléon un immense collage en trompe-l’œil, nommé " le secret de la grande pyramide" , réalisé à partir d’un collage photographique créé par anamorphose de plus de 2000 bandes collées au sol.

A l'annonce de sa mort, les employés du Louvre se sont rassemblés pour un dernier hommage et ont applaudi pendant une minute.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3890

"Le Canal de Panama d'hier à aujourd'hui", sujet d'une table-ronde au Cercle France-Amériques

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 20 mai, 2019 15:53:31
Gérard CROSSAY

Fondé en 1909, le Cercle France-Amériques oeuvre au développement des relations entre la France et les Nations américaines.

A cet effet, sont organisées des manifestations d’ordre culturel, économique et social susceptibles de faire mieux connaitre les Amériques en France et la France dans les Amériques.

En février dernier, une conférence sur le Canal de Panama a réuni Son Excellence Monsieur José Alberto Fabrega Roux, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Panama en France, Vincent Beaufils, Directeur de la rédaction de Challenges, Ana Giros Calpe, Directrice Générale de Suez-Amérique latine, Thierry Chambolle, Président de l'Association-Fondation du Souvenir de Ferdinand de Lesseps et du Canal de Suez, Sebastiàn Nieto Parra, Chef de l'Unité de l'Amérique latine et des Caraïbes et Arnaud Ramière de Fortanier, Conservateur général honoraire du Patrimoine, Inspecteur général honoraire des Archives de France.

L'épopée de la construction de ce canal, ouvrage colossal réalisé à la fin du 19ème siècle, commence dès 1876. Un syndicat est créé pour des études visant à construire un passage maritime entre Océan Pacifique et Océan Atlantique sur la mince bande de terre de l'Isthme de "Colombie".
En 1590 on écrivait : "Ce serait noyer la terre, une mer étant plus basse que l’autre".

L’idée du canal restera en suspens jusqu'à ce que l'ingénieur Ferdinand de Lesseps présente son projet de percement du Canal de Panama.

Jusqu'alors, un chemin de fer construit en 1855 reliait les deux océans. Chef-d'œuvre d'ingénierie de son temps, il a transporté le plus gros volume de fret que n'importe quelle autre voie ferrée dans le monde et a été un facteur clé dans la sélection de Panama comme lieu du canal.

En 1879, un Congrès international est convoqué à Paris, organisé par la Société de Géographie, avec les meilleurs ingénieurs de 26 pays, dont Gustave Eiffel et Adolphe Godin de Lepinay.
Ferdinand de Lesseps, auréolé du succès du Canal de Suez en est le président. Il veut un canal à niveau. Godin de Lepinay, ingénieur des Ponts et Chaussées, juge ce projet irréalisable car trop coûteux et estime indispensable une série d'écluses. Ferdinand de Lesseps se ralliera finalement à cette solution 6 ans après le début des travaux, engagés en 1881. C'est Eiffel qui concevra les 10 écluses.

La Compagnie universelle du canal interocéanique de Panama est créée. En 1880, l'émission d'actions est un succès. Mais, le budget ayant été sous-estimé, les actions chutent en Bourse. Diverses malversations financières, ainsi que le retrait des banques, entraînent la banqueroute de la Compagnie de Panama.


Ce sera le plus grand scandale financier du XIXe siècle en France.

Cependant les travaux avancent, malgré l'opposition des Etats-Unis qui voulaient un tracé par le Nicaragua et les pertes humaines considérables - plus de 5000 décès chez les travailleurs par paludisme, dysenterie, fièvre jaune.

Une nouvelle compagnie, la Compagnie nouvelle du canal de Panama voit le jour.
Après une saga politico-financière entre les États-Unis, la Colombie et le Panama, elle finit par passer sous le contrôle des Etats-Unis. Le Protectorat du Panama est institué, assurant la sécurité militaire du Canal.

L'éradication de la malaria et l'utilisation d'équipements plus modernes permettent finalement au projet d'aboutir.

Les travaux s’achèvent en 1914 et le président panaméen, Martin Torrijos, accompagné des officiels américains, inaugure le canal qui, dès son ouverture, verra son trafic croître de façon exceptionnelle, permettant le développement sans cesse grandissant de la région.

En 1999, Le Panama obtient la souveraineté totale sur la zone du canal et peut ainsi obtenir une part consistante des bénéfices induits : 30 milliards de dollars en 18 ans, une croissance de 6% par an, un facteur clé du développement du pays qui le hisse au niveau du Chili ou de l'Uruguay.

Le Canal a depuis été élargi. 5 milliards d'euros ont été investis, les travaux ont duré 9 ans et se sont achevés en 2016.


Plus de 70 chefs d'Etat ont assisté à la cérémonie d'ouverture, dont le Président chinois Xi Jinping.

Une nouvelle route a été créée le long du Canal avec un nouvel ensemble d'écluses, l'excavation de nouveaux canaux d'arrivée et l'élargissement des canaux existants, triplant la capacité de cetteinfrastructure, vieille de 105 ans.


Désormais, peuvent passer des bateaux contenant jusqu'à 14.000 conteneurs, de 49 mètres de large et 366 mètres de long.

5% du commerce maritime mondial transitent par le Canal de Panama, avec les Etats-Unis et la Chine comme principaux clients.

Panama, la capitale de la République du Panama, de par sa position géographique stratégique, est devenue un hub et un centre financier majeur.

Le canal, associé à des activités logistiques et bancaires annexes, rapporte 45% du PIB du pays.

Les enjeux futurs sont la diversification de l'économie avec l'exploitation du cuivre et la création de structures off-shore d'une part, la lutte contre le blanchiment et l'élargissement de la base de l'impôt d'autre part.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3889

La dolce vita de Lydia Martinico

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 20 mai, 2019 15:38:45
Daphné VICTOR


Une escapade franco-italienne, ça vous dit ? C’est ce que vous propose Lydia Martinico dans son nouvel opus « Al dente » ; un album touchant et envoutant dans lequel elle se dévoile.

Récompensée par la SACEM de la médaille de « compositrice » et honorée du prix « Mia Martini » avec son single « Male », l’auteure-compositrice-interprète aux origines transalpines, revient plus rayonnante que jamais après un éloignement forcé. « Al dente » n’en est que le miroir aux reflets sensibles et sensuels.

Portés par des sons pop aux accents romantico-rock, l’ex-claviériste et auteure talentueuse d’Henri Salvador, nous emmène avec sa voix veloutée et puissante dans un voyage musical sentimental mariant la langue de Molière à celle de Léonard de Vinci. La plus italienne des parisiennes y parle d’amour envolé ("Je t'attends", "Cancellare" et "Male") de foi ("Besoin de croire" et "Padre"), d’écologie et de l’absurdité humaine ("Le jardinier"), d’amitiés ("A quelli che") et d’engouement sentimental ("Non avrei" et "Mai Paura") ; des thématiques qu’elle fait résonner de façon mélodieuse à la sauce italienne. Et nous, on en redemande !

"Al Dente" écrit et composé par Lydia Martinico, réalisé par Dominique Bertram et Thierry Chauvet - Disponible en téléchargement légal, réédité en album physique à la rentrée.

Lydia Martinico sera en concert au Réservoir (Paris XIème) en septembre à 20h30 – Entrée libre – Bar ouvert à tous – Dîner sur réservation au 01 43 56 39 60

Visuels : (C) DR



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3888

L'excellence professionnelle "Made in France" honorée à l'Elysée

SOCIÉTÉPosté par IMPACT EUROPEAN 18 mai, 2019 15:52:32
VÉRONIQUE YANG

Le 13 mai dernier, les nouveaux MOF (Meilleurs Ouvriers de France) tous métiers confondus ont reçu leurs médailles et leurs diplômes à la Sorbonne à Paris puis ont été conviés au Palais de l'Elysée par le Président de la République..

Le titre de Mof est uniquement décerné en France, il est attribué suite à un concours entre professionnels de même catégorie:" Un des Meilleurs Ouvriers de France ". Depuis sa création en 1924, le concours réunit 9 006 diplômés dans 17 groupes représentant 230 métiers, 150 jurys se sont succèdés et 3 000 candidats bénévoles sont présents pour chaque concours. A ce jour, on dénombre entre 1 800 et 2 000 MOF.

Le concours est organisé tous les 3 ou 4 ans par le COET-MOF (comité d'organisation des expositions du travail) et reconnu en tant que titre certifié de niveau III par le ministère du Travail. L'organisation de l'examen (Concours Un des Meilleurs Ouvriers de France) a été confiée par le ministère de l'Education à l'association COET-MOF, type loi 1901 fondée en 1961; à l'issue de l'examen, le candidat reçoit un diplôme et un titre de MOF qui met en valeur l'excellence professionnelle "Made in France"en France et Outre-mer mais aussi à l'étranger, surtout en Europe. Des expositions régionales ou nationales sont organisées afin de présenter les créations.

Lucien Klotz, critique d’art et journaliste est à l'origine du concours. En 1913, alors que la France est en crise d'apprentissage, une idée lui vient pour en sortir :organiser une grande exposition du travail où serait désigné chaque année " Le Meilleur Ouvrier de France".Il faut attendre la fin de la première guerre mondiale pour qu'en 1920, l'idée resurgisse. Après 4 ans, dont 2 pour obtenir l'accord du ministère du commerce, la première exposition a lieu du 18 octobre 1923 au 23 novembre 1924 à l'Hôtel de ville de Paris. Les premiers lauréats sont au nombre de 149, on en compte à ce jour plus de 9 000 à arborer le collier tricolore avec la médaille à tranche dorée.

Pour se présenter au concours, il faut être âgé de 23 ans minimum à la fin de la date de clôture, seul ou en équipe.La moyenne d'âge des candidats est de 37 ans, leur expérience de 8 à 15 ans. Pour l'inscription à la dernière édition (26ème) du 24 octobre 2016 au 31 mai 2017, tout s'est fait sur internet. Les épreuves qualificatives se sont déroulées de mai à décembre 2017, les épreuves finales et l'évaluation des oeuvres qualifiées en 2018. La remise des médailles à la Sorbonne par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse et Muriel Pénicaud, ministre du Travail, a eu lieu le 13 mai dernier. Pour cette session, 219 classes et options ont été ouvertes dans 17 groupes de métiers. Plus de 3000 candidats ont participé dans plus de 9 classes de métiers, et 197 lauréats ont été récompensés; cette année, 44% des lauréats sont issus de lycées professionnels, 42% des centres de formation d'apprentis (CFA) et 14% d'un cycle universitaire. En général, il y a près de 200 lauréats par promotion.

Parmi les lauréats, on distingue 6 ouvriers en couverture et ornementation, 5 opticiens lunetiers, touts les classes liées aux métiers de bouche sont représentées (cuisine-gastronomie, Pâtisserie-confiserie, Maître d'hôtel, service et arts de la table, sommellerie); On note également 9 personnalités honorées du titre Honoris Causa dont les chefs étoilés Georges Blanc et André Daguin.

Classe Cuisine, gastronomie : Renaud Augier, Stéphane Collet, Arnaud Faye, Fabrice Gendrier, Franck Putelat, Julien Roucheteau, Frédéric Simonin;
. Classe Pâtisserie, confiserie : David Briand, Jean-Christophe Jeanson, Jonathan Mougel, Patrice Ibarboure, Sébastien Trudelle;
. Classe Maître d’hôtel, du service et des Arts de la table : Antoine Petrus, Bruno Casassus-Builhé, Laurent Delarbre, Marc Thomas Fefin, Michaël Bouvier, Simon Verger;
. Classe Sommellerie : Pascaline Lepeltier, Nicolas Vialettes, Jean-Baptiste Klein, Eric Goettelmann.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3887

Sampion Bouglione est allé rejoindre sa maman Rosa

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 18 mai, 2019 15:09:55
VÉRONIQUE YANG

Le 26 août 2018, Rosa Bouglione quittait cette terre à l'âge de 107 ans et laissait le monde circassien orphelin, un peu plus de 8 mois après, son fils Sampion, désormais patriarche des Bouglione est allé la rejoindre. Il est décédé le 14 mai 2019 à l'âge de 82 ans.

Fils de Rosa et Joseph Bouglione, Sampion Bouglione est né en 1938 dans une famille de 7 enfants dont il était le 5ème. Son prénom était celui de son grand'père Joseph, dit Sampion, fondateur du premier cirque familial avec ses 4 fils, ce qui pour lui était un honneur. Ayant débuté sa carrière à l'âge de 12 ans au cirque d'hiver, giron de sa famille, il se sentait complexé d'avoir quitté l'école trop jeune. Spécialisé dans la présentation d’éléphants, il occupa aussi la place de Monsieur Loyal avant que Sergio ne le remplace. Ce dernier deviendra diacre par la suite.

Marié à Anna, il avait 2 enfants: Francesco et Sandrine qui ont continué sur ses traces. Sampion, surnommé "l'avocat" vivait avec sa famille au dessus du cirque rue Amelot (75011) et codirigeait le Cirque d'hiver avec son frère Emilien né en 1935. C'était un personnage peu bavard mais possédant beaucoup d'humour et de franchise. Atteint depuis quelques années d'exophtalmie ou syndrome des yeux exorbités lié à un disfonctionnement thyroidien et souvent à la maladie de Basedow, il devait porter des lunettes et était contraint de rester en chaise roulante.

Vendredi 17 mai, un dernier hommage au sein du Cirque d'Hiver, dans le 11ème arrondissement de Paris a été rendu à partir de 10h par tous ses amis circassiens, à celui que ses proches surnommaient" Papouk, surnom aux consonances slaves qu'il affectionnait. Il a ensuite été inhumé à 14h à Izy sur Ourcq en Seine et Marne dans le caveau familial, un mauselée gardé par 2 lions où reposent une vingtaine de membres de la famille dont la première fut Marie-Louise Bouglione en 1897. Autour de la famille, de nombreux amis du cirque dont Alexis Gruss et Sergio (Monsieur Loyal) avaient fait le déplacement. Parmi les gerbes déposées, se trouvait celle de la Princesse Stéphanie de Monaco et de ses enfants, tous très attachés au cirque depuis de longues années.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3886

Un évadé à la barre des révélations

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 18 mai, 2019 14:58:45
Daphné VICTOR

Il ne s’en cache pas. Il a été braqueur, cambrioleur, grand spécialiste des casses en tout genre notamment des succursales de banques et de grandes surfaces. Mais toujours "Sans arme et sans violence". N’est pas Spaggiarri (NDLR : malfaiteur français) qui veut ! Pour cet as de l’évasion, qui, sans une pierre jetée, aurait pu avoir une toute autre destinée, pas de peine de plancher. Mais alors, quid de sa dette ? « Le multirécidiviste, classé irrécupérable » l’a payée par dix ans de prison. Ses nombreuses incarcérations vont contre toute attente, lui faire découvrir les livres ; une révélation salvatrice pour le roi des systèmes d’alarme qui, de l’école, ne connait que celle de la rue.

L’ex-détenu se prend au jeu des mots. Résultat ? Ses « maux » posés lui permettent aujourd’hui de raconter sa vie tumultueuse faites de rebondissements. Et pour ça, rien de mieux que le ton de l’autodérision pour le faire. Pendant 1h30, « le compteur de banditisme » nous ouvre les portes de ses cellules et du milieu carcéral, constitué de fous. Chaque soir, après le passage de la gamelle, l’enfer s’empare de la nuit. Musiques en tout genre et programmes télé conjuguent leurs volumes sonores bloqués sur max, entrecroisés par les cris et hurlements des détenus en quête de chite et de médocs. Trouver le sommeil est purement une hérésie. Sa tête à lui explose. Au mitard au moins, il peut réfléchir et écrire en toute quiétude ; son seul objectif étant de retrouver la liberté et surtout Nora, la femme de sa vie. Car le caennais a pris conscience que jeune rimait avec crétin. « Il faut savoir écouter, préférer le droit chemin. C’est le seul par lequel on ne se fait jamais attraper ».

Comme quoi, on peut ne pas avoir été dans les bons startingblocks pour démarrer sa vie, en vivant dans une cité HLM à Tonneauville, en ayant connu la pauvreté et en préférant marcher dans les pas de son père, il est toujours possible de s’en rendre compte et de reprendre un bon départ. Et comment ne pas être fier aujourd’hui de la revanche prise en allant dans les collèges et lycées, mais surtout en retournant dans les prisons, non les menottes aux poignets, même s’il sait comment les défaire, mais pour y raconter devant détenus et victimes, à la façon d’une justice réparatrice, son histoire avec humour et bienveillance.

Alors que le premier chapitre se referme, un second volet est à venir. On a déjà hâte de le découvrir.

David Desclos dans « Écroué de rire », prend la scène d’assaut avec ce premier volet (période de 1998 à 2005) inspiré par l’histoire vraie et touchante de sa vie, que ce narrateur d’exception dédie à toutes les victimes quelles qu’elles soient, à sa femme qui l’a attendu pendant toutes ses années passées derrière les barreaux et à ses trois enfants ; un témoignage authentique et poignant, regorgeant d’esprit, qui n’est pas sans « coffrer » le public, un exemple de réhabilitation et de réintégration réussies, une leçon de vie finement pensée et mis en scène à la manière d’un conte par le rappeur Stomy Bugsy auteur du tube « Mon papa à moi est un gangster » – Théâtre du Gymnase (Paris Xème) tous les jeudis à 21h30 jusqu’à fin mai et en tournée – Réservations : 01 42 46 79 79 – www.daviddesclos.fr

Visuel : (C) Denis Tribhou




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3885

Les pompiers médaillés au Concours Lépine

SOCIÉTÉPosté par IMPACT EUROPEAN 18 mai, 2019 14:49:53
VÉRONIQUE YANG

Une fois de plus, nous pouvons être reconnaissants envers les sapeurs pompiers, leurs médailles au Concours Lépine 2019 nous en le prouvent.

Et oui! Ils sont sur tous les fronts, non seulement ils sauvent des vies et luttent contre les incendies et autres catastrophes mais ils trouvent aussi le temps de trouver des inventions qui faciliteront la vie de leurs concitoyens particulièrement pour ceux en situation de handicap. C'est pourquoi, le jury du Concours Lépine 2019 a récompensé l'UDSP 91 avec 1 médaille d'or (voyant d'indicateur de présence et de pathologie par Dimitri Marques), 1 médaille de bronze (Commande informatique pour personne en situation de handicap par Dimitri Marques), le Diplôme du Handicap de la Ville de Paris (voyant d'indicateur de présence et de pathologie par Dimitri Marques), le Diplôme de la Société Française de la Médecine de l'Exercice et du sport (Commande informatique pour personne en situation de handicap par Dimitri Marques). De son côté, l'UDSP 13 a remporté la médaille du Ministère de l'Intérieur et la médaille d'or ( Secouriste": Jeu de société sur les gestes qui sauvent par Patrice Jupille).

Le Concours Lépine qui porte le nom de son créateur, préfet de police de l'ancien département de la Seine est un concours français d'inventions créé en 1901 pour redynamiser le commerce du jouet en particulier. Pour la première édition, la manifestation a pour nom " Exposition des jouets et articles de Paris" et compte parmi les objets présentés, le mouchoir hygiénique en en papier jetable. L'année suivante,l'exposition est rebaptisée " Concours Lépine ". Parmi les objets primés entrés dans la vie courante, on notera le stylo à bille (1919), le fer à repasser à vapeur (1921), le presse-purée (1931), le grille-pain (1935) ou les lentilles de contact (1948). Dès la première édition, les lauréats ont pu trouver grâce à lui, des investisseurs et des distributeurs. Il reste un exemple d'excellence dans l'innovation. Le concours a lieu tous les ans lors de la Foire de Paris, parc des expositions de la porte de Versailles.

Pour l'édition 2019, plus de 500 inventeurs étaient présents et 542 inventions ont été présentées dans différents domaine imaginées par tous les milieux de la société. La remise des prix s'est effectuée le 7 mai, veille de la fermeture de la Foire de Paris. Le lauréat du Prix du Président de la République, doté du vase en porcelaine était l'an dernier, Samuel Mercier, infirmier urgentiste aux Pompiers de Paris pour le "MedPack", station médicale extra hospitalière. Cette année pour le 118ème opus, le gagnant est Laurent Tonnelier (Xtag) pour " Profil personnel & informations personnalisées pour la gestion des allergies" . Parallèlement, d'autres prix sont distribués: Grand Prix du Sénat doté d'une médaille; Prix de l'Assemblée Nationale doté d'une Marianne et d'une médaille; Grand Prix du Concours Lépine doté d'un trophée et de la médaille d'or du Concours Lépine; MinisPrix du Premier Ministre, doté d'un vase de la Manufacture de Sèvres; Prix l'Univers connecté Concours Lépine, doté d'un trophée et de la médaille d'or Concours Lépine; Prix de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Ile de France doté d'une médaille; Prix coup de coeur de la chambre de commerce et d'industrie de l'Ile de France; 1er, 2ème et 3ème Prix du Préfet de Police, dotés chacun d'une médaille; Prix Léonard de Vinci Comexposium doté d'un prix de 2 000 euros et de la médaille d'or du Concours Lépine; Prix du Prédident du Concours Lépine, doté d'une coupe et de la médaille d'or du Concours Lépine; Prix du Président du jury doté d'une coupe et d'une médaille d'or du Concours Lépine; Prix de la Maire de Paris doté du sceau des Nautes Grand Argent et médaille d'or du concours Lépine. On notera aussi la performance du département du Val de Marne qui avait présenté 6 candidats, tous repartis avec une médaille (2 en argent et 3 en bronze). Abdelhakim Djoudi , originaire de St Gely du Fesc dans l'Hérault est le candidat le plus médaillé (Médaille d'or, Prix du Ministère de la Justice, Prix du Ministère de l'Intérieur et Prix de l'industrie nationale et de la propriété industrielle) avec une invention mettant au point un système d'inhibition pour carte de paiement sans contact: "Un bouton d’activation est intégré à la carte, il suffit de le presser au moment du paiement, le reste du temps la carte ne peut pas être lue".

-"SECOURISTE": Le jeu sur les gestes qui sauvent" a été créé par Patrice Jupille, concepteur de Jeux ludo-éducatifs et formateur actif indépendant au sein du Service Départemental d'Incendie et de Secours de la Haute-Savoie d'où il est originaire; fondateur de "Protéger Alerter Secourir" qui pourrait devenir une marque de qualité sur la formation des citoyens à la prévention des risques et des gestes de secourisme grâce aux formateurs issus de la sécurité civile comme les sapeurs-pompiers et une pédagogie interactive. Le jeu de société est une solution pour "remettre des personnes autour d'une table pour s'amuser et ainsi réviser" leurs connaissances sur le sujet. Il est parrainé par la protection civile, L’association Nationale des Instructeurs et Moniteurs de Secourisme (ANIMS), fondée le 18 avril 1967, l'entreprise Sitting spécialisée dans le garde d'enfants et la garde d'animaux à domicile, "Les Valis'Help", association créée pour la réalisation de missions humanitaires internationales, "Les P'tits Héros" qui organisent des actions permettant l'apprentissage des gestes qui sauvent à destination des enfants de 3 à 10 ans, à travers un apprentissage ludique et des objectifs adaptés à l'âge suivant le développement et le rythme de chaque enfant et Nicolas Goudenove, sapeur pompier professionnel, écrivain et concepteur du FIRE-Coaching.

-COMMANDE INFORMATIQUE POUR PERSONNE EN SITUATION DE HANDICAP : Invention de la société Gesture et Mobilité qui accompagne les personnes en cas de perte d'autonomie et en fonction de l'évolution de la pathologie, tout en gardant sa dignité.

L'idée est venue du fondateur de la société Dimitri Marques Coimbra, sapeur-Pompier professionnel au sein du Service Départemental d'Incendie et de Secours des Bouches du Rhône, originaire de Lillebonne près du Havre dont un neveu est très touché par un handicap physique et des difficultés qu'il a rencontrées dans la vie au quotidien., mais aussi d'un proche atteint de la Maladie de Charcot. Suite aux nombreuses difficultés rencontrées pour trouver un équipement adapté pour le malade et le soignant, il décide de créer une commande sensorielle sans contact pouvant s'appliquer en téléphonie, domotique ou informatique... Avec ce G Pad, , l'utilisation des moyens informatiques va être simplifiée pour les personnes ne pouvant se servir dune souris, lui permettant ainsi de garder une vie personnelle et professionnelle. L'appareil permet aussi de répondre aux besoins relatifs aux moyens de communication (mobile, SMS, appel vidéo.

L'avantage de cette commande est le fait de pouvoir être utilisée par toutes les parties du corps, y compris le menton et même avec un moignon. Afin de développer cette technologie, 2 autres commandes sont à l'étude, une pour les jeux vidéo (G-Game) et une pour les enginsde travail et les drones (G-Work). Cette gamme de produits doit permettre un accompagnement dans chaque acte au quotidien, un maximum d'autonomie, une amélioration de la qualité de vie privée et sociale. L'accès au produit est ouvert à tous visant une réadaptation professionnelle facilitée sur son poste de travail dans le cadre d'une reconversion; un accès et une meilleure intégration aux loisirs et activités sportives et son prix est raisonnable. L'espoir de voir le boîtier utilisé dans le quotidien de tout un chacun se profile pour l'avenir.

-VOYANT D'INDICATEUR DE PRESENCE ET DE PATHOLOGIE: Produit développé,par Helpp Life dirigée par Dimitri Marques Coimbra, avec l’aide des nouvelles technologies et au moyen de l’Intelligence Artificiel.

"Parce que votre vie n'a pas de prix", il vise à aider les équipes de secours, améliorer la qualité des secours et la sécurité des appelants et des sauveteurs. Ce boîtier est un accompagnement dans chaque acte au quotidien avec un maximum d’autonomie pour tous et son coût est raisonnable. Dans un établissement comme les EHPAD, il informe de la situation des résidents dans le bâtiment.

Composé d'un boitier, il se divise en autant de rangées que d'étages, chacune d'entre elles comportant des cases correspondant à chaque appartement. Chaque case allumée signifie qu'il y a quelqu'un dans l'appartement. Un sigle représente le handicap quand le cas se présente. Il est donc très utile aux secouristes dans un cas de sinistre et leur permet de gagner du temps et d'obtenir d'avantage de renseignements. Médaillé d'or au Concours Lépine, ce projet pourrait être à envisager par les collectivités locales, principalement dans des EHPAD. Un aménagement pour les immeubles d'habitation est à prévoir pour un proche avenir.

VIDEO



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3884

Le meilleur croissant au beurre AOP de Charentes-Poitou se trouve dans le 14ème arrondissement de Paris

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 18 mai, 2019 14:35:39
Véronique YANG


Depuis l'inauguration de la Fête du pain le 11 mai dernier place Louis Lépine, les récompenses ont été remises aux lauréats. Les premières d'entre elles ont été celles concernant la meilleure baguette tradition de la ville de Paris dont le gagnant, Stéphane Leroy de la boulangerie Leroy-Monti, 203 avenue Daumesnil 75012, a reçu son prix des mains de la maire de Paris, Anne Hidalgo. Ce fut ensuite le tour de la meilleure baguette régionale IdF, grande couronne puis petite couronne. Les résultats du concours national sera divulgué le 15 mai et ceux de la sélection Europe de la coupe du monde de boulangerie le 19 mai. Les résultats du 19ème concours du meilleur croissant d’Ile de France au beurre AOP-Charentes Poitou, ont été quant à eux révélés le 13 mai à partir de 17h30 pour les 2 catégories, Salariés et Employeurs.

Le meilleur croissant au beurre AOP de Charentes-Poitou du Grand Paris a été sélectionné le 16 avril par un jury de 50 membres (anciens boulangers, consommateurs, représentants de la profession) à l'Ecole de Paris des métiers de la table (EPMT), parmi les 1045 croissants proposés à la dégustation par les 209 candidats répartis dans les catégories chefs d'entreprise et salariés. Chaque personne devait présenter 5 croissants d'un poids unitaire de 40 à 50 grammes. Après vérification par l’huissier, les jurés, présidés par Franck Thomasse, Président du Syndicat des boulangers-pâtissiers du Grand Paris ont du départager les candidats selon 5 critères: la cuisson, la brillance et la forme (aspect du croissant) , le feuilletage et le fondant (goût du croissant) du Grand Paris. Seuls 10 sur les 20 meilleurs par catégorie ont été classés.

Le Beurre Charentes-Poitou AOP est utilisé dans la confection du croissant au beurre. Il provient d’un terroir unique, entre terre et mer, regroupant les 5 départements de la Charente, la Charente-Maritime, des Deux -sèvres, la Vienne et la Vendée et est produit par 3 500 producteurs et 6 laiteries au sein de l’Association Centrale des Laiteries Coopératives des Charentes et du Poitou créée en 1985 dirigée par Joseph Giraud. Le label européen AOP (Appelation Origine Protégée) garantit l'authenticité du goût du terroir, l'origine unique et un savoir-faire reconnu. Voulant protéger un patrimoine du terroir, l'ACCLCP et le Syndicat des Laiteries dont le président actuel est Patrick Roulleau ont demandé en 1977 l'appellation AOP pour les beurres de la région.

La remise des Prix du Meilleur Croissant d'Ile de France au beurre AOP Charentes-Poitou s'est effectuée le 13 mai, les trophées ont été remis par Franck Thomasse, Président du syndicat des boulangers-pâtissiers du Grand Paris dévoilant les noms des finalistes dans les 2 catégories.

Catégorie Salariés:

1- Cidem Acvi chez Auguste Moulière, Gournay sur Marne (93)

2- Franck Lefuel chez Lionel Bonnamy, La fabrique aux gourmandises, Paris (75014)

3- Guillaume Dufour chez François Poletto-Aux délices du Morin, Villiers sur Morin (77)

Catégorie Employeurs:

1- Lionel Bonnamy, La fabrique aux gourmandises, Paris (75014)

2- Jean-Alexandre Michel, Le péché de gourmandise, Paris (75014)

3- Anne Sophie Giard, l'Atelier de Courbevoie, Courbevoie (92)

Portrait du lauréat employeurs: Lionnel Bonnamy

Lionel Bonnamy est originaire d'Auvergne. Il a fait ses classes dans sa région où il a eu la chance de rencontrer les bonnes personnes pour lui mettre le pied à l'étrier. Ainsi, avec un ami, Joel Portier, il décide de prendre un fonds sur les bases du "Fait maison"et au bout de quelques années, monte à Paris. Ils s'installent alors rue du Commandant Mouchez dans le 14ème arrondissement courant 2011 et ouvrent une boulangerie-pâtisserie qu'ils nomment "La Fabrique aux Gourmandises". Toutes sortes de viennoiseries sont au programme dont le croissant au beurre AOP de Charentes- Poitou pour lequel il vient de recevoir le prix du meilleur croissant au beurre AOP de Charentes-Poitou. Au bout de7 ans, chacun suit son parcours. Lionel Bonnamy a un rêve secret pour un avenir lointain: pouvoir céder son fonds à un apprenti qu'il aura formé. Cette année d'ailleurs, son salarié a été primé et est arrivé second du classement" employés".

VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=9KsxmgkA9u0



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3883

Taste of Paris, l’événement des gourmets à ne pas manquer

GASTRONOMIEPosté par IMPACT EUROPEAN 17 mai, 2019 21:19:05
Benjamin Calmels


Le succès du festival Taste of Paris ne se dément pas et on comprend aisément pourquoi. L’édition 2019 qui s’est tenue du 9 au 12 mai dernier a su réunir les ingrédients dont raffole tout bon gastronome.

Le Grand Palais - sa verrière, la plus grande d’Europe – comment aurait-on pu imaginer un autre lieu pour mettre en lumière l’excellence de la cuisine ? Les plus grands chefs – à l’instar de Thierry Marx, Frédéric Anton et Nicolas Sale – et artisans français se sont donné rendez-vous dans ce lieu unique pour aller à la rencontre de leur clientèle, acquise ou future. En outre, les saveurs plus exotiques ne sont pas oubliées. Ainsi, le restaurant éphémère « Chefs de Gare » côtoie par le stand Crablyder, spécialiste du crabe royal du Kamtchatka.

Le visiteur est naturellement invité à picorer – c’est la spécificité de Taste of Paris. En effet, les plats sont au format « bouchée » afin de permettre aux âmes intrépides d’ouvrir leurs papilles à un large éventail de propositions inspirées. Les cuisines ouvertes ont été pensées pour favoriser l’échange avec le personnel s’y affairant.

Comme lors des éditions précédentes, Taste of Paris est aussi ponctué de nombreux événements culinaires : recettes, ateliers, dégustations. Le stand Electrolux, Amazing Thailand, Laurent-Perrier, autant d’expériences partagées avec des passionnés qui transmettent leur goût pour le sublime. On attend avec impatience l'édition 2020 !





  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3882

Portraits de famille

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 17 mai, 2019 20:54:10
Daphné VICTOR


Il a reçu le premier prix du concours d'humoristes au festival "Roquemaure2rire" en 2018, ce qui est parfaitement justifié. Il a également été honoré du premier prix du public au festival "à Morieres de rire", en 2017 ce qui est loin d’être étonnant ! À bientôt vingt-six ans, Jérem Rassch n’en est pas à ses débuts. Il a commencé le théâtre à 8 ans. Merci à « Ils se sont aimés » avec Michèle Laroque et Pierre Palmade. Depuis, il n’a eu de cesse de vouloir monter sur scène et de faire son one man show. Son rêve de gosse, il va l’exhausser par deux fois, une fois son bac passé et ses études d’audiovisuelles faites. En 2017, il est à l’affiche avec « One Man chauve ». À peine un an après, c’est encadré et géré par Brigitte Skiavi-Blanc (NDLR : épouse du chanteur Gérard Blanc), qu’il crée « Sacrée famille », un spectacle dans lequel il n’est pas que drôle. Loin de se prendre au sérieux, le jeune humoriste sait être sérieux et parler de choses qui le touchent et qui lui sont importantes.

Aussi, il se jette dans la gueule du loup et prend, dans sa ligne de mire, pour le faire, sa famille. Il passe, sous le peigne fin de la satire, chacun de ses principaux membres. Sa mère autoritaire, victime du comportement bipolaire non contrôlé. Son père, un homme passif sans caractère aucun, son ingénue cousine, son oncle Raymond avec ses phrases de bof du style « Hey le chauve, t’a la mèche de travers » et sa grand-mère au franc-parler, pour ne citer qu’eux.

Et n’allez pas croire qu’il s’en oublie pour autant. Charité bien ordonnée commençant par soi-même, c’est avec autodérision, qu’il évoque l’annonce compliquée de son coming-out à la dernière cousinade (NDLR : réunion familiale). Et pour cela, rien de mieux que de faire parler cette partie de lui faussement exubérante, au travers d’un frère jumeau imaginaire. « Coucou, j’aime la bite. On mange quoi ce soir, des saucisses purée, génial ? » Bon, pour lui, « ce sera plutôt soupe à la grimace ». Le natif de Perpignan n’hésite pas non plus à se mettre à nu en parlant du harcèlement scolaire dont il a été victime, adolescent, entraînant une perte de ses cheveux (NDLR : pelade) et la non-acceptation de lui-même qu’il lui faudra dépasser. C’est avec nostalgie qu’il relate ses déboires amoureux. « Les sentiments c’est comme le fisc, il ne faut pas tout déclarer ». Loin d’être un donneur de leçon, il proteste contre la génération actuelle qui, ultra connectée, ne prend plus conscience de son environnement. « Ce n’est pas en rêvant que l’on vit, mais c’est en vivant que l’on rêve » et s’insurge contre les régimes « Non je ne suis pas gros. Je suis tellement sexy que ça déborde » et le physique svelte qu’il faut entretenir en permanence dans une salle de sport peuplée « d’Hercule par dizaine ».

La famille de Jérém ? In fine, c’est la famille de tout le monde. Elle est grande, surtout « tellement recomposée, qu’elle en devient décomposée ». Alors, certes, « on ne la choisit pas et encore moins les pièces rapportées ». Mais ce qui la rend unique, c’est justement sa diversité. Que ce soit avec ses qualités comme avec ses défauts, l’important c’est l’amour qu’on lui porte.

Jérem Rassch dans « Sacrée famille, un nouveau one man show tendre, sensible, enrobé d’humour bienveillant, mêlant l’esprit du stand up. S’ennuyer, même une seconde, n’est pas envisageable. Pendant 1h15, l’humoriste très prometteur, mi-belge, mi-catalan, prend à parti son public et lui dit ce qu’il pense, tout en réglant ses comptes avec les siens et en enchaînant les pastiches familiaux ; des personnages Olé Olé attachants qui parlent forcément à tout le monde et où chacun en reconnaît au moins un des membres. Un spectacle vivant sur fond de thérapie avec pour messages la tolérance et le bien vivre ensemble, créé par Jérem Rassch et Brigitte Skiavi-Blanc, écrit par Jérémy Rasschaert – Théâtre Bô Saint-Martin tous les mercredis à 19h30 jusqu’au 20 juin 2019 – Réservations : 01 42 71 50 00 – www.theatrebo.fr – Théâtre le Ciné Vox au mois de juillet dans le cadre du Festival d’Avignon (84) – Réservations : 04 90 85 00 25

Visuels : (C) DR




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3881

Le chef indien Raoni a été reçu à l'Elysée par Macron

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 17 mai, 2019 12:47:10
Gabriel MIHAI

Après Ivanis PirèsTanoné venue défendre l'Amazonie, le célèbre chef indien Raoni Metuktire et trois autres chefs amazoniens - Kaïlu, Tapy Yawalapiti et Bemoro , devenus au fil des années les figures incontournable de la lutte pour la préservation amazonienne étaient à Paris pour une même démarche.

A l’heure du bilan des 100 jours du Président brésilien Bolsonaro, de nombreuses questions sont à l’ordre du jour dont celles relatives au climat et aux populations indigènes.

Ivanis Pirès Tanoné est une ses rares femmes à la tête d’une tribu indigène amazonienne, elle a été la première à se rendre en France depuis la prise de fonction du nouveau président du Brésil surnommé “le Trump Tropical”.

Emmanuel Macron a reçu jeudi le célèbre chef indien Raoni et l'a assuré du soutien de la France dans son combat pour protéger la biodiversité et les peuples de l'Amazonie, victime d'une déforestation grandissante.

Le chef de l'Etat a parlé durant 45 minutes à l'Elysée avec le célèbre chef indigène et trois autres chefs amazoniens - Kaïlu, Tapy Yawalapiti et Bemoro Metuktire - qui effectuent une tournée en Europe jusqu'au 31 mai. A l'issue de l'entretien, ils ont ensemble lever les bras sur le perron de l'Elysée afin de montrer leur satisfaction.

Elysée a annoncé que la France prévoyait d'accueillir un sommet international des populations autochtones du monde entier, probablement en juin 2020.

Raoni Metuktire a rencontré 5 présidents français, François Mitterrand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron jeudi.

Après sa rencontre avec le chanteur Sting, qui lui a rendu visite dans le Xingu en 1987, Raoni accède à une notoriété internationale. Il participe avec lui à une conférence de presse de la Tournée Human Rights Now, d'Amnesty International, à Sao Paulo au Brésil. À la suite de l'impact de cet événement, le chanteur et son épouse Trudie Styler et le réalisateur belge Jean-Pierre Dutilleux deviennent les cofondateurs de la Rainforest Foundation, créée pour soutenir les projets de Raoni, dont la priorité du moment est la démarcation des territoires kayapos menacés d'invasion.

En février 1989, Raoni était l'un des plus farouches opposants au projet de barrage de Kararao. Les télévisions du monde entier étaient présentes pour recueillir ses propos à Altamira, lors d'une gigantesque assemblée de chefs restée dans les annales. Le projet de barrage sera finalement abandonné.

Aujourdhui, l'objectif de ce tour d'Europe est de lancer un SOS auprès de l'opinion et des dirigeants pour sauver la Grande réserve du Xingu, une réserve de biodiversité de quelque 180.000 km², soit environ le tiers de la France. "Je cherche un million d'euros, notamment pour financer des murs végétaux à base de bambou, afin de délimiter la grande réserve de Xingu qui subit des intrusions permanentes de trafiquants de bois et d'animaux, de chercheurs d'or et de braconniers, qui viennent chasser sur nos terres alors que c'est notre supermarché à nous", a expliqué Raoni dans un entretien publié jeudi par Le Parisien.

En avril la cacique Tanoné , 64 ans, représentait son peuple Kariri Xoco situé au nord-est du Brésil. Depuis plus de 30 ans, elle est présente auprès des instances officielles et lors des grandes mobilisations indigènes tel le Campement Terre Libre. Mère, grand’mère et arrière grand’mère, elle s’est battue pour la nature qu’elle aimerait transmettre à sa descendance. C’est pourquoi, elle plante seule des arbres sur les derniers hectares de forêt sacrée des terres de son peuple et lutte avec sagesse contre la déforestation et l’assèchement du fleuve San Francisco. Dans sa tribu, elle a tous les rôles, aussi bien juridiques que policiers mais aussi politiques, toujours avec fermeté. Pour elle, pas de demie mesure: ”Quand je dis oui, c’est oui, quand je dis non, c’est non!”, c’est ce qui fait sa force de cacique.

La tournée de Raoni intervient après l'arrivée en janvier à la présidence du Brésil, notamment grâce au lobby de l'agroalimentaire, de Jair Bolsonaro, qui veut en finir avec ce qu'il appelle "l'activisme écologiste chiite". La déforestation, qui avait baissé de manière spectaculaire en Amazonie de 2004 à 2012, est repartie de plus belle en janvier : +54% par rapport à janvier 2018, d'après l'ONG Imazon.

Les Amérindiens veulent défendre la nature et leurs terre face a Bolsonaro, contre la déforestation qui détruit les tribus.

  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3880

Muriel Hermine : « Je donne aux jeunes une deuxième naissance »

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 16 mai, 2019 13:21:39
Daphné VICTOR

Championne du monde de natation synchronisée, Muriel Hermine s’est également développée dans l’artistique par la création de spectacles et la sortie d’un livre (*) ainsi que dans l’humanitaire. Devenue conférencière et coach mental en entreprise, elle s’est lancé un défi : celui de créer il y a dix mois, l’Académie des Passions, une « école » portée par son association « J’ai un rêve », reconnue d’intérêt général, venant au secours des jeunes en difficulté et en décrochage scolaire. À quelques jours de présenter les actions et les résultats de cette première année d’activité lors d’une journée festive à l’Abbaye de Royaumont (95) en partenariat avec la Fondation ENGIE, Muriel évoque ses motivations à vouloir aider ces jeunes et nous parle du programme d’accompagnement qu’elle a élaboré pour leur permettre de retrouver le chemin professionnel.

Impact European : On connait votre carrière sportive et artistique, mais moins celle de conférencière et de coach mental en entreprise. Pourquoi cette reconversion ?

Muriel Hermine : Ayant monté mon association, il me fallait trouver des financements. Je me suis tournée vers les DRH d’entreprise. En échangeant avec eux, ils m’ont évoqué leur problème de management et m’ont sollicité pour redynamiser leurs équipes. J’ai ainsi commencé en tant que conférencière, puis comme formatrice. Mon souhait étant d’amener les gens à aligner leur émotionnel et leur ressenti physique, j’ai alors organisé des team building ainsi que des ateliers sportifs pratiques. Je me suis ainsi rendu compte que l’on pouvait vraiment accompagner une personne dans sa globalité mentale, physique et émotionnelle.

IE : D’où votre master en coaching ?

MH : Exactement, que j’ai passé à l’Académie du coaching.

IE : Aussi, comment passe- t-on du monde de l’entreprise à celui des adolescents ?

MH : Les adolescents ne me sont pas inconnus. Cela fait douze ans que je travaille auprès d’eux à travers mon association. Mes expériences en entreprises m’ont fait prendre conscience que les jeunes avaient besoin de la même qualité de travail et des mêmes outils. Je les ai adaptés et c’est comme cela que le projet de l’Académie a émergé.

IE : Est-ce le fait d’être vous-même une « décrochée » du système scolaire qui a motivé la création de cette Académie ?

MH : Oui. Je me reconnais dans ces jeunes, car j’ai le même parcours qu’eux. Ils me guérissent de ma propre enfance. Je n’ai pas diplôme à l’exception du brevet du collège que l’on m’a donné, non pas pour mes résultats scolaires, mais parce que je réussissais dans le sport. C’était ma passion. Nous avons tous des talents. Il s’agit de les révéler et de les développer. C’est le but de l’Académie.

IE : l’Académie est-elle une école à proprement parlé comme celle de la seconde chance ?

MH : Non. L’école de la seconde chance a été créée il y a vingt ans pour donner une deuxième chance. Moi, je donne aux jeunes une deuxième naissance. Je les fais naître à ce qu’ils sont vraiment.

IE : Quelle est sa vocation ?

MH : Celle d’accompagner des jeunes sur le chemin de l’emploi qui sont sans formation et sans qualification.

IE : Par quels objectifs ?

MH : Celui de les reconstruire par rapport à des fragilités qui les ont conduits à des échecs scolaires, en travaillant sur la résilience, l’estime de soi et la confiance en soi. Celui de les confronter à leur réalité au lieu de la fuir. Celui de les amener à regarder à l’intérieur d’eux-mêmes en leur faisant détecter les formes d’intelligence (du corps, émotionnelle, artificielle…) qu’ils ont développées et leur faisant découvrir leurs talents naturels.

IE : C’est le cheminement nécessaire pour savoir à quel secteur d’activité leurs talents peuvent être associés ?

MH : Exactement, mais au lieu d’associés je dirai plutôt attendus, reconnus ou valorisés. On va regarder quel est le métier au sein du secteur d’activité avec ses contraintes, qui sera le plus approprié à leur personnalité et à ce qu’ils ont envie de faire.

IE : N’importe quel jeune peu suivre le programme de l’Académie ?

MH : Dans l’absolu oui, y compris des jeunes qui ont été jusqu’à la première ou la terminale, qui ont passé le bac et qui ne l’ont pas eu. Mais, je privilégie tout de même les jeunes qui ont eu un parcours chaotique.

IE : Combien de jeunes encadrez-vous actuellement ?

MH : Depuis sa création, l’Académie a accueilli une soixantaine de jeunes.

IE : Comment en avez-vous pensé le programme ?

MH : L’élaboration du programme m’a demandée cinq ans de travail. Les conférences et les team building que j’évoquais n’ont été que des graines semées. Il fallait que je les complète ; chose faite avec des formations sur une semaine. Mais ce n’était pas assez. Aujourd’hui, le programme comprend des conférences, des team building et quatre semaines de formation. Petit à petit et en fonction des possibilités budgétaires que je trouve, le programme se développe et s’étend dans le temps.

IE : Quels en sont les outils ?

MH : Le sport pour structurer l’individu en affrontant ses fragilités et ses propres limites. Les arts avec le chant, la danse, le théâtre, les arts plastiques et les jeux de clown pour gérer les émotions. Le coaching mental et les outils numériques en s’appuyant sur les neurosciences.

IE : Quelle en est l’équipe pédagogique encadrante ?

MH : Je me suis entourée de vrais grands professionnels qui se sont tous réalisés dans leur métier tels que l’ancienne DRH de Disney, des coachs thérapeutes qui interviennent dans de grandes sociétés auprès de managers ou de patrons, des éducateurs sportifs, des formateurs professionnels et des intervenants issus du mécénat de compétences

IE : Redonner confiance à des jeunes qui ne croient plus en rien, est un véritable challenge…

MH : Ça peut le laisser paraître, mais non. Ces jeunes, je sais les écouter, les comprendre. Je m’adapte à chacun d’eux pour les faire grandir. Cette capacité naturelle fait que ça marche.

IE : Certains reprennent-ils leurs études ?

MH : Oui. S’ils en ont le potentiel et la volonté, la possibilité de revenir dans le cursus scolaire s’offre à eux. Aussi incroyable que cela puisse sembler, en moyenne, 30% des jeunes veulent retourner à l’école, car ils ont compris que malgré tout, ils ont raté une étape qui était censé leur ouvrir des portes. Avec la maturité acquise, ils sont prêts à faire aujourd’hui les concessions, tant au niveau de leur comportement que de leur travail, qui leur étaient encore impensables hier et qui leur sont nécessaires pour y retourner.

IE : Quel est justement le taux de réussite de la formation dispensée ?

MH : Il y a déjà ces 30%. Sinon 50% retournent dans les structures d’insertion avec lesquelles ils sont affiliés. Les 20% restant correspondent aux jeunes que nous présentons aux portes des entreprises pour un stage rémunéré ou un emploi.

IE : En dix mois d’existence, c’est un premier bilan plutôt encourageant …

MH : Bien sûr, ce qui me conforte à penser que le travail que nous faisons est extrêmement positif. J’avoue être fière, pas pour moi, mais pour ces jeunes qui me font grandir et prendre conscience que je suis une belle personne.

IE : Peut-on dire que vous êtes telle une grande sœur pour certains et peut-être une mère pour d’autres ?

MH : Oui. Je les amène à renaître. Aussi, quelque part, je suis comme une mère d’adoption qui leur offre un cadre dans lequel ils peuvent se sentir bien et dans lequel ils peuvent oser être eux.

IE : Quelles sont les perspectives de développement ?

MH : J’envisage de développer des stages pendant les vacances scolaires pour les jeunes qui sont plus en souffrance personnelle qu’en difficulté scolaires. Sinon, nous sommes en train d’ouvrir le programme à la région Centre-Val-de-Loire, à l’Agrocampus de Tours-Fondettes. La prochaine étape sera Chartres.

IE : Mais alors, à quand une école dans un lieu rien qu’à vous et sur toute l’année ?

MH : Dès que nous en aurons les moyens. Pour cela, il faudrait que je croise le chemin d’un mécène qui soit touché par le combat que je mène pour ces jeunes, qui me permette de financer la structure, les intervenants et le matériel.

IE : Êtes-vous aidée ?

MH : Je le suis par le monde institutionnel via de petites subventions, ainsi que par des petites entreprises et des fondations qui croient en ce que je fais, mais pas suffisamment pour que l’Académie puisse se déployer comme elle le devrait. J’ai donc besoin de leur soutien et qu’il soit pérenne, car c’est maintenant que l’Académie doit prendre son essor, c’est maintenant que sa formation doit être connue et reconnue pour aider ces jeunes à devenir des citoyens responsables. Sans aide, je ne le pourrai pas.

IE : Que peut-on souhaiter à l’Académie ?

MH : Une longue vie grâce à des soutiens et à des partenaires solides.

L’Académie des passions : programme complet, inscriptions et informations sur : www.jai-un-reve.com

(*) Spectacles : Sirella, Crescend’O et Freedom

Livre : « Le défi d’être soi » aux éditions Eyrolles



Visuels : (C) DR



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3879

Montargis, l'axe Chine-France depuis plus de 100 ans

MondePosté par IMPACT EUROPEAN 16 mai, 2019 12:52:04
VÉRONIQUE YANG

Le monument du centenaire Travail-Etudes a été inauguré à Montargis le 4 mai devant la gare en présence du Maire de la ville, Benoît Digeon, de Son Excellence Mr Zhai Jun, ambassadeur de Chine en France, de l'artiste Wu Weishan, créateur de l'oeuvrede l'oeuvre et de nombreuses autres personnalités.

Alors que l'année 2019 célèbre le 55ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques sino-françaises, la ville de Montargis a fêté les 100 ans du mouvement Travail-Etudes en inaugurant le monument du Centenaire, place Deng Xiaoping en présence de 400 à 500 personnes dont des étudiants, des représentants d'institutions commerciales et des politiques.

Ce centenaire est aussi celui du mouvement nationaliste du 4 mai 1919 qui dénonçait les 21 conditions présentées par le Japon au gouvernement chinois à l'issue de la Première Guerre mondiale et qui plaçait la Chine sous domination japonaise. A cette occasion, les étudiants et jeunes intellectuels ont réfuté le poids des traditions, le pouvoir des mandarins et l'oppression des femmes, favorables à la modernité et aux sciences nouvelles.

Le mouvement Travail-Etudes a été créé en 1912 par Li Shizeng, philanthrope et admirateur de la culture française, ayant étudié à l'école du Chesnoy à Montargis. Ce dernier avait persuadé Sun Yat-Sen, président de la République Chinoise, que l'Occident était un bon allié pour le développement du pays.

Montargis est avec Paris et Lyon, l'une des villes qui a accueilli des jeunes intellectuels chinois entre 1902 et 1927, ce qui a fait d'elle le berceau de la Chine Nouvelle. On notera parmi les 1 600 étudiants, des cadres de la révolution chinoise dont Deng Xiaoping, Zhou Enlai, Cai Hesen et Chen Yi , des femmes comme Xiang Jinyu ou Cai Chang mais aussi des artistes tels Xu Beihong et Lin Fengmian et des scientifiques dont Qiang Sanqiang.

Après la première guerre mondiale, les jeunes peu argentés, originaires du Hunan ont été parrainés. Mao Zedong restera toutefois le grand absent de ces séjours. Parmi les 99 étudiants partis de Shanghai en mars 1919 pour la France, les garçons arrivés à Montargis ont été scolarisés au collège Gambetta et les filles à l'école du Chinchon. C'est à cette époque que les idéologies se scindent en 2: la politique suivant la révolution russe autour du théoricien Cai Hesen, parfois rejoint par Zhou Enlai et plutôt les réformateurs. Suite à une lettre de Cai et Xiang Jinyu où ils exposaient à Mao leur programme pour "sauver la Chine et le monde" et créer le parti communiste chinois le PCC nait en juillet 1921 dans la concession française de Shanghai, constituant l'avant- garde et le commandement de la révolution. Xiang Jinyu et Cai Hensen rentrent en Chine en Chine 1921 et luttent contre les nationalistes au pouvoir. Malheureusement, ils sont arrêtés et livrés par l'occupant colonial. Ils mourront après d'atroces supplices en 1928 et 1931.

Deng Xiaoping, quant à lui est d'abord accueilli à Bayeux puis travaille aux laminoirs du Creusot en région parisienne où il rencontre Zhou Enlai. Ce n'est que 2 ans plus tard qu'il rejoint Montargis où il se fait embauché à l'usine Hutchinson à Châlette, recommandé par le consul de France et devient militant communiste; il revient ensuite en région parisienne où il travaille chez Renault à Billancourt. Début janvier 1926, il retourne en Chine via Moscou. Il ne reviendra en France qu'en 1975 en tant que dirigeant de la Chine.

En 2001, l'association Chine-Montargis organise de nouveaux échanges. En 2014, la place devant la gare a été baptisée "place Deng Xiaoping" en mémoire de l'ancien dirigeant chinois venu étudier et travailler à Montargis, ville qui abrite aussi depuis un musée historique de l'histoire franco-chinoise inauguré en août 2016 à l'initiative de Mme Peiwen Wang, présidente de l'association Amitié Chine-Montargis.

Le 29 mars dernier, un symposium en hommage aux membres du mouvement Travail-Etudes s'est tenu à Pékin. Le conseiller adjoint de coopération et d'action culturelle à l'ambassade de France en Chine y a rappelé que "10 000 nouveaux étudiants chinois choisissaient chaque année la France, 3ème pays d'accueil des élèves internationaux. Le nombre permanent de ces dernier étant d'environ 40 000".

Profitant de la célébration du centenaire du Mouvement du 4 mai et du Mouvement Travail-Etudes, le monument "Monument du centenaire" qui commémore les 100 ans du mouvement Travail-Etudes a été inauguré après le colloque "dialogue franco-chinois du centenaire" organisé et présidée par Mme Wang Peiwen et Mr Alain Labat, Président de la Fédération des associations franco-chinoises , avec Mr Hu Zhenrong, président de l'institut d'études d'histoire du PCC de la province du Hunan: Hunan et Montargis; Mr Jean-Louis Rizzo, agrégé d'histoire et docteur en histoire contemporaine: La conférence de Paris et le mouvement du 4 mai; Mme Cai Leiluo, maître de conférence de l'institut d'éducation à l'université de Pékin, petite fille de Cai Yuanpei, un des fondateurs du mouvement Travail-Etudes en France; Mme Duanmu Mei, historienne de l'académie des sciences sociales de Chine à Pékin, présidente honoraire de la société chinoise d'études d'histoire de France: Transmission des idées: 100 ans du mouvement du 4 mai et de celui de Travail-Etudes en France; Mr Alain Labat, président de la fédération des associations franco-chinoises, vice-président du nouvel institut franco-chinois de Lyon, hier...et aujourd'hui; Mr Xu Bo, ancien diplomate de Chine en France, président de l’Association des Amis de Wu Jianmin, ex-porte-parole du ministère des Affaires étrangères et ancien ambassadeur de la République populaire de Chine successivement à La Haye, à Genève, et à Paris, décédé en 2016 : Montargis, le haut lieu de l’amitié franco-chinoise; Mme Nora Wang , sinologue, historienne, spécialiste de l’histoire du mouvement Travail-Etudes en France : Les facteurs français du mouvement Travail- Études en France.

Une exposition photographique en commémoration du 100ème anniversaire du mouvement travail études ainsi que le lancement du livre en français "En quête de rêve à Montargis" ont eu lieu au Tivoli. Après le déjeuner eut lieu l'inauguration du Monument du centenaire, place Deng Xiaoping (devant la gare SNCF de Montargis) en présence de son Excellence M. Zhai Jun, Ambassadeur de Chine en France , Mr Jean-Marc Falcone, Préfet de la région Centre-Val de Loire , Mr Benoit Digeon, Maire de Montargis, Mr Frank Supplisson, président de l'agglomération Montargoise, Mr Buon Tan, président du groupe d'amitié France-Chine à l'Assemblée Nationale ainsi que de nombreux élus et personnalités, Chinoise et du Loiret. Cette cérémonie a permis au maire, Benoît Digeon de sceller l'amitié de sa ville avec le Hunan et la Chine et de faire évoluer la coopération dans des domaines tels que l'éducation et le commerce.

Le monument a été réalisé par Wu Weishan, directeur du Musée national des Beaux-Arts de Chine et correspondant de l'Académie Française des Beaux-Arts. Cette réalisation représente l'âme des jeunes chinois s'étant rendus en France pour leurs études il y a 100 ans, ayant pour rêve de relever le pays grâce à leurs expériences. Pour l'ambassadeur de Chine en France, ces jeunes doivent" être un exemple à suivre" , ils reflètent en tant que pionniers, l'amitié franco-chinoise créée il y a 1 siècle"

Juste après, une troupe artistique de la province chinoise du Hunan et le Musée historique de l’amitié franco-chinoise Montargis ont signé un accord de coopération pour la création du projet théâtral « Du Hunan à Montargis.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3878

Roberto Carlos, l’idole brésilienne des Yéyés arrive à Paris

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 15 mai, 2019 16:16:22
Daphné VICTOR

Au Brésil, il est considéré comme un roi. Non ce n’est pas un pro du ballon rond ! Pourtant, dans sa catégorie, tel un Neymar, il a créé la légende. Et ce, depuis 60 ans ! Mais de qui s’agit-il donc ? De Roberto Carlos. Son nom ne vous parle peut-être pas. À moins que vous le confondiez avec l’arrière gauche Roberto Carlos da Silva Rocha, le footballeur brésilien… Non pas. Là, il est question du chanteur. Certes, il fait partie de ces artistes que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître. Et encore. Pour certains, il faudrait en appeler à leur mémoire et leur remémorer l’année 1968, où il a été couronné de succès à Cannes lors du Midem.

Il apparait clairement que bien qu’il ait des millions de fans et qu’il soit dans l’histoire de la musique brésilienne, le chanteur le plus important qui existe, la notoriété de « O Rei », le roi de la variété auriverde, en France, se limite surtout à la population lusophone. Et pourtant. Celui qui aurait inspiré les Beatles a tout de même à son actif 125 millions de disques vendus, des hits chantés dans plusieurs langues à travers le monde, 170 albums, dont 70 sortis uniquement au Brésil, des centaines de disques d’or, de platine et de diamant.

Plus qu’un nom, plus qu’une voix, c’est un ambassadeur mondial de la musique brésilienne populaire. Mais pas seulement. C’est aussi un auteur et un compositeur avec plus d’une douzaine de films et 3 Grammy. L’évidence s’impose donc d’elle-même. Roberto est un mythe. C’est notre Johnny Hallyday.

Actuellement en pleine tournée européenne, c’est sur la scène de l’AccorHotels Arena que l’idole de la chanson latino-américaine a choisi de faire résonner ses balades et chants romantiques ; un concert d’un soir célébrant les 60 ans de carrière de l’artiste et annonciateur de son ultime venue, alors qu’il vient de sortir un tout nouvel album en espagnol en collaboration avec le chanteur et musicien Alejandro Sanz. …

Roberto Carlos, European Tour 2019 – AccorHotels Arena (Paris XIIème) – Jeudi 30 mai 2019 à 20h – Ouverture des portes à 18h – Réservations : www.accorhotelsarena.com ou au 0892 390 490 (0,45 Euro/mn)

Clips vidéos : https://drive.google.com/file/d/1qf6gOnH3zlt0Xh_RnRr2jk_xHLt408LG/view

Roberto Carlos – Jesus Cristo (Vídeo Ao Vivo) https://www.youtube.com/watch?v=GIE6zum6tvQ

Roberto Carlos Esse Cara Sou Eu Especial Globo 2017 2018

https://www.youtube.com/watch?v=V5Pxku-5McQ

Visuel : (C) DR



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3877

En quête de soi

Actualités et CulturePosté par IMPACT EUROPEAN 15 mai, 2019 00:46:11
Daphné VICTOR

Nathan est un garçon de son âge. En apparence seulement. Car bien qu’Emilie soit sa proche camarade de classe, le véritable meilleur ami de ce pré-ado solitaire et rêveur est un grand érable. Situé au fond du parc de sa maison il aime s’y adosser et partager avec ce confident imaginaire qu’il a baptisé César, ses peurs et ses secrets. Il n’y a qu’avec lui que le mélancolique enfant se sente bien.

Aujourd’hui est pourtant un jour de fête. Mais pas pour Nathan. Bien que ce soit celui de ses douze ans, fêter son anniversaire avec ses parents lui est insupportable. Guillaume, son père autoritaire, non attentif, rentre d’un voyage d’affaire ; un de plus. Quant à Lucie, son angoissée de mère qui l’empêche de vivre, elle s’active en cuisine comme un bon soldat discipliné. N’espérant qu’une seule chose, celle d’exister enfin aux yeux de ses parents et d’être aimé d’eux, Nathan se demande quelle idée somptueuse et surtout inutile son père a bien pu lui réserver cette année encore ; tellement habitué à ce qu’il devance ses besoins en le couvrant de choses non désirées. Quelle n’est pas sa stupéfaction et son embarras en découvrant derrière les barreaux d’une cage dorée … un aigle royal. Un cadeau judicieux ou maudit ? Car, outre d’être illégal, détenir un rapace n’est pas sans danger. Et ça, la famille va le vivre à ses dépens.

En effet, alors qu’il voulait défier son père en lui prouvant qu’il avait réussi à apprivoiser l’animal, Nathan grièvement blessé au bras, plonge dans un coma profond. Son esprit, guidé par un chaman amérindien, part dans un voyage initiatique en devenant le protagoniste d’expériences le conduisant à une introspection de lui-même. Quête de vision, prise de conscience, révélations sur sa vie, ses parents, enrichissement … tout cet apprentissage spirituel défiant les codes du rationnel va le mener à une ouverture sur lui et au monde. Sa paix intérieure trouvée se substitue à sa tristesse. Riche et grandi de ses aventures vécues à travers son sommeil forcé, Nathan est de retour parmi les vivants, en totale harmonie avec lui-même. Et ce qui a été salvateur pour lui le sera pour ses parents. En apprenant à écouter son cœur, il a atteint les leurs.

Mais alors, quid de la leçon initiatique à retenir ? Qu’il est « inutile de se donner des limites dans la vie. Tout est possible. Il suffit de lâcher prise sur notre mental qui veut régir notre existence. C’est simple, non ? »

« Edgar et l’enfant chaman, quand la logique laisse place à l’irrationnel » de Phil Garcin est un roman qui ne peut laisser indifféremment. Clin d’œil au « Petit Prince », son écriture fluide est un rêve éveillé auquel, tel un spectateur, le lecteur assiste au fil des pages, laissant à son imaginaire la place qu’il souhaite prendre. C’est un voyage initiatique qui n’est pas sans ouvrir la réflexion sur soi. Car Nathan, c’est nous. Son travail d’introspection, c’est aussi le nôtre. Nous sommes tous en quête de vérité. Les épreuves, les expériences, les rencontres font partie de notre cheminement d’évolution et de (re) construction. Elles forment les pièces de notre puzzle qui constituent notre enrichissement intérieur, équilibre de notre bien-être. - Éditions l’Éveilleur Quantique – 17,90
Visuel : (C) DR



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3876

24ème fête du pain place Louis Lépine

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 12 mai, 2019 03:18:43
Véronique YANG

La 24 ème édition de la fête du pain à Paris se tient Place Louis Lépine du 11 au 20 mai 2019 et reçoit le Canada en invité d'honneur sous l'égide de l'association France-Canada.

Après le tragique incendie de la cathédrale Notre-Dame, la Fête du pain qui ordinairement se tient sur le parvis a du être transférée non loin de là, place Louis Lépine, métro Cité, près de la Préfecture de police de Paris, du marché aux fleurs, de l'hôpital Hôtel Dieu et du Palais de Justice. Toutefois, elle reste dans le 4ème arrondissement.

Tous les jours, le public peut se rendre sous les 2 tentes de 9h30 à 18h30 afin de découvrir la plus grande boulangerie du monde, les boulangers du Grand Paris et les invités canadiens ainsi que des animations.

Créé en 1996 sur une idée de la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie, cet événement se déroule un peu partout en France et met en avant les valeurs, le savoir-faire transmis aux jeunes générations et l’excellence des artisans boulangers grâce au choix des matières premières utilisées. Parmi les animations, on notera la fabrication du pain où les visiteurs, petits et grands peuvent mettre la main à la pâte puis repartir avec un diplôme de parfait petit mitron.

Pendant 10 jours, 13 étudiants en arts culinaires et 3 chefs enseignants du collège « La Cité » d’Ottawa* feront découvrir les pattes de lynx, le pain au citron-pavot ,le roulé érable et canneberge, les boulangers parisiens fabriqueront quant à eux la baguette de tradition française.

Par ailleurs, la remise du Grand Prix de la baguette de la Ville de Paris est remis le jour de l'inauguration lors d'une cérémonie, le 11 mai à 15h, suivi de la proclamation du classement du concours de la baguette régionale (77,78,91 et 95) à 17 h. Le lendemain, proclamation du classement du concours de la baguette régionale (75,92,93 et 94) le à 16h. Le concours national de la baguette se déroulera du lundi 13 au mercredi 15 où la proclamation du classement se fera à 17h. La sélection Europe de la Coupe du monde de la boulangerie se tiendra du vendredi 17 au dimanche 19 où le classement sera dévoilé à 17h.

Spécialistes des viennoiseries, les artisans boulangers ont pu concourir au concours du meilleur croissant de l’ile de France au beurre AOP-Charentes Poitou . Le palmarès sera dévoilé au public le lundi 13 mai à 17h30.

En ce qui concerne le Grand Prix de la baguette de Paris, les prix ont été remis le 11 mai par la Maire de Paris. Les 10 premiers lauréats se sont vus remettre la médaille et le diplôme des mains d'Anne Hidalgo entourée de son adjointe en charge du commerce et des professions libérales et artisanales, Olivia Polski, du Président des boulangers du Grand Paris, Franck Thomasse, du président de la Chambre des métiers et de l'artisanat, Pascal Barillon, du président de la Confédération nationale de la boulangerie-Pâtisserie française, Dominique Ancart, des maires du 3ème, Pierre Aidenbaum, du 4ème, Ariel Weil, du 11ème, François Vauglin, du conseiller de Paris Philippe Ducloux.

Un petit rappel sur le Grand prix de la meilleure baguette 2019;

Le concours s'est déroulé le 17 avril au syndicat des boulangers du Grand Paris, 75004 devant un jury de 17 membres, présidé par Olivia Polski, dont 6 volontaires tirés au sort, le président de la CMA, Pascal Barillon, le président de l'Académie Culinaire de France, Fabrice Prochasson, le MOF fromager Eric Lefebvre, le maître boucher Christian Le Lann et le lauréat 2018, Mahmoud M'Seddi.

Les 228 baguettes sélectionnées ont été jugées selon 5 critères: aspect du produit, qualité de la cuisson, consistance de la mie, odeur et goût. Chaque baguette devait mesurer entre 55 et 65 cm, peser entre 250 ET 300 grammes et avoir une teneur en sel d'un niveau de 18 grammes par kilo de farine.

Le gagnant 2019 a remporté un chèque de 4 000 euros et a l'honneur pendant 1 an de fournir officiellement les cuisines du Palais de l'Elysée. Il s'agit de Fabrice Leroy de la Boulangerie Leroy-Monti, 203 avenue Daumesnil,75012; le second est Philippe Simoes de la Boulangerie Aux 2 Anges, 23 rue Daval, 75011; le troisième Youssef Afantrous de la Boulangerie Paris & Co Ecoles, 4bis rue des Ecoles, 75005.




  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3875

Promenade en mémoire de Marceline Loridan-Ivens inaugurée à Paris

ActualitésPosté par IMPACT EUROPEAN 12 mai, 2019 00:49:31
Véronque YANG

Anne Hidalgo a inauguré vendredi 10 mai, une promenade à la mémoire de Marceline Loridan-Ivens en bordure de Seine, en amont du pont du Carrousel et en contrebas du quai Malaquais. Les maires du 4ème, 6ème et 7ème, la rabbin Delphine Horvilleur et la famille de Marceline Loridan-Ivens dont sa soeur Jacqueline Haby et son neveu Mathias Haby.

Cinéaste, militante féministe et survivante des camps d'extermination et de concentration nazis, avec son amie Simone Veil, Marceline Loridan-Ivens a consacré la fin de sa vie à témoigner de la déportation et de la Shoah afin de transmettre des valeurs humanistes aux nouvelles générations.

En 1919, la famille juive polonaise de Marceline Loridan-Ivens née Rozenberg émigre en France puis s'installe dans le Vaucluse au début de la seconde guerre mondiale. Entrée dans la Résistance, elle est arrêtée par la Gestapo avec son père puis déportée à Auschwitz-Birkenau par le convoi 71 du 13 avril 1944. Elle y rencontre Simone Veil et devient son amie ainsi qu'Anne-Lise Stern. Elle est ensuite envoyée à Bergen Belsen puis au camp de Theresienstadt duquel elle est libérée le 10 mai 1945 par l'Armée Rouge. Après 1 an d'adhésion au parti communiste, elle quitte le parti en 1956; elle rencontre ensuite des "déviationnistes comme le philosophe Henri Lefebvre ou le sociologue Edgar Morin. Elle devient "porteuse de valises pour le FNL, tape des manuscrits pour des intellectuels et travaille au service de reprographie d'un institut de sondage.

En 2003, après de nombreux documentaires, elle réalise un film de fiction,"La petite prairie aux bouleaux" avec Anouk Aimé, inspiré de son parcours dans les camps. Jusqu'à la fin de sa vie, elle a donné des conférences sur la Shoah et a travaillé pour le devoir de mémoire dans les collèges et lycées.



  • Commentaires(0)//www.impact-european.eu/#post3874
Suivant »